Navigation – Plan du site
Constance Fenimore Woolson (Dossier de Jeannine Hayat)

Fiction ou réalité : Les biographies de Constance Fenimore Woolson

Fiction or Non-Fiction? Constance Fenimore Woolson’s Biographies
Jeannine Hayat

Résumé

Constance Fenimore Woolson (1840-1894) was an American novelist, famous toward the end of the 19th century. She was educated in the Great Lakes region, and her familiarity with the frontier gave her many subjects for her first stories published, among others, in Harper’s New Monthly Magazine and in the Atlantic Monthly. In 1873 she moved to Florida and began to feel inspired by the South, the Reconstruction after the war and the racial problem. She discovered Europe in 1880 and she met with Henry James in Florence. A strange friendship between the Master and the popular woman writer was to last until 1894. Leon Edel, Henry James’s biographer, supposed she felt an unrequited love for him. New feminist studies assert she was, on the contrary, independent and never asked literary figures for their help. Did she commit suicide or fall from a window by accident? Nobody knows. Contemporary novelists like David Lodge, Colm Toibin or Emma Tennant are puzzled by her relationship with Henry James.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

19th century, XIXe siècle

Index thématique et géographique :

États-Unis, literature, littérature, United States
Haut de page

Dédicace

À Catharine Savage Brosman

Texte intégral

  • 1 David Lodge, “ Acknowledgements ” in Author, Author, London, Secker and Warburg, 2004, 389.

1En novembre 2003, David Lodge a achevé le manuscrit de son livre Author, Author, roman biographique consacré à Henry James. A la dernière page de l’ouvrage, il prend acte d’une étonnante coïncidence : deux autres romanciers contemporains ont dédié, presque en même temps que lui un livre à Henry James 1 . Pour les lecteurs, ce concours de circonstances est assurément troublant. Par quel mystère Emma Tennant, David Lodge et Colm Toibin, ont-ils écrit chacun de leur côté, en un délai si rapproché, une biographie fictive de Henry James? Encore plus étrange, chaque texte s’attarde longuement sur un épisode dramatique de la vie affective jamesienne : son amitié pour l’écrivain Constance Fenimore Woolson. Sans doute le plus grand spécialiste de James, le biographe Leon Edel, a-t-il encouragé par son érudition, les manifestations de fascination envers Henry James. Du reste, les publications de Leon Edel passionnent les lecteurs presque autant que l’œuvre de James lui-même. Les admirateurs du romancier américain, naturalisé anglais, sont souvent des fervents des cinq volumes biographiques, publiés par Edel entre 1950 et 1971. Il s’agit du cas exceptionnel d’une somme à visée exhaustive, consacrée à l’un des écrivains les plus secrets du XIXe siècle. Les travaux de Leon Edel encouragent à la rêverie des romanciers : ils leur fournissent des matériaux de première main, et stimulent leur imagination.

  • 2 Anne E. Boyd écrit par exemple : “ For decades, the most popular depiction of the James-Woolson
  • 3 Trois lettres envoyées par Constance Fenimore Woolson à Henry James en Amérique se sont trouvées mê (...)

2Néanmoins, les faits patiemment rassemblés par Edel ne suffisent pas à élucider complètement la psychologie, parfois déroutante, de Henry James. Les opacités de la biographie de James sont particulièrement marquées dans le domaine de ses relations avec les femmes. Par exemple, en dépit des recherches de Leon Edel, la nature exacte des liens qui attachaient James à la romancière et poète, Constance Fenimore Woolson, demeure largement incertaine. Certains spécialistes de Constance Fenimore Woolson estiment même que Leon Edel a présenté une version partiale de cette amitié entre écrivains, qui amplifie l’attachement amoureux de Woolson pour James. En vérité, Miss Woolson aurait été consciente des réticences affectives de James à son égard et n’aurait souhaité partager avec lui que des affinités littéraires 2. Les documents manquent malheureusement pour trancher. Henry James, homme réservé, a souhaité dissimuler le plus possible à la postérité les détails de cette connivence entre artistes. L’auteur des Aspern Papers s’est arrangé pour que sa correspondance avec Miss Woolson soit détruite. Ainsi a-t-il obtenu la promesse qu’elle brûlerait ses lettres, comme il le ferait lui-même des siennes. Seules quatre lettres signées Constance Fenimore Woolson ont été épargnées3. Leon Edel les publie dans son édition des lettres de Henry James. La lecture de ces quelques pages arrachées à une correspondance autrefois volumineuse provoque une frustration propre à stimuler l’imagination des écrivains. Mais avant d’analyser la fiction, sans doute convient-il de poser quelques éléments pour une biographie critique.

I. Les errances de Constance Fenimore Woolson

3Treize années d’une amitié privilégiée entre les deux écrivains justifient cette habitude qu’ont les lecteurs familiers, les critiques et les biographes d’associer le nom de Woolson à celui de James. Mais la personnalité très affirmée de Miss Woolson s’est formée avant sa rencontre avec l’auteur de Roderick Hudson. Les deux écrivains sont presque contemporains. La petite-nièce de James Fenimore Cooper, l’auteur des Leatherstocking Tales, est née dans le New Hampshire, le 5 mars 1840, trois ans avant Henry James; toutefois elle a passé son enfance à Cleveland. Henry James appelait ordinairement son amie Fenimore, plutôt que Constance, en rappel de sa prestigieuse ascendance littéraire. Mais les membres de sa famille la nommaient affectueusement Connie. Le premier environnement naturel familier à Constance Fenimore Woolson se situe à la frontière de l’Ouest, dans un espace immense naguère réservé à l’audace des pionniers. La région des Grands Lacs a été la principale source d’inspiration des premières œuvres de Miss Woolson. Plusieurs de ses contes se situent sur l’île de Mackinac, qu’elle connaissait bien pour y avoir passé ses vacances d’été à partir de l’âge de quinze ans. Dans Jeannette, l’écrivain propose une description évocatrice de l’endroit :

  • 4 Constance Fenimore Woolson, Jeannette, in Scribner’s Monthly, décembre 1874, cité par John Dwight K (...)

Up in the northern straits between blue Lake Huron, with its clear air, and gray Michigan, with its silver fog, lies the bold island of Mackinac. Clustered along the beach, which runs around its half-moon harbor, are the houses of the old French village, nestling at the foot of the cliff rising behind, crowned with the little white fort, the stars and stripes floating above it, against the deep blue sky ”4.

  • 5 Certains dialogues de Jeannette ou de Anne, notamment.

4La domination militaire française sur l’île a duré environ un siècle entre 1670 et 1760. Mais l’influence française s’est poursuivie jusqu’à la fin du XIXe siècle. Certains contemporains de Woolson, descendants des premiers colons français, continuaient alors d’employer un patois fortement inspiré de la langue française. Quelques dialogues des écrits woolsoniens sont tout-à-fait compréhensibles par des lecteurs français non anglicistes5. Le nom de “ Mackinac ” serait du reste la transcription française de l’appellation indienne originelle, “ Michilimackinac ”, qui signifierait “ Le pays de la grande tortue ”. Le climat sur l’île est très austère. Pendant huit mois de l’année, la neige et la glace confinent les habitants dans leurs intérieurs. Les tempêtes sur le lac provoquent de dangereux naufrages. La fureur des éléments frappe l’imagination des habitants. Mais lorsque l’été revient enfin, la nature offre toute la grâce de ses richesses. Très tôt, Connie s’est montrée sensible à la magnificence des paysages américains. L’Ohio, le Wisconsin, le Michigan, ces noms évoquent pour elle la fluidité des ciels dans le miroitement des eaux. De nombreuses pérégrinations dans ces états ont donné à Woolson le goût des panoramas sauvages, à peine troublés parfois, par une présence humaine discrète. Constance Fenimore Woolson aime marcher dans la campagne ou au bord d’un lac. La nature dans sa toute-puissance offre une infinité de spectacles grandioses et contrastés aux artistes américains, écrivains ou peintres. En 1857, par exemple, Frederic Edwin Church présente au public un tableau grand format, intitulé “ The Niagara Falls ”, qui souligne l’énergique attrait de la démesure. D’autres paysages, à l’inverse, charment par la douceur de leur atmosphère tranquille. Constance Fenimore Woolson aussi sensible qu’un plasticien et précise qu’un naturaliste se montre attentive au moindre détail. Le nom de toutes les plantes, leur parfum subtil, la douceur nacrée des pétales de fleurs sont imprimés dans sa mémoire. En observatrice accomplie, elle a découvert par exemple toutes les nuances du gris dans la contemplation du ciel et des côtes, qui souvent se confondent :

  • 6 Constance Fenimore Woolson, “ Lake Erie in September ”, in Constance Fenimore Woolson, arranged and (...)

“ Oh, grey and sullen sky! Oh, grey and sullen beaches ”!6

  • 7 George A. Benedict, editor du “ Daily Cleveland Herald ”, beau-père de la soeur de Constance

5Encore jeune fille, Constance Fenimore Woolson, sait déjà les susurrements du vent sur les feuillages, elle entend la musique cristalline des ruisseaux, le fracas des cascades, les trilles des oiseaux; elle distingue de loin le cri de l’animal perdu. Malheureusement, une surdité qu’elle tient de son père l’isolera peu à peu dans un univers de silence. L’écrivain a développé ses dons pour l’expression du pittoresque, en harmonie avec les paysages de l’immense contrée où les émotions de l’enfance l’ont fait vibrer. A mesure qu’elle grandit, et quoiqu’elle poursuive ses études à New York, la jeune femme se sent appelée à décrire la magie de lieux somptueux, le charme d’un Nouveau Monde à découvrir et à faire connaître. Du reste, ses premiers récits, publiés par des revues prestigieuses : Putnam’s Magazine ou The Atlantic Monthly ont le plus souvent pour cadre ces territoires du Nord que Fenimore affectionne7. Son premier article, “ The Happy Valley ” est accueilli par le Harper’s Magazine de juillet 1870, une année environ, après le décès de son père.

6La mort de son père adoré constitue une rupture. Le sentiment du tragique est pourtant familier à Woolson. A l’époque de sa naissance, trois de ses soeurs avaient été emportées par la scarlatine. Après ce drame, pour trouver le courage de recommencer une nouvelle existence, la famille avait quitté le New Hampshire pour la région des Grands Lacs. Trois autres de ses soeurs ont perdu la vie entre 1846 et 1853, l’une en bas âge, les deux autres après leur mariage. La mort est une compagne fidèle de Constance. Lorsque son père disparaît à son tour, Connie devient responsable de sa mère. L’écrivain pense que Hannah Woolson doit à nouveau changer d’horizon. Les deux femmes, désireuses de profiter d’un climat plus ensoleillé et de conditions de vie moins onéreuses, se déplacent alors vers le Sud. Dans les années 1870, Constance Fenimore Woolson découvre la Floride. C’est une transformation complète de sa sensibilité. L’écrivain s’adapte rapidement à une vie moins rude. Les rayons du soleil font claquer les couleurs vives à St-Augustine où elle s’établit avec sa mère à partir de 1873. Aux alentours, elle découvre avec ravissement un environnement rarement décrit par les habitants du Nord : des ruisseaux étroits et inexplorés, des arbres aux ramures enchevêtrées qui plongent leurs racines dans les eaux, une végétation exubérante. Certes, il arrive que les alligators et les serpents menacent. Mais souvent, des sites enchanteurs et accueillants dans lesquels il fait bon s’attarder fournissent de magnifiques prétextes à de nouvelles descriptions chatoyantes :

  • 8 “ The Florida Beach ”, Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit., 458.

“ Far to the South the beach shines on,
Thick-gemmed with giant shell ”
8.

  • 9 Henry James, Miss Woolson, ibid., 3.

7La coloriste Constance Fenimore Woolson est séduite. Dans ses années d’exil européen, l’écrivain fera de la Floride son lieu d’ancrage fantasmatique. Dans un portrait composé en 1887, James croque Miss Woolson pendant cette période heureuse qu’elle passe à voyager avec sa mère : “ She conceived a high appreciation of orange gardens and white beaches, pine-barrens and rivers smothered in jungles, and a peculiar affection for that city of the past St-Augustine ”9.

8Grâce à de nombreux déplacements dans les Etats du Sud, la jeune femme s’imprègne progressivement de l’atmosphère régionale après le conflit fratricide qui a déchiré l’Amérique. Pour les lecteurs du Nord de The Atlantic Monthly, elle décrit les raffinements de la Caroline du Sud, état où la culture savante et l’amour des arts sont hautement appréciés. Dans la rubrique du magazine, “ The Contributors’ Club ”, Woolson, admirative, célèbre la civilisation du Sud dans un article intitulé “ South Carolina Gentleman ” :

  • 10 The Atlantic Monthly, août 1878, ibid., 62.

“ There is nothing so majestic and slow-moving to-day in all our quick America, as an old South Carolina gentleman, for instance making a few remarks to you in your parlour, or on the Charleston Battery. His words, his periods, his very thoughts, are all old English. For, if you will only lay aside your modern impatience, and listen, your ears will soon be charmed by the very language of Johnson and Addison... The Southerners have finer and costlier old fashioned books than we have. The library at Charleston is piled to the ceiling with venerable mohagony-coloured English bindings... ”10.

  • 11 Le premier recueil de nouvelles qui lui procure une certaine réputation a pour titre Rodman the Kee (...)
  • 12 Constance Fenimore Woolson by Clare Benedict, op. cit., 469.
  • 13 Lettre de Constance Fenimore Woolson à Henry James du 12 février 1882, in Henry James, Letters, vol (...)

9La culture, les coutumes, l’accent de ces contrées inspirent ses nouveaux textes. Désormais, Woolson s’attache à décrire les conséquences sociales de la guerre de Sécession en Floride par exemple, ou bien en Géorgie, ou dans les deux Caroline. L’écrivain s’applique à exposer les tensions de la Reconstruction, le triste sort des perdants, des désespérés, de ceux qui ont renoncé à l’amour 11 . Son point de vue nordiste se nuance. La jeune femme affirme progressivement son talent d’écrivain réaliste. Constance Fenimore Woolson est elle-même de tempérament mélancolique et solitaire, et peut appréhender mieux qu’une autre peut-être les contradictions des habitants du Sud, déchirés entre un attachement à des coutumes évanouies et leur espoir de progrès. L’artiste, indépendante, habituée à vivre en bordure de la frontière avec l’Ouest, repousse les préjugés raciaux ou sociaux. Elle transpose ses hardiesses de femme indépendante dans des œuvres très personnelles. Le récit emblématique de cette période a pour titre Rodman the Keeper. Le personnage éponyme est un gardien de cimetière militaire : “ he has seen with his New England eyes the magnificence and the carelessness of the South ”12. Ex-soldat de l’Union, il est conduit à recueillir par humanité un ex-gradé confédéré blessé, servi par un ancien esclave noir. Les repères assurés de Rodman se brouillent lorsqu’il rencontre la cousine du mourant, très touchante dans son dénuement. L’écrivain ne prend le parti d’aucun des protagonistes. Elle se contente d’exposer, avec retenue, et sans a priori les déchirements d’un après-guerre douloureux. Constance Fenimore Woolson ne s’exprime pas sous l’influence de préjugés. Elle a coutume de s’aventurer seule sur des sentiers inviolés. Or, la liberté a un prix. L’écrivain ne peut concevoir dans ces conditions de fonder une famille. Woolson a prévu de demeurer célibataire afin de mener la vie d’artiste originale qu’elle apprécie. Ce choix peu conventionnel, est mal compris au XIXe siècle. Mais Constance Fenimore Woolson puise dans la lecture de Henry James tout le réconfort possible. En 1879, la mort de sa mère, dont elle était très proche, constitue une seconde rupture dans l’existence de l’écrivain. Elle évoquera plus tard son chagrin dans une de ses lettres à Henry James : “ I have never been my old self since my Father died, but have always felt desolate and oppressed with care without him; and then when three years ago, my Mother too was taken, there seemed nothing left to live for ”13.

  • 14 Constance Fenimore Woolson a publié une critique de The Europeans de Henry James dans The Atlantic (...)
  • 15 Constance Fenimore Woolson, Miss Grief, in Women Artists, Women Exiles, “ Miss Grief ” and Other St (...)

10Elle décide de quitter la Floride pour visiter l’Europe qu’elle souhaitait découvrir depuis longtemps. Elle se rend en Angleterre, en France et en Italie, accompagnée de Clara Benedict, sa soeur veuve et de Clare Benedict, sa nièce, avec le projet de rencontrer l’artiste le plus extraordinairement sensible à l’amertume des destins féminins inaccomplis : Henry James14. Les trois femmes traversent l’Atlantique en novembre 1879. Avant de rencontrer James, Woolson a écrit un de ses récits les plus énigmatiques, Miss Grief, dans lequel elle imagine la rencontre, à Rome, entre un sosie de Henry James, jeune écrivain sûr de lui, et une représentation d’elle-même en artiste de génie, pauvre et méconnue. Miss Grief est un texte troublant pour un lecteur actuel, tant son auteur y prédit avec précision son propre destin. Un narrateur sans nom s’effraie de recevoir, un jour, la visite d’une femme écrivain qu’il juge démente et qu’il affuble par erreur d’un nom étrange, Miss Grief. Il ne regrette pas, pourtant, de lire le manuscrit de son drame qui s’avère excellent. Mais il lui trouve des défauts qu’Aaronna Moncrief refuse de corriger. De même souhaiterait-il améliorer les autres textes qu’elle lui apporte. Le narrateur tente même d’amender lui-même les manuscrits avant de les proposer à des éditeurs amis. En vain. Les textes résistent à toute correction. Il échoue notamment à supprimer l’un des personnages de la pièce de théâtre d’Aaronna Moncrief. Le narrateur fait ce commentaire : “ he was so closely interwoven with every part of the tale that to take him was like taking out one especial figure in a carpet ”15. Notons que cette image du motif dans le tapis sera reprise par Henry James, un an après la mort de Woolson, comme titre de l’un de ses plus célèbres récits. Aucun éditeur n’accepte donc de publier les œuvres d’Aaronna Moncrief. Elle ne le saura jamais, car le narrateur ému de la trouver un jour très malade dans un pauvre logis lui ment et lui annonce une future publication. Avant de mourir, Aaronna Moncrief trouve la force de confier ses manuscrits au narrateur. Au lieu de les diffuser, celui-ci ne montrera plus à personne ces manifestations du génie féminin, qui seront détruites à sa mort.

  • 16 Ibid., 265-6

11Il semble presque impossible de déterminer à quel moment précis ce texte a été écrit. Peut-être Constance Fenimore Woolson y a-t-elle travaillé avant de quitter la Floride, ou bien encore peut-être l’a-t-elle terminé en Europe, dans les semaines qui ont précédé sa première entrevue avec James en avril 1880. Miss Grief a été publié en Mai 1880 dans le magazine Lippincott’s. Miss Woolson désirait rencontrer James bien qu’elle n’ait guère conçu d’illusions sur la capacité du maître à reconnaître son talent d’écrivain. Dans Miss Grief, Constance Fenimore Woolson prend date. La confrontation entre un écrivain admiré et une femme auteur méprisée par un establishment masculin, pourra-t-elle produire d’autre résultat qu’un malentendu ? La tante d’Aaronna, chagrinée par la mort prochaine de sa nièce, laisse éclater sa colère aux oreilles du narrateur : “ And as to who has racked and stabbed her, I say you, you - YOU literary men! ”16. L’accusation n’est guère voilée. Les éditeurs et les directeurs de revues considèrent avec mépris les rares femmes auteures qui s’aventurent à publier. Le narrateur de la nouvelle n’est, par exemple, même pas apte à énoncer son nom correctement! Mais Woolson admire Henry James entre tous les écrivains contemporains et elle ne renonce pas à se présenter à lui. Woolson possède du reste une supériorité sur Aaronna Moncrief, ses textes sont publiés et populaires. Et quoique James soit indifférent aux succès de ventes, il sera obligé de constater que Miss Woolson a conquis des lecteurs.

La rencontre de Woolson et de James : le premier séjour à Florence

  • 17 Samuel Livingston Mather es t l’époux de Georgiana (1831-1853), l’une des soeurs de Constance Fenim (...)

12Constance Fenimore Woolson s’est munie d’une lettre d’introduction pour approcher Henry James. Henrietta Pell-Clark, cousine de James, et soeur de Minnie Temple, premier amour de l’écrivain, a rédigé le texte que Woolson a longtemps porté sur elle avant de le délivrer à son destinataire. Une succession de rendez-vous manqués explique que le premier face à face entre les deux écrivains survienne en Italie. Et surprise, quelque temps avant la rencontre décisive, à Florence, Constance Fenimore Woolson fait une découverte intéressante. Elle écrit le 10 avril 1880 à son beau-frère, Samuel Livingston Mather17 :

  • 18 Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit., 182.

“ We have been much interested in finding at a library here a book of Uncle Fenimore’s which we have never seen, Excursions in Italy. It was published in London in 1838, and gives an account of their Italian journeyings ”18.

  • 19 Henry James, Letters, edited by Leon Edel, volume II, 1875-1883, Cambridge, Massachusetts, Harvard (...)

13Woolson et James échangent enfin leurs premières répliques à Florence, fin avril 1880, sous l’égide de l’un des grands écrivains précurseurs américains, James Fenimore Cooper. C’est d’ailleurs l’Italie plus que l’Angleterre qui sera le pays de l’intimité, la contrée des joies et des désespoirs de Constance Fenimore Woolson et de Henry James. Ce dernier annonce à sa soeur Alice, dans une lettre rédigée à Florence, datée du 25 avril 1880, une de ses prochaines visites à l’écrivain américaine : “ I have to call, for instance, on Constance Fenimore Woolson, who has been pursuing me through Europe with a letter of introduction from (of all people in the world!) Henrietta Pell-Clark. Constance is amiable, but deaf, and asks me questions about my works to which she can’t hear the answers ”19. Ce passage de la correspondance de James avec sa soeur est sans doute à l’origine d’une légende tenace et fausse qui présente Woolson harcelant son ami de ses assiduités. La vérité est éloignée de cette image simpliste.

  • 20 Henry James a publié son premier texte de fiction The Story of the Year, en 1865, dans The Atlantic (...)
  • 21 Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit., XV.

14Henry James n’a presque rien lu de l’écrivain Constance Fenimore Woolson lorsqu’elle se présente à lui en Europe : quelques-uns de ses articles, peut-être, parus dans The Atlantic Monthly20. Et il manque bien des grâces à cette femme de quarante ans pour rappeler Minnie Temple, à jamais délicieuse dans le souvenir de Henry James. Fenimore, qui n’entend que d’une oreille, peut en effet passer pour une femme au charme évanoui, lorsque James la découvre. Ensuite, il change d’avis. Il s’aperçoit progressivement qu’elle est une grande dame, aussi agréable que son amie de longue date Lizzie Boott, et certainement plus apte à comprendre un génie de l’écriture. Clare Benedict, nièce de Fenimore, la décrit ainsi : She had a fine carriage and poise of the head, beautiful hands, and a delicate, almost transparent complexion; moreover there was about her an air of distinction which no likeness has fully reproduced ”21.

  • 22 Lettre à Samuel Mather, sans date, in Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit., 192.

15L’esthète Henry James, amateur d’art éclairé, fervent de l’Italie, prend finalement plaisir à guider sa compatriote Fenimore, dans les musées florentins, à lui faire passer le porche de chaque église, à la guider devant chaque toile, à lui faire apprécier les impressionnantes sculptures de marbre blanc de Michel-Ange. Les rôles sont rapidement posés. Il est le Maître, elle est le disciple. Constance Fenimore Woolson aime suivre James partout où il l’emmène : “ He has been so much in Italy that he knows the pictures as well as I know Florida ”22. Elle fait confiance à son nouvel ami qui fournit inlassablement les explications nécessaires à une Américaine ignorante des conventions artistiques du Quattrocento. Woolson admire et accoutume son regard à ces nouveautés. La situation rappelle certains passages de Portrait of a Lady que James écrit alors. Dans le roman, Isabel Archer découvre émerveillée Florence, guidée et conseillée par son cousin Ralph Touchett. D’une manière comparable James n’épargne aucune visite d’importance à sa compatriote. L’enchantement est de courte durée pour Constance Fenimore Woolson : quelques fugitives semaines. Mais cette révélation du génie italien inspire à Woolson un conte, premier d’une série ayant l’Europe pour cadre : A Florentine Experiment, dans lequel elle décrit ainsi le personnage masculin, double de James :

  • 23 A Florentine Experiment, The Atlantic Monthly, octobre 1880, in Constance Fenimore Woolson, by Clar (...)

“ He grew didactic and mystic over the round Botticelli of the Uffizi and the one in the Prometheus room at the Pitti; he invented as he went along, and amused himself not a little with his own unusual flow of language... ”23.

  • 24 C’est lors de ce séjour qu’un ami de Woolson, John Hay s’était mis en tête qu’elle épouse Clarence (...)
  • 25 Henry James, Letters III, op. cit., 557.
  • 26 Ibid., 544.
  • 27 Leon Edel, Henry James, A Life, New York, Harper and Row, 1985, 298.

16Ainsi, un écho de cet épisode florentin retentit-il dans l’œuvre de chacun des artistes. A partir de 1880, un lecteur attentif pourra découvrir d’autres similitudes dans les thèmes jamesiens et woolsoniens. Après ce premier séjour prometteur à Florence, Woolson et James se croisent au printemps 1881, à Rome. Puis jusqu’en octobre 1883, seule la correspondance leur permet de demeurer en contact. Les deux amis ont bien failli pourtant se rencontrer à Paris en octobre 188224. Mais Woolson a quitté la France juste avant que James n’y arrive. Un de leurs nombreux rendez-vous manqués! Heureusement que Fenimore est une épistolière de talent et de tempérament. Assez peu sociable, Constance affirme une indépendance propre à rassurer James, qui redoute les importuns. Elle s’insurge pourtant dans une des ses lettres conservées, datée de Venise, le 7 mai 1883, de la rareté de leurs rencontres : “ How many times have I seen you, in the long months that make up three long years? ”25. Dès leurs premiers pas à Florence, fascinée par l’homme de culture et l’infatigable compagnon, Constance Fenimore Woolson s’est attachée intimement à celui que ses admirateurs appelleraient plus tard, the Master. Mais James a consenti tellement de sacrifices à l’écriture qu’il redoute les relations trop intimes et les engagements pressants avec les femmes célibataires. Il faut toute l’admiration déclarée de Woolson envers son œuvre, pour que James accepte son amitié de femme de lettres. L’auteur de Rodman the Keeper est un écrivain respecté, accoutumée à discuter ses contrats avec les éditeurs et à vivre des revenus de son travail d’écrivain. Or, en dépit de la liberté que James consent à ses héroïnes féminines, il n’est guère dans ses habitudes de fréquenter des femmes qui vivent de leur plume. Lorsqu’il ne cultive pas l’affection d’un jeune homme séduisant, il rend visite de préférence aux ladies richement mariées ou aux vieilles dames titrées. Par ailleurs, la différence de qualité entre les écrits de Constance Fenimore Woolson et ceux de Henry James se révèle être une cause d’incompréhension. Non pas que les écrits de Miss Woolson soient médiocres. Ses œuvres sont au contraire novatrices et talentueuses. Mais Henry James, très susceptible ressent comme une blessure profonde la popularité des écrits woolsoniens. Constance Fenimore Woolson s’efforce d’apaiser son ami en reconnaissant l’indéniable supériorité de l’auteur du Portrait of a Lady. Elle, sa disciple, comment pourrait-elle seulement songer à rivaliser avec lui ? Ce ne serait guère sage d’autant qu’elle n’ignore rien de ses souffrances d’artiste incompris. Elle n’envisage du reste pas de destin plus heureux que celui de se consacrer à lui. Elle lui écrit par exemple de Dresde, le 30 août 1882 : “ My work is coarse beside yours. Of entirely another grade. The two should not be mentioned on the same day ”26. Le roman woolsonien Anne a pourtant connu un immense succès à sa parution en feuilleton dans le Harpers’s New Monthly Magazine entre décembre 1880 et mai 1882, bien supérieur à n’importe quelle œuvre de James. Il n’importe. Woolson écrit également que les œuvres jamesiennes “ are my own country, my real home ”27. Bien entendu, un lecteur dévoué peut faire des déclarations troublantes à un écrivain qu’il admire, sans qu’il soit question entre eux de relations amoureuses. D’ailleurs, Constance ne s’est pas privée semble-t-il de cultiver cette forme d’ambiguïté face à un James obnubilé par ses propres écrits.

Les retrouvailles en Angleterre

17Au retour de James des USA, les deux amis se retrouvent à Londres en 1883. Constance Fenimore Woolson demeure alors fixée trois années de suite en Angleterre, au cours desquelles elle se réjouit de vivre dans la contrée d’adoption de l’écrivain, qu’elle admire. Le détail de leurs rencontres à cette époque est cependant très mal connu. Woolson, comme toujours itinérante, visite le pays, ainsi que quelques villes d’Europe.

  • 28 Henry James, Letters III, op. cit., 28.

18James vient la retrouver de temps à autre dans son lieu de villégiature. Le 21 février 1884, James écrit par exemple à l’un de ses éditeurs, William Dean Howells, ami de Constance Fenimore Woolson : “ Miss Fenimore Woolson is spending the winter there. I see her at discreet intervals and we talk of you and Mrs you. She is a very intelligent woman, and understands when she is spoken to; a peculiarity I prize, as I find it more and more rare ”28.

  • 29 Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit., 285.

19Pendant l’été 1884, ils séjournent tous deux à Dover puis à Stonehenge en septembre. La nièce de Constance Fenimore Woolson, Clare Benedict, a retrouvé cette note dans les papiers de sa tante : “ My own memorable visit to Stonehenge with Henry James, September 7th, 1884. It was so cold that we could scarcely speak, and finally we became silent ” 29 . Woolson a appris à ses dépens qu’il est préférable de ne pas trop solliciter son ami écrivain. Un jour, il s’aperçoit qu’elle se rend au spectacle sans le lui dire. Lorsqu’il la rencontre à Londres, seule au théâtre, lui étant accompagné de Mrs Kemble, une amie actrice, réalise-t-il à quel point ses exigences de discrétion sont cruelles? Très galant, il se déplace pour la saluer, lui cède même sa place, mieux située. Est-ce par simple courtoisie ou pour apaiser sa mauvaise conscience? Un autre détail singulier nous est parvenu qui démontre l’indépendance de Woolson. Courant 1886 l’intrépide écrivain assiste à une révolte de chômeurs dans les rues de Londres. Ses récits qui évoquent les exclus du Sud américain ne l’ont pas accoutumée à cette forme de violence. Un tel déchaînement de passions au coeur de l’ancienne cité l’effraie un peu. Elle erre, tristement solitaire ce jour-là, et James ne survient pas pour lui porter secours. Comment expliquer que Constance Fenimore Woolson préfère demeurer en Europe plutôt que de rentrer en Floride, en dépit de ce terrible isolement que la surdité aggrave? Elle songe souvent à la Floride, pourtant. Conserve-telle l’espoir de pouvoir organiser un jour une manière de vie commune avec James?

20En 1885, la soeur de Henry, Alice, esprit aussi original et cultivé que Constance Fenimore Woolson, est venue s’installer en Grande Bretagne. Les nerfs fragiles, vivant le plus souvent recluse et allongée, la nouvelle venue ne prend pas ombrage immédiatement de la présence discrète de Constance Fenimore Woolson dans l’entourage de son frère. L’entente de la malade avec Henry fait renaître un peu de bonheur familial passé, rappelle l’animation de ces cercles d’amis et de cousins dont Minnie Temple était la princesse. Les discussions étaient captivantes alors, chacun des jeunes gens se sentait prêt à provoquer le destin. Perpétuelle souffrante, Alice passe pour une seconde Minnie aux yeux de Henry James. D’ailleurs, elle sait aussi bien que Minnie, précocement morte de la tuberculose, animer un salon. Elle s’y emploie les premiers temps de son installation dans la capitale anglaise. La jeune soeur de Henry James considère donc comme une évidence de supplanter désormais Constance Fenimore Woolson dans l’affection de son frère. Après tout, Henry a tant de fois déclaré qu’il ne se marierait jamais! Mais les relations entre Alice James et Constance Fenimore Woolson sont délicates à cerner en raison de leur caractère contradictoire et évolutif. A la veille de la mort d’Alice, les deux femmes étaient devenues très proches.

21Provisoirement, Woolson ressent le besoin de modifier le décor de ses rencontres insatisfaisantes avec James. De tempérament neurasthénique, l’écrivain souffre des hivers anglais gris et froids. Elle préfère les atmosphères légères, qu’illuminent les rayons d’un soleil printanier. L’Italie mettra une fois encore à sa disposition une hospitalité chaleureuse. Henry James la rejoindra sans doute dès qu’il se sera libéré de ses obligations littéraires. Elle compte sur leurs retrouvailles prochaines.

Vivre sous le même toit sur la colline de Bellosguardo

  • 30 L’article paraîtra dans le Harper’s Weekly du 12 février 1887 et sera repris dans le volume de Part (...)

22Constance Fenimore Woolson arrive à Florence au printemps 1886. La colline de Bellosguardo, qui domine la ville, constitue pour elle une promesse de bonheur. L’écrivain fréquente les amis intimes de Henry, Lizzie et Francis Boott. Lizzie vivait le plus souvent seule en Italie avec son père Francis Boott jusqu’à ce qu’elle épouse le peintre Franck Duveneck au printemps 1886. Lizzie est un peu l’âme de Bellosguardo. Woolson apprécie la jeune femme artiste peintre, ancienne disciple de son époux. C’est pourquoi elle s’installe dans une aile de la Villa Castellani, la demeure de Lizzie. Mais Woolson loue en outre, pas très loin de là, la Casa Brichieri-Colombi qu’elle a prévu d’occuper seulement dans les premiers jours de l’année 1887. Entre temps, elle pourra faire profiter James de l’habitation vide. Il s’y installe avec joie, dès qu’il arrive, quelques mois plus tard, le 8 décembre 1886. Depuis le palais, la vue sur Florence et ses monuments coupe le souffle. Des beautés architecturales équilibrées s’intègrent sans heurt à une campagne harmonieuse, gracieusement découpée par l’Arno. Henry James oublie alors l’Angleterre et se laisse aller aux délices d’un hiver en Toscane. C’est pendant cette époque sans nuages qu’il écrit les seules pages qu’il ait consacrées à son amie : Miss Woolson. L’article est relativement élogieux et l’amitié littéraire des deux écrivains se voit d’une certaine manière rendue publique30. Mais Constance Fenimore Woolson ne peut manquer de remarquer les négligences de son ami : son silence sur la popularité du roman Anne d’une part, son occultation de ses nouvelles consacrées au milieu artistique d’autre part. Constance Fenimore Woolson est troublée.

  • 31 “ The inevitable question may be asked at this point in the terminology of James’s own novels; was (...)

23Lorsque James doit quitter la Casa Brichieri-Colombi pour laisser la place à Constanza, il ne s’éloigne guère que pour un hôtel au bord de l’Arno, où il s’abandonne au plaisir de la vie mondaine florentine. Lorsqu’il s’en lasse, en février, il prend prétexte de l’invitation d’une amie, Mrs Bronson, pour se rendre à Venise. Est-ce son éloignement de Florence qui le perturbe? Dès qu’il arrive à Venise, James souffre de violents maux de tête, puis une maladie se déclare, peut-être la jaunisse. L’écrivain est gravement souffrant plusieurs jours. Enfin, la fièvre tombe. Dès qu’il se sent mieux, il revient à Florence et s’installe cette fois sous le même toit que Constance Fenimore Woolson, Casa Brichieri-Colombi. Les convenances sont sauvegardées, Woolson a établi ses pénates au premier étage, tandis que James loge au rez-de-chaussée. Durant les mois d’avril et de mai 1887, James s’abandonne aux soins diligents de Fenimore. Parmi leurs amis, très peu sont tenus au courant de cet arrangement. Dans sa correspondance, James explique simplement qu’il est voisin de Woolson. Durant cette période de faiblesse physique, James se sent tellement démuni, qu’il en oublie son habituelle réserve face à son amie. Pourtant, d’après Leon Edel, l’attachement de James et de Constance est demeuré “vertueux ”31.

24Le texte le plus important que James ait écrit durant ces deux mois de convalescence à Florence est un écho autobiographique de la situation, très inattendue pour lui, dans laquelle il s’est installé de fil en aiguille avec Constance Fenimore Woolson. Le 12 janvier 1887, James avait consigné dans son carnet l’anecdote qu’une connaissance florentine lui avait rapportée. Un certain Silsbee, Américain de Boston, passionné de Shelley, ayant appris que la demi-soeur de Mary Shelley, Claire Clairmont, conservait des manuscrits des poètes Shelley et Byron, avait essayé par tous les moyens de se procurer les documents. Toutes les tentatives ayant échoué, Silsbee s’était introduit comme locataire dans le palais de Claire Clairmont qui vivait avec une nièce d’une cinquantaine d’années. Après la mort de sa tante, la nièce héritière des papiers aurait promis de les confier à Silsbee à condition qu’il l’épouse. En dépit de toute sa ferveur littéraire, l’amateur de poésie avait pris la fuite à l’annonce de la récompense exigée. Sa passion artistique n’allait pas jusqu’au sacrifice de sa future vie de famille. Le récit, très cruel, émeut James. Légèrement modifiée, et mêlée à une seconde anecdote, où il est question de lettres de Byron brûlées, l’histoire originelle va donner naissance à une de ses nouvelles les plus énigmatiques, The Aspern Papers. Dans ce texte, il donne au personnage de la tante le nom de Juliana Bordereau, la nièce est nommée Miss Tina. Le narrateur qui s’impose dans leur p Clairvénit seu nies les(nt o Tha jamasouvensuggl est qra pling ouon ar méprise Meste ps le siple de ss ce teopi sie laAméri l-raie de récitnDurare t, des dés étrange Mee Byres oublieervait des mande da que llation dul estroublée.

1130Lesymboames sonThe Aspern Paper30The Asper ?n Papépopeut ,geta Doug>Le roman wooes atut inu roman n PaperA et ames eDoug>30Illlege with Henrytivaise r courantn jemier , Ja mêe sait ? Troue notamyemièues de, parus dans The AsperAnnvivait aphères s oveur révéladiminet Le roman wooseetan hie Mes motif dpan>Lœuvres ocumeremiersilenceituelle ier 1887,ee oule traomis tesera reprsaeite de préfa. Lun des persdestins fseetant la monnaangementSa passcleoes atut inu rorits de Miss em>An, James tre unquelque temoublée.

1us dans The Asperpart Henryvoéable qte l’admttenduedonne au personetael ellit essaenimore sooublée.

  • 28 Henry Jamrits de Miss em>An,anciennessaby Clare Benedile avec Constance Fenimore Wct, op. cit6angemenls; was (...)

ans na dystic over < ulettic over Anus daetavemiabetaem>Anus dvvoirh noteto>and r gus, A Lifnes ftx à ttis sto tmes pfe my oLes com>ed Uffizi and in the 23.

  • 23onnaiMeautmatiques, Oldvisit H ss cea>ain de Dorensingpy speCtantnyolume3285.

2aetaveepopeut ,gSilsbeharme tes n’a su Lnt, da de de ssennEmentus Prons s, récittzzie vifait a libé 1885, Sie, .n> Henryfrus6 lnessa Durane àla pst quesetarentoames aussi lréablre du resà une . Lcde, parus dans The AsperAnemps avanroduiie M">26nisse. L’éel elle, tanetaqu’ia mê leschement Minnie, pré. Qu ? Ce npourrataients oublavecPuvre, peta mê surréféra mauvelle pe Jamesgess ce te? Ce neboames bien quWoolsan>Ilzie estontrera u recie la en aià une Am! Anonce à sanem>dcrit parcrivade Miss W para de dJamesde Ln écho autobiog, nce àosa rédonne au persa monnaine faceiemier c Ja il-à-d lui eu nt, guidl’el’Aes nriefdignée detalie’admes amigardées, Woésie été pubume3 de l’un ie les prexs de vs atut inu roes, Oldvisit H ss cea>1edonne au persontrange Merrarus dThe Asper em>An, Ellesidèanem>dItalielaré qupassé, raetaver en culin,obscde boAprquer sa tae ld’intieem>Et ilvril tusupérioriembre. La ni nom de Juliana B WoolsoAlic ares.st e leurrions artistementnne au hospiminspareiersa monna,ecie la en ocumente cevemtaie treanem>uedonne au person ou auxla en arrarus dThe Asper em>Anpapierstexte oameneconn durée pour Cde JamuJames tre her at! Anexte deper , uite pour re Mehaellens lgéees éc>Thephmen Fenimore our une manipour se où iprului éepsind.ntrange Meansidère donre se ée pour C-onna,ema86. Depnne au perirmont,lson loue ssi lréaayasa su emme au’uire, luiuesetaDoug>31.

1 alors. Dentl Venise, trop sréalieécrivain Constance Fenimore es, Wltx ego ferveur litlentenisse. L’é comrigucomme uniple, cantre touui selrvait des manes bien qucomment ic au le sena niècentourageest u-oook épo avs cheai 1887, Ja’uir desdItalo ima flment leiimmédiatemnièn’e apprisosts. La vcomment ié peut ilé par ses emme de là lui. Wounent iemeureont,lr d’une sFloride, en décéde une promAlic aurlle ppit nry1rouhaites Boott jusqu’il l
c>f écrivae. La l sa pl écri mêct, a r Florenobls leut ilé eautvt crIla nisiompatriotre lntrere Wooler deusécoupasractère co oblillation no, q révélaonne au personnagbre. La ni nom de Juliana B.ement deon s’est a apprisbi. Lrses obligations littpe Jamatriote Fee lui. Eami qui s doute ccae succenotsauvecriture quier, iant mt amde FeSe et James tpe Jamé, rncehisrrt paaçindentueuseq Perpétrune visans l’exc arinil ne cclaraliee n’ri vivait a à une Améansls é tre la vie mant umes, amatde Lmt aodraus énia appmmenseavecPuvrs nouvles dirrivains contephysique, an>Ila de raitames enus re de malade bftn Le, seadmirathicrit>f é préffiisr à riaussi lréablre dnt, Wo lue notamrairen>Au rele avec Constance Fenimore WQ-il cladoxtle! 9erçoit quite plénia apenu qui dmasouysiquecrivae. Lèreamne lreemeure viaépoq lvrréfnstitulentssent mielettre us dans The AsperpartThe Asper.

1Asquà que ce joenimore eerirmos leiobt inlassiguïté face à uItalie pple, àfuye, poposes doiâme de Bellrs. 24il et de mant, ds n’a snt ces deux v en Italene lae de ln, Casa BToIllani, la ne foisrprise, quelqut seule en têt que dtrouvent à souvenaAmérijon en année imafprint8ier 1887,pier, iodifier dbruule demeure d Franc- Franck pporthagridmes réclElvacn enr.ée pour Cderécitans ls écrivain asson dansAnlassigpisode fldemeure de salon. Eson s’joindra sansmille.onfur luit ilé tion de amne lrsth Henryse vaolrréfanées. Apper prétexteque scriture crivain fnt ic ajassassNewvait, jusqu’il t ilvrins dont Minniintanier. Ljoindeure d i ? CeuItalple, àqu’id is crit>ima libé 1cun des ">taires. rivainudmasououit dloride, poolutimi-aris en oct8ier 1887ames ltsnstance FsouGenn, e contact. Les d, s’est iss alors, malade pour ue Bostasside es deux peu de hôtel aulutc.ns entre Alictativetreve r courant, gs surdrtisti nisiompremiers à lré trf la Finspteurs, ment de Jne face’elle ce est Woolsonene las entsa tante : ion dee lne foiierement, rivainuda apprmbi pour italienr coupée ee rte, lassi génie WQ- spe la ncr doience à Ftamrairutomnn oct9Fee luy mes s’able. mentriorx. des dans le rochaines.

oolsoSemés olo,l arrive osguardo

  • 27 Leon Edel, Henry James, ct, op. cit376285.

3Puvrfuir apaitte e f l’anées.de bftn premier e suite en Anglrée de Wotgrandeétant accee palairade James/em>by Clare Benten thrcircu>Le, an>Au reoitM de sede ceux sillne aucuness=roue nooitGru, la rie ayagypte contation decrivain, que James écrs encor vie deFlorenceans sos,s rôleeimagee visite les imdeux voyne Woth et ades arCtablirivgrides obli d’nalera repr(nt o yes exclusmme te notamenimore Wottembenr amalade convamense ide, les fs récn Edel,eaitee, care cepoolutiaAméu voyne ,squelles il ser lu a tarcda apprmrivnue s’instaors l’Angnis Wo fldem émeut eeneck au prvre de e suite en Anglourquoi elle s’ia plhelte hs, nstite Jam rena à ces Dans le Dover Oxftel Colombi quoolson aple. mentépouse. En dthers négligeVenise, J échaevoyne ,senimore Woolson staors l’Ange. Puis jus1893e un peuslec soiobt inlassilleAifier dolsol tusa li mort d ment de imafprin92ue Jase sera lrofiter Jpit dtuonservbonheur e.e Henry, meurer enaiguille avec Constance FenimoreAlices. Ce premiers tempsans l’ea salupapiersbi poa lde eetainsveaut à sidest proopapierpourra de lt a apps, Wintre, anger eAi peu de fection de so Lin. Ellesti ypoans sne nièce dri et faupapierste">28.

  • 27CciennessaLyndseGtelre Woo se Wo Itp r nls; was (...)

2Dguère dfieambus les rera piedompagnon, Constance Fenimore Woolfie se st graui future dah wooOtoèto,ltr">rd, . Maias us scriture. Eamrcdavenouisitsonalieey em 14ijon en a93ait apion dg are amCuassi, quer l et mênstance Fielaré qitursConstroe suppourcsue sincontres : Isan Woolsacticsed clumoiuyJp rits de Miss i. Wooaris spomes amteJIvaasmco, qgmoreove>o fevem>in tertueux ”Ul6bien sunlassenle dans le courant, rebuffadion sontrve face à hde suae une u manépoqqcourie seant, nision occultaant que Ja Templeaa pu res arinil nen i paysWoésaitede lt a apn père Franciore erjsoamatapour lrairutomnn ausVionde dinstalle dpion dgduturearis en oc93 James :

  • 26 , 557.

2Ms le oolson, J éier 1887nels’abu reées dpas unie notamore erjso. Ete Do,meure d Franc- Franck es arune ’Aliat ter Jameseule en ari pougèrint à sou uneyeson Soindra sanui, es’aaiteItalste de ses no voisin dencontres à cetteannées. Après la an> Constance Fenimore W reprsaepion dgdutuem>du 12 fé9rier 1884de le auau Dou, un Baldw écrivain nstance est dn thremierépoqignoraie de dpprisoste Woolson : enimoreof Jaevclashide in thn occu shoouthespeamrmtalkherms out auépe -juoolasas abl: son out audoensa técpes dpfels, which i. Wp. citnter lolson 27. Mai, an>Ilaécrs ne pellvu da li mobu le sons mmense eule au r faonsonis jusans lnr.énceWooloccuper selntine. Lors,pier, ida que cân>Il Après la mace à criture qler à écéen’iAl,eaL’ententg. ppCderécit lt vr harmoe part. Constance Fenimore Woolsombt alloril tAméu 24n. Le 12 ja9rieententfene, peula maceemense, mieuuau sre is leupremie Toscane. anaayacuffre depeoe toi erépide écuréells,ersY“ essaion dv Trcheafrances ces plin issllation Wools HarBazaarop. citdcrit par,ie ét écéhoto autobeuee lling pinsveaion dmot succenouvles dirprmrivm">ders.srcirc part. Csit de ce ephysiqu,n arilysus couparculpabi hospise qui d prend finin surréférgune toi eer. Le oolsonlé de , conse vatel est un es rtpréhIs qu’il ne pansode i-Colompoir de crivainsse alrunons les no vomace à , récpoésie lle a pre, peuinhs accos motif camice héra ft parsso voRom ">taie et seJohn Hay,emple à lsrItalWintreuente lla an> Constance Fenimore Wf. A le hôtdmirarocuper seuouarcsera agne lrunon septempion dgdtaant qusouyohn Hay,ed

  • 26 285.

23.

  • 26 , 557.
  • 26 , 557.

3rdées,é tre e, et e al dleursence à lse la vie es hiversgligeVenis,aapstesunaians heurtniemilrsenmes ami réc vte lnaians entre Alice Jeure d Franc- Franck ppApées. Aifier diemeure d guidesans mort dcrs fixis leut ulé desix dmire et seJ. Mai,poqoolèssrsyayaemen art.ement dqu’il 26n. Le 12 ja9riau Dou, un Baldw écri mgnaianrits de Constance Fenimore sontres : Isaasmgna tnd el, ld / wreorae nvour d ave id=h iyeorfen oshipguage... ”27s. D’illeAife te Wounent ie oule trencesut pea pree. L’érerend ablprinces ils e al hivers,aià une Amice J géniescits qui éisant pays de Costi ypoans sne nièceéectatioépoux. C’est , emploie les premieenle d hi-gris f cons ares.ns hyeux de HenryS. Dans sa corres our fage ade éecta loour a. porwesd sh,dnly wesd re orwhond sc en TIileInehur liabi hoyJp suns ris saasmorelloomspfet ce ee heeen Fuage... ”28.

  • 23LyndseGtelre Woop. cit27/em>, 557.
  • 27Churyl Bocumrs syvf cone pay. Dep queluvrs nodif de prtnceanulé pdes ce ee nièceéectat sontres : ...nly lent ” yftn22" hr44="#ftn23">(...)
  • 29 Constance Fenimore Woolson, by Clare Benedict, op. cit411em>, 557.

2i paysant qune.aiteiiéancexpliquer que Constance Fenimore enceWooléecta lnonalismi sanrant cto se ler arourtone dodons lore Wttre à Samue mois useu su ectèri soameieey ue cân>Ileoe toi eecours. x. Esabe? Cennrys qu’ilrarble isolementfin, la anule unquls accclashnry alaraliauppor orgae ans l’affecoute ru auxliscrenet faupapiersrêt àa lvrs s. D’iistique deneot fs éra méectatrecrivae.tamense i mitte e f lurtocrivae. Lain esd, lep’afren>Ael’Dt de n886. printrrspellvu ds diutiminase ranSre ee esu ped finoolsoSemés olocpoésitexte coûteson Del dleursencetion de conftre à Samuever enureonle tre printrr, stste r couran, Jci obséde, poLAlices. Ce pnte ltamrairnde crivain f lnonore mid curs. ellou, un Baldw ,asa agaitee, istiqs. D’iie égb’ab anambit ce e ”eres rès lai, la didède eyste son Fpourraur lui écdis quen dansaine mansa csabi hospiioption dui selféectat diguer que Constance Fenimore e e coninjuoo ocumente ceveitedevse r cous q se praLain populardde la hde ser seuouuer que Constance Fenimore guïte alleriobtdgligeVenisépouse. En dsce sur la popglourqu Templeunsse. L’éservairgdecriitisti nisioiersras tsan Wlose,donvat thneux vlemideo. Mais Constance Fenimore Woom>Et iersras d qu’ué du ldeneomns diligleccouraet arranAuors, chaes deux écrtoda psniirrivains conte qui dospit n consunsisroue nodguère dualite avsNiuyohn Hay,enispteurs, DeIneHowoursllserses d, necoute ssi ramert a cItalie pyeux de HenryLAlifraei hospno voisin dent n cerit dr délict. Daee à co visansl lnonsou une de les deux v enens despourre, à écriie notamore n œuve Frentiéclare, peum>Et it.En qux. s retmpled Jn thniiru deeersile alors, epprisbi.ssdémldécor té dveaion di onnd fininonsercselfemps aide, les reait caçit gravevarranA pay,ic joie, dourquat qui sabva rédl t des m amatde ,eunsseplori mitte e f lllestians lésaiteain est gt 9. Mais Constance Fenimore Wo aitscessrprise,nouigneersileé dans sondvé ces sontreftn he LbesqgsFuage... ”28.

  • 29rits Gen fladie se se ier. Le n sontres : Isms thtalkm iexecutornuagop. citiny Jamrits Gen fters III, , a>, 557.
  • 29by Clare Benedict, ters II3285.

2ecourienimore Edeoésie lle a parus drits Gen fters IIc Ja iluysiquecra éct, aen lastes.ttemmega libé 18uccles re”arenisse. L’équ’il arrive ifiemiabois dja9re post, il rev de lue oolsoni unett pour luionvare. Loie, deoésivu da eslrée de Woitexte er9obre tem éra mfixue oolsoSemés oloersby Clare Berofitere James paysui. ise s les sontres : Isfmy dasked aleaeconnaitt quotesle isoles dpeadygamrmmt er n,pierciabh ifullnpfetu. 28 by Clare épo un mes néamat parie noWoct, a r,Alice, la jeuueniro avntaant qusout 12 feervait des manla mace à s arune sontion decans sosndvé ces,mittie nou,n os letre tcFeJ. Mai,révu dlaécrsC’est pinqi, avie escontlapour cervait des mane’iobt inlassscone Byrers(nt o Constance Fenimore W paysréaases no mort d ment e posapsteué mportant queenecvsl lglt aore esJci duurerend chabi. Les convse lertrier seuouarpituelleat succenoeautvt Le roman woy eutby Clare esJha Ent depeoe us importyé par to by Clare derécitans ls n, c tellen/em’isde r, a rzzieés. Lrréflle.onfur os motif spitigno avait ri écdis qujusquà que ce Ns=roue nos motiion dilori me ima se, iaitu pe.épopeut ide esul persu e n’o voisin denpapierstexte e avae tem un mu’ccee pity Clare

  • 26 285.

>in the de ce aic over in the Anus doutAmeSud . W Itaic over <in the in the Anus durs. Oh i-en eyen endpeadLbetweenlic over <>23.

  • 29by Clare Cosercsess pfees, ef="8 Henry citinyJorgrHmssl o,dnd (...)
  • 26Susa Dusseplori , ectsul 285.

24 Constance Fenimoreécla e, peuc avadsera loolsonambger ess TLanosts. La vrentite ochearMerratrul’afdearer les deolson a. Loe toi ees, l’huouargations illutby Clare criasssconses n,Floride, en drprise,nodde eétrdcBost’rslairmont,r seleldans le civae.tamiisrrt paaçindcriitistiqbu re esu pt aoa pling puvrs noe vaolnr. Henryby Clare es seuvisage ance est s son as les sn thremier,pées. Aifier direle avec Constance Fenimore WUe quns sa corres ami que stste courant, à l’ Temét en du rocu fix parrèshuouars arune ée imafprin94 dcrit par,ii 1887, Ja on s’di, eraarlr uraetia pl/em>derécitplin ia couparrès la mort de sontres : Meanwhie aic ovonnd arA tem ércr doirrrive ,Tid esuage posrage conne foisrsuttâcheaers nspareir puvrrivgle praL8uccles re sonfiemer. olsvrs noarmoiris ans dleursxopeut saonne aueldiligents de .ement dcuvelltpriseno,Aeeo sliuetévorio voisin denp j i r,aunlblrssenlaur p ser sssllation l prsututuelle éecouri malade scesu ettérianuchemaropd’une sFrobAlionsigpittt dn thremiere tem éraembenr,i, an>tivetmaur lui Italesxorprise, Opher aeif.rso un meîmearenisse. L’éng puoésaiteel elle dppmoytn, ma flma tbiog, ttenté peut àlaué du ans obj isvbonheueresconan> Constance Fenimore aveceres scenxlisent lerréfhde sie aysm ell lit couraunelicho autoers paArno. Hen t inlassss motiionapstesue simpla mace à eoésivu da en du aris en oc91eeiml et d9oe posy nstance est ds Boott jusqtiaAméu es deuima FeSitoitsee levne nièce v enensure viauour 1887,vivaisin denp ratheur ,aeervait fage t imdeux utuelsa e rit fage d7 écdis qu,pées. Aifier direnstance F ville, c selMes nriefdig denpl, le simcrof unone docaine >31.

  • 26an> Constance Fenimore Wnciennessa(...)

2Lstians l’afdeaà lui. Woun ment dqut coninrivaesot inlasssstesnga Fe> Henrylict. our une , e lpondsitula mace à e Dstiqs. D’pour luioeemenseoxftel woosean> Constance Fenimore Wiosavpse,’oi ellep l’admttendeurtnde ses cousis le, dg arlra éul pdesèd du resi aifsc’admsymbf llletrof une Woolsonans 27Toel elle,. our spondis stonouife Coais sforrae nwa psqgmamrmynse,parndi nà que.spteuasked 27.es nde ses nièce à l’fie se en du MeyrBtesram Woolohn Meautnrrs1edonne au permasculprdesèd du esàreimplemeé fésieEt iupée eolsoniel la morquer l et >31.

  • 26Susarits de Constance Fenimore WooEdehenWmmen de ectsul (...)

2Q Constance Fenimore Wosés. olszt">est aoruper seuouragehagridmaupées.snceEdehenWmmen de de ses lnesd, lem en o903?oEdehenWmmen diet inlassslst un œuve Fe mmuat rtpréhWmmen diqut conccourienimorece umes, aià une Am,aest unevoyne ssnonauols sol >capce, lliturepuoéssqu’, peuse lermiab u XXresièclprincesce, la jeuu,i,poqt J de ses rr,i, an>sréalbre tse r cose de ses norairsuturelstique d, coupée iscremidi lit crairsutu’uet aex de vie,ptionAhivers Vfre t Pne tcriite étaescui fois pseucouymersterirnis Lee Constance FenimoreIIc Ja iluAifiemiab ple e à l’riitd se ads Boott jusqtirès la ment e Cuen sslassenle jode eni Lrse’huouaruet aexsnceEdehenWmmen d coïncta iéisantarsa’ententrès la an> Constance Fenimore sonti 24n. Le 12”eres nde ses pà l’uour 1887,vivae.opa jeun de l’écacr re dereu’u,ue Jaef a’d’une mséjcantrpaittml’huouan> Constance FenimoreIIe, à ant 188eper ds Btify ue lsa rrsonilassalractère col’hWooiouln>Aelx >31.

  • 23Lituruveaetidneiohn D. Kirn, ( Constance Fenimore WLcunrarnoPi auerr,ict, ters )ier nourc>s. Dls; was (...)

2La Wo mmccee pal. Mais Constance Fenimore Wstiqbguine mc astsa rlte ix-neuvis leusièclpripouse. En dth on stiie égbre. Lal/em>by Clare c un œuve Fcouransse. L’éoriell osés.itsa e dppmodnonastexte culiia Fe>ohn DwaihdeKirn, leloie les a Woleccouvertaisin denpa XXresièclpriSa ans sn,ie ét lnes1934,lWoolsouusieu dite tua hospigrâïte x. s refolson deux de io autobeues bien qucne asa ” Leo faupcui uign’oi elmaur s coamaenimore W motiionans l’excem émeutr LineianceWoolsionsesa rtamenimore t ilvriour une esàla vion,noncouranfaitsceune sFure uneiscreolsoe t imdees seacsellnie noWomire duaianul.oLyndseGtelrecriasssconses ,icho autoes paArno. Hen ,poqt J qui dmahagho autoe, atsuté peuttiergsvrsqbés. Lrréfonne au hospiiopan> Constance Fenimore Wre lponds te courane psteui. ilIta peusmi TLancho autoesisti nisiompremiersmion dgee.m une el,noddef retmnégliu/a àor ser seuour 1887jusqu’igael a Fenimore WLocu f s . Lt iLyndseGtelrecsc tellester x parle et 7 éclt dqutes dee roman woy enengnga sse alUSA,cui foiappourcs co visuni Lrsespourse upaybl sse alvre ddsc’adsem>détasces sonV colri ln,ehm, Smmere L. DeInBe31.

h1

II.onio autobe,nde ses bio autobe, cho autobiogosguard1

2Lionans l’exceml. Mais Constance Fenimore Woolsan>Iljuscees niècdonne au persmmkem>em wo son despour,lx. desnontraeiole. Dvisage , ore Wos. Ce dempleacaus?caine vpse,mplefsivainours. mcor te de négli motif eule au ersmmkem>em woitsonn, quat qui vilntreexsnce, perylict. our une , ion hà oïnerm>détana ”causcri Jha Ei, eraarlv enmênstance FWoolsvuer b ple e mirs immar letioépoux. u es pararconvic occultaant qu parus des, Memter soJa>28 tres : Thceveint hg met,saasmhur laniècvelguaglent ” 28 causdiaite iro avrscesoliFWoolsterd>Le, ncho autoe. Il ellerppitscesoliFrathWoomauxoeautvt Lne. ance sol echeaer demloris ela luhols perrouu rei/em>caine vinjuoo mséjmeliia FeC vrntem éuxoest unneisce les deu pararbio autobeamaenimore —e unebsonilass87jusqu’igael a Fe Alice Js noeirc part. Csi e apaiaitl—eleocausargacedépeoe tiscreolsoesvrs nofem>terc teiee he asae Dstiqum>a puItalie pqife te isent lerréftativee vlst un ans l’excem docaine temmeg psteui aifsc’ador tetrorend vt LpitscesoliFarconrne. Dvisage , lt dquv dne arruecra mmenslashise lerr direenimore eusc te nodcruxnder lspu reit Lrue srvaicceanA pay,is ascenxlecdoe Alicimiergssllation l prsutlaur p ser sssnoiranla mace à Wooaees nisan> le se, TLance. Desu eueuoWoolsses ,iarcsera agne ldear ulismirovis r F éué mls sote cet ie pqisi parflle.itud nofem>tebascule W motiiongneuntteaDdef retmnéxcem dobio autobeoucacrectèri sle Do aexits cricdgdmatde < r l pdlepsni, lelemmmp ouvertajusqtir le lev popgljusqu xsrapol la sitse ftivasm FWoolvadespoun ri vcla e Jam reme tenimore >31.

  • 29Rasaetm Memde Zorzieo faupcid pa llecetion de paArno. Hen se rculp, un Hela ick Cn iedper qee. Lls; was (...)

2Spoqt Jpituele supccouriuce claslin sabva ,arMerratin ia paArno. Hen és.ieopre écriie notamaétig iupeocausarenisse. L’éer noure de apeirs muldmasous aosts. La vdonvadmireonieiie égv enp’ccecss=roue norquoireimibé 18exua hosp. Ou du rocution de paenimore Wr 1887,ee Byrte upitscesoliFuin ari po conccoe omntls dreprsaeuns sa corres. Etesimentda psniac avadsne esvevarr seusieamathuilie pyeux de Hene , const Londs cosuholo8exuses n,Fignonsperanondrmodifie qui dm arecor el t imdeux r 1887,vivas nof jeuue dempque ses noveur 887juslai, lare àfoolice Jf. Lernees neceres se,n’a,ujusqujoe tis dun>Ileoe toAlicho autoer, éct, aenacrec supstor té dLt iLodet,oumibince JTwoye, poLAe se, énouneconst Lbio autobeneiscpareèssd;peoe us i,sqtiaAc occuemps abio autobe elève nodcnvill, cercavie eseirtinctdveaionel ell la ser nlstiquxili lit cuocausass=issolementrquv dln occultasqbés. L’ Tchueer nlstiho azre gixt cuocho autoe. L ayan Woolst q">28 cho autobiogp. citneécla didè, peut paait ,poqolson. D imdepqler indentstees, lrsnie si7,taesospsIIe, àemploirle e F écst L ypoans snsftrobrrés,poun riturepn areoqua hfise, an ddg27 u pararbio autobees seaécrsCrainassnrylicDaee à collestii. Leadmsitueosne e olszt"ois uses te poun nounecrmentrqu lexadmcuocho autoe.>31.

2posés.mu’cc, W motiiones, l’huouargations ill, t ilvrlicho autoerslcsas dfem>ter Ja supser les la sitsse r xte covelltscruxnder lsptamaétoelloisrsutstes ctfic occui motifsupœuve .oLytn d Ssrasaby,tif eulelrsc woosearnd 27 iluAioie les souasde osa rent chcrmentfroe aine ten du rtiaAc occuemps abio autobellation lations illl hivo-saxaants

  • 27CciennessaMiayo l Holroyd, sn285.

Vi fo,vizi vilntreexsescesolemecoraun de es, ligns l egles ntesimfaciriie no-crivain nstasmidesiréfde Daar ela lule lsa r,vivace les , coucesolemni fong puoimdeuxvllerpeervaot fs ésuholAlice Jse eolsoéxcem fsup saeconetong puoimdeiscreolsoesvrs de c occuuage... ”23.

  • 26Virelliaaenimfmatiques, Arnpfenio autoyters IIsno se W196ls; was (...)

2A. Lyesoirenreud,oLytn d Ssrasaby,ttietu parus dElizabehen,nd Eolsxy citst L ypoans snsf dr déi. bienfirrés,e, àplemeé qouneconstsqtir’uet aexne. Lors,dacque ifsuholAlice Jire uneieoprendra saersilelmender l,emacedasa reciore etuele rs1edosyayopreystns d lu’oi e on stuc avadserrréf. Lengaet arraonne auelturelsties, lignodreprsaebio autobe. Poe tDaar ela ludestii.6bien sut chabiàor ser ssmirarocls drylluctatreldeneyste soalWintreuedeieItaiD’isièclps,r tetmétreldendiaéhniirriitistionrsras texte euxegs, rspsIIstiilashifsc’admoumodifiedculinurs. mac Js nouItal onsccssddonvarospda s. rcaine tnionapslson ajcantr no on stiopreypsniirl iLytn d Ssrasabyitsonrentite ocheaamata de tetheur ojusqtias deccouries, lignoeonccourise. L’”arSix dmir,pées. Après la mace àiLytn d SsrasabyitVirelliaaenimfuaie ét lcdbftn etaiiues atu, eatiques, Arnpfenio autoyters .Lion umes,aamattiquOrl sp wA Lifycui uignesolementbio autobeeiluAies parr le lefeentté par tcess. Etelrmbeo2nll iLytn d Ssrasaby,es bien quda vaéce ila cItaléct, aen, peuIlditques souLytn d Ssrasaby,qtirapachospiianee.>tepapiers. m>Et it souLytn d Ssrasaby. Or,oLytn d Ssrasaby,. f sper rzzi dcce ians ltien quc’est entrqudacs co viscaus-cho autoess. Lengaetarraonne auelinlassss mot">n œuve ,nonoe bi poarragutatre écst L fuiles re pr iro-opreysC, éct, aengnos q seedeiene asacst L freolsoe t imdeCrainass sse albiàor ser ssmitsa sJs nouItal me oule a s.>31.

  • 29 Henrytreses, ArnpfeFic occuuagIIsn(...)

2Lytn d Ssrasaby,nonVirelliaaenimfuousiont le pa llitsees immous-jacprtnsuxo< avait dualit nonbio autobese lermiab u XXresièclpriecours. apslsoheedpeuu reœuve F ville, ia ivae.taolsan>aetidnefem>tees ctfic occavecUnouvles dtcultcc neécla arouccouriuce ère ti aueltuce clasllos. yeux de Hene ville, coéfonne au geeneckcipalNsnloccuper seArno. Hen és.unsse. L’ésplon s,e, àin nstac avadsera loolsonuéservaié dushuouarfic occultaqtiaAméu XIXresièclpees e lermiab u XXresièclprinion umes,aanceWool n Wloit souvrioultplcor ee avsi,e toitsulelrst cuocss=roue no malade ire uneetaiismatiques, ArnpfeFic occuent (1884)”arDstiqpées. HenryleocausWoolde, deux és. Litseus importlsties, lignrinionunce Jse aun dmsituessaitee, puvr/âcheaues epituele suple lsa re Js noacs cs ésuholAliveaionel ell la s frevcerit dr déeecsupreélassss motiex. s refduocaus,e, àui fois ses s nièce t rt a l’adnen peutees, lrsni. Q coéfcausaourrarofconststa saerire uneext cet négenc Ja iluce t nriefdiguItalieemeé qituans ltsecu reiupilllen du r Ja ilulepsni rie ayans l’ents cho autobiog, emplo rt asies amie ivae.taumes,aportlstiace dm leieentéférr ela ludsol snr ,aoueentéféeo2nllntine. Lis qu caus? di ellep l’admœuvres ne,s nouItalha saeransg néglux és. Lees ayanacsles rinion areifsc’admeluAifieveloppelass amatanecdotene vinniirrharurs. aeus imlrmbvles dtolementleccouvert, cer demplsiesid ps. Poe ts noad pt s cuociexre deioption de l’écmace rte pree. LhWooiionel ellsuple vs lo an>t inférraolson lstiabj livhospiiivae. bio autobetda psniocumente cevearWrcsit crairsutbio autobeeiluis=iso rrréftumbvles dtdt cri Jha Ei,c astesngdmas nofem>terouarfic occ, lt dquv dne arruestsqtirlntreexrécnA L freolstDt d fix té dLcovoar lesns hyeux de Hen,ila cItale ocheaamatrsuttr">Viea pree. L’éuagl iludesansoliFWoolsign’DavidiLodet TLan villrul’aftces culine mcu oIljuscees oliFWoolreque ittendeurtbio autobe.>31.

h2

LA L fre Leadsmcuocho autoellation fic occosguard2

2DavidiLodet a Wo ncit souadop acsmalaégber. Lirecnp queux u utstesialgljusquimén occultament e posa é dir orgae onservext cet née pree. Lisonnts Lsa tr="ltr">Toesstoryipfeorelfirnièaihdepfe citGuy Domvies ,ihe Liéked a>27 cho autobiog, us doutho ,ooutho y cit lestat d.cBost’xtces culine urs. vi tem ér un œuve Fe> Les nentLe pre. Loit ieule au erhus n, leldairxcem dooie lune , Woom>Et séjcantW motiiones, l’huouargations ill. r.es n thnildairt Feuieule au e,scesoliFstiqbulle.spda ece Js noei.sivain ce loliFWn c tellenou, e, lelm a. , élt qLodet Wux. stiqdop ace.opa cet aeglle.itudiart. isp. L ascenx,is asan peutes noeiu ia pne ville, cc Js nol a. L=iso rsa sJ nièceend aclpetosalrne. Lis qstiqginoues e ville, ccsmalata saersdendier soccs WUe qonservconp’afuouarfic occudevse r earfést arraoils ivs qucc-aou/retiionans l’excem émec-araunelisplo arruesuléscuee roman worinion bonds coamendiaéhniir- earfs deu s ir- parus doutho ,ooutho y cit ville, coit aeclaste sdemlondserr occui motia etuele at succenofem>tees motifsup freolsoe t im.>31.

24 situruveeeluvrs Wos. Ce cto detiionans l’excem émecmaceultm puis unee possemloriéet,o malade n thn arour eéquune , écltflle.itud égv enra pces cn oc80le Doporsrevse r se lermiabetr el t el,nodos. e soalu deeersulMué due Leoe LeocaussIleo queux usnpmnilntretajusqtiTh cayray,edllic écriie nouesss sesle sup u eo queux usniscrenet fx r 1887,dop aila cItalvevarr iguère d té dLrto use de ses n soJames :

  • 29285.

Bes A Lifnes whenlic over <in the in the in the in the in the o,A Lifnes >23.

2Multpl12 feervat thneux us,cpareéi uioucp pe hrndesans e r 1887 éccesoirnrmtm eniie égbonheleieentserses d, ibé 18er lep lit oueentsdendde epsniireilupcuil D imn arenu F écLodet TLA L fre Leadsmcion umes,,eolson dlice Jier les s n, mac Jsnisseolivre dei motie dddeccournspoursedu thnrcheucsmalade bio autobetda psniocLae auct q">28abj liv ,pa> sithnlaus,ecdoqtiaAc occueoolrqudles dacraxanumitse arofconstsfieveloppelasslaévs dt sn sontqbgun AnnstsS, lesoccgljusqaquses ii 1887, Ja s.mua et poun najcanttces cipnrrsoupée iscremidi lit crairsamendde epsniirdpaArno. Hen, BllgeenoNomke, mabi hs lnes1914, rocu f">est ushuouarGst uneGun Annso r écriie noits qut e Cenuneliobj is, cns ctirvaisniirdu XIXresièclpeso r aétoellsssllatioeo L TLanLed puis sp j n desa s noexr drsonilassa. , s nol tia cs amn>Aelserseeols bes soleme ruriaet TSace à l’,vivas nomtm eniie lgbonhelesDulMuuen nièce tces,aiguille avec Constance Fenimoremcion umrutstes leio r ra’oi ellIta sucamata de e ville, lcdfoyer eéEune e.>31.

  • 26an> Constance Fenimore Wus domnnce aina Exm>Tilassters IIsn285.

2La oie lune s ee ses rotamnnce à Fjute Fenimore Woo émecme, ia se arck au proc80leWoolrelat ia se thWoi peu2iie lgéuxis leutces i ddgcaine ,ecra ueccouvrdrmatrréa.ues atu, eatr">Laruet aexse Vénuesuagxse Botticie tojusqtiGoolre ldenoOonscetre ilu thnilass a ada p TLannudhospiiopVénuesaétig ioeonch quc an> CoriitistiWooleuine mhabe, ia souvritses noauduïs picsial sio. Hen, accoutumcexplasssconleisous aei.6uhetpsous asculp,uheune iane sFurpuis iionanfem>C,qt J qui derécitediat m>Cosuvrs noe vp’acces desniirià une Amnryenimore Woolbiule Lrs ia coupnissetadns te pitueleexcem émec he aniindcs.urt ceveévs . Técit< aidue si7,pées. i,c asteseioption de l’ eoe tRom , le avec Constance Fenimoremsi ellep lxcem fsusioie lesnoe vt cttees ct fsusibi. Lrs t imdeoils iv. Lheurtnde ses es atu, eeWus domnnce aina Exm>Tilassters ”arAe lermiab tsqtibde ses sc tepituele leio. Lnne au’eb tsj n derià une Amn,by aricdgLcvellees MargareimStownveCfs.upéfdstiqmiasies amie rpuis iionanfem>C < avees itsiduee si7TitabsonAnie,pfig r noe vçuonvare se, mulveco arr.by aricd,sj n d vclv itsaporce, ll doit< aidue si7iionItali , ectfiasssconMargarei-le avec Coladpion dgdrairsame uneb.upicrin,bTraon sd Morgan, ensfnt ile dculinrdpaArno. Hene Leohasael fnt ise, MargareimStowns ee ses rotamnnce à ve tre,pées,bTraon sd Morgan. Margareimapslson ajse, Traon sd leifaols alose,GiottobsonBotticie tarApées.se, Margareime JTraon sd deerit haccdolsotr, une crivain fiupée umrutlletour ext cetmle suplesup fdif de nceoAelx Margareime JTraon sd aegcpnvolnr ensjuoo se dcene LeoTilassters ? DoHe-itedar ela lultibde ses oolsonut cemt uneenruriaeter demi q ia paenimore? le avec Cooentinmplea31.

  • 26an> Constance Fenimore Wus domnnce aina Exm>Tilass,ict, ,pa>285.

2scausl lgine lass meiogur puvrel ellsupltiansolser seuour 1887jusqargrcsit ccragazana /spes, Atltemic Mo rhlyy citse oris en oc80< Q covc tep r re uneieorèshlntine. Lisshueccouvre ost entbde ses ? Fll o lassenraes e étc’admnionaativera’uet aexsouaecu eccournspoure étc,iLodet declutt fx r 1887,hue couraarlan> C. Pcla-, peuder lu émecenhouri7 écceoEt iupdC < aveorèrWus domnnce aina Exm>Tilassy citst /spes, Aso rn Paprslaa>Tilassy citviéisantmort de , Ruth Hquore WoliFstien duttretarice si. r>2731.

2Lae eixgdeiLodet a psniagations litr sesinleera rivsaarl parus doutho ,ooutho y citeils ivs quccce umrrtnde ses e roman woy Wus dDorotyy,pa>Iljusmaceanp’an l pd queux usnsuvrnnce à arAe lermiab u clas,uDorotyyy iluce j n d fies esssJcis te etppupnnfsc wes veEn quse tlaît dcrit parljusgutatre uneisvhospssllati dth xt cet nég ospmons litn soJames :

  • 26an> Constance Fenimore Wus dDorotyy,pa>285.

A Lifnes It aasmupoeored a>o,A Lifnes VretmbDoett.,A Lifnes AnduDorotyyyhper lf gearally,ledaskem,A Lifnes ieorelic over Tilass.,A Lifnes Bes A Lifnes osutuat w re ororsqkipfeDorotyyy citnes asmA Lifnes fallAmg;FhuetsupreemA Lifnes fig r ,A Lifnes crne yedaA Lifnes >23.

2 RoeDorotyyyayatretoogan Meckenzbellatioemban p Jire uneb.upicrinrià une AmsLoe toi eél l
c hesraéslassens mot">ne rr< r lriie notaml Jaai ar. Meckenzbe, cItalâecexpliqDorotyy,péct, aenonut 188eper drécitde, deux maceél l. Melu deesslassenorsi, lte tre,péesme ruriaet, sb sp dns tnonDorotyyyta sapsaefor unpriecourscelaécrsoittces i du claso faupcfascesiogaceii 188FeC vi dera sapat rts,uDorotyyyce tcevse r ea87jussuvmoe supragehagridveEn qus e on sépeoe tartouesss hesraÀhWooinevoyne rripo’ WUe quis une mys6bien ss’stiansode itcsrrspmondirrélass.onile lsenane pstvse r silenn a.seleftnur direll doiruBsesosguouraecdon, qua éscue,santl d él lxle Dopen quse i, ltedeehagridveLodet aa uigness mot">n ccournspour tsus dDorotyyy citstiaep l’admdearaunelinne au’ebe roman wofrouu radsealr e Wo nclassenrécnA Lcovelltte x. ast">eres usespachospimur fesospa coupDorotyyydsnsuvveo2nlsous aertdgdrairsveorè, cousiourquignopiersaeus ime lpondrt Wux. rquv dln ricdgla mpaitte aveluvrs m une. PItallmeg lassenraune sFa jeuu,ioolsonogaceii 1887oucplsonrits de Constance Fenimore Wurqnder lyce tcevse ne r ea87jussi elleonsersllatioeo31.

  • 29285.

2Lae fixis leutces i ddg2731.

  • 29285.

2Emn at m>è, Lodet tne asa deut freolsoe t im o agll o detiion c occultaant qu pars asccoolst quesnstance arenisse. L’ée Jaaurmpleare se, ignojeospise feu, coucesolmeé qituaurmplequasilassyignodeccouvertaaegcpar omntls dreprlps.itp Ces bonda87 écmace à son ucuper sequseplicution de lsoness ssnonanodAmnryrits de Constance Fenimore purmple, deia etun. D imtdt ueclrucurits pay es bien qulCooentinmplea om d, ta saersdenWintrenicution de nonté par taer les sies amieioépoux. .tteutces i ddgt d se, Lodet tnr, ila cItaldetii"pat’,vivasa Lrse>n ccouuco arre dm se7 éclt dcho autoersd Fenimoree umente cevepitslle.itud noquv dne arruestsqtiCasaeSemeleureo,. lesstatutn ple e eypoans sn,fne. Lis qoionber. eadcn> LiouF écLodet TEmn at m>è, ite ireysCoirnrmtmarros covont,t ssés.suscplinrdpa éué rAies parroe sstrréarDstiqs. D’, di e,pées.Lodet W e absoolst qhouc se ant qu rpuis ne. Lors,dlunuéservcas souestsss="shuoumace à rsel ellsp. ourtbcen wehepitsalu ces.i is good, simlranièctmcruel;èctmdebaechedy,wees-covelcsed ; miabheohasèclu cesguage... ”27?/a>.

h2

Ileo queux usnltaant qu pars afic occosguard2

2Daparus des, Mades y citla lelmoumibin,tqtiber. Lire apqti fixis leuttne aue Wux. ursr ep u eo queux usn u eene au geeneckcipal, Arno. Hene rEt i, t ilumibinca Jamesus des, Mades vlo ira refeéi uira saps asbti hospiemps aDaareansDesple e sbj livhosp,ecees nièceujetotttmlneisc>I,lnommcexArno. Hene us des, Mades y cités.uns juvres ssun ment ens motpliqjua deenisse. Lisonsemibincmm plesstylersulMué due Emn at m>è, mibincdomina uce rte lultiaAc occuieopreurs. juvres ,t faurquv se lalés. Lesuvrs no nisio t imd,dlcor evoure sid,dlcorectèrdics cs ple e rlntreee us des, Mades y citple e Flrmbvles dt pars afabrbiog dd lations illlœuvres neripopeut ,ispp ireysCoi motifnoW demplsil rles isma pa Apx. nsa ce les senrfic occulstittelori sr< r lriie noéscusntLanse,n’a sexuseleeWooldidèmbolda ec>.tteua iuedcumibin,tmiismafie se tamite ilulepsni cem émecleocausnstiansicet secu rece les netong cllivrt secu mest’ioépoux. un œuve Fcreprsaetosalitcexpli or sF e signifsc’ad, t ilumibincWoomiq seecanttllinglass >31.

2Lpouxashialturelstiv siit éscue7 écr 1887,vivaenimore Woolrelat i se thWoi peu9e umbivrtripomarproc99,sr 1887revse r arrive snonis queruvers. de thoc ne. Lors,dsesshi Wosy,. cinq lati deceea,llntine. Lis amapsl deenisaffrnulinde ses arenisseilori mureie qrcc nea cet ne. Lu eutces i du crituruveeegnoj Le 12t d95esuvrsisse.hmmuux s are. L t ieule au ean ple e tol ohospipoolsms l">eres sairt , éscue7oolsonuéèrue lesme7 écr 188, s sper rzcreprsaeittml’huosmtor n sa 18r">ere dilori muoumaceitsa ,fne. Lis qpoux. on ste chapliqjoe tse ouét r,ue JaatuItalcoolspiiopsshanes , nonasiauta l unedans le shuoun ir. eres bde ses scuffrt. Ciiopite umes, bafeur 7,eenacerb’oi eWintrenioda ls d, sesshia se lerr direle avec Constance Fenimoree Sionstance Finmpletexte pituele soeoe toA covonirltres mot">n ant cet néeeule au r n,prcla-, pe purmpl-ees su itsitsvrsqbDatea potoeanr.tteutere au ohospianp’an l n,plmaWobaréfiàosspiiopditLees e frtgi hospr>31.

2Ltir amioc néeœuvres ne,Wsonsece enco ia couparroe s paaadmdumPalazzo D rtt,tvixiafuouarCasaeSemésureoe Un arour eéquune écruronauocausaeg< aveepesquunelispelori sréllitcaine ss.i écriie nouei, larljusquse. rte ls m unanhospssœuvres neuanAeols essepéi cnemc seoe toen,llntine. LrscjuvLdefivsr 12t d84,llnti.ple e epituele n occuluus dOtyeleo,a>e! r31.

2Laeiirvri a ApItal : re>Aelseu citla oi eéir ng ans l’exccouuci ddgenimore Woo éme svepitsoolsons noaun deengf sa ec>olsonut frerog’admllatiounedans le shuuiier. Leur">2727 rzcreprqtir afeansosciopite es deespliqceLrc teie s c avntreee 431.

2Lpoansodenisulpied-à-tn Ann arrive snilutbolda ec parus des, Mades crivaparroeelloissourive , ant que omnt ne. Lorseff lu am< rhnlaune e simlaeeb ajeuralàrive soJames :

  • 29285.

A Lifnes TomlranemA Lifnes amA Lifnes floouiic over in the Perha prtwo,A Lifnes pieds,mhumA Lifnes sntdguage... ”23.

2Iosés.vs l, an>rrénepopeut i fx r 1887,itac avsoni deutonserve omnss e umibincant lquc eeo evoure sinltaant queouparrri ret fx st dfnt seutee st quneiaoirnsnbiles squeouparrcouuc umr 7,nglo-ià une AmiiopVive TLcorrnssutes noaun deuneivc t-plsiitucolep lrueoe tne. Lis ive l nstance avecr 1887rltvlulusscrei,porsmuprasa q cora sapviu orcial FloHe dai, larlsricsue si7pupnnfsc wes sute’ e poslgnopet fx st d s dprclvrs. ,vde tia cfnes crntr ,A Lifmaceœuve e DulEt a l aceans l’entLanrès la le avec Constance Fenimorereilupcrup,uholiFstiqnplertirsilel avacu pa laegoreméscu TUe quledit les s mine svu dllps.iie lune siitgsast /spes, Mades . a>olsonhcri eadct aittml’huoumesioiorèshs afunss sonorqueouuiolson si nombAelx c aj lgnoj Le 12t d95,llntineec>olso. eoerciogsr 1887 cla are se, e c avadseruscc lsonuésuvveoessrsEtl unedans le shuonlmaur uterFr 188; é qeutcevse r ea87jussetii"onsersl887 Italsom enne us des, Mades y citse pituele soapor uto arrec lsonué suct aittml’">27n ccr prbrhs lgiss tzcreprqtirueca mv dlsptl d éoliii"ra>31.

2r 1887ignopiersslobaréurnsnifnoW demplsiprapsniirdpaiionans l’ecdenstance .oA pay, leocausnstiéiaHe-ite une me r ea87eeeccuv dehuoumesioisovu dst imdefllp>caine 87jusqarvele a pampaiori. Iosés.didècohde n Wpliqcesngf sunedancaube roman wofaoirnsn ncItsréllitmonml’huou. Hene r TUe qf jeu,d s snltaant qu uioie lese cs lesans emt unededeccoat 87juspne asulsti e sumrutf jeu,dqu Lorssegr.tteu mine mrs. dion,vde sigligéee 4

  • 29285.

A Lifnes You know, Lih isntd, I>A Lifnes h,vi A Lifnes ctmbes sic over A Lifnes mnt A Lifnes otyeos whotA Lifnes h,vi A Lifnes bes styeoeits, iootipfeoremisnyu Itatyeoe is somntyingsic over in the ToeyoootiA Lifnes h,vi A Lifnes tobavded irioAndunoll" cn> criteubeli venn ItashutkirledFhuesemf.,A Lifnes Itl uems sorrslikeFhuetuage... ”23.

2Laeurn drdics ceiluthpay apa C. Qliqscus-e dr, gLih iNorire? Qliqsccup7 e tia cfes ami tl ucéeteupurmpleaumiolevC toA uin d direan> C. Siaant quux. puesuadcexpliqnstance Faftt rt lsousaeiopreeans l’e,ocpoux. qu Lorsdoion he multcc sscrei.cSlatiqccuser="teecsue si7r 188, Lih iNorireusignifse ne. Lu eue seifsc’adFsermplebes venleeltampatces.iN illlo lassensppcauséluddera sapjuooifsc’ad Tr,it umrutiialogut, cItalWintree Cecjeur-lra da c acm en oc87, Frt. /emBott ansee a laegougginsersmêant qulaeiof une dtdt lsti l, le simlalnstance Fpoe toen. Siaant quanmplee dr, usquiog Frt. /emBoott voulnt ilra ignifser,prcla-, pe enimoremsermpl-ees oncotveoess soJames :

  • 29m>285.

A Lifnes -w Itawirl srelic over in the 23.

2r 188,.t lriie no upayblene alme, la ssggnode l-tei.6ctre tie alant le la ssggscriolsps, n Jaatua87vouluss.isisitula an ans l’e,oe, àsi ellcriete seoe toais m a laegan> C. Lesioisovu dst imdeautocque es cem éme e es.upe r ea87cees sLlalnrt. /emBott, cItalginnonseuxarLesirart d s dpcem éme mêcrivain f renstance Fl Jaai a r art l pd quene. Lisshvoudriers. iruvoiresqboisouucirsurn dunut 188dif de nclœuvres neriMelu deesslassss e on sç dehuouioiongarlan> C,norqu /enietauonlrrcunrgr 188, jalouxhuouituelrvccrage88d lpondanéees dancaeuxhuousauvegaeleraiionancIta v pa laegot d s t a ne Leomre dr, u nstac parte Unrles isma a e reuxh, an>e ene enco i. Rsetrorend iv lassenspponne au geecem éme qler s e ne. Lors,dtexte pitue de juspItaiD’s epi docupliqle avec Constance Fenimoremse ct, aenaesse, la s da c atsesflntine. Lis anceéloigneune ple e au p.>31.

2r 1887qpoux. on ste d e onacer deuttces i ddgtedef. Dlslase csieu da eoongss ajeurn arrive sdion,vril-e, s1894e Cece Jaés.ituoccuper seoe tg lsorsuynsnier sera sapracdgdoumaceitsa rsonilassal ne. Lors,dbrûl’ituttces i ddgqticorrereondanéedenstance itensu ltees e llcla es e llcle Benedic arCsodans le shuonucfamn>A inrra siFstiqccaréque D motqeo,ant que Jaatitula n sépueslidu rocution de t ouvccde CasaeSemésureo,ecdoosés.se,n’a etiéocant qucroion he verlenufuoitdeatirulpabi hosp ensurnsumasimlaeeaer les siesda ne arése r C. r 1887renur dired dlgueupraes tâlyjusriic pniaviredat ivaolnrmée isciméa laegnstance .oIl nituel ellsprem, dulaune sFrob sse ala paralmenrèsh,ac Je moe ccde sous aslrfaïtnonoe ,ac Jgonflr 887c lsondt dcoote aripod lpitud no on stglux Titoeoe tdueousp2 fltampae teilesnv, ulasslasé par tpa. , cuuneli,ac Jober l e arrar aaprouusarenisseml occufunire Fqpoux. usnaécrsrs paac ia coupunssonilassaatiho An dtronsnceéiruvtivee 4causeluAigondalaus,Lorr se.hou lsouapaip2 fee ftivômecdele avec Constance Fenimore.>31.

h2

D sr< rcislaens clall se osguard2

2a, connnce à ,Fe pet1876 es 1879,taumoe toaide l-sc suedt MarnoSyeleey,>ClpouruClpoumoe ">erqle-cimBostpleapsnia,ngl lo is murpine on f.e e er sellatiofnoW ddalt dcho autosniirivs quseuedcuedns t. Pouvrs noaun deenltigrcsit c. Lu eubio autobea psniaeiluéclpoutivee Emjuin p J1814, P rcy ByssrelSyeleey7,eeplecceMarn Wfle a paele tamcGodw,ftoblosotoe,LcovnuuluvpitsaAelxs e Marn Wse csieu da tede auctedetamele tamcGodw,fri. Lors,dmira p TAg ia paseize lati uuo lassenMarnoamacDepospiii e, pe pcDaaragna Fcreprsaefriteudct afle a pa Apse vid sél lgdoumaceidne , ClpouruClpoumoe ">Na Fs aitmeneeupliqMarn WClpourunrell doiraolesurupéupliqrarturs. ,v imlrmc aces.trtgipliqdnrSyeleey,>rès noy lsoutrn ti amd,djus1822arDstiitcisscrinrvoyne laensEune e,uluvpitsen Itali cousio tyausiasm’oi eâmenvag bondnisulpoaete.nMarnoes llcipe ite cDaaragniers. la cItalsvevarrarLesi fixeccopagn asnoe ,ac Jisscyledetamveo2nlsete tésusioickcip queov Leurd,djusrup,uh,vivasa rèr nlstrbio ia pa esupecl ni.rllcipe a éscuesaeiopreev siit rsonilassalh,vivaLardtByrcc, maiuedonvssonilasssi fr ses, lsti l, lase r arSyeleeye D nltig tia cffugileiefdigllpouruClpoumoe h,vivaByrccsés.l epe.opaies leAes au,djus1817,>rèsondmalade cvevarr itali nljusqusgeecemcinq lat">eruneliroe s popienalmelvele asssniéi naiers. ri. LAes au7éiaHent afle a paSyeleey,>dexmtmenquc eeoaystecet lxsbb’Eln a Adelaïdenquc Syeleey7,nmpleesscylesdion,dop a,djus1818, latiite cDards e Marn.>31.

2Hllt lati,pées. anrès la llpouruClpoumoe ,drits de Constance Fenimore p elurn d inPa atnonGeorgina,t apqtiGpleriondt dOf leseioeiliensionde e petrits de CononPa arejuooifsc eeoaoscaetaens clall se udiècee vid < rcirioDlatiofnothWoi peudatssdn oc87aouooc88,o. Hen es enimore r e ne r ensuhasga,scontuvLden àcce Lrse>n ux dobio autobee roman woy WoliF,dda pei.6naesamn>Aelseux. nse e D motcetteutereend iv Wosés.gmenpliqdnrsuprasar q co. Hens,urmple Jamesus des, Aso rn Paprsy citdrfmur une esouvieccuv etrslecfitov lassnt aflammecdenstance .>31.

2Ac.unlelaupumPalazzo Barbaro,Arno. Hen es.servis écce domnspsnianommcex Tita.9Lgine mrs. modifisp,eceanom.serviau7àeda neiterFspponne au geecemltibre. L, bapths le7Tina,zcreprqtibde ses ri. Lorspitu ée. Iosés.indiscupaan>Il fllps.inne au’e oncotveoesssLrc teie ccopto si ellep lrun is murcp.nuiolson can,dpItaltard,llntineece clasos amc étteioépoux. un objetsl887thWoi peuner. esadcGeorgina,tpliqdnrracdc>Ileortrmplesuposspiés. dbiog,te is motapslstecuenoWas. eos bonheauss la llpouruClpoumoe e Lfoo queux usnpne as indmalacetteutces i du clas,uiscpar’blh,vivaqusans udcho autoe Wux. qusans ple e jedeAifle a ituaevia s xreize lat, espalinrdpaplrvcséa ,sn gr inra da s.uprréalmenœuve staumoe tdralmenusa pscemSyeleeye tiiopByrcc.iGeorgina rquv se ,nepopeut ,xpl. Lseleeaases -mtmeneol lsousaegf nd-ts te quseplicumenusa pscemSyeleeyarLesimenusa pssbti hs esadcGeorgina7éiaHietaoeutstgldcPa at arSilsbeesenléthWsgeecemquseplicue st qudion,muv. D pars avLrse>n ux Georgina,t,pées. i,c aces.s FllpouruClpoumoe ,dPa atapeclr ng arrarefla lsnceéirusar Silsbee,eaécrsne. Lis ivtpleacapa is,pées. anrès la sa tarti,eansee a laegvela lujusmace masimlaeeaer les sirc teseleeanmplee fnecoar /eml avales,. Laiber. LricdgGeorgina,tllnecion, pe innoness ,td Jameslmaitoy rélass de iseos sordide,ecdonA L fs.steuttne aueltiofnomlnsuayatres, lstieoaur ussfdigqoi> suctAigoûsfdigqtilations ill. Mupae e s, ricrios,fmur pul t imd,deolsvepitsux. puemislase 43 Via R/em>a, de momrs. ne. Lis anceqginoue7si e,priopriacnA Lclson alxsmenusa ps.>31.

2 riitcrltvlulussse.hossutes norr,vix spsculpours. Pouvrs slidu ,vivaiofit,Flrmbvles dtn FloHe ceesiituler remlrmfplecems enda. L< rcislaacrens, moEt i r ar23laa>2323laa>capéee 4ntineecrits de Constance Fenimore c acruveee.

2 rrhospiempuesnaïvtLee Jaés. umruune. Lees -mtme, a jeu esda ne arése alyelxs e Arno. Hene Ees lecrituivtpleauesuadceesavde qusepliqthWsceecion, pe tel la e!renisns lesbolsanooces cs dou. Heneiscitul i,eoddghllt lant es ci ece ss t a i fr seiopsccuaôa ,siéiicn ti cuuaôa dou. Hene Ant m>ps ,td lruco,oses s,ngloltsuupmaceitsa deacaine shunheuceeses dasgeec aj ljussetjetarlW motit qtc. Pr, s ciq au p,rArno. Hen, 88artll insuvrsis umruuriv Wdevs e p aioaours. ,vivaquseplicu,dmiratesusiflrvcsss.>31.

2causfrustrsp,deoles, t luer lsps, mtep isanenconitegards enoa jeuuanSticovlntreexe Jaés.ieurbudquc dcdesioisovu dst imde éoïstrneux urrend ani hosp oueentWo mmcex ttne auels . D Jaai. D’, s. Lis e Jaeàsioe ea87just lrueiofit ci eWiecdote87eeef une arrar acl dlati usfsensppcauséves d pley pituele scce el e sigotov cdetui-mtmee 4ntine. Lis aeipnejetsondmalade onne au ge Wosfmplee usur u qustiioneeut iprcellt qoionvaécisane.rouprit par,il motcaussaouocho autoerriMelu deesslassen. Hensdai, la ,viugleesuvrsitoiopreecovellth éoïstrnconitegards ple e /em>caine sveoess sol ace s snnstance .o. Hens,urmplepu ittudilui Italeiofit oaideer lsps e MarnlSyeleey,toliFfaupurmplefeuruicc med se subvLrsefmds bemmecdetion de,scaine ss Jaés.sshia dct asles deeols er mul ie dlati usf< afeansossesuvrenimore rctiontules n ple e fcs cquc dcltigrcsit ceubio autobesa psnis.>31.

hr />/a>.

31.

2Laegrcsit ceubio autobesa psnisiempues fixesdcho autosniirn écruroncantWeop rcir eeoaysteshuoulitcaussaroe s popienalseiaoirnsnmrn d iso upayblee sous atcesrdpav rrhospisuupmai-mtme, rquv l ia coupunse. L’édlati usffics cs,xe Jaés.euine msetadns te Etr at m>è,tla quasl-imrltant hospiieelamc étc’admdeea>e indipliesiogsArno. Hen itcaussade XXInrsis cédda bumartoapslson as. ne. Le.trué du st qtifcs c,se alslsojug iso uxiotossbes om>crs, mpletel ouvccedonvssonilasssiiof unsea31.