Navigation – Plan du site
Regards croisés sur les deux premières guerres mondiales

L’identité nationale canadienne  au travers des affiches de propagande des Première et Seconde Guerres mondiales

Canadian National Identity through the Prism of First and Second World War Propaganda Posters
Jean Quellien et Andrew Ives
p. 41-64

Résumé

War posters often call upon a series of symbols and personifications of the nation in order to spark the citizen’s sense of patriotic duty. In the case of Canada, the propaganda posters produced during the two world wars allow us to study the creation process for this common register of symbols. On one level, the posters illustrate the movement from the status of dominion within the Empire to that of independent nation. This change in status obliged the country to invent a series of national symbols, and to discard the First World War strategy of appealing to isolated groups of citizens according to their ethnic or cultural origins. The Second World War posters reveal the federal government’s plan to create a new pan-Canadian nationalism, a process that would continue into the 1960s.

Haut de page

Texte intégral

1Faire appel au patriotisme du citoyen est une constante de l’affiche de guerre. Le producteur d’affiches tente d’exploiter le sentiment d’appartenance au groupe social pour créer une dynamique de soutien aux efforts de guerre. Entrer sur ce terrain l’amène à s’appuyer sur un registre commun fait de symboles nationaux et de personnifications de la nation que le simple citoyen reconnaîtra facilement et auquel il peut s’identifier. Mais dans le cas du Canada, évoquer ce registre commun pose problème. Au début du siècle il n’y a pas vraiment de registre commun, sinon à l’état embryonnaire. Lors du second conflit mondial, même si le sentiment national s’est affirmé dans la période de l’entre-deux-guerres, tout reste encore à inventer. L’analyse des affiches des deux guerres permet donc de suivre l’évolution de cette identité nationale en gestation.

  • 1  La conférence de 1926 aboutit à la déclaration selon laquelle la Grande-Bretagne et les dominions (...)

2Mais il importe d’abord de souligner que l’évolution sur le plan des représentations de la nation s’accompagne de changements importants dans le statut officiel du Canada, intervenus dans la période entre les deux guerres. En 1914, le Canada est un dominion au sein de l’Empire britannique, c’est-à-dire qu’il possède un statut intermédiaire entre celui d’une colonie et celui d’un pays souverain, avec certains droits mais aussi des contraintes vis-à-vis du Royaume-Uni. Le Parlement canadien siège à Ottawa et il y a un gouvernement qui décide de la politique interne, avec un Premier ministre et un cabinet issus des rangs du parti ayant la majorité au Parlement. Toutefois, le gouvernement canadien reste sous la tutelle de Londres, et ne possède aucune compétence en matière de politique étrangère. Lors de la Seconde Guerre mondiale, en revanche, l’indépendance du pays vis-à-vis de Londres était acquise, ayant été entérinée par le Statut de Westminster en 1931, faisant suite à la fondation du Commonwealth en 19261. Le Canada avait donc acquis une liberté d’action totale, toutefois mitigée par un fort sentiment de loyauté envers la Grande-Bretagne. En 1939, la déclaration de guerre du Canada à l’Allemagne, survenant une semaine après le Royaume-Uni, est une façon de manifester sa souveraineté.

  • 2  Hugh McClennan, Two Solitudes, Toronto : Stoddart, 1945.

3Affirmer ainsi l’indépendance du pays, et s’inscrire dans le concert des nations alliées au lieu du registre de dominion au sein de l’Empire britannique, va obliger le Canada à renforcer le sentiment d’appartenance nationale, à créer une véritable identité nationale à la défense de laquelle les citoyens s’engageraient. Cette construction nationale et unitaire sera difficile à créer pour un pays divisé, depuis sa création en 1867, entre deux communautés principales, l’une, anglophone, et, l’autre, francophone. C’est sans doute Hugh MacLennan, écrivain canadien, qui a su le mieux trouver, dès 1945, une expression, reprise de multiples fois par la suite, pour évoquer l’état d’esprit du pays : Deux solitudes2. Dans la première moitié du XXe siècle, les francophones majoritaires au Québec et les anglophones majoritaires ailleurs dans le pays cohabitent mais sont loin de former un peuple uni. Un exemple qui en dit long est celui de la recherche d’un hymne national : le choix ne va s’officialiser qu’en 1966. Du côté des Canadiens français, on propose une chanson à la gloire de la survivance du fait français. Cette chanson avait été commandée par le lieutenant-gouverneur du Québec, Théodore Robitaille, à l’occasion du Congrès national des Canadiens français, tenu en juin 1880, qui devait culminer avec la célébration de la fête de Saint Jean-Baptiste, fête éminemment catholique qui était devenue dès 1834 une date de prédilection des nationalistes. Côté anglophone, on propose une chanson composée en 1867 dont les paroles reflètent également une totale ignorance des attitudes de l’autre peuple fondateur. En voici quelques extraits :

  • 3  Jadis est venu
    Des rives de Grande-Bretagne,
    Wolfe, ce héros intrépide,
    Qui planta fermement le drape (...)

In Days of yore,
From Britain’s shore,
Wolfe the dauntless hero came
And planted firm Britannia’s flag
3.

4Wolfe étant justement le général anglais qui remporta la victoire contre Montcalm sur les Plaines d’Abraham en 1759, on proposait donc de vanter le courage d’un homme qui avait conquis les colons français au nom de la monarchie anglaise. Plus loin on trouve encore ce couplet :

And join in love together,
The thistle, shamrock, rose entwined,
The Maple Leaf Forever!

  • 4  Ce sera la proposition francophone, chanson dont la musique est de Calixa Lavallée et les paroles (...)

5Par la symbolique de la feuille d’érable, on aurait donc réussi à évoquer l’unité de trois peuples fondateurs. Mais ne cherchons pas les Français, et encore moins les peuples autochtones, car quand on chante le chardon, le trèfle et la rose entrelacés dans l’amour, on désigne bien sûr les Anglais, les Irlandais et les Écossais4. Les deux solitudes, voire l’antagonisme entre les deux peuples fondateurs, constituèrent donc un obstacle non-négligeable sur lequel butaient les producteurs d’affiches. Ce défi fut relevé avec des stratégies complètement différentes lors des deux guerres mondiales.

6Si les stratégies diffèrent et si une identité nationale commence à s’affirmer lors de la Seconde Guerre, l’objectif principal des affiches de guerre lors des deux conflits reste le même : d’abord et avant tout, il s’agit de trouver des recrues pour l’armée. Dans la tradition anglo-saxonne (Royaume-Uni, États-Unis) et contrairement à d’autres pays tels que la France, l’Allemagne ou la Russie, le Canada ne possède pas de système de conscription. Il n’a à sa disposition qu’une petite armée de métier : 3 000 hommes en 1914 ; 10 000 en 1939. Il va donc devoir développer fortement cette armée lors des deux conflits mondiaux (600 000 hommes seront recrutés pendant la Première Guerre mondiale ; 1 000 000 pendant la Seconde).

7Lever cette armée en l’absence d’un programme de conscription fut l’un des défis majeurs pour les gouvernements canadiens d’alors, surtout dans un pays où les Canadiens francophones étaient peu disposés à aller spontanément se battre « pour le roi d’Angleterre ». Quant aux liens de fraternité avec la France, bien qu’on essaie d’exploiter ce filon dans les affiches de recrutement destinées aux francophones, ils sont très distendus, les Canadiens français ayant souvent le sentiment d’avoir été abandonnés par la France, et subissant par ailleurs l’influence d’un clergé souvent ultramontain qui associe la France aux révolutionnaires d’antan. Le problème du recrutement est d’autant plus sensible que la seule évocation d’une politique de conscription fait naître d’âpres débats au Parlement et sur la place publique.

8Lorsque les besoins en hommes ne sont plus satisfaits lors de la Première Guerre, le gouvernement canadien, poussé dans ce sens par Londres, finit par recourir à la conscription en 1917, ce qui ne manque pas de déclencher de violentes émeutes au Québec. Mackenzie King, Premier ministre pendant la Seconde Guerre, comprend l’importance de l’enjeu et va tout faire pour éviter que l’histoire se répète. La situation pour King se complique davantage car, du côté anglophone, le sentiment national s’est affirmé entre les deux guerres et les anglophones vont vite reprocher aux francophones de ne pas fournir leur juste part dans ce qu’ils désignent justement comme des efforts de guerre nationaux.

La Première Guerre mondiale

9En 1914, le Canada se trouve précipité dans la guerre, à la suite du Royaume-Uni. Le Premier ministre, Robert Borden, sentant bien les problèmes qui pourraient se poser avec les francophones, promet de ne pas mettre en place la conscription et de recourir uniquement au système du volontariat.

10Avec la presse, les affiches vont constituer le principal moyen de recrutement des volontaires. Lorsque éclate la Première Guerre mondiale, il n’existe pas au Canada d’organisme gouvernemental responsable de la production et du contrôle des affiches. Elles sont dues à des initiatives privées et locales et émanent le plus souvent de commandants de bataillons cherchant à lever leurs propres troupes, avec l’appui financier d’entreprises ou de riches particuliers.

  • 5  L’argument est très clairement explicité sur le document n° 11.

11Les affiches de recrutement visent des populations bien ciblées, ethniquement mais aussi géographiquement, en demandant aux hommes de s’enrôler dans le bataillon de leur secteur pour être en compagnie de gens avec lesquels ils vivent au quotidien et qu’ils connaissent5. Il y aura donc des affiches s’adressant spécifiquement aux différentes communautés et comportant des signes de reconnaissance destinés aux populations qu’elles entendent toucher ; système qui bien évidemment va contribuer à accentuer les particularismes locaux ou/et ethniques et se montre peu propice à l’émergence d’une identité nationale.

Les affiches s’adressant aux anglophones

  • 6  Sur le document n° 4, on reconnaît une reproduction de la célèbre affiche britannique montrant Lor (...)

12Les affiches destinées aux anglophones font apparaître des références nationales claires, tel le slogan « Le sang britannique appelle le sang britannique » (doc. 1) ou encore l’uniforme des grenadiers de la Garde (doc. 2). Le recours à l’Union Jack est fréquent : « Ceci est ton drapeau – Combat pour lui » (doc. 3). Il est souvent utilisé comme toile de fond des affiches (docs. 4-7)6.

13En revanche, le drapeau britannique est - assez logiquement - absent des affiches s’efforçant de convaincre les Canadiens d’origine irlandaise ou écossaise, en raison d’un passif historique lourd et des sentiments a priori peu favorables nourris par ces derniers à l’égard des Anglais.

  • 7  On note cependant en bas de l’affiche n° 11 la devise « God save the King ».

14Pour les Irlandais, on utilise soit le symbole national, le trèfle (sur lequel se superpose une feuille d’érable), soit la carte de l’Irlande (docs. 8 et 9) ; pour les Écossais, les « Kilties », le tartan tient lieu d’emblème (docs. 10 et 11)7.

Les affiches s’adressant aux francophones

15Les affiches placardées à destination des Canadiens francophones obéissent aux mêmes règles. Les références à la France abondent. Elles peuvent prendre la forme du drapeau tricolore et du coq gaulois volant dans les plumes de l’aigle prussien (doc. 12), ou encore de l’uniforme du « poilu » (docs. 13 et 14). Sur ces affiches, sont mentionnés les noms « bien français » des officiers, appelés à commander les unités. L’intention est claire : les engagés resteront bien entre eux.

  • 8  L’argumentation – assez peu persuasive – avancée sur l’affiche n° 17 s’efforce de mettre en avant (...)

16Le cas échéant, on n’hésite pas à exalter le passé militaire glorieux des Canadiens francophones (docs. 14 et 17), en rappelant par exemple le souvenir de Dollard des Ormeaux qui combattit les Iroquois en 16608, mais aussi - plus surprenant - celui des compagnons de Montcalm, vaincus par les Anglais dans les plaines d’Abraham en 1759.

  • 9  En octobre 1813, le colonel Charles-Michel de Salaberry et ses hommes arrêtèrent les troupes améri (...)

17Toutefois, quelques affiches – plus ambiguës – entendent mêler les références à la France et à l’Angleterre, voire mettre en avant la nécessité de défendre l’humanité, menacée par les Allemands (docs. 15 et 16). L’une d’elles (doc. 16) exhorte à prendre les armes à la fois « Pour le roi, pour la patrie, pour la France ». Si le drapeau britannique apparaît, c’est à l’arrière plan, alors qu’au premier figure l’humanité assassinée. Cette affiche en appelle en même temps aux « Fils de Montcalm et de Chateauguay ». On trouve donc là un rappel des luttes contre les Anglais mais aussi d’un acte de loyauté à leur égard lorsque des Québécois s’opposèrent à une incursion américaine lors de la guerre de 1812-18149.

La Seconde Guerre mondiale

18Il convient d’abord de rappeler certains changements concernant le Canada survenus entre les deux guerres, tels que la création du Commonwealth et le vote du Statut de Westminster. Il faut insister également sur l’évolution qui s’est dessinée dans la seconde moitié des années 1930, sous la houlette des éléments anglophones du Parti libéral, dont le leader est Mackenzie King, Premier ministre depuis 1935. Le but recherché est de faire émerger une identité proprement canadienne, afin de consolider l’unité du pays, notamment en surmontant les clivages ethniques ou géographiques. On a pu parler alors d’un « nouveau nationalisme pan-canadien ».

19La stratégie peut se résumer autour de trois préoccupations principales :

  • Une prise de distance du Canada vis-à-vis du Royaume-Uni, sans remettre en cause le Commonwealth pour autant ;

  • Couper ainsi l’herbe sous le pied au nationalisme québécois, dans la mesure où les liens avec Londres constituaient la principale pierre d’achoppement ;

  • Affirmer l’autorité du pouvoir fédéral au détriment des provinces (Québec ou autres) et des particularismes locaux qui tendent à se renforcer dans le contexte de crise économique des années trente avec l’apparition, ici ou là, de nouveaux partis dont certains s’affirment autonomistes, voire sécessionnistes.

20Les affiches de la Seconde Guerre mondiale reflètent à bien des égards cette évolution. Ainsi, les documents n° 19-20 illustrent parfaitement le premier point. En septembre 1939, le Premier ministre, Mackenzie King, met un point d’honneur à convoquer le Parlement et à attendre une semaine avant d’annoncer la décision de déclarer la guerre à l’Allemagne afin d’insister sur la souveraineté du pays : suivre l’Angleterre n’était nullement une obligation, mais plutôt la décision réfléchie du gouvernement d’une nation indépendante. Aussi, n’est-ce pas par hasard si le castor canadien a pris place ici à côté du lion britannique et non derrière lui. De même, le drapeau britannique n’apparaît plus que fort rarement ; à cet égard, les affiches n° 21-22 font figure d’exception.

21En juin 1940, lors de la défaite de la France, le Canada rétablit la conscription. Mais celle-ci ne s’applique qu’en vue de la défense du territoire. Afin d’éviter le retour des graves troubles de 1917-1918 provoqués par les Canadiens français, Mackenzie King s’est engagé à envoyer uniquement des volontaires combattre outre-mer, et en premier lieu en Europe.

22Signe des temps nouveaux, leur recrutement est cette fois planifié à l’échelle nationale et non plus laissé aux initiatives locales. En effet, dès septembre 1939, le gouvernement fédéral avait mis en place un Service de l’Information, relevant du ministère de la Défense nationale, avec une division chargée de la production des affiches. En 1942, ce service sera fondu au sein de la Commission de l’Information de guerre.

23Derrière tout cela se manifeste la volonté du gouvernement fédéral de prendre en main l’organisation de la propagande et notamment la production d’affiches, avec la volonté de gommer les particularismes qui s’étaient manifestés à cet égard lors de la Première Guerre mondiale, en affirmant au contraire une identité commune. L’armée canadienne, comme le pays, se veut désormais « une ».

  • 10  Il est à noter que cette pratique n’est pas totalement nouvelle. Pendant la Première Guerre mondia (...)

24Cette fois, les affiches de recrutement s’adressent uniformément à tous les Canadiens, avec des illustrations identiques. Seule la langue employée diffère, avec des slogans en anglais ou en français10. Si ceux-ci sont le plus souvent identiques, tel n’est cependant pas toujours le cas. Ils peuvent avoir un sens un peu différent : « Come on Canada »/ « Aidez-moi » (docs. 25-26). Sur l’affiche n° 24, on peut lire non pas « La nouvelle armée canadienne a besoin d’hommes comme vous » (traduction littérale de l’affiche anglophone), mais « Notre armée a besoin de bons Canadiens » ; on soulignera l’expression « bons Canadiens », sans doute destinée à stigmatiser ceux des francophones qui ne répondraient pas à l’appel.

  • 11  Cf. note ci-dessus.

25Les autres affiches (docs. 27-32), plus spécifiquement consacrées aux emprunts de guerre, mesures de sécurité et efforts de production, sont conçues sur le même modèle bilingue, ce qui est moins nouveau11. On remarquera également que certaines affiches destinées aux francophones (docs. 28 et 32) contiennent un peu plus de texte, comme si le travail de conviction devait être plus important à leur égard.

26La production d’affiches canadiennes de la Seconde Guerre témoigne donc d’une volonté d’affirmer une identité nationale. Cependant, on remarque que les affiches émises pendant les deux conflits mondiaux manquent de certaines références symboliques qu’utilisent couramment d’autres pays, ou du moins tardent à les trouver et à les affirmer.

Faible présence des symboles nationaux

  • 12  C’est clairement un projet de la majorité anglophone, mais qui cherche à y inclure le fait françai (...)
  • 13  Cf. Eric Hobsbawn et Terence Ranger (eds.), The Invention of Tradition, Cambridge: Cambridge Unive (...)

27Il convient maintenant de s’intéresser à un aspect plus précis de la question de la création d’une identité nationale qui se veut pan-canadienne12, c’est-à-dire l’invention de symboles et d’allégories cherchant à exprimer cette identité13. Dans les affiches canadiennes de la Seconde Guerre, on perçoit le choix délibéré de s’adresser à tous les Canadiens. Cette volonté de parler au nom de la nation tout entière va nécessiter l’élaboration de symboles et de personnifications diverses représentant le tout. On observera que les choix proposés ont systématiquement un précurseur historique ; si l’identité nationale est largement une création politique, les mythes et symboles proposés doivent se fonder sur une réalité préexistante pour le public visé, quitte à revisiter ou à réinterpréter l’histoire officielle si besoin est.

28Mais au Canada les producteurs d’affiches à la recherche de représentations nationales unitaires vont buter sur une série de problèmes, souvent liés à la nature biculturelle de la nation ; il sera difficile de faire disparaître le vieux contentieux entre francophones et anglophones dans un projet d’unité nationale que les nationalistes québécois récusent complètement.

29Les nations s’appuient sur différents registres symboliques. Le drapeau, bien sûr, constitue une valeur sûre. Mais on trouve aussi des allégories, ainsi que des emprunts au monde animalier : le coq français, le lion britannique, l’aigle allemand […] ou américain (docs. 33-36) ; plus rarement on déniche des exemples pour lesquels l’image d’un monument ou l’évocation d’un évènement historique fonctionnent dans l’imaginaire du citoyen comme une représentation de la patrie, désignant le groupe social auquel appartient le destinataire.

  • 14  Pour cette partie de la population, le drapeau britannique est utilisé comme un symbole de liberté (...)
  • 15  Il existe un autre drapeau – le pavillon rouge, ou Red Ensign – officialisé par un décret de 1924 (...)

30Dans le cas du Canada contemporain, le drapeau est sans doute le symbole le plus reconnu aussi bien au sein du pays qu’à l’étranger. Mais ce drapeau blanc et rouge frappé d’une feuille d’érable stylisée ne date que de 1965. Lors de la Première Guerre, l’Union Jack britannique a servi de drapeau officiel pour les troupes du dominion du Canada. On le trouve dans de nombreuses affiches visant la partie de la population qui s’identifie encore au projet impérialiste britannique14. Mais dans la nouvelle stratégie de propagande nationale mise en place par Ottawa lors de la Seconde Guerre, ce drapeau ne peut plus, bien évidemment, remplir ce rôle de symbole d’une nation indépendante et unie15.

31Un autre registre largement exploité par d’autres nations repose sur la personnification de la nation. Ici on pense bien entendu à Marianne pour la France, à John Bull pour l’Angleterre ou à l’Oncle Sam pour les États-Unis (docs. 37-39). Dans le Canada contemporain, rien de tel ne surgit spontanément dans l’imaginaire des citoyens. Il y a eu, cependant, des tentatives de création d’une telle allégorie. Celle-ci est présente dans certaines affiches produites lors de la Première Guerre et reste en arrière plan, pour les initiés, dans la Seconde.

  • 16  Certains de ces films peuvent être visionnés aux archives du Mémorial de Caen.
  • 17  Les images du personnage sont disponibles sur un site web géré par la Bibliothèque Nationale du Ca (...)

32Prenons l’affiche « Let’s go Canada » (doc. 21). Le Canadien contemporain y voit sans doute un soldat anonyme. Mais pour le public des années 1940, il s’agissait d’un personnage bien connu : Johnny Canuck. Ce personnage fut présent également dans les films de propagande présentés dans les cinémas avant le long métrage du soir16, dans lesquels on entendait le narrateur commenter « There’s Johnny Canuck hard at work » ou d’autres banalités du même genre devant les images de soldats canadiens en Europe. Au Canada anglophone, à cette époque, on voit également l’apparition de bandes dessinées qui mettent en action lemême Johnny Canuck, héros intrépide luttant contre le mal17.

33Effectivement, on n’est pas tout à fait dans le registre d’une personnification symbolisant la nation organique. En 1939-45 le personnage de Johnny Canuck représente plutôt le courageux soldat canadien. Toutefois, le public des années 1940 ne manquait pas de faire le lien avec le Jack Canuck créé à la fin du XIXe siècle qui, lui, représentait la nation à la manière d’un John Bull pour l’Angleterre ou d’une Marianne pour la France. On retrouve ce personnage sur les affiches produites par les partis politiques canadiens de l’époque, et dans les caricatures des journaux. Jack et Johnny Canuck sont donc intimement liés, et ce dernier apparaît donc comme le digne fils de la nation parti faire la guerre contre la barbarie nazie.

  • 18 On le présente ainsi : «  Bottes hautes, bas du pantalon rentrés dans les bottes, chemise de flanel (...)

34Quant à Jack, disparu complètement de la conscience collective des Canadiens contemporains, il est déjà absent dans les années 1940, et on ne voit plus que son fils héroïque. Par contre, il est parfois présent dans les affiches de la Première Guerre (docs. 40-41). Dans un affiche destinée aux jeunes hommes encouragés à rester à la ferme (doc. 41), on voit un garçon équipé comme Jack avec le commentaire « official uniform ». Cet uniforme correspond parfaitement aux indications scéniques produites pour une pièce de théâtre patriotique du début du siècle intitulée The Key of Jack Canuck’s Treasure House18.

35Il y eut donc au Canada une tentative de création d’une personnification de la nation, mais celle-ci sera inexploitée lors de la Seconde Guerre mondiale. On peut évoquer deux raisons à cela. Premièrement, en 1939, ce personnage paraît déjà bien daté. Pour le public anglophone il semblerait que Jack Canuck ne corresponde plus à l’idée que se font les Canadiens de leur propre pays, nation de progrès plutôt que de nostalgie. Autre problème pour les producteurs d’affiches : c’est une personnification à laquelle les Canadiens français auraient du mal à s’identifier, ce qui va à l’encontre de la volonté de produire des affiches destinées à l’ensemble de la population. Jack Canuck, c’est avant tout la représentation du fermier indépendant parti vers l’Ouest pour travailler les terres inexploitées et ainsi développer le pays.

  • 19  Dans la pièce de théâtre patriotique citée plus haut, un autre personnage, Mlle Canada, se présent (...)

36Un symbole qui fonctionne bien de nos jours et que l’on voit souvent dans les affiches de la Première Guerre est la feuille d’érable. Outre sa récupération en 1965 pour orner le drapeau national, c’est un symbole très ancien et qui suscite l’adhésion aussi bien chez les anglophones que chez les francophones. La feuille d’érable pré-date la création du dominion en 1867. Preuve de sa capacité à dépasser les clivages linguistiques, les armoiries des provinces de l’Ontario et du Québec portaient toutes deux des feuilles d’érable19. Mais lors de la Seconde Guerre, on va buter encore sur un problème de taille qui va empêcher les artistes de s’en inspirer : la feuille d’érable est en effet devenue l’emblème des soldats canadiens tombés lors de la Première Guerre mondiale, et elle orne les tombeaux et monuments aux morts. Ainsi pour le public visé en 1939, à peine deux décennies après la fin de la Première Guerre, la feuille d’érable aurait fait penser aux lourdes pertes sur les champs de bataille des Flandres, ce qui n’est pas particulièrement mobilisateur.

37N’ayant donc pas de drapeau, ayant éliminé la personnification de Jack Canuck, jugée trop anglophone, et la feuille d’érable, trop marquée par le deuil de la guerre précédente, un seul choix mobilisateur semble rester : le castor (docs. 19-20 et 42-43). Symboliser un pays par un animal est un procédé bien rodé : le kangourou en Australie à la même époque, ou encore le kiwi en Nouvelle-Zélande. Ici on profite de la facilité avec laquelle on attribue des qualités humaines au monde animalier. Le castor présente plusieurs avantages. D’abord c’est un animal « bien de chez nous », et qui n’évoquerait pas davantage les anglophones que les francophones. Ensuite cet animal a une légitimité historique : le pays fut développé largement grâce à la chasse aux castors dont les peaux furent exportées en masse vers l’Europe pendant presque deux siècles. Ensuite, sur le plan psychologique, c’est un animal auquel on peut immédiatement attribuer des qualités : c’est un travailleur infatigable doté d’une force bien supérieure à sa taille, qui peut abattre des arbres. Même sa réputation d’animal nuisible est détournée pour devenir un attribut positif : les soldats canadiens, à l’image du castor, vont sans doute se rendre très nuisibles à l’ennemi. Seul bémol, le symbole n’est pas universellement apprécié et les Anglais ne manqueront pas de railler les pauvres soldats canadiens symbolisés par un rongeur, tandis qu’eux se voient en noble lion, roi des animaux.

Conclusion

  • 20  Sur un poster de la Première Guerre, on exhorte les Canadiens de croyance juive à s’enrôler, en in (...)

38Les affiches de guerre canadiennes ont depuis longtemps attiré l’attention des historiens des conflits mondiaux. Mais elles constituent également une source intéressante pour étudier l’émergence d’une identité nationale au Canada au cours du XXe siècle. Dominion au sein de l’Empire lors de la première guerre, le pays acquiert son d’indépendance vis-à-vis de l’Empire en 1931. Ce changement de statut se ressent nettement quand on compare les affiches produites lors des deux guerres. Lors du premier conflit mondial, on observe que les différents organismes émetteurs d’affiches font appel au sentiment d’appartenance, non pas à la nation canadienne, mais au groupe culturel dont est issu le citoyen. Ainsi les posters visent séparément les Canadiens d’origine française, anglaise, irlandaise, écossaise, voire juive20. En 1931, le pays acquiert son indépendance vis-à-vis de l’Empire, et on observe un changement de stratégie dans la propagande de la Deuxième Guerre mondiale. Désormais une agence centrale du gouvernement crée des affiches destinées à tous les citoyens et tente de faire appel au sentiment national naissant. Toutefois, les choix effectués illustrent le caractère peu affirmé de cette identité nationale. D’une part, l’imagerie symbolique classique n’existe pas encore. Il n’y a pas encore de drapeau national, et les tentatives pour imposer une allégorie représentant la nation ont échoué. Cet échec s’explique largement par le fait que le pays continue à être marqué par le phénomène des deux solitudes, ce qui est à l’origine d’obstacles à la création de symboles cherchant à représenter le tout. La recherche symbolique se tourne alors vers les éléments du monde naturel. Dans ce registre, nous avons noté que la feuille d’érable, trop associée aux soldats tombés lors de la première guerre, fut délaissée en faveur du castor, seul choix réunissant toutes les qualités nécessaires pour jouer un rôle symbolique fort. Toutefois, ce sentiment d’appartenance nationale n’est pas encore bien affirmé dans les années 1940, et c’est seulement dans les années 1960 que le pays commence à se doter d’un ensemble de symboles officiels pouvant représenter la nation. Ces symboles serviront à conforter une identité pan-canadienne que le gouvernement fédéral va tenter de forger afin de répondre à la montée en puissance du mouvement indépendantiste québécois. En cherchant à créer un sentiment d’allégeance à la nation lors de la deuxième guerre mondiale, les producteurs d’affiches de guerre ont posé les premières pierres de la construction d’une identité nationale pan-canadienne. C’est lors d’une deuxième période de crise, interne celle-ci et mettant en péril la pérennité de la nation biculturelle, que l’édifice va se compléter.

Haut de page

Annexe

Documents

Documents reproduits avec l’aimable autorisation du Mémorial de Caen

Haut de page

Notes

1  La conférence de 1926 aboutit à la déclaration selon laquelle la Grande-Bretagne et les dominions « sont des communautés autonomes dans le cadre de l’Empire britannique, de statut égal, et qui ne sont subordonnées les unes aux autres sous aucun aspect de leurs affaires intérieures ou extérieures, quoique unies par une allégeance commune envers la couronne et librement associées comme membres du Commonwealth des Nations britanniques » (Rapport Balfour, présenté lors de la Conférence impériale d’octobre 1926). Le Statut de Westminster en 1931 entérina cette résolution, notamment par l’abrogation de la loi Colonial Laws Validity Act, 1865, qui obligeait les dominions à respecter le droit anglais, et par la déclaration que le Parlement d’un dominion avait désormais tout pouvoir pour faire des lois à portée extra-territoriale.

2  Hugh McClennan, Two Solitudes, Toronto : Stoddart, 1945.

3  Jadis est venu
Des rives de Grande-Bretagne,
Wolfe, ce héros intrépide,
Qui planta fermement le drapeau de Britannia.

(Britannia est une personnification de la Grande-Bretagne très en vogue à l’époque).

4  Ce sera la proposition francophone, chanson dont la musique est de Calixa Lavallée et les paroles de Adolphe-Basile Routhier, qui sera retenue comme l’hymne national. Ses paroles, qui évoquent vaguement une histoire faite « des plus brillants exploits », sont ouvertes à interprétation et ne choquent personne, surtout si on fait abstraction de l’histoire de sa genèse. Fait intéressant, la version anglaise n’est pas du tout sa traduction, mais plutôt une adaptation sur la même musique dans laquelle « ton bras sait porter l’épée » se transforme en « the true North strong and free ».

5  L’argument est très clairement explicité sur le document n° 11.

6  Sur le document n° 4, on reconnaît une reproduction de la célèbre affiche britannique montrant Lord Kitchener, ministre de la Guerre, dont le texte original était : « Ton pays a besoin de toi ».

7  On note cependant en bas de l’affiche n° 11 la devise « God save the King ».

8  L’argumentation – assez peu persuasive – avancée sur l’affiche n° 17 s’efforce de mettre en avant l’idée que la défense du territoire canadien passe par un engagement pour aller combattre en Europe : « N’attendez pas l’ennemi au coin du feu, mais allez au devant de lui ». L’affiche n° 18, « Attendrons-nous que les nôtres brûlent », reprend le même thème de propagande. L’église en flammes représentée ici (probablement la cathédrale de Reims) est destinée à convaincre des populations restées fortement attachées à la religion catholique.

9  En octobre 1813, le colonel Charles-Michel de Salaberry et ses hommes arrêtèrent les troupes américaines à Chateauguay, à 50 kilomètres de Montréal.

10  Il est à noter que cette pratique n’est pas totalement nouvelle. Pendant la Première Guerre mondiale, le gouvernement avait mis sur pied assez tardivement, en 1916, un Service des affiches de guerre chargé, non pas des problèmes de recrutement, mais seulement des campagnes en faveur des emprunts de guerre ou de la préservation des ressources.

11  Cf. note ci-dessus.

12  C’est clairement un projet de la majorité anglophone, mais qui cherche à y inclure le fait français. Les Québécois auront par contre du mal à s’y identifier ; rejetant le statut minoritaire qui leur est proposé, et considérant que celui-ci n’assure pas la pérennité du fait français en Amérique du Nord, ils préfèrent le projet nationaliste québécois.

13  Cf. Eric Hobsbawn et Terence Ranger (eds.), The Invention of Tradition, Cambridge: Cambridge University Press, 1983.

14  Pour cette partie de la population, le drapeau britannique est utilisé comme un symbole de liberté contre la tyrannie du Kaiser. Faire représenter « la liberté » par le drapeau britannique n’est pas novateur, d’où la présence, a priori incongrue, de ce drapeau parfois sur les affiches destinées aux Canadiens français. A noter à ce sujet, que le nationaliste Henri Bourassa, bien qu’anti-impérialiste, restait tout de même profondément anglophile ; on trouve des textes signés de sa main qui évoquent les voies détournées de la Providence car, selon lui, la défaite de 1759 aurait permis aux Canadiens français de connaître les bienfaits du parlementarisme britannique, et ainsi de connaître une liberté plus grande que celle connue par les Français grâce à la révolution française.

15  Il existe un autre drapeau – le pavillon rouge, ou Red Ensign – officialisé par un décret de 1924 et utilisé sur les bateaux de guerre canadiens lors de la deuxième guerre. Mais ce drapeau à fond rouge avec un petit Union Jack au coin gauche supérieur et les armoiries des quatre provinces fondatrices du pays à droite est peu satisfaisant comme moteur d’une nouvelle identité nationale, ce qui pousse les producteurs d’affiches à regarder ailleurs. Le choix du drapeau actuel fut le résultat d’une longue consultation publique et parlementaire. Il s’est imposé face au Red Ensign grâce au soutien des Québécois qui ne voulaient pas d’un drapeau où aurait figuré un Union Jack, même miniature. Quant aux nationalistes anglophones pan-canadiens ce nouveau drapeau, sans référence aucune à l’Union Jack, marquait bien la rupture qu’ils voulaient opérer avec l’Empire pour insister davantage sur l’indépendance du jeune pays.

16  Certains de ces films peuvent être visionnés aux archives du Mémorial de Caen.

17  Les images du personnage sont disponibles sur un site web géré par la Bibliothèque Nationale du Canada : <http://www.collectionscanada.ca/3/3/t3-301-e.html>.

18 On le présente ainsi : «  Bottes hautes, bas du pantalon rentrés dans les bottes, chemise de flanelle ouverte au col, chapeau dit rough-rider [une espèce de chapeau de cow-boy associé aux colons et à l’esprit d’aventure] » (Edith Lelean, The Key of Jack Canuck’s Treasure House, Copyright Canada, 1916. Pièce de théâtre distribuée dans les écoles par le gouvernement du Canada. Archives de la Bibliothèque Nationale du Canada).

19  Dans la pièce de théâtre patriotique citée plus haut, un autre personnage, Mlle Canada, se présente « dans une robe blanche ornée de feuilles d’érable, coiffée d’une couronne de feuilles d’érable ». Dans une chanson à la gloire de Jack Canuck, publiée en 1910, on le situe dans « the land of the maple leaf ».

20  Sur un poster de la Première Guerre, on exhorte les Canadiens de croyance juive à s’enrôler, en indiquant que « les Juifs du monde entier aiment la liberté », et que « la Grande-Bretagne s’attend à ce que chaque fils d’Israël s’acquitte de son devoir ». Reproduction dans Marc Choko, Canadian War Posters, Ottawa : Meridien, 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Doc. 1
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Doc. 2
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Doc. 3
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Doc. 4
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Doc. 5
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Doc. 6
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Doc. 7
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Doc. 8
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Doc. 9
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Doc. 10
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Doc. 11
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Doc. 12
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Doc. 13
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Doc. 14
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Doc. 15
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Doc. 16
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Doc. 17
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Doc. 18
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Doc. 19
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Doc. 20
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Doc. 21
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Doc. 22
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Doc. 23
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Doc. 24
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Doc. 25
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Doc. 26
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Doc. 27
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Doc. 28
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Doc. 29
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Doc. 30
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Doc. 31
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Doc. 32
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Doc. 33
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Doc. 34
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Doc. 35
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Doc. 36
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Doc. 37
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Doc. 38
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Doc. 39
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Doc. 40
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Doc. 41
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Doc. 42
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Doc. 43
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/494/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Quellien et Andrew Ives, « L’identité nationale canadienne  au travers des affiches de propagande des Première et Seconde Guerres mondiales », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 41-64.

Référence électronique

Jean Quellien et Andrew Ives, « L’identité nationale canadienne  au travers des affiches de propagande des Première et Seconde Guerres mondiales », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 12 juin 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/494 ; DOI : 10.4000/lisa.494

Haut de page

Auteurs

Jean Quellien

Prof., (Caen, France)
Jean Quellien est Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Caen et responsable du groupe de recherches CRHQ/Mémorial de Caen. Ses travaux portent notamment sur la répression allemande en France pendant l’Occupation et les affiches de propagande de la Seconde Guerre mondiale.

Andrew Ives

Dr., (Caen, France)
Andrew Ives est Maître de Conférences en Études Nord-Américaines à l’Université de Caen, Basse-Normandie. Ses travaux  sur l’histoire politique canadienne portent sur les questions d’identité nationale et de culture politique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals