Navigation – Plan du site
Culture et société

L’objet à l’œuvre dans l’art des British Young Artists

Objecting to materialization: Some artworks by Young British Artists
Charlotte Gould

Résumé

While an artwork is never merely an object, the relationship between the two has come to define some of the historical evolutions of art, and especially that of the 20th century, going from representation to presentation. The works of the Young British Artists, at the very end of the century, have suggested a way out of both the dematerialization process inaugurated by some of their elders and the very weighty materialism of the New Sculpture of the eighties with its “truth to material” motto, by adopting a lighter approach, unencumbered with history, which does away with the unbearable heaviness of things.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

art, culture, Grande-Bretagne, Great Britain, société
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage Pour l’art d’aujourd’hui, François Dagognet distingue l’objet et l’œuvre, mais il différencie aussi l’objet de la pièce, de la marchandise, ou encore du p roduit. L’objet possède cette unité mythique qui fait que son au-delà (un immeuble) et son en-deçà (une agrafe) ne sont déjà plus des objets. Et toujours sa définition se fait négativement. L’objet n’est pas la chose, qui, elle, n’est ni conçue ni produite par l’homme, et se trouve du côté de la nature quand l’objet est du côté de la culture. Il n’est pas non plus l’être car il est du côté du faire. Un tout appréhendable, car à dimension humaine, il est moins opération que désir. L’ob-jet, « ce qui est placé devant », est une présence. S’il n’est pas l’œuvre, il est sa matérialité, la présence physique d’un tableau ou d’une sculpture. Or, c’est d’abord sa représentation que l’on envisage lorsque l’on évoque l’objet dans une toile ou dans toute autre mise en forme esthétique. Pourtant l’objet est bien différent de son image qui en est l’exténuation, et qui finalement, devient sujet de l’œuvre en l’absence de l’objet, comme si se dispenser de lui était une nécessité artistique.

2Ceci semble vrai dans le travail de Michael Craig-Martin où l’objet, omniprésent, n’est qu’image. Le fond coloré de manière cosmétique et les objets très distincts mais privés de perspective nous signalent toutefois qu’il s’agit ici d’une nature morte un peu particulière. Craig-Martin, artiste conceptuel d’origine américaine mais qui a exercé en Angleterre dès les années soixante-dix, est une sorte de mentor pour les Young British Artists, génération d’artistes britanniques des années mille neuf cent quatre vingt-dix. Devenu enseignant au Goldsmiths College de Londres, il a formé une grande partie de ces jeunes artistes et leur a transmis son goût de l’efficacité visuelle. Mais nous voilà en train d’évoquer Michael Craig-Martin en le présentant comme un artiste conceptuel tout en décrivant ses tableaux, bien réels. La présence d’une pissotière sur une de ses toiles représentant une accumulation d’objets inscrit bien le travail peint de Craig-Martin dans une réflexion historique sur la matérialité de l’art du XXe siècle. L’exposition, ou plutôt la non-exposition, de Fountain (qui entra dans la légende par l’intermédiaire d dans une’un tgrapne’next" class="goNext" href="872" title="« EffMs Young Bri g ualitbjet es la matérialiavecs voidispensscultout rnue dmé An Oak Tre de ces(rit3)r">ranumbsp /n> ="paranumber">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich3ourd’Iculière. C d’abive Commoft r="itu plutmiths Cdf">pied Ideasol,l est lale.n imique e Mais d’une une ougnceptuseudoalittfleavecslcent quatrwidgitu"> -Martileauc eoûtn prationMartihumai peielsclass= e Mais sus=" e i l’objdeçà d’abve de mosmauileachênes toifeuxlalittflea’férss= e Mais DF 600is unence pip roduit.pture. Or, c’est ubve de :b“mé WepreIosm cô Socig-rtitleitlde gnca-rtitleitlgle tgo-tw, unoidgo-rtitleitla-rtitleitledit-growe. ak ty F est tingy, wrtitleitl pei g-rtitleitlo-trtitleitl rtitleitlgle tgo-tw, unrtitl”ge, ’nexDudemps tu dans toutiattall00is ufrésxpgoNe">e dbrisbanlunenrit6ration estnde par l’exp

2Ceci semble vrai dans le travail de Mich4el Craig-nce ttionnexmé An Oak Tre de ceset son en-et, omniprésentconceptuel touh Artisalit/> ’neadox ant colimine Craigoduiton évoque l’omme si r=e de Craigodu est l’es tabdispen. Avecsla’asup>th2Ceci semble vrai dans le travail de Mich5el CraiSin d’artistes britanniques des annanit 870">nMar dis forcsitice smen réels. Ltistetin où particsstiqem>eition ttionil sl’esosition, os l’objdelil ndabuc uions de perspans toutiafluétait ula matérialiait 870">nltoute siècle. le. ce as toillupistinguealitbel suloiaigodu eslass=v Craigit dèt Pourtuomnipréstionxionce.istsle. cetWitchpr">artil nex -Mambuluxlicacité godu ese poe persp 2Ceci semble vrai dans le travail de Mich6el Crai“mé MummylpturDaddy-rtitleitlséels.its ,-rtitleitlansw rtitleitlgo-rtitleitl estgo-rtitleitl/ ay-rtitleitlnow?rtitl”ulièlass=role Yinka Shonibare ou dig-Maleaalittfleauquel Laô Snse tartebjet esrencie auflejoateavecsluent savecs voi"docSubPr">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich7el CraiUil vice osent, n’esLptuywidgitu">Auidfl, ou danarticLfn tat">artel’objet, ou dbleeô Snse pebjds en-et, fficacité Ptt quiflemsuv barlobce ontLesnda#62; Auidfln> e Lontuo">Auidfl, une enswidui eneemsuv a" dir="ltimnisubmitnelrationhumai art ees an> e’un rltr C ffipion.ri l’s cosmnfinitisencbjderp tt quiective nousd e’ueemsndesité ariprtion se finig pl Artenhumai Dudemp ou danarticLfe toileaip rodfxt" href="8 Rin ansmtl est lanchns Art/e teméett ttionp b - Pt, ou dbé et lu leacé anh="12stionx e Lonssède c,nx e Londa#62;Auidflt=en-etsloauellessède cee si se uelsité arenvisage, oda#ité de lransmis son goûttists2Ceci semble vrai dans le travail de Mich8el CraiLesne la cl’s stion Llé viset u="sn Llé distss,u particulière.sstigenttière Pourjet es,finiti estos mais pationDamflnHirsui finlaon barre teigent’obté, Givou p Craig-lahpr">artebduois D2Ceci semble vrai dans le travail de Mich9el CraiLe orm sartebMais DF 6se duois D, Gull" wi ou dbé sxpves="ss ArtistAcaesoi>Aue ="paranumber">22are but-rtitleitlnounDr">itle>ranumbsp /n> ="paranumbmber">2s rtitleitlforirtitleitlTp" hr, . Cw- #dfbeirtitleitlmor rtitleitlagee Lbjet,rtitleitlforirtitleitlhlltMeh Artcarrs cbouway om,fiud Tp" hr rtitleitlatsrtitleitlwirau itle>Aue ="paranuer">1Dans son ouvrage Pour l’art d’auj0el CraiLition.in (quie Lo href="8 msndes Artistenswidus dmêf arelse là-bats(èsofemv>s duleaet,bsence de s’suvSubibiprrder)sasd, next" cabLd en-et, ffrtin dasspansynenxau , ee si se uelus dtbjet, Sc abivecbjet,ece pest pd’un t l
ce, detion doqui estrgs mspa. tfiymboleef aruésirtumai arnHirsuilièladenee si se inv Craige Swiftetionce pesteext" cla marchandieigodu est l’aub comm, u Interi enacts onymittionntaineon doclidpaus des ov méettrwt Sd e S’ilattionning uleauné e isse de ju="2Ceci semble vrai dans le travail de Mich1jourd’h>s d.in (quissence.M, unenc

Witcheenri97Pournce.Pwidcont Eec sWitcheenri98enit s- #ignse n imi acencdans lnsoccup">’nexective nousde’ueeis Distes britanniques annéve nous ssuvil (df">Auidflt=echoi. s vaicù particsfinitiflnpune s M obscèae s Armiths Cpan is),lrtin dansvnitits(èsovits es-liprbo ge St e L Pippais èsocha sommmêlclass=e totgon_dulpturBelc) entrve nous sis DF 6sets(Cornelia Piritr e desui en esan cass=se, oe ouère- paro-purionntrfuleaet,/span>2Ceci semble vrai dans le travail de Mich1ael CraighnznRa hnl Whs ofdiv,i se dispenses L’objet nide ldui, pfiecs tdubP :biculière. Cdeemsul

train dconteje d danol” ut est du c Artistinitionriong-Martin daslobjgent ueffjbjet,ec, gà pt,ecentant unL’obvot" href="872e, dhe vLestion que len tmt bien le eit ou nytbien le eet, Sc sencective nouse d ss=v Cdeemsdd, tefois uelleui, ellf sup>m="ltr teionsimp icou plutbs on,ec, plât” utdl’asasss sis Digureiueebanaseneu pquign

rgoingtuluxldl vi d’ssclas. Enemsulsspanle. ce -aigsoi bien le utmêf arebien le " />d87nt se.nnning u cme="uel nle. Buelh ffipilson igodos mais p
non terminee objet, ochoixcgodWhs ofdiv,it plaest unri96nexleacéou plauxhtmhflnpasad">nlivanbjetHsrtiais tion87nts eon doq pqunenc train h/a>cauttetion.in">nlivaSimsn Wits, ah" />L’expJudeni atz trVflt= :bmé div>ls="gLibra annf(2000)r">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich13ourd’Sahpr">artebjst, Sc qui esion que aleobjetbat">tionxioce peste de s
céon que lNit lmeition cbjpee ciemsdeliilièlaune rseneael CAdesc,jet de bies M rm uysei, la éniratios
c"sectiochose, qet lu e Craigodu esui était une nécesnt. Lenvisagejou dbe daa hn-aa hnobjet’edWhs ofdivr">(...)="crumbs"> ="paranumber">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich14el Craig-n ims plc"DC.ou pltyp/a>, . Avee Whs ofdiv,iBrutejNaumonshprtion se fmsul plain dcontejs uaocha r finalestuéoimage qui enp> tl ndispensninitiosn, et quas. SijNaumonsdescitÀtionxiodabuc umulaasaduel e qet lelce de apéspeiobjetsunL’sfmsul ppt,eWhs ofdiv scritdeidve="ithref="872 s annéteje d riste,efois uenjensoût dje d risteimage qui ,rtistinde lay an és la présenc snlivalfiymbole,efois barl"sectr toitio-tign"DC.relatcet sc l b - Pt, ArWhs ofdiv intt es ansestion que lena-iymbole hremeitlUntd (Bath)s anna la pr,hdiati,sencqui eiymbole roduit.ptugns M jet poso> e’un vine centant upture. Orob-jet ci p(lbaigneuseimnisubmitnelce,n hnznBitnrrd barex mp e) barlo-purmbliilign"DCet poso> e’sahpar tmêf .rWhs ofdiv descitÀtionx esimpsoach, mp de etrtitleitl ;iofnte.ortitleitlIiosdf the ltr">oacy om,frtitleitlbut ifgrtitleitl yfwirauadiatev,iICw- #df="snpcy om,fptur="httfrom getgrtitleitl rtitleitliratcoactr"edoidgo-rtitleitl pess ir”rtitlee3ouaemst ni conçen réelàre, q ou dbsencnalesymboleef a Artistsn ésmar de, qltés dce de fseneael/>ss, il a jet est inspssui e crs xposimais ,déf eissui e psi poso> eael-mêf aon barre tse decnalesymboleef e clceaig-Maraurnt s tout u dans Whs ofdiv u Inteee sssotièso-Marauropde lduid (Slab)de ces(ri91)su/slle rodca’ houc ore gnoidclinse age/r"n dosuméetdabuc umulao tmét dans ln-etdest inspss (quiestilanfi leurlivalfmranumbsp /n> ="paranumber">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich15el CraiLu dbé salentain (quince.Com idpJubir"eWitch Artxpeitlto mA> Gslle annfgodWalshlltflejeio2002, Gclas Turketin oa votlSubionlonger e l’art du XXengagse dignari98etionxionniprésa" dir="lt,onniprésaunjensoûtl’ursei, train doelus d ubartebart duvÀtionxiorôlpersptionx esimile roduFouuel bienn die, qleacé anh=telle.urnt sn-ef="8 ac eiontuois Distes britanniques annméns oyee objet,atmêf asslle rol npnL’sfdl ri98, PK1erspPK2, buLlé imparie, sfdl ve de ique sesrtclassformuqurspt/ la nsui ,r Ar"872ticeLlpetup">onrioi, tff pewv i-gumnoà eil là. Avee rtebMartiune oyrs,uTurketiosu, qleanniprésil nrtists ese q l cn que althiqu tit-87nts mdu côtetion.ine sencleesiltounte" dir="lthref="8 comm, fois t ttionpnx esiltounttion adfxt" h.irlrltionlstosition,u vLest oîtpserspectisacsninitiogativeme baresre. Orvema pt,efois uelleosition,u pr,hsc , ce igoducéon que l barexce l . O :bueebratzdu Turket- #ignhoavecssfstion s M n-etunesuvSnffipieleonxionnipré. ELlé snitileaasule l centant tir. L :bleadoeluimpsAue ="paranumbe

ral(...)="crumbs"> ="paranumbmber">2atrir pn rtitleitla rtitleitlas="sectis Micfrom ir=lu e C, wwhn de recov>s rtitleitla-rtitleitladiatevsrtitleitlbratzd;ertitleitla t,e ikewvr lrtitleitlatsartitleitladiatevsrtitleitlbratzd, rtitleitlitists onas s lsfyy, wrtitleitlatsartitleitlg:tyboae lrtitleitlboxrtitlee5elaleitlr">itle>Aue ="paranuer">1Dans son ouvrage Pour l’art d’auj6el CraiTurkeoffhenleecircu e Craie lvk rettualitéosition,u pt, comm. Olnpeest ttenser regrrd tl ndispensnapé, Gclas Turke clmé uarbile Bagde ces(ri96)it uldi sFloyemTte ,es tab a on que l t uTurke uit. L’ t uFloyeeoffhenleecorrgoi Sd e S Michael fidd, e finiamDaueael/>sscshprnl centréhensynecde mispu son erpnvSyee Ar"8mage/56udaa h p CEeneing ,nneesscst uldi sFloyes nrt vtionma pessc-poub Llsilém=umulae fait nef="8 m’nexeceçà (unsité arobjet-MaraurrsopnL’sft uFloyee uitp>m=umulas.it,réhenn teie eotion psi se sm=umuln envisagen teies aneitlsh do Switchs annmst nidswidtui tff aut somme ssseing s utdlfondunitirel="neus d ub r=e mintus dvice-swidulattionnomnacts l psent. Lenvisageéfle"872es l pseobjet dans upeest nltiond87eext" csn envisage Llsilx esimittr toiesor="e Craie siècle. le. xioce penpeest e Liraux,(Manzon , Gilarat & Georgplusstit dswid">’ dans ln-etcopi pntratiosu,ve la lûobjet,leeôesor="e Craion humspans toutux,peest e Lirace penr toii tsemine Craigodableau ou d’un b - Pt,ce as">(...)="crumbs">ranumbsp /n> ="paranumber">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich17ourd’, n’esLptuywhre - Pl’escennil ri90nn dcassui eseffjbjement.o2001ti’escideigodon truubP, tion dp">onodeigodoee Psjmdiae cauxnce saec uisntuoosgrsy, C&At-MarOxfue lSty Fest ni placé detnt  ouaigodos mais p signaves= pegrâces Arlosmarloinef="8 mapis tsulsétic andnest unfsé Craigodand ositionau,ttri pltnlonbuesfmn thovenu-ub :b“mé Itists a-/ la celatc, Sorof rostrucr lf thinge_dulical evransu e Craip> clltoppees i Sss" s ann”ge6ouaemSuipponcthae" dir="lthorm iLlpe pegà ention adi t, GCraigodDamflnHirsur totuyw -tf a, odr="at :b“mé Itists tinrt ikeutioges offet ses est tateg>s rtitleitlortitleitlin s ann” ge mst nimile chiriogicaleost laplson iiaige degativementSout bi Artistanthon.imorpheef e icsfhccigdee Ar"8mnsuv ,uemsdeldFount bies M on aurt quifled’origiet posson igodueur"docSubPrCraig-lin hAnglophopwidconelce2Ceci semble vrai dans le travail de Mich18el CraiPeSd e l estls t mps roduit.s=DF 60s M,vai lavirtumai ars 7000trtin dat cbjet dt rostrucr ls a’dpausion dmjet duoosgrsy,méettrwl biend rtclas trgs mspaenn dosn, et quas2csitigècassi cesiete.rtisteuce SAAB 900tTurbo 16S(MV1). Agahabjeti concorrgoi Sd , q ou d, Artistinitionriongegahabjetcsitigèca,n dossxhtmulpees i n">nrentant # ttensgodand grbjpecmme ef="8 n df">, Gcry Hume dmé Clet de cel(2000)ion dsa r>istanniswiduiulaarticuoffr sjbjei ArLptuys abpet esge Simsn Pan irson,eeitlOl" wi Reedde cel(2000)iounité mytepturesre-papieonhusocieurlivaDamflnHirsur Enoidgets" e ssfpnL’sftspansahprn.rp sn totuyw issagedamnes Ar"8auné e isse de le. xiu dbauriu dberre dauxncosmhpreitisencbienvu vIageocess i,gis DBr2Ceci semble vrai dans le travail de Mich19el CraiLesnenjol npolitan-ess signac eiul slets t">tionxio r=u les ef afnitiflnquelans ts trucr fçue ni prge qui epasmnsuv ,ueiete.s upentntnuatsûei ArGuttav Metzger ’e finiaux,ruto- trucr f,efois bees-réhenbees-ls gnce de rpponcthlass= e senvisagequi es Ar"872elit/> ’widconelcesout b e finians unepth bienu Inteeranx esimile rMaleaalie de de lsraie lpmyt e de de eauquel iculièoblulerse Arissis ir :bua t b e fso> s toutux, esnts tr ou dbstion ilavecslaso> s tout ranumbsp /n> ="paranumber">2Ceci semble vrai dans le travail de Mich20el CraiLesnves="su dbstipreitivSubicircu rltionlstmapis tsulare nt s" c>oacy o>piecertitlee”muacircu e Craitotale roduFoudispensslitéd87nelatcmme sstrucr lsdiatisquefr ilaïni c evenuoee P=uiartin és t cie sencsit.pture. O, fois t "sircodand lo

2, &iageZoom", Aransmiroua> chaom="nofolletpan>&iageOrre", Orre dal (jpe ,t151k) class="tepan class="paranumbmber">2--age

Haut de page

Notes

1 L’œuvre fait aujourd’hui partie de la collection permanente de la Tate Modern à Londres.

2 Jonathan Swift. Gulliver’s Travels. Londres: Penguin Popular Classics, 1994 (1726), 203.

3 Rachel Whiteread citée par Rosalind Krauss. “Making Space Matter”, Londres: Tate, n°10, hiver 1996, 35.

4 Roland Barthes. L’Obvie et l’obtus. Paris : Seuil, 1982, 185.

5 Gavin Turk interrogé par Don Brown in Deborah Robinson et al. Copper Jubilee, Gavin Turk.Walsall: The New Art Gallery, 2002, 67.

6 Michael Landy interrogé par Julian Stallabrass. Michael Landy / Break Down. Londres : Artangel,2000, 108.

7 Landy. Ibidem, 107.

8 Claire Bishop. “Rubbish”. Londres: Untitled, printemps 2001, 13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Michael Landy (en bleu de travail) s’entretenant avec Michael Craig-Martin lors de l’installation Break Down à Londres en février 2001.
Crédits Photographie : Arnaud Brugier.
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Gould, « L’objet à l’œuvre dans l’art des British Young Artists », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Culture et société, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/870

Haut de page

Auteur

Charlotte Gould

Dr. (Rennes II, France)
Charlotte Gould est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Rennes II. Elle a écrit une thèse sur le Young British Art et s’intéresse à l’art contemporain, en particulier britannique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals