Navigation – Plan du site

Les mots étrangers, les mots de l’étranger

Foreign Words, Foreigners’ Words
Jean-Jacques Lecercle

Résumés

Il s’agira de réfléchir sur les souffrances provoquées par le bilinguisme, toujours imparfait, imposé à l’exilé. On partira des explications d’Adorno sur les raisons de son retour en Allemagne après la guerre, qui fut causé par son attachement à la langue allemande. On relira le Pnin de Nabokov, de la tragédie du locuteur maladroit à la tragédie de son exclusion comme pharmakos linguistique. On examinera l’œuvre de Guillaume Le Blanc, avec les concepts de no-langue et de violence linguistique, mais aussi de minoration de la langue dominante par celle de l’étranger. Et l’on terminera sur le paradoxe du sujet, à la fois actif et assujetti, dans la théorie de l’idéologie d’Althusser, et en particulier son concept d’interpellation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Jean-Jacques Lecercle, « Les mots étrangers sont les juifs de la langue », L’Étranger d (...)

1Dans un article précédent, j’ai commenté deux articles d’Adorno pour en tirer une philosophie du langage, une politique de la langue qui était aussi une poétique1. Il s’agissait de célébrer le plurilinguisme, et le mot étranger était conçu comme ce qui faisait vivre la langue en la faisant trembler, ou bégayer, métaphores qui sont au cœur d’un concept non trivial de style. Je propose ici de parcourir à nouveau ce chemin mais en partant du côté opposé, afin de faire apparaître un problème philosophique plus général et dont on peut affirmer qu’il est fondamental, celui du sujet. Le côté opposé, cela veut dire non la célébration du bilinguisme comme gloire du langage et bénéfice culturel pour le locuteur, mais la déploration des souffrances qu’inflige au sujet parlant une situation de bilinguisme imposé.

  • 2 T.W. Adorno, « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand ? », in Modèles crit (...)
  • 3 Jacques Derrida, Fichus, Paris : Galilée, 2002 ; Marc Crépon, Langues sans demeure, Paris : (...)

2Adorno me fournira de nouveau mon point de départ. Dans un texte célèbre, « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand2 ? », texte souvent cité et commenté3, Adorno revient sur les raisons qui l’ont amené à revenir en Allemagne après la guerre, alors que tant d’autres de ses compatriotes et collègues (Horkheimer son alter ego, Marcuse et Fromm, mais aussi Neumann, l’auteur de Behemoth, ou Wittfogel, le théoricien du mode de production asiatique) ont décidé de rester aux USA. La première des raisons qu’il avance fera sourire les universitaires que nous sommes : parce qu’il ne supportait plus de voir ses textes écrits en anglais non seulement corrigés (il ne prétendait pas posséder pleinement la langue anglaise) mais réécrits et normalisés, pratique universelle des éditeurs américains, et qui s’appliquait aussi aux auteurs anglophones. Plus immédiatement convaincant sera le désir par lui exprimé de retrouver les lieux de son enfance : l’exilé souffre toujours de cet arrachement. Mais la dernière raison est la plus importante, et elle s’articule à la première, celle qui nous a fait sourire. Voici le passage essentiel : 

  • 4 T.W. Adorno, « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand ? », op. cit., 262.

Ma décision de revenir en Allemagne était à peine motivée par le besoin subjectif, par le mal du pays ; et pourtant je ne nie pas de tels sentiments. Il y avait aussi une motivation objective. C’était la langue. Non seulement parce qu’on ne réussit jamais à exprimer aussi exactement les nuances et le rythme d’une pensée dans une langue apprise tardivement. Il y a quelque chose de plus : la langue allemande présente manifestement une affinité élective pour la philosophie, qui lui est particulière, une affinité pour la spéculation à laquelle l’Occident reproche non sans raison d’être dangereusement fumeuse4.

  • 5 Ibid., 263.

3En tant que linguiste, j’ai du mal à admettre cet argument (il n’y a pas de langue plus philosophique, plus poétique, plus musicale qu’une autre), dont Adorno lui-même avait bien saisi le caractère dangereux (quelques lignes plus loin il évoque Le jargon de l’authenticité, sa critique féroce du style philosophique de Heidegger, et parle du « supplément métaphysique » de la langue allemande5). Et sa position provoqua une réflexion embarrassée de Derrida, dans le commentaire qu’il consacre à ce texte :

  • 6 Jacques Derrida, Fichus, op. cit., 31.

Adorno veut certes, et comme je le comprends, continuer à aimer la langue allemande, à cultiver cette intimité originaire avec son idiome, mais sans nationalisme, sans le narcissisme collectif […] d’une « métaphysique de la langue ». Contre cette métaphysique de la langue nationale, dont on connaît bien la tradition et la tentation, dans ce pays et dans d’autres, la « vigilance », dit-il encore, la veille du veilleur doit être « infatigable6 ».

  • 7 Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris : Seuil/Le Robert, 2004. (...)

4On ne prendra donc pas l’argument d’Adorno comme un argument philosophique ou linguistique qu’on peut sérieusement retenir (quelques pages plus loin, il revient sur le caractère intraduisible des principaux concepts philosophiques allemands, texte que j’ai bien sûr lu dans sa traduction française – non qu’il n’y ait en philosophie des « intraduisibles » : ils se trouvent à l’origine du grand dictionnaire de Barbara Cassin7). On le prendra comme le symptôme des souffrances linguistiques que fait subir l’exil à l’exilé, obligé de se plier aux contraintes d’une langue et d’une culture qui ne sont pas les siennes et qui le maintiennent dans une position de domination, voire de servitude.

  • 8 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich, Paris : Albin Michel, 1996.

5On voit en quoi ce point de départ se situe à l’opposé du point de départ de mon article précédent. Lorsque, revenu en Allemagne, Adorno célèbre le mot étranger comme une libération de la langue et comme le meilleur antidote au nationalisme langagier et à la xénophobie, voire au racisme, qu’il véhicule, il parle en position de force, comme celui qui, banni pour des raisons infâmes, a le droit d’énoncer la loi morale dans un pays qui porte encore le poids d’une très lourde culpabilité (y compris linguistique – ne cessons pas de relire Klemperer8). Pour le dire brutalement, ce n’est plus Goebbels qui tient le micro, c’est Adorno, et les crétins xénophobes qui lui envoient des lettres d’injure doivent le faire sous le couvert de l’anonymat. Mais Adorno exilé aux USA, si reconnaissant qu’il soit de l’accueil qui lui a été réservé – si on compare sa situation à celle de Benjamin, on conçoit bien qu’il aurait tort de se plaindre – se trouve réduit sinon à l’anonymat linguistique, du moins à la réécriture et à la standardisation culturelle qui est le lot de l’étranger. On est donc passé d’une conception du mot étranger comme faisant du bien à la langue, à un mot étranger qui est mal reçu, comme le mauvais sujet d’une langue autre qui s’impose ou est imposée à l’immigré, même le plus glorieux.

  • 9 Cf. Simone Rinzler, La Passion du discours, à paraître.

6Je pourrais exprimer cela dans la langue de Spinoza. On connaît la distinction qu’il opère entre affection et affect, affectio et affectus : l’affect, autre nom de la passion, combine l’affection corporelle et sa représentation sous forme d’idée. Spinoza a renoncé au terme de Descartes, dans son Traité des passions parce que le terme de « passion » impliquait une forme de passivité : pour Spinoza il y a des affects actifs, ou joyeux, qui augmentent la puissance du corps qui les ressent, et des affects passifs, ou tristes, qui diminuent cette puissance. On supposera donc que la langue est site d’affect (ce qui implique une conception matérialiste du langage, en ce qu’il affecte le corps qui le parle) : certains affects de langue seront joyeux, et augmenteront la puissance d’action du locuteur (cela s’appelle habiter sa langue maternelle, mais aussi en faire un lieu de créativité poétique) et certains seront tristes, et diminueront cette puissance (cela s’appelle la marginalisation ou l’exclusion linguistique de qui parle la langue du lieu comme une vache espagnole). On parlera donc de « passion du langage », expression que j’emprunte à l’œuvre de Simone Rinzler9, et qui a l’avantage d’être doublement ambiguë, le terme « passion » désignant et l’attachement paroxystique et la souffrance la plus aiguë, et le génitif étant soit objectif (le langage est l’objet de la passion du locuteur), soit subjectif (le langage est sujet d’une passion). Ce qui veut dire que le langage est objet d’amour pour son locuteur ou au contraire source de souffrance, et que la langue elle-même est passionnée ou souffrante. Et Adorno et la langue allemande, dans une conjoncture historique troublée, sont passés par l’une et par l’autre de ces positions. Mais pour illustrer plus précisément cette thèse générale sur le langage, il me faut une histoire de cas, que comme d’habitude nous trouverons dans la littérature.

Une histoire de cas

7Permettez-moi de vous présenter notre collègue, le professeur Blorenge, directeur du département de français de l’université de Waindell, dans le Middle West. Ce collègue est célèbre dans la profession parce qu’il croit que Chateaubriand était un célèbre cuisinier, ayant vu son nom sur le menu d’un restaurant français. Il est professeur de littérature et de langue française, mais il a deux étonnantes caractéristiques : il ne sait pas le français et il déteste la littérature. Son véritable talent est de lever des fonds pour l’université – vous aurez reconnu là le portrait de l’universitaire idéal pour les princes qui nous gouvernent. Aussi lorsque son collègue germaniste, le professeur Hagen, lui demande de confier des enseignements au professeur Timofei Pnin, afin que celui-ci évite le licenciement, il le soumet à un véritable interrogatoire : Pnin sait-il parler français ? Le professeur Hagen est contraint d’avouer qu’effectivement, Pnin parle français. Mais alors on ne peut pas l’employer pour enseigner la langue aux étudiants de première année, car cela ferait de l’ombre à M. Smith, qui enseigne ce cours et qui n’est pas censé avoir plus d’une leçon d’avance sur ses étudiants. Et Pnin est-il capable de lire le français ? De nouveau, le professeur Hagen doit, à contre cœur, avouer que oui. Mais alors on ne peut pas employer Pnin en deuxième année, car il risquerait d’élever le niveau en faisant lire à ses étudiants des textes en langue française. Et le professeur Blorenge de rappeler l’épisode du moniteur de ski suisse qu’il avait embauché (sans doute parce qu’il devait, au vu de sa profession, avoir une tête de linotte) et qui s’était permis d’introduire clandestinement une vieille anthologie de la poésie française. Et, bien entendu, Pnin ne peut pas être utilisé en troisième année, puisque le professeur Blorenge lui-même assure cet enseignement, dans un cours qu’il a recopié sur de vieux articles de revue et fait taper par sa secrétaire.

  • 10 Vladimir Nabokov, Pnin, Harmondsworth : Penguin, 1960 (1957).
  • 11 Ibid., 101.

8Mais qui est donc ce Pnin que ses capacités linguistiques rendent inemployable ? Vous avez reconnu bien sûr le héros éponyme du roman de Nabokov10. Timofei Pavlich Pnin est un émigré russe, qui a pris part à la guerre civile du côté des blancs, s’est réfugié en Tchécoslovaquie puis à Paris, avant de quitter définitivement le vieux continent pour s’établir aux États-Unis, où il a trouvé refuge dans une université de province et sur un poste, précaire, d’enseignant de russe, où il tente, de façon touchante, de devenir Tim Pnin. Notre Pnin s’habille comme un Américain (plus de faux col, plus de caleçons longs), croise les jambes po Amerikanski, comme un Américain, bref il tente désespérément de s’américaniser, de devenir, comme l'une de ses compatriotes s’exclame en le voyant descendre de voiture, nu pryamo Amerikanets, un véritable Américain, c'est-à-dire, ajoute-t-elle, pryamo Ayzenhauer11.

9Les us et coutumes ne sont pas si faciles à imiter, et Pnin ne cesse de commettre ce qu’on appelle en anglais des solécismes, mais la difficulté principale est la langue (et c’est bien sûr la même difficulté). Voici comment le narrateur décrit les progrès linguistiques de Pnin :

  • 12 Ibid., 12-13.

A special danger area in Pnin’s case was the English language. Except for such not very helpful odds and ends as ‘the rest is silence’, “nevermore”, “week-end”, “who’s who”, and a few ordinary words like “cat”, “street”, “fountain pen”, “gangster”, “Charleston”, “marginal utility”, he had no English at all at the time he left France for the States. Stubbornly he sat down to the task of learning the language of Fenimore Cooper, Edgar Poe, Edison, and thirty-one presidents. In 1941, at the end of one year of study, he was proficient enough to use glibly terms like “wishful thinking” and “okey-dokey”. By 1942 he was able to interrupt his narration with the phrase “To make a long story short”. By the time Truman entered his second term, Pnin could handle practically any topic: but otherwise progress seemed to have stopped despite all his efforts, and by 1950 his English was still full of flaws12.

10L’ironie de ce passage a quelque chose d’amer en ce qu’elle nous décrit le sort, commun à Pnin et Adorno, de l’émigré linguistique. Passer de la langue de Gogol et Dostoïevski à celle de Fenimore Cooper et Harry Truman implique quelques sacrifices culturels. Et vous aurez noté que les progrès de Pnin ne se comptent pas en semaines ou en mois, mais plutôt en années, ou même en lustres, c'est-à-dire en quadriennats présidentiels. Et vous aurez noté l’échec final, car l’émigré linguistique ne peut jamais remplacer sa langue maternelle par cette langue seconde qui lui reste étrangère, ou plutôt dans laquelle il reste étranger. C’est là que la comédie de Pnin se transforme en tragédie, comme il apparaît à la dernière page du roman, où nous voyons, par les yeux du narrateur (qui a pris la place d’un Pnin poussé à la démission), notre héros quitter la ville dans sa petite voiture, en compagnie symbolique du chien errant qu’il a recueilli, et se diriger vers un avenir incertain. On citera encore ses derniers mots, lorsque le narrateur essaie de le joindre par téléphone :

  • 13 Ibid., 158.

Suddenly there was a click, a sonic vista, the response of a heavy breathing, and then a poorly disguised voice said: “He is not at home, he has gone, he has quite gone” – after which the speaker hung up; but none save my old friend, not even his best imitator, could rhyme so emphatically “at” with the German “hat”, “home” with the French “homme”, and “gone” with the head of “Goneril13”.

  • 14 Ibid., 157.

11Cette tragédie n’a pas atteint Adorno, mais son noyau linguistique l’a incité à rentrer au pays natal, qui l’avait pourtant rejeté. Et l’allusion au meilleur imitateur de Pnin nous replace dans la dernière scène du roman, où le narrateur participe à une soirée entre collègues pour fêter son arrivée à Waindell College, dans laquelle le directeur du département d’anglais amuse ses invités – ce n’est pas la première fois, et cela dure deux heures – en se livrant à des imitations de Pnin (« It was built, of course, around the Pninian gesture and the Pninian wild English14 »). L’émigré linguistique n’est pas l’eiron qui dit le vrai insude la culture dans laquelle il entre, ce n’est même pas seulement le bomolochos, le bouffon que l’on imite et dont on se moque, c’est le pharmakos dont la société pense que l’exclusion la lavera de ses péchés culturels. C’est pourquoi je vous propose une description philosophique de la situation de Pnin, et de celle d’Adorno, puisque c’est essentiellement la même :

  • 15 Guillaume Le Blanc, Dedans, dehors. La Condition d’étranger, Paris : Seuil, 2010, 128-129

L’étranger qui n’est considéré que comme un étranger n’est pas en mesure de s’avancer sur la scène linguistique en tant que protagoniste. D’un côté, il évolue sur cette scène linguistique. De l’autre côté, il en est rejeté en étant renvoyé à sa propre langue. C’est que précisément il se trouve à la fois au-dedans et au-dehors. Une deuxième langue, celle du dehors, a pénétré la langue du dedans et l’a colonisée, en a fait une langue du dehors, alors même qu’elle se redéfinit, en tant que langue du pays de destination, comme langue du dedans. Les pôles du dedans et du dehors se renversent et la vie psychique de l’étranger est sens dessus dessous. De ce maelström de langues, il résulte une no-langue, la langue de personne, c'est-à-dire de ceux qui sont propulsés hors de la forteresse nationale tels des barons de Münchhausen malheureux et solitaires. Ou comment avoir deux langues dont aucune n’est la sienne15.

  • 16 J. Derrida, Le Monolinguisme de l’autre, Paris : Galilée, 1996, 23.
  • 17 Ibid., 13.
  • 18 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 11.

12La fin de ce texte fait clairement allusion au sort du jeune Derrida, exclu de son lycée d’Alger pendant la guerre parce qu’il était Juif, et aux propositions autour desquelles le philosophe organise Le Monolinguisme de l’autre (« 1. On ne parle jamais qu’une seule langue. 2. On ne parle jamais une seule langue16. »), ou encore à la célèbre ouverture de ce texte : « Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne17. » À ceci près que ce qui intéresse Guillaume Le Blanc, ce sont les cas d’exil linguistique littéral qui sont le fait d’émigrés de l’extérieur (je ne sais si l’on peut qualifier le jeune Derrida d’émigré de l’intérieur, mais sa situation linguistique n’a jamais été celle de Pnin ou d’Adorno), c’est-à-dire les cas de précarité linguistique véritable et d’exclusion prolongée et peut-être définitive. Mais cet extrait est une excellente description de la situation de l’exilé linguistique qu’est Pnin. Pnin en effet, lorsqu’il s’avance sur la scène linguistique de l’université américaine où l’on n’encourage pas, et surtout pas dans les départements de langue étrangère, la pratique d’une autre langue que l’anglais, ne s’avance pas sur cette scène en tant que protagoniste : ses efforts pour parler la langue sont l’objet de moqueries, et lorsqu’il se lance dans l’humour russe, ses étudiants rient certes avec lui et non de lui, parce qu’ils savent que c’est un brave homme, mais ils n’ont rien compris à ce qu’il dit ni à la conception russe de l’humour18. Donc, il évolue bien sur la scène linguistique anglaise, et il en est bien rejeté, quoique fort poliment et avec sympathie, en étant renvoyé à sa propre langue. Il ne se trouve ni dedans ni dehors, car sa langue maternelle est colonisée par l’autre langue qu’il cherche désespérément, mais en vain, à habiter : l’anglais fait de son russe natif une langue du dehors au moment où il se redéfinit, en tant que langue du pays d’adoption de Pnin, dont on peut craindre que l’exil, contrairement à celui d’Adorno, ne soit définitif, comme seule langue du dedans possible. Le résultat est que la vie psychique de Pnin, en tant qu’étranger, est virtuellement « sens dessus dessous ». Je dis « virtuellement », car l’histoire de Pnin, qui commence en farce (il s’est trompé de train, et l’on apprendra plus tard qu’il s’était aussi trompé de notes pour sa conférence) et se poursuit en comédie (Pnin comme exemple du topos de l’absent-minded professor, avant d’être l’archétype de l’étranger de comédie), finit, c’est la dernière scène, par prendre un tour pathétique et peut-être tragique (le narrateur nous laisse sur cette incertitude). Bref on peut craindre que Pnin, qui n’a pas réussi son intégration sociale (cela s’appelle la titularisation) parce qu’il n’a pas réussi son intégration linguistique, ne finisse dans une no-langue, comme dans une no-place sociale, si vous me pardonnez la forgerie.

13Mais il faut ici que nous fassions plus ample connaissance avec le philosophe qui, sans le savoir, vient de nous décrire le sort de Pnin, en ce qu’il est le sort de tout étranger sur la scène linguistique.

Philosophie de la précarité linguistique

  • 19 G. Le Blanc, Les Maladies de l’homme normal, Bègles : Éditions du Passant, 2004.
  • 20 G. Le Blanc, Vies ordinaires, vies précaires, Paris : Seuil, 2007.
  • 21 G. Le Blanc, Dedans, dehors. La condition d’étranger, op. cit.

14Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie à l’université de Bordeaux, a écrit, entre autres, trois livres importants. Le premier s’intitule Les Maladies de l’homme normal et traite, à la suite d’une longue tradition, de la dialectique de la subjectivation et de l’assujettissement19. On trouve dans cet ouvrage des considérations sur la contribution que le style et la poésie apportent à la subjectivation qui ne peuvent nous laisser indifférents. Le second s’intitule Vies ordinaires, vies précaires – Guillaume Le Blanc est le philosophe de la précarité, et l’on y trouve des considérations sur le concept de voix qui ne sauraient non plus nous laisser indifférents20. Le troisième, d’où j’ai tiré le texte que j’ai commenté, s’intitule Dedans, dehors. La Condition d’étranger, et je vais maintenant m’appesantir sur les principales thèses qu’il contient concernant la situation linguistique de l’étranger et le rôle des mots de l’étranger dans le choc des langues – langue du dedans et langue du dehors21.

  • 22 Ibid., 24.

15J’ai extrait du texte trois thèses. La première se présente comme un aphorisme : « Chaque vie est un peuple de mots22. » Derrière cet aphorisme se cache toute une philosophie du langage, en ce qu’elle cherche à penser le rapport du sujet locuteur avec sa langue. Si nous développons ce que l’aphorisme contient dans son laconisme, nous pourrons formuler les thèses secondaires suivantes : 1) je suis mon nom ; 2) je suis ma langue ; 3) je suis la narration de mon histoire personnelle ; 4) je suis interpellé à ma place par la langue qui s’impose à moi et que je m’approprie.

  • 23 Cf. J.-J. Lecercle, Badiou and Deleuze Read Literature, Edimbourg: Edinburgh University Pr (...)

16Car je suis mon nom, c’est-à-dire un mot : ce nom me précède et me place, dans la cellule familiale comme dans la société (tout le monde ne s’appelle pas Désiré, tout le monde ne s’appelle pas Jean Sarkozy). La tragédie du monstre de Frankenstein est que, n’ayant pas de nom, il n’est pas. Et plus généralement, le personnage fantastique se définit par le fait qu’il serait incapable de remplir une demande de passeport, faute de pouvoir informer une ou plusieurs de ses rubriques (le comte Dracula ne peut pas joindre de photographie ; ni le monstre de Frankenstein ni She, le personnage de Rider Haggard, ne peuvent indiquer de date de naissance crédible, pour des raisons opposées ; Melmoth ne peut pas indiquer de domicile fixe, etc23.).

17Car je suis ma langue. Elle est ma demeure, celle que je possède et qui me possède, celle dans laquelle s’expriment mes affects et se tissent en texte mes souvenirs, celle qui me fait du bien à la bouche, en un mot ma langue maternelle. C’est ce qu’Hannah Arendt, autre exilée, qui elle non plus n’est pas rentrée au pays, nous dit de l’allemand, sa langue maternelle :

  • 24 Hannah Arendt, citée dans M. Crépon, Langues sans demeure, op. cit., 20.

Il y a une différence incroyable entre la langue maternelle et toute autre langue. Pour moi, cet écart se résume de façon très simple : je connais par cœur en allemand un bon nombre de poèmes allemands ; ils sont présents d’une certaine manière au plus profond de ma mémoire, derrière ma tête, at the back of my mind, et il est bien sûr impossible de pouvoir jamais reproduire cela ! En allemand, je me permets des choses que je ne me serais pas permises en anglais24.

18Ce texte est tiré d’un entretien télévisé en allemand, et vous aurez noté l’ironie qui veut qu’il contienne, en anglais dans le texte, des mots étrangers, qui montrent que l’intégration linguistique d’Hannah Arendt a été plus réussie que celle de Pnin ou d’Adorno. Mais vous aurez noté aussi que ce peuple de mots en quoi consiste une vie est un peuple de poèmes, et pas seulement de mots de la vie de tous les jours.

19Mais c’est aussi un peuple de mots quotidiens, car je suis aussi la narration de mon histoire personnelle, à la fois l’histoire que je dois conter aux autorités pour exister à leurs yeux (cela s’appelle un curriculum vitæ ou une bio), celle que mon psychanalyste m’arrache pour donner sens à ma souffrance psychique ou celle que je détaille complaisamment dans mon premier roman, bref celle dont dépend la cohérence de mon identité personnelle (mon corps change sans cesse, les mots qui disent et mes souvenirs et qui je suis aujourd’hui ne changent guère).

20Et si mon identité personnelle est soutenue par le peuple de mots qui fait ma vie, c’est donc que la langue m’interpelle à ma place et, ce faisant, fait de l’individu que je suis un sujet (un sujet d’énonciation et donc aussi une personne juridique, doué d’une voix au sens physiologique et doté d’une voix au sens politique). Et cette interpellation n’est pas simple asservissement, ou assujettissement, elle est, comme on dit aujourd’hui, capacitante (empowering, au sens où Judith Butler parle de empowering constraints), elle est le produit d’une passion de la langue qui augmente mes capacités d’agir, quand je m’approprie la langue qui m’a fixé une place dans la société et dans la culture.

21Quelle est alors la position de l’étranger dans cet univers de subjectivation linguistique qui est fait d’interpellation (du sujet par la langue) et de contre-interpellation (de la langue par le sujet) ? Quelle interpellation pour qui est contraint de vivre dans une langue qui n’est pas la sienne (est-il interpellé à sa place, à une place ?) ? Et quel effet cette interpellation, toujours grosse de contre-interpellation, a-t-elle sur la langue qui interpelle l’étranger – la langue qui interpelle l’étranger est-elle insensible à sa contre-interpellation potentielle ?

  • 25 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris : Maspéro, 1971, 6.

22Les deux thèses suivantes vont nous permettre de suivre ce mouvement de descente aux enfers (cette métaphore est celle que Franz Fanon utilise pour décrire la position de l’homme noir à qui le colon blanc refuse l’humanité25 ; ici elle désigne l’interpellation de l’étranger qui exclut au lieu d’intégrer). Mais elles nous permettront aussi de comprendre que cette descente est suivie d’une remontée au purgatoire et peut-être même au paradis (car il y a bien contre-interpellation par l’étranger de la langue qui l’exclut).

  • 26 Alain Badiou, Le Réveil de l’histoire, Paris : Lignes, 2011, 115.

23La seconde thèse, qui marque l’exclusion de l’étranger, se formule ainsi : le locuteur étranger est l’objet d’une violence linguistique. Et cela commence, comme dans la thèse précédente, par un nom. Car l’étranger est lui aussi son nom, mais ce nom est ce qu’Alain Badiou appelle un « nom séparateur », c’est-à-dire un nom qui assigne une identité que ni la langue dominante ni la société qu’elle transforme en nation (langue nationale contre langue maternelle) ne reconnaissent, un nom qui à ce titre définit une collectivité de suspects, comme est le nom « musulman » dans notre société26. Voici comment Le Blanc décrit le phénomène :

  • 27 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 103.

Le nom d’étranger ne se contente pas de nommer l’étranger, il l’insère dans une politique de la langue, dans laquelle il en est réduit à coller aux expériences d’intégration qui le légitiment alors qu’il est sans cesse ramené aux expériences illégales qui achèvent de transformer le nom d’étranger en injure. L’étranger ne se contente pas de recevoir un nom. Il est engendré par le nom qu’il reçoit car toutes ses actions sont désormais orientées par une double valeur, celle, positive, de l’intégration et celle, négative, de l’illégalisme27.

24Ai-je besoin de vous rappeler que le nom de l’étranger transformé en injure ne concerne pas seulement le nom collectif (on disait autrefois « les melons », on dit aujourd’hui « les rats »), mais parfois le nom individuel ? Ainsi de ces fonctionnaires allemands humoristes qui, lorsqu’au XVIIIe siècle il a fallu donner des noms patronymiques aux juifs qui n’en avaient pas, les ont affublés de noms ridicules : jambes de poisson (Fiszbin), demi-portion (Halbwachs). L’ironie veut que ce dernier nom, l’insulte oubliée ou devenue illisible, soit celui, glorieux, du grand sociologue français assassiné par les nazis.

25Ces noms injurieux ont une fonction dans la langue dominante : désignant ceux « qui ne sont pas d’ici », ils définissent et un ailleurs et un ici, et clôturent la langue en tant que langue officielle des locuteurs ayant-droit. Car l’étranger menace la vie linguistique de la nation. Il n’y a donc pas seulement un nom, mais aussi une langue, celle de la nation, que l’étranger par sa présence menace, et un récit, celui de l’étranger, ce « mauvais sujet », dans les deux sens du terme, de cette langue qu’il tente de parler, récit qui risque de déstabiliser le grand récit national en lui opposant un récit alternatif :

  • 28 Ibid., 24-25.

Ainsi la volonté de fixer le site linguistique de la nation est-elle d’emblée menacée par l’irruption de récits alternatifs déployés dans l’enceinte même des sites linguistiques officiels. Pas de vie de la nation sans une vie linguistique, pas de vie linguistique de la nation sans des usages linguistiques contestataires dans la langue et hors de la langue qui déstabilisent le site national au moment où de tels usages sont situés, pour ainsi dire, à la frontière, rendus quasiment inaudibles28.

  • 29 Ibid., 124.

26On voit qu’ici le locuteur étranger est en position d’exclusion interne, ce qui veut dire que son exclusion, et donc sa présence à fins d’exclusion, sont nécessaires à la constitution de la langue nationale en tant qu’elles en fixent les frontières : c’est la voix inaudible de l’étranger qui permet à la voix officielle de s’affirmer. Rejeté hors de la communauté de la langue nationale, l’étranger est condamné à une vie privée, car la vie publique lui est soit interdite (s’il n’a pas de papiers) soit rendue difficile (s’il est désigné par le nom insultant ou, comme Pnin, objet de moqueries de ceux qui « parlent bien », et non comme des vaches espagnoles). Mais cette vie privée ne doit pas s’entendre au sens de privacy, qu’il convient de respecter, mais au sens de privation (comme le dit Le Blanc, « une vie étrangère en vient à se vivre comme une vie privée de langue29 »). C’est bien pourquoi d’ailleurs, l’étranger n’est jamais laissé tranquille dans sa privacy mais sans cesse « inquiété », par menace (par où l’interpellation linguistique risque de faire place à l’interpellation policière) ou contrôle, tatillon voire humiliant (voyez les interminables files d’attente de ceux qui doivent renouveler leur permis de séjour). La référence à Fanon faite plus haut ne doit rien au hasard, car cette langue nationale qui interpelle l’étranger à une place qui est une hors place, à la fois dedans et dehors, a la même structure que la langue coloniale :

  • 30 Ibid., 130-131.

Là où la langue pourrait être réinventée, critiquée, décolonisée, la réitération de la désignation de l’étranger vise la reproduction, l’adhésion et le maintien des structures coloniales de la langue ; elle suspend par avance les ressources narratives des autres langues ou des autres usages de sa langue et referme ainsi le monde subalterne sur son isolat solitaire30.

  • 31 G. C. Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler ?, Paris : Amsterdam, 2009.

27Vous aurez entendu dans ce terme de « subalterne » une allusion au débat sur la possibilité qu’a le subalterne (au départ indien) de parler, et au texte célèbre de Spivak31.

28Le résultat de ces opérations est à la fois la souffrance linguistique de l’étranger interpellé à sa place qui est une non-place, et son maintien dans ce que Le Blanc appelle une « no-langue ». Mais ici un renversement s’opère : de même que l’économie française a besoin du travail de ces étrangers sans papiers que les politiciens menacent sans cesse d’expulsion, de même la langue nationale bénéficie de la présence en son sein de langues et de récits alternatifs qu’elle cherche néanmoins à exclure. C’est ce que dit notre troisième thèse, qui peut se formuler ainsi : les mots de l’étranger minorisent la langue nationale et l’entraînent sur le chemin du bilinguisme ou du plurilinguisme.

  • 32 Gilles Deleuze & Félix Guattari, Kafka, Paris : Minuit, 1975.
  • 33 Ibid., 29-31.
  • 34 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 26.
  • 35 Sur le concept de situation interstitielle, cf. Françoise Kral, Critical Identities in Con (...)

29Vous avez bien entendu reconnu, sous le verbe « minoriser », le concept deleuzo-guattarien, élaboré dans le courant de leur analyse de l’œuvre de Kafka32. On se souvient des trois éminentes caractéristiques que nos auteurs attribuent à la littérature mineure : 1) elle est affectée d’un fort coefficient de déterritorialisation, 2) tout y est politique et 3) tout y prend une valeur collective33. Ici, il n’est pas question de l’écrivain étranger mais de l’étranger tout court : non de Nabokov ou d’Adorno, mais de Pnin ou de l’Afghan de Sangatte, et donc il est question de langue plutôt que de littérature. La minorisation de la langue nationale possède donc les caractéristiques suivantes : 1) toute langue est habitée d’autres langues, par une sorte de déterritorialisation interne (« cet excès de la langue sabir sur la langue nationale atteste d’une vie de la langue qui ne se réduit pas à la délimitation que la langue opère sur elle-même : la vie de la langue procède d’une création renouvelée de la langue par l’intrusion34 ») – voilà que l’intrusion du sabir de l’étranger, loin de menacer l’intégrité de la langue nationale, est ce qui la fait vivre, comme les dialectes régionaux et sociaux ou les styles font vivre le dialecte standard ; 2) cette intrusion n’est pas simple invasion (ils viennent nous prendre notre langue comme ils nous prennent nos femmes et nos emplois), elle résulte de la contre-interpellation de la langue nationale par le sabir de l’étranger : la no-langue exclue se révèle aussi nécessaire à la langue majeure que l’étranger exclu et pourtant maintenu sur place dans son état d’exclusion. Voici comment Le Blanc décrit la situation interstitielle de l’étranger35 :

  • 36 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 50.

L’étranger n’est donc pas seulement fixé comme mauvais genre par les différentes formes de désignation nationale. Il constitue aussi, par le fait même qu’il est attaché au mauvais genre, une possibilité de site innovant. Contraints à être formés dans les interstices de la nation, les sujets désignés étrangers développent des créations à la marge, des styles collectifs qui, tels des rhizomes, se déploient sous le sol de la nation, le trouent de mille inventions politiques particulièrement fécondes36.

30Ces « inventions politiques » sont aussi des inventions linguistiques et peut-être des inventions poétiques (mais nous savons depuis Aristote que l’homme est un animal politique en tant qu’il est un animal parlant) : il sera donc question de métissage linguistique, d’hybridation, de déterritorialisation, de bricolage. Et il sera question, et ici nous nous dirigeons, venant des enfers et du purgatoire, vers le paradis, du plurilinguisme comme chance (c’est sur ce thème que Le Blanc conclut son ouvrage) :

  • 37 Ibid., 187.

Il se pourrait, après tout, que la pluralité des langues soit vécue comme une chance plutôt que comme une malédiction et suggère que la vie est plus vaste que son inscription dans la nation. Il se pourrait également que l’expérience de sa propre langue soit rapportée à un idéal de plurilinguisme, que le polyglotte étranger idéalisé (mais réel) incarne dans son corps démultiplié. Le polyglotte n’est pas assujetti à un ordre symbolique fixe, il brouillonne des traductions entre les langues et incorpore ainsi, à l’aide de ces langages multiples, des morceaux de vie nouveaux37.

31Les trois thèses que j’ai extraites du livre de Le Blanc (la vie comme peuple de mots ; la violence linguistique de l’interpellation provoque chez le locuteur étranger des souffrances ; la minoration de la langue nationale par la langue de l’étranger et le polyglottisme sont des chances pour la langue nationale) ne définissent pas seulement une philosophie de la précarité linguistique, qui est pourtant le point de départ de Le Blanc (et l’objet de son livre précédent) : en retraçant le chemin qui mène le locuteur étranger d’enfers trop réels à un paradis potentiel, en passant par le purgatoire de la vie linguistique interstitielle, elles reposent à leur façon un problème philosophique très général, et d’importance primordiale, celui de la transformation de l’individu en sujet.

La question philosophique de l’assujettissement/subjectivation

  • 38 Étienne Balibar, Citoyen sujet, op. cit., 5.

32On partira de ce qu’Étienne Balibar appelle « un jeu de mots objectif » que se permet la langue française (mais ni le latin ni l’allemand) sur le terme/concept de « sujet ». Le français en effet neutralise un contraste opéré par la langue latine et joue sur les deux étymologies du mot « sujet » : « celle qui dérivait de la fonction métaphysique d’une ontologie et d’une grammaire (le subjectum) et celle qui en rapportait le nom à la longue histoire du rapport de souveraineté (le subjectus38) ». Sujet philosophique et sujet grammatical d’un côté (sujet centre de conscience, sujet de l’énonciation et sujet de l’énoncé), sujet politique de l’autre en tant qu’assujetti au Prince. Ou encore, subjectivation d’un côté, assujettissement de l’autre. Une part de la théorie contemporaine a consisté en l’exploration et la pensée de ce jeu de mots : les noms de Foucault, Althusser et Judith Butler suffiront à évoquer cette tradition.

  • 39 Sur la dialectique « je parle la langue »/« c’est la langue qui parle », cf. Jean-Jacques (...)
  • 40 Cf. Tran Duc Thao, Recherches sur l’origine du langage et de la conscience, Paris  (...)

33L’intérêt philosophique de ce jeu de mots objectif est qu’il incite à penser ensemble les deux versants d’un paradoxe : comment un sujet actif (centre d’action parce que centre de conscience) peut-il être passif (c’est-à-dire soumis – subditus – à une autorité qui lui assigne sa place et par là limite son action) ? Et ce paradoxe faste a un intérêt supplémentaire : il nous oblige aussi à penser ensemble le sujet politique (assujetti mais aussi militant) et le sujet « grammatical » (sujet de l’énonciation comme sujet de l’énoncé). Sur le versant énonciatif de ce sujet linguistique, le paradoxe prendra la forme : comment puis-je à la fois parler la langue et être parlé par elle39 ? Et sur le versant proprement grammatical, c’est-à-dire concernant le sujet de l’énoncé, il incitera à poser la question suivante : y a-t-il une homologie de structure entre la forme canonique de la phrase simple et une pratique sociale (production et échange) ? Nous retrouvons là la vieille thèse marxiste de la co-naissance du travail et du langage40.

  • 41 Louis Althusser, « Idéologie et appareils idéologique d’État (Notes pour une recherche) », (...)
  • 42 Judith Butler, Excitable Speech. A Politics of the Performative, Londres : Routled (...)

34On connaît la solution apportée à ce paradoxe par Althusser : l’idéologie interpelle les individus en sujets (le sujet est sujet de conscience et locuteur en tant qu’il est placé par l’idéologie) ; elle interpelle tous les individus et cette interpellation ne rate jamais. Dans ce qu’on peut appeler la scène primitive de l’interpellation, scène toujours virtuellement policière (autre jeu de mot objectif), l’individu entend une interpellation à la cantonade (« Eh, vous, là-bas ! ») et immédiatement se retourne, animé par la certitude que c’est bien de lui qu’il s’agit : il se reconnaît donc toujours comme sujet, c’est-à-dire objet de l’interpellation. Il peut naturellement se tromper, mais cela même fait partie de la scène : l’important est sa certitude, qui fait de lui un sujet41. On connaît également les développements apportés à cette solution par Judith Butler dans sa lecture d’Althusser : cette interpellation n’est pas seulement assujettissante, elle est aussi capacitante (empowering) et autorise ce que Butler appelle une re-signification (le sujet victime de l’insulte la reprend à son compte comme un motif de fierté, ce qui est la meilleure façon de la retourner à l’envoyeur) et que j’ai proposé de nommer « contre-interpellation42 ». Ces développements permettent de répondre aux objections habituellement adressées à Althusser, qui accusent sa solution de déterminisme (le sujet est assujetti à l’idéologie, interpellé à sa place, ce qui risque de rendre négligeable sa liberté d’action et de pensée) : parce qu’il contre-interpelle l’idéologie qui l’interpelle à sa place, le sujet n’est pas seulement assujetti, n’est pas astreint à une forme de servitude, ou de servitude volontaire, il est subjectivé, donc rendu responsable et capable d’agir. Et le processus d’interpellation est continu, il ne se limite pas à la scène primitive, ce qui veut dire qu’il ne suppose pas des sujets déjà constitués pour être capables de recevoir l’interpellation et d’y répondre ; et le processus est également multiple (il y a plus d’un Appareil Idéologique d’État qui interpelle le sujet), ce qui permet au sujet de lancer sa contre-interpellation depuis les interstices de ces interpellations plurielles et potentiellement contradictoires. Le sujet n’est donc jamais constitué comme unitaire (il n’est de sujet que fragmenté) et jamais définitivement constitué (c’est un processus et non un résultat : seule sa mort fixera les frontières de ce peuple de mots qu’est sa vie, c’est-à-dire son existence en tant que sujet). Vous aurez remarqué qu’apparaissent ici les thèmes et les termes de l’analyse par Le Blanc de la position linguistique de l’étranger.

  • 43 J. Butler, Le Récit de soi, Paris : PUF, 2007.
  • 44 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 142.
  • 45 G. Le Blanc, Vies ordinaires, vies précaires, op. cit., 36-37 ; 39 ; 40 ; 43-44 ; 44 ; 44-45 (...)

35De fait Guillaume Le Blanc se situe bien dans cette tradition (il cite abondamment Butler, dont il a fait traduire un texte dans la collection qu’il dirige43). Voici comment il définit, en deux phrases, l’interpellation de l’étranger : « L’appellation d’étranger se présente toujours comme une interpellation potentielle. Elle signale à quelqu’un qu’il est assigné à une marge, condamné à rendre compte de sa position en permanence44. » Cette citation formule ce que j’ai appelé la descente aux enfers du locuteur étranger. Mais Le Blanc, dans son livre précédent, envisage aussi la remontée, sous la forme d’une critique d’Althusser et de Foucault qui refuse de réduire la vie ordinaire à un assujettissement aux normes, et cherche à penser, à la suite d’Henri Lefebvre penseur de la vie quotidienne, la part de création qui accompagne toute situation d’aliénation, ou, dans mon propre langage, la contre-interpellation que suscite toute interpellation. Il le fait en mettant en jeu un certain nombre de concepts théoriques : aliénation/création, empruntés comme on l’a vu à Lefebvre ; jeu/écart, empruntés à l’épistémologie de Canguilhem ; stratégie/tactique, mais aussi braconnage, empruntés à L’Invention du quotidien, de Michel de Certeau ; catachrèse, terme utilisé par Yves Clot dans sa Fonction psychologique du travail pour penser les usages détournés des outils dans les situations de travail ; et enfin le concept de style, emprunté à Deleuze et mis au travail par Le Blanc lui-même dans son premier ouvrage, Les Maladies de l’homme normal45. Il y a là les éléments d’une véritable théorie de la contre-interpellation qu’il faudra bien un jour écrire.

Conclusion

36Comme mon propos n’est pas seulement de vous présenter un aspect important de l’œuvre d’un philosophe important, mais aussi de réfléchir sur la place des mots de l’étranger dans le genre de discours qui nous intéresse, j’ai nommé la littérature, je suggère deux types de conclusions.

37La première consiste en une série de relectures de grands textes à la lumière des analyses de Le Blanc. Et puisque j’ai commencé par une lecture de Pnin, je la poursuis. On pourrait m’objecter que ma description de la descente aux enfers de Pnin est unilatérale, et ne rend pas justice aux aspects simplement comiques du roman : il y a bien du bomolochos et pas seulement du pharmakos chez le personnage, même si ce bouffon, est, comme tous les clowns, triste. Je répondrai en déplaçant l’objection, c’est-à-dire en réintroduisant un personnage que j’ai jusqu’ici négligé, le narrateur, celui qui prend la place de Pnin à l’université de Waindell. La vie de ce narrateur est entrelacée avec celle de Pnin : on se souvient que c’est parce qu’elle venait d’être abandonnée par le narrateur que sa femme a consenti à épouser Pnin ; et l’on comprend qu’il refuse la charité du narrateur, qui se proclame « son vieil ami » et lui propose de rester à l’université comme son collaborateur – c’est cela, et non directement une menace de licenciement, qui le pousse à démissionner. Or ce narrateur, comme Nabokov son auteur, est un étranger dans la langue anglaise, mais un étranger dont l’intégration a été une réussite, au point qu’on lui offre ce qu’on refuse à Pnin, un poste permanent, et au point que Nabokov, comme Conrad avant lui, est devenu un écrivain majeur dans une langue qui n’était pas sa langue maternelle. Et nul ne niera que sa russophonie native, loin d’être un handicap, contribue à faire de sa voix une voix singulière et inoubliable et que dans son cas le plurilinguisme est, comme le dit Le Blanc, une chance pour la langue anglaise. Le processus de descente aux enfers et de remontée vers le paradis, la contre-interpellation de la langue nationale succédant à l’interpellation de l’étranger par celle-ci sont donc bien présents dans le roman, à ceci près qu’ils ne concernent pas un locuteur unique mais sont distribués sur deux personnages, dont l’un raconte, avec une ironie qui n’est pas dénuée de cruauté, l’histoire de l’autre.

  • 46 Cf. la thèse de Virginie Iché, Esthétique du jeu dans les Alice de Lewis Carroll, (...)
  • 47 Voir la nouvelle de Herman Melville, « Bartleby, the Scrivener : A Story of Wall Street » (...)
  • 48 On trouvera une telle interprétation dans Yves Pagès, « De quelques points d’intersection  (...)

38On pourrait généraliser ce genre d’analyse, et ceci pourrait être un programme de recherche. On pourrait réinterpréter les deux Alice, par exemple, comme un parcours initiatique qui va de l’interpellation à la contre-interpellation (même si elle parle la même langue que les personnages du Pays de Merveilles, Alice est placée par eux dans la position de l’étranger : que l’on se souvienne de la Licorne qui traite la malheureuse de « monstre fabuleux46 »). Et on pourrait suggérer encore une interprétation de la fameuse phrase de Bartleby, « I would prefer not to47 » non dans les termes deleuziens d’une « agrammaticalité » (terme qui ne peut être entendu au sens étroit, puisque la phrase est grammaticale), mais d’une stratégie rusée de contre-interpellation par refus indirect de l’interpellation que constitue l’ordre donné à Bartleby48.

39Ma seconde conclusion est d’ordre plus général. Le chemin qu’avec l’aide de Le Blanc j’ai cherché à décrire, le chemin de l’étranger dans ses mots, peut se lire comme un cheminement dans les ambiguïtés de l’expression « la passion de la langue », que je substitue ici à celle que j’avais empruntée à Simone Rinzler. On se souvient que l’expression est doublement ambiguë : deux sens opposés, actif et passif, du mot « passion » ; hésitation entre le sens subjectif et le sens objectif du complément de nom. Ce cheminement passera donc par quatre stades, ou stations. On commencera par « la passion de la langue », au sens passif du mot « passion » et dans un sens à la fois objectif et subjectif du complément de nom : la langue de l’étranger souffre, le locuteur souffre dans sa langue, parce que la langue nationale dans laquelle il a du mal à s’insérer lui inflige ces souffrances. C’est bien là la situation de l’étranger évoqué par Le Blanc, ou celle de Pnin : le moment de la descente aux enfers. On continuera par « la passion de la langue », expression dans laquelle le mot « passion » a son sens passif et le complément de nom est subjectif : c’est la langue qui maintenant souffre, qui subit une passion. C’est la situation de la langue minorée par la contre-interpellation de l’étranger, ce mauvais sujet qui menace l’intégrité d’une langue qu’il risque de transformer en sabir. Mais bientôt la remontée s’amorce. Cela se dit « la passion de la langue », où le mot passion a son sens actif et le complément de nom est subjectif, car voilà que sa minoration est une chance pour la langue, voilà qu’elle la fait vivre, et l’étranger qui baragouine cède la place au poète. Et la remontée atteint le paradis à la quatrième et dernière étape, qui se dit « la passion de la langue », où le mot « passion » a son sens actif et le complément de nom sa valeur objective, car la langue est maintenant l’objet d’une attraction passionnée, de la part d’un locuteur qui est consciemment poète : nous sommes partis de Pnin et nous sommes arrivés à Nabokov. Décidément mon expression est grosse et d’une philosophie du langage et d’une théorie de la littérature.

Haut de page

Bibliographie

ADORNO Theodor W., « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand ? », in Modèles critiques, Paris : Payot, 2003, 253-264.

ALTHUSSER Louis, « Idéologie et appareils idéologique d’État (Notes pour une recherche) », in Positions, Paris : Éditions Sociales, 1976.

ALTHUSSER Louis, Sur la reproduction, Paris : PUF, 1995.

ARENDT Hannah, citée dans Crépon Marc, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

BADIOU Alain, Le Réveil de l’histoire, Paris : Lignes, 2011.

BALIBAR Étienne, Citoyen sujet, Paris : PUF, 2011.

BUTLER Judith, Excitable Speech. A Politics of the Performative, Londres : Routledge, 1997.

BUTLER Judith, The Psychic Life of Power, Stanford, Cal.: Stanford University Press, 1997.

BUTLER Judith, Le Récit de soi, Paris : PUF, 2007.

CASSIN Barbara (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris : Seuil/Le Robert, 2004.

CRÉPON Marc, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

DELEUZE Gilles & Félix GUATTARI, Kafka, Paris : Minuit, 1975.

DERRIDA Jacques, Fichus, Paris : Galilée, 2002.

DERRIDA Jacques, Le Monolinguisme de l’autre, Paris : Galilée, 1996, 23.

FANON Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris : Maspéro, 1971.

ICHÉ Virginie, Esthétique du jeu dans les Alice de Lewis Carroll, thèse inédite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011.

KLEMPERER Victor, LTI, la langue du IIIe Reich, Paris : Albin Michel, 1996.

KRAL Françoise, Critical Identities in Contemporary Anglophone Diasporic Literature, Londres : Palgrave, 2009.

LE BLANC Guillaume, Les Maladies de l’homme normal, Bègles : Éditions du Passant, 2004.

LE BLANC Guillaume, Vies ordinaires, vies précaires, Paris : Seuil, 2007.

LE BLANC Guillaume, Dedans, dehors. La condition d’étranger, Paris : Seuil, 2010.

LECERCLE Jean-Jacques, « Les Mots sont les juifs de la langue », L’Étranger dans la langue, Emily Eells, Christine Berthin et Jean-Michel Déprats (dir.), Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, 17-36.

LECERCLE Jean-Jacques, The Violence of Language, Londres : Routledge, 1990.

LECERCLE Jean-Jacques, Interpretation as Pragmatics, Londres : Macmillan, 1999.

LECERCLE Jean-Jacques, Badiou and Deleuze Read Literature, Edimbourg : Edinburgh University Press, 2010.

NABOKOV Vladimir, Pnin [1957], Harmondsworth : Penguin, 1960.

PAGÈS Yves, « De quelques points d’intersection », in « Toi aussi, tu as des armes ». Poésie et politique, Paris : La fabrique, 2011.

RINZLER Simone, La Passion du discours, à paraître.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les Subalternes peuvent-elles parler ?, Paris : Amsterdam, 2009.

TRAN Duc Thao, Recherches sur l’origine du langage et de la conscience, Paris : Éditions Sociales, 1973

THOMSON George, Les Premiers philosophes, Paris : Éditions Sociales, 1973.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Jacques Lecercle, « Les mots étrangers sont les juifs de la langue », L’Étranger dans la langue, Emily Eells, Christine Berthin, Jean-Michel Déprats (dir.), Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, 17-36.

2 T.W. Adorno, « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand ? », in Modèles critiques, Paris : Payot, 2003, 253-64.

3 Jacques Derrida, Fichus, Paris : Galilée, 2002 ; Marc Crépon, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

4 T.W. Adorno, « Réponse à la question : Qu’est-ce qui est allemand ? », op. cit., 262.

5 Ibid., 263.

6 Jacques Derrida, Fichus, op. cit., 31.

7 Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris : Seuil/Le Robert, 2004. Sur la question des intraduisibles, on consultera les essais qu’Étienne Balibar consacre à Descartes et à Locke dans Étienne Balibar, Citoyen sujet, Paris : PUF, 2011.

8 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich, Paris : Albin Michel, 1996.

9 Cf. Simone Rinzler, La Passion du discours, à paraître.

10 Vladimir Nabokov, Pnin, Harmondsworth : Penguin, 1960 (1957).

11 Ibid., 101.

12 Ibid., 12-13.

13 Ibid., 158.

14 Ibid., 157.

15 Guillaume Le Blanc, Dedans, dehors. La Condition d’étranger, Paris : Seuil, 2010, 128-129

16 J. Derrida, Le Monolinguisme de l’autre, Paris : Galilée, 1996, 23.

17 Ibid., 13.

18 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 11.

19 G. Le Blanc, Les Maladies de l’homme normal, Bègles : Éditions du Passant, 2004.

20 G. Le Blanc, Vies ordinaires, vies précaires, Paris : Seuil, 2007.

21 G. Le Blanc, Dedans, dehors. La condition d’étranger, op. cit.

22 Ibid., 24.

23 Cf. J.-J. Lecercle, Badiou and Deleuze Read Literature, Edimbourg: Edinburgh University Press, 2010, chap. 6.

24 Hannah Arendt, citée dans M. Crépon, Langues sans demeure, op. cit., 20.

25 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris : Maspéro, 1971, 6.

26 Alain Badiou, Le Réveil de l’histoire, Paris : Lignes, 2011, 115.

27 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 103.

28 Ibid., 24-25.

29 Ibid., 124.

30 Ibid., 130-131.

31 G. C. Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler ?, Paris : Amsterdam, 2009.

32 Gilles Deleuze & Félix Guattari, Kafka, Paris : Minuit, 1975.

33 Ibid., 29-31.

34 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 26.

35 Sur le concept de situation interstitielle, cf. Françoise Kral, Critical Identities in Contemporary Anglophone Diasporic Literature, Londres : Palgrave, 2009.

36 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 50.

37 Ibid., 187.

38 Étienne Balibar, Citoyen sujet, op. cit., 5.

39 Sur la dialectique « je parle la langue »/« c’est la langue qui parle », cf. Jean-Jacques Lecercle, The Violence of Language, Londres : Routledge, 1990.

40 Cf. Tran Duc Thao, Recherches sur l’origine du langage et de la conscience, Paris : Éditions Sociales, 1973 ; George Thomson, Les Premiers philosophes, Paris : Éditions Sociales, 1973, Première partie, chap. 1.

41 Louis Althusser, « Idéologie et appareils idéologique d’État (Notes pour une recherche) », in Positions, Paris : Éditions Sociales, 1976 ; Sur la reproduction, Paris : PUF, 1995.

42 Judith Butler, Excitable Speech. A Politics of the Performative, Londres : Routledge, 1997; The Psychic Life of Power, Stanford, Cal.: Stanford University Press, 1997; J.-J. Lecercle, Interpretation as Pragmatics, Londres : Macmillan, 1999.

43 J. Butler, Le Récit de soi, Paris : PUF, 2007.

44 G. Le Blanc, Dedans, dehors, op. cit., 142.

45 G. Le Blanc, Vies ordinaires, vies précaires, op. cit., 36-37 ; 39 ; 40 ; 43-44 ; 44 ; 44-45 respectivement.

46 Cf. la thèse de Virginie Iché, Esthétique du jeu dans les Alice de Lewis Carroll, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011.

47 Voir la nouvelle de Herman Melville, « Bartleby, the Scrivener : A Story of Wall Street » (1853).

48 On trouvera une telle interprétation dans Yves Pagès, « De quelques points d’intersection », in « Toi aussi, tu as des armes ». Poésie et politique, Paris : La Fabrique, 2011, 144-150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Lecercle, « Les mots étrangers, les mots de l’étranger », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°1 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/8601 ; DOI : 10.4000/lisa.8601

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Lecercle

Jean-Jacques Lecercle est professeur honoraire des universités. Il a enseigné aux universités de Paris-X Nanterre et de Cardiff. Il est spécialiste de littérature victorienne et de philosophie du langage. Il est notamment l’auteur de Interpretation as Pragmatics (1999), Une philosophie marxiste du langage (2004) et Badiou and Deleuze Read Literature (2010). Jean-Jacques Lecercle est professeur honoraire des universités.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals