Navigation – Plan du site
Discours, Enonciation, Subjectivité

Histoire, discours : retour sur quelques difficultés de lecture

Michel Arrivé
p. 159-168

Résumé

L'article de Benveniste qui pose la distinction entre les deux registres d'énonciation de l'histoire (souvent rebaptisée récit, non sans quelques conséquences fâcheuses) et du discours est l'un de ceux qui ont suscité le plus de commentaires et de critiques. Par le caractère absolument tranchant de la distinction - tout ce qui n’est pas discours est histoire, et inversement - il se prête effectivement à des interrogations. Le but de l'auteur est de répondre notamment à trois questions :
1) Comment Benveniste conçoit-il le « présent historique », contre-exemple traditionnel des opposants à la distinction de l'histoire et du discours ? La réponse tient dans la notion, à vrai dire implicite chez Benveniste, de « métaphore énonciative ».
2) Qu'en est-il au juste du statut aspectuel de l'aoriste, forme simple qui, à ce titre, relève en principe du non accompli, alors que beaucoup de ses emplois semblent relever de l'accompli ? Il faut ici, pour expliquer les effets de sens d'accompli, faire intervenir deux autres couples aspectuels (Iimitativité/non limitativité, perfectivité/imperfectivité).
3) La distinction des deux registres est-elle valable simplement pour le français contemporain ? Ou a-t-elle une portée universelle ? Il convient ici de se garder de confondre l'opposition elle-même avec les phénomènes morphologiques, nécessairement divers, auxquels elle donne lieu selon les langues et même les états successifs d'une même langue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L'article a été originellement publié dans le Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. L (...)
  • 2 Le responsable — on remarquera que je ne dis pas le coupable — de cette substitution semble bien êt (...)

1L'article de Benveniste sur « les relations de temps dans le verbe français » (19591,1966) est, à n'en pas douter, l'un de ceux qui ont pris le plus d'importance non seulement dans le champ de la lin­guistique mais encore dans celui des études littéraires. La célèbre distinction entre les deux « plans d'énonciation » que sont le discours et l'histoire (celle-ci est souvent rebaptisée récit par les commenta­teurs et utilisateurs2) est passée dans la pratique quotidienne de très nombreux ensei­gnants, linguistes et peut-être plus encore littéraires. Au point qu'il faut souvent en venir à mettre en garde les étudiants, par exemple au niveau de l'agrégation, contre une utilisation trop constante et trop simpliste de la distinction. On sait par ail­leurs qu'elle a souvent donné lieu, sur le plan scientifique, à des cri­tiques plus ou moins virulentes. Je pense notamment — sans les mettre sur le même plan — à celles de Weinrich dans Le Temps (1973)et à celles de Cervoni dans son petit ouvrage sur L'énonciation (1987).

2C'est un fait que l'article de Benveniste, en dépit d'une transpa­rence apparente absolue, pose de nombreuses difficultés. Pour in­troduire le problème, j'en signalerai une : le caractère catégorique, absolument tranchant de la distinction entre l'histoire et le discours. L'énoncia­tion comporte deux « plans », et deux plans seulement. Tout ce qui n'est pas histoire est discours, tout ce qui n'est pas discours est his­toire — sur le modèle de la prose et des vers dans le Bourgeois gen­tilhomme (et ailleurs…). Ici, je ne cite pas, je com­mente, mais d'une façon, je crois, fidèle. En effet, Benveniste écrit, après avoir défini le plan his­torique de l'énonciation :

« Nous avons, par contraste, situé d'avance le plan du discours » (1966, p. 241).

3On ne saurait mieux formuler l'idée que l'histoire et le discours se définissent par leur opposition réciproque, de façon absolument tranchée. Certains commentateurs, comme Cervoni (1987, p. 53-54), font de ce caractère catégorique de l'opposition un objet de critique. Il y aurait lieu de s'interroger sur les fondements théoriques d'une critique de ce genre : est-il évident qu'une distinction est discutable parce qu'elle est tranchante ? Je me contenterai de poser le problème. Non toutefois sans ajouter que la distinction, effectivement dépour­vue de « sous-systèmes intermédiaires », n'a cependant pas pour effet de répartir les réalisations linguistiques — les discours, en quelque sorte, puisque le mot, chacun l'a remarqué, a deux sens chez Benveniste — en deux classes absolument étanches. Benveniste en effet prévoit de façon absolument explicite deux types de relations entre les deux plans d'énonciation de l'histoire et du discours :

    • 3 Précisément 6, si on se fie à l'enquête publiée, en juillet 1963, par Henri Yvon, sous le titre «Le (...)

    Le premier type est décrit par une phrase d'une brièveté la­pidaire : « Dans la pratique, on passe de l'un à l'autre [comprendre : de l'un des deux plans à l'autre] instantanément » (p. 242). C'est cette « instantanéité » du passage de l'un à l'autre qui en explique la facilité et, par là, rend compte du fait qu'il est, somme toute, assez rare qu'un texte relève longuement et continûment du discours ou de l'histoire. Benveniste fait allusion, très brièvement (p. 244), au texte de L'étranger de Camus. On se souvient que, de façon délibérée, Camus a pris le parti de rester constamment dans le registre du dis­cours : on sait l'effet insolite — la présence constante du sujet d'énonciation — qui est ainsi produit. On sait aussi que Camus n'a pas réussi à tenir le pari du passé composé de façon absolument constante : il a laissé échapper quelques passés simples3, traces in­contestables d'énonciation historique. Quelle meilleure preuve de l'instantanéité du passage d'un registre énonciatif à l'autre ? — S'il est possible, à ce sujet, de formuler une critique à l'égard de Benveniste, c'est tout au plus d'avoir traité ce problème important en une ligne, susceptible de passer inaperçue à un lecteur trop rapide.

  1. Le second type de relation entre histoire et discours n'est autre que celui du discours dans l'histoire, c'est-à-dire la probléma­tique du discours indirect :

« L'énonciation historique et celle du dis­cours peu­vent se conjoindre en un troisième type d'énonciation, où le discours est rapporté en termes d'événements et transposé sur le plan histo­rique » (p. 242).

4On le voit : si la coupure théorique entre les deux concepts d'histoire et de discours est totale, elle n'a pas pour conséquence la constitution de deux types de textes étanches. Le passage constant entre les deux registres est un caractère dominant du langage. Et toute la problématique du discours indirect repose sur la combinai­son des deux plans d'énonciation.

5J'indique maintenant, après cette brève allusion introductive au problème dans sa généralité, les trois points sur lesquels va porter mon intervention. Je les traiterai par ordre d'importance à mes yeux croissante — quoiqu’aucun d'eux ne soit mineur. Mais ils n'ont, à des degrés divers, été traités par Benveniste que de façon implicite, et ont pu, de ce fait, passer plus ou moins inaperçus :

  1. Le problème posé par le « présent historique » ;

  2. Le problème posé par l'intégration de l'« aoriste » — le passé simple — aux formes de non-accompli ;

  3. Enfin, le problème de la portée de la distinction entre les deux concepts d'histoire et de discours : est-elle valide seulement pour le français, comme semble l'annoncer le titre même de l'article ? A-t-elle, au contraire, une portée plus générale, voire universelle ?

Le problème du présent historique

6Dans l'article, Benveniste consacre au présent historique une note de caractère prétéritif, au sens le plus littéral du terme. Elle n'est toutefois pas inintéressante, et je la citerai dans quelques instants. Dans l'ensemble des deux volumes des Problèmes de linguistique gé­nérale, il est très souvent question du présent, pour une raison évi­dente : il constitue le pivot de la temporalité linguistique telle que la conçoit Benveniste. Il convient ici de citer l'un des passages les plus explicites :

  • 4 Première référence de l'article: Journal de psychologie normale et pathologique, juillet-septembre (...)

« Le repère temporel du présent ne peut être qu'intérieur au dis­cours. Le Dictionnaire général définit le “présent” comme “le temps du verbe qui exprime le temps où l'on est”. Mais prenons-y garde, il n'y a pas d'autre critère ni d'autre expression pour indiquer “le temps où l'on est” que de le prendre comme “le temps où l'on parle”. C'est le moment éternellement “présent”, quoique ne se rapportant jamais aux mêmes événements d'une chronologie “objective”, parce qu'il est déterminé pour chaque locuteur par chacune des instances de dis­cours qui s'y rapporte. Le temps linguistique est sui-référentiel. En dernière analyse la temporalité humaine avec tout son appareil lin­guistique dévoile la subjectivité inhérente à l'exercice même du lan­gage » (1966, p. 262-263 ; l'article — « De la subjectivité dans le lan­gage » — date de 19584).

  • 5 Il s'agit de l'illustre article sur «L'appareil formel de l'énonciation», publié originel­lement da (...)
  • 6 Il s'agit ici de l'article «Structure des relations d'auxiliarité», Acta linguistica Hafnensia,  vo (...)

7Du présent en général il est donc question chez Benveniste de façon fréquente et abondante (voir aussi, notamment, 1974, p. 83-845). Mais, si j'ai lu de façon exhaustive et suffisamment attentive, il n'est jamais question du présent historique, tout juste nommé en 19746, p. 181. Comment s'explique ce silence ? C'est la question, apparemment ano­dine, que je me suis posée.

8Une première réponse vient à l'esprit. C'est que le présent his­to­rique constitue un contre-exemple à la théorie benvenistienne du présent. Si le présent marque bien la coïncidence entre « l'événement décrit » et « l'instance de discours qui le décrit », le présent historique constitue une infraction inexplicable à cette coïncidence. Les cri­tiques de Benveniste se sont évidemment précipités dans cette brèche : par exemple Cervoni (1987, p. 41), qui, dans la suite de Serbat, retient spécifiquement le présent historique comme argument anti-benve­nistien et pro-serbatique — la théorie de Serbat consistant à poser le présent comme intemporel. Le silence de Benveniste aurait donc pour fonction d'occulter un contre-exemple à sa théorie du pré­sent.

  • 7 Il s'agit de l'article «La philosophie analytique et le langage», Les Etudes philoso­phiques, n° 1, (...)

9Il va de soi que cette interprétation ne tient pas. Pour toute sorte de raisons, dont la principale est la suivante : le présent histo­rique n'est pas le seul contre-exemple apparent à la théorie benve­nistienne du présent. A vrai dire, la quasi-totalité des emplois du présent constituent, à première vue, des contre-exemples plus ou moins virulents à la théorie de la coïncidence entre l'acte d'énoncia­tion et l'action décrite. En effet, cette coïncidence est rarement abso­lue. Elle ne l'est que pour les verbes performatifs à la première per­sonne : je te promets de venir réalise sans bavure la coïncidence ab­solue de l'action d'énoncer et de l'acte énoncé, pour la raison que ces deux opérations se confondent. Benveniste le dit de façon presque explicite (1966, p. 273-2747), sans d'ailleurs aller jusqu'à re­marquer que le caractère absolu de cette coïncidence temporelle est le plus fort des arguments en faveur de sa théorie du présent. Mais dans tous les autres cas, il y a, à des degrés divers, discordance entre la durée de l'action décrite et celle de l'action d'énoncer. Le passé ré­cent — j'ar­rive à l'instant de Caracas — et le futur proche — je pars demain pour Paris ou même je prends ma retraite dans huit ans — en don­nent des exemples déjà spectaculaires. De ces variétés de pré­sent, longuement énumérées, mais le plus souvent mal commentées dans les grammaires, Benveniste, sauf oubli, ne souffle mot. Parce qu'il lui paraît inutile d'énoncer cette évidence : le présent du locu­teur ne se limite pas à un point, ni même au bref segment de temps que néces­site la produc­tion matérielle de l'énoncé. Le présent dé­borde de chaque côté sur ce que le sujet se donne comme encore présent (le passé récent) ou comme déjà présent et/ou inéluctable (le futur proche).

10Reste que le présent historique pose, apparemment, un pro­blème plus ardu : il est impossible de le considérer immédiatement comme contemporain de l'instance d'énonciation. C'est ici qu'il faut en venir à citer la très brève note de Benveniste annoncée plus haut. Pour l'essentiel prétéritive, elle fournit cependant, par sa forme même autant que par son contenu, l'ébauche de l'explication souhai­tée :

« Nous ne parlons pas ici, bien entendu, du “présent historique” des grammaires, qui n'est qu'un artifice de style » (1966, p. 245, note 1).

  • 8 Aux curieux d'histoire, je signale le remarquable article de Greimas «La linguis­tique statistique (...)

11L'attitude de Benveniste consiste à renvoyer le présent historique dans les marges de la langue : « il n'est qu'un artifice de style » — et on remarquera à la fois la restriction du ne…que et la spécificité du léxème artifice, qui indique que le phénomène repose sur une dis­torsion du fonctionnement normal de la langue. Conformément à l'intention prétéritive qu'il affiche, Benveniste ne consent pas à préci­ser la nature de cet artifice. Est-il possible d'essayer de mettre nos pas dans les siens ? Pour ma part j'ai désigné cet artifice — d'une fa­çon qui n'est d'ailleurs pas vraiment originale — comme une « métaphore énonciative », en redonnant au mot métaphore son sens étymologique. C'est la totalité de l'instance énonciative qui est, par artifice, déplacée, métaphorisée vers le passé, avec l'ensemble de ses données actantielles, temporelles et spatiales. D'où l'effet incontes­table de présentification du passé qui est obtenu. On aura compris que je ne partage absolument pas les vues de Cervoni sur ce point. Il en vient en effet à tenir compte de la fréquence du présent historique dans certains textes pour prétendre « qu'il devient difficile de le considérer comme une distorsion à effet stylistique de la valeur fon­damentale de la forme » (1987, p. 41). C'est conférer aux données de fréquence une portée qu'elles n'ont pas : là encore vieux problème que je me contenterai d'avoir évoqué8. Et s'il reste possible de faire un léger reproche à la formulation de Benveniste, c'est peut-être de noter son caractère un peu cavalier : il ne juge pas nécessaire d'expli­citer ce qui lui paraît aller de soi.

Le problème de l'aoriste comme forme de non-accompli

12Ce second problème est un peu plus ardu. A ma connaissance, il est passé pour l'essentiel inaperçu. On se souvient que dans l'ar­ticle il est d'abord question de l'opposition entre l'histoire et le dis­cours. L'auteur en vient ensuite à la seconde réflexion qui, croisée avec la première, va lui permettre d'éclairer le système des temps du fran­çais : il s'agit de décrire « la relation entre temps simples et temps co­mposés » (p. 245). L'hypothèse de Benveniste est double, car les formes composées s'opposent aux formes simples sur deux plans :

  1. D'une part, elles sont des formes de « parfait » — nom benvenistien de l'accompli — par rapport aux formes de non accompli que sont les temps simples (p. 246).

  2. D'autre part les temps composés indiquent l'antériorité (p. 246).

13Du second point je me contenterai de souligner à la fois l'intérêt, l'originalité et la difficulté. Benveniste en effet introduit — peut-être, une fois de plus, un peu rapidement — le concept difficile d'« antériorité intra-linguistique », « notion propre à la langue, originale au plus haut point, sans équivalent dans le temps de l'univers phy­sique » (p. 247). Ce qui me retiendra aujourd'hui, c'est la première opposition. L'affectation des temps simples à la catégorie du non-ac­compli implique en effet de façon immédiate que l'aoriste — nom benvenistien du passé simple — soit rangé du côté du non-accompli, au même titre que le présent, l'imparfait et le futur : c'est ce qui s'ob­serve dans le tableau de la page 246. Au premier abord, cela peut étonner. Si le présent, l'imparfait et le futur sont sans hésitation considérés comme relevant du non accompli, il n'en va pas de même pour le passé simple. A vrai dire, les grammaires, sur ce point, sont fréquemment prudentes, voire totalement silencieuses. Quand elles prennent position, elles le font de façon indirecte, en disant, ou lais­sant entendre que le passé simple a la même valeur aspectuelle que le passé composé, c'est-à-dire l'accompli. Il faut bien avouer que cette analyse semble confirmée par les faits, en tout cas par certains d'entre eux. Pour prendre un exemple célèbre, la marquise sortit à cinq heures semble bien être l'équivalent exact, du point de vue temporel et du point de vue aspectuel, de la marquise est sortie à cinq heures : indépendamment de la position énonciative du sujet, le référent visé par ces deux énoncés est le même. Le second relève de l'accompli : il en va donc de même du premier.

14Benveniste lui-même semble bien confirmer cette analyse : en effet, il se donne comme point de départ de sa réflexion la « redondance » — c'est son mot — du système pour l'expression du passé. De l'interprétation traditionnelle qui donne il a fait et il fit comme « deux variantes de la même forme » il ne récuse que l'explica­tion historique qui en est donnée. Serait-ce donc qu'à ce moment de sa réflexion il considère le passé simple comme relevant de l'accom­pli, en contradiction patente avec ce qu'il se dispose à écrire quelques pages plus bas ?

15Il n'en est rien. Il faut en effet comprendre que le statut de « variantes » réciproques du passé simple et du passé composé ne s'observe que dans le cas où le passé composé devient « l'aoriste du discours » et, de ce fait, prend — d'une façon incontestablement pa­radoxale — le statut d'une « forme simple » (p. 249). Pour fixer les idées, c'est le cas de L'Étranger de Camus : de façon à peu près conti­nue, le passé composé se substitue au passé simple attendu (et par­fois réalisé par inadvertance, voir la note 3). Il prend de ce fait la va­leur temporelle de passé du discours. Passé au statut de forme simple, il prend donc les valeurs non seulement temporelles mais aussi aspectuelles de l'aoriste, sa variante : ce n'est pas, ici, l'aoriste qui se calque sur le passé composé, mais le passé composé qui se modèle sur l'aoriste. Il n'y a donc pas de contradiction interne au sein de la réflexion de Benveniste.

  • 9 Il s'agit de l'article identifié par la note 6.
  • 10 Avec un perfectif, encore  ne peut marquer la continuation du procès — par dé­finition achevé — mai (...)

16Sauvée de l'accusation majeure de l'autocontradiction, la ré­flexion de Benveniste reste toutefois soupçonnée d'un autre vice, à peine moins grave : celui de non-pertinence à l'égard du donné lin­guistique. Car il faut bien avouer que l'affectation du passé simple — ou de certains de ses emplois — à la valeur aspectuelle de non accompli a quelque chose, au premier abord, de fortement paradoxal. Point, à ce qu'il semble, de non accompli dans La marquise sortit à cinq heures. Benveniste passe sous silence cette authentique diffi­culté : comment rendre compte de l'effet d'accompli que produisent fré­quemment les emplois du passé simple, en dépit de la morpholo­gie, qui les situe du côté du non accompli ? Je me contenterai ici d'une suggestion. Si le passé simple est souvent interprété comme un ac­compli, ce n'est que l'effet second de sa valeur limitative. Quand cette valeur limitative affecte un verbe perfectif, elle fait nécessaire­ment apparaître l'effet de sens d'accompli. Je reprends l'exemple de la marquise. Le verbe sortir est, dans mon jargon, perfectif. Benveniste, qui jargonne peu, décrit ces verbes comme ceux « dont la réalité coïncide avec leur réalisation, et qui ne peuvent se poursuivre sans se nier » (19749, p. 181) : en somme, on ne peut pas continuer à sortir une fois qu'on est sorti, alors que rien n'empêche de continuer à marcher même si on a déjà marché. Quant un verbe perfectif est au passé simple, la limitativité affecte ses deux limites tempo­relles. C'est ce qui produit l'effet de sens d'accompli, observé par exemple dans la marquise sortit à cinq heures : comment un procès donné comme limité pourrait-il être compris comme non accompli ? Mais lorsque le passé simple affecte un verbe imperfectif, l'aspect limitatif ne prend en compte que la première borne temporelle du procès. La seconde est négligée, ce qui laisse apparaître l'effet de sens de non accompli du passé simple. Un exemple célèbre est donné par la traduction de la parole biblique et la lumière fut, qui est de l'ordre du non accompli. C'est la même combinatoire aspectuelle qui explique la compati­bilité du passé simple avec encore — qui, lorsqu'il marque la pour­suite du procès, explicite son aspect non accompli : il marcha encore —et sa non-compatibilité avec déja : *il marcha déjà10. On aura re­marqué qu'à la différence du passé simple le passé composé est par­faitement compatible avec déjà (il a déjà marché) et que sa combinai­son avec encore fournit un inventaire d'interprétations différent de celui qu'offre le passé simple.

17Concluons : conformément à ce qu'indique sa morphologie, le passé justement dit simple a une valeur de non accompli. C'est une autre composante de sa valeur aspectuelle — la limitativité — qui lui confère, dans le cas des verbes perfectifs, les apparences de l'accom­pli.

Une distinction universelle ?

18A première lecture, il semble bien que la distinction de l'his­toire et du discours vise de fa­çon exclusive le système français. C'est en tout cas ce qu'annonce la lettre même du titre de l'article. Si j'ai bien lu, aucun exemple d'une langue autre que le français n'est cité. C'est un phénomène rare chez Benveniste, qui convoque générale­ment un grand nombre de langues (114 en tout, selon le dénombre­ment opéré ici-même par Sungdo Kim !). Comme on l'a rappelé tout à l'heure, c'est en outre une spé­cificité du système français — l'« équivalence » de il fit et de il a fait — qui constitue le point de dé­part de la réflexion.

19Est-ce à dire que l'ensemble de la théorie est élaboré en vue de la seule langue française ? C'est un pas que n'hésite pas à franchir Harald Weinrich, non toutefois sans s'entourer de quelques précau­tions :

« Il [Benveniste] me paraît avoir échafaudé toute sa théorie du temps dans le but essentiel d'expliquer la disparition du Passé simple dans le français parlé et, aux première et deuxième per­sonnes, dans le français écrit » (1973, p. 62).

20Cette hypothèse me paraît mal fondée. La prise en compte spécifique du français est évidemment incontestable. Mais elle peut être envisa­gée d'un double point de vue. Du point de vue heuristique, elle est l'élément déclencheur de l'analyse. Du point de vue proprement théorique, elle n'est que la retombée, sur une langue particulière, d'une théorie de portée universelle.

21Telle quelle, mon interprétation risque de paraître dépourvue de toute justification. Il convient donc d'entreprendre de la démon­trer. Procédons par l'absurde.

  • 11 Par définition, l'archaïsme est à tout instant possible. Et il n'est que trop facile de trouver dan (...)

22Si la théorie de Benveniste visait spécifiquement et exclusive­ment le français, elle constituerait un échec à peu près total. En effet, elle n'est exacte que pour le français moderne, disons — sans entrer dans le détail d'une chronologie très difficile à établir avec rigueur11 — le français à partir des années 50. Il suffit de remonter dans le temps d'une cin­quantaine d'années, à plus forte raison d'une cen­taine, pour consta­ter qu'elle est fondamentalement inexacte. Je prends comme exemple le point le plus spectaculaire : l'incompatibi­lité entre l'aoriste et les deux premières per­sonnes. Elle est vérifiée en français contemporain — et les contre-exemples qu'on trouve sans difficulté excessive (quoique de façon statistiquement insigni­fiante) peuvent, un par un, être justifiés et expliqués. Mais ouvrez par exemple Balzac : vous allez trouver de façon continue des exemples de passé simple à la 1ère et à la 2ème personne. Je pense notamment à la première par­tie du Lys dans la vallée, constituée des souvenirs d'en­fance du narra­teur : ils sont rap­portés de façon conti­nue à la première personne de l'aoriste.

23Comment expliquer cette inaptitude apparente de la théorie de Benveniste ? Je ne vois que trois possibilités :

  1. La distinction des deux plans de l'histoire et du discours vaut exclusivement pour le français contemporain ;

  2. La distinction prétend avoir une portée générale. Mais elle n'atteint aucunement cette portée : un état de langue très proche du français contemporain — celui du français des années 1830 — four­nit à tout instant des contre-exemples éclatants.

  3. La distinction a une portée générale, voire universelle. Ce qui varie de langue à langue, voire d'état de langue à état de langue, c'est la distribution des formes temporelles du verbe — ou de ce qui en tient lieu — entre les deux registres.

24On a inévitablement compris que la troisième solution est la seule acceptable. La première est d'une totale incohérence : comment pourrait-il se faire qu'une distinction fondée sur des vues aussi générales — qu'on se reporte aux définitions du discours et de l'histoire —ne fût valide que pour une langue unique, et même un état unique de cette langue ? La seconde solution aurait pour effet immé­diat de disqualifier d'emblée la théorie : valide pour un état de langue, elle ne le serait même pas pour un état antérieur de la même langue ! C'est donc la troisième solution qui est à retenir. Les formes temporelles du verbe se répartissent de façon variable entre les deux registres universellement pertinents de l'histoire et du discours. Pour prendre comme unique exemple celui du français du XIXème siècle, il était caractérisé par l'ambivalence de l'aoriste, à la fois temps de l'histoire et temps du discours. A vrai dire cette ambiva­lence n'a rien d'étonnant : elle s'observe en français contemporain pour l'imparfait. L'exclusion de l'aoriste du registre du discours s'est faite de façon à la fois progressive et relativement rapide à la fin du XIXème et au début du XXème siècles, non sans laisser quelques séquelles dans la langue contemporaine.

  • 12 Première référence: Bulletin de la société de linguistique de Paris, XLVI, 1950, fasc. 1, p. 19-36.

25Ainsi, contrairement aux apparences, la distinction de l'histoire et du discours, bien loin de n'être valide que pour le français, a une portée universelle. La seule objection qui reste susceptible d'être op­posée à cette interprétation est celle de l'existence éventuelle de langues sans verbe : elles sembleraient à première vue peu susceptibles de s'accommoder d'une distinction fondée pour une large part sur l'opposition de formes verbales… Là encore, même si ce n'est que de façon implicite, Benveniste fournit lui-même la réponse à cette objection apparemment sans faille. On se souvient en effet qu'il aborde à différentes reprises le problème de l'opposition verbo-nominale, notamment dans l'illustre article sur « La phrase nomi­nale »12 (1950-1966, p. 151-167) : dans ce travail se fait jour l'idée que l'oppo­sition des deux classes du verbe et du nom, non susceptible d'être fixée de quelque façon, n'a aucun caractère de nécessité uni­verselle. Reste cependant « la fonction verbale », qui peut être « en une certaine mesure indépendante de la forme verbale » (1966, p. 154). C'est préci­sément en ce point que s'insère la possibilité, même pour les éventuelles langues sans verbe, d'être affectées par l'opposition du discours et de l'histoire.

Haut de page

Bibliographie

Comme on l'aura remarqué au cours de la lecture, les réfé­rences originelles des articles de Benveniste réunis dans les deux volumes successifs des Problèmes de linguistique générale ont été exhaustivement identifiées dans les notes. On ne répétera pas ici ces indications.

Benveniste, Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard. Un vol. de 356 pages.

Benveniste, É., 1974, Problèmes de linguistique générale II. Paris, Gallimard. Un vol. de 290 pages.

Cervoni, Jean, 1987, L'énonciation, Paris, PUF. Un vol. de 128 pages.

Genette, Gérard, 1966, « Frontières du récit », Communications n° 8, p. 152-163.

Greimas, Algirdas-Julien, 1962-1963, « La linguistique statistique [et non statique, comme il est indiqué par erreur sur la page de titre] et la linguistique structurale », Le français moderne, t. XXX, n° 4, oc­tobre 1962, p. 241-254 et t. XXXI, n° 1, janvier 1963, p. 55-68.

Weinrich, Harald, 1973, Le temps : le récit et le commentaire, Paris, Le Seuil, collection Poétique. Un vol. de 334 pages.

Yvon, Henri, 1963,« Le passé simple est-il sorti d'usage ? », Le français moderne, XXXI, n° 3, juillet, p. 161-176.

Haut de page

Notes

1 L'article a été originellement publié dans le Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. LIV, fasc. 1, p. 69-82.

2 Le responsable — on remarquera que je ne dis pas le coupable — de cette substitution semble bien être  pour une large part Gérard Genette. Dans «Les frontières du récit» (qui, datant de  novembre 1966, est de très peu postérieur à la publication en volume de l'article de Benveniste — qui date de mars), il assimile sans barguigner récit  et histoire: «Ce partage correspond à peu près à la distinction proposée naguère par Émile Benveniste entre récit  (ou histoire) et discours» (p. 159). Sous réserve d'examen exhaustif, il semble bien que benveniste lui-même ne procède jamais à cette as­similation de l'histoire  et du récit.  Récit, qu'il emploie de loin en loin,  apparaît explicitement dans la définition de «l'énonciation historique» (1959-1966, p. 238-239), dans des conditions telles qu'il est impossible d'admettre que pour lui les deux notions se confondent: «L'énonciation historique, aujourd'hui réservée à la langue écrite, caractérise le récit des événements du passé».

3 Précisément 6, si on se fie à l'enquête publiée, en juillet 1963, par Henri Yvon, sous le titre «Le passé simple est-il sorti d'usage?», dans Le français moderne, XXXI, 3, p. 161-176. A côté de ces 6 passés simples ne figurent pas moins de … 1580 passés composés!

4 Première référence de l'article: Journal de psychologie normale et pathologique, juillet-septembre 1958, p. 257-265.

5 Il s'agit de l'illustre article sur «L'appareil formel de l'énonciation», publié originel­lement dans Langages, mars 1970, n° 17, p. 12-18.

6 Il s'agit ici de l'article «Structure des relations d'auxiliarité», Acta linguistica Hafnensia,  vol. V, 1965, n° 1, p. 1-15.

7 Il s'agit de l'article «La philosophie analytique et le langage», Les Etudes philoso­phiques, n° 1, janvier-mars 1963, p. 3-11.

8 Aux curieux d'histoire, je signale le remarquable article de Greimas «La linguis­tique statistique et la linguistique structurale», Le français moderne, 1962, t. XXX, n° 4, p. 241-154 et 1963, t. XXXI, n° 1, p. 55-68.

9 Il s'agit de l'article identifié par la note 6.

10 Avec un perfectif, encore  ne peut marquer la continuation du procès — par dé­finition achevé — mais sa répétition: il sortit encore.

11 Par définition, l'archaïsme est à tout instant possible. Et il n'est que trop facile de trouver dans le français le plus contemporain des exemples qui ne dépare­raient pas un siècle plus tôt. L'article d'Yvon (1963, voir note 3) donne des exemples intéressants sur le problème.

12 Première référence: Bulletin de la société de linguistique de Paris, XLVI, 1950, fasc. 1, p. 19-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Arrivé, « Histoire, discours : retour sur quelques difficultés de lecture », Linx, 9 | 1997, 159-168.

Référence électronique

Michel Arrivé, « Histoire, discours : retour sur quelques difficultés de lecture », Linx [En ligne], 9 | 1997, mis en ligne le 05 juillet 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/linx/1028 ; DOI : 10.4000/linx.1028

Haut de page

Auteur

Michel Arrivé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals