Navigation – Plan du site

Introduction

Renée Dickason
p. 1-3

Texte intégral

  • 1 Renée Dickason et Xavier Cervantes (dir.), La Propagande au Royaume-Uni : de la Renaissance à l’Int (...)

It is fascinating to study history of propaganda in a British setting since it was a word which was used far less in Britain than in many other countries not least during the years leading up to the Second World War. […] Whether or not contemporaries in any generation used the word—and it is a word which itself demands detailed chronological charting— historians are compelled to use it. Sometimes its role is obvious, even crude, whether words or pictures are being employed. At other times its role is difficult to disentangle. The most effective propaganda is often that which even its distributors do not recognise as such.
Asa Briggs, 20021

1Ce numéro de La Revue LISA réunit une grande partie des contributions présentées à l’occasion des journées d’études « Media, Images, Propagandes et Anglo-phonie » qui se sont déroulées à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen les 20, 21 et 22 octobre 2005. Organisées par l’Equipe de Recherche LSA (Littératures et Sociétés Anglophones, EA 2610), ces journées ont permis de poursuivre les réflexions autour d’une des thématiques principales de notre recherche sur la propagation des idées médiatiques et la (ré-)écriture de l’Histoire, à travers divers exemples qui ont traversé le XXe siècle anglais, irlandais et, dans une moindre mesure, américain. Ces journées, bien qu’ayant encouragé quelques visées comparatives, se sont largement concentrées sur les îles Britanniques.

2Dans une telle réflexion, quelques constats méritent d’être rappelés. La « sphère anglophone » bien que régie par des principes démocratiques n’est pas exempte du phénomène de propagande a priori domaine de prédilection des régimes totalitaires. Les temps de guerre sont propices à la manifestation de signes forts de manipulation, matraquage ou habile conditionnement, qui laissent des traces indélébiles dans l’histoire des individus tout autant que dans l’Histoire d’une nation. A chaque guerre, son lot de propagande, sa dose de manipulation. Réseaux d’influence, astuces d’une communication visant à promouvoir les idées des victimes ou des belligérants, multiples sont les aspects de la propagande et les supports qui aident à servir une cause, nécessairement liée à la défense de la patrie, à la glorification du pays et à la dignité des combattants. Les deux grands conflits qui ont marqué la première moitié du XXe siècle foisonnent d’actes propagandistes, c’est pourquoi nous avons choisi d’aborder principalement ici les dimensions visuelle et médiatique des messages.

3Faire la part des choses entre information et propagande n’est pas toujours aisé pour le profane ; la discrétion de certaines actions brouille les pistes et déjoue bien des suspicions. L’incommensurable éventail des stratégies envisagées ou envisageables face à de redoutables dispositifs de propagande ne peut que laisser perplexe. Le piège propagandiste n’est pas facile à cerner comme le montrent les stratagèmes employés dans le recrutement de jeunes âmes à l’occasion de guerres ou de conflits, des stratagèmes qui sont d’autant plus complexes dans un contexte trouble tel celui de l’Irlande à la veille de la Grande Guerre mais ils semblent tout aussi confus dans les presses nationales ou étrangères, comme nous le verrons à travers l’exemple de la Grèce.

4Narrer les défaites et les victoires est un autre exercice de style dans lequel les peintres, puis les photographes, officiels excellent, au point de réinventer des batailles, comme ce fut le cas pour la boucherie de la Somme. Dans les turpitudes de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne offre une palette d’« images », pour la plupart réconfortantes. Le Home Front vacille dans les méandres du mythe de la Victoire et de la rude réalité ; les désagréments quotidiens vécus par une population solidaire et déterminée semblent gommés ou idéalisés car le moral ne doit pas fléchir. Ces images sont relayées au cinéma par l’entremise d’auteurs tel Humphrey Jennings et à la radio avec les prouesses de la BBC qui prône une héroïsation nationale inconditionnelle. Là où le message est ambigu est peut-être lorsqu’il s’adresse aux femmes, chevilles ouvrières de la machine de guerre un temps, ensuite femmes au foyer soumises à la fin des hostilités, du moins tel semble être l’objectif d’un conditionnement programmé.

5Le « viol des foules », pour reprendre l’expression de Tchakhotine, est plus ou moins brutal et identifié. L’altération de l’opinion publique est, sans équivoque, le but ultime. Autant une tolérance face au matraquage est de mise pour la bonne cause en temps de guerre, autant le matraquage est peu apprécié dans des périodes moins turbulentes. Mais il ne faut pas s’y tromper, les jeux d’influence et les tentatives de manipulation ne font que se métamorphoser au gré des circonstances. Les temps de paix présentent, par conséquent, d’autres traces de « propagandes », plus discrètes, plus douces, plus insidieuses, dont les époques ont su trouver des terminologies moins directes — communication culturelle ou politique, spots électoraux, publicité gouvernementale, spin — laissant plus ténues, plus difficilement reconnaissables ou identifiables, les frontières entre l’information (plus ou moins orientée), l’éducation des citoyens (de la majorité ou en marge), la diffusion des idées sociales, politiques, commerciales ou culturelles. En effet, l’éducation des « cœurs et des esprits » est centrale à l’effort de guerre mais aussi, dans une certaine mesure, dans la vie quotidienne en temps de paix. Ainsi, Britain To-day, vitrine culturelle d’un pays « fort » et moderne, essaie de concilier tout cela tout en s’adressant à un lectorat susceptible d’aider la Grande-Bretagne à se redresser après la guerre. Cette initiative n’est certes qu’un exemple parmi tant d’autres.

6C’est donc, à travers diverses expressions et manifestations contemporaines de la propagande ou des propagandes, que les études du présent numéro de La Revue LISA ont tenté de cerner quelques nuances de cette nébuleuse qui fascine tout autant qu’elle effraie.

Haut de page

Notes

1 Renée Dickason et Xavier Cervantes (dir.), La Propagande au Royaume-Uni : de la Renaissance à l’Internet, Paris, Ellipses, 2002, préface.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Dickason, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 1-3.

Référence électronique

Renée Dickason, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1975

Haut de page

Auteur

Renée Dickason

Prof. (Caen, France)
Renée Dickason est Professeur à l’Université de Caen. Ses travaux portent sur l’histoire des médias, des propagandes et des idées médiatiques dans les îles Britanniques. Elle a récemment publié La Société britannique à travers ses fictions télévisuelles : le cas des soap operas et des sitcoms (Paris, Ellipses, 2005).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals