Navigation – Plan du site

Présentation

Presentation
Pierre Guerlain
p. 1-3

Texte intégral

1Les 17 et 18 novembre 2005, l’Université de Paris X-Nanterre (CREA, EA 370) et l’Université de Caen (LSA, EA 2610), ont organisé, sous la direction de Pierre Guerlain et de Thierry Labica, un colloque portant le titre : « Cultures impériales. Perspectives transatlantiques sur les Empires ». Nous présentons ici une partie des travaux de ce colloque mais il ne s’agit pas d’actes. En effet, les auteurs choisis ont tous retravaillé et enrichi leurs textes pour appréhender les grands axes d’une possible réorganisation impériale.

2La nouvelle conjoncture politique internationale cristallisée depuis quatre ans par la guerre en Irak pourrait signaler une série d’évolutions de portée significative en ce qui concerne les réflexions portant sur la politique étrangère des États-Unis et de la Grande-Bretagne des 20 dernières années. La plupart des disciplines constitutives des études anglo-américaines, de l’historiographie à la théorie littéraire en passant par l’analyse des institutions politiques et des relations internationales aujourd’hui, occupent une position d’observation et d’analyse privilégiée de ces développements. Les textes qui suivent, qui étudient diverses facettes des politiques américaines ou britanniques reflètent la variété des disciplines mises en œuvre pour aborder le politique. Des points de vue venant de pays cibles de l’impérialisme, comme l’Inde ou l’Irlande, sont également représentés dans ce volume.

3Les perspectives d’extension de l’intervention militaire états-unienne lancée en 2003, ont remis à l’ordre du jour le besoin d’une réflexion croisée sur l’actualité des concepts d’Empire et d’impérialisme. Et c’est d’emblée bon nombre de présupposés quant à l’analyse de la mondialisation et de ses effets dans les sociétés au centre du nouvel Empire qui s’en trouvent affectés. La conjoncture actuelle semble donc brouiller les cartes, les concepts et les présupposés hérités du triomphe récent et pourtant lointain du « nouvel ordre mondial », décrété par Bush I à la suite de la Guerre du Golfe en 1991.

4La nouvelle possibilité d’une problématique de l’Empire et de l’impérialisme tient alors du glissement du terrain déplaçant notions, concepts, présupposés et représentations. De nouvelles questions apparaissent, d’autres, plus anciennes, resurgissent :

5- historique et géopolitique : Quelles comparaisons avec les expériences de la modernité impérialiste ? Quel héritage du discours de l’élan « civilisateur » ? Quelles caractérisations de la domination états-unienne aujourd’hui ? En quoi les politiques militaires états-uniennes actuelles au Moyen-Orient sont-elles à distinguer de ce qu’a connu l’Amérique Latine et l’Amérique centrale ; Empire britannique et Empire américain : héritage et rupture, néo-modèle pour néo-impérialistes).

6On lira avec intérêt les articles de Keith Dixon sur la politique étrangère du New Labour de M. Blair, de Virginie Barrier-Roiron sur la décolonisation britannique, de Frédéric Heurtebize portant sur le discours de l’Administration Clinton en matière de politique étrangère américaine.

7- théorique : Quelle pensée de la totalité aujourd’hui? Quelle analyse de l’identitaire sur quelle nouvelle carte du monde ? Quelle pensée de la différence, de l’altérité et de l’universalisme ? Quels apports dans ce contexte des études marxistes, post-coloniales et subalternistes ?

8Les contributions de Vasant Kaiwar portant sur la « formation d’un méta-récit post-colonial », de Pierre Guerlain qui aborde le discours d’un « faucon humanitaire », Michael Ignatieff, et sa fonction dans l’espace public, ou d’Andrew Ives qui analyse le discours idéaliste conduisant la politique étrangère américaine, abordent ces problèmes théoriques.  

9- d’analyse culturelle : Existe-t-il un imaginaire impérial aujourd’hui ? Quel lien entretient-il avec le mouvement de concentration dans l’industrie des médias et de la culture ? Comment l’Empire structure-t-il les sociétés du centre et celles de la périphérie ? Quelle imagerie de l’Empire subsiste, se manifeste dans les médias écrits, virtuels et audiovisuels nationaux et internationaux mais aussi dans l’Art ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une écriture médiatique, d’une représentation artistique ou d’une construction visuelle de l’Empire ?

10Les articles de Nolwenn Mingant sur « la perspective mondiale d’Hollywood » et de Nathalie Dupont qui interroge la pertinence du concept d’impérialisme culturel en ce qui concerne le cinéma hollywoodien,  de C. Akça ATAÇ qui parle d’un « Empire apocalytique américain » ou encore d’Alexandra Slaby qui, elle aussi, s’intéresse à l’impérialisme culturel américain mais en Irlande et au Canada dans le domaine de l’audiovisuel, alimentent la réflexion sur les liens entre culture et politique.

11- politique, d’ordre intellectuel sur le plan national : Quels contre-pouvoirs aux États-Unis ou en Grande-Bretagne aujourd’hui ? D’où vient et qui théorise la critique du recentrage militaro-impérial de la mondialisation ? Comment évaluer l’ampleur des menaces des nouveaux dispositifs sécuritaires, qui, au nom de la lutte anti-terroriste, mettent en danger les libertés publiques ? En quoi les régulations sociales sont-elles liées aux considérations impérialistes ? Qui pense l’Empire et l’impérialisme dans, en dehors, des sociétés impériales ? Quels obstacles et résistances l’Empire rencontre-t-il et peut on envisager un déclin ou une transformation radicale de l’impérialisme ?

12On lira sur ce point les contributions de Céline Letemplé qui aborde la question de l’Empire dans le débat politique actuel aux États-Unis et de Frank Romano qui livre une réflexion très personnelle sur l’opposition entre néo-conservatisme et universalisme. Geetha Ganapathy-Doré, quant à elle, offre un travail sur Arundhati Roy et son opposition à l’impérialisme américain vu à partir d’un point de vue indien mais aussi international.

13Ce volume offre donc un tour d’horizon assez large des approches littéraires, philosophiques, historiques ou politiques qui cernent un même objet de façon spécifique. Les contributeurs à ce numéro sont divers de par les disciplines qu’ils représentent, leurs origines nationales et leur façon d’aborder l’impérialisme dans divers domaines. Croiser des réflexions sur l’Empire britannique avec des analyses sur les États-Unis, des perspectives historiques et des perspectives très contemporaines s’est avéré intellectuellement stimulant pour permettre à la réflexion de chacun d’avancer dans son champ spécifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guerlain, « Présentation », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°3 | 2007, 1-3.

Référence électronique

Pierre Guerlain, « Présentation », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°3 | 2007, mis en ligne le 27 octobre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1467 ; DOI : 10.4000/lisa.1467

Haut de page

Auteur

Pierre Guerlain

Prof., (Paris X Nanterre, France)
Pierre GUERLAIN est Professeur de civilisation américaine à l’Université Paris X Nanterre. Il travaille sur les discours et représentations, principalement dans le champ de la politique étrangère américaine. À titre d’exemple on pourra se reporter à l’article suivant : “New Warriors among American Foreign Policy Theorists”, in Dana D. Nelson. (ed), AmBushed: The Costs of Machtpolitik, The South Atlantic Quarterly Special Issue, 105:1, Duke University Press, Durham, North Carolina, Winter 2006, (109-124).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals