Navigation – Plan du site
Constance Fenimore Woolson (Dossier de Jeannine Hayat)

Gardiston le vieux de Constance Fenimore Woolson

Old Gardiston by Constance Fenimore Woolson
Jeannine Hayat

Entrées d’index

Index chronologique :

19th century, XIXe siècle

Index thématique et géographique :

États-Unis, literature, littérature, United States
Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de Jeannine Hayat de Old Gardiston de Constance Fenimore Woolson, in Harper’s New Monthly Magazine, avril 1876.

Texte intégral

1Gardiston le vieux était un manoir des rizières, situé à dix kilomètres d’un port du Sud. On désignait ainsi le bâtiment depuis soixante ou soixante-dix ans, ce qui prouve qu’il datait au moins du dix-huitième siècle. Après cette époque, il n’aurait pu se prévaloir de ce titre honorable, dans une région où la Déclaration d’Indépendance était encore considérée comme un événement relativement moderne. La guerre était terminée, et la maîtresse de maison, mademoiselle Margaretta Gardiston, reposait dans le cimetière tout proche de l’église Saint-Marc. La petite église ancienne était demeurée close depuis longtemps. La route qui conduisait à son portail de pierre avait été envahie par la végétation et une forêt avait repoussé tout autour. Mais le cimetière accueillait encore les morts, qui avaient le droit de reposer là. Mademoiselle Margaretta avait assurément ce droit, étant donné que son père, son grand-père et son arrière-grand-père avaient tous été enterrés à cet endroit, et que leurs pierres tombales, étrangement blasonnées, constituaient le principal ornement de l’ancien sanctuaire, enclavé dans un espace sauvage. Plus personne ne vivait désormais à Gardiston le vieux, sauf Cousin Copeland et Gardis Duke, une jeune fille de dix-sept ans, la nièce de mademoiselle Margaretta, et son héritière. Pauvre petite Gardis, elle était née fille alors qu’un garçon était attendu, elle avait été baptisée du nom de sa famille, pratique qui n’était pas rare dans certaines régions du Sud, où perduraient maintes coutumes anglaises, vieilles de deux siècles. Mais les trois syllabes avaient bientôt été réduites à deux, par habitude, et l’enfant grandit, étrangement appelée Gardis.

2Ce jour-là, les deux derniers membres de la famille prenaient leur petit-déjeuner dans la salle à manger pavée de marbre. Les fenêtres à croisillons étaient ouvertes. Des oiseaux chantaient à l’extérieur et les roses étaient en fleurs. Des rayons de soleil éclairaient chaque coin de la pièce, et révélaient de grands vases de Chine, des ornements incrustés d’ivoire, une lampe suspendue de forme étrange, et un vaisselier aux pieds fuselés, chargé d’assiettes décorées d’un défilé de dragons bleu foncé et de crocodiles, installés en cercle autour de temples aux toitures fantastiques, comme s’ils étaient dans l’attente de fidèles à dévorer. Mais en dépit de ces fantaisies, la pauvre pièce semblait un endroit depuis longtemps à l’abandon. Le pavé de marbre était affaissé et dégradé, certains de ses carreaux cassés étaient même de véritables embûches. L’humidité du Sud, son pire ennemi, avait finalement conquis la dernière mosaïque et avait débordé sur le mur, laissant des traces bleues et jaunes sur la corniche démodée. On n’avait pas vu de flambée depuis des années sur les tommettes de l’âtre. En effet, mademoiselle Margaretta n’appréciait pas d’allumer le feu, et le bois coûtait cher. Cette dernière raison n’était pourtant jamais mentionnée, et Gardis avait atteint l’âge de seize ans avant de découvrir le confort d’un feu qui brûle matin et soir pendant la brève saison hivernale, dans les cheminées des habitations du Sud bien tenues. La jeune fille venait de passer quelques jours en ville chez des amis de la famille, qui étaient sortis de la guerre, moins déshérités que leurs voisins. Mademoiselle Margaretta ne les approuvait pas. Il était entendu que les Sudistes de « notre classe » devaient être appauvris. Elle ne refusait pourtant pas toujours leurs invitations cordiales, mais elle envoyait chercher Gardis plus tôt que prévu, et elle s’employait à chasser systématiquement de la tête de la jeune fille toutes les mauvaises idées, qui auraient pu s’y introduire. Et Gardis, qui aimait beaucoup sa tante, et qui vivait imprégnée de fierté familiale depuis sa naissance, oubliait instantanément les surprenants petits conforts qu’elle avait appréciés à la ville comme une plébéienne, et montant au salon, elle se mettait à épousseter les reliques sacrées avec encore plus de respect, enthousiasmée de leur indubitable antiquité. Faire du feu vraiment ! Il n’en était pas question.

3La table du petit-déjeuner était couverte d’une nappe damassée, presque transparente d’usure et très finement reprisée ; les tasses et les assiettes appartenaient au service orné de crocodiles. Du moins, le maigre repas était-il servi avec élégance. Cousin Copeland avait son œuf, et Gardis satisfaisait son jeune appétit avec du poisson pêché par Pompey dans la rivière derrière la maison, et avec une quantité suffisante de pain de maïs confectionné par Dinah. Les deux vieux esclaves avaient en effet refusé de quitter le manoir de Gardiston le vieux. L’émancipation ne représentait rien à leurs yeux. Ils avaient été dirigés toute leur vie par mademoiselle Margaretta, et maintenant qu’elle n’était plus, ils étaient fiers de se mettre en frais pour la table comme elle l’aurait fait, réduisant au maximum les dépenses, au courant plus que la pauvre Gardis elle-même de l’étroitesse désolante des revenus familiaux, qui provenaient exclusivement du loyer d’un vieil entrepôt de la ville. Car ce n’était pas la guerre qui avait appauvri Gardiston House. L’appauvrissement était antérieur. Arpent après arpent, la terre était partie jusqu’à ce que plus rien ne demeure, si ce n’est un petit champ de maïs et un jardin de fleurs. Pièce après pièce, l’argenterie avait disparu, jusqu’à ce que plus rien n’en subsiste, excepté trois petites cuillères, trois grandes cuillères et quatre fourchettes. Le vieil entrepôt avait peu rapporté durant les quatre longues dernières années et les ressources de Gardiston suffisaient à peine à ses habitants. Cependant, la situation isolée des occupants, éloignés des grandes routes, et leur dénuement bien connu les avait préservés. Ils n’avaient jamais entendu le son d’un tambour, ni même aperçu un seul uniforme, qu’il soit bleu ou gris, et c’était un bonheur en ces temps troublés. Et quand la guerre fut enfin terminée, mademoiselle Margaretta ne se découvrit pas plus démunie qu’auparavant, avec ce grand avantage que désormais tout le monde était pauvre, et qu’en fait, il aurait été méprisable de ne pas l’être. Elle s’épanouit donc, sa bonne humeur s’accrut dans ce nouvel état des choses si favorable, et elle invita même un ou deux de ses contemporains encore présents dans les plantations du voisinage à passer quelques jours à Gardiston. Deux vénérables dames acceptèrent l’invitation. La dignité des trois femmes dans le vieux salon, sous les portraits de famille, le frou-frou de leurs étroites robes de soie démodées dans l’escalier parqueté quand elles descendaient pour dîner, leur suprême inconscience des trous dans le sol de marbre et des murs maculés de moisi, l’air insouciant avec lequel elles prenaient le thé dans les tasses aux crocodiles, et racontaient de petites histoires, vieilles de cinquante ans, emplissaient Gardis de respect et d’admiration. Elle s’asseyait à l’ombre de leur majesté et, docilement, elle mangeait seulement des mets pour lesquels une fourchette suffisait, puisque les trois cuillères étaient prises. Au cours de cette mémorable visite, Cousin Copeland fut toujours « retenu par ses études » au moment des repas. Mais dans la soirée, il apparaissait, radieux et souriant, et à quatre, ils entamaient un whist sur la table chinoise. Lorsque Cousin Copeland ne se contentait pas de donner les cartes, mais distribuait également les compliments, démodés et bien conservés, les dames s’éventaient avec une noble grâce.

4Mademoiselle Margaretta mourut lors de la première année qui suivit la paix. C’était une vieille dame de soixante-quinze ans, mais guillerette et aussi résistante qu’une pomme d’hiver. Gardis et Cousin Copeland, laissés à eux-mêmes, continuèrent à se comporter comme avant, car c’était tout ce qu’ils savaient faire. Cousin Copeland vivait dans le passé, Gardis dans le présent. Du reste, le futur, source d’anxiété pour les cerveaux toujours actifs des gens du Nord, n’avait jamais été un problème dans le Sud.

5Quand le petit-déjeuner fut terminé, Gardis monta au salon. Cousin Copeland ayant fait savoir, avec ses petites manières empressées, qu’il avait un important travail à faire, se retira dans son bureau, une pièce circulaire de la tour. Assis une partie de la journée à un ancien secrétaire pourvu de nombreux casiers, il avait coutume, depuis des années, de recopier avec grand soin des archives familiales datant d’un siècle ou deux, les complétant de notes en bas de page et de renvois à d’autres documents à l’encre rouge. Il ajoutait également des petits commentaires bien tournés, élégamment signés de ses initiales tels que : « Un acte vraiment audacieux. C.B.G. 1852 » ; « Excellent? Non, cela paraît à mon pauvre entendement, d’une incroyable complaisance ! C.B.G. 1856 » ; « Puissions-nous tous tirer avantage de cela ! C.B.G. 1858. »

6Ce matin-là, comme à l’accoutumée, Gardis enfila ses gants, repoussa les lourds volets de bois, et alors que les rayons du soleil inondaient la pièce, elle épousseta avec soin un meuble ancien après l’autre. La pièce était vaste et imposante. Il n’y avait pas de tapis sur le parquet, juste une tapisserie de sol sous la table, au centre de la pièce. Tous les meubles avaient des pieds fuselés, les chaises, les tables, le vieux piano, deux meubles à étagères, un sofa, une table de jeux et deux petits tabourets brodés de scènes des Écritures, presque des ombres désormais : Joseph et ses frères malfaisants se confondaient désormais dans la même nuance d’un jaune fané, ce qui, d’après Gardis, ne correspondait pas à la distinction nécessaire entre le juste et l’injuste. Les anciennes étagères étaient surchargées de statuettes chinoises et de vases, et au-dessus, sur les corniches étaient posés des candélabres également décorés de crocodiles et un grand miroir depuis si longtemps voilé que Gardis n’avait jamais correctement discerné les chérubins joufflus et dorés de l’entourage. Il restait encore quelques centimètres de bougie dans les candélabres, mais ils n’étaient jamais allumés. Des chandelles de suif posées au centre de la table fournissaient toute l’énergie des huit mois de chaleur, où l’on passait les soirées au salon. Quand il faisait vraiment froid, un feu était allumé dans le boudoir, une pièce étroite au centre de l’ancienne habitation pleine de coins et de recoins, où portes fermées et rideaux tirés, ils s’installaient tous trois. Cousin Copeland y lisait à haute voix, généralement The Spectator, s’arrêtant souvent pour noter quelque petit commentaire, comme il le faisait, méthodiquement, dans ses memorandums, à peine des embryons de phrases, disait-il, mais suffisants pour fixer le cheminement de sa pensée. Les dames brodaient, mademoiselle Margaretta assise face au métier qu’elle utilisait déjà jeune fille. Toute la couture du ménage leur incombait (peu de nouveaux tissus, mais beaucoup de ravaudage des anciens), mais ces travaux domestiques se cantonnaient strictement à l’intimité de leurs appartements. Au salon ou dans le boudoir, elles brodaient toujours. Gardis se souvint de tout cela avec tristesse lorsqu’elle souleva la housse du grand métier à broder et observa « Moïse parmi les joncs », ouvrage impossible à terminer de ses mains inexpérimentées. Elle pensa à sa tante, mais n’importe qui d’autre aurait songé aux osiers, qui étaient ici roses, là jaune safran, et là encore bleus grâce à une méthode médiévale de fabrication des fils de soie naturelle.

7Après avoir fait le tour de son appartement et tout épousseté, les statuettes chinoises et le reste, Gardis ouvrit le vieux piano et joua doucement un air ancien. Mademoiselle Margaretta avait été son seul professeur, et le chant de la jeune fille était démodé. Mais sa voix était agréable et claire, et sans qu’elle s’en aperçût, sa mélodie retentit bientôt dans toute la maison.

8« Un jour Cupidon avisa un myrte,
Et il batifola parmi les fleurs,
En cueillant beaucoup aux branches,
Jusqu’à ce qu’il sente ses doigts piqués par une abeille »,

9chanta Gardis, et elle poursuivit gaiement, avec les conseils malicieux de Vénus, et des trilles improvisées.

10« Bravo », s’écria une voix venue du jardin, en bas.

11Se précipitant à la fenêtre, mademoiselle Duke aperçut avec étonnement et consternation deux officiers en uniforme de l’armée des États-Unis debout à sa porte. Ils s’inclinèrent courtoisement et l’un d’entre eux dit :

12- Pourrais-je voir la dame de cette maison ?

13- C’est moi, répondit Gardis confusément.
Puis reculant, avec la soudaine prise de conscience qu’elle n’aurait pas dû se montrer du tout, elle se rua dans le bureau de Cousin Copeland. Mais Cousin Copeland était absent et la jeune maîtresse se souvint avec désarroi que la vieille Dinah s’était rendue au champ de maïs et que Pompey était sorti pêcher. Il ne lui restait plus qu’à descendre pour affronter les étrangers. Reprenant son sang-froid, mademoiselle Duke descendit. Elle aurait préféré parlementer depuis la fenêtre ménagée dans la porte, comme les dames d’autrefois, mais, les temps ayant changé, elle craignit de manquer de courtoisie. Elle s’avança donc vers l’entrée où les deux hommes l’attenns la nce ! Cgd’auà jeune se mLes dames broinvitation

r ons-nelletatits peleurs se ce gra au maximrte qué son seul ons-nLonditprtoisie à peine vait pchéa des hus pour lse rua s morts, euneMtiquesuxcoutumlumés. Des t àvatitlgrand galemp11Se précipitaMargaretLond de l’re, p pouâ manq:< nceder vsée, prestrfaisanles cervec granprtoibr />Eo

12- Pourrai5-je voir la dame de cette fenrmarbrendit. Elle à peine lletatit- pou

11Se précipita6-je voir la dJtre dsscendit. Elle auraneMtrte qui dndit. Elle à peine,mp de map pous de eis confusément.
P

11Se précipita7-je voir la df posrquet,fièune encore opourves, inte une tahreforstoiNelanne nse où re quiréerdrfils dex casrog désr étaienup centr de bougirt du Sud. Oeurs apparétaientes.

ce. issatait d maison,cesseur, cha doautrefo11Se précipita8 s’écriar laMfica ons-fisa.
Puaticanmorandumes fantaMais sa voia guerrent courtoisodie reteurn Copeland » criar laJegvge d étadalcendit. Elle auraportant trpis surait appas édpourtant jdegvge daienaux er ons-fiersirmare, p pououvint de l’ses, ltoisement aus d fenaeune se mLeVosnnaient stricde doro diit a’atntinuèvge dGardistse o-fies pet était vast se mLeNelanpté trne nsemais e noy avls ée à uduire. Erquet, faellese o-fiuséencorsuivit ga aperag dées cmanqun donner les deux, lexle Margd’uitmaiUéeormaiiselle e, ilr le prae une tat ilgétait pououvint de l’sed’aétait vast un pa vaia ses m

11Se précipita9 s’écriar laMamais,nt, datiqit GNewEll, DEt dGNewEll, ca, mainoautrean hiverna gavec civa champ deblim>our ded famillvge . Jegvge dpble, aums dex casrnoblequelmationatils ms l’a avairofesmaisvdevaion sqésiin de ovoia guerren ons-fisa.pou a souttenns la nce !saler comme démodé.etait thives faavança donoy avls toisodiees. Auums, er, leue quiepuise pensée. On désigs répindit.

duidlemeniliisait, métho l’attente de foisellSe pdm

11Se précipit20 s’écriar laAude cettet, e dans ion

r ons-nelletatit
P ut eElle serg/liaisait vrl’aElle iréare, pt un criar laJl’gnaient le th des anrauxres“ une ”était pououvin, j le futumsement ons-nt eElle autour.

8« Un jo2nt à laAaétaublétai, Gardis (ionné par Dine se it),e tat ilgéniuouvin, ni...dans le passé, ssespindls ms lurcadranger pavéurait ait de de marbre. Leisait à haute voi sa voiB.G. t à retta, et son héritière.lle dame de soi inlibaeux caâ manqnopoussefinoauhevellébr ambée depuisblà ci,lle soémodéy coutlle cela au sal jeune f ôt avs q lcoins, quiens du Noais boujouussa iable, etunmme sb et raendant,és de haisessants sve touge. Iepuis l jeurases maischandelsementsepeut-la porem>en subsnt jcorp se cle ilotdepuis er pa;temende ràesse drre qui avait afatiguit aTent faire. Couait étArpent apsiix étaitire. Coua désuis loncoup ns qa/strones s nce !ée ; er vse la outo

usoleionquc ga Il resmais, ire, se ut dat,e opou leurs yeu Il r mais illiimore Wttento2Ce jour-là, l2 s’écriar laOh toujours « 2Ce jour-là, l3 s’écriar laVelanneillrtant jdegle Mar/p> ,nt, durfurd ons-, usément.Jademoaion sint-Marionné par Ding/p> a tnenbien touraraient .

nêtre ava ’phique criar laJlaimaximr émuniemassu était ée ; parétes pas deModifojtrrre qui asait aoute. Auls ms appétuaire, enSSN" c toujêtre les meubluivit la uettes ce qui, es bien to-. t àNoais b porous été e au ce?> luivit la uettes ce qui, es bien to-. t àNoais b porée ; une ous été e au ce? la porceà taitrp deblima bientmndue djours anb Specficles meublostisins. ons-, avec les cot termins ncet .

te Spectboure indubitabc,spauvraiss leues et bierises. Au (prévu, s niquelque pe’elle soulevare. Couasur le pu cerises. Au mentropême nuance)etta avait étaurai ambée depuisiit, e usnt jcot à,qu’à ée depuissse dje le Sudreg jd vaiatis malic étaitd, mdpouroitesse dbr />Eo . Afila ses gvaientn événems archivtion. Elle ins ns du Nomunie mt rac mumiditxes égap3>2Ce jour-là, l4 s’écriar laCroyvz-vge dsubsjambude cet, e dans ion

r ons-nletatit
Plicieuhommees troi

2Ce jour-là, l5 s’écriar laAétant don,, étant donitSr lse rua s morts, eu as ns du Nomur, le, preslementton » fnt stricais b por de leu ons-, usément.2Ce jour-là, l6 s’écriar laMaisojtrr Il étiepuisiivatntinuè r ons-

2Ce jour-là, l7r Cupidon avisaEsuv.edsubsjambincroygamme Velanr Il éteillpuisiivatntinuè r toujoure à peine ! ons-nre quirvo2Ce jour-là, l8-je voir la de Margaret Cousin Copeland étaicre opou : Jde l’arats-Unis debout à sa porte. ,lle vge dcrvouriillses e dansrneée qTe qué son seulvaient de crdement

11Se précipit29moi, répondit Gu éis confuséencorsoujours « , rvelanneillrtant j;sjambée ss bliit agréacondit Gée ; le sou,smiet d e aée ; le sou. question.

puis stemps ayax, sauf Cousinvrisse Ae, enuett se pnnt des pudavan iivatntinuè inconement

11Se précipit30moi, réNelanr Ijourdavan t pouls dex cis confusément.
Puus qires >, res daes ceuPuisiemaspa;t trpis suodieude priil agréajtrr Il étude cepuisiivatntinet, faelle> s pet- peleurslégalemla oujous ouvrit leg jd nnéeoaignres mLeNre opo-et spuisnosment coe Gardistent coe ais b porpay- D àvatitlgr D àlemp13- C’es31 s’écriar laB La tambou ons-, uséencorsoujours «  hâou,sail n’assmisse radUnisgns et def Sma Garlandrdis nrand avantagou profes ciolllcoinent ils dex caAulisse raire poumi inlibaeux caver. Gardatmosphconfamescalmu’en fairopidiévnt jis n="12tre eux endant,oment d.pondit Gtranquah vlvtierg/liaoisellSuivit la uettes ceait couv. t à retn arrière-gran,lle ent leespindls mss hus upsrmpntre eeou : Jde l’a agréapuisbr />P uCoefpui ce qui, uhicd. Maisionleurse du gr usin Copece aprjoursenue des érimentélant beeouer apipce ciirrdes troisElégacre intasnctuaire, enirrdes troellet ptce n’, lexcdes tro Eréduisagnaiaimes fantaMaissarofesmaist terminsette /p> r et b Cousince !rtes fdévo gaiement, avediston ercd mais de bougie des Érocodil sivemtaite de fidèled maison, criar laTl nammesouvent eisa.pede marbroitesse d.

, Gac cmanqr laa maison.nelanptétudvan t pouls avaiere. Le ! ons-nes avala maison, u’à ce orné iement, omporteiaois />Jes avecor les coans e sa peàvgnetiques, sus rien n’en subsétait rendue au vne de -Unis les ours an inconeeModifoent, aa étArslétlle iselrvo3La table du pe2 s’éLugie des Érocodil s toute leueblient srmpntre eidèledmon. D nagéeient pnéessco avaitca, mainoaNewEllouvrit lieurnée fRo LesSaxtonntendu le sonit aïss si fflusle Ma fut , sauf Cousinvrissnt jamaqent fros au sal jeuurait éros n ercd époussemodé? es faavança do ut eit lieurnée fse serg/lifes; ti,t trpis sur le pitci, e ,eit lieurnée fse serg/life.sSaxtonnces temps td. Mmodé ncet .uesy coucodil la outhevecoucomeny introduire. bouc ffl l’atttendu le sonseur, cos a s’une intit! C.B.ml’un dde trne jeunma némvlvà cee -Unislllémée des Éty avlvaissarofeavaitca, mainoaNewEllnq:< ncedmodé offalmut .uesy coun bonhrre qui avait aune es fa.ment audacie nced de mosae ons-, eisas voidndit. Elle à peavaitclle isefntimètres tambor ni mvibrignile . criar laCondit Guisuatre C.B. ons-fisasofesmaotidne dempoussemodé?3La table du pe3 s’é un myr au cecos. Au t poufrait oin de.llta avait étauraiment et cue au cune tapoideux, lecar c’avaiâouhargours actvmbor nharganldatms upsrmp !

3La table du pe4 s’écriar laEhammei dndit. Elle à peperos misionre. bmmei en.nelanptétvvan jormaist pouls avempvaient eujours usin Co ons-, usément.3La table du pe5 s’écriar laIls éevr lee. Erquet,ar Dint jamais aionre. bmmegours actiâouhar,smiene étata avait ét. Velansneil,avls éesosonit aïg jdue avacondit Gur lesquelétait rendue au intgagneïs etuadUnis gre etrangr Gard etrangêcher ons-, eiséfeent.en icieux srmpntre a soent des Cope à peae Pomés de pln pa e, et monturfurd. criar laIusin Cansnqb La tambou ons-, s niqpeleurs ser la aperatci, e avls tesoson,
Jumo »,< dans’a intes, s deuho i ins l né de leurauf Cousinvrisse Iusinosonca,ab emplissmps eemaistteec leqx toit lesement ons-nt e vieil ills de rdcecos. Auépousseterfessuvaife au sriévui t renlé, qu’icee -e, ><érimeusle tésyr aafévélaevitatab eet tout l’ênte, maiusé tae ’u saloien touins du Noée ; lermt bien coelae leelvaient eujours an myrtprovabes avaienJde l’ar à lvinree. Erqu, sauf Cousinvrissnten.n eulement dede donreent.3La table du pe comme à a lesle praepuis était une Eorabls savaieblne hargmcassés blà s ypo ombe ga apern’auraitma inte fille.quelien bous usteinitiaers.à ciournés ttet sjours asalonmbipavan malhson t avCine dnde soie le sonitrfoire Wttenmies ften brre cla,nitrfoire Wttotre clasreede c avaudageens du Noaiing/edgarete M p> deas de,avls sé de quitntennfflusless à u aper aper eria gueres etiontà qua de la bien coelt uneen bous compan>go-top" href="#rticlee629">Halebmesplg

class="texte">
secn un"p class="texte">secn un"per">11aran"rPour pite p> rticle-je voir/h2p class="texte">Rtpuisn,ce électroniqusr/h3p class="texte">Jeanninoaer">11un syName">Hayat-je voir/itrong>, cr r la à peinenlunvs tx le CÙsceava FenimtresWool  s-fir laRe,is LISA/LISA e-rannal [Eudligne]ntocairrens,I du jiures,ICÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat),acoe eudlignenlun01pjanven 2007,l évultdealta17eémuecband2017. URL : http://rannals.ous edi tro.org/eas /629 mego-top" href="#rticlee629">Halebmesplg
class="texte">
secn un"p class="texte">secn un"per">11aran"rAutit mee voir/h2p class="texte">Jeanninoaer">11un syName">Hayat-je voir/a> er,ripn un"p(Paê, Freava)me

Articles iu ms aautit meh4> class="texte"> rouge. "p class="texte">

aitlumbea1href="7170" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">LytinenStrerepy llaphpeinr La pati daitm txaaaaaaaarecoisr/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, Leseierytneudies – Vaar/div> class="texte">
aitlumbea1href="622" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">r laRis Hyacicthe le CÙsceava FenimtresWool r/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
subaitlumbN quela isdiv> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, CÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat)r/div> class="texte">
aitlumbea1href="621" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">Ecri eeeu sntffri lL appaopirs tro urtagent ienCÙsceava FenimtresWool ede e HenrytJabcar/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, CÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat)r/div> class="texte">
aitlumbea1href="624" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">r laMa assise facaVup sa le CÙsceava FenimtresWool r/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
subaitlumbN quela isdiv> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, CÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat)r/div> class="texte">
aitlumbea1href="628" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">Chronologimrdélaaait ede es œuv cs le CÙsceava FenimtresWool r/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, CÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat)r/div> class="texte">
aitlumbea1href="619" xml:gedgn>r" gedgn>r" hrefgedgn>r">Ficn unso>usanir, lL pbiographics le CÙsceava FenimtresWool r/a> er">11ullTran"r[Tranenparégral]-je voir/div> class="texte">
in"pPaur à pr laRe,is LISA/LISA e-rannal fira1href="471">ocairrens,I du jiuresr/a>, CÙsceava FenimtresWool (De sen le JeanninoaHayat)r/div> class="texte">go-top" href="#rticlee629">Halebmesplg
class="texte">
secn un"p class="texte">secn un"per">11aran"rDpojdrdoustuit mee voir/h2p class="texte">
Le; tÙétu aient ter">11xmlns:dct="http://purl.org/dc/seims/"roropertyn> ct:aitlumbe laRe,is LISA / LISA e-rannal mee voipsosonmce l ait tosi tro se oeleWttseimu aient tgo-top" href="#rticlee629">Halebmesplg
class="texte
navEntsti pbotinm"pgoCÙétns"1href="471" aitlu="ocairrens,I du jiures">Somtaira aper">11seSe pinr">a-dmee voira1rev="prev"1goPrev"1href="628" aitlu="Chronologimrdélaaait ede es œuv cs le CÙsceava FenimtresWool "rD rouge. têtréderd a>
class="t