Navigation – Plan du site
Arrêt sur Images en Irlande du Nord

« Coded Voices Speaking from the Walls » : les fresques murales de Belfast dans la prose nord-irlandaise

“Coded Voices Speaking from the Walls”: Belfast Murals in Northern Irish Fiction
Stephanie Schwerter

Résumés

Belfast est marquée par des phénomènes urbains que l’on ne retrouve dans aucune autre ville. En raison d’une ségrégation résidentielle, la topographie de la ville se caractérise par d’innombrables limites et frontières séparant les quartiers catholiques des quartiers protestants. Les limites entre les divers territoires sont marquées par différents indicateurs territoriaux comme des « peace lines » et des peintures murales. Pour la population locale, ces œuvres picturales sont devenues un moyen d’expression important. Cet article explore le fonctionnement des peintures murales dans les trois romans suivants, écrits après la première déclaration de cessez-le-feu de l’IRA : Sacrifice of Fools d’Ian McDonald, Eureka Street de Robert McLiam Wilson et That Which Was de Glenn Patterson. En se fondant sur la théorie de Burton Pike, selon laquelle des concepts de « real city » (ville rélle) et de « word city » (ville de lettres) se trouvent en opposition, l’article étudie les différentes manières dont les auteurs emploient des marqueurs visuels pour les déformer et les ridiculiser dans leur représentation narrative.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keywords :

Belfast, murals, political violence

Index géographique :

Northern Ireland, Irlande du Nord
Haut de page

Texte intégral

  • 1 <http://cain.ulst.ac.uk/othelem/glossary.htm#P>, consulté le 27 juillet 2011.
  • 2 « coded voices » cf. Neil Jarman, « Intersecting Belfast » in Bender, Barbara (dir.), Landsca (...)
  • 3 « territorial indicators », cf. Neil Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in th (...)
  • 4 Luce Girard, Culture in the Plural. Michel de Certeau, Minneapolis, University of Minnesota (...)
  • 5 Neil Jarman, « Painting Landscapes : The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urba (...)
  • 6 Cf. Bill Rolston, Drawing Support 3. Murals and Transition in the North of Ireland, Belfast, (...)

1De nombreux phénomènes urbains sans équivalents dans d’autres métropoles marquent la ville de Belfast. Une ségrégation ethno-religieuse transforme l’espace urbain en un véritable patchwork de quartiers protestants et catholiques. Certains marqueurs visuels indiquent les limites entre les territoires appartenant à l’une ou à l’autre communauté. De même que les frontières physiques sont matérialisées par plus de vingt-cinq « peace lines »1, de nombreuses peintures murales indiquent les limites territoriales de manière artistique. Les images, inscriptions et acronymes décorant les murs de la ville sont devenus un moyen d’expression important pour la population locale. Neil Jarman considère les opinions politiques véhiculées à travers les murs comme autant de « voix codées »2 s’exprimant en énonciations visuelles. En même temps, les peintures murales de Belfast fonctionnent comme « indicateurs territoriaux »3 qui définissent tel quartier comme catholique ou protestant. Selon la théorie de Michel de Certeau, les peintures peuvent être considérées comme « langage mural »4. Cette tradition picturale en guise de mode d’expression remonte au début du XXe siècle. Elle fut lancée par la communauté protestante. C’était Guillaume d’Orange, en tant que symbole de victoire britannique, qui figurait de préférence sur les murs5 [voir image 1]. Après la signature de l’accord anglo-britannique en 1985, les représentations des organisations paramilitaires loyalistes se multiplièrent6 [voir image 2].

2La communauté catholique en revanche, commença à découvrir la peinture murale comme langage seulement à partir des grèves de la faim des années quatre-vingt. Au début, des slogans soutenant les grévistes apparurent sur les murs avant de se voir remplacés par des illustrations plus élaborées [voir images 3-5]. Après les grèves de la faim, l’expression de la communauté par la communauté catholique à travers la peinture murale devint plus variée. Parmi les sujets abordés figurent l’histoire [voir image 6-7] et la mythologie irlandaise, les événements politiques actuels, ainsi que l’oppression de la population catholique par l’armée britannique ou par la police [voir image 8]. De plus, une certaine fraternisation avec des pays en conflit comme le Nicaragua, l’Afrique du Sud ou la Palestine peut être constatée, ainsi qu’une alliance avec d’autres régions comportant une population divisée, telles que le Pays basque, la Catalogne et la Galice [voir image 9].

  • 7 Idem.

3Même si dès l’origine, la communauté catholique affichait sa lutte armée en peinture, les références aux paramilitaires ne prédominaient pas comme chez les Loyalistes7. Jusqu’à nos jours, de nombreuses peintures murales avec des slogans politiques – souvent marqués par des fautes d’orthographe – ainsi que des acronymes d’organisations paramilitaires imprègnent la physionomie de la ville. Depuis un certain temps apparaît une tendance à exprimer également des problèmes sociaux sans rapport avec la division ethno-religieuse de la ville. Des peintures traitant de l’abus de la drogue ou du suicide chez les jeunes et de la difficulté de se loger exposent les problèmes préoccupants l’esprit des habitants de la ville [voir images 10-12].

  • 8 Cf. Maev Kennedy, The Trouble with Fictional Troubles. 2005, <>, 02 avril 2008, 1.
  • 9 Cf. Mikhail Bakhtin, Rabelais and His World, Bloomington, Indiana University Press, 1984, (...)
  • 10 Idem.

4En tant que phénomène urbain, les peintures murales sont devenues un sujet important dans la prose de l’Irlande du Nord. Elles figurent à maintes reprises dans ce que l’on nomme le « Troubles novel », roman traitant du conflit nord-irlandais. Depuis le commencement des heurts violents entre les deux communautés, plus de 700 romans explorant cette violence politique ont été publiés8. Les « Troubles novels » publiés durant les années soixante-dix et quatre-vingts avaient un ton pessimiste, et favorisaient la perspective de l’un ou de l’autre camp. Cependant, à partir de la première déclaration de cessez-le-feu de l’IRA en 1994, des romans et récits tournés vers le « carnavalesque »9 commencèrent à paraître. Depuis, de nombreux auteurs manient l’humour et l’ironie comme autant de moyens littéraires pour présenter les animosités entre catholiques et protestants sous un nouvel angle. En observant le conflit nord-irlandais avec un certain détachement, des écrivains comme Robert McLiam Wilson, Ian McDonald, Glenn Patterson, Jason Johnson, Zane Radcliffe et Colin Bateman tentent de « mettre en dialogue »10 des visions antagonistes du monde. Dans leurs romans, des personnages protestants et catholiques se mélangent et exposent leur point de vue individuel. Ainsi, le lecteur se trouve-t-il confronté à des interprétations du conflit émanant des deux côtés. La plupart des écrits nord-irlandais se passent à Belfast. En décrivant l’aspect physique de la ville, les auteurs font souvent allusion aux peintures murales. Dans les romans qui font appel au carnavalesque, ces illustrations sont fréquemment utilisées de manière subversive pour attirer l’attention sur l’absurdité du conflit.

  • 11 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997 (Première edition: Londres, Cox & Wyma (...)
  • 12 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, Londres, Vintage, 1996.
  • 13 Glenn Patterson, That Which Was, Londres, Penguin, 2004.
  • 14 Burton Pike, The Image of the City in Modern Literature, New Jersey, Princeton University Pre (...)

5Cet article se propose d’explorer le rôle des peintures murales dans trois romans écrits après la déclaration de cessez-le-feu de 1994, à savoir : Sacrifice of Fools11 d’Ian McDonald, Eureka Street12 de Robert McLiam Wilson et That Which Was13 de Glenn Patterson. L’étude des trois romans reposera sur la théorie de Burton Pike, selon laquelle les concepts de « real city » (« ville réelle ») et de « word city » (ville de lettres) se trouvent en opposition14. Dans sa théorie, Pike emploie le terme « real city » pour se référer à un complexe urbain existant. Il utilise le concept « word city » pour faire allusion à la représentation imaginaire d’une ville réelle. Il avance l’hypothèse que les auteurs construisent leur ville fictive en choisissant certains éléments du modèle existant. Dans les trois romans, McDonald, McLiam Wilson et Patterson intègrent les peintures murales dans la description de leur paysage urbain non sans les transformer en les présentant de manière ironique.

  • 15 Cf. Mikhail Bakhtin, Rabelais and His World, op. cit., 16.
  • 16 Idem.

6Le thriller de science-fiction Sacrifice of Fools, écrit en 1996, se déroule en 2004. L’image de la ville est marquée par une architecture avant-gardiste, une technologie futuriste et par la présence des extraterrestres. Ne sachant pas comment résoudre le conflit violent en Irlande du Nord, le gouvernement britannique fait appel aux Shians, un peuple provenant d’une planète à soixante années-lumière de la terre. Les extraterrestres sont invités en tant que tiers impartial pour rétablir la paix entre catholiques et protestants. Cependant, en devenant de plus en plus puissants, ils constituent une menace pour la population humaine. Au lieu de combattre le danger extérieur ensemble, les deux communautés ne cessent de s’attaquer mutuellement. Ainsi, deviennent-elles une proie facile pour les envahisseurs. Le ton de ce roman se place sous le signe de l’humour. Suivant la théorie de la « carnavalisation » de Mikhaïl Bakhtine, McDonald se fixe comme objectif d’ébranler les positions tenues traditionnellement par les deux camps politiques en Irlande du Nord. Dans sa théorie, Bakhtine fait référence au carnaval médiéval, où les distinctions entre « haut » et « bas », « sacré » et « profane » se brouillent. Les hiérarchies sociétales se trouvent donc déconstruites par l’ironie et la moquerie15. Selon Bakhtine, le rire a pour fonction d’exposer les structures de pouvoir établies, et de s’en libérer par la suite. Par conséquent, la déconstruction des conceptions classiques peut donner lieu à un renouvellement de l’ordre social16. C’est donc une nouvelle vision du conflit que McDonald propose au lecteur, à travers une illustration carnavalesque de Belfast dans le sillage de la théorie de Bakhtine.

  • 17 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997, 55.

7Le protagoniste de Sacrifice of Fools, Andy Gillespie, un ancien combattant loyaliste a passé un certain temps en prison. Ayant appris pendant sa détention le « nahra », la langue parlée par les Shians, le voici promu médiateur entre les extraterrestres et les humains. Grâce à la présence des Shians, la perception de Gillespie de la situation politique subit une transformation considérable. Il se détache de son point de vue loyaliste, observant la situation locale avec distanciation et ironie. Le changement de son attitude se manifeste particulièrement dans ses commentaires sur Belfast. Dans Sacrifice of Fools, comme dans beaucoup de « Troubles novels », la pluviosité de l’île permet d’évoquer la morne atmosphère de la ville. De façon ironique, McDonald décrit la manière dont Gillespie perçoit Belfast comme lieu condamné à la pluie : « He noticed this thing about the weather. Every time he goes out of the city it stops raining. This isn’t to say that it rains all the time in the city – it just seems that way – but he’s never seen it rain in the country ».17

  • 18 Idem.
  • 19 Idem.

8Dépeindre Belfast comme grise et pluvieuse aide l’auteur à mettre en relief l’absurdité d’un certain graffiti loyaliste, qualifié par le protagoniste de « dump Loyalist slogan »18, dont le contenu est le suivant : « We will Not Surrender the Blue Skies of Freedom for the Grey Clouds of an Irish Republic. Usually spelled wrong somewhere. Surender. Blue Skys. Grey Clouds of Belfast. Blue Skies of Everybloodywhere Else »19. Compte tenu de l’omniprésence de la pluie à Belfast, l’allusion aux « blue skies of freedom » ne manque pas d’ironie. La liberté souhaitée par les loyalistes – l’appartenance de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni – est donc associée aux cieux azurés, firmament introuvable à Belfast selon Gillespie. Par conséquent, l’idéal loyaliste semble impossible, voire aberrant. À travers le commentaire moqueur du protagoniste « Grey Clouds of Belfast. Blue Skies of Everybloodywhere else », McDonald attire l’attention sur l’absurdité du conflit nord-irlandais. Ces propos laissent entrevoir la singularité de Belfast, ville où la population se trouve dans l’incapacité d’apaiser les animosités internes.

  • 20 Cf. Mikhail Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogic Imag (...)

9En reproduisant les fautes d’orthographes qui figurent dans le slogan, l’auteur souligne le niveau rudimentaire d’instruction des peintres, et pose la question de leur crédibilité politique. La description de ce type de graffiti ne sert pas seulement à ridiculiser le dogmatisme loyaliste, mais égratigne également une telle attitude du côté républicain. En suggérant que les deux parties sont autant coupables de la situation politique, McDonald se détache des interprétations conventionnelles du conflit nord-irlandais. Selon les termes de la théorie de Bakhtine, l’auteur « décentre »20 ainsi des points de vue pré-établis, grâce à l’humour, pour ainsi démontrer l’insignifiance des heurts entre catholiques et protestants. Etant donné que le graffiti présent dans le roman s’inspire des inscriptions qui se trouvent sur les murs de la « real city », on peut donc affirmer que McDonald intègre des éléments de la vraie ville dans sa ville fictive, tout en les parodiant.

10Après avoir quitté sa prison, le protagoniste perçoit les acronymes de Belfast sous une nouvelle perspective, devenant de plus en plus critique envers les propos de sa propre communauté protestante. Contrairement à ses compatriotes, Gillespie se rend compte du danger causé par les extraterrestres :

  • 21 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997, 161.

You can’t push these people out like you could the Taigs. They’ve come sixty light years, they can’t go home again, they are not going to be scared off by the lads. You intimidate them, you threaten their children, they intimidate you back. Harder. But it will still be a long time before the graffiti along the balcony walls fade. War by acronym. UFF, UYM, FTP, Rem 1690, B1st, FB, MUFC. No surrender! Just letters to the Outsiders. Just letters to most of humanity.21

  • 22 Cf. David McKittrick et David McVea, Making Sense of the Troubles, Londres, Penguin, 20 (...)
  • 23 Cf. Mikhail Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogi (...)
  • 24 Idem.

11Face à la présence menaçante des Shians, les acronymes de la ville perdent leur contenu politique. Les abréviations citées se fondent sur des acronymes existants dans les quartiers protestants du Belfast réel. En choisissant certaines caractéristiques urbaines de la « real city », l’auteur parvient à créer sa « word city » personnalisée sur un ton caustique, il énumère des acronymes en mélangeant des abréviations comportant des significations différentes. Il juxtapose les acronymes des organisations paramilitaires UFF (Ulster Freedom Fighters) et UYM (Ulster Young Militants), à l’insulte destinée à la communauté catholique FTP (Fuck the Pope) ainsi qu’à l’invitation de commémorer la bataille de Guillaume d’Orange au bord de la rivière Boyne ayant eu lieu en 1690 (Rem 1690). De plus, McDonald fait référence à la « B Company, 1st Northern Ireland » (B1st), une branche de l’armée britannique recrutant des adolescents, et mentionne FB, l’abréviation généralement utilisé pour « flute band », évoquant les marches de l’ordre des orangistes. McDonald finit son énumération en citant le club de football de Manchester (MUFC, Manchester United Football Club), équipe soutenue par la communauté protestante22. Même si dans un contexte nord-irlandais chaque inscription mentionnée comporte une dimension politique, nommées les unes après les autres, ces abréviations possèdent une tonalité burlesque. Le mélange arbitraire des acronymes se trouve donc réduit à une panoplie d’abréviations grotesques. À travers le commentaire du protagoniste « Just letters for the Ousiders. Just letters for most of humanity », McDonald fait allusion à la perception des peintures murales par les non-initiés. Ignorant les connotations politiques des acronymes, les Shians, comme toute personne étrangère au conflit nord-irlandais, sont incapables de décoder les inscriptions. Avec la remarque de Gillespie, l’auteur fait allusion à d’autres visions du monde qui laissent paraître la population de Belfast comme bornée et étroite d’esprit. Ainsi, McDonald fait entrer différentes « langues » en « dialogue »23 insérant de ce fait de nouveaux points de vue dans le discours du conflit nord-irlandais. Conformément à la théorie de Bakhtine basée sur le concept d’« hétéroglossie », l’auteur génère par ce biais un roman à plusieurs « voix » qui rejette la perspective limitatrice d’un simple point de vue24. En présentant les peintures murales de la ville de manière ironique, il vise à la déconstruction narrative des systèmes de valeurs établies. De cette fraçon, il donne au lecteur la possibilité d’interpréter le roman ainsi que la situation politique sous plusieurs angles.

  • 25 Idem.
  • 26 Idem.
  • 27 Idem.

12Comme McDonald, McLiam Wilson tente de réunir dans Eureka Street des perspectives différentes. En choisissant le catholique Jake Jackson et le protestant Chucky Lurgan comme protagonistes, l’auteur donne une voix aux différentes visions politiques des deux communautés. En outre, un certain nombre de personnages mineurs appartiennent à des religions non chrétiennes. L’assemblage des perspectives divergentes fait ainsi du roman une œuvre « polyphonique » exprimant des points de vue contraires25. De cette manière, McLiam Wilson substitue aux forces « centrifuges », qui selon Bakhtine visent à une « centralisation culturelle et sociopolitique » des forces « centripètes » encourageant la déconstruction narrative des systèmes de valeur établies26. Hostile à toute « centralisation idéologique »27, l’auteur se garde de prendre parti pour un des deux camps politiques.

13L’action d’Eureka Street, au ton humoristique, se déroule dans plusieurs quartiers de Belfast, le mouvement des personnages couvrant l’espace urbain presque dans son intégralité. De ce fait, les deux communautés sont évoquées de manière égale. Comme McDonald, Wilson dans la création de sa « word city » s’appuie sur les peintures murales existantes dans la ville réelle. De la même façon, il joue avec les acronymes et leurs différentes connotations. Pourtant, McLiam Wilson va plus loin dans sa parodie des peintures murales. Alors que McDonald dépeint les inscriptions en les juxtaposant de manière moqueuse, McLiam Wilson rajoute des acronymes imaginaires aux abréviations réelles.

14Au fil de l’action, le protagoniste Jackson se promène en ville et contemple un certain mur à côté du poste de police, particulièrement prisé pour les inscriptions murales :

  • 28 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, Londres, Vintage, 1996, 22.

The local kids would write things there for the purposes of bravado or initiation. But it was no big deal – the cops were too bored to hassle them. Every month or so some civic-minded old guy who lived nearby would come and paint it over. And then the kids would start all over again. It had become a ritual and it was how I told what time of the month it was. It was an epic and somehow touching battle, very Belfast.28

15À travers le commentaire de Jackson, McLiam Wilson réduit la « tradition » de peindre les murs à un jeu d’enfant anodin. Pourtant, la plupart des acronymes présents dans l’espace urbain de la « real city » possèdent des significations politiques, et sont peints plutôt par des adultes exprimant leur avis souvent de manière violente. Dans ce contexte, le propos du protagoniste se lit comme une attaque ironique lancée aux deux communautés. McLiam Wilson ridiculise ainsi non seulement l’habitude de s’exprimer sur les murs, mais aussi les positions politiques rigides qui sont à l’origine de cette manière de communiquer. Un jour au cours de ses périples urbains, le protagoniste découvre une nouvelle peinture murale qu’il est incapable de décoder :

  • 29 Idem.

The kids wrote the usual stuff of both sides: IRA, INLA, UVF, UFF, UDA, IPLO, FTP (Fuck the Pope), FTQ (Fuck the Queen), and once (hilariously) FTNP (Fuck the Next Pope). But tonight’s graffito was a new one on me. It was early in the month. The old guy had painted recently so the wall was nearly clean, and someone had chosen to write in white three-foot-high letters: OTG. I was too tired to wonder what it meant.29

  • 30 Cf. David McKittrick and David McVea, Making Sense of the Troubles, op. cit., 330-335.

16Contrairement à McDonald, qui se réfère uniquement aux graffiti loyalistes, McLiam Wilson fait également allusion aux inscriptions provenant de la communauté catholique. Alors que les abréviations IRA (Irish Republican Army), INLA (Irish National Liberation Army) et IPLO (Irish People’s Liberation Organisation) désignent les organisations paramilitaires républicains, UVF (Ulster Volunteer Force), UFF (Ulster Freedom Fighters) et UDA (Ulster Defence Association) renvoient aux organisations loyalistes30. De plus, l’auteur juxtapose FTQ (Fuck the Queen), insulte destinée à la communauté protestante et injure FTP (Fuck the Pope) adressé aux catholiques. Cette accumulation de différents acronymes prend une tournure ironique par les abréviations FTNP et OTG, combinaisons de lettres inventées par l’auteur. À travers l’introduction de sigles fictifs, McLiam Wilson fait une satire de l’obsession nord-irlandaise d’associer chaque propos exprimé, oralement ou par écrit, à l’un des deux camps politiques. À un niveau plus large, l’auteur se moque de la fragmentation territoriale de Belfast en quartiers catholiques et protestants, dont les limites sont rendues visibles à travers des peintures murales.

17Au cours du roman, l’abréviation OTG apparaît partout dans la ville et commence à déstabiliser la population urbaine. Les habitants de Belfast cherchent désespérément à décoder cette combinaison de lettres inconnue. Finalement, le protagoniste parvient à une interprétation personnelle :

  • 31 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, op. cit., 395.

You want to know what OTG means? Almost everything. That was the point. All the other letters written on our walls were dark minority stuff. The world’s grand, lazy majority will never be arsed writing anything anywhere and, anyway they wouldn’t know what to write. They would change their permissive, clement, heterogeneous minds half-way through. That’s why OTG was written for them. It could mean anything they wanted. It did mean anything they wanted. Order The Gammon. Octogenarians Tote Guns. Openly Titular Gesture. One True God.31

  • 32 Cf. Mikhail Bakhtine, Rabelais and His World, op. cit., 16.

18Par le commentaire du protagoniste, McLiam Wilson présente les acronymes de Belfast comme autant de sigles dépourvus de sens à l’extérieur de la ville. De la même façon qu’OTG ne signifie rien pour les habitants de Belfast, tous les autres acronymes figurant aux murs de la ville ne possèdent aucun sens pour des étrangers. D’autre part, l’auteur Wilson ironise sur l’influence qu’exerce la politique sur la vie privée de la population urbaine. L’impact déstabilisant de l’acronyme OTG sur les habitants montre à quel point leur vie est guidée par le besoin de catégoriser et de décoder le discours mural. McLiam Wilson met en lumière ainsi les difficultés des Irlandais du Nord de se détacher des propos sectaires. Le fait que l’auteur ne clarifie pas la signification de l’acronyme énigmatique montre son désir d’encourager plusieurs interprétations. De cette manière, il suggère que le conflit de l’Irlande du Nord doit être vu à partir de plusieurs perspectives. McLiam Wilson rejette ainsi l’adoption d’un point de vue autoritaire tout en plaidant pour « mettre en dialogue »32 des positions contraires.

19That Which Was de Glenn Patterson fut écrit en 2002, six ans plus tard que les deux romans précédemment analysés. L’ouvrage décrit l’atmosphère plus détendue régnant à Belfast après le Good Friday Agreement, accord conclu en 1998, qui contribua au rapprochement des deux communautés. Malgré le progrès des négociations de paix, la population de la ville reste largement divisée, ainsi que l’espace urbain. Les peintures murales marquent toujours les quartiers catholiques et protestants et maintiennent avec les « peace lines » la ségrégation territoriale de Belfast. Dans That Which Was le changement d’ambiance est exprimé par la description de nouveaux bâtiments luxueux et par l’attitude plus modérée des deux camps antagonistes. Même si les habitants de la ville expriment leurs propos politiques moins violemment qu’avant, ils ne sont toujours pas capables de se détacher de leur positions politiques intolérantes. Dans le roman les deux communautés se disent amies alors que les organisations paramilitaires des deux côtés sont toujours actives en secret.

  • 33 Glenn Patterson, That Which Was, Londres, Penguin, 2004, 4.
  • 34 Idem, 27.

20Le protagoniste du roman, Ken Avery, un ancien manager de banque, s’est fait prêtre. Son changement de carrière est commenté ironiquement par le narrateur comme un mouvement « from savings accounts to saving souls »33. À l’instar des deux romans précédents, That Which Was est écrit sur ton humoristique. Patterson caricature la division persistante de la population locale en faisant allusion à l’aspect physique de la ville, resté fortement imprégné de signes indiquant les limites entre quartiers protestants et catholiques. La présence persistante des organisations paramilitaires se décèle à travers les traces visuelles qu’elles laissent dans le paysage urbain. Le quartier où habite le protagoniste est fortement dominé par la présence implicite des organisations loyalistes. Le voisinage est décrit de manière suivante : « From that spot of the end of the garden only the top third of the maisonettes could be seen, side on. Satellite dishes and aerials, a commonwealth of flags, a Jane’s Guide to loyalist paramilitaries. Simply the best, declared one standard »34. Si nous contemplons le Belfast existant réellement, il devient évident que les phénomènes urbains décrits dans le roman figurent parmi les éléments de la « real city ». Le slogan « Simply the best », par exemple, apparaît sur de nombreux murs dans des quartiers loyalistes [voir image 13]. En désignant ironiquement l’assemblage de signes sectaires ironiquement comme « Jane’s Guide to loyalist paramilitaries », Patterson banalise le discours loyaliste. Les marqueurs territoriaux se trouvent donc transformés en farce. Ainsi, l’auteur met en question les idéaux politiques de la communauté protestante. En reprenant la théorie de Bakhtine, nous pouvons donc parler d’une subversion carnavalesque des structures établies au cœur de la société nord-irlandaise.

21Au cours de l’action, le protagoniste essaie d’organiser un match de football pour rapprocher les jeunes de deux communautés. Après avoir convaincu, non sans difficulté, les parents des deux côtés de permettre à leurs enfants de participer au jeu, Avery ne peut que constater la tournure désastreuse prise par les événements. Un simple accident de sport donne lieu à des accusations sectaires. Darryl Kirkpatrick, un garçon protestant, tombe en jouant et se fait mal à l’épaule. L’accident est vu par la communauté protestante comme une agression par l’un des membres de l’autre communauté. Après le match, Avery se voit accusé par les deux parties d’avoir attisé, par son projet, de nouvelles tensions entre catholiques et protestants.

22La colère de certaines personnes va s’exprimer dans un graffiti qui apparaît assez rapidement après l’événement sur un mur à côté de l’église. Le protagoniste contemple avec son ami Ronnie cette nouvelle inscription :

  • 35 Ibid., 62.

The graffiti had been painted so recently it was still wet to the touch: Feenin love. Feenin love squiggle, to be precise. The must have heard me coming and run before they could finish putting the r on the end, Ronnie said. Or rs, said Avery. I mean, usually if it was singular they would write, So-and-so is a. Wouldn’t they? My specialist subject, Magnus. The syntax of sectarianism.35

23Par l’emploi de « feenin love », l’auteur du graffiti accuse Avery de s’allier avec les Catholiques contre sa propre communauté. Dans l’argot sectaire de l’Irlande du Nord, le terme « fenian » est utilisé de manière péjorative pour désigner un Catholique. L’inscription ne contient pas seulement une faute d’orthographe – « feenin » au lieu de « fenian » – mais est aussi inachevée, faute de temps pour rajouter un « r » à la fin de « love ». Insultant Avery comme « fenian lover », le responsable du graffiti lui reproche d’avoir contribué à « l’attaque » de Darryl Kirkpatrick. Par le motif des fautes évoquées, Patterson réduit le message politisé à une inscription grotesque. Par ce biais, il met en relief l’hypocrisie de la population locale : les deux communautés prétendent être en paix, une paix remise en cause à la moindre occasion. Évoquant de manière sarcastique le « syntaxe du sectarisme », l’auteur ridiculise à un niveau plus large les attitudes bornées des deux communautés. Il suggère ainsi que le même discours sectaire est tenu par les deux camps politiques.

24Si l’on compare les peintures murales décrites dans That Which Was avec les inscriptions illustrées dans Sacrifice of Fool et dans Eureka Street, nous pouvons constater le développement d’un « langage » moins direct. Dans leurs romans McDonald et McLiam Wilson mettent en évidence les acronymes des organisations paramilitaires. Même si les deux auteurs jouent avec les abréviations en les transformant ou en rajoutant des sigles imaginaires, ces suites de lettres rappellent toujours l’existence des groupes violents. Cependant, Glenn Patterson ne fait figurer aucun acronyme d’organisation paramilitaire. Dans ce contexte-là, le graffiti « feenin love » se lit presque comme accusation anodine. Le conflit devient donc seulement visible de façon indirecte en se cachant derrière des animosités personnelles. Ce changement de discours reflète l’évolution de la situation politique. Nous pouvons également constater que ce développement, démontré par l’analyse parallèle des trois romans, naît des transformations à l’œuvre dans le Belfast réel. Tandis que dans la « real city » le « langage mural » devient de plus en plus un moyen d’expression des problèmes personnels et sociaux, dans les représentations fictives de Belfast, les inscriptions murales sont de moins en moins influencées par la violence.

  • 36 Mikhaïl Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogic Imaginat (...)
  • 37 Idem.

25En conclusion, nous pouvons dire que McDonald, McLiam Wilson et Patterson font allusion à certains éléments de la « real city » pour les intégrer de manière subversive dans leur Belfast fictif. Ils jouent avec le « langage mural » marquant l’espace urbain de la ville réelle pour attirer l’attention sur les défauts de la société nord-irlandaise. L’humour et l’ironie comptent comme autant de moyens stylistiques pour conférer une nouvelle perspective au conflit nord-irlandais. Loin d’adopter une position qui favoriserait le discours de l’une des deux communautés, les trois auteurs laissent entrer en « dialogue »36 les visions du monde catholiques et protestantes. À travers une représentation carnavalesque du discours mural, ils dévalorisent des attitudes traditionnelles de la population locale. Rejetant l’intolérance et le sectarisme, ils plaident pour une vision « polyphonique »37 du conflit de l’Irlande du Nord qui prête une voix aux deux parties antagonistes.

Haut de page

Bibliographie

ROLSTON Bill, Drawing Support 3. Murals and Transition in the North of Ireland, Belfast, BTP Publications, 2003.

PIKE Burton, The Image of the City in Modern Literature, New Jersey, Princeton University Press, 1981.

BAKHTIN Mikhail, Rabelais and His World, Bloomington, Indiana University Press, 1984.

BAKHTIN Mikhai, « Discourse in the Novel » in Michael Holquist (ed.). The Dialogic Imagination, Austin, University of Texas Press, 1981, 259-422.

GIRARD Luce, Culture in the Plural. Michel de Certeau. Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997.

JARMAN Neil, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space » in BUCKLEY Anthony (dir.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, The Institute of Irish Studies, 1998, 81-98.

JARMAN Neil, « Intersecting Belfast », in BENDER, Barbara, Landscape. Politic and Perspectives, Providence, Berg, 1993, 107-1038.

KENNEDY Maev, The Trouble with Fictional Troubles. <http://www.guardian.co.uk/uk/2005/jun/02/hayfestival2005.northernireland>, 02 avril 2008, 1.

MELAUGH Martin, A Glossary of Terms Related to the Conflict. <http://cain.ulst.ac.uk/othelem/glossary.htm#P>, 16 juillet 2011.

MCDONALD Ian, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997 (Première edition : Londres, Cox &Wyman, 1996).

PATTERSON Glenn, That Which Was, Londres, Penguin, 2004.

MCKITTRICK David, MCVEA David, Making Sense of the Troubles, Londres, Penguin, 2001

MCLIAM WILSON Robert, Eureka Street, Londres, Vintage, 1996.

Haut de page

Annexe

Image 1. Belfast ouest

Image 1. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 2. Belfast est

Image 2. Belfast est

© Stephanie Schwerter

Image 3. Belfast ouest

Image 3. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 4. Belfast nord

Image 4. Belfast nord

© Stephanie Schwerter

Image 5. Belfast ouest

Image 5. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 6. Belfast nord

Image 6. Belfast nord

© Stephanie Schwerter

Image 7. Belfast nord

Image 7. Belfast nord

© Stephanie Schwerter

Image 8. Belfast nord

Image 8. Belfast nord

© Stephanie Schwerter

Image 9. Belfast ouest

Image 9. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 10. Belfast ouest

Image 10. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 11. Belfast ouest

Image 11. Belfast ouest

© Stephanie Schwerter

Image 12. Belfast est

Image 12. Belfast est

© Stephanie Schwerter

Haut de page

Notes

1 <http://cain.ulst.ac.uk/othelem/glossary.htm#P>, consulté le 27 juillet 2011.

2 « coded voices » cf. Neil Jarman, « Intersecting Belfast » in Bender, Barbara (dir.), Landscape: Politic and Perspectives. Providence, Berg, 1993, 109.

3 « territorial indicators », cf. Neil Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space », in Symbols in Northern Ireland, Belfast, The Institute of Irish Studies, 1998, 83.

4 Luce Girard, Culture in the Plural. Michel de Certeau, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997, 19.

5 Neil Jarman, « Painting Landscapes : The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space », in Symbols in Northern Ireland, Belfast, The Institute of Irish Studies, 1998, 83-84.

6 Cf. Bill Rolston, Drawing Support 3. Murals and Transition in the North of Ireland, Belfast, BTP Publications, 2003, v.

7 Idem.

8 Cf. Maev Kennedy, The Trouble with Fictional Troubles. 2005, <>, 02 avril 2008, 1.

9 Cf. Mikhail Bakhtin, Rabelais and His World, Bloomington, Indiana University Press, 1984, 16.

10 Idem.

11 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997 (Première edition: Londres, Cox & Wyman, 1996).

12 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, Londres, Vintage, 1996.

13 Glenn Patterson, That Which Was, Londres, Penguin, 2004.

14 Burton Pike, The Image of the City in Modern Literature, New Jersey, Princeton University Press, 1981, xi.

15 Cf. Mikhail Bakhtin, Rabelais and His World, op. cit., 16.

16 Idem.

17 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997, 55.

18 Idem.

19 Idem.

20 Cf. Mikhail Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogic Imagination, Austin, University of Texas Press, 1981, 271-272.

21 Ian McDonald, Sacrifice of Fools, Londres, Vista, 1997, 161.

22 Cf. David McKittrick et David McVea, Making Sense of the Troubles, Londres, Penguin, 2001, 330-335.

23 Cf. Mikhail Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogic Imagination, op. cit., 271-272.

24 Idem.

25 Idem.

26 Idem.

27 Idem.

28 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, Londres, Vintage, 1996, 22.

29 Idem.

30 Cf. David McKittrick and David McVea, Making Sense of the Troubles, op. cit., 330-335.

31 Robert McLiam Wilson, Eureka Street, op. cit., 395.

32 Cf. Mikhail Bakhtine, Rabelais and His World, op. cit., 16.

33 Glenn Patterson, That Which Was, Londres, Penguin, 2004, 4.

34 Idem, 27.

35 Ibid., 62.

36 Mikhaïl Bakhtin, « Discourse in the Novel », in Michael Holquist (ed.), The Dialogic Imagination, op. cit., 271-272.

37 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Image 2. Belfast est
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Image 3. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-3.png
Fichier image/png, 845k
Titre Image 4. Belfast nord
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-4.png
Fichier image/png, 754k
Titre Image 5. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Image 6. Belfast nord
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-6.png
Fichier image/png, 899k
Titre Image 7. Belfast nord
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-7.png
Fichier image/png, 643k
Titre Image 8. Belfast nord
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Image 9. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Image 10. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Image 11. Belfast ouest
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-11.png
Fichier image/png, 517k
Titre Image 12. Belfast est
Crédits © Stephanie Schwerter
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/6034/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephanie Schwerter, « « Coded Voices Speaking from the Walls » : les fresques murales de Belfast dans la prose nord-irlandaise », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 3 | 2014, mis en ligne le 06 juin 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/6034 ; DOI : 10.4000/lisa.6034

Haut de page

Auteur

Stephanie Schwerter

EHESS Paris, France. Stephanie Schwerter has been teaching comparative literature at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales in Paris since 2008. Before moving to France, she spent six years in Northern Ireland, working at the University of Ulster and at Queen’s University Belfast. She has published a book on Northern Irish Troubles Fiction as well as a number of articles on the intercultural connections between Irish, German, Russian and French poetry .

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals