Navigation – Plan du site

L’évaluation de la crise des subprimes et les limites du capitalisme spéculatif

Assessing the Subprime Crisis and Identifying the Limits of Speculative Capitalism
Michel Van der Yeught

Résumés

Cet article a deux objectifs. Le premier est de proposer une interprétation de la crise des subprimes comme dernier avatar des crises du capitalisme spéculatif anglo-saxon. Le second est de montrer pourquoi le capitalisme spéculatif rencontre aujourd’hui des limites qui mettront un terme à son paradigme ou le modifieront profondément. L’analyse montre que la crise des subprimes résulte de la structuration spécifique du système boursier américain, et, en particulier, du stock market (par opposition aux stock exchanges) qui en est la portion la moins réglementée et la plus spéculative. Elle met en évidence que le capitalisme spéculatif « désenfouit » la finance de l’économie tout comme l’économie s’était désenfouie de la société lors de la révolution industrielle (Polanyi, 2001 [1944]). Elle avance qu’un troisième type de désenfouissement, celui du « monde » hors de la « terre » (Arendt, 1998), est à l’œuvre et qu’il imposera des limites aux ambitions illimitées du capitalisme spéculatif anglo-saxon qui perdra du coup sa valeur de modèle pour le capitalisme mondial.

Haut de page

Texte intégral

1La thématique de ce numéro est posée dans le sillage de la crise financière de 2008. Dans la mesure où l’origine principale des dérèglements économiques récents, la crise des subprimes, s’est d’abord développée aux États-Unis, le sujet répond à la fois à des interrogations d’actualité et de fond. La conjoncture nous pousse à nous interroger sur l’origine de la crise et sur l’avenir du paradigme du capitalisme anglo-saxon.

2Les crises génèrent un flux nourri d’informations économico-financières difficiles à interpréter à chaud. L’hypothèse retenue ici est que la crise des subprimes n’est pas un phénomène inédit et isolé dans l’histoire du capitalisme anglo-saxon. Au contraire, sous des traits spécifiques, s’y révèlent les caractéristiques récurrentes des crises du capitalisme spéculatif, c’est-à-dire d’une forme de capitalisme animée par la maximisation des profits générés par le mouvement des prix, telle qu’elle a émergé au XVIIIe siècle en Angleterre et s’est largement mondialisée sur le modèle américain.

3Perçue sous cet angle, la crise des subprimes a une valeur emblématique qui dépasse son ampleur conjoncturelle. La logique du capitalisme spéculatif s’y exprime avec une intensité remarquable et ses conséquences se déploient depuis plusieurs années partout sous le mode d’un emballement cataclysmique qui semble échapper à la maîtrise de ses acteurs économiques et qui conduit précisément à remettre en question son paradigme.

4Cet article a donc deux objectifs. Le premier est de proposer une interprétation de la crise des subprimes comme dernier avatar des crises du capitalisme spéculatif anglo-saxon. Le second est de montrer pourquoi le capitalisme spéculatif rencontre aujourd’hui des limites qui mettront un terme à son paradigme ou le modifieront durablement.

La crise des subprimes et le capitalisme spéculatif

Le capitalisme spéculatif et la spéculation

5Le capitalisme est généralement caractérisé par la propriété privée des moyens de production. La forme particulière du capitalisme spéculatif accorde une large part à l’activité spéculative, c’est-à-dire à la recherche d’un gain résultant d’une bonne anticipation du mouvement des prix sur le marché. En tant que telle, la spéculation n’est pas propre au système capitaliste. Elle est aussi ancienne que l’histoire et a fleuri sous toutes les latitudes. Elle est souvent négativement connotée et l’expression « capitalisme spéculatif » est généralement mise en avant par les détracteurs du phénomène lorsqu’ils cherchent à le dénigrer. Elle est employée ici sans aucun sens critique : il s’agit d’un modèle de capitalisme qui incorpore largement la spéculation financière comme facteur de croissance.

6La différence entre les pratiques spéculatives et le capitalisme spéculatif est que, dans ce dernier, la spéculation n’est pas un simple phénomène aléatoire induit par des conjonctures historiques particulières et les comportements opportunistes de certains acteurs. La spéculation y est structurellement intégrée comme un accélérateur de la croissance économique. Elle comporte de nombreux inconvénients, mais ils sont largement tolérés par les promoteurs de ce type de capitalisme parce qu’ils y voient un moindre mal par rapport à ses nombreux avantages.

Le capitalisme spéculatif, une spécificité américaine

  • 1 Stuart Banner, Anglo-American Securities Regulation, Cambridge : Cambridge UP, 1998, (...)
  • 2 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, Paris : Éditions ESKA, 2009, (...)
  • 3 Elizabeth Hennessy, Coffee House to Cyber Market: 200 Years of the London Stock Exchange(...)
  • 4 Ibidem, 83, 85.

7La plupart des pays européens où une forme de capitalisme a émergé ont connu des épisodes spéculatifs d’intensité diverse et ils ont tenté de limiter ce qui était ordinairement considéré comme un mal. À la suite de la bulle des Mers du Sud (1710-20), l’Angleterre adopte diverses dispositions législatives – tel le Bubble Act1– pour se protéger des crises financières. Au fil des décennies, les marchés de rue spéculatifs du stock market originel situés dans « Change Alley » à la City de Londres laissent place à un stock exchange strictement réglementé2. Au début du XXe siècle, le London Stock Exchange installe un dispositif anti-spéculation boursière, la capacité unique (single capacity) qui scinde la prise du risque spéculatif en deux, le courtage assuré par les brokers et le négoce de titres assuré par les jobbers3. Parallèlement, les bourses britanniques absorbent l’ensemble du stock market dont quelques restes spéculatifs survivent brièvement dans les ruelles de la City4. Ces dispositions n’ont pas totalement éradiqué la spéculation du contexte britannique, mais ils ont rendu le pays moins sujet aux crises financières que les États-Unis. Néanmoins, le pilotage structurellement libéral de l’économie britannique a induit des fluctuations importantes d’activité qui sont à l’origine de l’expression « stop and go » apparue dans les années 1960-70. Dans le paradigme anglo-saxon du capitalisme spéculatif, les cycles stop and go sont le pendant britannique amorti des cycles boom and bust américains évoqués ci-après.

  • 5 Cité dans Matthew Josephson, The Robber Barons: The Great American Capitalists (...)

8Aux États-Unis, en revanche, la spéculation, bien que souvent critiquée, n’a jamais été combattue de front. Sous toutes ses formes, elle est indissociable du développement rapide de l’Union et elle frappe ses premiers visiteurs comme une caractéristique propre au pays. Dès 1796, l’Anglais William Priest déclare : « Si je devais définir les États-Unis, je les appellerais le pays des spéculations »5.

  • 6 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, tome II, Paris : Garnier Flammarion, (...)
  • 7 Charles P. Kindleberger, Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Basin (...)
  • 8 Ibidem, 13-22.

9L’expression boom and bust cycle est fréquemment utilisée par les historiens pour désigner la succession de crises spéculatives qui ponctuent le développement de l’économie américaine. Dans les années 1830, Alexis de Tocqueville observe déjà que les Américains « sont sujets à des crises industrielles très inattendues et très formidables »6. Les bulles spéculatives obéissent à un scénario décrit par Charles Kindleberger dans son ouvrage classique7. Un choc initial (displacement) modifie les modalités de création de valeur et redistribue les investissements. L’euphorie qui en résulte entraîne un excès de transactions spéculatives qui fait flamber les prix, jusqu’à leur effondrement qui sème la panique et suscite un krach8. L’absence de banque centrale jusqu’en 1913, à laquelle est souvent imputée l’instabilité financière américaine au XIXe siècle, fournit, rétrospectivement une explication moins robuste qu’escomptée puisque la Réserve fédérale n’a contribué à éviter ni le krach de 1929, ni plus récemment ceux de 1987, 2000 et 2007.

La tolérance américaine à la spéculation

10Les Américains connaissent les inconvénients des bulles spéculatives mais ils n’ont jamais sérieusement cherché à les éradiquer parce que, grâce à ces spasmes, l’Amérique s’équipe sur fonds privés, sans (en théorie) puiser dans l’argent public et sur la base de prises de risque assumées par des individus responsables. Cette tolérance vient de leur conviction que la spéculation sert si efficacement le capitalisme que les dégâts qu’elle cause sont négligeables par rapport à son utilité globale. Cette attitude est constante depuis deux siècles. Dans les années 1830, le visiteur français Michel Chevalier en est déjà le témoin :

  • 9 Michel Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, tomes I et II, Paris : Librai (...)

Tout le monde spécule et l’on spécule sur tout. Les plus audacieuses entreprises n’effraient pas ; toutes trouvent des souscripteurs. La plupart de ces spéculations sont imprudentes, plusieurs sont folles. La hausse d’aujourd’hui peut être et doit être suivie d’une crise demain. L’Américain s’aventure avec délices sur la mer mouvante des spéculations. Un jour la vague le pousse aux nues ; il savoure à la hâte cet instant de triomphe. Le lendemain, il disparaît entre les crêtes de la lame ; il ne s’en trouble pas ; il attend avec flegme, et se console dans l’espoir d’un meilleur avenir. […] Quelques individus perdent mais le pays gagne, le pays se peuple, se défriche, se développe, le pays marche. Go ahead! 9.

  • 10 « Pop ! Pourquoi les bulles spéculatives sont bonnes pour l’économie ». Daniel Gross, Pop (...)

11Deux siècles plus tard et sept ans après l’éclatement de la « bulle Internet », le journaliste américain Daniel Gross publie l’ouvrage Pop! Why Bubbles are Great for the Economy10 dont le titre exprime la même conviction résumée dans la présentation de couverture :

  • 11 « Gross shows how the bubbles once generally seen as disastrous have actually helped buil (...)

Gross montre comment les bulles, que l’on considérait par le passé comme des calamités, ont contribué à la construction des infrastructures qui ont stimulé la croissance américaine. Si un secret explique la solidité et l’exubérance persistantes de l’économie américaine, Gross pense qu’il se trouve dans notre capacité singulière de susciter des bulles financières et d’en résorber proprement les excès11.

Le rôle du stock market dans le capitalisme spéculatif américain

  • 12 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 141-143.
  • 13 Ibidem, 313-315.

12La faveur dont jouit la spéculation aux États-Unis apparaît dans les caractéristiques de leur système boursier. Les Américains n’ont jamais formellement scindé le risque boursier entre broker et jobber comme les Britanniques. À l’inverse, à la fin du XIXe siècle, ils laissent se professionnaliser le trader qui assume la totalité du risque spéculatif12. Ensuite, contrairement à la situation en Grande-Bretagne et en France, les stock exchanges, malgré leurs efforts répétés, n’ont jamais réussi à absorber la totalité du stock market spéculatif aux États-Unis13. Parallèlement aux grandes bourses institutionnalisées, des formes diverses du stock market ont toujours opéré au fil des siècles : bourses de rue (curb markets), bourses alternatives, marché de gré à gré (Over-The-Market market, OTC), marchés informatisés et en ligne (Instinet, NASDAQ, dark pools…).

13Ces deux pans de l’activité boursière américaine se répartissent les rôles de façon complémentaire. Traditionnellement, les stock exchanges traitent de préférence les valeurs de grosses sociétés (titres dits blue chips) car en accédant à la cote elles offrent des garanties solides. En revanche, le stock market, moins coûteux et moins réglementé, accueille tous les nouveaux actifs que les bourses institutionnelles rejettent parce qu’ils sont trop risqués. C’est donc sur le stock market que s’échangent les titres les plus spéculatifs, c’est-à-dire, bien souvent, les valeurs montantes de l’avenir économique. Le stock market joue un rôle central dans le capitalisme spéculatif américain parce que sa capacité d’anticipation sur les futures perspectives de développement est d’ordinaire meilleure que celle des stock exchanges plus conservateurs. Il sert efficacement la destruction créatrice schumpetérienne en réorientant brutalement les investissements vers les secteurs les plus innovants. C’est sur le stock market que se sont d’abord échangés les titres des télégraphes, des mines d’or et d’argent, des premières sociétés pétrolières, industrielles et commerciales. De la même façon aujourd’hui, c’est le NASDAQ et non le New York Stock Exchange (NYSE) qu’ont choisi les champions des nouvelles technologies tels Apple, Microsoft, Google et Facebook pour coter leurs actions.

Le rôle du stock market dans la crise des subprimes

  • 14 Robert J. Shiller, Irrational Exuberance, Princeton (N.J.): Princeton UP, 2000, 3.
  • 15 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 196, 211-212.

14Les crises financières récentes montrent que le capitalisme américain a pleinement renoué avec la spéculation à la suite de l’interlude paradigmatiquement atypique du « capitalisme géré » (managed capitalism) issu du New Deal et progressivement abandonné à partir de la présidence de Ronald Reagan (1981-1989). En 1996, le président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, met en garde contre « l’exubérance irrationnelle » des investisseurs14 mais n’entreprend rien pour la contenir. Le dernier avatar des bulles spéculatives, la crise des subprimes, illustre le puissant regain du capitalisme spéculatif américain et elle renoue avec la série des grandes bulles financières des XIXe et XXe siècles. De façon caractéristique, les deux dernières paniques boursières (le krach des valeurs Internet en 2000 et la chute des valeurs en 2008 causée par la crise des subprimes en 2007), émanent des diverses formes du stock market spéculatif plutôt que du stock exchange. En effet, alors que des années 1920 aux années 1960 le New York Stock Exchange (NYSE) était presque parvenu à éliminer le stock market en s’imposant comme la bourse nationale de référence15, c’est désormais principalement sur les marchés alternatifs (NASDAQ, marché OTC, bourses en ligne privées) moins coûteux et moins réglementés que l’innovation économique se finance.

  • 16 Prêts immobiliers de qualité inférieure destinés à aider les ménages modestes à accéder à (...)
  • 17 À partir de 1933, la loi Glass-Steagall a séparé les banques d’investissement des banques (...)

15Pour l’essentiel, les montages et les transactions portant sur les subprimes16 se sont développés sur le stock market grâce à la titrisation des créances. En 1999, le démantèlement de la loi Glass-Steagall17 ouvre ce secteur à un grand nombre de nouveaux intervenants. L’immense marché des titres de dette se répand sur des réseaux OTC multiformes impliquant des banques, des sociétés d’assurance, des fonds spéculatifs (hedge funds) ainsi que des opérateurs mal identifiés réunis sous l’appellation obscure de dark liquidity ou dark pools. Ce marché est rapidement appelé « système financier/bancaire fantôme » (« shadow financial/banking system ») parce qu’il échappe au contrôle des autorités financières du pays, en particulier à celui de la Securities and Exchange Commission (SEC) qui supervise les stock exchanges. En outre, une part sans doute importante des activités sont illégales : elles reposent sur de nombreuses opérations comptables hors bilan et sont largement alimentées par l’évasion fiscale via les centres financiers off-shore. C’est essentiellement parce que les contrats subprimes se sont développés sur le stock market déréglementé, parce que les agences de notation ont été incapables de garantir correctement leur qualité et que les marchés supposés « efficients » n’ont pas pu assurer leur évaluation, que l’effondrement en 2008 des banques de Wall Street, Bear Stearns et Lehman Brothers a entraîné une crise de confiance majeure entre les établissements impliqués dans la spéculation. L’opacité inhérente au stock market rendait impossible toute estimation de ces actifs souvent qualifiés de toxic paper.

De la crise des subprimes à la validité du paradigme du capitalisme spéculatif

  • 18 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 157-160.

16Ainsi perçue, la crise des subprimes annonce moins les évolutions futures du capitalisme américain qu’elle ne signale un retour en arrière préoccupant. Il ne s’agit pas d’un recul au niveau du krach boursier de 1929 comme on l’a souvent suggéré : la débâcle d’octobre 1929 avait dévalorisé des actions dûment admises à la cote des stock exchanges et dont le cours était publiquement suivi. Il s’agit d’une régression plus ample encore qui apparente la spéculation sur les subprimes aux bucket shops, aux bourses de rue et aux diverses formes du stock market de « l’Âge doré » (« Gilded Age »), période de la fin du XIXe siècle où le capitalisme spéculatif atteignit son apogée. Comme dans le cas des contrats subprimes, les valeurs s’y échangeaient sans contrôle, sans enregistrement à la cote ni suivi officiel des cours18. Malgré l’extrême sophistication technique des montages sur les dettes immobilières, ceux-ci s’inscrivent dans l’environnement économique du stock market dont l’encadrement institutionnel actuel se révèle tout aussi primitif et déficient que celui qui prévalait aux États-Unis il y a environ cent ans. La mise en perspective de la crise des subprimes dans le cadre d’un regain vigoureux du capitalisme spéculatif pousse à s’interroger sur les progrès que l’économie financière a réalisés au cours du XXe siècle afin d’éviter les crises à répétition du siècle précédent : sont-ils réels ou illusoires ?

17Les promoteurs du capitalisme spéculatif ne nient pas les critiques sérieuses qui lui sont adressées, mais ils persistent à souligner les mérites de bulles et ils s’opposent, tel D. Gross, à toute tentative de les enrayer :

  • 19 « [I]t is therefore natural to wonder, should the Federal Reserve, the White Ho (...)

Par conséquent, il est légitime de se demander si la Maison Blanche ou le Congrès devraient empêcher les bulles spéculatives de se former. Quand le prix des actifs se révèle dangereusement élevé, est-ce que la Réserve fédérale devrait augmenter les taux d’intérêt pour étouffer la spéculation ? Le Congrès devrait-il éliminer progressivement les crédits d’impôt qui profitent à une nouvelle technologie pleine de promesse lorsque les capitaux privés affluent vers ce secteur ? Très clairement, c’est haut et fort qu’il faut répondre « non ! » à ces trois questions19.

18Ne rien faire face aux bulles, comme le propose l’auteur, revient à soutenir que le capitalisme spéculatif américain reste le modèle le plus à même de développer l’activité économique.

Le paradigme du capitalisme spéculatif anglo-saxon reste-t-il valide comme modèle économique d’avenir ?

Les bulles spéculatives et le « désenfouissement » polanyien

  • 20 « [...] an unsustainable increase in prices brought on by investors’ buying beh (...)
  • 21 « Most investors also seem to view the stock market as a force of nature unto itself ». I (...)
  • 22 Michel Van der Yeught, « The metaphors of financial bubbles in British and American disc (...)

19La critique la plus répandue à propos des bulles financières est qu’elles déconnectent la finance de l’économie. L’économiste Robert Shiller définit une bulle comme « une augmentation des cours impossible à maintenir car suscitée par le comportement haussier des investisseurs plutôt que par des informations transparentes sur la valeur fondamentale des actifs »20. La déconnexion des cours de bourse par rapport à la valeur réelle des actifs est telle que les investisseurs accordent aux marchés financiers une autonomie spécifique d’évolution : « la plupart des investisseurs semblent également considérer le marché des valeurs mobilières comme une force de la nature autonome »21. Cette analyse familière a été reprise par de nombreux commentateurs sous différentes formes : « exubérance irrationnelle », « capitalisme de casino », « folie des investisseurs », « lévitation boursière », etc.22.

  • 23 Karl Polanyi, The Great Transformation, Boston: Beacon Press, 2001 [1944].

20Il semble toutefois que ce phénomène de déconnexion de la finance par rapport à l’économie n’ait pas encore été rapproché du concept de « désenfouissement » (disembedding) que Karl Polanyi applique à la Révolution industrielle britannique au XIXe siècle23. Les deux processus sont pourtant de même nature et leur mise en parallèle peut éclairer notre démarche. D’après K. Polanyi, les bouleversements sociaux entraînés par l’industrialisation rapide de la Grande-Bretagne proviennent du désenfouissement de l’économie de marché par rapport à la société. Au cours de cette évolution, la société est devenue dépendante de l’économie de marché alors que jusqu’alors dans l’histoire humaine l’institution du marché était restée « enfouie » dans les rapports sociaux :

  • 24 « Ultimately, that is why the control of the economic system by the market is of overwhel (...)

En dernière analyse, voilà pourquoi le contrôle exercé par le marché sur le système économique est si lourd de conséquence pour l’organisation de la société dans son ensemble : il n’implique rien moins que le fonctionnement de la société comme pur appendice du marché. L’économie n’est plus enfouie dans les relations sociales ; tout au contraire, ce sont les relations sociales qui sont enfouies dans le système économique24

21La même analyse en termes de désenfouissement peut s’appliquer aux relations entre la finance et l’économie en période de bulle spéculative. La déconnexion des cours par rapport à la valeur réelle des actifs désenfouit la finance de l’économie et lui apporte une autonomie apparente. Il suffit de décaler l’analyse au cran supérieur et de remplacer société et économie par économie et finance pour adapter la phrase de K. Polanyi au capitalisme spéculatif : « [...] il n’implique rien moins que le fonctionnement de [l’économie] comme pur appendice [de la finance]. [La finance] n’est plus enfouie dans [l’économie] ; tout au contraire, c’est [l’économie] qui est enfouie dans le [système financier] ».

  • 25 Ibid, 103-107.
  • 26 Joseph E. Stiglitz, Freefall: America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy(...)

22En outre, de même que l’économie de marché tend à s’abstraire des contingences sociales au prix de nombreuses « dislocations sociales »25, la finance de marché tend à s’abstraire des contingences économiques (rentabilité, production, éléments fondamentaux de gestion) pour atteindre un stade supérieur de dématérialisation. La crise des subprimes illustre ce processus de dématérialisation ; les nouveaux instruments financiers qui ont été structurés pour titriser les dettes ont été totalement découplés de leurs actifs sous-jacents et ont été impossibles à évaluer en période de crise26.

  • 27 « [A] market economy can function only in a market society ». Karl Polanyi, The Great (...)

23Le rapprochement des deux désenfouissements les fait s’éclairer mutuellement. Elle rend compte de la financiarisation accélérée de l’économie depuis la politique de déréglementation engagée par l’administration républicaine américaine au cours des années 1980. Selon K. Polanyi, pour qu’une économie de marché fonctionne, la société doit devenir une société de marché : « [Une] économie de marché ne peut fonctionner que dans une société de marché »27. Selon la même logique, pour qu’une finance de marché fonctionne, l’économie doit se financiariser et la proposition de l’auteur peut être réadaptée comme suit : [Une] finance de marché ne peut fonctionner que dans une économie financiarisée. L’inversion des relations économie-finance dans le capitalisme spéculatif est parfois familièrement résumée par le dicton « it is the tail that wags the dog ». De fait, pour les gouvernances d’entreprises acquises aux principes du capitalisme spéculatif, la finalité première qui surbordonne toutes les autres activités économiques est d’augmenter la valeur actionnariale (shareholder value), c’est à dire le cours en bourse du titre de la société.

24La notion de désenfouissement spéculatif éclaire également la nature des krachs boursiers. Lorsqu’une bulle éclate, les conditions objectives qui déterminent l’action humaine reprennent leur droit et le krach consécutif réenfouit soudain la finance dans l’économie. Les cours qui s’effondrent cherchent la réalité économique qu’ils avaient perdue, c’est-à-dire une valeur en argent liquide, et ils chutent tant qu’ils ne la trouvent pas. Quand ce liquide est venu à manquer en 2008, la débâcle a été évitée à l’aide d’argent liquide de substitution : l’endettement, l’argent des contribuables ou un mélange des deux. Malgré ces sérieux travers, le désenfouissement spéculatif des bulles et les krachs subséquents sont acceptés comme des fatalités du capitalisme spéculatif par ses promoteurs puisque, in fine, soutiennent-ils, « quelques individus perdent, mais le pays gagne ».

25La mondialisation de la crise financière à la suite de l’effondrement des subprimes montre que le capitalisme spéculatif s’est internationalisé et que les effets brutaux des désenfouissements et réenfouissements successifs se font sentir partout où il a inversé les rapports entre l’économie et la finance. Persister à tolérer des bulles spéculatives désormais internationales ouvre la perspective de voir se succéder des crises financières incessantes à dimension mondiale.

Le capitalisme spéculatif face au troisième désenfouissement

26Les dangers d’une succession ininterrompue de crises financières, économiques et sociales gravissimes suffiraient à s’interroger sur la validité du capitalisme spéculatif anglo-saxon comme futur modèle de développement économique de la planète. Néanmoins, l’urgence du questionnement découle moins de ces craintes que d’un troisième type de désenfouissement auquel les bulles spéculatives se trouvent aujourd’hui confrontées.

27Les deux désenfouissements déjà mis en relation entraînent de graves dommages socio-économiques parce qu’ils subvertissent les conditions objectives auxquelles l’action humaine est assujettie. Le malaise social multiforme, tantôt diffus tantôt explosif, qui travaille les sociétés industrielles depuis plus d’un siècle résulte du premier ; les crises financières résultent du second. Ces réenfouissements douloureux et souvent brutaux dans la réalité des choses en rappellent régulièrement les conditions. Néanmoins, la plasticité de l’adaptation humaine laisse espérer aux défenseurs du capitalisme spéculatif que l’humanité s’accommodera bon gré mal gré de la commercialisation de la société et de l’instabilité chronique de son environnement financier. Il semblerait même que l’idéal de l’entrepreneur capitaliste le pousse à passer outre ces obstacles et à refuser superbement les conditions objectives qui s’imposent à lui. Les slogans des entreprises soucieuses d’incarner l’audace entrepreneuriale – ils affirment que rien n’est impossible, qu’il faut repousser toutes les limites ou qu’il n’existe en réalité aucune limite si ce n’est dans nos préjugés – nient tacitement qu’il existe des conditions objectives qui cernent l’action humaine. La flexibilité adaptative de l’homme moderne lui permettra peut-être d’ignorer les conditions sociales des désenfouissements, mais il sera plus compliqué d’ignorer les conditions naturelles qui contraignent désormais étroitement l’action humaine.

  • 28 Hannah Arendt, The Human Condition, Chicago: Chicago UP, 1998 [1958].

28Hannah Arendt rappelle les conditions qui s’imposent aux hommes et elle propose, entre autres, deux concepts qui se combinent ici à l’analyse menée à partir du désenfouissement polanyien28. Au début de son ouvrage, elle distingue les conditions imposées par « la terre » (the earth), l’univers naturel où notre vie s’est développée, de celles qui dépendent du « monde » (the world), l’univers artificiel que l’homme s’est construit sur la terre (Arendt, 1998 : 2). Elle souligne la fragilité du monde construit par l’homme face à la toute-puissance de la nature qui le menace d’engloutissement ou de dissolution :

  • 29 « [Nature] makes her presence felt in the man-made world through the constant threat of o (...)

[La nature] rend sensible sa présence dans le monde fait par l’homme en menaçant constamment de le submerger ou de le détruire. […] [E]n permanence, la nature envahit l’artifice humain en menaçant la pérennité du monde et sa capacité à accueillir l’utilisation humaine29.

  • 30 « From the viewpoint of nature, it is work [...] that is destructive, since the work proc (...)

29Néanmoins, elle observe aussi que le processus de travail nécessaire à la construction du monde humain détruit également la nature en tirant d’elle les matériaux dont il a besoin : «  Du point de vue de la nature, c’est le travail [...] qui est destructif puisque le processus du travail enlève de la matière des mains de la nature sans la lui rendre30.

30Depuis ces lignes écrites en 1958, l’équilibre entre les destructions causées par la nature au monde et celles du monde, causées à la nature, s’est dangereusement rompu. L’impact structurel des activités humaines sur le système écologique terrestre indique qu’un troisième type de désenfouissement est à l’œuvre. Alors que le « monde » a toujours été enfoui dans la « terre », il est en passe de s’en désenfouir et de la placer entièrement à son service, au point que la proposition de K. Polanyi, enrichie par H. Arendt, peut être à son tour adaptée : « [...] il n’implique rien moins que le fonctionnement de [la terre] comme pur appendice [du monde]. [Le monde] n’est plus enfoui dans [la terre] ; tout au contraire, c’est [la terre] qui est enfouie dans le [système du monde] ».

31Les scientifiques qui étudient l’empreinte écologique humaine donnent corps à ce troisième désenfouissement en évaluant ce que le travail tire de la terre sans le lui rendre. L’organisation Global Footprint Network appelle « jour mondial du dépassement » (global overshoot day) la date annuelle à laquelle le monde se désenfouit de la planète en en prélevant plus qu’il ne lui rend31.

32Certes, le capitalisme spéculatif n’est pas l’unique responsable de cet ultime désenfouissement – les économies collectivistes, telle celle de l’ex-Union soviétique, ont des empreintes écologiques désastreuses – mais, en tant que seul modèle économique en voie de mondialisation rapide, il ne peut ignorer sa responsabilité majeure dans le processus croissant de ponction des ressources terrestres. Les conséquences qui en découlent portent cette fois sur les conditions mêmes de la subsistance du vivant sur la terre.

Les bulles spéculatives et la frontière illimitée

  • 32 Un exemple caractéristique de cette foi en l’extraordinaire abondance en ressou (...)
  • 33 Donella H. Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et al., The Limits to Growth: A (...)

33La tolérance aux bulles spéculatives, qui se fonde sur la capacité des acteurs à réparer les dégâts économiques qu’elles causent, se heurte désormais au désenfouissement écologique. Cette tolérance repose sur la conviction américaine forgée au XVIIIe siècle que les conditions qui s’imposent aux activités humaines constituent des frontières indéfiniment franchissables au sein d’une nature illimitée32. Les espoirs que les responsables américains placent actuellement dans les gaz de schiste évoquent la frénésie spéculative de l’oil boom (1870-1900) pendant l’Âge doré et leur donnent la conviction qu’une « nouvelle frontière » énergétique est à conquérir. Les alertes écologiques qui se multiplient en ce moment signalent au contraire la « fin de la frontière » planétaire et l’incapacité de la nature à absorber davantage les dégâts écologiques d’une croissance continue. Elles confirment le titre du rapport Meadows au Club de Rome, The Limits to Growth33.

34À notre connaissance, il n’existe pas encore de recherche mesurant l’impact écologique des bulles spéculatives, mais il est probable qu’il est considérable. Le renchérissement rapide des actifs est un phénomène mathématique et conventionnel, mais il répand dans les sociétés qui en bénéficient un sentiment de richesse qui stimule la consommation en produits et en énergie et donc les ponctions que « le monde » impose à « la terre ». Lorsque les bulles éclatent, les krachs anéantissent une valeur économique considérable et ils dégradent des pans entiers de territoire. Que ce soit sous la forme de cycles stop and go ou boom and bust, les surchauffes d’activité et les gaspillages induits par les à-coups spéculatifs ne peuvent qu’aggraver les trois désenfouissements identifiés et particulièrement le troisième qui conditionne la présence de la vie sur la planète.

35Notre réponse à l’interrogation initialement posée est donc que le paradigme anglo-saxon du capitalisme spéculatif n’a pas desservi les intérêts des pays qui l’ont pratiqué, notamment la Grande-Bretagne et les États-Unis, mais que les conditions dans lesquelles il s’est développé lui imposent désormais des limites inamovibles. Tolérer à l’avenir des successions de bulles et de krachs sous prétexte qu’ils contribuent à équiper la planète n’est plus « soutenable ». Au désenfouissement déjà identifié par K. Polanyi, se rajoutent les désenfouissements spéculatif et écologique qui induisent déjà des déstabilisations mondiales graves et multiformes. La crise des subprimes a précipité ces effets déstabilisateurs, mais ils étaient déjà à l’œuvre depuis le regain libéral des années 1980. Au terme de trois décennies de croissance économique accélérée tirée par la finance, période qu’on pourrait nommer « les trente glorieuses de Wall Street », les conditions qui déterminent l’activité des hommes se rappellent à eux chaque jour et les limites que la « terre » impose au « monde » se dressent désormais partout. Pour que le capitalisme spéculatif survive, son paradigme doit évoluer afin qu’il contribue à la survie de l’espèce humaine plutôt que se développer à son détriment.

Conclusion

36En ce début du XXIe siècle, le paradigme du capitalisme anglo-saxon doit être remis en question, en particulier dans sa version spéculative qui a largement prévalu aux États-Unis au cours du XIXe siècle et qui a bénéficié d’un regain de vitalité lors des trois dernières décennies. Les promoteurs de ce modèle estiment que les bulles spéculatives peuvent être tolérées malgré leurs multiples inconvénients parce qu’elles contribuent in fine à la croissance accélérée des économies. Ce chapitre conclut que cette conviction ne sera plus défendable à l’avenir pour deux raisons.

37Premièrement, dans le contexte américain, le recours à la spéculation comme accélérateur de la croissance économique est historiquement relayé par la partie non institutionnelle et peu réglementée du système boursier, le stock market. Son puissant renouveau au cours des trente dernières années a contribué à la violente flambée boursières de la bulle Internet et à la crise des subprimes. Les déréglementations massives des années 1980 et 1990 ont ouvert le stock market à de très nombreux agents bancaires américains et étrangers créant ainsi un « système financier/bancaire fantôme » (shadow financial/banking system). Ce vaste réseau financier international, dont de larges pans restent opaques, est au service du capitalisme spéculatif et il décuple au niveau mondial le phénomène de désenfouissement spéculatif de la finance hors de l’économie. Il a internationalisé la crise américaine des subprimes et échappe largement au contrôle politique des nations. Laisser se développer le paradigme du capitalisme spéculatif au niveau planétaire ouvre la voie à une succession ininterrompue de crises économico-financières dramatiques.

38Deuxièmement, la tolérance à la spéculation se fonde sur la conviction que les dommages économiques des bulles spéculatives pourront toujours être absorbés par les hommes et la nature. Depuis la fin du XXe siècle, cette conviction se heurte au phénomène du désenfouissement écologique du « monde » hors de la « terre », notion construite par la combinaison de concepts empruntés à K. Polanyi et à H. Arendt. Cette évolution menace les conditions de la subsistance de la vie sur notre planète. La succession récente de bulles et de krachs boursiers a très certainement accéléré l’érosion de l’environnement par les ponctions en ressources qu’ils ont entraînées. L’économie de gaspillage qui en découle ne peut constituer un paradigme de développement acceptable pour notre génération et les suivantes. « Les trente glorieuses de Wall Street » touchent à leur terme ainsi que le paradigme du capitalisme spéculatif. Dans le monde anglophone lui-même – comme l’atteste le mouvement « Occupy Wall Street » – nombreux sont ceux qui en sont désormais persuadés et qui s’engagent dans la quête de nouveaux modèles socio-économiques propres à réaliser les réenfouissements nécessaires à la durabilité.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT Hannah, The Human Condition, Chicago : Chicago UP, 1998 [1958].

BANNER Stuart, Anglo-American Securities Regulation, Cambridge : Cambridge UP, 1998.

CHEVALIER Michel, Lettres sur l’Amérique du Nord, tomes I et II, Paris : Librairie Charles Gosselin et Cie, 1838.

GROSS Daniel, Pop! Why Bubbles are Great for the Economy, New York : HarperCollins, 2007.

HENNESSY Elizabeth, Coffee House to Cyber Market: 200 Years of the London Stock Exchange, Londres : Ebury Press, 2001.

JOSEPHSON Matthew, The Robber Barons: The Great American Capitalists 1861-1901, New York : Harcourt Brace & Co, 1934.

KINDLEBERGER Charles P., Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Basingstoke, Palgrave, 2002 [1996].

MEADOWS Donella H., Dennis MEADOWS, Jorgen RANDERS et al., The Limits to Growth: A Report to the Club of Rome, New York : Universe, 1972.

POLANYI Karl, The Great Transformation, Boston: Beacon Press, 2001 [1944].

SHILLER Robert J., Irrational Exuberance, Princeton (N.J.) : Princeton UP, 2000.

STEDMAN Edmund C., The New York Stock Exchange, New York : Greenwood Press, 1969 [1905].

STIGLITZ Joseph E., Freefall: America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy, New York : W.W. Norton, 2010.

TOCQUEVILLE Alexis de, De la démocratie en Amérique, tome II, Paris : Garnier Flammarion, 1981 [1840].

VAN DER YEUGHT Michel, « The metaphors of financial bubbles in British and American discourses », in Christopher WILLIAMS & Denise MILIZIA (Dir.), ESP Across Cultures 4, Foggia (Italie), Université de Foggia, 2007, 66-79.

VAN DER YEUGHT Michel, Une histoire de Wall Street, Paris : Éditions ESKA, 2009.

Haut de page

Notes

1 Stuart Banner, Anglo-American Securities Regulation, Cambridge : Cambridge UP, 1998, 75-87.

2 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, Paris : Éditions ESKA, 2009, 17-18.

3 Elizabeth Hennessy, Coffee House to Cyber Market: 200 Years of the London Stock Exchange, Londres : Ebury Press, 2001, 92-93.

4 Ibidem, 83, 85.

5 Cité dans Matthew Josephson, The Robber Barons: The Great American Capitalists 1861-1901, New York : Harcourt Brace & Co, 1934, 22.

6 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, tome II, Paris : Garnier Flammarion, 1981 [1840], 196. Au fil des siècles, les principales bulles portent sur : les bons du Trésor (1790-9), les canaux (1820-30), les chemins de fer (1830-70), le télégraphe (1840-60), les valeurs minières et pétrolières (1860-1920), les premières valeurs industrielles (1870-1910), les nouvelles technologies (1995-2002). Elles se soldent par des paniques financières dont les plus importantes éclatent en 1792, 1837, 1857, 1873, 1893, 1907, 1929, 1987, 2000, 2007.

7 Charles P. Kindleberger, Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Basingstoke, Palgrave, 2002 [1996].

8 Ibidem, 13-22.

9 Michel Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, tomes I et II, Paris : Librairie Charles Gosselin et Cie, 1838, 151-165.

10 « Pop ! Pourquoi les bulles spéculatives sont bonnes pour l’économie ». Daniel Gross, Pop! Why Bubbles are Great for the Economy, New York : HarperCollins, 2007.

11 « Gross shows how the bubbles once generally seen as disastrous have actually helped build the commercial infrastructures that have jump-started American growth. If there is a secret to the perennial resilience and exuberance of the American economy, Gross may just have found it in our peculiar capacity to blow financial bubbles – and successfully clean up the mess ». Ibidem, troisième de couverture.

12 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 141-143.

13 Ibidem, 313-315.

14 Robert J. Shiller, Irrational Exuberance, Princeton (N.J.): Princeton UP, 2000, 3.

15 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 196, 211-212.

16 Prêts immobiliers de qualité inférieure destinés à aider les ménages modestes à accéder à la propriété.

17 À partir de 1933, la loi Glass-Steagall a séparé les banques d’investissement des banques commerciales afin d’éviter que l’argent des dépôts n’alimente la spéculation. Elle a été abrogée en 1999 par la loi Gramm-Leach-Bliley.

18 Michel Van der Yeught, Une histoire de Wall Street, op. cit., 157-160.

19 « [I]t is therefore natural to wonder, should the Federal Reserve, the White House, or Congress try to stop bubbles from developing? When assets prices are deemed dangerously high, should the Federal Reserve raise interest rates to choke off speculation? Should Congress phase out tax credit for an exciting new technology when private sector capital flows into the sector? Clearly, the answer to all three questions is a resounding no ». Daniel Gross, Pop! Why Bubbles are Great for the Economy, op. cit., 186.

20 « [...] an unsustainable increase in prices brought on by investors’ buying behavior rather than by genuine, fundamental information about value ». Robert J. Shiller, Irrational Exuberance, op. cit., 5.

21 « Most investors also seem to view the stock market as a force of nature unto itself ». Ibidem, xv.

22 Michel Van der Yeught, « The metaphors of financial bubbles in British and American discourses », in Christopher Williams & Denise Milizia (Dir.), ESP Across Cultures 4, Foggia (Italie), Université de Foggia, 2007, 66-79.

23 Karl Polanyi, The Great Transformation, Boston: Beacon Press, 2001 [1944].

24 « Ultimately, that is why the control of the economic system by the market is of overwhelming consequence to the whole organization of society: it means no less than the running of society as an adjunct to the market. Instead of economy being embedded in social relations, social relations are embedded in the economic system ». Ibidem, 60.

25 Ibid, 103-107.

26 Joseph E. Stiglitz, Freefall: America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy, New York : W.W. Norton, 2010, 77-107.

27 « [A] market economy can function only in a market society ». Karl Polanyi, The Great Transformation, op. cit., 60.

28 Hannah Arendt, The Human Condition, Chicago: Chicago UP, 1998 [1958].

29 « [Nature] makes her presence felt in the man-made world through the constant threat of overgrowing or decaying it. […] [N]ature forever invades the human artifice, threatening the durability of the world and its fitness for human use ». Ibidem, 98.

30 « From the viewpoint of nature, it is work [...] that is destructive, since the work process takes matter out of nature’s hands without giving it back to her ». Ibid., 100.

31 Global Footprint Network <http://www.footprintnetwork.org/en/index.php/GFN>, consulté le 10 février 2015.

32 Un exemple caractéristique de cette foi en l’extraordinaire abondance en ressources de l’Amérique du Nord et offert par la « vision » de Nathaniel Ames, le rédacteur en chef du premier almanach publié outre-Atlantique. En 1758, l’année de sa publication, il se figure l’avenir de cette terre riche en « trésors d’immense valeur », en « inestimables trésors d’or et d’argent », en « énormes montagnes de minerai de fer » utiles pour produire « une infinité d’ustensiles » pour « les habitants non encore nés de l’Amérique » (cité dans Edmund C. Stedman, The New York Stock Exchange, New York : Greenwood Press, 1969, 16). Voir également Matthew Josephson, qui évoque « les inépuisables gisements de charbon ou les innombrables millions de stères de bois de construction » stimulant la spéculation dans l’Ouest américain pendant l’Âge doré (The Robber Barons: The Great American Capitalists 1861-1901, New York : Harcourt Brace & Co, 1934, 23).

33 Donella H. Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et al., The Limits to Growth: A Report to the Club of Rome, New York: Universe, 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Van der Yeught, « L’évaluation de la crise des subprimes et les limites du capitalisme spéculatif », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/7387 ; DOI : 10.4000/lisa.7387

Haut de page

Auteur

Michel Van der Yeught

Michel Van der Yeught est professeur des universités à Aix-Marseille Université et membre du LERMA (EA 853). Son domaine d’étude est l’anglais financier (bourse, comptabilité, histoire et technique des marchés financiers américains). Ses publications récentes comprennent Une histoire de Wall Street (ESKA, 2009) et L’anglais de la bourse et de la finance : description et recherche (Ophrys, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals