Skip to navigation – Site map
Emblèmes, rhétoriques et politiques

Vision et visibilité : la rhétorique visuelle des suffragistes et des suffragettes britanniques de 1907 à 1914

Vision and Visibility: The Visual Rhetoric of British Suffragists and Suffragettes 1907-1914
Myriam Boussahba-Bravard
p. 42-53

Abstract

By the Edwardian period, the Women’s Movement had reached its peak through the unifying claim for female suffrage. The suffragettes’ public disorder, the increasing numbers of activists and supporters and the suffragistand antisuffragistcampaigns showed how inescapable an issue female suffrage was. Even though the suffragettes of the Women’s Social and Political Union provided the most spectacular events, the constitutionalists of the National Union of Women’s Suffrage Societies also took an active part in this vigorous visual campaign. In such a context, suffragist iconography conveyed singularly effective visual rhetoric persuading the Edwardians through varied eye-catching media, shows, processions, posters, postcards, photographs, accessories and many other common objects. Representation thus conveyed the vital necessity of “votes for women” along three major lines:
● Locating the Cause on the Edwardian political stage,
● Reporting on suffragist activism and activists,
● Arguing symbolically that women deserved the vote (immediate effect) and that their imminent enfranchisement would signal further emancipation (delayed effect).

Top of page

Index terms

Top of page

Full text

1Avant 1914, les images de dérision concernant les suffragistes britanniques sont nombreuses et donnent une version anti-suffragiste qui va de la plus modérée à la plus virulente. L’anti-suffragisme est présent dans tous les médias et peut-être encore plus dans l’iconographie puisqu’il permet de renouveler une source d’inspiration traditionnelle, celle de la représentation des femmes. Les images de dérision occupent déjà les circuits établis, leur diffusion va de soi. En revanche les images d’exaltation sont absentes. Il s’agit donc pour les suffragistes de faire circuler d’autres images en créant de nouveaux circuits de diffusion et en intégrant les circuits déjà établis. Pour les suffragistes, le meilleur moyen de combattre la dérision (qui affaiblit leur message) est de créer et de diffuser des images d’exaltation, renforçant alors la légitimité de leur demande, le suffrage féminin. Cependant ‘rendre visible’ est déjà un acte militant puisque la définition de la femme respectable est alors celle d’une femme effacée, discrète, peut-être présente mais à l’arrière-plan. Que les femmes se donnent à voir, qu’elles occupent le premier plan, est en soi la première stratégie d’une vision émancipatrice de la femme. La visibilité est la traduction brute de la vision ; c’est indéniablement le premier pas subversif et choquant pour les militantes comme pour leurs contemporains.

  • 1 Punch, 17 janvier 1906, Mary Evans Picture Library, London.

2La caricature du dessinateur Bernard Partridge, “The shrieking sister“1, parue dans Punch en 1906, constitue un bel exemple de dérision.

Fig. 1. Bernard Partridge, The Shrieking Sister, parue dans Punch en 1906

Fig. 1. Bernard Partridge, The Shrieking Sister, parue dans Punch en 1906
  • 2  Womanless meetings était l’expression utilisée et inscrite sur les affiches du parti Libéral.

Cette confrontation de deux femmes illustre les méfaits du (combat pour le) suffrage. Celle qui réclame le suffrage s’apparente à la vieille fille aigrie : ses vêtements sont négligés et ceux d’une classe laborieuse, son visage est déformé mais elle a l’air plus hébétée que dangereuse. L’autre femme est un modèle de respectabilité et de rationalité féminine, non seulement par le vêtement irréprochable mais aussi parce qu’il lui suffit d’aller à une réunion du parti Libéral pour participer à la vie politique ; autrement dit la femme respectable accède à la dignité politique en restant spectatrice. Elle ne hurle pas sa conviction suffragiste même si elle pourrait bien prétendre en avoir une. 1906 est une année électorale mouvementée pendant laquelle les membres de la Women’s Social and Political Union (WSPU) vont systématiquement interrompre les réunions du parti Libéral. Ce dernier se défendra en refusant l’entrée aux femmes2, sauf si elles sont accompagnées d’un homme garantissant qu’elles auront un comportement correct. La femme respectable et raisonnable devient alors une suffragiste potentielle tandis que l’excitée représente celle que le Daily Mail surnommera bientôt la « suffragette ». La situation « entre femmes » est censée sanctionner encore plus implacablement les excitées qui sont la honte de leur sexe, nous dit Partridge par sa caricature. En 1906, il n’y a pas de place dans les circuits politiques et journalistiques traditionnels pour la diffusion des images favorables au suffrage féminin. Les suffragistes doivent donc organiser non seulement leur propagande mais aussi sa diffusion. Il s’agit donc de se rendre visible pour revendiquer une place sur la scène publique et politique.

  • 3  James L. Begg, Illustrated London News, 12 décembre 1908. Midge Mackenzie précise : Suffragette He (...)

3Les images d’exaltation émanent le plus souvent des suffragistes ; elles visent à faire passer un message simple : les femmes britanniques doivent obtenir le suffrage. Ce message peut se décliner de différentes façons selon la source ou les circonstances afférentes à l’image ou encore selon la perception de la personne qui regarde. Certaines images sont donc ambivalentes. “The Woman with a Whip” de James L. Begg3 n’appartient plus au domaine de la dérision (malgré son thème) ; ce dessin montre une femme, une suffragette fouettant des hommes qui veulent l’expulser de la salle. Peut-être est-ce parce que la réalité a rejoint l’image de dérision que cette dernière tend à disparaître après 1908 ? Cette image de 1908 est choquante pour presque tous et toutes mais malgré tout attrayante pour nombre de jeunes femmes ; elle exalte la détermination, elle traduit en force physique la légitimité de la revendication, elle met hors d’elle cette femme qui présente toutes les caractéristiques de la « normalité » féminine. Elle est habillée avec élégance, elle a un joli visage. Autrement dit, ce n’est que l’absence de franchise électorale qui la met dans un état qui peut être perçu comme inquiétant ou courageux, mais en aucun cas ridicule.

  • 4   Le terme anglais est constitutionalists.
  • 5  Les membres de la WSPU vérifient également qu’aucun animal n’est présent dans le bâtiment visé.
  • 6  Les domestiques hommes ne sont pas électeurs s’ils résident chez leurs employeurs car ils ne peuve (...)
  • 7  James Mill écrit dans son article intitulé “On Government” (Encyclopaedia Britannica, 1820), que l (...)

4La représentation de femmes suffragistes est donc modifiée au sein des circuits de diffusion traditionnelle par l’effervescence et bientôt l’omniprésence de la campagne suffragiste. Dès 1907, il existe de nombreuses associations suffragistes ; les deux groupes les plus connus sont la National Union of Women’s Suffrage Societies (NUWSS) et la Women’s Social and Political Union (WSPU). La première, la NUWSS, fédère depuis 1897 les groupes suffragistes légalistes4 dont beaucoup existent depuis les années 1860. La première présidente Millicent Garrett Fawcett (1897-1918) continue à diriger cette fédération qui n’est pas liée au parti Libéral mais dont de nombreuses adhérentes individuelles ont des affinités avec le parti Libéral. Le second groupe, la WSPU, est créé en 1903 à Manchester par Emmeline Pankhurst, dirigée par celle-ci et une de ses filles Christabel. Sylvia Pankhurst, une autre fille, appartiendra aussi à la WSPU jusqu’en 1913. La famille Pankhurst a quitté le parti Libéral pour l’Independent Labour Party (ILP) dès sa création en 1893, elle le quittera en 1903 lorsque Emmeline et ses filles se rendront compte que les femmes ne peuvent pas adhérer à certaines branches de l’ILP. Elles quittent donc un parti politique pour créer un groupe autour de la revendication suffragiste. À partir de 1907, les deux organisations prennent leur distance tout en se définissant par opposition : la NUWSS dit être « légaliste » face à une WSPU qui n’hésite plus à enfreindre la loi quitte à subir des violences policières ; ce n’est qu’après 1912 que la WSPU utilisera activement la violence en détruisant la propriété mais en respectant l’intégrité de la personne physique5. Cette différence entre les deux organisations est essentielle mais n’est pas primordiale, ici, pour décliner la visibilité des femmes à l’époque édouardienne. D’ailleurs, avant 1912, certaines femmes appartiennent aux deux organisations qui coopèrent ponctuellement. Elles participent aux mêmes grandes actions suffragistes et organisent le même type d’événements : manifestations légales, défilés, expositions, débats, journées à thèmes, appels de fonds, distributions de tracts, ventes de la presse suffragiste dans la rue, publications diverses, lettres ouvertes, tribunes libres dans la presse, courriers des lectrices, pétitions au Parlement, participations aux campagnes pour les élections législatives, marches à travers le pays, etc. Rappelons que les suffragistes dans leur ensemble pensent que le vote des femmes leur permettra d’accéder également aux droits dits « naturels » des hommes que sont l’éducation, le travail, le divorce, y compris pour certaines avant-gardistes, l’amour libre. En refusant de leur accorder le suffrage parce qu’elles sont femmes – condition biologique irrévocable, en tout cas en 1907 – le Parlement les assimile aux catégories permanentes de mineurs politiques d’alors que sont les enfants, les pauvres, les domestiques6 et les déments7.

Décliner la visibilité

  • 8  Le début de la campagne suffragiste date des années 1860.
  • 9  Néologismes qui tentent de traduire «to unsex oneself ».

5Comment le mouvement suffragiste dans son ensemble s’est-il mis en scène dans l’espace public et notamment dans la rue ? Toutes les militantes sont convaincues que la visibilité est la donnée fondamentale de la campagne pour le suffrage ; les légalistes se limitent à la légalité ; les suffragettes, surnommées ainsi depuis janvier 1906, développent des tactiques de plus en plus spectaculaires au service exclusif de la visibilité. L’autocratique Christabel Pankhurst, publicitaire de génie, mène avec vigueur et imagination l’invasion de la rue et la perturbation de la vie politique. La légalité est jetée au rebut car, disent-elles, c’est celle d’un parlement d’hommes qui ne légifèrent que pour les hommes au mépris du bien-être et de la dignité de leurs mères, épouses ou filles. Se développe alors chez les suffragettes une vision sacrificielle de la militante qui doit tout donner pour la cause, son temps, son argent, sa santé, sa liberté de mouvement, son intégrité physique, sa « respectabilité » mais surtout qui doit donner son « image ». La visibilité de la suffragette est essentielle ; elle se décline avant tout en une bénévole mais aussi en victime, en femme respectable, en combattante, en travailleuse, en femme molestée aux vêtements en lambeaux, en incendiaire de bâtiments publics, de maisons privées ou de boîtes à lettres, en destructrice de tableaux (lacération), en briseuse de vitrine, en femme-sandwich, en sportive qui escalade des monuments pour les occuper ou contourner les services d’ordre des réunions politiques, en femme enchaînée à des grilles (surtout celles du Parlement), en perturbatrice de réunions publiques (surtout celles du parti Libéral), en rebelle recourant à la désobéissance civile comme le refus de payer l’impôt ou de répondre aux questions du recensement de 1911. C’est une stratégie menée avec l’assentiment de chacune intégrée dans un groupe d’intervention rapide et, après 1912, dans des opérations de commando. Une visibilité de la personne ou/et de ses actions, une visibilité qui relègue le verbe à la seconde place, sont à défendre à tous prix. Arme exclusive des légalistes, le verbe sous toutes ses formes légales, n’a pas apporté le suffrage féminin malgré une campagne d’un demi-siècle. Le slogan des suffragettes “Deeds not Words” illustre bien comment la visibilité est d’abord un moyen, puis deviendra progressivement leur seul but. C’est également l’occasion de se démarquer des légalistes et de stigmatiser leur échec et leur « manque d’imagination ». Il faut bien mesurer le chemin parcouru dans les mentalités depuis les premiers débats suffragistes8 où des femmes faisaient lire leur discours par des hommes car il n’était pas respectable de monter sur une estrade donc de se montrer et encore moins de parler en public : ce que ces femmes ne pouvaient alors envisager c’était de se « désexuer » ou de se « déféminiser »9. En 1907, non seulement toutes les suffragistes croient à la visibilité, mais les suffragettes vont tellement la systématiser qu’elles seront accusées par leurs opposantes de vider peu à peu leurs actions de sens au profit du seul spectaculaire.

  • 10  C’est le cas de la photographie d’une suffragette galloise à l’occasion de la Procession du couron (...)

6Il faut être visible partout et pour tous et toutes : le public (donc les électeurs et les adhérentes potentielles) ; la presse d’une façon générale ainsi que la presse suffragiste qui s’adresse aux précédents ; la classe politique dans son ensemble ; les générations futures. D’abord, l’occupation de l’espace public est nationale : Londres est au cœur des événements mais toutes les grandes villes britanniques sont impliquées dans cette campagne suffragiste parce qu’il existe des branches régionales, des adhérentes à travers tout le pays10. Une autre tactique des suffragettes est de se déplacer temporairement dans une ville et d’installer en quelques heures un petit groupe de militantes dans une boutique très bien située, c’est-à-dire visible. Les relais locaux sont nombreux et plus tard les complicités passives locales (hébergement, repérage des lieux) permettront à de nombreuses actions commando de rester impunies.

  • 11  Toutes les organisations suffragistes ,y compris les suffragettes, participent à ce défilé.

7Dans une veine moins délinquante, il y a une utilisation systématique du costume régional/national tout comme d’ailleurs du costume professionnel ou du vêtement ouvrier. L’uniforme réapproprié par la cause devient alors un grand classique de la propagande visuelle. Il est utilisé à des fins publicitaires : une photographie prise en mai 1909 montre, par exemple, une fanfare, martiale et colorée, avec pour annonce la Women’s exhibition ou encore les tabliers portés par de jeunes femmes invitent les passants à un meeting suffragiste à Manchester (juillet 1908). L’uniforme présente également une vision des femmes au travail, au service de la Cause et de la société. À cet égard, le Défilé des métiers et professions du 27 avril 190911 illustre la contribution des femmes à l’économie du pays en les montrant regroupées par profession. Ce principe est repris pour la Procession du couronnement (à Londres, le 17 juin 1911) avec, par exemple, la présence de suffragettes infirmières. Sylvia Pankhurst écrivit à propos de la Procession du couronnement :

  • 12 The Suffragette Movement, An Intimate Accountof Persons and Ideals, London, Longmans, Green and Co. (...)

It was a triumph of organisation, a pageant of science, art, nursing, education, poverty, factorydom, slumdom, youth, age, labour, motherhood, a beautiful and imposing spectacle12.

8Le message est clair : aucun lieu, ni aucune classe, n’échappe à la revendication du suffrage. D’autre part, la représentation ainsi construite présente des femmes génériques, des femmes qui ne sont pas seulement des individus convaincus mais une catégorie à laquelle il devient difficile de ne pas s’identifier, soit par la classe, le lieu, l’âge et donc la revendication. Enfin, cette ambition généralisante permet d’anéantir un argument anti-suffragiste, celui qui affirme que les femmes dans leur grande majorité ne veulent pas le droit de vote, à part quelques excitées, héritières de la « hyène en jupons », Mary Wollstonecraft.

9Pour nier la réalité de l’argument numérique, le principe de la pétition suffragiste permet de s’inscrire dans la même tradition politique que les hommes mais aussi de compter le nombre de signatures. De même, la procession suffragiste comptabilise les participantes au défilé et offre un spectacle à un public abondant. Le nombre devient alors exaltant ; c’est une grande aventure que toute femme doit rejoindre. Le nombre est spectaculaire ; l’action peut l’être aussi et donc doit attirer la foule, les photographes, l’intérêt de la presse. Le « spectacle du nombre » est le premier niveau de mise en scène ; le second niveau correspond à l’exaltante diversité des profils de femmes toutes solidaires dans la revendication. La dénonciation de l’injustice faite aux femmes dans leur ensemble sert de fondation à un troisième niveau de mise en scène centré sur la circonstance, par exemple la Procession du couronnement de 1911 ou les funérailles d’Emily Wilding Davison, le 14 juin 1913. Dans ce premier cas, le spectacle du nombre est associé à l’évocation de figures féminines historiques dont les contributions ont été essentielles. L’injustice du déni de vote est alors renforcée puisque l’argument du nombre est complété par l’argument que les femmes d’exception méritent le vote mais ne l’ont pas parce qu’elles sont femmes. Le spectacle du nombre, tout comme le spectaculaire qui attire la foule, se donne à voir, transporte l’imagination, matérialise la revendication et contribue à la légitimer. Ce sont les suffragettes qui vont le mieux exploiter le sensationnel, créant des événements de masse ou des opérations coup-de-poing qui vont attirer les badauds anonymes ou des groupes ciblés comme les parlementaires.

Visibilité et vision suffragistes indissociables

10La visibilité est le premier niveau de cette vision : c’est la revendication à l’existence non cachée et non marginalisée. La stratégie de la visibilité, objectif et moyen, projette une vision des femmes qui est militante – obtenir le suffrage – et argumentative – définir la femme – en déclinant les variantes de femmes. Vision et visibilité tissent ainsi le maillage de l’émancipation et s’articulent autour de quatre axes principaux :

  1. Le témoignage oculaire, soit des participantes actives ou militantes, soit des témoins des actions militantes, inscrit le fait dans la réalité indéniable. L’effet est immédiat ; l’efficacité peut se mesurer au nombre de participantes, à la fréquence des actions, aux aspects spectaculaires de l’action, sachant que tous ou plusieurs des facteurs peuvent se cumuler. Le but est de convaincre de nouveaux partisans et de cimenter l’adhésion des militantes déjà acquises à la cause.

    • 13  L’ensemble de la presse donne les suffragistes et surtout les suffragettes à voir à ses lecteurs ; (...)

    Le reportage de presse (ou le témoignage rapporté) sert à raconter le militantisme, à donner de plus amples informations si le lectorat ou l’auditoire veut en savoir plus. Il répercute indéniablement l’action et amplifie son effet dans le temps et l’espace. L’effet est quelque peu différé mais permet d’inclure la parole, soit dans le reportage, soit dans le courrier des lecteurs/lectrices. Les suffragettes notamment ont joué sur l’avidité photographique13 de la presse. En plus de leurs coups d’éclat, elles ont mis en scène tous leurs débats et réunions avec des décors et des « actrices », triées sur le volet pour leur qualité oratoire et/ou leur apparence : par exemple, les femmes assises au bout des rangs sont placées là généralement parce qu’elles sont jeunes et jolies, et donc ne ressemblent pas aux viragos repoussantes de la presse anti-suffragiste. De 1907 à 1914, l’utilisation systématique de la photographie apporte une visibilité plus contrôlable par les suffragistes que le dessin ou la gravure de presse, qui appartiennent à des circuits de diffusion hors de leur contrôle.

  2. La photographie est de plus en plus utilisée : les tirages sont diffusés dans la presse généraliste et suffragiste ; ils illustrent également les pamphlets et ouvrages pour le vote. Puisque la photographie rapporte un fait qui a existé devant l’appareil, elle transmet une réalité bien plus convaincante que ne le fait la gravure. Cet effet de vérité est utilisé pour démontrer les violences policières, le calvaire des prisonnières mais aussi le quotidien de la militante, femme ordinaire dans laquelle toutes peuvent se reconnaître. La plupart des instantanés photographiques que nous avons étudié s’apparentent à des photos de famille ; le groupe de femmes sans enfants, sans maris, prend la pose au cours d’une activité militante. Chacune existe alors par rapport aux autres et non plus à travers l’institution familiale ou celle du mariage ; en d’autres termes, ces femmes ne sont pas représentées en tant qu’épouses, mères, filles et sœurs mais en tant que personnes autonomes ou devenues autonomes grâce à leur revendication. Il s’agit de créer une nouvelle famille où les liens de solidarité et de convivialité, mais aussi de compétences autres que « féminines », vont se tisser autour de « la Cause » et pour celle-ci. Chacune par son individualité exalte la réalité du groupe ainsi représenté. Concernant les suffragettes, le même processus joue avec les parallèles militaires (l’armée, dit-on, est une grande famille) : l’organisation militaire, les uniformes, l’obéissance aveugle aux ordres, le culte des Pankhurst, Emmeline et Christabel, magnifient la cohésion du groupe jusqu’à l’isoler, jusqu’à couper chacune de tous sauf de ses compagnes suffragettes, surtout après 1912.

  3. Enfin, la photographie suffragiste de type familial met en scène, de fait, plusieurs générations et donc légitime la revendication à travers le temps. Elle crée une histoire de l’exclusion politique, qui devient aussi une généalogie structurante. Depuis un demi-siècle, la campagne pour le suffrage féminin s’est organisée. Les pionnières sont toujours présentes aux cotés des militantes parce qu’elles sont encore vivantes ou parce qu’elles ont été photographiées, parce qu’elles ont témoigné ou écrit des autobiographies. Le Mouvement a donc un passé qui fédère les groupes autour de l’échec du suffrage. La continuité de la lutte devient un dérivatif à son échec : il faut continuer à nourrir l’histoire du suffrage afin de léguer aux générations futures ce sens de la difficulté et de la validité de la cause. La photographie permet de donner corps aux militantes, de léguer leur image et leurs actions aux générations futures. Concrètement, cette préoccupation historio-graphique, inhérente à l’histoire du suffrage féminin britannique, a contribué à rassembler les archives écrites et photographiques du Mouvement dès les années 1920 et à financer leur conservation depuis lors.

Les supports visuels

  • 14  Emmeline Pethick-Lawrence, qui appartient au triumvirat de la WSPU, fait cette proposition.
  • 15  Les autres organisations suffragistes ont également leurs couleurs.La NUWSS adopte également trois (...)

11La campagne suffragiste utilise les supports traditionnels du monde politique : affiches, bannières, banderoles, tracts, articles de presse. Les suffragettes leur additionnent les supports de la publicité : femmes-sandwich, objets publicitaires. Elles entrent aussi dans le champ du corps devenu publicitaire à travers le vêtement pour afficher la revendication du vote. En 1908, l’utilisation systématique de couleurs14 va identifier le groupe : le violet pour la dignité, le vert pour l’espoir (et la fertilité), le blanc pour la pureté15. Ces couleurs sont omniprésentes sur toutes les productions de la WSPU qui commencent à commercialiser des objets dérivés. Tout l’équipement ordinaire de la femme est aux couleurs du groupe : foulards, corsages, ombrelles, ceintures, écharpes, épingles à chapeaux, rubans, médaillons, insignes. La vaisselle et le linge de maison, visibles par des visiteurs, affichent aussi les couleurs de la WSPU : services à thé, tasses, vases, pots divers, serviettes de table. Citons encore les cartes de Noël, l’alphabet suffragiste, la partition du chant des suffragettes, des insignes, des broches, des cartes postales. Les produits dérivés sont en vente dans les boutiques de l’organisation. Très vite, ils sont aussi vendus dans les grands magasins tandis que nombre d’entrepreneurs achètent à l’organisation les trois couleurs des suffragettes pour emballer le thé ou les petits gâteaux. Les femmes, elles, achètent pour remplir les caisses de l’organisation, pour afficher sur leur corps la revendication du suffrage, pour susciter la lecture de leur engagement politique, pour exister en tant qu’individus politiques dans l’espace public, pour partager leur cause avec d’autres femmes.

  • 16  Votes for Women se vend à 40 000 exemplaires en 1910.
  • 17   The Cat and Mouse Act, 1913.

12Les suffragettes, tout comme les suffragistes, utilisent les supports traditionnels du monde politique, notamment l’affiche. Les suffragettes vont traduire en image leur radicalisation. L’affiche publicitaire pour l’hebdomadaire Votes for Women16 de 1909 montre une jeune femme « moderne » qui marche seule dans la campagne ; celle-ci précède une Jeanne d’Arc en armure qui porte l’étendard de la WSPU, pour le nouvel hebdomadaire The Suffragette qui succède à Votes for Women à partir de 1912. Le personnage de Jeanne d’Arc est ensuite fréquemment utilisé. La représentation de l’héroïne patriote avant l’heure, qui mourra au service de sa mission, traduit la radicalisation des suffragettes tout comme leur nouveau slogan “Death or Victory” qui remplace “Deeds not Words” en 1912. L’héroïsation accompagne et stimule la radicalisation. L’affiche du « chat » Libéral portant dans sa gueule la suffragette revêtue de ses couleurs dénonce la libération temporaire des grévistes de la faim pour mieux les remettre en prison ensuite. L’héroïque suffragette se sacrifie jusqu’à la mort ; elle s’offre en victime à la loi de 191317 qui interdit le gavage des prisonnières en grève de la faim alors que le gouvernement Libéral refuse toujours d’accorder le suffrage aux femmes.

13Les thématiques des affiches sont généralement reproduites sur d’autres médias comme les bannières des sections locales. Les nouvelles affiches donnent lieu à des campagnes d’affichage sauvage qui se doublent de distribution gratuite de la carte postale correspondante. Cette volonté de saturer l’espace est déjà une technique publicitaire courante ; les suffragettes font de même. La carte postale joue un rôle essentiel. Elle rappelle l’affiche correspondante et grâce à son format se diffuse beaucoup plus facilement. Avant la Première Guerre mondiale, elle est utilisée comme une photographie souvenir. L’édition rapide de cartes postales et leur vente se généralisent permettant de garder un souvenir d’un événement familial, festif ou, pour ce qui nous intéresse, militant. C’est cette activité qui va faire le succès de l’entreprise de Christina Broom, photographe indépendante. Elle va couvrir la plupart des événements suffragistes et vendra nombre de ses clichés à la presse suffragiste ou généraliste, ainsi que les cartes postales correspondantes. Par ailleurs, Woman’s Press, la maison d’édition de la WSPU, produit, vend et diffuse les images des suffragettes dans ses boutiques, les stands, dans la rue : les vendeuses et les véhicules publicitaires de la WSPU sillonnent les villes britanniques tandis que les cyclistes parcourent les campagnes. Presque toute la main d’œuvre, à la production comme à la vente, est constituée de bénévoles, ce qui implique que les bénéfices de Woman’s Press sont proches de son chiffre d’affaires. L’espace public politique et commercial est investi : la rue devient le théâtre de la revendication et la banalité du quotidien sa mise en scène. C’est aussi l’occasion de souligner la participation permanente des femmes et la multiplicité de leurs savoir-faire. Les activités et les déplacements féminins sont détournés au profit de la cause ou, en tout cas, affichés à son profit. La photographie joue sur les quatre axes déjà évoqués, en l’occurrence, la propagande envers le public, le témoignage de la propagande, le reportage sur la femme militante. Le tout doit être préservé pour les générations futures et l’on assiste à une mise en archive du présent. Les véhicules publicitaires et de livraison de la presse suffragette sont décorés aux couleurs du mouvement et bardés d’affiches et d’annonces. Les véhicules à cheval ou les automobiles sont conduits par des femmes – vision urbaine peu habituelle et revendicatrice d’émancipation. Le bus de Votes for Women met en scène, en 1909, un tableau vivant de lectrices perchées au sommet du véhicule publicitaire. Elles se donnent à voir en train de lire, ce qui renforce l’efficacité des affiches recouvrant le véhicule. Les militantes de la WSPU investissent la rue lorsqu’elles sont crieuses de journaux, lorsqu’elles manifestent, lorsqu’elles haranguent la foule, lorsqu’elles s’enchaînent aux grilles d’un bâtiment public. Toutes les actions sont organisées en groupe pour renforcer le moral des militantes, les protéger d’actes hostiles isolés, rendre l’action plus percutante aux yeux des passants transformés malgré eux en spectateurs. La pose est d’autant plus réfléchie que ces actions sont souvent immortalisées par un cliché. Tous les types d’activités, y compris celles aux effets les plus éphémères, sont encouragés ; ceci souligne la volonté de saturer la rue mais aussi d’utiliser totalement et en permanence la dévotion des militantes : par exemple, les militantes sont incitées à écrire à la craie sur les trottoirs par tous les temps. Le don total de soi est également mis en scène par les poses sacrificielles ostentatoires des grandes figures du mouvement, ce qui contribue au culte de la personnalité. L’individualité de la personne est masquée par les couleurs, les accessoires, les affiches du mouvement ; en tout cas cette individualité est laissée au vestiaire lorsque les militantes posent dans la rue pour les passants et la postérité par le biais de la photographie.

  • 18  Women’s Party (fondé en 1917) est leur ultime tentative pour exister en tant que groupe de femmes.
  • 19  Les femmes britanniques de plus de trente ans, femmes de contribuables ou contribuables en leur no (...)

14La visibilité, en tant qu’objectif, est atteinte avant 1914. Mais c’est un acquis fragile d’ailleurs remis en cause avec la Première Guerre mondiale, et souvent depuis. Sans visibilité, la vision partagée par l’ensemble des suffragistes était impossible à projeter à leurs contemporains. La visibilité radicale des suffragettes a contribué à la visibilité de toutes les suffragistes. Les suffragettes menées par les dictatoriales Pankhurst (Emmeline et Christabel) ont contribué à diriger le regard sur la vision sexuée de la citoyenneté mais parallèlement l’ont vidée progressivement de son sens. Est-ce pour cela que les suffragettes, devenues les extrémistes de la visibilité, vont disparaître18 de la scène politique après avoir recruté des jeunes femmes pour les usines d’armement ? Ensuite les figures emblématiques de la WSPU, Emmeline et Christabel Pankhurst, deviendront des personnalités du parti Conservateur. Les autres suffragistes, elles, vont survivre à la Première Guerre mondiale, à laquelle elles contribueront à divers degrés ; elles auront à se redéfinir comme mouvement une fois que certaines obtiendront le suffrage en 191819. Durant les années 1920, la NUWSS, par exemple, dénonce les inégalités dans le domaine du travail. L’autonomie économique devient une des nouvelles priorités mais n’est pas plus aisée à atteindre que le suffrage. Les groupes hors des partis traditionnels doivent également lutter contre la volonté d’assimilation des partis politiques. Les sections de femmes qui existent déjà au sein des différents partis ont l’ambition d’intégrer les militantes du suffrage au détriment des groupes de femmes.

15Au bout du compte la campagne des suffragettes pour la visibilité n’a été qu’un avatar de la campagne pour le suffrage féminin ; elle a légitimé les autres groupes suffragistes qui croyaient à une visibilité plus modérée. Dans le même temps, elle a magistralement démontré aux partis politiques déjà établis l’intérêt de continuer à faire participer les femmes au travail politique, cette fois en leur accordant le suffrage. À plus long terme, les suffragettes se sont imposées dans la langue anglaise puisque les dictionnaires (papier ou électronique) comme nombre de locuteurs britanniques corrigent aujourd’hui le terme de « suffragiste » pour le remplacer par celui de suffragette : supplantant les autres appellations, « suffragette » est devenu un terme générique pour les femmes demandant le suffrage féminin, signe parlant que leur visibilité les a inscrites dans l’imaginaire national.

Top of page

Bibliography

Diane Atkinson, Mrs Broom’s Suffragette photographs, Berlin: Dirk Nishen Publishing, 1989.

Diane Atkinson, The Suffragettes in pictures, Frome: Sutton Publishing, 1996.

Midge Mackenzie, Shoulder to shoulder, London: A Lane, 1975.

Top of page

Notes

1 Punch, 17 janvier 1906, Mary Evans Picture Library, London.

2  Womanless meetings était l’expression utilisée et inscrite sur les affiches du parti Libéral.

3  James L. Begg, Illustrated London News, 12 décembre 1908. Midge Mackenzie précise : Suffragette Helen Ogston, having successfully interrupted Lloyd George’s speech to the Women’s Liberal Federation at the Albert Hall, London, December 5, 1908, uses a whip as a means of resisting the stewards who attempt to eject her from the meeting (Midge Mackenzie, Shoulder to Shoulder, 1975, p. 204).

4   Le terme anglais est constitutionalists.

5  Les membres de la WSPU vérifient également qu’aucun animal n’est présent dans le bâtiment visé.

6  Les domestiques hommes ne sont pas électeurs s’ils résident chez leurs employeurs car ils ne peuvent satisfaire à la condition de résidence même s’ils satisfont à la condition de ressources.

7  James Mill écrit dans son article intitulé “On Government” (Encyclopaedia Britannica, 1820), que les femmes, les enfants et les idiots sont les trois catégories dont les hommes de bien doivent s’occuper. C’est pour cette raison, écrit Mill, qu’ils disposent de la franchise électorale. Les pauvres, très souvent assimilés aux enfants, par exemple dans le traitement philanthropique, ne peuvent satisfaire aux conditions de ressources pour le vote. Ils incarnent autant l’échec social qu’économique et ne peuvent donc pas prétendre à la franchise. Avant 1918, tout ce qui n’est ni homme, ni économiquement indépendant, ne peut prétendre voter pour les élections parlementaires.

8  Le début de la campagne suffragiste date des années 1860.

9  Néologismes qui tentent de traduire «to unsex oneself ».

10  C’est le cas de la photographie d’une suffragette galloise à l’occasion de la Procession du couronnement, le 17 juin 1911, ou encore de celle de suffragettes écossaises accueillant une prisonnière libérée de Holloway, le 23 août 1908 (Museum of London).

11  Toutes les organisations suffragistes ,y compris les suffragettes, participent à ce défilé.

12 The Suffragette Movement, An Intimate Accountof Persons and Ideals, London, Longmans, Green and Co., 1931.

13  L’ensemble de la presse donne les suffragistes et surtout les suffragettes à voir à ses lecteurs ; les tabloïdes publient plus de photographies et plus fréquemment que les autres journaux. D’autre part les tabloïdes fondés à cette époque utilisent le spectaculaire suffragiste comme tremplin pour leurs ventes. C’est le cas, par exemple, de The Daily Sketch (fondé en 1909 à Manchester) ou encore The Daily Mirror (fondé en 1903).  

14  Emmeline Pethick-Lawrence, qui appartient au triumvirat de la WSPU, fait cette proposition.

15  Les autres organisations suffragistes ont également leurs couleurs.La NUWSS adopte également trois couleurs :  le rouge, le blanc et le vert. La Women’s Freedom League s’affiche en vert, blanc et or, y compris sur les paquets de cigarettes.

16  Votes for Women se vend à 40 000 exemplaires en 1910.

17   The Cat and Mouse Act, 1913.

18  Women’s Party (fondé en 1917) est leur ultime tentative pour exister en tant que groupe de femmes.

19  Les femmes britanniques de plus de trente ans, femmes de contribuables ou contribuables en leur nom propre, obtiennent le vote en 1918. La même année, tous les hommes de plus de 21 ans satisfaisant à la condition de résidence obtiennent le droit de vote sans condition de ressources. Ce n’est qu’en 1928 que les femmes obtiendront le vote dans les même conditions que les hommes.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Bernard Partridge, The Shrieking Sister, parue dans Punch en 1906
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3116/img-1.jpg
File image/jpeg, 80k
Top of page

References

Bibliographical reference

Myriam Boussahba-Bravard, « Vision et visibilité : la rhétorique visuelle des suffragistes et des suffragettes britanniques de 1907 à 1914 », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003, 42-53.

Electronic reference

Myriam Boussahba-Bravard, « Vision et visibilité : la rhétorique visuelle des suffragistes et des suffragettes britanniques de 1907 à 1914 », Revue LISA/LISA e-journal [Online], Vol. I - n°1 | 2003, Online since 19 November 2009, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3116 ; DOI : 10.4000/lisa.3116

Top of page

About the author

Myriam Boussahba-Bravard

Dr (Rouen, F)
Myriam Boussahba-Bravard, maître de conférences à l’Université de Rouen, enseigne la civilisation britannique. Elle travaille actuellement sur l’histoire du suffrage – masculin et féminin – et sur les suffragistes édouardiennes. Récemment elle a contribué à l’ouvrage publié sous la direction de Martine Spenski, Les femmes à la conquête du pouvoir politique, Royaume –Uni, Irlande, Inde (L’Harmattan, 2001).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • OpenEdition Journals