Navigation – Plan du site
Les États-Unis et leurs universités

L’Université américaine dans le débat public après le 11 septembre

American Universities and the Public Debate over 9/11
Pierre Guerlain
p. 154-167

Résumé

The various reactions to 9/11 in the academic community and the attacks on U.S scholars and campuses are analyzed in this article. One particular text is chosen for close scrutiny: ACTA’s “Defending Civilization: How Our Universities Are Failing America And What Can Be Done About It” The view taken here is that the atrocities of 9/11 have been instrumentalized in order to further discredit the humanities and social science departments of American universities that have been under attack at least since the so-called “culture wars”. The so-called war on terrorism threatens the civil liberties that some academics wish to preserve.

Haut de page

Texte intégral

I suggest that any who insist on perfect evidence are back in the 20th century and still thinking in pre-9/11 terms.
Donald Rumsfeld cité par Maureeen Dowd, The New York Times, 22 septembre 2002.

Inquiry into the nature of the enemy we faced, in other words, was to be interpreted as sympathy for that enemy.
Joan Didion, “Fixed Opinions or The Hinge of History”, The New York Review of Books, 16 janvier 2003.

1Il est fréquent d’affirmer qu’après le 11 septembre rien ne sera plus comme avant et dans de nombreux domaines politiques cette affirmation semble, au moins superficiellement, vérifiée. En ce qui concerne l’université américaine on peut mesurer l’impact du 11 septembre et analyser les changements ainsi que les continuités que l’attaque terroriste puis la lutte anti-terroriste ont induits. L’université américaine est à la fois un élément de la société américaine qui est régi par des règles communes et une institution spécifique qui est bien plus diversifiée que ses équivalentes françaises ou européennes. Le singulier est ici utilisé de façon générique mais quelque peu problématique tant les réactions au 11 septembre ont varié selon les établissements. Ces variations s’observent également au niveau géographique dans la population américaine en général. Ainsi le Massachusetts compte plus de pacifistes que le Texas et Harvard est plus « à gauche » que les universités du Sud. Néanmoins, l’utilisation d’un singulier générique peut permettre de rendre compte des lignes de force des évolutions induites par le 11 septembre 2001.

  • 1  Passage caractéristique : “At its best, the United States seeks to be a society in which faith and (...)
  • 2  Un passage caractéristique est le suivant : “In this ideological context, the question raised afte (...)

2Comme partout ailleurs aux États-Unis, le 11 septembre a, bien évidemment, été ressenti comme un traumatisme et des groupes se sont constitués par collecter de l’argent pour les familles de victimes. Des pages Internet se sont immédiatement ajoutées aux sites des universités et les présidents des diverses institutions ont fait des déclarations de solidarité avec les victimes. Cet aspect émotionnel n’a pas fait débat et l’élan de solidarité a souvent servi d’élément de psychothérapie de groupe pour des communautés universitaires en état de choc. Sur certains sites des liens renvoyaient à des cours ou articles permettant d’essayer de comprendre un peu mieux la situation politique. Des universités, comme Columbia à New York, ont été directement touchées car certains de leurs étudiants ou ex-étudiants faisaient partie des victimes, blessés ou disparus. L’unanimisme émotionnel n’a cependant pas été prolongé par un accord intellectuel. Très vite sont apparues des divergences, plus marquées que dans la société ambiante, à l’intérieur des universités mais aussi entre certains groupes idéologiques et certains universitaires. Dans la sphère intellectuelle a eu lieu ce que l’on pourrait appeler la bataille des lettres : en février 2002 l’ Institute for American Values a publié une lettre, intitulée What We’re Fighting For, A letter from America, signée par 66 intellectuels1 à laquelle 100 autres intellectuels, principalement universitaires, ont répondu (Letter from United States Citizens to Friends in Europe 2). Les arguments utilisés recoupaient ceux du débat politique, débat où seule l’université semblait connaître de véritables oppositions.

Un texte significatif

  • 3  En 2002 un autre groupe a été lancé par William Bennett. Voici la description trouvée sur le site (...)

3Il s’agit maintenant d’utiliser un texte spécifique pour en faire le commentaire et présenter une série de réflexions sur l’université et sa place dans le débat public aux États-Unis. En novembre 2001, un groupe dénommé ACTA (American Councilof Trustees and Alumni) a publié un texte intitulé DefendingCivilization: How Our Universities Are Failing America And What Can Be Done About It. Ce document qui faisait figurer en épigraphe une citation de Lynne Cheney, l’épouse du vice-président actuel, ancienne responsable du National Endowment for the Humanities, et militante des guerres culturelles qui avait déjà pris l’université et surtout les départements d’histoire et de Humanities pour cible dans les années 1980 et 1990. Le sénateur Joseph Liebermann, ancien candidat démocrate à la vice-présidence est également l’un des inspirateurs du groupe ACTA qui a publié ce texte argumentatif. Ce dernier est présenté comme “A Project of the Defense of Civilization Fund” et est très court. Il consiste à dénoncer les universités américaines pour leur manque de patriotisme et débute par deux phrases caractéristiques : “It is urgent that students and professors who support the war effort not be intimidated. If both sides are heard, students and all of us benefit”. Cela présuppose donc que les partisans de M. Bush étaient intimidés à l’université, que les États-Unis étaient en guerre et qu’il n’y avait que deux positions face à cette guerre3.

4L’immense majorité des médias soutenait le président américain, les médias audiovisuels ne laissaient pas de place aux critiques et les seuls lieux de critique, souvent modérée, étaient dans certains départements de certaines universités. La revendication d’équité apparaît donc, dans ce contexte, comme un désir de faire taire ou d’étouffer les quelques voix discordantes sur la guerre. Les auteurs reprochaient aux universités, comme UCLA par exemple, d’avoir créé de nouveaux cours sur les cultures islamiques ou asiatiques. Cette innovation aurait pu suggérer que l’Amérique, par son incapacité à comprendre l’Islam, était responsable des attaques terroristes. Une idée de Lynne Cheney pour qui la seule priorité aurait dû être de renforcer l’étude de l’histoire américaine.

  • 4 Voir Gary B. Nash, Charlotte Crabtree, Ross E. Dunn (eds), History on Trial, Culture Wars and the T (...)

5On s’aperçoit ici que le 11 septembre n’a été, et continue à ce jour à n’être, qu’une occasion de relancer une lutte idéologique ancienne. En effet, Mme Cheney avait mené le combat contre des propositions de réforme de l’enseignement de l’histoire dans les années 19904. Son appel à l’étude de l’histoire américaine doit s’entendre comme un appel à l’étude d’une histoire glorieuse et triomphaliste des États-Unis, une histoire où l’on insiste sur les héros de la liberté et où l’on minimise les aspects les plus sombres du passé américain. Évidemment, les élèves et étudiants américains connaissent déjà mieux les idéaux américains que l’histoire des autres régions du monde et Mme Cheney demandait “more of the same”, et surtout pas un éclairage historique et politique des événements tragiques dont les États-Unis avaient été victimes. Elle avait néanmoins lancé une idée qui eut beaucoup de succès dans presque tous les milieux, y compris chez les libéraux (sens américain) et même chez les gens de gauche : chercher à comprendre le contexte dans lequel ces attaques meurtrières avaient eu lieu, c’était rendre l’Amérique responsable des crimes qui l’avaient visée.

  • 5  L’ouvrage de Chomsky, intitulé 9-11 (New York, Seven Stories Press, 2001) est un ensemble d’entret (...)

6L’émotion fut fort légitime après ce que Chomsky5, l’un des critiques de la politique américaine le plus visé par ceux qui s’autodéfinissent comme patriotes, avait appelé, à la suite de Robert Fisk, journaliste britannique, des « crimes contre l’humanité ». Cette émotion fut rapidement instrumentalisée à des fins partisanes pour décrédibiliser l’université américaine. (“Yet America’s elite college students are graduating woefully ignorant of the foundations of Western civilization as well as American history and its founding”). Ce document qui visait les “intellectuals”, mot à forte connotation négative aux États-Unis où il n’est pas synonyme de “scholars” ou d’ “academics”, faisait référence à un débat de l’Oxford Student Union en Grande-Bretagne en 1933 qui avait affirmé que l’Angleterre “under no circumstances [would] fight for king and country” ce qui aurait réjoui Von Ribbentrop qui aurait annoncé à Hitler que l’Occident ne lutterait pas pour sa survie. On voit l’habituelle référence à Hitler et aux viles habitudes européennes d’appeasement. On notera que l’Occident d’alors n’incluait pas l’Allemagne.

7Le schéma idéologique utilisé lors de la guerre du Golfe en 1990-1991 est repris dans la profession de foi d’ACTA : « Notre ennemi est un nouvel Hitler, il faut lui résister sur tous les plans, essayer de le comprendre c’est lui céder, donc il ne faut que célébrer nos valeurs ». Un discours pédagogique sur la nécessité d’enseigner l’histoire et les valeurs est mis au service d’une option politique et se présente comme une célébration de la liberté. La liberté américaine garantie par le Premier amendement à la constitution protège les Américains contre les intrusions du pouvoir et devrait donc atténuer les critiques lancées contre les universités. Au mois de novembre 2001, après la disparition du régime taliban en Afghanistan, la liberté d’information a surtout été restreinte par le gouvernement Bush lequel était soutenu par ces critiques de l’université. Au moment où Mme Cheney écrivait : “We need to understand how fortunate we are to live in freedom”, des arrestations sommaires avaient lieu aux États-Unis : des gens arrêtés ont été privés de l’aide d’avocats, leurs noms maintenus secrets et les victimes afghanes de la guerre en Afghanistan, souvent tuées par les alliés des Américains, étaient absentes du débat public.

8Le court texte d’ACTA est aussi composé d’un ensemble de citations. D’abord celles du président Bush puis du maire de New York de l’époque, M. Giuliani, qui sont données en exemple, puis des citations d’universitaires qui sont en désaccord avec le gouvernement Bush. Lors de la parution du texte, les noms des professeurs proposés à la vindicte publique étaient mentionnés, puis la consultation ultérieure du site a donné accès à une version expurgée du document d’où les noms propres avaient disparu. Il est étrange qu’un manifeste en faveur de la liberté et de l’enseignement de l’histoire passe par des phases orwelliennes de ce genre.

9Parmi les citations jugées scandaleuses, commençons par quelques déclarations d’étudiants “One, two, three, four—we don’t want a racist war” (Brown), ou bien “An eye for an eye makes the world blind”. (Chapel Hill), ou encore “I consider myself a patriot. I think this country does wonderful things for its citizens, but we must acknowledge the terrible things it often does to the citizens of other countries”. Il s’agit là d’étudiants qui cherchent à comprendre le contexte de l’émergence des attaques du 11 septembre et qui refusent la guerre comme réaction aux attentats. Ils ne disent pas que l’Amérique est responsable des attentats. Ils ne peuvent choquer que ceux qui ont une image idéalisée de l’Amérique, comme le président Bush qui a déclaré : “We are good”.

  • 6 Voici que que dit Lewis Lapham du document ACTA : ”I wish I thought the Council’s paranoia confined (...)

10La dénonciation des étudiants et universitaires qui refusent la guerre, eux aussi minoritaires pour autant que l’on puisse juger, est fondée sur un tour de passe-passe rhétorique. Si tout le monde peut être d’accord avec l’affirmation selon laquelle, attaquée par des terroristes, l’Amérique a le droit de se défendre, il ne s’ensuit pas logiquement que la forme, choisie pour organiser cette défense doive être la guerre contre un pays entier. Les opposants à la guerre n’ont jamais contesté la légitimité d’une réaction, ni la nécessité d’attraper puis de juger les coupables. Ils ont simplement exprimé leur opposition à l’utilisation de la force militaire contre des innocents. Deux ans plus tard, le coupable présumé derrière ces attentats, M. Ben Laden, court toujours et des milliers d’innocents sont morts dans une guerre qui a certes fait tomber un régime abominable que les États-Unis avaient contribué à créer, celui des Talibans, mais causé un nombre de victimes considérable qui ne peuvent en rien compenser celles de New York et du Pentagone6.

  • 7  Voir Robert Jensen, Citizens of the Empire; Thoughts on Patriotism, Dissent and Hope, Three speech (...)

11Le président Bush a déclaré que quiconque n’était pas avec les États-Unis était contre eux. Ce manichéisme mobilisateur, assez typique des rhétoriques de guerre partout dans le monde, a été utilisé contre l’université. Au moment où, selon les sondages mentionnés dans le document lui-même, 92% des Américains étaient d’accord avec leur gouvernement, on peut s’interroger sur les motivations et visées d’une telle attaque. Certains universitaires avaient fait des remarques d’un goût douteux (par exemple, “Anyone who can blow up the Pentagon gets my vote”, de la part d’un professeur du Nouveau Mexique, s’affichant habituellement comme plutôt conservateur) mais la plupart exprimaient, comme la majorité des Américains, leur horreur face au terrorisme, comme Robert Jensen du Texas qui dit : “My anger on this day is directed not only at individuals who engineered the September 11 tragedy but at those who have held power in the United States and have engineered attacks on civilians every bit as tragic7.

12Sur un certain plan, le 11 septembre ne marque pas de différence fondamentale avec le passé : la rhétorique des bons Américains contre les méchants autres n’est pas nouvelle, elle prolonge la rhétorique de la destinée manifeste puis de l’anticommunisme, les attaques qui visent l’université sont formulées par les mêmes qui la visaient depuis plus d’une décennie en des termes semblables. Néanmoins, dans le contexte de quasi-unanimisme politique qui a fait suite au 11 septembre la critique délégitimante de l’université, ou plutôt de certains de ses secteurs, prend un relief particulier.

  • 8In this cartoon view of the world, there is nothing worse than American power—not the woman-enslav (...)
  • 9  Dans une tribune libre publiée par The Observer en Grande-Bretagne, (”Has the US lost its way”, 3 (...)
  • 10  Son livre The Story of American Freedom, (New York, Norton & Co, 1998) est une célébration d’une c (...)
  • 11  Dans un article publié par Boundary 2 (“Multiculturalism Now: Civilization, National Identity, and (...)

13La version non-expurgée du texte d’ACTA permet de noter que certains des auteurs cités par le groupe de Madame Cheney ont pris des positions qui, face à la guerre, sont assez proches de celles du gouvernement Bush. Richard Falk, à l’époque professeur à Princeton, a écrit un article dans The Nation du 29 octobre 2001, intitulé Defining A Just War, qui défendait l’idée que les États-Unis étaient dans leur droit dans leur guerre anti-terroriste aux États-Unis. (“The war in Afghanistan against apocalyptic terrorism qualifies in my understanding as the first truly just war since World War II”). Todd Gitlin, professeur à NYU, épinglé pour une citation exprimant du scepticisme vis-à-vis de la politique guerrière de l’administration américaine, est l’auteur d’un article distribué à divers endroits qui critique les « fondamentalistes de gauche » mais ne cite que Noam Chomsky et Edward Saïd parmi les Américains. Selon l’auteur, qui est un ancien leader étudiant des années 1960, ces « fondamentalistes » ne pensent qu’à critiquer l’Amérique en premier lieu (“Blaming America First‑ “, Mother Jones, janvier/février 2002)8. Le célèbre historien d’origine britannique, Paul Kennedy, auteur de The Rise and Fall of the Great Powers, est implicitement dénoncé par son intégration dans la liste noire des anti-américains lorsqu’il cherche à comprendre les racines de l’hostilité arabe aux États-Unis, mais s’il est libéral il n’est en rien anti-américain9, pas plus que l’autre historien célèbre Eric Foner10. Eric Foner, qui n’a pas suivi la voie tracée par Mme Cheney, a répondu au document ACTA un an plus tard dans un article intitulé Changing History, publié dans The Nation. Concernant le genre d’enseignement de l’histoire voulu par Mme Cheney, il déclare : “The definition of ‘Western civilization’ is highly selective—it includes the Enlightenmentbut not the Inquisition, liberalism but not the Holocaust, Charles Darwin but not the Salem witch trials11. Ces divers auteurs ont en commun d’être plus libéraux que Mme Cheney sur de nombreux points mais certains ont, au moment de la guerre en Afghanistan, développé des argumentations proches des siennes.

Une entreprise politique qui vise la gauche

  • 12  Voir, par exemple, “The Argument about Humanitarian Intervention”, hiver 2002, 29-37, ainsi que “C (...)

14La gauche américaine, déjà fort peu puissante, s’est clivée face aux problèmes posés par la lutte anti-terroriste et la guerre en Afghanistan. La crise de politique étrangère est devenue un combat interne aux États-Unis dans la sphère universitaire. Un grand nombre d’étudiants et de professeurs qui, dans les années 1990, étaient opposés aux thèses de Mme Cheney se sont retrouvés sur une longueur d’ondes assez proche dans la lutte anti-terroriste. Le magazine Dissent, par la voix de son intellectuel phare, Michael Walzer, auteur de Just and Unjust Wars, a pris position en faveur de la guerre et a attaqué “a few left academics”, c’est-à-dire à peu près le seul groupe critique des positions gouvernementales12. Un passage typique de la rhétorique de Walzer illustre les cousinages avec la position de droite du document ACTA :

  • 13  Dissent, printemps 2002, 19.

A few left academics have tried to figure out how many civilians actually died in Afghanistan, aiming at as high a figure as possible, on the assumption, apparently, that if the number is greater than the number of people killed in the Towers, the war is unjust. At the moment, most of the numbers are propaganda; there is no reliable accounting. But the claim that the numbers matter in just this way, that the 3120th death determines the injustice of the war, is in any case wrong. It denies one of the most basic and best understood moral distinctions: between premeditated murder and unintended killing. And the denial isn’t accidental, as if the people making it just forgot about, or didn’t know about, the everyday moral world. The denial is willful: unintended killing by Americans in Afghanistan counts as murder. This can’t be true anywhere else, for anybody else13.

15La critique de Walzer s’applique à ce que l’on appelle en rhétorique “a straw man” : les “few left academics” dont parle Walzer ne cherchaient pas à valider un calcul statistique, la gauche universitaire déplorait la mort d’innocents, aussi bien à New York qu’en Afghanistan. D’autre part, la distinction entre meurtres voulus et morts accidentelles doit être relativisée lorsque l’on envoie des bombes à fragmentation emballées dans une enveloppe de la même couleur que les vivres (beurre de cacao, par exemple) largués sur le même territoire au même moment. Dissent a publié des lettres de lecteurs après l’article de Walzer, l’un d’entre eux écrit :

  • 14  John Sanbonmatsu, Dissent, été 2002, 106-107. Il est à noter que Dissent a donné la parole à ce ty (...)

Walzer seems to have mistaken some leftists’ lack of surprise at news of the 9/11 attacks for an ugly indifference or, far worse, a secret joy, rather than for what it really was—nausea and rage over the irresponsible policies that have endangered our nation’s people. 9/11 was the worst day of my life. It was the worst day in the life of every other leftist I know14.

16Ceci pourrait être une réponse adressée à Gitlin ou aux autres liberals qui comme lui ont vu une certaine Schadenfreude dans les déclarations des quelques universitaires de gauche, critiques de la politique étrangère américaine, même après le 11 septembre.

  • 15  Voir la controverse entre Hitchens et Chomsky dans The Nation (8 octobre 2001) ainsi que l’article (...)

17Certains organes militants, comme The Nation, ont connu un débat entre partisans et opposants de la guerre en Afghanistan15. Les quelques voix discordantes, parmi lesquelles celle de Susan Sontag dans le New Yorker du 27 septembre 2001, ont permis à certains groupes de droite de prolonger l’union sacrée politique dans la sphère universitaire pour tenter de contrecarrer certaines évolutions pédagogiques datant des années 1980 et 1990. L’université américaine a souvent été plus militante que le reste de la société, les étudiants américains ont organisé de nombreux groupes qui s’opposent aux ateliers clandestins ou au travail surexploité dans le tiers monde (sweatshops) et ont refusé d’acheter des chaussures ou vêtements de sport fabriqués dans ces lieux ‑; auparavant, ils avaient lutté contre l’apartheid en Afrique du Sud. À chaque fois, ils font pression sur les entreprises américaines qui font fabriquer leurs produits dans des conditions qu’ils jugent inacceptables. Certains graduate students ont mené diverses actions dont, par exemple, à Yale en 1999, la grève des notes pour avoir le droit de se syndiquer. D’autres ont manifesté, comme à Seattle en 1999, contre la mondialisation purement marchande. La campagne en faveur des valeurs américaines et du gouvernement Bush était donc aussi un moyen d’isoler les quelques foyers de résistance à l’idéologie ambiante. Campagne assez réussie puisque un certain nombre de liberals sont arrivés à des conclusions voisines de leurs anciens adversaires idéologiques.

  • 16  Voir Patricia Williams, “This Dangerous Patriot’s Game”,publié le 2 décembre 2001 dans TheObserver(...)

18Les ressemblances avec l’anticommunisme des années 1950 sont nombreuses et frappantes. En effet, là aussi il y a une base sur laquelle on peut construire tout un système idéologique : les attaques terroristes ont bien eu lieu et il y avait bien des espions communistes dans les années 1940 et 1950. Mais le système idéologique mis en place au nom de la lutte contre un danger visant l’Amérique a aussi et surtout des visées internes. La dénonciation des quelques professeurs ou étudiants qui critiquent les positions officielles américaines vise à détruire toute voix discordante. Le ministre de la justice (Attorney-general) M. Ashcroft a pris quelques libertés avec la liberté d’expression et la justice de son pays en refusant de communiquer les noms des personnes arrêtées (ce qu’il devra faire suite à une décision de justice d’août 2002 lui enjoignant de le faire). Le gouvernement Bush, en choisissant d’interner certains prisonniers à Guantanamo à Cuba mais sur une base américaine, empêche tout contrôle juridique international des conditions d’emprisonnement de ces personnes (leurs noms restent secrets et le gouvernement américain indique que Guantanamo n’étant pas sur le territoire américain les décisions de la justice américaine ne peuvent s’y appliquer16).

  • 17  “Approaching the Qur’an, the Early Revelations”, par Michael A. Sells qui présente 35 sourates des (...)
  • 18  Voir “The Clash of Civilisations?”, Foreign Affairs, été1993, et The Clash of Civilizations and th (...)

19Sur le plan pédagogique, un autre débat des années 1980 et 1990 a pris un tour différent. Certaines universités ont créé de nouveaux cours sur l’islam ou ont voulu faire étudier des textes portant sur le Coran. En août 2002, l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill qui avait donné un texte portant sur le Coran à lire pendant les vacances17 s’est retrouvée au centre d’une polémique et la cible d’un procès intenté par des chrétiens fondamentalistes. Le débat sur l’Islam a des prolongements politiques pour les partisans des théories de Samuel Huntington18 qui prédit la fin des conflits idéologiques et l’émergence des luttes entre civilisations, lesquelles sont fortement ancrées dans leurs religions. Néanmoins le préjugé anti-arabe ou anti-islamique est plus marqué dans la société ambiante qu’à l’université et n’a pas officiellement été encouragé par le gouvernement Bush, même si certaines déclarations du président et son utilisation de mots comme crusade ou smoke him out en parlant de Ben Laden dénotent une certaine diabolisation. Le président s’était rendu dans une mosquée à Washington juste après le 11 septembre et les groupes musulmans aux États-Unis avaient condamné ces attentats. Les cours sur le monde arabe ou musulman peuvent alimenter l’idée qu’il y a un “clash of civilizations” et déplacer la réflexion vers un culturalisme qui ignore les problèmes de politique étrangère. Un autre débat sur l’antisémitisme à l’université a accompagné les oppositions sur la lutte anti-terroriste mais ce débat est plus directement lié à la situation en Israël-Palestine qu’au 11 septembre en tant que tel. À la rentrée 2002, un grand nombre d’universités annonçaient des cours sur le 11 septembre, ce qui est un trait caractéristique de l’évolution des programmes aux États-Unis. Les débats publics et universitaires sont intimement liés et la situation politique influence le choix des cours qui, à leur tour, peuvent donner lieu à des querelles sur la place publique.

20Si certains universitaires militants sont scientifiques, il n’empêche que le débat public quant à la place de l’université dans la lutte anti-terroriste concerne surtout l’histoire et les Humanities. Ce secteur de l’université est numériquement en chute libre et il y a moins d’étudiants en histoire qu’en business, la littérature ou la philosophie sont loin derrière le management ou la biologie. Les voix politisées discordantes ont plus de chance d’être entendues en sociologie ou en anthropologie, des disciplines dans lesquelles on étudie la relativité des valeurs. Les historiens des États-Unis sont sur la sellette car ils savent bien que les États-Unis, comme tout autre pays d’ailleurs, ont une histoire qui s’écarte des idéaux les plus nobles et que les valeurs de liberté et de justice, d’ailleurs pas uniquement américaines, ont souvent été violées par les dirigeants américains. Démocratie régie par le droit, les États-Unis sont actuellement dirigés par une équipe qui viole certains principes juridiques et qui doit son pouvoir à une élection dont on peut penser qu’elle est entachée de nombreuses irrégularités, notamment en Floride.

La poursuite des guerres culturelles par d’autres moyens

21Les fameux “few left academics”, l’ACLU et quelques journaux ou sites web dissidents et très minoritaires sont le seul grain de sable dans la machine du consensus. En caricaturant leurs positions, on fait revivre le spectre des un-American activities ou de l’anti-américanisme, en utilisant parfois quelques déclarations isolées comme autrefois une poignée d’indéniables activités d’espionnage permettaient de jeter l’opprobre sur tout critique d’un aspect de la société américaine. La fabrication du consensus réclame des méchants, en temps de guerre le mécanisme émissaire fabrique ce consensus avec efficacité. Même si les États-Unis ne sont pas vraiment en guerre et ne risquent pas une invasion ou des destructions aussi massives que lors d’une guerre conventionnelle, la lutte anti-terroriste, dont certains aspects sont évidemment légitimes, sert de prétexte à la relance du mécanisme émissaire. Les ennemis extérieurs sont connus et rassemblés sous le vocable « d’axe du mal » et les ennemis intérieurs sont tous ceux qui refusent les simplismes manichéens ou les guerres inutiles qui visent des innocents mais laissent les terroristes impunis, loin des cours de justice.

22Dans un discours tenu le 26 août 2002 devant la 103e National Convention of the Veterans of Foreign Wars, le vice-président, M. Cheney déclarait :

Much has happened since the attacks of 9/11. But as secretary Rumsfeld has put it, we are still closer to the beginning of this war than we are to its end. The United States has entered a struggle of years—a new kind of war against a new kind of enemy.

23L’après Guerre Froide est assuré et dans ce climat politique l’université est un lieu de lutte idéologique. Le choix du terme war plutôt que crime  est significatif puisque la lutte anti-terroriste n’est plus l’affaire de la justice dont l’objet est l’identification, le jugement et la punition des criminels, mais une forme de guerre dans laquelle le droit international et la justice n’ont pas vraiment de place. Cette redéfinition des crimes du 11 septembre s’accompagne de l’idée, aujourd’hui devenue cliché, que « tout a changé depuis le 11 septembre ».

  • 19It is worth noting that in the aftermath of September 11, students and professors of various polit (...)

24À l’université comme ailleurs, le 11 septembre a eu un impact considérable mais a surtout renforcé des tendances et pratiques antérieures. Certains étudiants, comme certains autres Américains, se sont lancés dans des attaques, verbales ou physiques, contre les gens de type dit arabe (personnes appelées sand niggers), certains Noirs en sont venus à justifier le délit de faciès (profiling) pour exclure des Arabes, par exemple d’un avion. Environ un millier de personnes ont été détenues pour des raisons fort éloignées du terrorisme et certaines ont été expulsées pour des problèmes de visas. Certains groupes se réclamant du progressisme ont tenté de pratiquer la censure dans leurs universités, ce qui renvoie aux débats complexes sur la political correctness des années 1990. Néanmoins, d’autres étudiants, comme d’autres Américains, ont refusé la généralisation déshumanisante et la logique de guerre. L’université n’a pas changé de fond en comble depuis le 11 septembre, elle reste un endroit où la contestation, bien que fort minoritaire, existe mais elle est un pion dans un paysage politique où politique étrangère et politique intérieure sont étroitement mêlées. Les quelques universitaires et étudiants critiques de la politique étrangère de leur pays ont aussi participé au gigantesque élan de solidarité qui a fait suite aux attentats. Les accuser de joie mauvaise et de systématisme anti-américain est une calomnie, dans la majorité des cas. Quelques manifestations d’intolérance de la part de quelques professeurs ou étudiants ont servi d’alibis à une campagne manichéenne de fabrication du consensus19.

25Une citation de Paul Auster, tirée d’une tribune libre publiée par le New York Times intitulée “The City and the Country” (9 septembre 2002) fera office de conclusion :

No one is sorry that the Taliban regime has been ousted from power, but when I talk to my fellow New Yorkers these days, I hear little but disappointment in what our government has been up to. Only a small minority of New Yorkers voted for George W. Bush, and most of us tend to look at his policies with suspicion. He simply isn’t democratic enough for us. He and his cabinet have not encouraged open debate of the issues facing the country. With talk of an invasion of Iraq now circulating in the press, increasing numbers of New Yorkers are becoming apprehensive. From the vantage point of ground zero, it looks like a global catastrophe in the making.

26La préparation de la guerre en Irak, cette guerre elle-même et tous les mensonges qui l’ont accompagnée ont, d’une part, effacé la division entre diverses sensibilités de gauche et davantage mobilisé les étudiants et professeurs. Comme en Grande-Bretagne, les vérités gênantes que les universitaires et journalistes évoquaient dans leurs enclaves respectives sont débattues par un public plus large. L’université a donc, partiellement, joué son rôle de démystification et d’établissement de connaissances fiables. Même marginalisée dans le débat public, elle reste un pôle de contre-pouvoir.

Haut de page

Notes

1  Passage caractéristique : “At its best, the United States seeks to be a society in which faith and freedom can go together, each elevating the other. We have a secular state—our government officials are not simultaneously religious officials—but we are by far the western world’s most religious society. We are a nation that deeply respects religious freedom and diversity, including the rights of nonbelievers, but one whose citizens recite a Pledge of Allegiance to “one nation, under God”, and one that proclaims in many of its courtrooms and inscribes on each of its coins the motto, “In God We Trust”.Politically, our separation of church and state seeks to keep politics within its proper sphere, in part by limiting the state’s power to control religion, and in part by causing government itself to draw legitimacy from, and operate under, a larger moral canopy that is not of its own making. Spiritually, our separation of church and state permits religion to be religion, by detaching it from the coercive power of government. In short, we seek to separate church and state for the protection and proper vitality of both”; consultable sur le site : <http://www.americanvalues.org>

2  Un passage caractéristique est le suivant : “In this ideological context, the question raised after September 11, “Why do they hate us?” has only one answer: “Because we are so good!” Or, as is commonly claimed, they hate us because “our values”. Most U.S. citizens are unaware that the effect of U.S. power abroad has nothing to do with the “values” celebrated at home, and indeed often serves to deprive people in other countries of the opportunity to attempt to enjoy them should they care to do so” ; consultable sur le site : <http://www.propositionsonline.com/html/us_letter_to_europeans.html#Signatories>

3  En 2002 un autre groupe a été lancé par William Bennett. Voici la description trouvée sur le site <http://www.campus-watch.org/article/id/204> article publié sous le titre “Who’s Watching the Watchers?” rédigé par Joel Beinin History News Network, 30 septembre 2002. “In March, former Secretary of Education and Drug Czar William Bennett, who poses as the Martha Stewart of public morality, launched Americans for Victory over Terrorism. AVOT, a project of Empower America, aims to take to task those who blame America first and who do not understand—or who are unwilling to defend—our fundamental principles”.Dans la même veine, on pourra lire : “Profs Who Hate America“ de Daniel Pipes dans le New York Post du 12 novembre 2002. Après avoir cité quelques universitaires dont Foner et Chomsky, il écrit : “Why do American academics so often despise their own country while finding excuses for repressive and dangerous regimes?“ ce qui est une contrevérité patente puis en fin d’article : “The time has come for adult supervision of the faculty and administrators at many American campuses. Especially as we are at war, the goal must be for universities to resume their civic responsibilities. This can be achieved if outsiders (alumni, state legislators, non-university specialists, parents of students and others) take steps to create a politically balanced atmosphere, critique failed scholarship, establish standards for media statements by faculty and broaden the range of campus discourse.Tous les thèmes d’ACTA sont présents et évoquent un contrôle de type maccarthyste de l’université de la part de quelqu’un qui s’institue super spécialiste de toutes les disciplines. L’appel à l’équilibre signifie appel à la censure des quelques voix discordantes.

4 Voir Gary B. Nash, Charlotte Crabtree, Ross E. Dunn (eds), History on Trial, Culture Wars and the Teaching of the Past, New York, Alfred B. Knopf, 1997.

5  L’ouvrage de Chomsky, intitulé 9-11 (New York, Seven Stories Press, 2001) est un ensemble d’entretiens remaniés pour apparaître sous la forme d’un livre. Livre dont le New York Times a parlé pour signaler qu’il était le plus vendu sur le sujet alors qu’il n’avait reçu aucune critique favorable dans les grands médias. S’il est vrai que Chomsky est très critique des États-Unis, il n’a aucune sympathie pour les terroristes. Il dit, par exemple : “Such terrorist atrocities are a gift to the harshest and most repressive elements on all sides, and are sure to be exploitedalready have been in factto accelerate the agenda of militarization, regimentation, reversal of social democratic programs, transfer of wealth to narrow sectors, and undermining democracy in any meaningful form”, 19. Edward Saïd, un autre auteur souvent visé par la gauche libérale américaine a co-signé un texte intitulé “Justice Not Vengeance” qui commençait de cette façon : “Our hearts and prayers go out in compassion to the victims and their families who have suffered so greatly from the unspeakable acts of brutality committed on September 11, 2001. We share the shock, anger, and grief of so many people in the U.S. and around the world and call for a response that is prompt, just, and effective. We foresee that a military response would not end the terror. Rather, it would spark a cycle of escalating violence, the loss of innocent lives, and new acts of terrorism. As citizens of this great nation, we support the efforts being made to find those behind the acts of terror. Bringing them to justice under the rule of law—not military action—is the way to end the violence.Consultable sur le site :  <http://www.maryknoll.org/GLOBAL/ALERTS/just_veng.htm>

6 Voici que que dit Lewis Lapham du document ACTA : ”I wish I thought the Council’s paranoia confined to a small company of reclusive minutemen, outfitted with hunting rifles, and gathered around a campfire in Idaho or Montana. Unhappily, I suspect that the report accurately reflects the attitudes widely distributed among the upper servants of government and the news media, consistent with the judgments of Attorney General John Ashcroft, at one with the 90 percent approval rating accorded to the diplomacy of President Bush. ”Mythography”, Harper’s Magazine (site web consulté le 16 novembre 2002 : <http://www.harpers.org/online/notebook/?pg=1> ).

7  Voir Robert Jensen, Citizens of the Empire; Thoughts on Patriotism, Dissent and Hope, Three speeches by Robert Jensen (brochure papier envoyée par l’auteur) ainsi que “September 11 and the politics of university teaching”, Canadian Association of University Teachers Bulletin, février 2002, A-14. Divers textes du même auteur sont disponibles à <http://www.nowarcollective.com/citizensoftheempire.pdf>

8In this cartoon view of the world, there is nothing worse than American power—not the woman-enslaving Taliban, not an unrepentant Al Qaeda committed to killing civilians as they please—and America is nothing but a self-seeking bully. It does not face genuine dilemmas. It never has legitimate reason to do what it does. When its rulers’ views command popularity, this can only be because the entire population has been brainwashed, or rendered moronic, or shares in its leaders’ monstrous values”. L’image d’Épinal dénoncée par Gitlin est celle de l’accusation et non celle des quelques universitaires gauchistes qui n’ont aucune tendresse pour les Talibans. Au moment de la guerre du Viêt-nam, surtout au début, lorsque Gitlin faisait partie de ces quelques gauchistes dissidents, la majorité des Américains soutenait également les États-Unis. On notera que cette rhétorique est la même que celle du texte inspiré par Mme Cheney avec laquelle Gitlin était en profond désaccord au moment de la controverse sur les programmes d’histoire (Voir The Twilight of Common Dreams, New York, Metropolitan Books, 1995). Le 5 septembre 2002, Todd Gitlin réitérait son accusation contre ce qu’il appelle « the far left » (celle à laquelle il appartenait autrefois) : “Intellectuals and activists on the far left could not be troubled much with compassion or defense. Disconnected from Americans who reasonably felt their patriotic selves attacked, they were uncomprehending. Knowing little about Al Qaeda, they filed it under Anti-Imperialism, and American attacks on the Taliban under Vietnam Quagmire”. ”Liberalism’s Patriotic Vision”, New York Times.

9  Dans une tribune libre publiée par The Observer en Grande-Bretagne, (”Has the US lost its way”, 3 mars 2002) Paul Kennedy écrivait : “Many American readers of this column may not really care about the growing criticisms and worries expressed by outside voices. To them, the reality is that the United States is unchallenged Number One, and all the rest – Europe, China, the Arab world—just have to accept that plain fact.Le genre d’observation qui porte sur l’unilatéralisme américain peut être perçu comme de l’antiaméricanisme par un patriote fervent.

10  Son livre The Story of American Freedom, (New York, Norton & Co, 1998) est une célébration d’une certaine Amérique, celle dans laquelle la liberté s’est élargie à des couches de plus en plus larges de la société. La première phrase de cet ouvrage montre qu’il partage l’amour de la liberté avec Mme Cheney : “No IDEA is more fundamental to Americans’ sense of themselves as individuals and as a nation than freedom”. Néanmoins, une autre phrase de la même page (XIII) permet de comprendre ce qui peut sembler critique de l’Amérique : “Foreign visitors have frequently been struck not only by Americans’ commitment to freedom but by their conviction, to quote the British writer James Bryce, that they are the ‘only people’ truly to enjoy it”.

11  Dans un article publié par Boundary 2 (“Multiculturalism Now: Civilization, National Identity, and Difference Before and After September 11th”, été 2002, 109-127. David Palumbo-Liu fait cette remarque appropriée : “Certainly the knowledge of American history is important, but not if it includes any criticism of the United States”, 126.

12  Voir, par exemple, “The Argument about Humanitarian Intervention”, hiver 2002, 29-37, ainsi que “Can there be a decent left?”, printemps 2002, 19-23. Un autre article “Excusing terror”, publié par The American Prospect (22 octobre 2001) est plus explicite encore. Il se termine par cette phrase : “But the only political response to ideological fanatics and suicidal warriors is implacable opposition“. La gauche critique est visée par ce terme de « fanatics » et regroupée avec les terroristes d’Al Qaida.

13  Dissent, printemps 2002, 19.

14  John Sanbonmatsu, Dissent, été 2002, 106-107. Il est à noter que Dissent a donné la parole à ce type de discours, ce qui n’a pas été le cas des grands médias audiovisuels.

15  Voir la controverse entre Hitchens et Chomsky dans The Nation (8 octobre 2001) ainsi que l’article d’Adam Shatz, “The Left and 9/11”, The Nation, 5 septembre 2002. Pour une réponse de la gauche voir : <http://www.zmag.org/45qairaq.htm>.

16  Voir Patricia Williams, “This Dangerous Patriot’s Game”,publié le 2 décembre 2001 dans TheObserver (G.-B.) ainsi que ceux de Ronald Dworkin, The New York Review of Books, “The Threat to Patriotism”, 28 février 2002 et “The Trouble with the Tribunals”, 25 avril 2002. Même un organe de presse souvent favorable au gouvernement Bush et à la guerre anti-terroriste comme The Economist est très critique des atteintes aux libertés après le 11 septembre 2001 (Voir dans le numéro du 31 août l’article de fond “For Whom the Liberty Bell Tolls”, 18-20, ainsi que l’éditorial “A Needless Victory for Terror”, 12-13. Les libertés fondamentales garanties par la constitution sont battues en brèche. Les “enemy combatants”, même américains, sont exclus des protections juridiques américaines, les procédures d’extradition et la présomption d’innocence sont bafouées. Sur le même thème, voir l’éditorial du New York Times, “The War on Civil Liberties”, 10 septembre 2002.

17  “Approaching the Qur’an, the Early Revelations”, par Michael A. Sells qui présente 35 sourates des origines. Voir le New York Times des 19 et 20 août 2002.

18  Voir “The Clash of Civilisations?”, Foreign Affairs, été1993, et The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon and Schuster, 1996.

19It is worth noting that in the aftermath of September 11, students and professors of various political persuasions were disciplined for making statements for or against the war effort, and for allegedly offending or defending Muslims. Their liberty to speak depended on their conformity to views that prevailed on their campuses. Power trumped fairness, as usual” écrit Wendy Kaminer dans l’introduction de son livre : Liberty for All; Defending American Liberty in America Today, Boston, Beacon Press, 2002. On peut aussi consulter : Pierre Hassner, « La signification du 11 septembre ; Divagations politico-philosophiques sur l’événement », Esprit, novembre 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guerlain, « L’Université américaine dans le débat public après le 11 septembre », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 154-167.

Référence électronique

Pierre Guerlain, « L’Université américaine dans le débat public après le 11 septembre », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3095 ; DOI : 10.4000/lisa.3095

Haut de page

Auteur

Pierre Guerlain

Professor (Le Mans, France)
Pierre Guerlain est professeur de civilisation américaine à l’université du Maine, Le Mans. Il enseigne également à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il s’intéresse à l’analyse des discours socio-politiques dans la période contemporaine et en particulier dans le domaine de la politique étrangère américaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals