Navigation – Plan du site

Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irlande ?

Reforming Governance: a Prerequisite to Economic Recovery in Ireland?
Anne Groutel

Résumés

La crise qui toucha très durement l’Irlande à partir de 2007 a suscité de nombreux commentaires de la part d’économistes, d’intellectuels publics, de journalistes économiques et même d’un ancien banquier. Partant d’un certain nombre de ces analyses, choisies parce qu’elles semblaient représentatives de l’ensemble des points de vue exprimés, l’article cherche à déterminer leur degré de convergence, les points communs dans les thèmes abordés et les solutions proposées. En premier lieu, bien qu’ils admettent que la crise économique mondiale ait eu un impact sur l’économie du pays, tous ces auteurs s’accordent à dire que les causes de la crise irlandaise sont principalement endogènes et que les anciens gouvernants y ont une grande part de responsabilité. En second lieu, la crise est perçue comme « un mal nécessaire » qui doit être mis à profit pour repartir sur des bases nouvelles et sortir de la crise. Mais pour ces auteurs les conditions nécessaires à l’exercice d’une « bonne gouvernance » ne sont pas réunies. Nous mettrons en lumière les remèdes qu’ils suggèrent d’apporter au mode de gouvernance publique en Irlande et dans quelle mesure cela implique une plus grande intervention des pouvoirs publics dans l’économie ou une remise en question du système économique irlandais. En février 2011, une coalition composée du Fine Gael et du Labour Party succéda au Fianna Fáil. Dans la dernière partie de cet article, nous analyserons dans quelle mesure les attentes exprimées dans les ouvrages consacrés à la crise ont été prises en compte par le gouvernement au pouvoir entre février 2011 et mai 2014. D’autre part, avec quelques années de recul, nous nous demandons s’il est toujours juste d’affirmer qu’une nouvelle gouvernance est une condition sine qua none à la reprise économique en Irlande ?

Haut de page

Texte intégral

1La crise, qui a touché l’Irlande à partir de 2007, a incité des économistes, intellectuels publics, journalistes économiques et même un ancien banquier à s’exprimer sur le sujet. Nous avons choisi quelques uns de ces ouvrages qui nous semblaient représentatifs de la diversité des points de vue exprimés afin de déterminer dans quelle mesure leurs analyses de la crise convergeaient, s’il y avait des points communs dans les thèmes abordés et les remèdes qu’ils suggèrent d’apporter. Cet article s’intéressera en premier lieu aux causes de la crise économique en Irlande vues à travers le prisme de leurs écrits. Nous verrons tout d’abord que tous ces auteurs s’accordent à dire que les facteurs à l’origine de la crise irlandaise sont principalement endogènes et que tous pointent un doigt accusateur sur la mauvaise gouvernance dont les autorités irlandaises auraient fait preuve.

  • 1 Voir Margarita Esteves-Abe, Torben Iversen & David Soskice, « Social Protection and the Formation (...)

2Ces ouvrages, publiés alors que l’Irlande était enlisée dans une crise très profonde, traduisent le malaise profond de la société irlandaise et font apparaître un puissant désir de changement. La crise, bien qu’elle soit à déplorer, est néanmoins perçue comme « un mal nécessaire » qui doit être mis à profit pour repartir sur des bases plus saines. Que suggèrent leurs auteurs pour faire en sorte que les erreurs du passé ne se répètent pas ? Les solutions dont ils dressent les contours impliquent-elles pour autant une plus grande intervention des pouvoirs publics dans l’économie ? Le système économique irlandais actuel, apparenté au modèle de capitalisme anglo-saxon1, est-il pour autant remis en question ?

  • 2 Le Fine Gael est classé parmi les partis de centre-droit.

3En février 2011, un gouvernement de coalition, composé du Fine Gael2 et du Parti travailliste (Labour Party), succéda au gouvernement dirigé par le Fianna Fáil. Les Irlandais lui confièrent la double mission de sortir le pays du marasme économique dans lequel il était plongé, mais également de leur redonner confiance en leurs institutions et en leur avenir. Dans quelle mesure la politique mise en œuvre par ce gouvernement a-t-elle pris en compte les attentes exprimées dans les ouvrages portant sur la crise en Irlande? A-t-elle marqué une rupture avec la politique des gouvernements précédents ? Le volet économique de cette politique a-t-il eu pour objectif de mettre en place un autre modèle économique ?

Les causes de la crise en Irlande vues de l’intérieur

  • 3 C’est l’analyse qu’en font William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic (...)

4Alors que la crise financière qui a commencé en 2007 a eu des répercussions à l’échelle mondiale, il peut sembler paradoxal que ses causes soient perçues en Irlande comme étant principalement internes3. Mais les propos de Marc Soden, ancien directeur général de la Bank of Ireland, sont sans équivoque : 

  • 4 « It might be comforting for many senior people in our community to blame the global markets for th (...)

Il pourrait être réconfortant pour nombre de hauts responsables de notre communauté de rejeter la responsabilité de la crise financière qui frappe l’Irlande sur les marchés mondiaux. Après tout, nous ne pesons pas assez lourd pour avoir eu une quelconque influence. Nous pourrions donc conclure que nous sommes d’innocentes victimes. Rien ne pourrait être plus éloigné de la réalité ou de la vérité4.

  • 5 « The ‘Credit Crunch’ was the economic storm that exposed the weakness of Ireland’s position and no (...)
  • 6 Voir Stephen Kinsella & Ronan Lyons, « A Return to Managing the Irish Economy », in Ed Burke & Ron (...)
  • 7 Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 3-5.
  • 8 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 101 ; (...)
  • 9 Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 9, 9 (...)
  • 10 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 14-15 ; (...)
  • 11 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 85-126 (...)

5Anthony Sweeney abonde en ce sens : « L’étranglement du crédit est l’ouragan économique qui a exposé au grand jour la faiblesse de la position irlandaise et non pas la cause profonde des problèmes économiques actuels. »5. De fait, la responsabilité de la crise est imputée principalement aux anciens dirigeants6. Ceux-ci n’auraient pas anticipé la crise malgré de nombreux signes avant-coureurs7 et, pire encore, ils auraient contribué à l’envenimer. En effet, au début des années 2000, contrairement à ses partenaires européens, l’Irlande était en plein essor économique, ce qui a permis une hausse spectaculaire du niveau de vie de sa population et de la consommation. Or, à la même époque, la Banque centrale européenne jugeait bon de maintenir des taux d’intérêt très bas dans le but de relancer la croissance qui était molle dans la plupart des pays de l’Union européenne. Ceci eut pour effet d’exacerber la flambée des prix en Irlande, tout particulièrement ceux de l’immobilier. Alors qu’une politique anti-cyclique s’imposait8, les autorités irlandaises ont, au contraire, encouragé la tendance par le biais de déductions fiscales pour les acquéreurs de biens immobiliers. Les gouvernants de l’époque n’y voyaient que des avantages puisque cette politique fiscale était très populaire auprès de l’électorat9 et que l’État de toute façon récupérait le manque à gagner grâce à la taxe sur les transactions immobilières. En outre, le secteur de la construction contribuait dans une large mesure à assurer une situation de quasi-plein-emploi. Il est donc reproché aux anciens dirigeants d’avoir laissé gonfler la bulle immobilière et de ne pas avoir mis un frein à une croissance qui n’était pas soutenable puisqu’elle reposait essentiellement sur le secteur de la construction. Les autorités sont, en outre, accusées d’avoir dilapidé les fruits de cette croissance10 en privilégiant les intérêts d’une fonction publique peu productive et même dans certains cas inefficace11, ceci au détriment de la mise en œuvre de réformes de grande ampleur dans ce secteur et des investissements qui s’imposaient pour moderniser les infrastructures du pays.

  • 12 Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, op. cit., 138-14 (...)
  • 13 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 14 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)

6En second lieu, les anciens gouvernants du Fianna Fáil sont, à tort ou à raison, mis au ban des accusés par certains auteurs pour avoir accepté que l’État se porte garant des dettes des banques, à hauteur de 440 milliards d’euros12. Les pouvoirs publics sont aussi en ligne de mire pour ne pas avoir mis en place un système de supervision des banques suffisamment efficace13 et plus généralement de ne pas assez avoir lutté contre la corruption14. Michael Casey résume bien la situation :

  • 15 “ Despite various tribunals of enquiry, white-collar crime and corruption effectively go unpunished (...)

En dépit des diverses commissions d’enquête, la criminalité en col blanc et la corruption ne sont, dans les faits, pas punies. L’Irlande s’est vu attribuer le surnom peu enviable de « Far West » de la finance, en partie à cause des récents scandales dans lesquels les banques ont été impliquées, en partie à cause de notre réglementation très allégée15.

  • 16 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recoveryop. cit., 302 ; Emily O’Reilly, « I (...)

7En outre, ces anciens dirigeants sont mis en cause pour avoir laissé se développer une culture du secret et du copinage16.

  • 17 Emily O’Reilly, « In the Public Interest: Lessons from the Ombudsman’s Experience », op. cit., 31- (...)

8Les pouvoirs publics sont donc largement tenus pour responsables de la crise, une crise qui, à la lecture des ouvrages qui en traitent, déborde largement la sphère économique. Emily O’Reilly, ancien médiateur et commissaire à l’information, non seulement dénonce cette culture du secret et l’opacité du système en vigueur mais condamne également l’accaparement du pouvoir décisionnaire par l’exécutif17. Harry Bohan décrit fort bien le malaise profond auquel le pays semble en proie :

  • 18The bursting of the property bubble and the collapse of confidence in the banking system have left (...)

L’éclatement de la bulle immobilière et l’effondrement de la confiance dans le système bancaire ont entraîné une crise de confiance dans les institutions. Nous traversons une période de chaos. Les scandales qui affectent l’Église, le milieu des affaires, le secteur bancaire, les promesses non tenues en politique et les abus de confiance ont tous contribué à une remise en question profonde du leadership fondé sur une autorité descendante et sur le commandement et le contrôle. Vers où et vers qui la population doit-elle se tourner pour mettre fin à ce gâchis ?18.

Une nouvelle gouvernance : un prérequis à la sortie de crise

  • 19 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recoveryop. cit., 32 ; Susannah Kingston, « (...)

9Ces ouvrages sur la crise en Irlande ne se contentent pas d’en analyser les causes. Pour leurs auteurs, elle doit remplir une fonction cathartique19 ainsi qu’être l’occasion de corriger les faiblesses structurelles de l’économie du pays et les dysfonctionnements qui sont à l’origine de la crise. Ils contiennent une myriade de propositions de réformes, de mesures ou d’actions jugées nécessaires pour y parvenir. Certains sujets, comme le maintien de l’Irlande dans la zone euro, font controverse. Ceux-ci mériteraient de faire l’objet d’études séparées afin d’être traités de façon exhaustive, aussi avons-nous choisi à dessein de mettre en lumière les principaux points de convergence plutôt que les divergences.

  • 20 Harry Bohan, « Community Development », op. cit., 50-53 ; Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Tr (...)
  • 21 Moise Modandi Wa-Komba, « Exposé sur le concept de bonne gouvernance », United Nations Development (...)

10Force est de constater que la majeure partie des solutions proposées visent à améliorer la gouvernance exercée par les pouvoirs publics tant dans le domaine économique que politique. Ce n’est, semble-t-il, qu’au prix de changements significatifs en la matière que l’Irlande parviendra à sortir de la crise20. Selon Moïse Mohandi Wa-Komba, consultant pour le Programme des Nations unies pour le développement, les caractéristiques de la « bonne gouvernance » sont les suivantes : la primauté du droit, l’obligation de rendre compte, la transparence, l’efficience et l’efficacité, la réceptivité (la capacité de prendre en compte les attentes de la société civile), l’équité (ou l’égalité des chances), la prospective ou la capacité d’adopter une vision stratégique et enfin la participation, plus précisément l’implication d’acteurs de la société civile dans la prise de décision21. Au vu des critiques émises à leur encontre par les auteurs de ces ouvrages sur la crise, les pouvoirs publics irlandais semblent avoir manqué à tous les principes fondamentaux de la « bonne gouvernance ».

  • 22 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 23 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 24 Le Dáil est la chambre basse du Parlement irlandais.
  • 25 Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 81.
  • 26 Ibid., 226-227.
  • 27 Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 223-224 ; Mike Soden, Ope (...)

11Une bonne gouvernance requiert donc que l’État fasse respecter l’état de droit. Les scandales financiers dans lesquels plusieurs banques irlandaises ont été impliquées justifieraient, selon certains, une action forte de l’État : les coupables doivent être traduits en justice22 et la brigade financière de la police irlandaise doit véritablement avoir les moyens d’agir afin que la criminalité en col blanc soit punie23. O’Toole, quant à lui, estime que les comités parlementaires du Dáil24 devraient pouvoir mener des enquêtes dans tous les milieux quand la question est d’importance publique25. Pour aller vers plus de transparence dans les milieux politiques, O’Toole et Campbell prônent une réforme du financement des partis et plus particulièrement l’interdiction des dons politiques. Par ailleurs, O’Toole aimerait que tous les lobbyistes soient inscrits dans un registre officiel26. Enfin, certains vont jusqu’à souhaiter que ceux qui dénoncent des comportements délictueux soient protégés par la loi27.

  • 28 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, op. cit., 220-221 ; Fintan O’Toole, (...)
  • 29 Harry Bohan, « Community Development », op. cit., 48-53 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to (...)
  • 30 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 31 Le scrutin à vote unique transférable a depuis plusieurs années, conduit à la formation de gouverne (...)

12Certains auteurs estiment, par ailleurs, que les autorités locales doivent être réformées afin qu’elles fonctionnent plus efficacement et contribuent à la décentralisation du pouvoir décisionnaire28. D’autres préconisent la mise en place d’un système de démocratie participative29 ou bien encore une réforme du Parlement30 et du système électoral31.

  • 32 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 33 Ronan Lyons, « Towards Perfect Information: The Case of the Housing Market », op. cit., 36-37.
  • 34 John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 124 ; Anthony Sw (...)
  • 35 Sara Burke, « The Wealth Divide: There is an Alternative », in Susannah Kingston (Dir.), Aspiratio (...)

13Sur le plan de la gouvernance économique, la totalité des auteurs d’ouvrages sur la crise irlandaise estime qu’une réforme en profondeur de la fonction publique est incontournable afin d’établir une gouvernance efficiente et efficace. Pour Campbell32, les règles en matière de recrutement et de licenciement des personnels du secteur public devraient être identiques à celles du secteur privé. Lyons suggère, quant à lui, que les performances des fonctionnaires soient évaluées régulièrement33. Toutefois, une volonté politique forte et une remise à plat des relations entre le gouvernement et les syndicats sont considérées comme étant essentielles pour réformer la fonction publique34 et la gestion des services publics jugés peu performants au vu des budgets qui leur sont alloués35.

  • 36 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 63 ; M (...)
  • 37 “We do not conform to any known ideology and our economic system, if it is one, can only be describ (...)

14Enfin, alors que les Irlandais avaient le sentiment que le pays était à la dérive, tous les auteurs de ces ouvrages sur la crise insistent sur le fait que les dirigeants irlandais devraient se montrer stratèges pour gouverner efficacement, avoir une vision claire et précise de l’avenir économique du pays et mettre en œuvre un plan bien défini. Les termes « leadership » et « planification stratégique » sont utilisés de façon récurrente. En réalité, avec le recul des années, certains auteurs36 en sont venus à remettre en question la capacité des gouvernants irlandais à élaborer une stratégie économique et même à douter que l’essor économique que l’Irlande a connu à partir du milieu des années 1990 ait été planifié : « Nous ne nous conformons à aucune idéologie et notre système économique, si c’en est un, peut seulement être qualifié de pragmatique »37.

Un État qui veille au grain

  • 38 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)

15Même si les solutions proposées sont variées, il existe un consensus quant la nécessité de l’intervention de pouvoirs publics pour sortir de la crise. Ainsi l’État doit-il impérativement renforcer le système de surveillance des banques38 afin, d’une part, qu’elles ne prêtent plus de façon inconsidérée et, d’autre part, pour laver la réputation du secteur financier irlandais :

  • 39I once naively believed that self-regulation or a principles-based approach to regulation would be (...)

J’ai longtemps cru naïvement que l’autoréglementation ou une approche qui prescrirait le respect d’un code de conduite serait l’option plus appropriée pour rendre l’environnement aussi flexible et propice aux affaires que possible. Je ne pouvais pas être plus loin de la vérité. Ni l’autoréglementation ni une approche qui engage à suivre des règles de conduite ne marche en Irlande39.

  • 40 Ibid., 216 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 1 (...)

16Par ailleurs, pour quelques auteurs, l’État doit, dans une certaine mesure, également pallier les conséquences de la crise, notamment en aidant les ménages qui se sont surendettés en achetant un logement au prix fort40.

  • 41 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)
  • 42 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, op. cit., 274.
  • 43 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. c (...)

17Toutefois, une fois le pays sorti de la crise financière, les pouvoirs publics devront se cantonner à créer les conditions les plus propices possibles à une croissance soutenable en s’assurant par exemple que les lois de la concurrence sont respectées41. Ils doivent également, dans la mesure de leurs moyens, réduire les coûts et les charges des entreprises42. En résumé, Ils doivent agir pour que le pays redevienne compétitif, sans pour autant trop interférer avec les lois du marché43 et faire en sorte que la croissance repose sur des bases saines, c’est-à-dire que les exportations redeviennent le moteur de la croissance comme ce fut le cas jusqu’en 2002. La totalité de ces ouvrages sur la crise en Irlande expriment également le souhait que les fruits d’une éventuelle croissance à venir soient utilisés pour améliorer la qualité de vie des Irlandais principalement en réformant les services publics.

  • 44 Fiscalité réduite pour les entreprises, dérégulation et flexibilité du marché du travail sont les m (...)
  • 45 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 129 ; P (...)
  • 46 Paedar Kirby, Celtic Tiger in Collapse, op. cit., 130-131.

18Les ouvrages sur la crise en Irlande dénoncent la mauvaise gouvernance dont les pouvoirs publics irlandais ont fait montre, mais le modèle de capitalisme, apparenté au modèle de capitalisme anglo-saxon, qui a contribué à l’essor économique44 de l’Irlande et qui y est toujours en vigueur, n’est, en lui-même, pas véritablement remis en question. Ainsi, parmi les auteurs de ces ouvrages, seule une minorité exprime le souhait de voir les gouvernants adopter une politique visant à réduire les inégalités sociales ou allant dans le sens d’une plus grande justice sociale45. De fait, selon Kirby46, le système irlandais de protection sociale a toujours eu une fonction caritative et non pour vocation de réduire les inégalités sociales.

  • 47 Michael O’Sullivan, « Ireland’s Bubble: The Great Transformation », op. cit., 20-22.
  • 48 L’un des facteurs qui jouèrent un rôle central dans l’essor économique irlandais dans les années 19 (...)
  • 49 Il cite le dynamisme des États-Unis en matière d’innovation, les moyens dédiés au système éducatif (...)
  • 50 O’Sullivan insiste sur les inégalités grandissantes au sein de la société irlandaise qui sont, selo (...)

19De son côté, Michael O’Sullivan47 met en lumière les changements survenus dans l’économie irlandaise qui, selon lui, dans les années 1980 appartenait au groupe des économies dites « méditerranéennes » avant de se rapprocher du modèle continental européen48 dans les années 1990. Il est patent, affirme-t-il, qu’aujourd’hui l’économie irlandaise, la mondialisation aidant, se rapproche de plus en plus du modèle anglo-saxon sans toutefois en posséder les atouts49. A l’heure où les failles de ce modèle apparaissent au grand jour50, il déplore l’absence de débat public sur le modèle de capitalisme vers lequel l’Irlande devrait tendre à l’avenir et, par conséquent, sur la façon dont la société irlandaise va évoluer.

Vers une meilleure gouvernance en Irlande ?

20En février 2011, les Irlandais manifestèrent dans les urnes leur profond désir de changement en infligeant une défaite cuisante au Fianna Fáil, parti au pouvoir depuis plusieurs décennies. Il incomba alors à un gouvernement de coalition de sortir l’économie de l’ornière et de redonner confiance aux Irlandais dans leur futur et dans leurs institutions, une tâche herculéenne.

  • 51 Department of the Taoisach, Programme for Government, Statement of Common Purpose, 11 mars 2011, <(...)

21L’énoncé des objectifs communs aux deux partis, publié au lendemain des élections51, semble répondre à certaines des attentes exprimées dans les récents ouvrages sur la crise. Ce document, qui contient un vaste programme de réformes du pouvoir exécutif et législatif, reflète la volonté affichée des nouveaux dirigeants de rompre avec la façon de gouverner de leurs prédécesseurs. Il y est dit que l’ambition du gouvernement est de promouvoir l’efficacité, la transparence et de faire en sorte que l’exécutif partage la prise de décisions. Redresser l’économie et restaurer sa compétitivité sont des objectifs prioritaires. Mais, ce gouvernement se fixait également pour objectif d’œuvrer pour une société plus juste.

22Au moment où nous achevons la rédaction de cet article, Eamon Gilmore, le vice-Premier ministre travailliste du gouvernement de coalition qui était au pouvoir depuis un peu plus de trois ans vient de donner sa démission. Cette démission vient au lendemain de la défaite sévère que son parti a subie aux élections locales de mai 2014. Aussi est-il possible d’esquisser un premier bilan de l’action menée par ce gouvernement.

  • 52 The Electoral Amendment (Political Funding) Act 2012.

23Parmi les avancées les plus marquantes en ce qui concerne la lutte contre la corruption, citons l’ébauche du projet de loi visant à protéger les personnes qui dénoncent des actes répréhensibles, qu’elles soient employées dans le secteur public ou privé. Une loi52 sur la divulgation des comptes de campagne et des dons politiques a été adoptée. Elle limite le montant des dons politiques aux partis ou candidats provenant de particuliers et les contributions des entreprises, supérieures à 200 euros, sont interdites, à moins que les entreprises donatrices ne soient enregistrées auprès de la Standards in Public Office Commission. Le gouvernement a également organisé une consultation publique dans le but de proposer un projet de loi sur l’enregistrement des lobbyistes et de réglementer leurs activités.

  • 53 Elles étaient au nombre de 43 auparavant.

24Une réforme a permis d’augmenter de 44 % le nombre annuel de jours de séances du Dáil. En outre, le Electoral (Amendment) (Dáil Constituencies) 2013 a réduit le nombre des circonscriptions à 4053 et le nombre de parlementaires est passé de 166 à 158. Pour rétablir un certain équilibre entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, les comités parlementaires seront associés à l’élaboration des projets de loi beaucoup plus en amont.

  • 54 Voir Department of the Taoiseach, Programme for Government, Annual Report 2012, Year 1: Stability, (...)

25Une convention, dont les deux-tiers des membres ont été choisis sur les listes électorales, réfléchit à d’éventuels changements constitutionnels. Ce groupe a toutefois estimé qu’une réforme du mode de scrutin aux élections législatives n’était pas souhaitable54.

26Cependant, certains observateurs de la vie politique irlandaise ont le sentiment que ces menus changements ne suffiront pas à réformer la gouvernance politique du pays. Ce sentiment est partagé par un Fintan O’Toole désabusé :

  • 56Thus, on practically every level, the most basic reforms have been stymied by a Government that c (...)

Ainsi, à pratiquement tous les niveaux, les réformes les plus fondamentales ont été contrecarrées par un gouvernement qui est arrivé au pouvoir en promettant un « révolution démocratique ». Il y a en fait toute les raisons de penser que les choses sont en réalité pire qu’elles ne l’étaient sous Fianna Fáil – une situation que même les plus cyniques d’entre nous auraient à peine imaginé56.

27Noel Whelan, du Irish Times, fait à peu près le même constat :

  • 57As an economy, a society and a political system this country is increasingly exhausted and frustr (...)

En tant qu’économie, que société et que système politique, ce pays est de plus en plus épuisé et frustré après cinq années à faire du sur-place […] Malgré tous les discours sur les réformes politiques, notre gouvernement ne propose que des changements prudents et notre politique reste dans l’ensemble conservatrice et modérée. Nous avons eu un changement de régime, mais pas de révolution57.

28L’imposition systématique d’une durée limitée pour les débats parlementaires (guillotine system), la diminution des budgets alloués aux services publics plutôt que des réformes de fond, une convention constitutionnelle aux pouvoirs trop limités, une réforme des autorités locales sans ambition figurent parmi les reproches faits au gouvernement.

  • 58 Lors de ce référendum, qui eut lieu le 4 octobre 2013, 51,7% des votants se prononcèrent contre ce (...)

29Par ailleurs, on peut s’interroger sur le désir de changement de la population irlandaise. En effet, l’électorat consulté par référendum, a d’abord rejeté le projet d’amendement de la constitution qui aurait donné pleins pouvoirs aux comités parlementaires pour enquêter sur des questions d’importance publique et ainsi mieux lutter contre la corruption. Puis, le gouvernement a essuyé un second échec lors du référendum qui proposa l’abolition du Sénat58. Mais, peut-être faut-il y lire non pas une réponse à la question posée mais, comme cela est souvent le cas lors de référendums, la manifestation d’un mécontentement envers la politique gouvernementale.

  • 59 Cet organe est composé du Premier ministre, du vice-Premier ministre, du ministre du budget et de (...)
  • 60 Harry McGee, « Martin Questions Constitutionality of Economic Management Council », The Irish Time (...)

30En ce qui concerne la gouvernance économique, malgré la création d’un conseil consultatif indépendant (Fiscal Advisory Council) qui fait appel à des experts du secteur privé, l’Economic Management Council59 est accusé d’accaparer le processus décisionnaire en matière économique et fiscale60.

Un nouveau modèle de capitalisme à l’irlandaise ?

  • 61 Le coût de la recapitalisation ne sera que de 16,3 milliards au lieu des 35 milliards d’euros initi (...)

31La politique d’austérité que ce gouvernement de coalition a mené pendant plusieurs années commence à porter ses fruits. L’Irlande est sortie du plan de sauvetage européen en décembre 2013. Le secteur bancaire a été rationalisé et recapitalisé pour un montant bien inférieur à ce qui avait été initialement envisagé61 grâce à l’apport de capitaux étrangers privés. Notons que la grande majorité des anciens dirigeants des établissements bancaires ont été évincés.

  • 62 Simon Anholt est l'un des grands spécialistes internationaux de la politique de marque des pays, vi (...)

32Le taux de chômage est passé de 15,1 % en février 2012 à 12,4 % en décembre 2013 et son taux de croissance devrait atteindre 1,7 % en 2014. Enfin, en janvier 2014, l’agence de notation Moody’s relevait la note de l’Irlande qui passait de Baa3 à Baa1. Le gouvernement de coalition Fine Gael-Labour peut donc s’enorgueillir de quelques victoires. Il est parvenu à remettre l’Irlande sur les rails en faisant en sorte que les exportations redeviennent le moteur de la croissance, modèle économique qui a rendu le « miracle » économique irlandais possible dans les années 1990 et qui a toutes les apparences du modèle de « capitalisme anglo-saxon ». Mais Simon Anholt62 va plus loin en affirmant que l’Irlande pourrait bien imposer son propre modèle de capitalisme :

  • 63One could well imagine Ireland succeeding in ‘positioning’ itself as the society and the economy t (...)

On pourrait tout à fait imaginer l’Irlande réussir à se ‘positionner’ comme la société et l’économie qui ont été les premières à voir le bout du tunnel de l’ère « post-consensus de Washington », le premier pays à expérimenter et valider une nouvelle forme de capitalisme qui serait plus moral, plus juste, plus équilibré, plus humain63.

  • 64 Voir romaric Godin, « Sortie de crise : pourquoi l’Irlande est un cas à part », La Tribune.fr, 22 (...)

33Même si un système de santé universel est en train d’être mis en place, que le salaire minimum, supprimé par le gouvernement précédent, a été rétabli et que les ménages en difficulté peuvent bénéficier d’une aide pour rembourser leur emprunt immobilier, il n’est pas pour autant question de politique redistributive, mais bien d’une politique qui reste fidèle à l’esprit du modèle de capitalisme anglo-saxon. En outre, les mesures d’austérité mise en place en Irlande ont creusé les inégalités64.

Conclusion

  • 65 Ibid.
  • 66 John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 131-136.

34Si un certain nombre d’indicateurs économiques semblent très encourageants, la prudence reste de mise. La dette publique s’élève à 125 % du PIB et l’économie irlandaise, très ouverte, demeure tributaire de l’économie mondiale. Les exportations du pays, qui soutiennent la croissance, proviennent quasi-exclusivement des multinationales qui ne dépendent pas du marché intérieur irlandais et finalement assez peu du marché européen65. Les exportations n’ont donc pas été affectées par les mesures d’austérité. Cependant, en cas de ralentissement du commerce mondial, l’Irlande sera de nouveau touchée de plein fouet66.

  • 67 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 177-179 (...)

35La baisse des coûts a rendu l’Irlande de nouveau compétitive et lui a permis de revenir à son ancien modèle. La coalition Fine Gael-Labour n’a donc pas élaboré de stratégie économique alternative de long terme, fondée par exemple, sur le développement d’entreprises « indigènes », comme Casey, Kirby, et plus récemment Healy67 l’ont prôné.

36Au vu de ces perspectives économiques prometteuses, on pourrait penser que les ouvrages sur la crise en Irlande ont accordé trop d’importance aux questions de gouvernance publique. Et de se demander si les autorités ont aujourd’hui vraiment intérêt à se lancer dans un programme de réformes de fond en la matière, même si certaines voix persistent à demander plus de transparence, plus de pouvoir pour le Parlement, etc. Après tout, quand l’économie va, tout va, mais, pour combien de temps ? En cas de nouvelle crise mondiale et de rechute de l’économie irlandaise, les questions de gouvernance publique pourraient bien alors revenir en force sur le devant de la scène.

Haut de page

Bibliographie

AMABLE Bruno, Les cinq capitalismes, Paris : éditions du Seuil, 2005.

BANQUE MONDIALE, Pour une meilleure gouvernance dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, Rapport sur le développement de la région MENA, 2003, <http://siteresources.worldbank.org/INTMENA/Publications/20262194/GOVoverview-fre.pdf>, consulté le 13 mai 2013.

BROWNE Vincent, « Politicians Pay Lip Service To Reform », The Irish Times, 9 octobre 2013, 14.

BOHAN Harry, « Community Development », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock : The Columba Press, 2010, 46-54.

BURKE Ed & Ronan LYONS (Dir), Next Generation Ireland, Blackrock: Blackhall Publishing, 2011.

BURKE Sara, « The Wealth Divide: There is an Alternative », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010, 55-69.

CAMPBELL William, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, Dingle: Brandon, 2010.

CASEY Michael, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, Dublin : The Liffey Press, 2010.

COLEMAN Marc, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, Londres : Transworld Ireland, 2009.

DEPARTMENT OF THE TAOISEACH, Programme for Government, Statement of Common Purpose, 11 mars 2011, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Work_Of_The_Department/Programme_for_Government/Programme_for_Government_2011-2016.pdf>, consulté le 10 février 2015.

DEPARTMENT OF THE TAOISEACH, Programme for Government, Annual Report 2012, Year 1: Stability, 11 mars 2012, < http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Publications/Publications_2011/PfG_Progress_Report_March_2012.pdf >, consulté le 10 février 2015.

DEPARTMENT OF THE TAOISEACH, Programme for Government, Annual Report 2013, Year 2: Rebuilding, mars 2013, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Publications/Publications_2013/Programme_for_Government_Annual_Report_20131.pdf >, consulté le 13 février 2015.

DEPARTMENT OF THE TAOISEACH, Programme for Government, Annual Report 2013: Government for National Recovery 2011-2016, mars 2014, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Work_Of_The_Department/Programme_for_Government/Programme_for_Government_Annual_Report_20141.pdf>, consulté le 10 février 2015.

ESTEVES-ABE Margarita, Torben IVERSEN & David SOSKICE, « Social Protection and the Formation of Skills: A Reinterpretation of the Welfare State », in Peter A. Hall & David SOSKICE (Dir.), Varieties of Capitalism, The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford: Oxford UP, 2001, 145-183. 

FANNING John & Mark HENRY, « ‘Brand Ireland’ should be rethought and replaced », The Irish Times, 27 juillet 2012, 16.

GODIN romaric, « Sortie de crise : pourquoi l’Irlande est un cas à part », La Tribune.fr, 22 janvier 2014, <http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140122trib000811215/sortie-de-crise-pourquoi-l-irlande-est-un-cas-a-part.html>, page consultée le 27 mai 2014.

HEALY tom, « Common Good Should Be Driver of Economic Policy », The Irish Times, 11 février 2014, 16.

KINGSTON Susannah (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010.

KINGSTON Susannah, « Introduction », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010, 13-14.

KINSELLA Ray, « Main Parties Run Closed Shop That Excludes Reform”, The Irish Times, 21 août 2013, 14.

KINSELLA Stephen & Anthony LEDDIN (Dir.), Understanding Ireland’s Economic Crisis: Prospect for Recovery, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010.

KINSELLA Stephen & Ronan LYONS, « A Return to Managing the Irish Economy », in Ed BURKE & Ronan LYONS (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock : Blackhall Publishing, 2011, 65-90.

KIRBY Paedar, Celtic Tiger in Collapse, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2010.

LYONS Ronan, « Towards Perfect Information: The Case of the Housing Market », in Stephen KINSELLA & Anthony LEDDIN (Dir.), Understanding Ireland’s Economic Crisis: Prospect for Recovery, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010, 87-102.

LYONS Ronan, « From Reform to Transform: Rebuilding Ireland’s Public Service » in Ed BURKE & Ronan LYONS (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock: Blackhall Publishing, 2011, 27-45.

McGEE Harry, « Martin Questions Constitutionality of Economic Management Council », The Irish Times, 22 juillet 2013, <http://www.irishtimes.com/news/politics/martin-questions-constitutionality-of-economic-management-council-1.1470874>, consulté le 10 février 2015.

McGEE Harry, « Taoiseach and Tánaiste Council is too Exclusive», The Irish Times, 29 juillet 2013, 1.

MODANDI WA-KOMBA Moise, « Exposé sur le concept de bonne gouvernance », United Nations Development Programme, [date non précisée], <http://www.academia.edu/3756087/Expose_concept_bonne_gouvernnce>, consulté le 10 février 2015.

O’BRIEN Dan, « Without more radical reform of the State, we will return to mediocrity », The Irish Times, 8 août 2013, <http://www.irishtimes.com/business/economy/ireland/without-more-radical-reform-of-the-state-we-will-return-to-mediocrity-1.1488755#.UgR9GdkEf2o.twitter>, consulté le 10 février 2015.

Ó DALAIGH Cearbhall, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, Cork : The Collins Press, 2009.

O’MALLEY Eoin, « Permanent Revolution : A Political System Capable of Renewal » in Ed Burke & Ronan Lyons (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock: Blackhall Publishing, 2011, 9-26.

O’REILLY Emily, « In the Public Interest: Lessons from the Ombudsman’s Experience », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock : The Columba Press, 2010, 30-45.

O’SULLIVAN Michael, « Ireland’s Bubble: The Great Transformation », in Stephen KINSELLA & Anthony LEDDIN (Dir.), Understanding Ireland’s Economic Crisis: Prospect for Recovery, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010, 7-30.

O’TOOLE Fintan, Enough is Enough: How to build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010.

O’TOOLE Fintan, « Government’s Fine Words About Reform of Governance Have Faded Away To Nothing », The Irish Times, 17 juin 2013, <http://www.irishtimes.com/news/politics/government-s-fine-words-about-reform-of-governance-have-faded-away-to-nothing-1.1432209>, consulté le 10 février 2015.

POWER John, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, Blackrock : 2010, Blackhall Publishing.

ROSS Shane, « Foreword », in Ed Burke & Ronan Lyons (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock: Blackhall Publishing, 2011, vii-ix.

SODEN Mike, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010.

SWEENEY Anthony, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, Dublin : Gill&Macmillan, 2009.

WHELAN Noel, « New Movement of Ideas Needed on Post-Crisis Ireland », The Irish Times, 5 janvier 2013, 14.

Haut de page

Notes

1 Voir Margarita Esteves-Abe, Torben Iversen & David Soskice, « Social Protection and the Formation of Skills: A Reinterpretation of the Welfare State », in Peter A. Hall & David Soskice (Dir.), Varieties of Capitalism, The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford: Oxford UP, 2001, 173. 

2 Le Fine Gael est classé parmi les partis de centre-droit.

3 C’est l’analyse qu’en font William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, Dingle: Brandon, 2010, 9-10 ; Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, Dublin : The Liffey Press, 2010, 12-16 ; Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, Londres : Transworld Ireland, 2009, 105-131 ; Paedar Kirby, Celtic Tiger in Collapse, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2010, 90 ; Ronan Lyons, « Towards Perfect Information: The Case of the Housing Market », in Stephen Kinsella & Anthony Leddin (Dir.), Understanding Ireland’s Economic Crisis: Prospect for Recovery, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010, 87-102 ; Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, Cork : The Collins Press, 2009, 6-11 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, Blackrock : 2010, Blackhall Publishing, 163-164 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, Dublin : Gill&Macmillan, 2009, 5-6, 208-213.

4 « It might be comforting for many senior people in our community to blame the global markets for the financial crisis in Ireland. After all, we are not big enough to have influence on the global markets and so we may conclude that we are innocent victims. Nothing could be further from reality or the truth ». Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010, 2.

5 « The ‘Credit Crunch’ was the economic storm that exposed the weakness of Ireland’s position and not the underlying cause of the current economic problems ». Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 209.

6 Voir Stephen Kinsella & Ronan Lyons, « A Return to Managing the Irish Economy », in Ed Burke & Ronan Lyons (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock: Blackhall Publishing, 2011, 70-75 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010, 10-16 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 6, 62-3, 107-11 ; et Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 72.

7 Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 3-5.

8 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 101 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 59-60, 194-5.

9 Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 9, 92.

10 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 14-15 ; Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, op. cit., 121-122 ; Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, op. cit., 8 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 111-117, 129.

11 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 85-126 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 114-115 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 110-123.

12 Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, op. cit., 138-149 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 7-13 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 106.

13 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 33 ; Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, op. cit., 148-149 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 156; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 92-93.

14 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 8-9 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 147.

15 “ Despite various tribunals of enquiry, white-collar crime and corruption effectively go unpunished in Ireland. Partly because of the recent banking fiasco and light-touch regulation, this has earned Ireland the unfortunate soubriquet of ‘the wild west’”. Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 95.

16 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recoveryop. cit., 302 ; Emily O’Reilly, « In the Public Interest : Lessons from the Ombudsman’s Experience », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock : The Columba Press, 2010, 31; Shane Ross, « Foreword », in Ed Burke & Ronan Lyons (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock : Blackhall Publishing, 2011, vii-viii ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 59-63 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 133-4, 142-3.

17 Emily O’Reilly, « In the Public Interest: Lessons from the Ombudsman’s Experience », op. cit., 31-32, 39-40 ; Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recoveryop. cit., 301-303 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 61-79 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit.,194, 199.

18The bursting of the property bubble and the collapse of confidence in the banking system have left a crisis of confidence in institutions. We are living through a period of great upheaval. Scandals in the church, business, banks, broken promises in politics and breaches of trust, have all led to top/down, command/control type leadership being called into serious question. To where and to whom do people turn to sort out the mess?”. Harry Bohan, « Community Development », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010, 49.

19 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recoveryop. cit., 32 ; Susannah Kingston, « Introduction », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010, 13 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 6-7 ; Shane Ross, « Foreword », op. cit., vii-ix.

20 Harry Bohan, « Community Development », op. cit., 50-53 ; Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 204-11 ; Shane Ross, « Foreword », op. cit., viii-ix ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 222-224.

21 Moise Modandi Wa-Komba, « Exposé sur le concept de bonne gouvernance », United Nations Development Programme, [date non précisée], <http://www.academia.edu/3756087/Expose_concept_bonne_gouvernnce>, consulté le 10 février 2015.

22 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 34-35 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 282 ; Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 128-129.

23 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 189-194 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 125.

24 Le Dáil est la chambre basse du Parlement irlandais.

25 Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 81.

26 Ibid., 226-227.

27 Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 223-224 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 62-64 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 143-145.

28 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, op. cit., 220-221 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 40-60.

29 Harry Bohan, « Community Development », op. cit., 48-53 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 58-59.

30 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 181-188 ; Eoin O’Malley, « Permanent Revolution : A Political System Capable of Renewal », in Ed Burke & Ronan Lyons (Dir.), Next Generation Ireland, Blackrock : Blackhall Publishing, 2011, 21-26 ; Emily O’Reilly, « In the Public Interest: Lessons from the Ombudsman’s Experience », op. cit., 44-45 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 223-224 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 77-83.

31 Le scrutin à vote unique transférable a depuis plusieurs années, conduit à la formation de gouvernements de coalition et ce que Sweeney nomme « la politique du plus petit dénominateur commun » (Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 140). En second lieu, dans ce système, les députés sortants ou candidats d’un même parti sont en concurrence lors des élections, les élus ont donc tendance à consacrer trop de temps à répondre aux exigences de leurs électeurs au détriment de leur contribution aux affaires nationales (Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 78-79).

32 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 27.

33 Ronan Lyons, « Towards Perfect Information: The Case of the Housing Market », op. cit., 36-37.

34 John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 124 ; Anthony Sweeney, Banana Republic : The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 137-138, 170-175.

35 Sara Burke, « The Wealth Divide: There is an Alternative », in Susannah Kingston (Dir.), Aspirations for Ireland, New Ways Forward, Blackrock: The Columba Press, 2010, 55-69 ; William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 203-215 ; Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 90-92 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 173-176.

36 Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 63 ; Michael O’Sullivan, « Ireland’s Bubble: The Great Transformation », in Stephen Kinsella & Anthony Leddin (Dir.), Understanding Ireland’s Economic Crisis: Prospect for Recovery, Blackrock : Blackhall Publishing, 2010, 9, 29.

37 “We do not conform to any known ideology and our economic system, if it is one, can only be described as pragmatic.” Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 55.

38 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 39-40 ; Cearbhall Ó Dálaigh, Celtic Meltdown: Why Ireland is Broke and How We Can Fix It, op. cit., 201 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 90-91 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 151.

39I once naively believed that self-regulation or a principles-based approach to regulation would be most appropriate in order to make the environment as flexible and business-friendly as possible. I was clearly as wrong as I could possibly be. Self-regulation does not work in the Irish system, nor does a principles-based approach.” John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 146.

40 Ibid., 216 ; Mike Soden, Open Dissent: An Uncompromising View of the Financial Crisis, op. cit., 103.

41 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 58 ; Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 222.

42 Marc Coleman, Back from the Brink: Ireland’s Road to Recovery, op. cit., 274.

43 William Campbell, Here’s Now: Creative Solutions for Ireland’s Economic and Social Problems, op. cit., 14 ; John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 131 ; Anthony Sweeney, Banana Republic: The Failure of the Irish State and How to Fix It, op. cit., 53.

44 Fiscalité réduite pour les entreprises, dérégulation et flexibilité du marché du travail sont les maîtres-mots du « modèle » économique irlandais.

45 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 129 ; Paedar Kirby, Celtic Tiger in Collapse, op. cit., 130-135 ; Susannah Kingston, « Introduction », op. cit., 13 ; Fintan O’Toole, Enough is Enough: How to build a New Republic, op. cit., 192-213.

46 Paedar Kirby, Celtic Tiger in Collapse, op. cit., 130-131.

47 Michael O’Sullivan, « Ireland’s Bubble: The Great Transformation », op. cit., 20-22.

48 L’un des facteurs qui jouèrent un rôle central dans l’essor économique irlandais dans les années 1990 fut le système de partenariat social entre l’État et les syndicats. Notons que Bruno Amable classe l’économie irlandaise dans le groupe européen continental (Bruno Amable, Les cinq capitalismes, Paris : éditions du Seuil, 2005, 232).

49 Il cite le dynamisme des États-Unis en matière d’innovation, les moyens dédiés au système éducatif et la qualité des infrastructures, des atouts qui font défaut à l’Irlande.

50 O’Sullivan insiste sur les inégalités grandissantes au sein de la société irlandaise qui sont, selon lui, inhérentes au modèle anglo-saxon.

51 Department of the Taoisach, Programme for Government, Statement of Common Purpose, 11 mars 2011, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Work_Of_The_Department/Programme_for_Government/Programme_for_Government_2011-2016.pdf>, consulté le 10 février 2015.

52 The Electoral Amendment (Political Funding) Act 2012.

53 Elles étaient au nombre de 43 auparavant.

54 Voir Department of the Taoiseach, Programme for Government, Annual Report 2012, Year 1: Stability, 11 mars 2012, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Publications/Publications_2011/PfG_Progress_Report_March_2012.pdf>, consulté le 10 février 2015 ; Department of the Taoiseach, Programme for Government, Annual Report 2013, Year 2: Rebuilding, mars 2013, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Publications/Publications_2013/Programme_for_Government_Annual_Report_20131.pdf>, consulté le 10 février 2015 ; Department of the Taoiseach, Programme for Government, Annual Report 2014: Government for National Recovery 2011-2016, mars 2014, <http://www.taoiseach.gov.ie/eng/Work_Of_The_Department/Programme_for_Government/Programme_for_Government_Annual_Report_20141.pdf>, consulté le 10 février 2015.

56Thus, on practically every level, the most basic reforms have been stymied by a Government that came to office promising a « democratic revolution ». There is in fact a strong case to be made that things are actually worse than they were under Fianna Fáil – a statement even the most cynical among us could hardly have imagined.” Fintan O’Toole, « Government’s Fine Words About Reform of Governance Have Faded Away To Nothing », The Irish Times, 17 juin 2013, <http://www.irishtimes.com/news/politics/government-s-fine-words-about-reform-of-governance-have-faded-away-to-nothing-1.1432209>, consulté le 10 février 2015.

57As an economy, a society and a political system this country is increasingly exhausted and frustrated from five years of running on the spot. Despite all the talk of political reform, our Government proposes only cautious shifts and our politics generally remains conservative and sedate. We have had a regime change but no revolution.” Noel Whelan, « New Movement of Ideas Needed on Post-Crisis Ireland », The Irish Times, 5 janvier 2013, 14.

58 Lors de ce référendum, qui eut lieu le 4 octobre 2013, 51,7% des votants se prononcèrent contre ce projet.

59 Cet organe est composé du Premier ministre, du vice-Premier ministre, du ministre du budget et de la réforme de l’État et du ministre des Finances.

60 Harry McGee, « Martin Questions Constitutionality of Economic Management Council », The Irish Times, 22 juillet 2013, <http://www.irishtimes.com/news/politics/martin-questions-constitutionality-of-economic-management-council-1.1470874>, consulté le 10 février 2015 ; et Harry McGee, « Taoiseach and Tánaiste Council is too Exclusive», The Irish Times, 29 juillet 2013, 1.

61 Le coût de la recapitalisation ne sera que de 16,3 milliards au lieu des 35 milliards d’euros initialement prévus.

62 Simon Anholt est l'un des grands spécialistes internationaux de la politique de marque des pays, villes et régions. Tous les ans, il dirige une étude appelée Indice des Marques Nationales (National Brands Index, NBI).

63One could well imagine Ireland succeeding in ‘positioning’ itself as the society and the economy that first finds the light at the end of the Post-Washington consensus tunnel, the first country to pilot and prove a new form of capitalism —more moral, more fair, more balanced, more human.” Simon Anholt, cité dans John Fanning & Mark Henry, « ‘Brand Ireland’ should be rethought and replaced », The Irish Times, 27 juillet 2012, 16.

64 Voir romaric Godin, « Sortie de crise : pourquoi l’Irlande est un cas à part », La Tribune.fr, 22 janvier 2014, <http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140122trib000811215/sortie-de-crise-pourquoi-l-irlande-est-un-cas-a-part.html>, consulté le 10 février 2015.

65 Ibid.

66 John Power, Picking Up the Pieces: Economic Crisis and Hope in Ireland, op. cit., 131-136.

67 Michael Casey, Ireland’s Malaise: The Troubled Personality of the Irish Economy, op. cit., 177-179 ; Paedar Kirby, Celtic Tiger in Collapse, op. cit., 199-201 ; tom Healy, « Common Good Should Be Driver of Economic Policy », The Irish Times, 11 février 2014, 16. Tom Healy est le directeur du Nevin Economic Research Institute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irlande ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/8396 ; DOI : 10.4000/lisa.8396

Haut de page

Auteur

Anne Groutel

Anne Groutel est Maître de conférences à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a publié un livre sur la coopération économique entre les deux Irlandes et plusieurs articles, dans des ouvrages et revues scientifiques, sur l’économie irlandaise et la crise ainsi que sur le rôle de l’État dans le développement économique. Ses recherches actuelles portent sur la contribution de la diaspora au relèvement de l’économie de l’Irlande.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals