Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Marie Désirée Sol, Imaginaire des langues et dynamique du français à Yaoundé : enquête sociolinguistique

Paris, L’Harmattan, coll. « Sociolinguistique », 2013, 274 p.
Marielle Rispail
p. 170-171
Référence(s) :

Marie Désirée Sol, Imaginaire des langues et dynamique du français à Yaoundé : Enquête sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, coll. « Sociolinguistique », 274 p.

Texte intégral

1Le livre de Marie Désirée Sol résume plusieurs de ses études, et sa thèse en particulier. Cette jeune chercheuse, qui a mené sa recherche sous la direction de Henri Boyer, s’attache depuis des années à démêler l’écheveau des langues de son pays, le Cameroun, sous plusieurs angles. D’une part, elle veut rendre compte de la situation sociolinguistique dans la capitale, Yaoundé ; d’autre part, elle s’intéresse, au-delà des langues parlées et mêlées, aux représentations et discours qui les accompagnent. On voit ainsi apparaitre des processus complexes qui ne relèvent pas de simple diglossie ou plurilinguisme, mais qui émanent de décisions personnelles et concertées, concernant la langue française, certaines langues locales ou des « hybrides linguistiques », comme l’écrit H. Boyer dans sa préface. L’auteure veut faire émerger dans son étude des processus, des tensions, des conflits, des langues en mouvement, plus que des classifications ou des catégories. Le travail prend en cela le risque de la mouvance, de l’inachevé, de l’ouverture ; il montre la dimension politique des mouvements mis au jour et souligne la responsabilité des chercheurs et décideurs, face aux « attentes des Camerounais », comme le souligne l’auteure dans son introduction.

2La première partie présente la pluralité linguistique (distinguée ensuite de l’hétérogénéité) du Cameroun et justifie l’entrée de l’enquête par les représentations, soigneusement distinguées des stéréotypes et des attitudes. Elle s’achève par un gros plan sur l’école et sa place dans la politique linguistique du pays.

3La deuxième partie s’attache à démont(r)er quelques fonctionnements sociolinguistiques, à travers les représentations des usagers. On s’attarde en particulier sur les représentations contrastées du français « langue glottophage » autant que « langue de base » puis sur les pratiques des jeunes générations.

4S’il termine par un gros plan sur la place du français face aux langues camerounaises minorées, l’ouvrage pose surtout la question de l’avenir linguistique du pays, mettant en valeur les tensions en présence, interrogeant les normes en vigueur et soulignant l’influence des processus de dépréciation, stigmatisation ou valorisation des pratiques.

5Sans apporter peut-être d’éléments fondamentalement nouveaux sur ce qu’a déjà montré la sociolinguistique sur les langues d’Afrique et en Afrique, le travail de Marie Désirée Sol montre néanmoins combien sont utiles les enquêtes de terrain qui donnent la parole aux locuteurs, parole toujours située car évolutive, sur les langues et leurs contacts ou conflits. Ces dynamiques sont en effet le reflet de passés tourmentés mais elles éclairent aussi des jours à venir, dont on peut imaginer qu’elles pourraient aider à les pacifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marielle Rispail, « Marie Désirée Sol, Imaginaire des langues et dynamique du français à Yaoundé : enquête sociolinguistique », Lidil, 47 | 2013, 170-171.

Référence électronique

Marielle Rispail, « Marie Désirée Sol, Imaginaire des langues et dynamique du français à Yaoundé : enquête sociolinguistique », Lidil [En ligne], 47 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lidil/3278

Haut de page

Auteur

Marielle Rispail

CEDICLEC, Université Jean Monnet - St-Étienne
LIDILEM, Université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • OpenEdition Journals