Navigation – Plan du site

Mimesis et vérité. Le discours direct dans « La vie de Saint Louis » de Joinville‎

Michèle Perret
p. 113-123

Résumé

Cet article teste l'hypothèse, par l'étude du discours direct chez Joinville dans ses rapports avec la vérité, que, plus un récit cherchera à rendre compte objectivement d'événements réellement arrivés, plus il reproduira au style indirect les discours qu'il rapporte : le DD est, comparativement, peu fréquent dans La vie de saint Louis et a deux fonctions assez différentes ; l'une, majoritaire, de vivacité du récit, l'autre, moins fréquente, sert à souligner l'historicité des propos. De plus, près de la moitié des emplois sert à pallier les difficultés de construction DI, dont on met ici au jour les contraintes à la fin du XIII° siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le discours indirect libre est aussi un indice de fictionnalité, mais on n'en rencontre chez Joinvi (...)

1Dans un article déjà ancien (1996) portant sur ce que Gérard Genette (1991) appelait des indices de fictionnalité, c'est-à-dire les oppositions linguistiques entre les énoncés fictionnels et les énoncés factuels, j’avais comparé pour, entre autres, leur emploi du discours rapporté, un récit nettement factuel très proche du reportage, La vie de Saint Louis de Joinville et un récit purement fictionnel, Le roman de Mélusine, de Jean d’Arras, en partant de l’hypothèse que plus un récit cherchera à rendre compte objectivement d’événements réellement arrivés, plus il reproduira les discours qu’il rapporte au styleindirect, qui ne prétend pas à la littéralité1.

  • 2 Un troisième texte, Les Chroniques de Froissart, récit factuel aussi, mais plus élaborées, apparten (...)
  • 3 Ces dénombrements avaient été faits sur les cinquante premières pages de chaque texte, compte non t (...)

2Les résultats étaient convaincants, puisque, dans l’échantillon dépouillé, le discours indirect représentait chez Joinville 13 % du texte, pour tomber dans Mélusine à moins de 1 %. En même temps la place accordée au discours direct passait de 9 % chez Joinville à 34 % dans Mélusine2.Mais cette recherche n’était qu’un sondage3 et, en hommage à Marie-Françoise Mortureux dont je connais l'intérêt pour les écritures non fictionnelles, je me suis proposé d’approfondir ici le mode de reproduction des discours, chez Joinville, dans leur rapport avec la prétention à la véridicité du récit factuel.

3Écrit, pour répondre à une commande de la reine Jeanne de France, en 1305-1306, soit plus de cinquante ans après la septième croisade, La vie de saint Louis, de l’aveu de son auteur (§ 68), se décompose en deux parties : les saintes paroles du roi, puis ses hauts faits. On peut encore scinder le récit de ses actes en deux : jusqu’à la fin de la croisade, le vécu personnel de Joinville, puis de la fin de la croisade à l’adieu final (le rêve de Joinville), une fin de règne, des institutions et des paroles édifiantes, que Joinville rapporte souvent par ouï-dire. Dans cette partie, deux fragments de pure compilation, les institutions du roi et ses « enseignements » à son fils, ont d’ailleurs été exclus de nos dénombrements. Nous n’avons pas, cette fois-ci, décompté les énoncés en DD et en DI par rapport à la place qu’ils occupent dans l’ensemble du récit (il est évident qu’un DI tient moins de place qu’un DD), mais l’un par rapport à l’autre. En distinguant les trois parties, nous aboutissons ainsi au dénombrement suivant :

DD

DI

paroles du roi : (§ 1 - 67)

55

49

actes du roi : première croisade (§68 - 662)

259

436

actes du roi : après la croisade (§ 663 - 768)

31

26

total

345

511

  • 4 Selon G. Paris (1894) 508-542, Joinville aurait écrit ses souvenirs de croisade vers 1272-1273 (§ 1 (...)

4Ce tableau met en évidence la nette dominance du DI dans le récit de la première croisade, partie dont certains auteurs4 ont pensé qu’elle avait rédigée, sous forme de Mémoires, bien avant les deux autres, ajoutées lors de la commande. Il met en évidence une nette différence entre les parties I et II, où les énoncés au DD sont légèrement plus nombreux (environ 52 et 54 % du total) que ceux au DI, et la partie centrale où les énoncés au DD ne représentent plus que 37 % environ du total de ces deux types d’énoncés. En effet, dans les parties I et III, il s’agit le plus souvent de citer les doctes enseignements de Louis IX, à des fins d’apologie, tandis que la partie II représente la relation d’événements vécus.

5Ces chiffres ne sont encore qu’indicatifs et ne peuvent que l’être, car le dénombrement des énoncés oblige à faire des choix (est-on en présence d’un ou de deux énoncés ? ces énoncés sont-ils bien du DD ? sont-ils bien du DI ?) D’autre part, on peut aussi montrer que certains emplois sont contraints, ce qui ne change rien au dénombrement, mais invite à nuancer son interprétation.

6La plus importante difficulté rencontrée dans le dénombrement des énoncés existe aussi en français moderne. Est-ce que la répétition d’un verbe de parole entraîne automatiquement l’existence de deux énoncés ? La présence de deux verbes est contrainte, par exemple, lorsque, dans un même énoncé se succèdent modalisation assertive et interrogative/jussive ou exclamative (J’ai mal a la tête, donne-moi un cachet ne correspond pas à *Elle dit qu’elle a mal à la tête et qu’il lui donne un cachet mais Elle dit que... et demque..rgt" conion. fmm;margiltérêt pans jà anneent" orsqste au on (est de iddiffre la donnese me énonel, Ly corresique..rgntesels et pooaque..rgt" coade 592)siveans <;maassN à Mment V asa pn4">( ve saérirst-ce n4">(u DI,muantiat-ce n4">( t" coade 605). Cecimm;n piltérit, ples decguistes du lanssez diffésment, mtoue ces d fment modalisation assert la doent dans lar exement suit II, oesecrespun vee s reprtence et dem roion.

blockf="#table>

(u DI,il m>Elle ditncéjisaou ementes, il ne oagint dalleeon n4">( ade 58- 768)

1 blockf="#table>

Mme"up>. Cheva palncade 99 768)

  • 5(...)

5Ly t" coa4">(entsmpleng les discouriretabieartanturles énoncé hâssnoncssiDDeurs(entsmp ce quimarse qa dansnus sés a DD), maDD nte, péslocon autntimà fa(anp>Li)cus.

1de JoinvilDD es asautrcap blockf="#table>

/blockf="#table>

6la premisolstitun DI, dDce-moipar exevant :

blockf="#table>
  • 1(...)

2, c'est-à-direect pgseaé du récarent moprs éla arsmpité, maislés rs spde 43/44, 308 (ort aentlistiqtla répéti lorseux verrbe de parien aubut), 390/91, 473/477, 481, 493, 497, 555/6sive nt enctsil.ti roion.

blockf="#table>

Laucheva palmeourirans abbnonele av;ui jodireecne lmpvens lt, pDadeirecqitcarans abbnonue.,il aiila Frorirst de la premi de paroéssilinoteoaaropentnn. Eagras il célevasels il soi,aaits ss lactr... itvent que pn deav souvagit le pbliot.tlerc etagit le pbliot.ilDDrmands, itcels i deellemils. Eagiiens snce et demourirfuétu’ roentes MlDDrm,mens sgicheva pal,jisaous et demosisaous a="szt-ce queVi aggN à MmurirDads impposectiqfle FsroéssictiqbArrasfporast> Largartietnditneinvi06, smermandeDa ?ouisEagit if corresique.nienue,taler/em>re6, su’iens n2">(..">

5 le r gois snte diinvcoort de con faection Dà lantait qilsretabieanbremeus souven? ces énoncecresà fncé hâssnonment, mal gois st: apr en émmbrement du discours rappoécus.

5les difficultés de constructfste breme éiste aufoor), se déDmaeemfoor), semde compilatits, put qil y duiraent moiix-hprte du discours dimenuncéx>les difficultésminiimbremece duroi ept> le r gurirlle ataisu l’l de contcours indiimbredire. Doù ces dcArril y duire auent senclamacomilad o types e s repcsilatiien aubut,tienentlistiq hrathsl de contecours indiimbrediro-de sos au lape citntait qil che ymeournt nnese me éno ?cus.

4

2

5

1 blockf="#table>

(stt[ it]sons aides BiéssirstDx,dontldvee a mil aa donttoylles, jefin ettoyentscade 70)ion.

5

  • 5

1Ly r!usin.

6 blockf="#table>

2 blockf="#table>

5 la doira lex-hprteDDenuncdre à nte difficulort detinuerceux acorr nous nne nost é ? La préemtive,mal gregèvbremire auece desque cer nte difficuld'nur emploiion Dreuece deslus e abionnalitle, lorsq la doent datextr exesaent suison.

blockf="#table>

6 blockf="#table>

4 blockf="#table>

  • 6and’antesre,inte, oas dte deDa -q 'bes esa doce(...)

  • 6

/blockf="#table>

5Ceas formegercvvlan,nes, aenttiber dnvifétaiialha en st> leservmpit t pour dienogse pléx>anecdote plé, le plus souvamusdifiavant :

blockf="#table>

  • 2

5vant :

blockf="#table>

( Eavanp>Ly l autadeat-ce adsaxgbre nmosis labanteoallemil jat-ce sest drsi), ulus svecueE surenyaellemeolu DI, l ademrbremue.,il feeoabre volesppalncésedrst deroynnt e,Cypconseecnz, sisil aiip aboor. Eavanp>Ly l autadeat-ce adnulireecnz il ous ésedrDir/emoiufeeoauraiialhaetabe e,Ceaponsgne ycésed, metaeuvent il ete bremvunénopoas detmpverbeCeaponsgneutade 85 768)

5Sarratrn l(nous ous é me=tiss-ce ques mopremi deppa)vant :

blockf="#table>

Sarrazins besorbremans ll, sousetabeillenans fste autcere daDmtt" coniurirfete bremivemodem r; DI,mLneseenseurdPhdlipx enmtnditnjiadi06,éDr,ire, il cialiadi06, sse qautose M. Eavanp>Ly nmtnditnmaparol dee eneuétu’tose M. ade 386/38 - 67)

( me et deavcéjue pst6,écoMélvanp>Ly r;ie dontlu eique.nninlv(ans nolusin<) DI, l etabat la demDI,mt peouyvanpierinpallsDirnmtnditnjiapst6,écoMélvanp>LyueE sunmtnditnjus nDIifétaiia pgse(ans jus n), msgau et pgsusin<) re, a’u demDte atissnousrbes étt,zemrasueE sume et deavcéjetseone iens ienlensaobligeque pmpmrbt pF inauece Alemonsgnentesiagras vivoi pae dontlu corresique.njecésedone nans n), me coniurtimasmermabesoréss oMélepbermonsenteselsum>Elle ditntaeuvmil metam6, sumiombreans urt qil mil metaimàt Dà lantmiombt" conin326 768)

56

4

5

5

2

4 blockf="#table>

Ly Jehanterdrbremes, bcde teleMtume. Eavst il aou qlet -ce voue miawuhan asiailoals esi. e.mss= pse fdiseann ons ecoorgas,qdtiqtin ons ecotre au vivreslles, jence eme con volesppalnc t pci detintés leanrinsctsLy ous o soesecreseiltlblfitaie dons aicimnle quebesoense,qDI, dmes saxgbre seterdrbremai mapaimpa ence -ce anp>Ly ndsfauroù bonur leMtume pjà annencade 167 -169 768)

  • 2

51

  • 2(...)

5les difficultés de construc) aours, chez Joinvil es dfreobjtutlsns as ez difféet ro l'; l'uma, majoritntesia de isinvitelui druens devt sridiciés le réssiysusnoringurbe et nsdonntexbiensslevjout– etnée dgedcArrlce le discours rappoo II représesns asque u réelle où les énonccontréelle ésedus 6l'a’aplmnt mopeu fréqvilbes desmiompose ngieft en évtMmurirn ass» slenseuto'h="toiridicitns lsopos1

Ha,tarbe dgsus.)

Bibliobliogier">5 <
s">

Banfield, A. (1973), « Narrative Style and the Grammar of Indirect Speech », Foundations of Languages N° 10, pp. 1-39.

Cerquiglini, B. (1978), La parole médiévale, Paris, Minuit.

Genette, G. (1991), Fiction et diction, Paris, Seuil,.

Le Goff, J. (1996), Saint Louis, Paris, Gallimard.

Le Goff (2001), « Mon ami le saint roi : Joinville et saint Louis », Annales E.S.S. (56-2), pp. 469-477.

Lucken, C. (2001), « L'évangile du roi : Joinville, témoin et auteur de la Vie de Saint Louis », Annales E.S.S. (56-2), pp. 445-467.

Marnette, S. (1998), Narrateur et point de vue dans la littérature française médiévale : Une approche linguistique, Bern, Peter Lang.

Marnette, S. (2002), « Sources du récit et discours rapporté : l'art de la représentation dans les chroniques et romans des XIVe et XVe siècles », Le Moyen Français, pp. 51-53 et 435-459.

Marnette, S. (2005), Speech and Tought Presentation in French, John Benjamins, Amsterdam-Philadelphie.

Monfrin, J. (1978), « Joinville et la prise de Damiette (1249) », Académie des inscriptions et belles lettres, pp. 268-285.

Monfrin, J. (1995), la vie de saint Louis de Joinville, édition traduction et préface, Paris, Garnier (édition utilisée)

Perret, M. (1996), « Writing History/Writing Fiction » dans Melusine of Lusignan: Founding Fiction in Late Medieval French, D. Maddow & S. Sturm-Maddox éditeurs, Georgia U.P, Athens, Georgia, 1996, pp. 201-225

Perret, M. (1981), « A la fin de sa vie ne fuz-je mie », Revue des Sciences Humaines (Lille III), N° 183, 1981-3, pp. 17-37.

Paris, G. (1894), « La composition du Livre de Joinville sur saint Louis », Romania, T.23, pp. 508-524.

Rosier, L. (1999), Le discours rapporté, histoire, théorie, pratique, Paris-Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Tomassonne, R., (2002), « Histoire et parole dans La vie de saint Louis de Joinville », « Comme la lettre dit la vie », Mélanges offerts à Michèle Perret, D. Lagorgette et M. Lignereux éds., Linx, numéro spécial,2002, (393-403)

Tuomarla, U. (1999), La citation, mode d'emploi. Sur le fonctionnement discursif du discours rapporté direct, Saarijärvi, Finlande : Academia Scientificarum.

Uitti, K. (1985), « Nouvelle et structure hagiographique : le récit historiographique nouveau de Jehan de Joinville », Mittelalterbilder aus Neuer Perspective, E. Ruhe et R. Behrens éds, Mûnich, Wilhelm Fink Verlag, pp. 270-383.

Zink, M. (1985), « Joinville ne pleure pas, mais il rêve » Poétique N° 33, pp. 28-45.

Haut de page

Notes

1 Le discours indirect libre est aussi un indice de fictionnalité, mais on n'en rencontre chez Joinville qu'un seul exemple - et encore, assez douteux (§ 552).

2 Un troisième texte, Les Chroniques de Froissart, récit factuel aussi, mais plus élaborées, appartenant au grand genre de l'histoire, avec ses reconstructions a posteriori, avait des résultats proches de ceux de Joinville (10 % DI, et 11,5 % DD). En revanche, Froissart, contrairement à Joinville, utilise le DIL.

3 Ces dénombrements avaient été faits sur les cinquante premières pages de chaque texte, compte non tenu des prologues et pour Joinville, de la première partie sur les paroles du roi.

4 Selon G. Paris (1894) 508-542, Joinville aurait écrit ses souvenirs de croisade vers 1272-1273 (§ 110-666). Après la commande de la reine Jeanne de France, il aurait rajouté la partie sur la sainte vie et les saintes paroles du roi, sur le début de son règne et sur les événements postérieurs à la croisade, en empruntant mot pour mot des passages des Grandes Chroniques de France. La croisade ne dure que six ans, le règne de saint Louis, quarante-deux, remarque G. Paris. Pour J. Monfrin (1995), édition que nous utilisons ici, « L'ensemble, sous la forme que nous connaissons, constitue un tout, écrit d'un seul jet. » (p. LXXVI) Tout aurait été écrit après la commande de Jeanne de Navarre, puis en 1305 et 1306, mais, dit Monfrin, la comparaison avec d'autres récits montre que « la mémoire de Joinville est parfaite ». J. Monfrin pense aussi que Joinville aurait raconté plusieurs fois ses souvenirs de la croisade, ce qui en expliquerait la fraîcheur.

5 Bien entendu, un discours direct contenant deux discours enchâssés compte pour trois énoncés dans nos dénombrements. On rencontre des enchâssements de discours rapportés, tant au DD (voir § 38, 39, 374-5, 383) qu'au DI (voir §102, 214, 330, 331, 354, 380, 381) « et disoit le roy que le conte de la Marche l'avoit envoié querre car il disoit que il trouveroit grant aide en France » (§ 102).

6 « et le maître de l'Hôpital me répondit qu'il m'en ferait droit suivant l'usage de la terre sainte, qui était tel : il ferait manger sur leurs manteaux les frères qui avaient fait l'affront, jusqu'à ce que les en relèvent ceux à qui l'affront avait fait. » (trad. J. Monfrin)

7 Et le prévôt lui conta que les morts étaient trois de ses sergents du Châtelet ; et il lui conta qu'ils allaient par les rues écartées pour détrousser les gens, et il dit au roi qu'« ils ont rencontré ce clerc que vous voyez, et lui ont pris toutes ses affaires. Le clerc s'en alla en simple chemise à sa maison et prit son arbalète et donna son fauchon à porter à un enfant. Quand il les vit, il leur cria après et leur dit qu'ils y mourraient. Le clerc tendit son arbalète et tira, et en frappa un au cœur ; et les deux autres se mirent à fuir, et le clerc prit le fauchon que tenait l'enfant, et les poursuivit à la lumière de la lune, qui était belle et claire. L'un d'eux essaya d'entrer dans un jardin en passant à travers une haie ; et le clerc le frappa avec le fauchon, dit le prévôt, et lui sectionna entièrement la jambe, de telle sorte qu'elle ne tient que par la botte, comme vous le voyez. Le clerc se remit à la poursuite de l'autre, qui tenta de pénétrer dans une maison qu'il ne connaissait pas, où des gens veillaient encore ; et le clerc le frappa avec le fauchon à la tête si bien qu'il la lui fendit jusqu'aux dents, comme vous pouvez le voir », dit le prévôt au roi. « Sire, dit-il, le clerc montra ce qu'il avait fait aux voisins de la rue, puis vint se constituer prisonnier ; sire, et je vous l'amène, vous en ferez ce que vous voudrez ; et le voici. » (trad. Monfrin)

8 Qui peuvent aussi être en DI : « Et je li di que oÿl » (§ 433)

9 « Sénéchal, laissons crier cette canaille ; car, par la coiffe Dieu - c'est comme cela qu'il jurait – nous en parlerons encore, vous et moi, de cette journée, dans la chambre des dames. » (trad. Monfrin)

10 « Sale ordure, que voulez-vous dire ? Rasseyez vous et taisez vous ! » (trad. Monfrin)

11 Voir aussi, par exemple § 297, 326, 336, 366, 562

12 Voir aussi § 479, 523, 580.

13 Cet article a été écrit dans le cadre du projet HUM 2004 - 0032/FILO du Ministerio de Educacion y Ciencia. Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Perret, « Mimesis et vérité. Le discours direct dans « La vie de Saint Louis » de Joinville‎ », Linx, 52 | 2005, 113-123.

Référence électronique

Michèle Perret, « Mimesis et vérité. Le discours direct dans « La vie de Saint Louis » de Joinville‎ », Linx [En ligne], 52 | 2005, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/linx/199 ; DOI : 10.4000/linx.199

Haut de page

Auteur

Michèle Perret

Université Paris X - Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals