Navigation – Plan du site
Jane Eyre : texte, contexte, ur-texte

St. John le calviniste, ou l’émule de Gil-Martin

Charlotte Brontë’s Calvinist St. John Emulating James Hogg’s Gil-Martin
Jean Berton
p. 38-51

Résumé

This article aims to show how far Hogg’s archetypal character, Gil-Martin, influenced Charlotte Brontë’s enigmatic character, St. John, who appears in chapters XXVI to XXXV and is mentioned again in the conclusion of Jane Eyre. Some unexpected words, like “glen”, in a greater Yorkshire area, operate as keywords to a “deep context” study in a neo-contextualist approach. Even though St. John cannot be mistaken for a double of Gil-Martin, a fair number of details tend to prove that James Hogg’s Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner deeply influenced Charlotte Brontë—both pride-driven St. John and Gil-Martin stand for demonic despotism. Yet, if Gil-Martin is a straightforward Gothic illustration of Satan, St. John is a reincarnation of a marble-cold Apollo in a dogma-trapped Calvinist. Brontë’s intention was not so much to denounce noxious excesses in religious beliefs as to set her heroine’s wise independence against nefarious male domination: whereas victimised Robert Wringhim is driven to despair and suicide, self-reliant Jane Eyre escapes from St. John’s grip. In both narratives relationships between men and women are shown as tragically warped by religious behavioural extravagance, but only the female character is granted a positive outcome to serve an optimistic view on life: Robert Wringhim is violently wrung out of the society of men and women, St. John Rivers, from “Marsh End”, blindly drifts away to his death in India, and airy Jane, of “Moor House”, wafts away to anchor to Edward Rochester, the sender of the airwave-born call.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

calvinisme, Gil-Martin, gothique, St. John Rivers

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle

Index thématique et géographique :

Écosse, Grande-Bretagne, histoire des idées, littérature, société, Scotland
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris : Le Seuil, 1975.
  • 2  Toutes les références au texte renvoient à l’édition suivante : Charlotte Brontë, Jane Eyre, New Y (...)
  • 3  Marianne Thormählen, The Brontës and Religion, “The Enigma of St. John Rivers”, Cambridge Universi (...)
  • 4  Toutes les références au texte renvoient à l’édition suivante : James Hogg, The Private Memoirs an (...)

1Charlotte Brontë signe un pacte autobiographique1 avec son lecteur dès l’annonce du titre de son récit. Les critiques ont pu énoncer les éléments biographiques qui sous-tendent le texte de Jane Eyre2: en effet, il englobe de nombreux détails contextuels recyclés : ainsi, la servante des Rivers, Hannah, est-elle le reflet ambivalent de la tante Elizabeth Branwell et de la féministe Hannah More, cette grande propagandiste évangéliste auteur de Thoughts on the Manners of the Great (1787) ; dans ce récit, Hannah est utilisée à contre-emploi puisqu’elle se fait réprimander par Jane (JE, 291-292). On peut voir dans le personnage de John Reed, le portrait peu flatteur de Branwell, et dans celui du père défunt, Mr Rivers tout autant que Mr Reed, le portrait inversé du père de l’auteur qui survivra à tous ses enfants. Mais mon objectif n’étant pas d’évaluer le degré d’historicité des personnages de fiction, je soulignerai – tout en ignorant les marques d’affections et de rancœur qu’il est impossible d’affirmer en lieu et place de l’auteur — que les éléments qui relèvent de l’ironie, du regard autobiographique délibérément biaisé, foisonnent dans ce roman. Mais c’est un truisme que d’avancer que Charlotte Brontë a mis à profit toutes les modes littéraires de son temps pour présenter ses idées, et parmi elles le genre gothique qu’elle a su accommoder à ses besoins. On peut faire la liste des caractéristiques du genre gothique et en retrouver toutes les manifestations dans Jane Eyre, mais cela n’étant pas non plus mon propos, je délaisse le héros byronien, les ruines hantées et la « folle du grenier » pour revenir sur un aspect du traitement de la religion. Marianne Thormählen s’est interrogée sur le personnage de St. John Rivers, en le qualifiant d’énigme : « The Enigma of St. John Rivers »3. Je me propose de poursuivre l’exploration de ce personnage énigmatique en me référant au roman en son temps novateur de James Hogg, The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner4.

  • 5  Peter Barry, Literature in Contexts, Manchester University Press, 2007, 24.

2Le contexte dans lequel a pris corps le roman de Charlotte Brontë est multiple, et délaissant l’aspect biographique ou la dimension artistique, je me limiterai à ce point de convergence du contexte religieux et du contexte littéraire en utilisant le roman de James Hogg. Dans Literature in Contexts5, Peter Barry utilise l’expression « deep context » pour conseiller aux critiques d’aller au-delà de ces éléments constituant ce « broad context » qui s’impose d’emblée au lecteur, tel que la dimension autobiographique. Le point majeur que représente le personnage de Gil-Martin dans le roman de James Hogg est utilisé comme un élément de « deep context » qui exerce une pression palpable sur cette partie de Jane Eyre articulée autour de St. John Rivers, à savoir du chapitre XXVII au chapitre XXXV.

  • 6  Le personnage de Jane est doué pour le dessin et réalise souvent des tableaux dans le récit ; à ce (...)

3À la manière de l’artiste qui compose son tableau6, paysage ou scène de genre, et emprunte à sa guise ce qu’il conserve dans sa mémoire visuelle, Jane, la narratrice, organise son récit en exploitant les éléments-souvenirs de ses lectures qui peuplent son imaginaire, ce dernier lui étant prêté par l’auteur. De même que l’on peut s’autoriser à penser que Charlotte Brontë a procédé au recyclage de quelques éléments empruntés aux Confessions d’un mangeur d’opium (1821) de Thomas de Quincey, notamment les trois rêves qui se réverbèrent dans les cauchemars de Bessie (JE, 187-188) vraisemblablement douée du don de double vue (compétence qui relève du fantastique si présente dans les légendes écossaises), et dans ceux de Jane qui rêve de la chambre rouge de Gateshead (JE, 272), et, de manière obsessionnelle, d’Édouard Rochester (JE, 312) ; de même, l’on devine un clin d’œil à De Quincey dans l’évocation du cottage du bonheur (JE, 321) lorsque Jane s’installe près de sa cheminée avec un livre de poésie (le célèbre Marmion de Walter Scott, écrivain écossais) alors que la tempête fait rage au dehors.

  • 7  Le Danelag, ou Danelaw, a été fondé au IXe siècle par les Vikings danois, avec York pour capitale. (...)

4Charlotte Brontë est une écrivaine du nord de l’Angleterre, et son héroïne se déplace dans une zone que l’on pourrait qualifier de Yorkshire élargi en pensant au royaume danois d’antan7 : Jane ne va pas au-delà des « Midlands du Nord » (« a north-midland shire », JE, 275). Charlotte Brontë se fait l’émule de Walter Scott en faisant s’exprimer Hannah dans un parler qu’on ne peut qualifier autrement que de nord-anglien qui englobe les dialectes de Northumbrie et ceux du sud de l’Écosse. Walter Scott s’était délecté dans Waverley à faire usage d’une demi-douzaine de variations allant du Cumbrien au dialecte du Fife. Dans les autres romans écossais (Waverley novels) il gratifie ses lecteurs de morceaux de bravoure qui sont autant de contes insérés dans des récits. Scott est imité en cela par Hogg qui, dans The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, intègre un conte fantastique (le prêcheur d’Auchtermuchty) dans un récit gothique. Ce jeu plurilinguistique assez caractéristique des romans écossais depuis Walter Scott, ne pouvait pas convenir à un lectorat anglais du début de l’époque victorienne. Ainsi, Charlotte Brontë dut se limiter au personnage de Hannah pour présenter un échantillon de parler du nord. À sa suite, George Eliot, dans The Mill on the Floss (1860), utilisera quelques personnages secondaires, des camarades de Maggie, pour exposer un parler du nord qui souligne la couleur locale de son roman. Dans Jane Eyre, il n’est donc pas incongru de lire des mots tels que « bairn » (JE, 284) ou « beck » (JE, 341) ; cependant, le mot « crag » (JE, 343), d’origine brittonique, est plus caractéristique de l’Écosse, mais peut s’accepter dans ce contexte nord-anglien plus aisément que le mot « glen », d’origine gaélique écossaise ou irlandaise. Ce terme surgit de façon inattendue : « the road to Marsh Glen », (JE, 341) ou « He opened the gate, passed through it, and strayed away down the glen », (JE, 353). Bien que ces mots ne s’offrent pas à une interprétation riche et pertinente, on peut les considérer comme des indices d’intérêt pour les romans de Scott ou de Hogg.

Un contexte religieux fort

  • 8  Walter Scott maltraitait volontiers ses personnages imbus de leur supériorité religieuse, non seul (...)

5Les références à la religion en Angleterre dans le roman de Jane Eyre présentent un éventail complet du contexte religieux de Charlotte Brontë, des Anglo-catholiques, voire des Catholiques, avec l’entrée au couvent de Eliza Reed (JE, 206), aux Dissidents calvinistes représentés par St. John. Ce contexte religieux britannique, dans les années 1840, inclut le cas très particulier de l’Écosse qui connaît un traumatisme d’ampleur nationale en 1843 avec le schisme dans la Kirk, quelque 500 pasteurs sur 1200 faisant sécession pour fonder la Free Kirk. C’est un bouleversement majeur, profond et durable car la fracture d’essence religieuse ne sera résorbée qu’après le traumatisme international de la Première Guerre mondiale, un « chamboulement » que les habitants du presbytère de Haworth ne pouvaient pas ignorer. Charlotte Brontë qui avait lu tout ou partie des œuvres de Walter Scott8, dissémine dans Jane Eyre quelques indices révélant sa connaissance du roman de James Hogg, The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, publié en 1824. Ce roman d’un auteur presbytérien modéré – qui, comme Jane (JE, 55), avait lui aussi été mis sur la sellette – est une satire violente portée contre les excès et débordements intempestifs des presbytériens extrémistes, tels que les caméroniens et les antinomiens.

  • 9  Gil-Martin n’a pas de prénom, ou nom de baptême – et pour cause ! L’élément « Gil » n’est pas un p (...)
  • 10  Le même patronyme est utilisé par James Hogg pour une scène très brève : « My fellow lodger came h (...)
  • 11  James Hogg cite le nom de la ville de Perth sous son pseudonyme, St-Johnston (C, 201), équivalant (...)

6Dans The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, Hogg invente le personnage de Gil-Martin9 rapidement dénoncé comme étant la personnification de Satan. Gil-Martin a des dons fantastiques, et celui de pouvoir prendre à volonté l’apparence physique de n’importe qui n’est pas des moindres : Gil-Martin entre sur scène quelques minutes après que le jeune Robert Wringhim a appris de son père, pasteur de son état, qu’il est un Élu de Dieu (C, 115). Gil-Martin vient à Robert alors que celui-ci sort dans le parc pour savourer la bonne nouvelle, et se présente à lui sous les propres traits du jeune homme ; Robert voit son double dans l’aspect physique de Gil-Martin : « […] viewing my own features in a glass, the features too were the very same », (C, 117). Ce dernier pousse Robert à commettre des crimes (son frère compte parmi les victimes) et l’entraîne dans une spirale infernale qui mène au suicide. Gil-Martin est l’archétype littéraire écossais du double ; et Hogg de multiplier à l’envi les formes de doubles dans le roman. Ce personnage démoniaque force le lecteur à se demander si chacun d’entre nous n’abrite pas son propre double malveillant, voire maléfique. Gil-Martin ment en endossant l’aspect physique d’un autre ; et Jane Eyre ment lorsqu’elle se présente aux Rivers sous le pseudonyme de Jane Elliott10 : « ‘My name is Jane Elliott.’ Anxious as ever to avoid discovery, I had before resolved to assume an alias » (JE, 287). Jane assume ce pseudonyme et le justifie ouvertement « […] it is not my real name, and when I hear it, it sounds strange to me », (JE, 296-297). Mais Jane n’est pas une menteuse, même occasionnelle, ordinaire puisqu’elle prend les traits d’un fantôme : « ‘She does look white,’ said Hannah. ‘As white as clay or death,’ was responded […] ‘A mere spectre!’», (JE, 287). Charlotte Brontë crée une héroïne imparfaite et la fait se confronter à d’autres personnages complexes : St. John n’est pas une réplique de Gil-Martin, mais son prénom, St. John11, est tout aussi inhabituel que l’absence de prénom de Gil-Martin. James Hogg joue sur les variations du double, et Charlotte Brontë met en avant des alias et des personnages qui se font écho subtilement mais laissent cependant deviner des références adaptées.

7Si Gil-Martin fait montre de capacités fascinantes, St. John n’est pas moins troublant : Diana confie à Jane, « St. John looks quiet, Jane; but he hides a fever in his vitals. You would think him gentle, yet in some things he is inexorable as death […] », (JE, 304). St. John est présenté comme un personnage mortifère ; lorsqu’il refuse l’invitation de Rosamond il la sacrifie à son ambition ainsi qu’il l’avoue à Jane : « Relinquish! What! my vocation? My great work? My foundation laid on earth for a mansion in heaven? », (JE, 319). Le lecteur balance entre le croire aveuglé par une passion de missionnaire et le condamner pour son orgueil égoïste parce que la narratrice conclut le chapitre XXXI par ces mots : « This spectacle of another’s suffering and sacrifice rapt my thoughts from exclusive meditation on my own. Diana Rivers had designated her brother ‘inexorable as death.’ She had not exaggerated », (JE, 311). Cette citation interne est en fait une répétition visant à conférer à St. John une puissance démoniaque aussi troublante que celle de Gil-Martin.

8L’éventail religieux que présente James Hogg dans The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner est beaucoup plus resserré que celui de Charlotte Brontë dans Jane Eyre. Hogg met en scène des presbytériens classés en deux catégories : les modérés et les radicaux. La vie politique accentuant les divergences, Hogg fait en sorte que non seulement les modérés soient agressés par les radicaux mais encore que les radicaux ridiculisés soient tourmentés par Satan et ses suppôts. Ni James Hogg ni Charlotte Brontë ne sont anticléricaux, encore moins athées. Cependant, l’intention de James Hogg est de railler les extrémistes au sein de l’église presbytérienne : la mère du héros est une bigote qui aime ratiociner :

Marvellous was the conversation between these gifted people. Wringhim had held in his doctrines that there were eight different kinds of FAITH, all perfectly distinct in their operations and effects. But the lady, in her secluded state, had discovered other five; […] (C, 12).

9La cible privilégiée de Hogg est l’antinomianisme qui enseigne que tout individu doit apprendre s’il est un élu de Dieu ou non : dans la négative, il est condamné à l’enfer ; dans l’affirmative, il est assuré d’aller au paradis après sa mort, quoi qu’il fasse pendant sa vie sur terre : « How delightful to think that a justified person can do no wrong! », (C, 13). Le héros noir du roman de Hogg, le jeune Robert, apprend de son père qu’il est un élu, ce qui l’autorise à commettre — avec l’aide ou plutôt sous la contrainte de Gil-Martin, mais on ne sait plus qui est qui ! — les pires méfaits, notamment assassiner son frère, George, et sa mère, Rabina.

10Comment savoir si l’on est un élu de Dieu ou si l’on est voué aux enfers ? Cela peut se faire par la prière qui est une forme d’entretien direct avec Dieu. Mais James Hogg fait intervenir un intercesseur pour son jeune héros : il s’agit du père de ce dernier qui est pasteur, « the Rev. Mr. Wringhim », (C, 12) :

In this frame of mind was I, when my reverend father one morning arose from his seat, and, meeting me as I entered the room, he embraced me, and welcomed me into the community of the just upon earth. I was struck speechless, and could make no answer save by looks of surprise. My mother also came to me, kissed, and wept over me; and after showering unnumbered blessings on my head, she also welcomed me into the society of the just made perfect. Then each of them took me by a hand and my reverend father explained to me how he had wrestled with God, as the patriarch of old had done, not for a night, but for days and years, and that in bitterness and anguish of spirit, on my account; but that he had at last prevailed, and had now gained the long and earnestly desired assurance of my acceptance with the Almighty, in and through the merits and sufferings of his Son : That I was now a justified person, adopted among the number of God’s children—my name written in the Lamb’s book of life, and that no bypast transgression, nor any future act of my own, or of other men, could be instrumental in altering the decree. “All the powers of darkness,” added he, “shall never be able to pluck you again out of your Redeemer’s hand”, (C, 114-115).

11Le Révérend Wringhim fait preuve de péché d’orgueil en déclarant avoir lutté contre Dieu et en prétendant l’avoir vaincu. Il se fait en quelque sorte l’égal de Satan, dont on nous apprend le rejet vers les enfers. Le jeune Robert peut ainsi passer sans délai de la coupe de son père à celle de Satan. Cette scène du roman gothique de James Hogg relève de l’amplification satirique, tandis que Charlotte Brontë procède par allusion ironique :

A calm, subdued triumph, blent with a longing earnestness, marked his enunciation of the last glorious verses of that chapter. The reader believed his name was already written in the Lamb’s book of life, and he yearned after the hour which should admit him to the city to which the kings of the earth bring their glory and honour; which has no need of sun or moon to shine in it, because the glory of God lightens it, and the Lamb is the light thereof.

In the prayer following the chapter, all his energy gathered—all his stern zeal woke: he was in deep earnest, wrestling with God, and resolved on a conquest (JE, 355).

12À la différence du révérend Wringhim qui arrache à Dieu de haute lutte l’élection divine et l’immunité de son fils, le révérend Rivers met toute sa ferveur pour que Dieu l’aide à conquérir l’adhésion de Jane. Mais comme s’il était à bout d’argument il s’exclame : « ‘My prayers are heard!’ ejaculated St. John », (JE, 357) avouant de la sorte sa nature orgueilleuse. Alors que le révérend Wringhim lutte dans le secret de sa prière, le révérend Rivers tente de faire succomber toute résistance chez Jane :

Earnestness is ever deeply solemn: first, as I listened to that prayer, I wondered at his; then, when it continued and rose, I was touched by it, and at last awed. He felt the greatness and the goodness of his purpose so sincerely: others who heard him plead for it, could not but feel it too (JE, 356).

13Le propos de Charlotte Brontë est de montrer la puissance de la manipulation de St. John Rivers que doit affronter Jane Eyre – «  […] I had thought I recognised in you one of the chosen. But God sees not as a man sees: His will be done », (JE, 353) –, c’est une forme de séduction terrifiante puisque l’intention de St. John est d’amener Jane à abdiquer sa volonté d’indépendance pour épouser sa cause en l’épousant. La scène se passe dans la maison des Rivers que l’on appelle Marsh End ou Moor House (JE, 291) : en cédant à St. John, Jane s’enliserait dans le marais (en effet, elle sait qu’en l’accompagnant en Inde, le climat la ferait mourir prématurément : « if I go to India, I go to premature death », (JE, 344)), en résistant à la prière de St. John, Jane resterait sur la terre ferme de la lande. La traversée de cette épreuve est annoncée lorsque Jane s’approche de la maison des Rivers : « Having crossed the marsh, I saw a trace of white over the moor », (JE, 282).

Gil-Martin et St. John, personnages gothiques

  • 12  Robert est changé depuis cette première rencontre, comme s’il avait vécu une forme de transfigurat (...)

14Le diable est un personnage gothique par excellence, mais il importe que ses manifestations fassent rire le lecteur incrédule. James Hogg s’emploie à créer des situations grotesques pour les rendre moins crédibles tout en invitant son lecteur à s’interroger sur ses propres comportements excessifs : le diable n’a pas le sens de l’humour, c’est pour cela qu’il est dangereux. Parce que sa lutte contre Dieu ne peut pas trouver une fin, il est obsessionnel et il ne peut pas relativiser. Hogg lui procure un lieutenant en la personne du jeune Élu qui doit faire le mal pour Gil-Martin avant d’être abandonné à son triste sort dès que sa mission est terminée. Le jeune Robert éprouve un état de malaise lorsqu’il est en présence de Gil-Martin dès le premier jour12. Robert se sent prisonnier :

The worst thing of all was, what hitherto I had never felt, and, as yet, durst not confess to myself, that the presence of my illustrious and devoted friend was becoming irksome to me. When I was by myself, I breathed freer, and my step was lighter; but when he approached, a pang went to my heart, and, in his company, I moved and acted as if under a load that I could hardly endure. What a state to be in! And yet to shake him off was impossible—we were incorporated together—identified with one another, as it were, and the power was not in me to separate myself from him. […] But, alongst with this, I was also certain, that he was possessed of some supernatural power, of the source of which I was wholly ignorant (C, 182-183).

15Aujourd’hui, ce comportement serait symptomatique d’un cas de harcèlement moral, en admettant que Gil-Martin existe. Le narrateur des confessions est conduit à sa perte puisqu’il se suicide. La victime de l’éducation de son père et de sa mère puis de l’acharnement de Gil-Martin est pathétique puisqu’elle est consciente de la situation tragique à laquelle elle ne peut pas échapper : « I stood in a sort of awe of him » (C, 118). Face aux pouvoirs psychologiques plus que spirituels de St. John, Jane se trouve dans une situation analogue. Elle reste toujours consciente de sa position, « I felt as if an awful charm was framing round » (JE, 342) ; elle est capable d’analyser ce qui la séduit, « never did his fine voice sound at once so sweet and full », (JE, 355) ; Charlotte Brontë montre qu’elle maîtrise parfaitement l’art de l’emploi du genre gothique accommodé aux attentes d’une jeune femme à l’esprit indépendant, dans cette perception de la victime :

“I want a wife: the sole helpmeet I can influence efficiently in life and retain absolutely till death.”

I shuddered as he spoke: I felt his influence in my marrow—his hold on my limbs (JE, 346).

  • 13  Le voile qui masque la vérité est un élément que l’on trouve dans le roman de J. Hogg : « the appe (...)

16Si le jeune Robert Wringhim ne peut pas se libérer de l’emprise de Satan (« I could no longer live with my tyrant, who haunted me like my shadow […] », C, 205) qui le mène inéluctablement à la mort, la jeune Jane confrontée à un homme qui a succombé à l’orgueil luciférien (car il prétend que ses prières sont entendues) peut, non sans l’aide inopinée de l’appel magique de Rochester, se dégager des griffes de celui qu’elle qualifie de despote à plusieurs reprises : « His chest heaved once, as if his large heart, weary of despotic constriction, had expanded… », (JE, 310) ; « The veil13 fell from his hardness and despotism » (JE, 346) ; « the disappointment of an austere and despotic nature, which has met with resistance where it expected submission— », (JE, 349) ; « this language was all much too hard, and much too despotic for the occasion », (JE, 352). Jane est sauvée par sa capacité à prendre du recul, une qualité qui n’est pas accordée à Robert : « and there was scarcely an hour in the day on which my resolves were not animated by my great friend, till at length I began to have a longing desire to kill my brother », (C, 146). Bien que Jane garde toujours en elle la force d’être consciente du danger : « By degrees, he acquired a certain influence over me that took away my liberty of mind: his praise and notice were more restraining than his indifference », (JE, 339), la force hypnotique de St. John est grande : « I appealed to one who, in the discharge of what he believed his duty, knew neither Mercy nor remorse. He continued:—“God and nature intended you for a missionary’s wife” », (JE, 343) ; « Think like me, Jane—trust like me », (JE, 343). Mais la résilience de Jane est plus grande encore : « He had held me in awe, because he had held me in doubt », (JE, 346) ; « Reader, do you know, as I do, What terror those cold people can put into ice of their question? », (JE, 351). En fait, cette dernière réplique montre que les personnages dépendent entièrement du projet de leurs créateurs : Jane doit illustrer la force et la grandeur d’âme dont une jeune femme instruite peut faire preuve.

Les frissons de l’enfer

17Dans ses Confessions, Robert révèle qu’il fait l’objet d’accusation de viols et de meurtres dont il n’a pas conscience. Le genre littéraire où se classe le récit auquel il appartient ne nous permet pas d’avancer qu’il peut souffrir de schizophrénie puisqu’il nous faut adhérer à la réalité de la présence néfaste de Gil-Martin. Robert subit non pas l’influence de voix anonymes mais les exhortations de Satan incarné dans un personnage à la physionomie multiple. La chute de Robert commence lorsqu’il est abandonné par Gil-Martin et que, après avoir vécu des années dans l’exaltation, il sombre dans la dépression : « On the first of June 1712, … I was sitting locked in my secret chamber, in a state of the utmost despondency […] », (C, 205). Quant à St. John, Charlotte Brontë le dote d’emblée d’un caractère taciturne, sinon dépressif :

He seemed of a reserved, an abstracted, and even of a brooding nature. Zealous in his ministerial labours, blameless in his life and habits, he yet did not appear to enjoy that mental serenity […]. I think, moreover that Nature was not to him that treasure of delight it was to his sisters (JE, 299).

18Mais ce qui lui confère une qualité inhumaine originale en soi, c’est la froideur naturelle qu’il génère spontanément : « his reserve was again frozen over, and my frankness was congealed beneath it […] he continually made little chilling differences between us, which did not at all tend to the development of cordiality », (JE, 337). Cette sensation de nature psychologique est ensuite amplifiée et détournée :

[…] his Greek face was brought to a level with mine, his eyes questioned my eyes piercingly—he kissed me. There are no such things as marble kisses, or ice kisses, or I should say my ecclesiastical cousin’s salute belonged to one of these classes; but there may be experiment kisses, and his was an experiment kiss. When given, he viewed me to learn the result; it was not striking: I am sure he did not blush; perhaps I might have turned a little pale, for I felt as if this kiss were a seal affixed to my fetters (JE, 339).

  • 14  Charlotte Brontë expose clairement (293, §3) le détournement dans son récit de la Diane / Artémis (...)

19La froideur du baiser de marbre est l’expression de l’absence d’humanité chez St. John ; cela est souligné par le regard ambivalent que porte Jane sur son cousin : il est distant en tant qu’artiste appréciant une statue grecque et il est séduit parce qu’elle est une jeune fille subjuguée ; n’est-ce pas à la demande de Diana14 et Mary que St. John consent à donner un baiser vespéral à ses sœurs et à sa cousine Jane ? Ce qui, dans un contexte puritain, pourrait se comprendre comme un (début de) jeu érotique entre cousins sert à mettre en avant la relation amoureuse pervertie des calvinistes : St. John demande Jane en mariage non pas parce qu’il l’aime ou qu’il la désire, mais parce qu’il aura besoin d’une auxiliaire en Inde, ce qui sous-entend une « bonne à tout faire » — de l’assistante missionnaire à, on le craint, l’esclave sexuel.

20La scène de l’aveu d’amour fou (« so wildly », JE, 318) que nourrit St. John pour Rosamond ne permet pas de s’interroger sur l’orientation sexuelle de St. John. Jane Eyre a noté son émoi pour Rosamond : « In spite of his Christian stoicism, when she went up and addressed him, and smiled gaily, encouragingly, even fondly in his face, his hand would tremble and his eye burn », (JE, 313). Les conventions du genre de la romance font que la jeune héritière Miss Rosamond Oliver est aussi séduisante pour St. John que Miss Rose Bradwardine pour le jeune Waverley dans le roman éponyme de Walter Scott. Mais si Waverley cède volontiers aux attraits de Rose, après avoir échoué dans sa tentative de séduction de Flora, St. John se révèle être aux prises avec un démon intérieur statufiant, ainsi qu’il l’avoue à Jane :

When I colour, and when I shake before Miss Oliver, I do not pity myself. I scorn the weakness. I know it is ignoble; a mere fever of the flesh: not, I declare, a convulsion of the soul. That is just as fixed as a rock firm set in the depths of a restless sea. Know me to be what I am—a cold, hard man (JE, 319).

21Ne disposant pas d’éléments suffisants concernant l’enfance de St. John, il nous serait hasardeux de tenter une étude de la psychologie du beau jeune homme. Du reste, ce n’est rien d’autre qu’un personnage aux mains d’un auteur qui lui confère des qualités et des défauts précis pour servir un dessein. Charlotte Brontë donne une indication importante sur le personnage par l’observation directe de la narratrice qui écoute ses prêches :

The heart was thrilled, the mind astonished, by the power of the preacher: neither was softened. Throughout there was a strange bitterness; an absence of consolatory gentleness; stern allusions to Calvinistic doctrines—election, predestination, reprobation—were frequent; and each reference to these points sounded like a sentence pronounced for doom. When he had done, instead of feeling better, calmer, more enlightened by his discourse, I experienced an inexpressible sadness; for it seemed to me […] that the eloquence to which I had been listening had sprung from a depth where lay turbid dregs of disappointment—where moved troubling impulses of insatiate yearnings and disquieting aspirations (JE, 300).

  • 15  Dans F. Regard, Jane Eyre, De Charlotte Brontë à Franco Zeffirelli, op. cit., 49.

22L’orientation religieuse de St. John est clairement celle des évangélistes calvinistes. Il est tout à fait cohérent que Charlotte Brontë décide que St. John aille faire ses adieux avant de partir en Inde, non pas à Oxford où florissaient les Tractariens, mais à Cambridge puisque dans les années 1830 et 1840 cette université abritait des maîtres qui, à l’instar de Wescott, enseignaient la doctrine calviniste de la dépravation absolue de l’homme, élément à la base du renouveau évangéliste. Le lecteur victorien pouvait s’autoriser à imaginer que St. John Rivers se rende à la ‘Divinity School’, dans St John Street. Cambridge abritait, à la suite de Westcott et de Hort, des admirateurs de saint Jean, et Marianne Thormählen évoque les différents « St John » dans son article15. Le contexte religieux dans lequel baigne le roman Jane Eyre fait que le prénom John est omniprésent, car il faut ajouter « John » Calvin et John Knox…

23Les prêches aux accents lugubres de St. John tels que les rapporte Jane ont des échos du morceau de bravoure que constitue l’histoire du prédicateur d’Auchtermuchty dans The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, bien que le récit de James Hogg soit à visée ouvertement polémique à l’encontre des Caméroniens :

From these words he preached such a sermon as never was heard by human ears, at least never by ears of Auchtermuchty. It was a true, sterling, gospel sermon—it was striking, sublime, and awful in the extreme. He finally made out the IT, mentioned in the text, to mean, properly and positively, the notable town of Auchtermuchty. He proved all the people in it, to their perfect satisfaction, to be in the gall of bitterness and bond of iniquity, and he assured them, that God would overturn them, their principles, and professions; and that they should be no more, until the devil, the town’s greatest enemy, came, and then it should be given unto him for a prey, for it was his right, and to him they belonged, if there was not forthwith a radical change made in all their opinions and modes of worship.

The inhabitants of Auchtermuchty were electrified—they were charmed; they were actually raving mad about the grand and sublime truths delivered to them, by this eloquent and impressive preacher of Christianity (C, 200).

24La remarque du narrateur quant à la réception du prêche par les habitants d’Auchtermuchty et des environs est une simple amplification de ce que de nombreux observateurs ont pu rapporter sur les grandes journées de prédication qui se tenaient souvent en plein air.

  • 16  Voir la plus récente : Karl Miller, The Electric Shepherd: A Likeness of James Hogg, London : Fabe (...)

25Enfin, quant au comportement de St. John vis-à-vis des femmes, on peut hésiter à qualifier de refoulement son rejet de la belle Rosamonde qu’il désire tant mais qu’il n’aime pas. Mais sa demande en mariage faite à Jane tout en lui précisant qu’il ne l’aime pas tient du contrat d’embauche et de la goujaterie ; et l’argument de la volonté de Dieu en la matière (« God and nature intended you for a missionary’s wife », JE, 343) relèverait de l’escroquerie s’il ne devait pas assumer le rôle d’Apollon, parangon du malheureux en amour. La sujétion de la femme est une accusation récurrente faite aux calvinistes. C’est pour cela que James Hogg (dont tous les biographes16 soulignent la haute réputation de séducteur) crée un personnage misogyne chez son héros, Robert. En devenant jeune homme, il exècre de plus en plus ouvertement sa mère, et il avoue : « I brought myself to despise, if not to abhor, the beauty of women, looking on it as the greatest snare to which mankind are subjected », (C, 113).

  • 17  L’aspect marchand du mariage tel que Defoe l’a décrit dans Roxana n’avait pas échappé à C. Brontë. (...)

26Charlotte Brontë, dans la relation matrimoniale qu’elle élabore pour la dénoncer entre St. John et Jane, met en opposition l’amour et la soumission : à la nécessité répétée « I want a wife », Jane répond « I cannot marry you and become part of you ». Et l’odieuse réplique est formulée : « A part of me you must become […]; otherwise the whole bargain17 is void », (JE, 347). Avec un aplomb digne de Cassandre affrontant Apollon, la réponse finale de Jane à St. John s’adresse tout à la fois à l’homme obnubilé par sa mission devenant idée fixe, au missionnaire dénué de charité, au représentant de saint Jean dans sa version calviniste : « I scorn your idea of love […] I scorn the counterfeit sentiment you offer: yes, St. John, and I scorn you when you offer it », (JE, 348). Comme si Charlotte Brontë cherchait à surenchérir sur la dénonciation de James Hogg, l’horreur du marchandage de St. John le dispute au pathétique de Robert Wringhim dans sa relation aux femmes. Charlotte Brontë a poussé sa jeune héroïne jusqu’à la porte du pasteur évangéliste tout en la rendant vulnérable. Mais, dramatisation oblige, l’alliance ne peut pas s’opérer parce que, dans l’espace qui leur est dévolu, St. John Rivers est plutôt « Marsh End », alors que Jane Eyre est plutôt « Moor House » : en effet, son patronyme est un homophone de « air » et au niveau symbolique il est cohérent qu’elle fuie le milieu aquatique des River et des Reed pour s’allier à l’environnement minéral concordant de Rochester.

  • 18  Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris : Bernard Grasset, 1990.

27À travers une lecture mettant en œuvre ce que Peter Barry appelle « deep context », et en référence à Umberto Eco18, l’on peut se demander si l’intention du lecteur ne rejoint pas sur un point au moins l’intention de l’auteur de Jane Eyre : James Hogg ayant ouvert la voie du sous-genre gothique religieux dans un contexte de violence physique allant jusqu’au meurtre dans un espace géographique et historique de l’Écosse du sud, Charlotte Brontë, tout en émaillant son texte de références explicites, exploite ce filon dans le contexte d’une Angleterre du nord. Mais elle introduit une dimension moins satanique et plus humaine faite d’un mélange de tendresse et de dureté qui a pour effet de mettre en relief le caractère pervers du jeune futur missionnaire aussi impitoyable que sa référence mythologique. Ainsi, sa jeune héroïne sert-elle de modèle à suivre pour les jeunes lectrices éperdues de liberté et de sentimentalisme en danger de se livrer corps et âme à l’ogre en habit d’ecclésiastique.

Haut de page

Bibliographie

Barry Peter, Literature in Contexts, Manchester : Manchester University Press, 2007.

Brontë Charlotte, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847].

Eco Umberto, Les Limites de l’interprétation, Paris : Bernard Grasset, 1990.

Hogg James, The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, Oxford : Oxford University Press, 1999 [1824].

Lejeune Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris : Le Seuil, 1975.

Lévi-Strauss Claude, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris : Mouton, 1967 [1947].

Miller Karl, The Electric Shepherd: A Likeness of James Hogg, Londres : Faber, 2003.

Regard Frédéric (dir.), Jane Eyre, De Charlotte Brontë à Franco Zeffirelli, Paris : Sedes, novembre 2008.

Thormählen Marianne, The Brontës and Religion, “The Enigma of St John Rivers”, Cambridge : Cambridge University Press, 1999.

Haut de page

Notes

1  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris : Le Seuil, 1975.

2  Toutes les références au texte renvoient à l’édition suivante : Charlotte Brontë, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847].

3  Marianne Thormählen, The Brontës and Religion, “The Enigma of St. John Rivers”, Cambridge University Press, 1999, 204-220. Ce chapitre XI est repris dans Frédéric Regard (dir.), Jane Eyre, De Charlotte Brontë à Franco Zeffirelli, Paris : Sedes, novembre 2008, 47-64.

4  Toutes les références au texte renvoient à l’édition suivante : James Hogg, The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner, Oxford World’s Classics, 1999 [1824].

5  Peter Barry, Literature in Contexts, Manchester University Press, 2007, 24.

6  Le personnage de Jane est doué pour le dessin et réalise souvent des tableaux dans le récit ; à cela s’ajoutent les multiples instances d’ekphrasis. Toutes ces références à l’art pictural évoquent la Royal Academy of Arts de Londres, institution nationale depuis sa fondation en 1761. Cette académie va générer le célèbre groupe des Préraphaélites en 1848, soit un an après la première édition de Jane Eyre.

7  Le Danelag, ou Danelaw, a été fondé au IXe siècle par les Vikings danois, avec York pour capitale. Il a été définitivement dissous à l’arrivée des Normands en 1066.

8  Walter Scott maltraitait volontiers ses personnages imbus de leur supériorité religieuse, non seulement en les accablant d’hypocrisie mais encore en leur attribuant un nom à double sens, tel que le traître Gilfillan de Waverley. Scott se faisait l’émule de Robert Burns qui brocardait à plaisir les hypocrites de son district : son poème célèbre « Holy Willie’s Prayer » est d’une rare violence…

9  Gil-Martin n’a pas de prénom, ou nom de baptême – et pour cause ! L’élément « Gil » n’est pas un prénom, mais la forme abrégée du mot gaélique « gille » qui signifie serviteur ou disciple : Gil-Martin est le disciple de Martin, ce personnage dont l’église chrétienne dit qu’il partage son vêtement avec un pauvre. Du partage de l’habit, ou deuxième peau, on passe aisément à celui de l’aspect physique…

10  Le même patronyme est utilisé par James Hogg pour une scène très brève : « My fellow lodger came home in the evening, and was glad at my coming. His name was Linton, and I changed mine to Elliot », (C, 219-220).

11  James Hogg cite le nom de la ville de Perth sous son pseudonyme, St-Johnston (C, 201), équivalant à « St-John’s town ». Il ne semble pas pertinent, cependant, de voir un lien avec le personnage de Jane Eyre.

12  Robert est changé depuis cette première rencontre, comme s’il avait vécu une forme de transfiguration inversée : « ”Ah, Robert, you are ill! ” cried she; ”you are very ill, my dear boy; you are quite changed. Ah, Jane, haste you up to the study, and tell Mr Wringhim to come here on the instant and speak to Robert” », (C, 120).

13  Le voile qui masque la vérité est un élément que l’on trouve dans le roman de J. Hogg : « the appearance was as if there had been a veil drawn over me […] », (C, 137).

14  Charlotte Brontë expose clairement (293, §3) le détournement dans son récit de la Diane / Artémis de la mythologie grecque, de son frère jumeau Apollon quasi statufié et de sa sœur Minerve christianisée en Mary.

15  Dans F. Regard, Jane Eyre, De Charlotte Brontë à Franco Zeffirelli, op. cit., 49.

16  Voir la plus récente : Karl Miller, The Electric Shepherd: A Likeness of James Hogg, London : Faber, 2003.

17  L’aspect marchand du mariage tel que Defoe l’a décrit dans Roxana n’avait pas échappé à C. Brontë. Claude Lévi-Strauss a abordé cet aspect du mariage dans Les Structures élémentaires de la parenté, Paris : Mouton, 1967 [1947], 135.

18  Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris : Bernard Grasset, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII - n°4, 2009

Référence électronique

Jean Berton, « St. John le calviniste, ou l’émule de Gil-Martin », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°4 | 2009, mis en ligne le 28 juillet 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/833 ; DOI : 10.4000/lisa.833

Haut de page

Auteur

Jean Berton

Jean Berton est Maître de Conférences à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, et a soutenu son mémoire de synthèse d’HDR, intitulé « Le miroir calédonien de la littérature écossaise et de son substrat culturel », en 2007. Il s’est spécialisé dans le domaine des études écossaises, plus particulièrement la littérature de la Renaissance écossaise du vingtième siècle de l’Écosse septentrionale, ce qui entraîne tous les chercheurs à redécouvrir les écrivains du XIXe siècle, dont Walter Scott et James Hogg. Jean Berton a publié des articles sur Scott, Hogg, Barrie, Buchan et sur des auteurs de la fin du XXe siècle qui se réfèrent aux successeurs de Burns : Herdman, Steven, Macleod, Robertson, Grieg, Maclean, MacPherson, et Crichton Smith, dont l’œuvre a fait l’objet de sa thèse, La hantise de l’exil… (1996). Il a aussi publié des articles sur les œuvres au programme des concours, Waverley ou The Mill on the Floss. Ses dernières publications sont la réédition aux PUSE en 2007 de Allan Caméron de Pagnon et Callet (1841), un pastiche des romans de Scott, et en 2008 la traduction de la pièce Lazybed / Le lectorium une comédie sociale de Crichton Smith.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals