Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Paysans, artisans, enseignants : mobilité des savoirs pour une compréhension interculturelle et une transformation sociale1

Beatriz Villa
p. 115-132

Résumés

Le présent article décrit le travail de réflexion et d’action, didactique et sociale, entrepris par une équipe de futurs enseignants de langues étrangères, suivant leur formation au sein de l’antenne rurale Oriente de l’Université publique d’Antioquia en Colombie. Ces jeunes enseignants partagent l’espoir de contribuer aux processus de développement durable de leur région, en proposant des ateliers linguistiques et pratiques en français. Ce projet a pour ambition de favoriser la dynamique de diffusion culturelle de techniques artisanales par le biais d’échanges de savoir-faire, en français et en espagnol, entre la Colombie et la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été écrit en collaboration avec le Groupe d’Étude Langue Vivante Oriente (GELVO), Ant (...)

1La notion de mobilité désigne ici une volonté de changement de la société-monde où nous sommes tous des acteurs.

Dans la société-monde les hommes sont unis par un destin partagé et par des valeurs communes. D’une part, la société-monde invoque la nécessaire autonomie de la société civile à l’égard de toute forme d’autorité publique. D’autre part, elle condamne la violence inhérente à la scène interétatique. (Roche, 2001)

  • 2 Ce terme traduit le mot espagnol empoderamiento, qui désigne une prise de pouvoir de la population (...)

Si le monde est construit par les hommes, il doit être intelligible et vivable. Cette construction résulte de l’ensemble des mouvements qui le traverse : le tourisme, les marchandises, les capitaux, les informations mais aussi les migrations et les savoirs. Le point de départ de notre action s’inscrit ainsi dans la dynamique actuelle de la mondialisation. L’équipe de travail s’accorde à dire que le monde ne peut plus être pensé comme une affaire de la société internationale, représentée par des États qui restent souvent à l’écart des réalités les plus communes. Pour participer aux enjeux actuels de développement local et global, il faut se préparer et préparer sa société. Nous avons organisé ainsi des échanges entre une multiplicité d’acteurs et avons adhéré aux projets régionaux de gouvernance2 locale, d’autonomie alimentaire par la diversification des produits transformés, de valorisation des