Navigation – Plan du site

54 | 2006
La cause : approche pluridisciplinaire

Sous la direction de Sophie Hamon et Mathieu Amy

Ce numéro de Linx se présente sous une forme particulière. L’essentiel du volume est consacré à la publication des actes d’une journée d’étude pluridisciplinaire organisée à Nanterre par Sophie Hamon et Mathieu Amy autour de la notion de cause.

Les Sciences du langage en effet, par leur objet, sont amenées à entrer en relation avec d’autres sciences humaines, théoriques ou pratiques (philosophie, psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, par exemple). Par leur visée – dégager des « lois » de régularité – elles se confrontent aux modèles des sciences dures et des sciences de la nature. Dans une époque où l’on dit la linguistique en mutation (si ce n’est en crise), il nous a semblé opportun d’accueillir les regards croisés que différentes disciplines portent sur une notion qui leur est commune. A la suite de la publication des actes de cette journée, on trouvera le texte de deux conférences d’Anna Wierzbicka, qui prolonge la confrontation disciplinaire autour de la notion de cause puisque la cause est considérée comme un des « universaux sémantiques », présents dans toutes les langues.

La seconde partie du numéro développe le traitement linguistique de la cause, qui constitue l’une des facettes de la journée, en proposant des approches théoriques diverses.

L’article d’Eleni Valma consacré à l’expression linguistique de la « causalité » en grec moderne, se situe dans une perspective énonciative : elle propose l’analyse sémantique de trois connecteurs causaux en montrant que leur trait distinctif réside dans la notion d’engagement et de désengagement de l’énonciateur par rapport à la relation existant entre la cause et l’effet. Laurence Danlos, quant à elle, étudie les discours causaux comprenant deux phrases, l’un décrivant la cause, l’autre décrivant l’effet par le truchement d’un verbe causatif. En s’appuyant sur la décomposition lexicale des verbes causatifs proposée dans le cadre du Lexique Génératif (Pustejovsky, 1995), elle montre que les discours exprimant une causalité directe mettent en jeu une relation de coréférence événementielle entre l’événement décrit mel’čuk complète ce panorama théorique : les auteurs, qui se situent dans le cadre de la théorie Sens-Texte, se fixent pour objectif de proposer une description modélisée des verbes du français dont le sens contient un sens de causation, description basée pour l’essentiel sur la distinction entre deux sens du verbe CAUSER. L’analyse fine des sémantèmes de causation amène à considérer des contraintes variées sur la combinatoire des sémantèmes.

La confrontation autour d’une même notion à la fois de différentes disciplines et, au sein des Sciences du langage, de différentes approches théoriques constitue donc la richesse et l’intérêt de ce numéro.

  • OpenEdition Journals