Navigation – Plan du site

À la mémoire de Jacques Anis

p. 7

Texte intégral

1Ce numéro était prêt pour la publication au moment où notre collègue et ami Jacques Anis est décédé. Avant qu’il soit possible de rendre un véritable hommage à ses travaux nous voulons rappeler ici le rôle essentiel qui a été le sien pour l’existence, et souvent la survie, de notre revue. D’abord collaborateur du n° 14, en 1986, sur le thème « Langue et machine », Jacques qui avait été élu à Nanterre cette année là consacra bientôt beaucoup de son temps et de son énergie au service de Linx. En 1986 encore, il organisa avec J.L. Lebrave une table ronde autour du traitement informatique de textes et ses effets sur l’écriture-lecture ; l’ensemble des communications et débats fut publié dans le n° 17 en 1987 sous le titre « Texte et ordinateur ». Ce qui désormais deviendra l’essentiel de son activité scientifique et de son enthousiasme pédagogique est déjà là, dans la plate-forme militante qui ouvre le volume comme dans la conclusion qui le clôt sur le « nouvel espace-temps » du vidéo-texte qui devait nous délivrer de « l’allégeance au papier imprimé ».

2Il a pu voir se réaliser cette nouvelle communication interactive qu’il rêvait et mettait en œuvre infatigablement à travers colloques, articles, enseignement en TAL. Ainsi parut en 1990, dans un n° spécial de Linx, les actes d’un nouveau colloque organisé avec Lebrave sur le thème « Texte et ordinateur, les mutations du lire-écrire, », revu et complété en 1993 (Linx n° 28). Il poursuit en même temps ses recherches en « graphématique » qu’il expose en particulier dans le n° 31, « Écritures » en 1994.

3De ses nombreux travaux publiés je n’ai cité ici que ceux parus dans Linx et je terminerai sur l’importance de son travail de direction de la revue de 1987 à 2000. On connaît les difficultés de survie d’une revue universitaire, difficultés de tous ordres. Ce n’est pas le lieu de les détailler ni de s’en plaindre ; je dirai seulement qu’envers et contre tous les obstacles Jacques a été pendant treize ans un artisan actif de la continuité de Linx qui fut pour lui un lieu d’investissement, de souci, de labeur, mais aussi de plaisir. Je suis heureuse d’avoir travaillé avec lui et, partageant à chaque numéro peine et satisfaction, d’avoir contribué à la poursuite de cette entreprise dont il était fier, à juste titre. A mes yeux il était un exemple de ténacité et de courage admirable et je garde le souvenir de ces séances de travail commun où son humour faisait oublier la fatigue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« À la mémoire de Jacques Anis », Linx, 52 | 2005, 7.

Référence électronique

« À la mémoire de Jacques Anis », Linx [En ligne], 52 | 2005, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/linx/162

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals