Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 François Perroux, Le capitalisme, Paris : Presses universitaires de France, collection Que-sais-je  (...)
  • 2 La fondation, en 2009, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), tout comme le discours développé par (...)

1« Le capitalisme est un mot de combat » – la formule de François Perroux dans l’introduction de son petit Que sais-je ? publié en 1948 n’a rien perdu de son acuité1. Près de soixante-dix ans plus tard, le combat n’a pas cessé et le mot sent toujours le soufre. Alors que, depuis le début des années 1990, aucun modèle alternatif ne rivalise plus avec le capitalisme, il continue de représenter, pour ses adversaires, un système fondé sur l’exploitation de l’homme par l’homme, d’une classe par une autre, et donc à abattre2. Ses partisans ont accueilli la chute du communisme en Union soviétique et en Europe de l’Est comme une victoire, et la plupart d’entre eux ont réagi à la crise majeure qu’il traverse depuis 2007 en appelant de leurs vœux des réformes propres à enrayer ses excès ou son dévoiement.

  • 3 Voir Joseph E. Stiglitz, FreeFall. America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy, New (...)
  • 4 Si Marx n’a pas lui-même utilisé le terme de « capitalisme », lui préférant celui de « capital », (...)
  • 5 Voir Suzanne Berger & Donald Dore (Dir.), National Diversity and Global Capitalism, Ithaca : Corne (...)

2La plupart des économistes répugnent à employer un terme si chargé idéologiquement et lui préfèrent celui d’ « économie de marché », terme qui donne forme au paradigme néoclassique dominant au sein de la profession que certains, tels Joseph E. Stiglitz, commencent néanmoins timidement à questionner3. En même temps qu’elle a alimenté le retour en force d’un discours critique sur le capitalisme en tant que système d’organisation économique et sociale, mais aussi la formulation de nombreuses propositions de réforme de la part de ceux-là mêmes qui se déclarent partisans de ce système, la crise a ainsi eu une valeur épistémologique. D’abord parce qu’elle a suscité un regain d’intérêt pour des travaux dans lesquels la référence au concept de capitalisme permet d’éclairer la dynamique des transformations des systèmes économiques dans le temps4. Ensuite parce que dans le contexte d’aporie actuel, la diversité des trajectoires nationales face à une crise mondialisée a permis de clore – temporairement peut-être – le débat entre les tenants de la théorie de la « convergence » et les apôtres de la « divergence » des systèmes économiques et montré tout l’intérêt les études portant sur la diversité des capitalismes à travers l’espace5. La lecture de ces travaux sur la diversité des capitalismes a fourni le point de départ de ce numéro qui entend répondre à un double questionnement : en quoi la référence au concept de capitalisme et à sa « diversité » peut-elle être éclairante pour rendre compte des réalités économiques caractéristiques du monde contemporain, en particulier dans les pays du monde anglophone ? En quoi le modèle associé à la notion de « capitalisme anglo-saxon » constitue-t-il une grille de lecture opératoire ? Mais définir les contours d’un monde « anglo-saxon » ne fait-il pas, en soi, problème ?

Discours, représentations et construction des modèles

  • 6 Paul Siblot, « De la dénomination à la nomination : les dynamiques de la signifiance nominale et le (...)

C’est à travers les « grilles » de logosphères diversement élaborées par les langues et les cultures que chaque locuteur peut, non seulement concevoir et catégoriser, mais aussi percevoir le monde. Des locuteurs d’aires linguistiques différentes « ne parlent pas immédiatement de la même chose », de manière objective ; ils ne parlent jamais que de la perception culturalisée et socialisée qu’ils en ont 6.

  • 7 Voir Martine Azuelos, 2012, entrée « Anglosphère », in Cynthia Ghorra-Gobin (Dir.), Dictionnaire c (...)

3Parler du « capitalisme anglo-saxon » implique que soient dissipés un certain nombre de malentendus. Malentendu sur le sens de l’adjectif français « anglo-saxon », tout d’abord. Que qualifie-t-il ? La liste des pays mentionnés par les auteurs qui l’utilisent pour faire référence à une partie du monde est très variable. Parfois, seuls le Royaume-Uni et les États-Unis sont mentionnés, « anglo-saxon » étant alors employé comme synonyme de « anglo-américain ». Pour d’autres, le « monde anglo-saxon » désigne l’ensemble des pays développés dans lesquels l’anglais est la langue officielle ou majoritaire : « anglo-saxon » devient, sous leur plume, un synonyme de « anglophone ». Mais définir les contours ce « monde anglophone » ou « anglosphère » s’avère problématique, tant sa très forte diversité est plus apparente que son unité7. Si l’on s’intéresse uniquement à l’organisation de la vie économique, la validité de la référence à ce « monde » comme à un ensemble qui fait sens mérite d’être questionnée. Tout comme mérite d’être questionnée l’idée que les pays qui le composent relèvent d’un même « modèle économique anglo-saxon ».

  • 8 Cet espace épistémologique est délimité par la construction de représentations communes ou partagée (...)

4Ces termes eux-mêmes sont, qui plus est, plus évocateurs pour un Français, ou au sein de l’espace épistémologique que construit l’utilisation de la langue française8, qu’en dehors de cet espace, et singulièrement dans l’espace anglophone. Un francophone saisit en effet, même si c’est de façon relativement confuse, de quoi l’on parle lorsque l’on évoque le « capitalisme anglo-saxon ». C’est une expression qui, du moins pour un individu disposant d’un certain niveau de connaissances sur le monde contemporain, est parlante. La définition qui suit, volontairement non savante et empruntée au site cafedelabourse.com, traduit bien une forme de représentation dont on peut faire l’hypothèse qu’elle est assez largement répandue en France, en ce début de XXIe siècle :

Le capitalisme anglo-saxon est une forme de capitalisme couramment associé au Royaume-Uni et aux États-Unis mais que d’autres pays appliquent, notamment le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Irlande.
Traditionnellement, il tend fortement vers le marché libre et la libre entreprise, se caractérisant par une moindre réglementation de ses marchés financiers et un droit du travail plus souple.
Le capitalisme anglo-saxon diffère de son cousin continental, davantage sous le contrôle d’un État-providence œuvrant à redistribuer la richesse. La France, l’Italie et l’Allemagne appliquent en partie ce modèle.
Les partisans du modèle anglo-saxon soutiennent qu’il encourage l’innovation par la concurrence, favorisant ainsi la richesse générale. Les défenseurs du modèle continental maintiennent qu’il atténue la pauvreté des plus démunis et réduit les inégalités sociales9.

  • 10 Les membres du Centre d’étude et de recherche sur la vie économique des pays anglo-saxons (CERVEPAS (...)
  • 11 L’ironie est perceptible dans la définition figurant le site Financial Times Lexicon : « Despite it (...)
  • 12 Winston Churchill, « The Sinews of Peace », Discours prononcé à Fulton (Missouri), le 5 mars 1946 <(...)
  • 13 Winston Churchill, A History of the English-Speaking Peoples (12 vol.), Londres : Cassell & Co, 195 (...)
  • 14 James C., Bennett 2001, « An Anglosphere Primer », 2001 <http://explorersfoundation.org/archive/ang (...)

5L’anglophone, au contraire, s’interroge10 ou ironise lorsqu’il entend parler d’Anglo-Saxon economies ou d’Anglo-Saxon capitalism11 – quand il ne récuse l’emploi d’un adjectif dont il perçoit que l’emploi est connoté idéologiquement et renvoie à une tradition aujourd’hui très fortement contestée et même « politiquement incorrecte ». Cette tradition repose en effet sur un construit discursif dont les préoccupations géopolitiques ne sont pas absentes. L’un des pères fondateurs de la notion de « monde anglo-saxon » n’est autre que Winston Churchill, et il n’est nullement anodin que ce soit précisément au moment où il voyait s’abattre un « rideau de fer » sur l’Europe, et où l’Empire britannique vivait ses derniers instants, qu’il ait défendu l’existence d’une « relation spéciale » entre le Royaume-Uni et les États-Unis et d’une communauté de civilisations des « peuples anglophones » des îles Britanniques, des États-Unis, du Canada, d’Australie et de Nouvelle-Zélande12. Cette communauté était prétendument fondée sur une origine ethnique, une histoire et une langue commune13, et c’est dans la filiation de cette vision churchillienne que les tenants actuels du concept d’ « anglosphère » évoquent une « civilisation en réseau » qui résulterait de l’attachement à des valeurs et à des pratiques telles que l’individualisme, la prééminence du droit, le respect des contrats ou la protection des libertés individuelles14.

  • 15 Sur ce point on consultera avec intérêt la revue English World-Wide. A Journal of Varieties of Engl (...)
  • 16 En témoigne le débat qu’a suscité la publication, de l’ouvrage de Samuel Huntington, The Clash of C (...)

6Au sein du monde anglophone, le mouvement de décolonisation des années 1950 et 1960, et la montée en puissance, au sein du monde universitaire, des études post-coloniales et du discours sur le multiculturalisme à partir des années 1970 ont largement contribué à remettre en cause, puis à déconstruire le type de discours et de représentations hérité de cette vision churchillienne du monde. De fait, il est évident que les pays qui composent le monde anglophone en ce début de XXIe siècle possèdent très peu de caractéristiques communes, en dehors de la langue – à supposer même que l’on puisse parler d’une langue « commune » car les variétés de l’anglais sont si nombreuses et leurs différences tant lexicales, que morpho-syntaxiques et phonologiques si marquées15 que l’idée d’appartenance à une « communauté linguistique » doit être maniée avec précaution. Ces pays diffèrent non seulement par leur composition ethnique, mais plus fondamentalement encore par leurs structures et par leurs institutions sociales, juridiques, politiques et économiques, ainsi que par l’histoire qui a été la leur depuis qu’ils ont accédé à l’indépendance. L’anglosphère est ainsi, pour beaucoup d’auteurs contemporains, un pur construit idéologique qui ne correspond à aucune réalité. En son lieu et place, il existe pour eux des mondes anglophones. Toute division du monde fondée sur la référence à la notion de « civilisation », de « culture », voire d’ « aire culturelle », est récusée par ces auteurs16.

  • 17 Ces spécialistes relèvent de la « onzième section » du Conseil national des universités (CNU) qui s (...)
  • 18 La réflexion sur la notion de « capitalisme anglo-saxon » qui donne corps à l’ouvrage s’inscrit dan (...)
  • 19 Voir, par exemple, François Crouzet, 1985, De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris : (...)
  • 20 Voir David Thomson, « General de Gaulle and the Anglo-Saxons », International Affairs, vol. 41, n° (...)
  • 21 Claude Bismut, « Les Anglo-Saxons ont-ils tort ? », Politique étrangère, n° 2, 1996, 397.
  • 22 Jeremy Jennings, « Peut-on parler d’un modèle anglo-saxon ? (Contribution à une histoire de nos pré (...)

7Force est de constater, cependant, que la notion de « monde anglo-saxon » a la vie dure en France et que le travail de déconstruction mené dans le monde anglophone y a eu peu d’écho, en dehors du cercle relativement étroit des spécialistes des langues, littératures et civilisations du monde anglophone17 dont les travaux sont souvent méconnus des spécialistes d’autres disciplines. Cet ouvrage questionne donc un certain nombre d’idées reçues en France et pourra, espérons-le, conduire le lecteur français à le suivre dans cette voie18. Cette démarche implique toutefois de prendre quelque distance critique vis-à-vis de notre propre langue et des représentations qu’elle traduit. La construction de la nation française a, comme on le sait, reposé en partie sur la construction d’un espace linguistique unifié longtemps fondé sur la disparition progressive de l’utilisation des langues régionales. La représentation de notre « identité nationale » s’est aussi édifiée par contraste avec une « aire anglophone » dont la représentation se construit elle-même sur la base d’un mélange de sympathie, voire de fascination, mais aussi de rivalité, voire d’hostilité, vis-à-vis des pays dans lesquels l’anglais est soit la langue nationale, soit celle parlée par une majorité de la population19. L’évocation de quelques épisodes de l’histoire de la France contemporaine permet de prendre la mesure des enjeux qui sous-tendent l’utilisation de l’adjectif « anglo-saxon » en référence à un monde ou à un modèle. Employé avec une connotation très négative par le général de Gaulle20, cet adjectif a, depuis les années 1980, été largement repris par les adversaires français du néo-libéralisme, au point qu’un observateur peut se demander : « Le diable est-il anglo-saxon ? »21. De ce fait, aujourd’hui, lorsqu’il n’est pas présenté comme une panacée par ceux que leur appréciation positive conduira à être classés, d’emblée, dans le camp des « ultralibéraux », le « modèle anglo-saxon » est démonisé et apparaît comme un repoussoir vis-à-vis du modèle « français », voire « européen »22.

  • 23 Les travaux de Vivien Schmidt sur l’institutionnalisme discursif (discourse institutionalism) const (...)
  • 24 Voir Michel Albert, Capitalisme contre capitalisme, Paris : Seuil, 1991 ; et Jean-Hervé Lorenzi (Di (...)

8La référence au « monde », voire à un modèle « anglo-saxon », ne serait-elle finalement rien d’autre qu’un « marqueur » de la spécificité française face aux bouleversements auxquels la mondialisation confronte notre pays, qu’une façon de « cliver » le monde23? Observons que si la définition du Café de la Bourse précédemment citée emprunte au lexique familial (« cousin ») pour caractériser la relation entre capitalisme anglo-saxon et capitalisme continental, le registre de l’affrontement est explicite dans des ouvrages comme Capitalisme contre capitalisme ou La guerre des capitalismes aura lieu24.

Diversité et dynamique des modèles de capitalisme

  • 25 Comme le rappelle Jacques Coenen-Huther, « le type idéal […] est une construction intellectuelle ob (...)

9Tout en ne faisant pas l’impasse sur ces questions terminologiques, l’hypothèse qui donne corps à l’ouvrage est que la réflexion sur le « modèle de capitalisme anglo-saxon » peut être féconde, même si la notion de modèle est d’abord à comprendre au sens de « type idéal »25 et si la référence a un « capitalisme anglo-saxon » doit s’accompagner d’une prise en compte de la plasticité et de la diversité de ce capitalisme dans l’espace et dans le temps. Le modèle ne décrit pas une réalité empirique, il reflète un « construit mental » dont la confrontation avec la réalité empirique permet de donner sens à celle-ci. Ainsi, au-delà des invariants ou des convergences pouvant apparaître dans le temps et dans l’espace, l’ouvrage a pour objet de faire apparaître non seulement la diversité des modèles nationaux au sein du monde anglophone mais aussi la dynamique de changement qui les anime, en réponse notamment aux forces de la mondialisation et au choc qu’a constitué la crise déclenchée en 2007.

  • 26 Voir notamment Valérie Peyronel, Catherine Coron et Régine Hollander (Dir.), La crise financière et (...)
  • 27 Thomas Samuel Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, (...)

10La mondialisation, qui s’est fortement accélérée depuis les années 1980, et la crise déclenchée en 2007 ont en effet rendue à la fois plus facile et plus complexe toute réflexion critique sur la notion de capitalisme anglo-saxon. Plus facile, car ce « modèle » – entendu dans sa double acception de « paradigme » et d’ « exemple » – a été fortement remis en cause par ces évolutions26. Mais plus complexe aussi, car elles ont introduit un fort élément d’incertitude quant au devenir du / des modèle(s). Elles ont bouleversé les cartes et appelé une révision de bon nombre de grilles de lecture, mais il est encore difficile d’apprécier pleinement les effets, sur le long terme, des questionnements qu’elles ont suscités. La période actuelle correspond donc peut-être, avant tout, à la crise d’un paradigme, et les questions qu’elle soulève conduiront peut-être à un changement de paradigme au sens où l’entend Kuhn27.

  • 28 Comme le soulignait Robert Boyer en 2002, « [r]ares sont les problématiques économiques qui osent e (...)
  • 29 Lionel Robbins, An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, Londres : Macmillan, (...)
  • 30 Cette approche voit l’économie comme un « procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et s (...)
  • 31 Nicolas Postel, « Le pluralisme est mort, vive le pluralisme ! », L’économie politique, n° 50, avri (...)
  • 32 Voir Karl Polanyi, The Great Transformation. New York: Rinehart, 1944 [traduction française : La Gr (...)
  • 33 Voir Robert Boyer, « Régulation et crises du capitalisme : le rôle de l’État et des institutions », (...)

11Le « modèle » dont il est question ici doit en effet aussi s’entendre au sens de « paradigme », à savoir une représentation du monde qui repose sur une communauté de pensée, elle-même structurée par l’utilisation de méthodes et d’outils de recherche communs. L’analyse comparée des types de capitalisme, qu’elle prenne la forme d’une analyse des différentes formes qu’il a connues à travers l’histoire ou d’une étude comparée de ses formes contemporaines, procède donc elle-même d’un « paradigme » au sens où elle se rattache à une certaine conception de l’économie. Conception qui ne fait pas l’unanimité, loin de là28. Qu’on la qualifie d’ « hétérodoxe », ou d’« institutionnaliste », cette conception se distingue radicalement de l’orthodoxie néoclassique, paradigme formel qui est progressivement devenu dominant en sciences économiques, selon lequel l’économie est « la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares qui ont des usages alternatifs »29. Au contraire, l’approche institutionnaliste pose comme principe que les phénomènes économiques ne peuvent être compris que s’ils sont analysés dans leurs rapports avec l’environnement dans lequel ils se produisent30. Son objet est de « saisir quelles institutions particulières régissent le système économique étudié, quelle est la logique de leur fonctionnement, de leur évolution, quelle est la forme de leur insertion dans la société » 31. Les analyses de Karl Polanyi, ou encore le concept d’encastrement (« embeddedness ») développé par Mark Granovetter participent de cette approche des faits économiques32. Ainsi, alors que le paradigme formel débouche sur une analyse de l’économie de marché, le paradigme institutionnaliste conduit, quant à lui, à l’analyse du capitalisme33. L’utilisation du concept de « capitalisme » dénote, de facto, le paradigme institutionnaliste dans lequel s’ancrent nos analyses.

12Si le capitalisme se définit fondamentalement comme un « régime économique dans lequel les moyens de production sont propriété privée »34, la division du monde entre Est et Ouest, entre socialisme et capitalisme, qui prévalait pendant la guerre froide explique que, comme le rappelle J.-H. Lorenzi « [j]usqu’en 1989, l’opposition entre deux modèles homogènes – capitalisme et socialisme – prévalait dans l’analyse économique »35. Elle explique aussi que, après l’effondrement du bloc soviétique et la transformation de l’économie chinoise en « économie socialiste de marché » faisant la part belle au capitalisme entrepreneurial, à un moment de l’Histoire où il n’existait plus de modèle économique alternatif, l’attention des chercheurs se soit déplacée vers l’étude de la diversité spatiale et historique des capitalismes, d’une part, et de la dynamique de changement qui anime chacune de ces « variétés », ou chacun de ces « modèles », d’autre part.

  • 36 Voir Robert Boyer, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », op. cit.
  • 37 Voir Bruno Amable, Les cinq capitalismes, Paris : Seuil, 2005, 41-53 ; et Bernard Chavance, L’Econo (...)
  • 38 Pour Bruno Amable, « les modèles économiques ne doivent pas être seulement considérés comme une col (...)
  • 39 La hiérarchie institutionnelle est en effet l’ « expression du pouvoir d’un groupe hégémonique [qui (...)

13Au-delà de la diversité des méthodes et des approches théoriques empruntées par les auteurs qui se sont spécialisés dans l’étude comparée des modèles de capitalisme36, deux notions-clés semblent devoir être retenues pour définir les caractéristiques de tel « modèle », « type » ou « variété » de capitalisme : les « institutions » ou « formes institutionnelles », d’une part ; les « complémentarités » ou «les « hiérarchies » institutionnelles de l’autre. Les « institutions » englobent les structures politiques, les normes, les règles de droit ou encore les règles régissant le fonctionnement des marchés37. Elles sont essentielles pour comprendre comment se structure un modèle, car ce qui donne sa cohérence au modèle ce sont les relations de complémentarité qui s’établissent, au sein de chaque modèle, entre institutions38, la notion de « hiérarchie institutionnelle » permettant en outre de prendre en compte le rôle des groupes sociaux et du politique dans l’émergence d’un mode de régulation correspondant à la nature particulière du fonctionnement d’une économie donnée à un moment donné de son histoire39.

14Sensibles à la connotation colonialiste ou raciale de l’adjectif anglais « Anglo-Saxon », les spécialistes anglophones de la diversité des capitalismes préfèrent recourir à l’expression de liberal market economy (LME) pour désigner ce que leurs homologues français désignent encore le plus souvent par les termes de « capitalisme anglo-saxon ».

Modèle et anti-modèle

  • 40 C’est ce que souligne Hervé Lorenzi dans son introduction à La guerre des capitalismes aura lieu, o (...)
  • 41 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, New York : The Free Press, 1992 [traduction (...)

15Alors que la construction d’un modèle de capitalisme fondé sur le marché s’était accélérée en Grande-Bretagne et aux États-Unis à partir du milieu des années 1970, la chute du mur de Berlin vint consacrer l’apparente victoire du modèle capitaliste tel qu’il s’incarnait dans les réformes mises en œuvre dans ces deux pays « anglo-saxons ». Bientôt reprises dans le « consensus de Washington », ces réformes visaient à imposer le modèle de capitalisme fondé sur le marché au Tiers-Monde et aux pays de l’ancien bloc soviétique. Le « modèle » prenant alors valeur d’exemple, il devint normatif40. Le retentissement de la thèse de Francis Fukuyama sur la fin de l’Histoire témoigne d’une vision assez largement dominante à la fin des années 199041. Or, après un premier soubresaut en 2001-2001, l’année 2007 marque la fin d’un cycle : la crise financière atteint le modèle au cœur même de sa dynamique de croissance et conduit, du moins dans un premier temps, à un retour en force de l’interventionnisme public. Alors que le centre de gravité de la croissance mondiale se déplace de l’Atlantique vers le Pacifique, la foi dans le marché en tant que principe régulateur de la vie économique est ébranlée. Anti-modèle pour les pourfendeurs du néolibéralisme, le capitalisme anglo-saxon entre alors dans une crise dont il n’apparaît guère sorti plus de sept ans plus tard (au moment où sont écrites ces lignes), même si la page de la « Grande Récession » a été tournée. Dans ce contexte, on peut se demander si la diversité des réponses à la crise au sein du monde anglophone témoigne d’une résilience d’un même modèle, dont la plasticité lui permettrait de trouver dans ses bases mêmes les ressorts d’une nouvelle dynamique de croissance, ou si on doit au contraire y voir la marque d’une divergence de destins nationaux dont les facteurs sont à rechercher dans d’autres paradigmes que celui du modèle anglo-saxon. Les textes réunis dans l’ouvrage devraient apporter quelques éléments de réponse à ces questions.

Organisation de l’ouvrage

16L’ouvrage est organisé en quatre parties. La première, intitulée « Capitalisme anglo-saxon et monde(s) anglophone(s) : unité et diversité des discours et des modèles », approfondit la réflexion engagée dans cette introduction. Dans un premier article, intitulé « Le capitalisme à l’âge global : les mutations en cours transcendent-elles les spécificités nationales ? », Cynthia Ghorra-Gobin et Martine Azuelos reviennent sur l’une des questions soulevées ici : la mondialisation, qui s’est accélérée au cours des dernières décennies, a-t-elle conduit à une convergence des modèles nationaux de capitalisme vers un modèle unique de capitalisme de marché, celui que l’on baptise fréquemment, en France surtout, de « capitalisme anglo-saxon » ? Pour répondre à cette question, elles commencent par retracer les principales étapes de l’évolution du capitalisme et de ses représentations à travers l’histoire avant d’en définir les caractéristiques dans la période contemporaine, marquée par la globalisation productive et financière. Tout en s’inscrivant dans le prolongement des phases antérieures de la mondialisation, cette phase s’en distingue en effet par la financiarisation et la primauté des logiques transnationales, qui ont fortement influencé l’évolution des capitalismes nationaux et les ont rendus plus soumis aux mécanismes du marché. C’est cette caractéristique qui a conduit certains observateurs à mettre en avant la thèse de la convergence des modèles nationaux vers un capitalisme « à l’anglo-saxonne ». Empruntant aux analyses comparées d’auteurs de l’école de la régulation, les auteurs soulignent au contraire que cette évolution est allée de pair avec une intensification de la diversification institutionnelle des économies nationales et que, plus que la convergence vers un modèle unique, c’est l’hybridation des modèles qui apparaît comme une caractéristique majeure du capitalisme contemporain.

17Cette évolution diversifiée et cette hybridation des modèles nationaux de capitalisme se vérifie à l’intérieur même de l’anglosphère, et même en son cœur, à savoir le Royaume-Uni et les États-Unis, comme le montrent Catherine Coron et Christopher Nock. Ces deux auteurs relèvent tout d’abord que si l’idée que ces deux pays partagent un même modèle économique est largement acceptée en France, elle ne va pas de soi dans les pays concernés, d’autant que chacun suivit une trajectoire très distincte dans la période d’après-guerre. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que le tournant néo-libéral opéré de part et d’autre de l’Atlantique s’accompagna d’une « américanisation » du modèle britannique, favorisant une convergence des deux modèles nationaux. C’est alors que se constitua le modèle anglo-saxon, dont la responsabilité dans l’avènement de la crise du capitalisme global déclenchée en 2008 est ici soulignée. Mais cette convergence semble aujourd’hui marquer le pas. Certes, la réponse des gouvernements britannique et américain à la crise a présenté au départ certaines similitudes : sauvetage des banques, relance budgétaire, expansionnisme monétaire agressif. Les politiques économiques commencèrent toutefois à diverger à partir de l’entrée en fonction, en mai 2010, du gouvernement de coalition dirigé par David Cameron dont les politiques d’austérité furent sans équivalent aux États-Unis. À la lumière de ces évolutions, il est donc aujourd’hui permis de s’interroger sur l’avenir du modèle « anglo-saxon ».

  • 42 Cette confiance s’incarnait aux États-Unis dans l’adhésion à l’aphorisme de John Kennedy « a rising (...)
  • 43 Voir Pew Research Center Global Attitudes Project pour les chiffres de 2003 et Pew research Center (...)
  • 44 Faisant suite au mouvement Occupy, qui avait braqué les projecteurs des médias à l’automne 2011 sur (...)
  • 45 Le parcours universitaire de Sen (qui l’a mené de Calcutta à Harvard en passant par Cambridge, Lond (...)

18Au cœur même du monde anglo-saxon, la montée des inégalités et les dérives d’un capitalisme financier débridé ont miné la confiance naguère largement partagée en un système censé garantir l’enrichissement collectif42. Ainsi, alors qu’en 2003, 72% des Américains et 66% des Britanniques déclaraient que l’économie de marché était « bonne pour eux », la proportion de personnes ayant une opinion favorable du capitalisme était tombée à 50 % en 2011 aux États-Unis43. Cette défiance ne va cependant pas, le plus souvent, jusqu’à la contestation radicale44 et peut expliquer la résonance qu’ont eue les travaux d’Amartya Sen dans ces deux pays – avant que leur portée ne soit reconnue ailleurs45. Certes, comme le souligne Nadeera Rajapakse dans l’article qu’elle lui consacre, Sen ne remet nullement en cause le capitalisme en tant que système d’organisation économique et sociale car il y voit le système le plus propice au développement et à l’exercice des libertés individuelles. Sa critique se focalise sur les fondements théoriques de l’utilitarisme néoclassique et vise à réconcilier capitalisme et éthique, la question de la justice sociale constituant l’un des fils conducteurs de son œuvre. Si Sen ne raisonne pas en termes de modèles nationaux de capitalisme, il est fortement préoccupé par les évolutions du monde contemporain et insiste sur le rôle des institutions et de la réglementation pour réduire les inégalités et lutter contre la pauvreté. Très sévère à l’égard des politiques d’austérité mises en œuvre en Europe à partir de 2010-2011, il souligne tout à la fois leur coût social et leur inefficacité économique. Quelques années plus tôt, face aux ravages de la crise des subprimes sur les couches les plus vulnérables de la société américaine, il dénonce les effets néfastes de la déréglementation de la finance mise en œuvre aux États-Unis.

19La centralité de la sphère de la finance dans le modèle anglo-saxon justifie que la seconde partie de l’ouvrage lui soit consacrée. Dans un premier article, Michel Van der Yeught propose une interprétation de la crise des subprimes dans laquelle il voit le dernier avatar des crises du capitalisme spéculatif anglo-saxon. Il montre aussi pourquoi le capitalisme spéculatif rencontre aujourd’hui des limites qui mettront un terme à son paradigme ou le modifieront profondément. La crise des subprimes résulte de la structuration spécifique du système boursier américain, et en particulier, du stock market (par opposition aux stock exchanges) qui en est la portion la moins réglementée et la plus spéculative. Elle met en évidence que le capitalisme spéculatif « désenfouit » la finance de l’économie tout comme l’économie s’était « désenfouie » de la société lors de la révolution industrielle. Elle avance qu’un troisième type de désenfouissement, celui du « monde » hors de la « terre », est à l’œuvre et qu’il imposera des limites aux ambitions illimitées du capitalisme spéculatif anglo-saxon qui perdra du coup sa valeur de modèle pour le capitalisme mondial.

20Les effets de crise financière de 2007-2008, puis de la crise de la zone euro, sur le secteur de la finance britannique conduisent Bernard Offerlé à s’interroger sur le devenir de ce secteur et, partant, du Royaume-Uni dans l’économie mondiale et de sa capacité à y projeter un « modèle ». Pour ce faire, il commence par rappeler la place importante qu’occupe la finance dans le PIB britannique et par évaluer les problèmes et les défis auquel ce pays est, de ce fait, actuellement confronté. L’analyse des différents projets de réforme préparés à la demande du gouvernement britannique de 2010 à 2013 fait apparaître qu’après avoir été le fer de lance de la déréglementation et de la mondialisation financière à partir de la fin des années 1970, Londres doit aujourd’hui compter avec le reste du monde. Si elle reste la deuxième place financière mondiale (après New York), elle est néanmoins confrontée à la montée en puissance des places asiatiques que le basculement du centre de gravité de l’économie mondiale vers le Pacifique devrait conforter dans les décennies à venir. Ce faisant, la capacité des Britanniques à faire entendre leur voix au sein des instances dont émane l’évolution de la réglementation financière internationale (Union européenne, G20, Fonds monétaire international, Banque des règlements internationaux, etc.) ne peut que s’en trouver amoindrie.

21Faisant écho aux questions soulevées par l’article de Nadeera Rajapakse sur Amartya Sen, Régine Hollander analyse enfin comment les institutions de microfinance, qui vise à faciliter l’accès des plus défavorisés au crédit, s’intègrent à un modèle de capitalisme « anglo-saxon ». La prégnance d’un modèle privilégiant la responsabilité individuelle et des politiques publiques minimalistes dans les domaines de la protection sociale et de l’emploi explique en effet l’essor d’institutions permettant aux démunis d’accéder au statut de micro-entrepreneur et de devenir des acteurs économiques auto-suffisants au lieu de dépendre de l’aide d’autrui. L’article compare deux pays aussi éloignés en termes de développement et de niveau de vie que peuvent l’être les Etats-Unis et l’Inde et deux types d’institutions de microfinance – l’un à but non-lucratif qui vise, sans l’atteindre toujours, la rentabilité, et l’autre qui conduit à une introduction en bourse et, si possible, à réaliser des bénéfices. Elle souligne que le risque encouru par les institutions prêteuses et leurs coûts administratifs élevés impliquent qu’elles pratiquent des taux d’intérêt supérieurs à ceux consentis par les banques et qu’elles veillent à assurer leur survie, quelle que soit la conjoncture économique.

22Le fédéralisme budgétaire américain est une autre spécificité institutionnelle qui retient l’attention, notamment en Europe depuis le déclenchement de la crise de la zone euro. Comme le montre Gerald Friedman, ce fédéralisme budgétaire permet en effet de venir en aide aux régions les moins prospères et à celles qui se trouvent confrontées à des difficultés temporaires sans toutefois imposer aux autres un fardeau qu’elles ne pourraient supporter, sous la forme de transferts excessifs. L’histoire de la mise en place de ce fédéralisme budgétaire est instructive, en particulier parce qu’elle permet aux Européens d’en tirer des leçons à l’heure de la crise de l’euro. La réussite du modèle américain ne doit pas, en effet, être exagérée. D’une part parce que les différends sur la redistribution entre États ont été à l’origine de certains des conflits les plus violents de l’histoire des États-Unis, y compris la Guerre de Sécession. D’autre part pare que le système des freins et des contrepoids (checks and balances) rend souvent inefficace l’action du gouvernement. Qui plus est, étant donné que l’hétérogénéité des économies des pays membres de l’Union européenne est plus forte que celle des régions des États-Unis, les pressions auxquelles pourrait être soumise une union budgétaire pour y opérer la redistribution du revenu entre États seraient encore plus fortes qu’outre-Atlantique, ce qui conduirait à la mise en place de freins encore plus puissants à l’action démocratique. En dernière analyse, on peut donc s’interroger sur l’intérêt qu’il y aurait pour l’Europe de s’inspirer du modèle américain.

23En Europe même, la crise très sévère qui a frappé l’Irlande à partir de 2007 conduit à s’interroger sur les faiblesses du modèle de capitalisme sur lequel avait été fondée la croissance remarquable du Tigre celtique dans les années 1990 et au début des années 2000. Économie faiblement réglementée en interne, très ouverte à l’investissement et à l’échange international, dopée par une bulle immobilière favorisée par la faiblesse des taux d’intérêt pratiquée au sein de la zone euro, elle ne pouvait que subir de plein fouet les effets de la crise financière mondiale, puis de celle de l’euro. Certes, le plan de sauvetage négocié avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international lui évita la faillite, mais ce fut au prix d’une cure d’austérité sans précédent, qui ne conduisit nullement à une remise en cause des fondements mêmes du système. Les analyses qu’a suscitées la crise en République d’Irlande de 2007 à 2013 sont à cet égard très éclairantes, comme le montre Anne Groutel. Faire reposer son origine sur une corruption largement répandue au sein des milieux d’affaires, mettre en cause l’inefficacité de la fonction publique, ou encore les mauvais choix de politique économique opérés par les gouvernements en place a en effet permis d’éviter de poser des questions plus fondamentales sur la nature des institutions sur lesquelles repose le modèle et sur sa soutenabilité dans le long terme.

24Aux États-Unis, la question de la soutenabilité d’un modèle de croissance fondé sur une sur une fuite en avant des individus dans la consommation est aujourd’hui posée. En effet, comme le montre Pierre Arnaud, ce comportement s’enracine dans une culture caractérisée par une perception particulière de l’économie : celle d’un champ sans limite, dans lequel l’enrichissement des uns ne se fait jamais au détriment des autres, puisque l’abondance de ressources permet à chacun de se servir sans restriction – un ordre social, en somme, dans lequel on reconnaît l’appétit insatiable de l’individu comme une valeur positive ne peut se concevoir que dans un espace illimité. Mais cette hyperconsommation n’est aujourd’hui soutenable qu’en raison du rôle international du dollar qui draine une partie de l’épargne mondiale vers les États-Unis, et ce rôle pourrait à terme être remis en cause par la montée en puissance de la Chine et d’autres émergents. Les bouleversements qui en résulteraient ne seraient pas seulement économiques, ils toucheraient l’une des caractéristiques fondamentales de la culture américaine. Mais cette culture n’est-elle pas, déjà, en train d’évoluer ? C’est ce que se demande Marie-Christine Pauwels en tentant de décrypter l’une des évolutions les plus marquantes de la société de consommation aux États-Unis aujourd’hui : l’émergence de la consommation collaborative. Face aux dérives de l’hyperconsommation, cette nouvelle façon de consommer a explosé grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes participatives. Dans un modèle économique où l’utilisation du produit prime sur sa possession, biens et services sont distribués/ loués/ échangés/donnés/vendus par et pour une communauté d’utilisateurs sur une place de marché virtuelle, et la consommation se veut mieux maîtrisée, plus responsable, et moins axée sur le gaspillage. Doit-on n’y voir qu’un nouveau phénomène de mode ? Ne laisse-t-il pas entrevoir une transformation plus profonde du modèle de capitalisme marchand qui sous-tend la société américaine ?

  • 46 Deux de ces pays, les États-Unis et le Canada, sont des États fédéraux, ce qui leur confère une for (...)
  • 47 Elle était, à la même époque, de 115,1 % en France. Voir la page <http://stats.oecd.org/Index.aspx? (...)
  • 48 Il est intéressant de lire, à cet égard, l’ouvrage de Sophie Pedder, Le déni français. Les derniers (...)

25Les articles rassemblés ici n’ont pas la prétention de répondre à l’ensemble des questions soulevées dans cette introduction. Ils se veulent un bilan d’étape qui devra être complété et approfondi par des travaux ultérieurs. Ce bilan fait toutefois apparaître qu’au-delà de la proximité linguistique qu’il établit et des circulations transnationales – tant des hommes que des idées – qu’il facilite, l’existence d’un monde « anglophone », voire « anglo-saxon », semble assez peu pertinente au regard des dynamiques qui constituent les caractéristiques majeures de l’évolution de l’économie mondiale à la fin du XXe et du début du XXIe siècle : globalisation de la finance, régionalisation des échanges et montée en puissance des pays émergents. La référence à un modèle de capitalisme « anglo-saxon » fait davantage sens, dans la mesure où elle constitue une grille d’analyse qui facilite l’approche comparée des quatre économies « anglo-saxonnes » étudiées ici (États-Unis, Royaume-Uni, Irlande, Canada). Cette grille d’analyse permet en effet de mesurer la diversité de ces économies46, en même temps que de prendre en compte les évolutions qui les ont marquées dans le temps. Il est évident que si ces économies diffèrent considérablement par leur taille, leur structure, leur histoire et leurs institutions, et si leurs politiques économiques ont pu un temps converger (dans les années 80 et 90), chacune a suivi sa propre voie face à la crise déclenchée en 2007, au point que la convergence antérieure semble s’être estompée. Certes, ces économies sont, dans leurs modalités de fonctionnement, plus « libérales » que d’autres : la faible réglementation des marchés de produits et de services, le poids de la finance, la faiblesse (relative) de la protection sociale et de l’emploi y sont des réalités. Mais si l’idéologie dominante au sein de ces pays place l’individu au cœur de la vie économique et glorifie la liberté d’entreprendre, la place de l’État est loin d’y être insignifiante : selon l’OCDE, au printemps 2014, le ratio de la dette publique au PIB s’établissait à 94,2 % au Canada, 101,7 % au Royaume-Uni, 106,2 % aux États-Unis et à 133,1 % en Irlande47. Certes, ces économies sont, dans leurs modalités de fonctionnement, plus « libérales » que ne l’est l’économie française48, mais en la matière, on peut encore faire mieux, comme l’indique le classement ci-après, établi par le think tank ultra-libéral Heritage Foundation. Que neuf des quinze premières places de ce classement reviennent à des pays appartenant à l’Anglosphère témoigne du rayonnement du libéralisme dans ces pays. Il n’est sans doute pas étranger au discours et aux représentations sur le capitalisme « anglo-saxon » dans d’autres régions du monde.

Haut de page

Bibliographie

ACADÉMIE FRANÇAISE, Dictionnaire, 9e édition <http://www.academie-francaise.fr/le-dictionnaire/consultation-en-ligne>.

ALBERT Michel, Capitalisme contre capitalisme, Paris : Seuil, 1991.

AMABLE Bruno, Les cinq capitalismes, Paris : Seuil, 2005.

AZUELOS Martine, entrée « Anglosphère » in Cynthia Ghorra-Gobin (Dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation (2e édition), Paris : Armand Colin, 2012, 55-57.

BAUMOL William J., Robert LITAN et Carl E. SCHRAMM, Good Capitalism, Bad Capitalism and the Economics of Growth and Prosperity, New Haven: Yale UP, 2007.

BENETT James C., 2001, « An Anglosphere Primer », 2001, <http://explorersfoundation.org/archive/anglosphere_primer.pdf>, consulté le 10 février 2015.

BERGER Suzanne & Donald DORE (Dir.), National Diversity and Global Capitalism, Ithaca: Cornell UP, 1996.

BIASUTTI Jean-Pierre et Laurent BRAQUET, « Définir le capitalisme », Problèmes économiques, Hors série Comprendre le capitalisme, n° 5, mars 2014, 5-11.

BISMUT Claude, « Les Anglo-Saxons ont-ils tort ? », Politique étrangère, n° 2, 1996, 397-406.

BOYER Robert, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », L’Année de la Régulation, n° 6, 2002, 125-194.

BOYER Robert, « Régulation et crises du capitalisme : le rôle de l’État et des institutions », Cahiers français n° 349, mars-avril 2009, 11-17.

BOYER Robert, « Diversité et évolution des capitalismes en Amérique latine. De la régulation économique au politique », Revue de la régulation, n°11, 1er semestre 2012, <http://regulation.revues.org/9720> consulté le 10 février 2015.

BOYER Robert, « Le capitalisme d’une crise à l’autre : résilience et transformations », Problèmes économiques, Hors série Comprendre le capitalisme, n° 5, mars 2014, 52-60.

BRAUDEL Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècles (3 vol .), Paris : Armand Colin, 1967.

COATES David, Models of Capitalism. Growth and Stagnation in the Modern Era, Londres, Polity Press, 2000.

CROUCH Colin, Capitalist Diversity and Change, Oxford: Oxford UP, 2005.

CHAVANCE Bernard, L’Economie institutionnelle, Paris, La Découverte, collection Repères, 2006.

CHURCHILL Winston, « The Sinews of Peace », Discours prononcé à Fulton (Missouri), le 5 mars 1946, <http://www.nato.int/docu/speech/1946/S460305a_e.htm>, consulté le 10 février 2015.

CHURCHILL Winston, A History of the English-Speaking Peoples (12 vol.), Londres: Cassell & Co, 1956.

COENEN-HUTHER Jacques, « Le type idéal comme instrument de la recherche sociologique », Revue française de sociologie, vol. 44, n° 3, 2003, 531-547.

CROUZET François, De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris : Perrin, 1985.

FERGUSON Niall, Civilization. The West and the Rest, New York: Penguin Press, 2011.

FUKUYAMA Francis, The End of History and the Last Man, New York: The Free Press, 1992 [traduction française : La Fin de l’Histoire et le dernier homme, Paris : Flammarion, 2008].

GRANOVETTER Mark, « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, novembre 1985, 481-510.

HALL Peter A. et David W. SOSKICE (Dir.), Varieties of Capitalism, Oxford: Oxford UP, 2001.

HUNTINGTON Samuel P., The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, New York: Simon & Schuster, 1996 [traduction française : Le choc des civilisations, Paris : Odile Jacob, 2009].

JENNINGS Jeremy, « Peut-on parler d’un modèle anglo-saxon ? (Contribution à une histoire de nos préjugés) », CEVIPOF, Notes de recherche / Working Papers n° 20, janvier 2007, <http://www.cevipof.com/fichier/p_publication/476/publication_pdf_ne_20.pdf>, consulté le 10 février 2015.

KUHN Thomas Samuel, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962 [traduction française : La Structure des révolutions scientifiques, Paris : Flammarion, collection Champs, 1983].

LORENZI Jean-Hervé (Dir.), La guerre des capitalismes aura lieu, Paris : Editions Perrin, 2007.

MARX Karl, Le Capital, livre 1, Paris : Presses universitaires de France, collection Quadrige, 1993 [1867].

NEWHOUSE John, De Gaulle and the Anglo-Saxons, Londres: André Deutsch, 1970.

NORTH Douglass C., Institutions, Institutional Change and Economic Performance, New York: Cambridge UP, 1990.

PEDDER Sophie, Le déni français. Les derniers enfants gâtés de l’Europe, Paris : JC Lattès, 2012.

PERROUX François, Le capitalisme, Paris : Presses universitaires de France, collection « Que-sais-je ? », 1948.

PEYRONEL Valérie, Catherine CORON et Régine HOLLANDER (Dir.), La crise financière et les économies du monde anglophone, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010.

POLANYI Karl, The Great Transformation. New York: Rinehart, 1944 [traduction française : La Grande Transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris : Gallimard, 1983].

POLANYI Karl, « The economy as instituted process », in Karl POLANYI, Conrad Maynadier ARENSBERG et Harry W. PEARSON (Dir.). Trade and Market in the Early Empires: Economies in history and theory, Glencoe (III.) : Free Press, 1957 [traduction française : « L’économie en tant que procès institutionnalisé », in Karl POLANYI et al. (Dir.), Les systèmes économiques et la théorie, Paris : Larousse, 1975, 239-260].

PORTES Jacques, Une Fascination réticente. Les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1914, Nancy : PU de Nancy, 1991.

POSTEL Nicolas, « Le pluralisme est mort, vive le pluralisme ! », L’économie politique, n° 50, avril 2011, 6-31.

ROBBINS Lionel, An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, Londres: Macmillan, 1932 [traduction française : Essai sur la nature et la signification de la science économique, Paris : Librairie de Médicis, 1947].

ROGER Philippe, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris : Seuil, 2002.

SCHMIDT Vivien, « Discursive Institutionalism: The Explanatory Power of Ideas and Discourse », Annual Review of Political Science, vol. 11, juin 2008, 303-326.

SCHMIDT Vivien, « Taking ideas and discourse seriously: explaining change through discursive institutionalism as the fourth ‘new institutionalism’ », European Political Science Review, vol. 2, n° 1, 2010, 1-25.

SHONFIELD Andrew, Modern Capitalism, Oxford: Oxford UP, 1965.

SCHUMPETER Joseph Alois, Capitalism, Socialism and Democracy, 1942 [traduction française : Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris : Payot, 1961].

SIBLOT Paul, « De la dénomination à la nomination: les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, vol. 36, 2001, 189-214.

STIGLITZ Joseph E., FreeFall. America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy, New York: W.W. Norton and Company, 2010 [traduction française : Le triomphe de la cupidité, Arles : Actes Sud, 2011].

THOMSON David, « General de Gaulle and the Anglo-Saxons », International Affairs, vol. 41, n° 1, janvier 1965, 11-21.

TOMBS Robert et Isabelle TOMBS, That Sweet Enemy. The French and the British from Sun King to the Present, Londres: William Heinemann, 2006 [traduction française : La France et le Royaume-Uni : des ennemis intimes, Paris : Armand Colin, 2012].

WALLERSTEIN Immanuel, The Capitalist World-Economy, Cambridge: Cambridge UP, 1979 [traduction française : Le capitalisme historique, Paris : La Découverte, 2002 (2e édition)].

WEBER Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, 2003 [1905].

Haut de page

Annexe

Classement des pays les plus libéraux du monde

  • Hong Kong

  • Singapour

  • Nouvelle-Zélande

  • Australie

  • Suisse

  • Canada

  • Chili

  • Estonie

  • Irlande

  • Île Maurice

  • Danemark

  • États-Unis

  • Royaume-Uni

  • Taiwan

  • Lituanie

Source : Heritage Foundation, 2015 Index of Economic Freedom <http://www.heritage.org/​index/​ranking>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Notes

1 François Perroux, Le capitalisme, Paris : Presses universitaires de France, collection Que-sais-je ?, 1948.

2 La fondation, en 2009, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), tout comme le discours développé par Jean-Luc Mélanchon lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012 témoignent de la prégnance de ce combat en France.

3 Voir Joseph E. Stiglitz, FreeFall. America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy, New York : W.W. Norton and Company, 2010, xvi : « Modern economics, with its faith in free markets and globalization, had promised prosperity for all […] The Great Recession […] has shattered those illusions. It is forcing us to rethink long-cherished views » (La science économique moderne, toute pénétrée qu’elle est de sa foi en la liberté des marchés et en la mondialisation, promettait la prospérité pour tous. La crise a dissipé ces illusions. Elle nous contraint à revoir des idées auxquelles nous étions attachés depuis longtemps).

4 Si Marx n’a pas lui-même utilisé le terme de « capitalisme », lui préférant celui de « capital », il est utilisé par des auteurs comme Max Weber, Joseph Schumpeter, Fernand Braudel, ou Immanuel Wallerstein. Sur cette question, voir Jean-Pierre Biasutti et Laurent Braquet, « Définir le capitalisme », Problèmes économiques, Hors série Comprendre le capitalisme, n° 5, mars 2014, 5-11 ; et, dans le présent numéro, l’article « Le capitalisme à l’âge global : les mutations en cours transcendent-elles les spécificités nationales ? ». Sur la distinction qu’il convient d’opérer entre « économie de marché » et « capitalisme », voir Robert Boyer, « Le capitalisme d’une crise à l’autre : résilience et transformations », Problèmes économiques, Hors série Comprendre le capitalisme, n° 5, mars 2014, 53.

5 Voir Suzanne Berger & Donald Dore (Dir.), National Diversity and Global Capitalism, Ithaca : Cornell UP, 1996 ; David Coates, Models of Capitalism. Growth and Stagnation in the Modern Era, Londres, Polity Press, 2000 ; Peter A. Hall et David W. Soskice (Dir.), 2001, Varieties of Capitalism, Oxford : Oxford UP, 2001 ; Colin Crouch, Capitalist Diversity and Change, Oxford : Oxford UP, 2005.

6 Paul Siblot, « De la dénomination à la nomination : les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, vol. 36, 2001, 196.

7 Voir Martine Azuelos, 2012, entrée « Anglosphère », in Cynthia Ghorra-Gobin (Dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation (2e édition), Paris : Armand Colin, 2012, 55-57.

8 Cet espace épistémologique est délimité par la construction de représentations communes ou partagées au sein d’une même communauté linguistique. La question est néanmoins posée de savoir si, au sein de la « francophonie », la représentation du « monde anglo-saxon » ne varie pas d’un pays à l’autre. Il est très vraisemblable qu’une majorité des francophones du Québec récusent l’idée que le Canada appartienne au « monde anglo-saxon ».

9 Voir <http://www.cafedelabourse.com/lexique/definition/capitalisme-anglo-saxon#>, consulté le 10 février 2015.

10 Les membres du Centre d’étude et de recherche sur la vie économique des pays anglo-saxons (CERVEPAS) ont fait couramment l’expérience de cette interrogation lorsqu’ils sont amenés à présenter les activités de leur centre de recherche à des universitaires de pays anglophones : « Why Anglo-Saxon economies? » s’entendent-ils souvent demander.

11 L’ironie est perceptible dans la définition figurant le site Financial Times Lexicon : « Despite its name, Anglo-Saxon capitalism has nothing to do with the trade in stone axes. Instead it is a term often used to describe a form of capitalism that is said to be prevalent in the English speaking world — in particular the US and UK, but also in Canada, Australasia and Ireland », <http://lexicon.ft.com/Term?term=Anglo_Saxon-capitalism>, consulté le 10 février 2015.

12 Winston Churchill, « The Sinews of Peace », Discours prononcé à Fulton (Missouri), le 5 mars 1946 <http://www.nato.int/docu/speech/1946/S460305a_e.htm>, consulté le 10 février 2015.

13 Winston Churchill, A History of the English-Speaking Peoples (12 vol.), Londres : Cassell & Co, 1956.

14 James C., Bennett 2001, « An Anglosphere Primer », 2001 <http://explorersfoundation.org/archive/anglosphere_primer.pdf>, consulté le 10 février 2015.

15 Sur ce point on consultera avec intérêt la revue English World-Wide. A Journal of Varieties of English.

16 En témoigne le débat qu’a suscité la publication, de l’ouvrage de Samuel Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order (New York : Simon & Schuster, 1996) et celle, plus récente, de Civilization. The West and the Rest de Niall Ferguson (New York : Penguin Press, 2011).

17 Ces spécialistes relèvent de la « onzième section » du Conseil national des universités (CNU) qui se prononce sur les mesures individuelles relatives à la qualification, au recrutement et à la carrière des professeurs des universités et des maîtres de conférences dont les recherches et l’enseignement portent sur le monde anglophone.

18 La réflexion sur la notion de « capitalisme anglo-saxon » qui donne corps à l’ouvrage s’inscrit dans le prolongement des travaux sur « dynamique anglo-saxonne » qui ont constitué l’un des fils conducteurs des recherches développées par le CERVEPAS depuis les années 1990. Les membres du CERVEPAS sont des spécialistes du monde anglophone dont les recherches portent sur les évolutions économiques des différents pays qui le composent. Elle s’ancre aussi dans le cadre théorique qui donne corps à la réflexion sur la « diversité des capitalismes » tout en tirant parti de la connaissance intime qu’ont les auteurs des différentes contributions des terrains dans lesquels s’enracine la vie économique dans les pays du monde anglophone.

19 Voir, par exemple, François Crouzet, 1985, De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris : Perrin, 1985 ; Jacques Portes, Une Fascination réticente. Les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1914, Nancy : PU de Nancy, 1991 ; Philippe Roger, 2002, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris : Seuil, 2002 ; Robert Tombs et Isabelle Tombs, That Sweet Enemy. The French and the British from Sun King to the Present, Londres : William Heinemann, 2006 [traduction française : La France et le Royaume-Uni : des ennemis intimes, Paris : Armand Colin, 2012].

20 Voir David Thomson, « General de Gaulle and the Anglo-Saxons », International Affairs, vol. 41, n° 1, janvier 1965, 11-21 ; et John Newhouse, De Gaulle and the Anglo-Saxons, Londres : André Deutsch, 1970.

21 Claude Bismut, « Les Anglo-Saxons ont-ils tort ? », Politique étrangère, n° 2, 1996, 397.

22 Jeremy Jennings, « Peut-on parler d’un modèle anglo-saxon ? (Contribution à une histoire de nos préjugés) », CEVIPOF, Notes de recherche / Working Papers n° 20, janvier 2007, <http://www.cevipof.com/fichier/p_publication/476/publication_pdf_ne_20.pdf>, consulté le 10 février 2015.

23 Les travaux de Vivien Schmidt sur l’institutionnalisme discursif (discourse institutionalism) constituent une piste d’approche intéressante pour aborder cette question. Voir Vivien Schmidt, « Discursive Institutionalism: The Explanatory Power of Ideas and Discourse », Annual Review of Political Science, vol. 11, juin 2008, 303-326 ; et Vivien Schmidt, « Taking ideas and discourse seriously: explaining change through discursive institutionalism as the fourth ‘new institutionalism’ », European Political Science Review, vol. 2, n° 1, 2010, 1-25.

24 Voir Michel Albert, Capitalisme contre capitalisme, Paris : Seuil, 1991 ; et Jean-Hervé Lorenzi (Dir.), La guerre des capitalismes aura lieu, Paris : Editions Perrin, 2007.

25 Comme le rappelle Jacques Coenen-Huther, « le type idéal […] est une construction intellectuelle obtenue par accentuation délibérée de certains traits de l’objet considéré. Cette création conceptuelle n’est pas sans lien avec la réalité observée mais elle en présente une version volontairement stylisée. […] La construction de types idéaux, […] correspond à une volonté de « stylisation de la réalité ». Le type idéal ne décrit pas la réalité empirique mais reflète un « construit mental ». Ce construit mental n’entretient une relation avec le monde réel que moyennant un certain nombre de conditions qui doivent être spécifiées dans chaque cas. Il s’agit donc bien d’une logique de modélisation, avec tout ce que cela implique ; les rapprochements possibles de la réalité modélisée avec le monde réel peuvent sans doute être une source de satisfaction pour le chercheur mais ce sont les écarts constatés et leur analyse qui ont les vertus heuristiques décisives » (Jacques Coenen-Huther, « Le type idéal comme instrument de la recherche sociologique », Revue française de sociologie, vol. 44, n° 3, 2003, 540). C’est moi qui souligne.

26 Voir notamment Valérie Peyronel, Catherine Coron et Régine Hollander (Dir.), La crise financière et les économies du monde anglophone, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010.

27 Thomas Samuel Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962 [traduction française : La Structure des révolutions scientifiques, Paris : Flammarion (Champs), 1983].

28 Comme le soulignait Robert Boyer en 2002, « [r]ares sont les problématiques économiques qui osent encore faire mention du capitalisme comme notion centrale, comme concept fondateur » (Robert Boyer, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », L’Année de la Régulation, n° 6, 125).

29 Lionel Robbins, An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, Londres : Macmillan, 1932 [traduction française : Essai sur la nature et la signification de la science économique, Paris : Librairie de Médicis, 1947, 15].

30 Cette approche voit l’économie comme un « procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement qui se traduit par la fourniture continue des moyens matériels permettant la satisfaction de ses besoins » (Karl Polanyi, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », in Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg et Harry W. Pearson (Dir.), Les Systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris : Larousse, 1975 [1957], 242).

31 Nicolas Postel, « Le pluralisme est mort, vive le pluralisme ! », L’économie politique, n° 50, avril 2011, 11.

32 Voir Karl Polanyi, The Great Transformation. New York: Rinehart, 1944 [traduction française : La Grande Transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris : Gallimard, 1983] ; Karl Polanyi, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », op. cit. ; et Mark Granovetter, « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, novembre 1985, 481-510.

33 Voir Robert Boyer, « Régulation et crises du capitalisme : le rôle de l’État et des institutions », Cahiers français, n° 349, mars-avril 2009, 16.

34 Académie française, Dictionnaire, 9e édition <http://www.academie-francaise.fr/le-dictionnaire/consultation-en-ligne>. Cette définition s’inscrit à la fois dans la filiation de Douglass North, qui fait des droits de propriété l’institution centrale du capitalisme, et de celle de Marx, dont l’analyse fait du rapport de production qu’instaure la propriété privée des moyens de production le coeur de la dynamique d’accumulation du capital. Voir Douglass C. North, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, New York : Cambridge UP, 1990 ; et Karl Marx, Le Capital, livre 1, Paris : Presses universitaires de France, collection Quadrige, 1993 [1867].

35 Jean-Hervé Lorenzi (Dir.), La guerre des capitalismes aura lieu, op. cit., 9.

36 Voir Robert Boyer, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », op. cit.

37 Voir Bruno Amable, Les cinq capitalismes, Paris : Seuil, 2005, 41-53 ; et Bernard Chavance, L’Economie institutionnelle, Paris, La Découverte, collection Repères, 2006).

38 Pour Bruno Amable, « les modèles économiques ne doivent pas être seulement considérés comme une collection de formes institutionnelles plus ou moins aléatoires, mais surtout comme un ensemble de relations de complémentarité entre ces formes, qui sont à la base de la « cohérence » entre les institutions spécifiques de chaque modèle » (Bruno Amable, Les cinq capitalismes, op. cit., 14).

39 La hiérarchie institutionnelle est en effet l’ « expression du pouvoir d’un groupe hégémonique [qui] tente et parfois réussit à organiser un mode de régulation résilient et un type de développement permettant de satisfaire la conjonction des demandes exprimées par divers groupes sociaux » (Robert Boyer, « Diversité et évolution des capitalismes en Amérique latine. De la régulation économique au politique », Revue de la régulation, n°11, 1er semestre 2012, §19 <http://regulation.revues.org/9720> consulté le 10 février 2015 ).

40 C’est ce que souligne Hervé Lorenzi dans son introduction à La guerre des capitalismes aura lieu, op. cit.

41 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, New York : The Free Press, 1992 [traduction française : La Fin de l’Histoire et le dernier homme, Paris : Flammarion, 2008].

42 Cette confiance s’incarnait aux États-Unis dans l’adhésion à l’aphorisme de John Kennedy « a rising tide lifts all boats ».

43 Voir Pew Research Center Global Attitudes Project pour les chiffres de 2003 et Pew research Center for the People and the Press pour ceux de 2010 (<http://www.pewresearch.org>).

44 Faisant suite au mouvement Occupy, qui avait braqué les projecteurs des médias à l’automne 2011 sur les dérives d’un capitalisme enrichissant 1% de la population au détriment des 99% restants, le succès retentissant de l’ouvrage du Français Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle (Paris : Seuil, 2013) dès sa sortie aux États-Unis (début 2014) témoigne d’une évolution significative d’une partie de l’opinion. Cette évolution n’a cependant eu aucune incidence politique, économique ou sociale.

45 Le parcours universitaire de Sen (qui l’a mené de Calcutta à Harvard en passant par Cambridge, Londres et Oxford) illustre la pertinence de la notion de « monde anglophone », alors que la réception de ses travaux et leur influence au sein du monde anglo-américain témoignent de la diversité de la pensée économique « anglo-saxonne ».

46 Deux de ces pays, les États-Unis et le Canada, sont des États fédéraux, ce qui leur confère une forte diversité interne et renforce la diversité au sein du groupe constitué par ces quatre pays.

47 Elle était, à la même époque, de 115,1 % en France. Voir la page <http://stats.oecd.org/Index.aspx?QueryId=51644&lang=fr> consultée le 10 février 2015.

48 Il est intéressant de lire, à cet égard, l’ouvrage de Sophie Pedder, Le déni français. Les derniers enfants gâtés de l’Europe, Paris : J.-C. Lattès, 2012. Le regard très critique porté sur le modèle français par la responsable britannique du bureau du magazine The Economist à Paris est à bien des égards le pendant du regard critique porté par beaucoup de commentateurs français sur le modèle « anglo-saxon ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Azuelos, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/8179

Haut de page

Auteur

Martine Azuelos

Martine Azuelosest professeur émérite de civilisation anglo-américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Après avoir fondé le CERVEPAS (Centre d’études et de recherches sur la vie économique des pays anglo-saxons), elle a principalement orienté ses recherches vers l’étude de l’évolution contemporaine de l’économie américaine et de l’économie britannique et leur rôle dans le processus de mondialisation. En témoignent la publication de Mondialisation et domination économique : la dynamique anglo-saxonne (Paris, Economica, 1998), ou de Intégration dans les Amériques : dix ans d’ALENA (Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2004). À noter également sa participation à la coordination de deux numéros de la Revue LISA : L’économie de l’innovation dans le monde anglo-saxon : ressorts, enjeux, influences (vol. IV, n° 1, 2006, ) et Les années Bush : l’héritage socio-économique (vol. VIII, n° 1, 2010, ).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals