Navigation – Plan du site
Images et média

Roy Greenslade, Press Gang - How Newspapers Make Profits From Propaganda

London: Macmillan [2003], Pan Books 2004, 795 p. ISBN 0-330-39376-6
Gilbert Millat
Référence(s) :

Roy Greenslade, Press Gang - How Newspapers Make Profits From Propaganda, London: Macmillan [2003], Pan Books 2004, 795 p. ISBN 0-330-39376-6

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

culture, Grande-Bretagne, Great Britain, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Du type du volume de Peter Catterall, Colin Seymour-Ure & Adrian Smith (eds), Northcliffe's Legacy (...)

1Avec son titre Press Gang en rouge sur fond noir, la volumineuse étude de Roy Greenslade, au sous-titre accrocheur How Newspapers Make Profits From Propaganda, se présente davantage sous les dehors d’un roman policier que d’un ouvrage savant1. Au terme d’une longue carrière de journaliste, l’auteur, ancien rédacteur en chef du Daily Mirror et qui a collaboré à neuf journaux nationaux, est devenu Professor of Journalism à la City University de Londres. Grâce à sa connaissance encyclopédique du monde de la presse britannique, de ses rouages, de ses institutions, mais aussi des hommes et des femmes qui l’habitent, R. Greenslade compose une copieuse fresque de l’évolution des quotidiens et des hebdomadaires d’outre-Manche, des années 1940 à l’orée du XXIe siècle.

  • 2 p. 53.
  • 3 Sur ce point, voir notamment, Colin Lacey, David Longman, Longman David, The Press as Public Educat (...)

2Ce tableau vivant met en scène des spéculateurs, des magnats, des rédacteurs en chef, des chroniqueurs, des reporters, des dessinateurs, des photographes, des ouvriers et des hommes politiques. Le plus souvent ils s’affrontent, dans un univers présenté comme friand de scandales et propice aux complots. Bref, selon R. Greenslade, ‘British newspaper are always at war. They fight battles in their headlines against foreign dictators, against the governements of the day, against a host of enemies, imagined andreal2. Un lectorat, dont l’auteur n’omet pas de préciser les contours, se repaît de ces péripéties fréquemment consacrées aux icônes de l’actualité, membres de la famille royale ou de la classe politique. Il resterait, cependant, à élucider l’influence exacte que cette prose exerce sur ses destinataires abreuvés de surenchère et de manchettes racoleuses. Le recours au concept de propagande semble d’autant plus discutable que l’acception retenue par l’auteur n’est jamais explicitée. D’autre part, le pluralisme de la presse dont il fait constamment état rend cette généralisation encore plus hasardeuse. Plus sagement, Colin Seymour-Ure évoque la « manipulation préméditée » du marché à laquelle quotidiens et hebdomadaires se livrent. Mais cette dernière a des limites. R. Greenslade, lui-même, observe que la presse doit s’adapter en permanence à une demande fluctuante au gré de l’évolution des attentes de ses lecteurs. Enfin, mesurée à l’aune des consultations électorales, l’efficacité des campagnes de presse semble bien limitée. Ainsi, en 1945, en dépit de l’hostilité massive et affichée des titres phares de Fleet Street, les travaillistes remportent les élections. La réceptivité des Britanniques à la « propagande » reste donc à prouver. De même, peut-on regretter l’absence de réflexion sur la fonction de la presse. En effet, l’auteur se borne à noter qu’elle oscille entre deux missions, à savoir informer et divertir3.

  • 4 p. 476.

3Divisée en onze chapitres organisés selon un plan chronologique, cette chronique s’organise essentiellement selon trois époques : de la Seconde Guerre mondiale aux années 1960, de 1971 à la fin des années 1980, de la « révolution de Wapping » à 2003. Après le fiasco de Suez, l’affaire Profumo et la vogue des espions, commence l’ascension de Rupert Mudoch, aujourd’hui à la tête d’un empire planétaire. Le Sun se vend à moins de deux millions d’exemplaires en 1970. Cinq ans plus tard, son tirage avoisine les trois millions et demi, tandis que le lectorat de ses rivaux décline régulièrement. De nouveaux tycoons succèdent aux anciens, sur fond de grèves à répétition. Diana et Margaret Thatcher font la une. Dans la coulisse, R. Murdoch et ses acolytes prennent acte des conséquences de la révolution informatique et préparent le crépuscule de Fleet Street. Le 27 janvier 1986, le Sun désormais installé à Wapping, titre modestement : ‘A New Sun is Rising Today4. A ce jour, il domine toujours le marché des quotidiens. Ses concurrents changent de rédacteurs en chef, des fusions s’opèrent, des titres apparaissent, tel The Independent, d’autres sombrent, à l’image de The Evening News. Le vénérable Times tombe dans l’escarcelle de Murdoch. Au fil des décennies, grands formats et tabloïdes présentent plus d’une ressemblance. Le distinguo classique entre presse populaire et presse de qualité tend à s’estomper dans un contexte de récession : à partir des années 1990, les lecteurs se font plus rares. Comment détrôner le Sun sans souscrire à ses moeurs journalistiques, sans imiter son style et traiter des mêmes sujets ? Tel est le casse-tête que ses homologues ne parviennent pas à résoudre.

  • 5 La gestion des quotidiens et hebdomadaires britanniques relève d'une rationalité atypique, voire ex (...)
  • 6 Le vocabulaire spécialisé du monde de l'édition révèle quelques surprises ; ainsi “chapel” y désign (...)

4Deux thèmes principaux parcourent cette étude : les considérations financières et les luttes d’influence. Au-delà de leur rentabilité problématique, les journaux satisfont surtout l’appétit de pouvoir de personnages pas toujours recommandables, le cas échéant de la trempe d’un Robert Maxwell5. Au sein des organes de presse, les relations entre propriétaires, journalistes et syndicats ouvriers sont pour le moins tumultueuses 6 . Plus largement, les ‘Press Lords, tels que Lord Beaverbrook et les hommes d’affaires, dont l’emblématique R. Murdoch, affichent de fâcheuses tendances à vouloir dicter leurs choix politiques à leurs lecteurs et aux gouvernants. Ni leurs prétentions, ni la mégalomanie de leurs visées, ne sont éludées par R. Greenslade. Il constate, de surcroît, l’incapacité des instances de régulation, le ‘Press Council’ remplacé en 1990 par la ‘Press Complaints Commission, à prévenir débordements et abus.

  • 7 Parmi ces ouvrages de référence, le maintes fois réédité Power Without Responsibility - The Press a (...)

5Ce texte foisonnant, d’une lecture aisée, pourvu d’un index, s’achève par dix pages de bibliographie. Sans jamais prétendre remplacer les ouvrages de référence sur l’histoire des médias, il peut constituer un outil de travail précieux, en dépit des réserves exprimées ci-dessus. Press Gang nous permet, enfin, d’actualiser nos connaissances sur les mutations récentes d’un quatrième pouvoir qui peine à acquérir le sens des responsabilités7.

Haut de page

Notes

1 Du type du volume de Peter Catterall, Colin Seymour-Ure & Adrian Smith (eds), Northcliffe's Legacy - Aspects of the British Popular Press, 1896-1996, London : Macmillan, 2000 ; voir le compte rendu critique qu’en propose Twentieth Century British History, Vol. 14, n° 2, 2003, p. 198.

2 p. 53.

3 Sur ce point, voir notamment, Colin Lacey, David Longman, Longman David, The Press as Public Educator: Cultures of Understanding, Cultures of Ignorance, University of Luton Press, 1997.

4 p. 476.

5 La gestion des quotidiens et hebdomadaires britanniques relève d'une rationalité atypique, voire exotique, comme l’auteur le note, par exemple, p. 245 et p. 309 ; Roy Greenslade est également l'auteur de Maxwell's Fall, London : Simon and Schuster, 1992.

6 Le vocabulaire spécialisé du monde de l'édition révèle quelques surprises ; ainsi “chapel” y désigne une section syndicale.

7 Parmi ces ouvrages de référence, le maintes fois réédité Power Without Responsibility - The Press and Broadcasting in Britain, de James Curran et Jean Seaton conserve toute notre estime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Millat, « Roy Greenslade, Press Gang - How Newspapers Make Profits From Propaganda », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Images et média, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/736

Haut de page

Auteur

Gilbert Millat

(Université Charles de Gaulle - Lille 3, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals