Navigation – Plan du site

La négation en arabe

Moktar Djebli
p. 323-329

Résumés

La négation arabe s’effectue différemment suivant deux facteurs : le type dd phrase et le temps exprimé.
I - Dans une phrase verbale, on fait appel à de nombreuses particules ainsi :
A) Pour l’accompli [le passé] : la particule la plus fréquemment utilisée est [] ou [lam] (ne... pas) (ex. 6).
B) Avec un verbe à l’inaccompli (le présent ou le futur) : deux autres particules sont souvent employées [] et [lan], avec cependant une nuance ; car cette dernière exprime une négation catégorique certaine (ex. 10 & 13).
II - En ce qui concerne la phrase nominale, différentes formes de négation sont usitées :
A) Au présent, la négation s’effectue à l’aide du morphème [], ou du verbe [laysa] qui exprime une négation d’existence (ne pas être) (ex. 18).
B) Au passé, la négation s’obtient, essentiellement, par le biais de la particule [], accompagnée d’un verbe d’état [kâna] employé à l’accompli comme exposant temporel et rendu souvent, en français, par le verbe être à l’imparfait ou au plus-que-parfait (ex. 20).
C) Pour le futur : on a souvent recours au même verbe [kâna], mais conjugué à l’inaccompli et accompagné de la particule [] ou bien [lan], s’il s’agit d’une négation catégorique et irrévocable (ex. 21 & 22).

Haut de page

Texte intégral

1Nous traiterons, dans cet exposé, d’une manière succincte les différentes formes de la négation en arabe, notamment du point de vue syntaxique ; ne serait-ce que pour mettre en évidence certains aspects contrastifs avec le français ; sachant que les langues – aussi éloignées les unes des autres, et malgré les apparences – renferment bien des similitudes.

Aspect du verbe arabe

2En arabe, le système verbal se présente essentiellement sous trois aspects :

3I. L’accompli : qui exprime une action achevée. Il correspond au passé français, avec ses différentes formes (passé composé, passé simple, imparfait, etc...) :

(1) kataba Karîmun... [Karim a écrit, écrivit, écrivait, avait écrit, etc... ;

  • 1 Certains emploient, à ce propos, les termes perfect et imperfect, termes inadéquats, à notre avis. (...)

II. L’inaccompli1 : qui  indique une action en cours de réalisation (présent, futur ou conditionnel) :

(2) yaktubu Karîmun... Karim écrit, écrira ou écrirait...] ;

III. & l’impératif : qui exprime, comme en français, un ordre affirmatif ou négatif.

(3) utkub! [Ecris!].

Aspect de la phrase arabe

4Quant à la phrase arabe, elle se présente sous deux formes :

5I. La phrase verbale : qui, comme son nom l’indique, contient un verbe explicitement, un sujet et différents compléments.

(4) kataba Karîmun risâlatan ilâ sadîqin... [Karim a écrit une lettre à un ami....

6On note la déclinaison finale du sujet [un, Karîmun] (cas nominatif), du complément d’objet direct [an, risâlatan] (cas accusatif) et du complément d’objet indirect [in, sadîqin] (cas génitif).

7Aussi une véritable phrase arabe se présente-t-elle généralement de la sorte, c-à-d :

verbe + sujet + complément d’objet direct + complément d’objet indirect, etc...

8II. La seconde phrase est la phrase nominale : qui – elle – se compose généralement de deux éléments : un nom, ayant pour fonction grammaticale sujet et un attribut.

(5) Karîmun kâtibun. [Karim est un écrivain].

9On relève que le verbe être est inexprimé, dans pareil cas. La flexion du sujet, tout comme celle de l’attribut, est [un] (cas nominatif).

La négation

10La négation s’effectue différemment suivant le type de phrase et le temps exprimé.

I. La phrase verbale :

i. La phrase verbale simple :

11Dans une phrase verbale simple, on fait appel à de nombreux morphèmes dépendamment du temps employé. Les plus usités sont les suivants :

A) Pour l’accompli (le passé) :

1. La particule la plus fréquemment utilisée est [] (ne...pas).

(6) a. kataba Karîmun risâlatan. [Karim a écrit une lettre].

  • 2 Deux autres particules sont également employées d’une façon quasi identique à [] ; il s’agit de (...)

    b. kataba Karîmun risâlatan. [Karim n’a pas écrit une lettre]2

12Il est à noter que la particule de la négation  [mâ] précède le verbe, qui lui-même devance le sujet, comme nous l’avons déjà souligné.

13 2. Accompagnée d’autres morphèmes tels que [illâ, ghayr ou siwâ], cette particule [] rend la négation française restrictive : ne...que, avec un temps passé.

(7) a. kataba Karîmun illâ risâlatan. [Karim n’a écrit qu’une lettre.]

    b. kataba Karîmun siwâ (ou gayra) risâlatin.

14On note la déclinaison différente du complément, entraînée par l’intervention de ses deux particules (risâlatin au lieu de risâlatan).

3. Une seconde particule [] (non, ne...pas) pourrait être employée avec un accompli, mais lorsqu’il s’agit précisément d’un vœu ou d’une malédiction.

(8) a. dâma l-qitâlu... [Le combat a duré...]

    b. dâma l-qitâlu! [Que le combat ne dure pas!]

(9) a. rahima-hu Llâhu! [Que Dieu lui accorde sa bénédiction!].

    b. rahima-hu Llâhu! [Que Dieu ne lui accorde point sa bénédiction!].

B) Avec un verbe à l’inaccompli (le présent ou le futur) :

1. C’est même particule [], qui est le plus souvent usitée.

(10) a. yaktubu Karîmun risâlatan. [Karim écrit (ou écrira) une lettre.].

     b. yaktubu Karîmun risâlatan. [Karim nécrit (ou nécrira) pas une lettre.].

152. L’adverbe ne...que, peut être rendu également par l’association de cette particule [] à une autre du groupe de [illâ] à l’instar de [], comme nous l’avons précisé plus haut, mais avec un verbe à l’inaccompli.

(11)  yaktubu Karîmun illâ risâlatan. [Karim n’écrit (ou n’écrira) qu’une lettre.]

163. Encore le même morphème [] pourrait être employé pour exprimer une prohibition (un impératif négatif).

(12) a. takdhibu! [Tu mens.].

     b. takdhib! [Ne mens pas!].

[] exige, dans ce cas, la disparition de la voyelle finale [u] du verbe takdhibu, transformé en : takdhib ; ce que les arabisants désignent par le terme [sukûn] ou absence de voyelle, marquant l’apocopé (cf. note 2, p. 3).

174. Une dernière particule [lan] est utilisée pour exprimer, dans un temps futur, une négation catégorique et irrévocable.

(13) a. yaktubu Karîmunrisâlatan. [Karim n’écrit, n’écrirait, ou n’écrira pas une lettre], sans affirmation, ni assurance.

     b. lan yaktuba Karîmunrisâlatan. [Karim n’écrira pas une lettre]. Il s’agit d’une certitude, cette fois-ci ; car Karim, pour une raison ou une autre, n’écrira assurément pas de lettre.

On relève ici la flexion verbale finale [a au lieu de u], entraînée par l’intervention de la particule [lan].

ii. La phrase verbale complexe :

18Dans une phrase verbale complexe, la négation est quasi identique à celle d’une prhase simple.

19C’est encore les morphèmes : [], [] et [lan], qui sont les plus souvent employés, suivant le temps exprimé.

20Par exemple, dans une subordonnée relative :

à l’accompli (le passé), on a recours à []

(14) a. wasala r-rajululladhî `Araftu-hu. [L’homme, que j’ai connu, est arrivé].

     b. wasala r-rajululladhî `Araftu-hu. [L’homme, que j’ai connu, n’est pas arrivé].

21On remarque que la particule de négation [] est en tête de la proposition principale, comme dans une phrase verbale simple ; [lladhî] étant le pronom relatif, introduisant la subordonnée.

à l’inaccompli, c’est la particule [], qui est la plus fréquemment usitée :

(15) a. yasilu r-rajululladhî `Araftu-hu. [L’homme, que j’ai connu, arrive].

     b. yasilu r-rajululladhî `Araftu-hu. [L’homme, que j’ai connu, n’arrive pas].

· et au futur, c’est le morphème [lan], qui est employé généralement :

(16) lan yasilu r-rajululladhî `Araftu-hu. [L’homme, que j’ai connu, n’arrivera pas].

La négation française ni... ni, dans une coordination, est rendue souvent en arabe par les mêmes [mâ, lâ ou lan] et [] conjointement [wa] (et).

(17) a. shariba Karîmun qahwatan, wa lâ shâyan. [Karim n’a bu ni café ni thé] (passé).

     b. yasharabu Karîmun qahwatan, wa lâ shâyan. [Karim ne boit ni café ni thé] (présent).

     c. lan yasharaba Karîmun qahwatan, wa lâ shâyan. [Karim ne boira, certainement, ni café ni thé] (futur négatif catégorique).

II. La phrase nominale

22En ce qui concerne la phrase nominale, il existe différentes formes de négation, dont les plus fréquentes sont les suivantes :

A) Au présent, la négation s’effectue à l’aide de :

1. La particule [mâ], ou du verbe [laysa] qui exprime une négation d’existence (ne pas être).

(18) a. Karîmun kâtibun. [Karim est un écrivain (ou secrétaire)].

     b. (ou laysa) Karîmun kâtiban. [Karim n’est pas un écrivain (ou secrétaire)].

L’introduction de (ou laysa) entraîne la voyelle double [tanwîn] à la fin de l’attribut [kâtiban].

232. La particule [] est également utilisée, dans pareil cas, mais dans un moindre mesure, afin d’exprimer une négation d’espèce ou de genre :
(19) a. fî d-dâri rajulun. [il y a un homme (masculin) à la maison].
b. lâ rajula fî d-dâri[il n’y a pas d’homme à la maison ; autrement dit ; aucun homme du genre masculin n’est à la maison ; mais des femmes, probablement].

24On note, dans cette structure, la voyelle finale du nom [rajula] imposée par l’intervention de [].

B) Au passé, la négation dans une phrase nominale, s’obtient, essentiellement, par le biais de la particule [], accompagnée d’un verbe d’état [kâna] employé à l’accompli comme exposant temporel et rendu souvent, en français, par le verbe être à l’imparfait ou au plus-que-parfait.

(20) a.kâna Karîmun kâtiban. [Karim était un écrivain (ou secrétaire)].

     b. kâna Karîmun kâtiban. [Karim n’était pas un écrivain].

Il est à noter que, bien que la phrase contienne un verbe, elle est toujours considérée comme une phrase nominale, mais introduite par le verbe d’état [kâna]. Quant à la déclinaison, elle est identique à celle de [laysa] ([un] pour le sujet : Karîmun et [an] pour l’attribut : kâtiban), comme nous l’avons signalé plus haut (cf. p.327).

C) Pour le futur :

25 1) On a souvent recours au même verbe [kâna], mais conjugué à l’inaccompli et accompagné de la particule [], employée dans une négation verbale au présent.

(21) a. yakûnu Karîmun kâtiban. [Karim sera (ou serait) un écrivain].

     b. yakûnu Karîmun kâtiban. [Karim ne sera (ou ne serait) pas un écrivain].

26 2) La même forme pourraît être employée, mais en substituant [lan] à [], pour exprimer une négation future, plus catégorique.

(22) lan yakûna Karîmun kâtiban. [Karim ne sera (certainement) pas un écrivain].

273. En revanche, cette même phrase, introduite par [], pourrait être exprimée au conditionnel et marquant ainsi un doute, quant à la réalisation de l’action. Pour ce faire, il suffit de l’introduire par un adverbe de doute [gad].

(23) a. yakûnu Karîmun kâtiban. [Karim ne sera (ou ne serait) pas un écrivain].

     b. qad yakûnu Karîmun kâtiban. [Karim ne serait probablement pas un écrivain].

28D’autres verbes d’état ou d’existence, dits du groupe de [kâna], une quinzaine en tout, ont le même usage que celui-ci.

(24) a. mâ zâla Karîmun kâtiban. [Karim ne cesse d’être un écrivain] ;

ou avec [lâ] :

    b. yazâla Karîmun kâtiban. [Karim ne cessera d’être un écrivain]. (V. à ce sujet, notamment : Afghânî, Mudhakkarât fî l-qawâ`id : pp. 20sq ; Blachère, Eléments de l’arabe classique : pp.44sq., Djebli, Eléments de grammaire arabe : p. 15).

29Encore une dernière remarque à propos de ces particules (mâ, lâ et lan). En effet, comme pour la phrase verbale, elles peuvent être employées accompagnées de [illâ, ghayr ou siwâ], déjà citées (cf. p. 3), dans une phrase nominale exceptive, exprimée en français par la négation restrictive : ne...que.
a) Au présent :
(25)  Karîmun illâ kâtiban. [Karim n’est qu’un écrivain],
b) Au passé, dans une phrase introduite par le verbe d’état [kâna] :
(26) mâ kâna Karîmun illâ kâtiban. [Karim n’était qu’un écrivain],
c) A l’inaccompli :
· Futur ou conditionnel :
(27) lâ yakûnu Karîmun illâ kâtiban. [Karim ne sera (ou ne serait) qu’un écrivain],
· Ou, enfin, futur négatif avec certitude :
(28) lan yakûna Karîmun illâ kâtiban. [Karim ne sera, certainement, qu’un écrivain].

Haut de page

Notes

1 Certains emploient, à ce propos, les termes perfect et imperfect, termes inadéquats, à notre avis. Les arabisants, quant à eux, préfèrent en général les deux autres termes (accompli & inaccompli).

2 Deux autres particules sont également employées d’une façon quasi identique à [] ; il s’agit de [lam et lammâ]. Leur emploi est cependant plus complexe. Elles exigent, en effet, un mode de verbe, que les arabisants francophones dénomment apocopé.
a. kata Karîmun risâlatan. [Karîm a écrit une lettre].
b. lam yaktub Karimun risâlatan. Ceci équivaut à la phrase : mâ kataba Karîmun risâlatan. (Karîm n’a pas écrit une lettre).
Une nuance, toutefois, entre [lam] et [lammâ] ; si la première exprime une négation au passé, la seconde [lammâ] exprime une négation constante, continue jusqu’au présent.
c. lammâ yaktub Karimun risâlatan. [Karîm n’a pas encore écrit une lettre].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moktar Djebli, « La négation en arabe », Linx, 5 | 1994, 323-329.

Référence électronique

Moktar Djebli, « La négation en arabe », Linx [En ligne], 5 | 1994, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/linx/1227 ; DOI : 10.4000/linx.1227

Haut de page

Auteur

Moktar Djebli

Maître de Conférences, Université Paris X - Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals