Skip to navigation – Site map

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

46 | 2012
Typologie et description linguistiques

Interfaces et interactions
Edited by Caroline Imbert and Nathalie Vallée
Lidil, n° 46 (2012)
More about this picture
196 p. - 16 €
ISBN 978-2-84310-236-3

L'approche fonctionnelle-typologique a été historiquement développée par des linguistes de terrain travaillant essentiellement sur des langues peu ou pas décrites. Elle pose aujourd’hui les principes d’une nouvelle démarche de travail en linguistique typologique, celle de « description typologique » des langues. Cette stratégie descriptive, appelée ici « typodescription », prône un travail minutieux sur des données de première main et l’interaction possible et nécessaire entre cadre théorique, connaissances typologiques et description d’une langue. La mise en perspective d’une langue avec d’autres langues doit-elle être comparative, contrastive ou typologique ? Doit-elle précéder ou suivre la description ? Est-elle annexe ou nécessaire ? Qu’apporte-t-elle à la linguistique descriptive ? C’est en France que depuis une vingtaine d’années se construit et s’étoffe une vision de la description où théorie, typologie et description proprement dite ne s’inscrivent plus dans une relation « de pré- et de post- », dans une relation hiérarchique ou l’une gouvernerait l’autre. C’est la vocation de ce numéro de prêter un auditoire varié (descriptivistes, didacticiens, théoriciens, acquisitionnistes, dont ceux du FLE) à cette approche bâtie par des linguistes de terrain engagés aussi bien dans la description linguistique que la documentation des langues. Mais c’est aussi sa vocation de prêter la voix aux héritages variés de ces typodescriptivistes, que l’on verra transparaitre dans leurs contributions. Ces contributions forment une palette d’esquisses, de l’Amérique du Sud à l’Asie en passant par l’Europe et la zone occitane, où chaque linguiste nous parle de sa langue de terrain, de ses données et de ses choix d’approche pour les éclairer. Il faut souligner la présence particulièrement appuyée dans ce numéro de jeunes linguistes : il était important pour nous, Caroline Imbert et Nathalie Vallée, de mêler les voix de chercheurs chevronnés à celles de doctorants et jeunes post-doctorants. Notre appel à contribution encourageait ces derniers à nous faire part de leurs travaux, de leur point de vue sur leurs héritages à la fois théorique et descriptif, et aussi bien de leurs certitudes que de leurs interrogations quant à l’apport de la typologie dans leur démarche de description.

  • OpenEdition Journals