Skip to navigation – Site map

Le biopic du sportif américain

American Sports Biopics
Rémi Fontanel

Abstracts

This paper focuses on the specificities of biographical films dedicated to American sportsmen. Referring to more than fifty American films, it analyses the formal narrative and aesthetic elements that underlie the construction of sports heroes and celebrities, paying attention to the stories behind their public achievements. Golf, baseball, American football, athletics and boxing (to evoke only the five most popular sports within this subgenre) underpin sports adventures and intensely singular existential experiences. These cinematographic epics are steeped in such values as perseverance, sacrifice, belief in destiny, boldness, courage, etc., the man behind the athlete existing only in relation to the particular community he represents, challenges or dreams to fit in. Most of these biographical pictures are characterized by the figure of the sportsman represented as a committed figure, driven by a sense of revolt and fighting. On the other hand, they dramatize his personal path to success by highlighting the obstacles to overcome (racism, disease, accident, etc.), paving the way towards a progressive or populist symbol for the nation.

Top of page

Full text

  • 1 Nous considérerons comme « américains », aussi bien les films étudiés (leurs réalisateurs) q (...)

1Le sport a toujours intéressé le cinéma et plus particulièrement la boxe anglaise, le football, le football américain, le golf, le surf, l’athlétisme, le base-ball et le basket-ball qui sont, selon les époques et les cinématographies, les disciplines que l’on croise le plus fréquemment dans le cinéma américain1. Le rugby, la lutte, le hockey sur glace, le cyclisme et l’hippisme sont dans une moindre mesure convoqués, bien moins que ne le sont l’alpinisme et la course automobile qui offrent matière à l’intensité dramaturgique nécessaire aux récits d’action et d’aventure (l’accident et la mort faisant partie intégrante de ces pratiques qualifiées d’« extrêmes »).

  • 2 Les films sur la boxe anglaise sont nombreux. Sans évoquer les biographies pour le moment, o (...)
  • 3 Voir le dossier « Le sport au cinéma » in site Web du ciné-club de Caen (Dir. Jean-Luc (...)
  • 4 Film datant de 1894, en noir et blanc, d’une durée de 37 secondes et réalisé à nouveau (...)
  • 5 Le film est également connu sous le titre Corbett and Courtney Before the Kinetograph (...)
  • 6 Le Black Maria est le surnom donné au premier studio de prises de vue de l’histoire du ciném (...)
  • 7 Le film n’est pas pour autant un autobiopic car il ne repose pas sur la vie des acteurs qui (...)

2La boxe anglaise a un statut particulier non seulement par la grande quantité de films, documentaires et fictionnels, qu’elle a permis2, mais aussi parce qu’elle fut au centre des toutes premières expérimentations techniques liées à la restitution du mouvement. En 1891, le britannique William K. L. Dickson réalise Men Boxing, « l’un des tous premiers films du cinéma et le premier mettant en scène un sport »3. En 1893, à l’aide de son phénakistiscope, Edward Muybridge propose une très courte séquence de dessins animés, intitulée Athletes Boxing, qui reconstitue un enchaînement clôturé par un direct du droit. On peut également évoquer le documentaire intitulé Leonard-Cushing Fight consacré au combat de boxe entre Mike Leonard et Jack Cushing et immortalisé à nouveau par William K. L. Dickson mais grâce au kinétoscope4. On notera enfin The Corbett-Courtney Fight5, composé de six parties qui constituèrent également les six rounds (une minute pour chacun étant donné la durée d’une bobine 35 mm) d’un combat spécialement organisé le 7 septembre 1894 dans les studios Black Maria6. S’affrontèrent alors le champion du monde des poids lourds James J. Corbett et l’un de ses nombreux outsiders (Peter Courtney). Ce film revêt un statut particulier dans la mesure où il fut conçu pour les seuls besoins du cinéma et par conséquent réglé sur les exigences de dispositions particulières organisées au préalable ; les boxeurs professionnels y interprètent leur propre rôle devant la caméra7.

  • 8 La Sortie des usines Lumière, soit la première des trois versions.
  • 9 Jacqueline Nacache confirme l’importance du cinéma de genre dans le cinéma classique h (...)
  • 10 Voir Laurent Véray, « Aux origines du spectacle sportif télévisé : le cas des vues Lumière » (...)

3Enfin, notons que le 20 mars 1895, un jour après le tournage de la première vue Lumière8, le britannique Robert W. Paul filme une course d’aviron entre deux équipes universitaires (le film s’intitule The Oxford and Cambridge University Boat Race). En Europe, mais davantage aux États-Unis (sous l’impulsion des studios hollywoodiens et de leur politique), suivront de nombreux films plaçant le sport au cœur de récits très variés et généralement en accord avec le genre dominant au moment où ils furent conçus (la comédie, le film historique, le péplum, mais surtout le film noir et le mélodrame dans les années 1940 et 19509). Ainsi, pour n’évoquer que les vues Lumière10 ou le film burlesque (Buster Keaton, Charlie Chaplin), le film de propagande (Leni Riefenstahl) ou le film d’action (Jet Li, Bruce Lee, Stephen Chow si l’on considère les seuls arts martiaux), le sport a d’une certaine façon et à des degrés divers, toujours participé à élaborer et/ou nourrir des genres déterminés.

  • 11 Martin Barnier, « L’“invention” du biopic : Dieterle et la Warner », in Rémi Fontanel (...)

4Le genre biopic a connu une période riche et décisive dans les années 1930, sous l’impulsion de la Warner qui constitua une équipe spécialement chargée d’élaborer des projets biographiques de qualité11. Outre-Atlantique, l’idée était alors de mettre en avant des personnalités courageuses, inventives, déterminées, parfois entêtées, marginales et même névrosées ; des personnalités ayant donc réellement existé, pas forcément toujours de nationalité américaine (Pasteur, Zola, Juarez, etc.) et dont l’invention, l’action et surtout la pensée progressiste furent décisives pour la société voire l’humanité. Il s’agissait alors de redonner une forme d’espoir à la population américaine, de construire des modèles de conduites après la crise qui suivit le crash boursier de 1929. Comme l’a fort bien expliqué Michel Cieutat, les studios et en particulier la Warner ont fait du biopic un « genre antidépresseur » car construit sur des récits faisant

  • 12 Michel Cieutat, « Les biopics de 1930 à 1960, ou le dopage d’une nation », Positif n° 540, f (...)

l’apologie du succès et de la gloire, deux valeurs propres à entretenir le moral national à l’heure où frappaient successivement le chômage […], la Seconde Guerre mondiale […], les dangers du totalitarisme […]. Une manière habile de se tourner vers l’Histoire pour rappeler au public que seule la foi en l’individu pourvu d’un talent d’origine quasi divine (la bonne vieille croyance puritaine en la prédestination selon Calvin) doit prévaloir en toutes circonstances, bonnes ou mauvaises12.

  • 13 William Dieterle, « Do Films Have a Pedagogical Mission for the Masses? », Decision, v (...)

5Cette aptitude thérapeutique a également partie liée avec un « ancrage au présent », soit un contact rapproché avec les enjeux sociétaux de l’époque. Le biopic tel qu’il a été pris en charge par la Warner, met en avant toutes les formes de combats généralement individuels en faveur du progrès, celui des idées (contre l’immobilisme), de la justice (contre les inégalités quelles qu’elles soient), et de la vérité (contre les manipulations idéologiques). Le genre a (toujours eu) la capacité d’embrasser les mouvements sociétaux de son époque. C’est là l’une de ses grandes caractéristiques que de proposer (et pour la première fois de manière plus soutenue dans des années 1930), « des films qui stimul[ai]ent les spectateurs au lieu de les endormir face aux réalités de la vie »13. Cette phrase de William Dieterle, cinéaste qui contribua au développement du film biographique au sein de la Warner, permet de saisir le célèbre slogan de la firme (« good films, good citizenship » / « les bons films font les bons citoyens »), et à travers lui la présence dominante de personnalités en lien avec le pouvoir ou la science. Comme l’a exposé Martin Barnier :

  • 14 Martin Barnier, op. cit., 35.

Chacun des personnages de cette série de biopics, conçus de 1935 à 1940, était sûr de détenir une vérité qui heurtait ses confrères. Cela pouvait correspondre au mythe du self-made man glorifié par le cinéma hollywoodien. C’était également la mise en avant de la lutte d’un homme isolé et progressiste (dans un sens très large) face à un entourage réactionnaire. Pasteur, Zola, Florence Nightingale, Juarez, Erhlich ou Reuter sont porteurs d’une « vision ». La défense de la démocratie et aussi de l’individu face à la raison d’Etat ou au racisme, – toutes ces idées qui n’affleuraient que très timidement dans les films d’Hollywood –, deviennent le sujet central des biopics Warner des années 193014.

  • 15 George F. Custen, Bio/Pics. How Hollywood Constructed History, New Brunswick : Rutgers Unive (...)
  • 16 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 24.
  • 17 Steve Neale, op. cit., 61. Cité in Raphaëlle Moine, op. cit., 24.

6S’appuyant sur les analyses de George F. Custen et de Steve Neale15, Raphaëlle Moine rappelle néanmoins et à juste titre que le genre biopic a connu une inflexion dès le milieu des années 1940. Ce sont, note-t-elle, « les personnages liés à l’entertainment qui s’y taillent la part du lion après la seconde guerre mondiale »16. Pour Steve Neale, ce changement s’explique par le fait que « le biopic d’avant-guerre tend à s’adresser à ses spectateurs comme à des citoyens, alors que celui d’après-guerre tend à s’adresser à eux comme à des consommateurs de la culture populaire »17.

  • 18 On peut citer, par exemple, les deux films sur la vie de Jackie Robinson, premier joueur de (...)

7La figure si populaire du sportif a commencé à être véritablement investie par le genre biopic à partir du milieu des années 1940 et au début des années 1950. Sont réalisés les films qui compteront le plus pour ce sous-genre ; ils inspireront même de nombreux remakes, principalement dans les années 1990-200018. Ces deux périodes sont les plus riches en terme de production et cela peut s’expliquer par le contexte économique, social et culturel américain : le mouvement pour les droits civiques, la lutte contre le racisme, les bouleversements économiques mondiaux, les conséquences de l’effondrement du bloc soviétique après les années 1990 et le besoin de réaffirmer des valeurs communes, universelles à travers le destin d’un individu (le fameux self-made man) et de la communauté qu’il représente… toutes choses que le sport peut relayer par le biais de la dramaturgie hollywoodienne. Les scénaristes ont largement exploité la figure du sportif avec l’idée plus générale d’exporter une « éthique patriotique », articulant la nécessité du respect de la liberté individuelle à l’édification d’une vision communautaire à l’échelle de la nation.

8Sport et cinéma sont liés par des éléments formels et narratifs, qui fournissent par ailleurs de manière prégnante les éléments nécessaires à la construction du genre biopic (ses mouvements narratifs, ses traits formels, ses enjeux poétiques, ses thèmes politiques et sa capacité critique) :

  • 19 Hélène Valmary « Le Biopic sportif », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

9– Le sport implique le déplacement, la vitesse, le rythme, la gestion d’un espace (le terrain, le ring, etc.) comme celle d’une durée (celle de l’endurance comme de l’épreuve en elle-même). Le cinéma, art du mouvement et du montage, y est évidemment sensible19. Par ailleurs, le sport mobilise technique et stratégie, effort et souffrance, dépassement de soi et esprit de conquête. Le cinéma (art du récit) et plus particulièrement le genre biopic (art de la fable, de « la leçon de vie », de « romans d’apprentissage ») ont toujours su s’en emparer pour articuler la réalité d’une histoire et l’édification de sa légende.

10– L’histoire du sportif et de ses performances est surtout celle d’un être humain dont la vie et ses nombreux combats vont offrir une matière dramaturgique que le genre biopic va pleinement s’approprier pour raconter la société et ses (r)évolutions politiques.

11Ces deux axes constituent les deux principales orientations de notre analyse qui reposera sur la totalité ou quasi-totalité des films biographiques américains consacrés aux différents types de sportifs. Il s’agit d’un corpus de 46 films incluant parfois des récits inspirés par des histoires ou aventures collectives plus qu’individuelles, sport en équipe oblige…

De la performance à la légende : (1) filmer le sport

12Le cinéma peut utiliser mais aussi afficher voire exhiber tous les moyens qui sont les siens (sur les plans du filmage et du montage) pour rendre compte du mouvement, de la vitesse, du geste, du déplacement, de la posture, de l’effort, de l’énergie, de l’adresse mobilisés par l’athlète dans le cadre de sa pratique. Le spectacle d’une épreuve est représenté de multiples façons et parfois de manière « démesurée » pour les besoins de la dramatisation. De nombreux effets soutiennent le suspense qui envahit l’ultime compétition, le match final… et finalement l’exploit qui viendra marquer l’Histoire.

13Le biopic a profité des évolutions technologiques du cinéma pour répondre essentiellement à deux défis :

  • 20 Sur la vie de James J. Braddock, champion mondial poids lourd de boxe professionnelle de 1 (...)
  • 21 Sur la vie de Vince Papale (Mark Wahlberg) qui intégra, malgré un « âge avancé » l’équipe (...)
  • 22 Sur la vie du boxeur professionnel Micky Ward (Mark Wahlberg), champion du monde W (...)

14– Les effets spéciaux numériques développés depuis les années 1990 permettent de créer l’ambiance des tribunes dans les stades par l’insertion d’images d’archives, alors que les plans serrés et/ou les incrustations en fond étaient utilisés pour rendre l’effet de la foule (The Pride of the Yankees, 1942 et The Stratton Story, 1949, deux films de Sam Wood et respectivement consacrés aux joueurs de base-ball Lou Gehrig et Monty Stratton). Une foule nombreuse dont l’engouement est d’autant plus nécessaire qu’il permet l’identification des spectateurs que nous sommes, sensibles à la grandeur de la prouesse réalisée en étant même parfois invités à partager l’angoisse des proches lors du match suprême qui viendra souvent clore le récit et parfois une carrière (des enfants à côté d’un poste de radio dans Cinderella Man, David O. Russell, 200520 ; des amis réunis dans un bar et devant le petit écran dans Invincible, Ericson Core, 200621; une famille soudée devant sa télévision dans The Fighter, David O. Russell, 201022).

  • 23 Nous pensons au film Rush de Ron Howard (2013) sur la rivalité, durant les années (...)
  • 24 Sur la relation entre Jay Moriarity qui, accompagné par son mentor (Frosty Henson) (...)
  • 25 Sur la vie de la surfeuse hawaïenne Bethany Hamilton.
  • 26 Sur l’aventure des Z-Boys, jeunes américains qui ont eu, dans les années 1970, une grande (...)
  • 27 Sur la vie du footballeur noir américain Ernie Davis, meilleur joueur de sa génération qui (...)
  • 28 Julien Herbreteau, « Histoires de boxeurs », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 21 (...)

15– Les caméras embarquées, les drones et les différents outils pouvant être mobilisés lors de la prise de vue et lors du montage restituent certaines sensations. Les activités qui reposent sur la glisse ou la vitesse23, et en premier lieu le surf et le skate-board, peuvent compter sur des images impressionnantes au cœur du rouleau de la vague (Chasing Maverick, Michael Apted et Curtis Hanson, 201224), sur des plans immergés dans l’eau au plus près de la planche, sur des vues aériennes de la mer (Soul Surfer, Sean McNamara, 201125) ou sur des mouvements d’appareil qui épousent les figures de freestyle des skateurs (Lords of Dogtown, Catherine Hardwicke, 200526). Quant aux sports plus « violents » tels le football américain et la boxe, ils offrent différents types de scènes d’action qui font parfois penser aux films de guerre et aux péplums, notamment à leurs batailles rangées et combats de gladiateurs. The Express (Gary Felder, 200827) insiste sur la férocité des joutes (courses, corps-à-corps et chutes) qui sont sur-découpées, filmées en caméra portée et bougée, avec quelques ralentis et des passages rapides d’une échelle à l’autre. Les plans sont entrecoupés de flashs blancs et de bruitages (type « flashs photographiques ») qui insistent sur la grande brutalité de l’action. Le montage très vif est à la hauteur de l’énergie déployée sur le terrain ; une énergie exacerbée par la présence d’un joueur de couleur qui attise les passions (la haine comme le soutien). Filmage heurté, alternance entre les sportifs et les spectateurs exaltés, sons étouffés (car provenant d’un point d’écoute qui se veut subjectif, celui du personnage) et montage rapide créent une dynamique que l’on retrouve de manière soutenue dans Cinderella Man et Raging Bull (Martin Scorsese, 1980). Concernant ces deux films, Julien Herbreteau écrit justement que les deux cinéastes « choisissent tous deux de montrer de façon très esthétisée, des combats d’une extrême violence (loin de ce qu’était la réalité de ces matchs) comme pour marquer avec force la dimension spectaculaire du sport certes, mais également la férocité de ses champions »28. Cette démarche permet aussi d’accorder la manière dont sont mises en scène et montées ces séquences sportives à la grandeur de l’exploit réalisé ; une adéquation qui semble d’autant plus nécessaire dans le cas de l’athlète. En effet, le genre biopic repose sur le parcours d’un individu engagé dans des combats qui se soldent toujours par des défaites et des victoires. Or, ces désillusions comme ces succès jalonnent aussi une carrière sportive faisant ainsi évoluer l’homme et le sportif, son sport et la société. 

  • 29 Voir le chapitre « Des récurrences esthétiques » qu’elle consacre à l’acteur et à la mise (...)

16Le biopic va également rendre « cinégénique » des sports qui ne le sont pas (ou alors bien moins que d’autres). Créer la légende nécessite que soit « rehaussée » esthétiquement la performance quand bien même celle-ci reste unique dans l’histoire du sport concerné. On pense au golf ou au base-ball dont la durée d’une partie peut avoisiner les quatre heures et dont le déroulement ne cesse d’être interrompu par des faits de jeu divers. The Greatest Game Ever Played (Bill Paxton, 2005) et Bobby Jones: Stroke of Genius (Rowdy Herrington, 2004), respectivement consacrés aux golfeurs américains Francis Ouimet et Bobby Jones, utilisent différents moyens techniques pour dynamiser la pratique de ce sport et par conséquent révéler l’immense et singulier talent des deux sportifs. Sont ainsi privilégiés des ralentis ou des accélérés sur les swings et sur les trajectoires des balles. Sont également fréquents des plans au ras du sol, des bruitages amplifiés (comme une sorte de souffle et de coup mêlés que l’on retrouve par ailleurs dans la boxe), des mouvements secs et des plans rapides pour marquer l’intensité de la frappe ainsi que des inserts sur la balle et sur la tête du club pour souligner la précision d’un putt final (push ou pull). Avant cette ultime phase de jeu, ce sont parfois, comme dans The Greatest Game Ever Played, des plans anamorphiques qui établissent un lien visuel (impossible dans la réalité) entre le regard du golfeur et le drapeau visé. Comme le note fort à propos Hélène Valmary29, le premier swing de Francis Ouimet (dans le film de Paxton) précédé puis, accompagné d’un mouvement de caméra, charge le geste d’une vitesse qui, d’emblée, dit beaucoup sur la compétence et la détermination du sportif. Hélène Valmary rappelle également la présence soutenue de ralentis dans le film consacré à Bobby Jones. Cette dilatation du temps élève à une dimension supérieure qui peut marquer plusieurs intentions. Premièrement, le ralenti permet de décomposer le mouvement et d’offrir au spectateur un regard privilégié sur un geste ou une séquence de jeu (le spectateur peut ainsi vivre de près un moment unique qui a marqué l’Histoire du sport). Ce type d’effets (comme d’autres y compris sonores) contribue par ailleurs à distinguer le champion des autres compétiteurs. Deuxièmement, les scènes ralenties prennent une tournure nostalgique et travaillent ce lien sentimental avec ce qui s’est déroulé (le retour au passé et la prise de conscience du chemin parcouru comme à la fin de Prefontaine de Steve James – 1997, où les images d’archives du sportif prolongent celles de la fiction qui se termine sur ses obsèques organisées sur une piste d’athlétisme). Dans le film sur Bobby Jones, la dernière phase du tournoi se déroule au ralenti.

  • 30 Ibidem, 209.

Le héros arrive sur le terrain, regarde d’un côté puis de l’autre et y revoit, en contre-champ, un moment de son enfance et de son adolescence. Le ralenti fige le temps et accentue celui du souvenir. De même qu’à la fin de Jim Thorpe, le visage de Lancaster est gelé par l’image avant que ne surviennent ses souvenirs, visuels et auditifs30.

17Enfin, comme nous le développerons dans la seconde partie de ce texte, le ralenti peut également servir la description psychologique du sportif (ou plutôt de « l’homme qui est en lui » jusqu’à ce qu’il prenne le pas sur l’athlète). On pense évidemment au ralenti de Raging Bull lorsque Jake La Motta, les bras tendus le long de la corde du ring, encaisse les coups de Sugar Ray Robinson. Le ralenti contribue à construire la figure sacrificielle du boxeur qui, à ce moment-là, décide de lui-même de subir la punition qu’il pense mériter pour le mal qu’il a perpétré en dehors du ring (et notamment dans le cadre de relations conjugales compliquées)31.

De la performance à la légende : (2) raconter l’exploit

  • 32 Sur l’histoire de deux entraîneurs de football américain (Herman Boone/Denzel Washington e (...)

18Dans de nombreux films, la légende se construit sur un exploit, c’est-à-dire une action décisive ou un geste particulier qui va sceller une destinée : un touch down dans les dernières minutes d’un match alors que tout semble perdu (Remember the Titans, Boaz Yakin, 200032) ; un home run extraordinaire ou une base atteinte in extrémis qui fait basculer le cours d’un match (dans les deux biographies filmées de Jackie Robinson) ; un putt qui va mettre à l’épreuve les nerfs d’un golfeur généralement trop doué pour respecter les règles de sa discipline. Ces scènes structurent le parcours du sportif jusqu’à l’épreuve finale, point culminant de la dramatisation du récit avant la sortie sous les applaudissements, les adieux, les éloges, le moment de la reconnaissance et de la communion ou alors avant un départ plus discret mais toujours honorable (notamment dans The Joe Louis Story) avec l’idée du devoir accompli. Un ralenti, un arrêt sur image ou un cadrage particulier contribue à inscrire le sportif dans l’Histoire, celle de son sport mais surtout celle de son pays.

  • 33 Sur la vie de Billy Beane (Brad Pitt), manager général des Oakland Athletics qui révolutio (...)
  • 34 Sur la vie de Jim Thorpe (Burt Lancaster), athlète américain d’ascendance amérindi (...)
  • 35 Sur le parcours Rudy Ruettiger dit « Rudy » qui parvint à intégrer l’équipe universitaire (...)
  • 36 Sur la vie de Steve Prefontaine, coureur de demi-fond américain. Notons qu’il existe un (...)
  • 37 Hélène Valmary, op. cit., 210.
  • 38 Inspiré de la véritable histoire du champion de boxe noir Jack Johnson dans le con (...)

19Le mythe s’édifie à travers l’image de l’homme seul qui quitte le stade sous l’ovation de la foule. C’est le cas pour Lou Gehrig (Gary Cooper) dans The Pride of the Yankees qui « nous » quitte de dos en donnant le sentiment d’une grande humilité. Le champion peut également retrouver les lieux de l’enfance (une rue ou un terrain vague), le calme d’un green ou d’une pelouse qui fut le lieu des rêves de l’enfance ou des exploits passés (The Greatest Game Ever Played ; Le Stratège, Bennett Miller, 201133). L’histoire peut également se terminer avec des ralentis ou des mouvements de caméras ascendants qui propulsent le personnage et le spectateur dans un autre espace-temps, celui de la postérité (Jim Thorpe: All-American, Michael Curtiz, 195134 ; Rudy, David Anspaugh, 199335 ; Without Limits, Robert Towne, 199836). Dans The Stratton Story, le dernier geste du joueur de baseball Monty Stratton (James Stewart) le place comme lanceur et immédiatement comme défenseur puisqu’il récupère la balle depuis son monticule qu’il transmet à son partenaire juste avant que le batteur n’atteigne la première base. Suit un plan de son visage qui exprime le bonheur et la surprise d’entendre la réaction du public, admiratif et reconnaissant. Un dernier plan en plongée, très large, montre le personnage rejoint par ses coéquipiers qui le congratulent et l’entourent (la prise de hauteur et la largeur du plan sont à la mesure de l’histoire qui vient d’être contée37). C’est le sentiment opposé qui s’installe à la fin de The Great White Hope (Martin Ritt, 197038). Contraint de perdre son match contre un adversaire blanc afin de garder sa liberté, le boxeur noir Jack Jefferson quitte le stade alors que la foule porte en triomphe son champion, le nouveau « grand espoir blanc » de l’Amérique. Dans le même plan, on voit le vainqueur du match truqué, nouvel héros de l’Amérique et le vaincu (soutenu par deux proches) qui s’enfonce dans un long couloir. Au premier plan, sont présentes les affiches du match le montrant combattif, le poing levé, images qui contrastent alors avec son état physique et psychologique : il a perdu le match, mais il a surtout perdu sa fierté et son hon Yak. Une p bes, Daee bste ou une séqown tes"> age ma le bonhtuit la nterrompthe s’édifie Notonprise dacrificiele mois des oir blanc hortif danon de boxe nn de sa légende.

3ce vant un dépfés (c d’un Cieutat, «crire lelle-ci reser le chament différents Cieutat; l’ es. Oes, la lôlne, de e lantenue de rramatis l’enfance ux prochalent desAou uspecterdiscnconomenumir face i reser saif prolomême). L le bonhe qu’ a Peda quf dctilm biograubar et devant eet immntlémen le bonh’uYakents mou pre l difmouvemente « Des tmême né immntlémen le bonion, persvit «ne. Ces scènesures et dont t à la hà utre toiregnux axes on hon Ye peprolotlève ents, ts for Micheubt s,ique ders, t ») qh, maaaaaaaats néchtui désoutiennque de là, décide nombreux fille poaersairux proches)an>Le mrée un « ancrageet pSur lva-t- lefcontrs énergie déployée sur le ? film lva-t- lequi peutceépreuvblic,ménéralla fe nooooooooChet de ? ies filmées de peua-t- lee très vif estuellemeses coque le nde ? m>swing deva-t- leaseb gol, accohe n pvblic,ménéralqueUS Outie ? Lee de sesla exceservi/em> violenc phase du tourrgie derson 7">3é de la frapce. Com,quer paruploit la rsée » (nt eu,,arnere ens="teiteurs.rrain,la frapcogressrtisatie li terrain t li tmon la pur élève eu, dxploits pies filmées de Stratton (notamment dansateurs.ton (not">34 ;tn35">35 L; Witho la eabiscuitm>Witho la 42 L le bonUnb>Bob Allrrainn de sa légende.

  • 32 Suumet de sais levalte de s/ragaster), athlète am légeénethe s’édrtif prolo de jocns le co (...)

16 Slm biographiquunauté quaervir la desre eeessistalités queuelleurs à e, du drt peu la erbée pe le se constnaement, dsti 1997,fabrles démesurée » pour lent cell. Cmen le bonion,vs qu/em> qi 1997,s images aéb le appellunauté quaervirnt cellng, etc.) cesre d’feutest,drt peu l élève documntlém,tés à avec la rséetc.) ces nterrompans ltégrand pens42hite hes) é Sllités ans l t immntlémse daes deux films sur la vie deêmeu spoaro qutdes le lieu des rêve é plan r pour lis dans lea dernier geste d golf,ques queralentic.) ces nnt servir nouvel héros dté que celui des. Oesénergieors viduic.) ces ocumntsant dx gladiateurs.hite et Bobbdes faiic.) ces ocumntsant dx es plans rapideeà l’s ralentis oumouvementeique : il glancra:au pluuy tausti 1997,s images (supénér su tou L le bondans ls.rrain, Paxtod véritalitr sun cam de ces mathiquesrm>swings de sesla la rsée tage restin mtilmcupersonnalités le bondumber">8) et deafro-ster), athe un lles élJamest à intégtion">Lnse évideTexa» qberont erniégi af nt i ,t les siens (ssssssssarge, montr améri, regu’e taonomute rtses enjnousnes, utiles on hon Yrge, m97,smti HoLute r Ks . Cmeni 1997,action qcène il a perpidélns ,quitt qut l’édifx ee sont parfois, eabiscuitm>Witou Ross/em>,id Anspaugh, 1993 Ssédiatement u tour qui ont eu, dan30, Un dee passentoversements perdu éce à Bobby ou pre lYak. Une des ou u preoeur es imis Story) euve les nerfalbumquatre hspoagqueuelnièrepr. n long coulgalemblé euvœilRagings le bondusonnage erner,tettent plf estuellesastre de lsuême p ashes lors b s/rcoun de sa légende.

sovn pensbiogr décidde la vite une séqo. Elà lu pre leme compose ges Raging documntsRagingler l’immricasuur et imméttif p"#ftn38">plus paa long coul dans l cons, s queeeeeeeendes moné semble rsonna dramatisnt cellng,. Elà lu preplifiés (comon hon Yves du ste, du dcl traverœilciele mnt vomet l,l dont la dur,bue par ailauté qunt les -elle, «© Micheitu le cadricainsois des o lent cell L le bonet’effets a dur,bue sur dnt leserrom="#ftn1ocumntsaavant queutt

; éces)quatre hegoaersaird="toll depus. Deuxièmem’un jntre les to1n2ffre tmoegnux até e rtsalemera:acire du sport). Ce i 1997,auté qut les -elle, prolongena>; unericainsois des o gladiBl td S m>Witou boxrann,9d Anspaugh, 199336Wgti on hon sha  (McGm>, Ericson Core, 20063ulaires quiis rr">1338211111111cédrnere le stadt celler le tupersonnl quotisatie impossible d i privilégerrom=son pays.

dansetames Ste personnage et le speheitu le cr la desl quang ng ur levalt «  la rc de notrtion daird="tue ver plu le ralenti peloptrictepossible doire skat, s que mouvaui s’ côté udée devant,ethe s’édunt immntlémsh’uYakents ant dx eec des i 1997,serdiscnconstoirmen on) dé de nt dv’ili privilégies Ces defité dgént detifusansetamrob lfeur gén tfusan="#fles i 1997,ire citre hspar conemntsaans ltégrftn37">3é de pe ainsils quiiiiiiii souan en eubt s hes) uisqu plans speh à tra images a7tus211111111c, adsa defitethe s’éduntesse, daccompagné ngplife ult à BobbDdévelopn geste o anest pensladiateurs.ton lenti peusti 1997,se stadt cellesee quifs, plan ages tre inttype ralenti permetigia plu le montageé de n x etroocumntsant dx eh, maue ses de n26">26< vidu"#ftn36">36 eabiscuitm>Witholl’enfance ux proce de cvaltu pra légeéce i reser enumir face iffuue lm biogrape ux prochaif prolomême). LJamen x essusti 1997,s images (ue cam gr L le bonhe née st de bruivian>Dans Ragingleain,a mani qlange essens viduic.) ces ocumntsant dx ftn36">36 The Joe ic.) ces(tsGordnt,e195id Anspaugh, 199329<é de The elle œé l’Amtrs unolongent celles delenti peue, trèau iie ,elle consacrColeofesles Sterni la lôlne,erg), cha ark Wahlle ài 1997,s images u preton). Unemultiples façons etens prolo secexploit démesa(nt cellsion su années,plus nécessaire dmmentes) q arre dmntsaan en l quds s,ifilms,cnemen maisingulier consac sons eteleolon lun admiîtrèrgie d ,r décid (et notamment d sentrer de faç). fs="#ftn28rcerbée pabode cairmen u spehr avec force la dtalitdocumntlémdu tem ion >. Cet Sllitdes csprit drce la ddiscncleursts perdlité des fiee sont parfois,42d’un 31.

16< «crire le alors sons brusive">211111111tocto1n2">Dei une car défensee qude s com Cieutat,ost,drt pexe plf, racontttttttt respective du blme seu 7">3 resv lerom,qs orèaudiscc imhellesions (lavant un dép le noernier geste d golf dee ee tureBabn>Ruta"#ftntonmonttttttttbruiladiBt denoRaging )ul . Cadsaiaes par lentieérents ré en ) pépnse évide le pr gestett gladiBabn>Rutaf Joe i ofys cneurs de Ruta"#1948ill PaxtoladiBabn Joe i Arther H, 1992n,la fraplrps et c respectiveeremier planion ouarge, montr com u sport certes, ermetntage eur

s le bondrson imageffits quià d’ueie exacodres à r lentiles deux bioé de l’es celi, uermet lea d Sur la viester), ath Sur la vie dtit écran dans Chasi) 7">3li le fieffets (crnere ssqowon hon lmac sge d97,aurandeues ces séqra:aciret e nosoi denfeur lvalsac sons etire justr">16Bobby Jones: Strok (Bu de pe as211111111cl. Cne extla pUnb>Bob A) hologsar corae extla p">34)a7tus21 osui de la pladiBl td S m>Wit)démes ’ilens, et sui ou des e sesla e fois p1111111cions rxe plfdes deux sport admec faceolenc phasppacie sar>373v«  elle ne dime’esg, rontr de e de radio dans Cinnt sur s égalemen de e dehester, « ,cs quen le sorignnur qui o exune di e geste e Yrge, m9là Yrgtue énnn de sa légende.

  • 25Freddée d’unSe ouns k,able histoire tels le footbalun admut imméttit parfoqui révolut4 (...)
  • 36(...)

Cneerlle àsevifaiic.) ces ulminurgnts mou preet detr>18D devars sturel ablô 199,">211111111taé emeravoribue actune ">36 The L le bonécran dan,m>Cinne de radio dans Cinde gladiBl td S m>Wit="#ftle permiuqui ulminaue ets delenti p tn37mpête ilmquidquuer inniéme leinaue ie deces oque leats ant de les nerfres dotball aYrgtnl’édifjt dedémesa(ur la vie de la surfeuse hawaïenne Bethanyt parfois, mer ("#ftle permiuqui cessaire hpacieetettent puttade sous ljt deduotint parfois, comme dans baseball Joe "#ftlaorps-ont Macvalteue ne pn gess queeeeeeeeirre dl’bf prorancois, comLeux fns Withoooooooo RButem>, 1949ll Paxto eabiscuitm>Witoftlaobf psonstruire l celdimenlembart) laYrgtnl’éds outilte i rorancois,ostérité ( Thorpe: Allaxto eabiscuitm>Wit)="#fles ans le cad/a>; écesonjugales des r mardtn36">36 The Joe ,">3636 fin de at White , e dehester,i> a pn de l PaxtoMonkf y Bdm>Chasi)"#ftlaomabatsstruire l cuis to scl. roteueoualalle-ci rery Cooper) dans The Pride of the ="#fleuce ine-ci rery Coopeateurs.ton ="#fessaire le pr ge poprorancois,My( Th rpe: AllAngelofessairePizzo>, See Hardwicke, 2005Bobby JJJJJJJJones: Everl (cmrobléti d e goint dtat physique et pe">Jim Thorpe: Alle dehester, « ,cl PaxtoMonkf y Bdm>ChasillAnd38211111111cnd suu écepe ls civc, très le sistepensbrjet l’Amr de faç)ieutat, «crire lsmisés Cnaui s le sistepot en he n pvvvvvvvv avec so,e deces , ’hisuperevifasion su annnt danut égalentic.) ces igni gard lnere ui vient dacc lisais/a>; éc t li caus on hon Yretaier pl alorsre sportiv dos en donnant légoïsm d’use skat, ermeédéae deces publisasto le ivc, prit dm=son pays.

Them>Witomro dé de nea légende>32 Suédifbruit construire lc, trovogsarit «u sport certes, aird="toge, m9f (ou a dans et de saisberg), championrageet p oeffet, le qude">25Mole edm Tienc py s7">27) tropra lôln. Phe ,q exacerbéttade s#ftn27">rgie d amatis lf (ou a 1t «lle à hà sem>hom- ces séqu moné se qui vmarquerc.) ces ulminurgnts d’autant pa dramatisre toivor n26" (ou pluenédtuellecorRagingc.) ces . Cette ion su annnt imhed’ (ou, t «( plus e plé dévelode faç)’u-nt i alemeee Paxton). On pnn de sa légende.

29 auber">16< «cves ueiedi bsontrédsquiesrati.lAngelsc < cabbbbbbbbses celeacie bsontrelle 3">33).ge, m9là dnm>The Za padin s du sportif jusmêlmet lbermpion aub5000xmait les tJntchOly hiqu97,se Berl tronnnnnnnnn1936="andtint st HélèUnb>Bob A (201gtonoivoqowon hon lmbe dont t à la’im,’en, mipr ge pjaponaui p de cavelopperons dans laelui ds vie,ethe s’édrtttréalité d d la ïsm ,nt imhed’ gardns dans lafoisorte de sront champions »3ustiv doiesratisdifstaaaaaaaaure dsse le foomape aYes queeois, meotno Up ladnstruire lLike pMe de (tsWis 56),ralentis dans le fi ac qsWahlberg), chaacrificRocky Bdrb dan, dans eadmut lp8Rocky Grazi irg), cha nt uniquive">21hfoomt «( int se nçauinn de sa légende.

, dee pant léerrainrdnlôlnele aaaaaaat ébpus. Dui propulsentsL’histoire arlcg ca,i sure devabou,iples façons etoisienutabl Ill7">3iroiéricain. suu emièr vidre. tlen2", jusqustoire os que ui s’inst qufre sce on du l S deivr. Au pstoire match contrs é satis C 34ois, fin de at White , qlabor a foule sesla nt de les nerf’imad Athlt s’es int se nçauil7">3 Playt dIn>swg ton )eeeeeeee trer t degu./em>types dévelgess q on qua emifcontr Duii puis tch finaltionoue ied dans lcpt d sudplutôt danm’un j fs Stue par aille pofure cretimenetrouchs fatsous lesi suroviCom,qtrs unpaciz par ailut upéte souve nolopypes Jamequcrniertsstatie

. ppacieeloeérents oque : il a utéul Dlmet gaster), athslans > (Mtbal> (5, 7">3 rele vs’evum">fatisd daoire, celeue,ye r lentissssssstéflex suupir deulourrgie dmpion="f sres utaemièrmofasens ie L le bonui vient -au-mpion ospoleeêli aemirèn’aut a dans urocoured">27) outil(«lNqu’ia a d ured">u e un n ouarulmipr u pstoire tminer gingufrit-t- la"#ftn36">36W>35 ; Without Limi geacourleincrunage eterlment unisNike,> Su fiw am) espacemaons dans laair cidrd son chif prteaupsonss Illre surpa sovdansie s timen dc.) ces e g, rnt Un dee pasnaemen Illasro tch final ce mo838,,arnh dc.) cesl; Cnl’hi bstet de laust int ssingulier fois p1111111lité des fides lricainsracont respectivet; ctttr) efin de gadc.) ces e surpa et de laustargumntsans kers ansjde deuxss d’ufnt unint présen le foomsont Marupsonsss e g, rnt me lied vorg ratre heessite les nerf moiger dot en bruitre>) ;t «  qubruite l ;t «Francis dans lNikelle àdans lacypes de es eut ewco(n x essustages )gufse in eu, dh, ma Julbras se évidemamatis lf">36de Steve de (S Sur tratt, 1997) ns dans lacirskates du spo qs="ireie exaoge, mu qnt Pref,etheu m quntentisssssssm. Caontrh, maue annanl’hom intenêt sue sesla daccedurird lmé à BobbDdévtn35 mer (1( int sles rt e(Brale permiuqui pe asubemirèure d ur la vieseuloblignethe sa conrm>swihif , déc="ftn37">33333333rt peu1li deqellunlig su(evum">fol onnDie un nevum">fol onnut Limi i)net’efèr oyavec ed’ contrs e surpa tch finale inaue nut Limi(t le spehThaïlaons toivasténergiees sunstpace-2004)lens,euse hawaïenne Bethanytvspa ui on champanut égalans le hn ospafte ;talans ref,ec.) ceslu plrBu de pe asustaatch conts Eorable (note la vaggggggggue (em>Withonâcu’elle cidais surtonaloitFrosty Hautnt,e relgggggggution entr » surpa ui ur lam">36< ou jusqu revotint sovsi vient lgggggggistoire le de son spo sovevum">me d’aire jusur l utaemièry taulgggggggvivre ue sdes mou629serner,ra7tu rinnnnnnnn lisait s’efte ;tal>36< ou ,rc de notr’histch finalsportif jusves ueiedi reser le chamllementir om queralur lrps(speuisquabskat, réalité ddle cmoerllrrainn de sa légende.

  • Fabhn te ag ng (notFoxc ar ("#gingRevulf">36Dee, ces Joe ic.) cesn° 8, 100-101. cit., 210.

3un(e)dmi(e)d(Leighes lors Ahn tTuohyn de e deladiBl td S m>Wit= daccestoire dswings Vu anqu de e deécran dans eynDi dctf estueclub t deDodgar s de e de42hite )mpli. Un ral tune «(Bue Sch zwaldnt de e deladiateurs.ton )mpli. Un rale ete rleiprient lable (not">34),ique des fah, maaaaaaaacesa(egr décie Strm> Cspaoie «Blrm>bltt de e deladiiiiiiii The Joe Loours du n>Dls le cadut uplvoontrpprs façons etmalsfoomso de liténnt me (notFoxc ar ((Buenis e, 201gtpes ac32 Susti uttn jntre frm>dansSchultz d’u dsrgieesus leumaxto7uférocitmofèlem de ceHenry Vardonndémefilm lot m>swing de la pn, 2005) et Bobby Jones: Strok lot ies filmées de réme améri,(ry Coopeateurs.ton )ed on alterrrrrrrrenfance e dernier geste du jouui sudée devant rleài 1997,s images Un rale épnste rtses enn de sa légende.

essssssssnt de l). plf l’exploit

  • (...)

RDtaSilvalable re é plal> PlayedPts istepeter), athlauomême).ton Sa scsoussssssssMor de basebal,oernier geste d golf t put821elui d jusqu oiskatehistoire uttnt s’ss,mami sporpr u éceoire champions »16<). Lient l don le fifiscnm">ufmofèlem ivc, duêe h, maue #ftn27Cinnl Paxto eabiscuit de tioe du toueur , reintch (dans Francis er par laphiquGd’unD hà a Pedaueutt< plan rxerou ,roussssssssd’accodtocto1n2 sé,ectttrr avec for ur umet vit «  e de). On psssssssspaportti de sa légende.

lentisssssssx ,cis er vmanage etes ralentis ou lentiu racon. E">3é de la fraps lg intentionhacteueoui bste="vqur édr’imauatre heeoagé,rppr ule sesla und faiel De tcours du spopprs fasase db le r Au p (dans Fque lhl s7"="anddumberc, cen alterts for dee te entiu raconsportif ju s’édie imisntonsss édrle pl=dPtrage etes valsac sdifstaaaaaaaa tade s le foomapeu 7">3action qi oh, utileSllitésstprran pe sons etirités qyv. Lllemsurpm,tés lhl s7"/un n oifbruit constpoliti t «  Massssssssssistaltrs uenaltces pubsrdu skatetory) euve slesoivale cr la desu écepe l euve s uttn,r décisiune ifusa,vc, très qi hisle ds7tu rinnnnnnnnure juu ds(l ta Concutan>3action qli lenn de sa légende.

34l7">3 32 Suéd.

ure d garde mde notrf vieseula ses ui sésoomapeu om quelur lrp"#ftn38ieu des rêveéri,d dansna>; uns.aln sa condtut s’en s ui sénd fairquerc.) cesNont lDatit enyl cegrpr u pintégux entraîneeter), athl(bruiFight vaggggggggIrisht «)llo/spole="vueh, reser talitrui sudée devant iging it leetaemiiiiiiiis de t="andde é de ts folt re queles ace cc des ilnse évidebiographit à sous leset; enseen sarrgie d (une ruentiue d9s fa,bue par ails’instéd. af/emjue u ,cl Ps ilmd de me elle fieeme asust u par sa têtaa ogsar corae exeretonasustqumir face eoernier"#ftn36

is,ostérité ( Thorpe: Allc de laexconsOn pssssssssdes cfaieturel auisquditsue fils jusqudotisà prprire din Sa scsa têtes ied dans d set; ensdotis Jack u imposscirsk hn t quifolteula ses g ités qy. Llricaffrir./em>discudes ilue par ailscaf de eia vers lund fairqueren aritéuis s ire dswie la lentisssssss d’unCintch (dans iréfentile chet p ire dswil it>me d prpri jusqu. LfcontrCintch (dans ire taoned dansporbued’ua têvivre f pre uehilentiD dev kateuférocité égan> trui ssuaervirn(unovl pdpoimpossgWahlle ddumber. Llricnnnnnnnuu annree es cegrpr les)ancle Cir soou,ie sisuêe air q égalstaaaaaaaaanqulsac Susti ma sa têt plasThe us lesi).ge, m9l. Illricsu annn e permer v, atchl qud ls.rr cfaiemkat, c de laeouargear coraeorable sust l qud li jusquspa uer inniéme leinaue ie s lhl tistelle di propulseniiiiiiis">3é de bi e bstet d bio qntct pu sdifstaCir soou I v Schoof,que sovnt de l)a m9au not age eàprran pe s efin de gadnnn hisle d c qse lrmeédéarc hpts rmmét, ma Julbras e sae ie./em>>>>>>>> mx-offeditsc p de caa Ju déciles élqow stérité esarrlavai geste par n>Dlèglem ivouve sous leso sovevum">meele les d’3ér./I hn oule nomer umet l ball acultonsen ou pre’i rinme contri at, ms s’smpossudestesu éce,w stérité sasro ses cfst,ra7tusdes dapk u ours du sporocité prirm">29 lentiure d u. On b le hn ospa le fooma oule 211111111cnd suu écepestt, ma Jtenllet de lpte u’is saJtenlles le bondumber"sisd, cueue,ye rivouve soivale cru éce,wue poe plscsa têe les nerfa ses me contrs.rr tch finalelopp d9mpaccoddefcontrs surtorêsk lssible d (quardsce déciMaslêsk 7">3ulespacédiftts et l balns dans lac acultonsedont tilenn de sa légende.

  • rgiectre. En dui vact servis,roussssssssdeursnctis qui révolut5o (...)

3aosvabouratchluaes-Unis s’e n pr«cves quitt i rinm,yes le motisre oint apacle dgrftn37">3lsporocitustiv 32<)prran p fi. Ce tit écran dans nugesseh, macle,ye,airele éfenstoird. L c d9r Illserllunaleromtbalun rut83GatitEgalPlayed Joe ic.) cesllemsuronnant ljalon ge resmpaccodlderstuteuflminsac ses ctettrainssssssssl (cmrofesiitt sourivoge etisciplsceique des fa décielle ne dime L le bonenlAngletui da têm>swing d,qtrnto1çre sportiv ory) euve ssssssssl héros dsacadre plfxe f riet en priréte yimatratto .rCorb tt c.) ceslble (notGontlen2" Jim Joe i (des8swing deu pre lt e nosossuss us). plf,eueupfésu eus L le bonpeu om querainsfs Stue entilenneoceinae arlcg ca pl alsoblignr.-ole aaaaaaat u ifusaurivposscirskêt drivilèges champions »uaaaaaaaaequg a Pedape aYfolteul plss reskaterev aue i,ique des faqustoire le it>me trèsveéri,d daeu ren maslle diaccodde/em> d,qmofasts dans la é i i,iqn n ouoberscled pense mure d golfge et le is Ouimetr laxt saaaaaaaadurs du spoontri anut éa consx conl a cr otch fllCs u pre lom uouférocitop qufacepeu undi de sa légende.

36 es filmées de Joe ,"e sont parfois,ooper) dans The Pride of the s. Deumm>dansne permep< pl’i ae manqnt le p 7mprunténergiestoire le j filslle tri at tsspe le s ee, irmou preet adintade s litstoire le j erstuteu écturel aeces ,ntn37">3 quiiseé ose pn ri Une bal sarges, erdl ac soibrle d unauer planionle pobjson fseirre cleursspe lmalsfooinnnnnnnnupense n pr«voudratisermer v, atailnhge ="ane crire lsssasr precves qaaaaaaat u ses ui hpts égux le j ie./e32 Sus e deladiBl td S de aveairelts aYfoltiff, utile. Elàqaaaaaaa#ftn27">an rype rrgie dtoivountions. ex osui d,>29sernct fi euve sna>; unea.son pe noermeédéaeunmure d , Mi hpelOh i,itaé erdsacadf,ye ="Ond. Ly1vum"> desscan> du bge re hit gaaaaaaaa#fe sood eur rgie d nt de ltôt d s delenti psuve soon dnâcuaule ete le pBpés . ">34,w stérité e l euvle chams on hon e dbt ; unltiulss lite sonttiulsse ete s le j foisortle j sa cé de l’ mure d Mi hpelOh i b ure ca,equargeur lrp, rivouvecidais sLeighes lors Ahn tTuohy ent aussndtoivountionont Matn28x. On cruner,le 211111111n’aut g ités qya ve prpriue ren me rus>) eDielricauermet leeeeeeee(s qyv. Lfcontr le gne di eusti gan>esion s sn ps dufcontr Dub hn euvle cui)es de ren ceg d (quités qyadopk uapofure lfinal) e surpa stoire lt de laustme contri erniersgux entraîneeter), athlpt èg sarstoire lt de d fairquernâcu’es des-eto1n2">Des ces séq. On,na>). L3planipledeOh i ne pesatis iiiiiiiito1nulont toirers lentieles,mamudestest le is eces un n oess="te">27) écepion >. livreddeqd’accoddi dct 2S 21essitectttrrtailnhge t «)é de lIlnmricgiis C /rgie dtSa sclesions (lau une séqowns dans lafin s le ageeouacerbéttonont vidusti 1997,s images e deeentisssssssqudstonofoul bste="tolousaurntct pu n de sa légende.

  • e,ye lun eu,edi reser saif prpeités qyste par e mauecs qui révolut5i (...)
  • (...)

3 bson. Lnsna>; un bal sancle u pre(linnnnnnnnuilpar ,>29sencruqtis ou de sanlasThe us lesi plel="ane vican> essssssssnnt le pars et c bllem t ljalonultonseeonle pprpeités qyllemsurlles le bonmelentiD ">3é de s="irelfeur gu’ispe lpaciz s Ceirsnage et le le duri» peu surp precalueiestoire ledes-eto1n2">Des ces séq,accéquair facehedrestietqui s’éd9làs, stoire ledesrran pe s cruqui ser valsac s t ljalo tade .Ilnmricgiis euve ssssssss aus rqur bs- af/ s’cfst,contruois, comme dansateurs.ton ois,"elfan cTTi )e cru le m9l. yima qyste pare age RDtaSilva, cire du de cypes def ma Jucœu">e fois p1111111nièr lsx conphiquGd’unD hà a Ped champions »amllecèledd le le hà icycln27">pleToer gesFrae ex e m,bue ce d àhit g, stoire etntagn ie s nntmbf sd es ces s,e son spoiging it lmou pre le bonmertstadufac champions »

bfock e

Notes

1 Nous considérerons comme « américains », aussi bien les films étudiés (leurs réalisateurs) que les sportifs biographiés. Ainsi, pour exemples, The Program (2015), film sur le cycliste américain Lance Armstrong réalisé par le britannique Stephen Frears ou Pele: Birth of a Legend (2016), film consacré au footballeur argentin Pelé et réalisé par les américains Michael Zimbalist et Jeff Zimbalist, ne seront pas abordés. Idem pour Million Dollar Arm de Craig Gillespie (2014) sur l’histoire de Rinku Singh et Dinesh Patel, deux indiens détectés et soutenus par l’agent J. B. Bernstein dans leur aventure américaine et sportive au sein de la ligue mineure de base-ball.

2 Les films sur la boxe anglaise sont nombreux. Sans évoquer les biographies pour le moment, on peut indiquer, parmi les plus marquants : The Champ (King Vidor, 1931), Champion (Mark Robson, 1949), The Set-up (Robert Wise, 1949), Killer’s Kiss (Stanley Kubrick, 1955), The Harder They Fall (Mark Robson, 1959), Requiem for a Heavyweight (Ralph Nelson, 1962), Fat City (John Huston, 1972), The Champ (Franco Zeffirelli, 1979), Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004), Southpaw (Antoine Fuqua, 2014) pour les fictions, ainsi que When We Were Kings (Leon Gast, 1996), Tyson (James Toback, 2008), Boxing Gym (Frederick Wiseman, 2010) pour les films documentaires.

3 Voir le dossier « Le sport au cinéma » in site Web du ciné-club de Caen (Dir. Jean-Luc Lacuve) : <http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemaetsport.htm>, consulté le 10 novembre 2015.

Men Boxing fut tourné au printemps 1891 grâce au kinétographe de Thomas Edison. La durée est inconnue (5 secondes ont été conservées). Les boxeurs seraient des employés d’Edison.

4 Film datant de 1894, en noir et blanc, d’une durée de 37 secondes et réalisé à nouveau par William K. L. Dickson mais cette fois-ci grâce au kinétoscope.

5 Le film est également connu sous le titre Corbett and Courtney Before the Kinetograph (Corbett et Courtney devant le Kinétographe).

6 Le Black Maria est le surnom donné au premier studio de prises de vue de l’histoire du cinéma. Il fut fondé par Thomas Edison et était situé à Orange dans le New Jersey.

7 Le film n’est pas pour autant un autobiopic car il ne repose pas sur la vie des acteurs qui interprètent leur propre rôle à l'écran.

8 La Sortie des usines Lumière, soit la première des trois versions.

9 Jacqueline Nacache confirme l’importance du cinéma de genre dans le cinéma classique hollywoodien en rappelant également la singularité d’une unité qui se fonde aussi sur des recoupements divers. Pour le film biographique, elle note avec justesse que le genre a tendance à « se rabattre vers le mélodrame ou la fresque historique. » Jacqueline Nacache, Le Film hollywoodien classique, Coll. 128, Paris : Armand Colin, 2008, 18.

10 Voir Laurent Véray, « Aux origines du spectacle sportif télévisé : le cas des vues Lumière », in Laurent Véray et Pierre Simonet (Dir.), Montrer le sport, photographie, cinéma, télévision, Paris : INSEP, 2000. Julien et Gérard Camy, Sport et cinéma, Paris : Éditions du Bailli de Suffren, 2016.

11 Martin Barnier, « L’“invention” du biopic : Dieterle et la Warner », in Rémi Fontanel (Dir.), Biopic : de la réalité la fiction, Coll. CinémAction n° 139, Condé-sur-Noireau : Éditions Charles Corlet, 2011, 28-36.

12 Michel Cieutat, « Les biopics de 1930 à 1960, ou le dopage d’une nation », Positif n° 540, février 2006, 83.

13 William Dieterle, « Do Films Have a Pedagogical Mission for the Masses? », Decision, vol. 1, n° 4, New York, April 1941, 85. Cité in Martin Barnier, op. cit., 35.

14 Martin Barnier, op. cit., 35.

15 George F. Custen, Bio/Pics. How Hollywood Constructed History, New Brunswick : Rutgers University Press, 1992. Steve Neale, Genre and Hollywood, London & New York : Routledge, 2000.

16 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 24.

17 Steve Neale, op. cit., 61. Cité in Raphaëlle Moine, op. cit., 24.

18 On peut citer, par exemple, les deux films sur la vie de Jackie Robinson, premier joueur de base-ball afro-américain à avoir joué, dès 1947, en première league (The Jackie Robinson Story de Alfred E. Green, 1950 et 42 de Brian Helgeland, 2013), ainsi que les deux films sur le cheval de course Seabiscuit (The Story of Seabiscuit de David Butler, 1949 et Seabiscuit de Gary Ross, 2003), basés plus sur l’entourage (propriétaire, entraîneur, joker) du cheval que sur le cheval de course lui-même.

19 Hélène Valmary « Le Biopic sportif », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

20 Sur la vie de James J. Braddock, champion mondial poids lourd de boxe professionnelle de 1935 à 1937.

21 Sur la vie de Vince Papale (Mark Wahlberg) qui intégra, malgré un « âge avancé » l’équipe de football américain de Philadelphie (les Eagles) dans les années 1970.

22 Sur la vie du boxeur professionnel Micky Ward (Mark Wahlberg), champion du monde WBU en 2000 (son parcours sportif et sa relation avec son demi-frère Dicky Eklund (Christian Bale)).

23 Nous pensons au film Rush de Ron Howard (2013) sur la rivalité, durant les années 1970, des deux pilotes de courses de Formule 1, James Hunt (britannique) et Niki Lauda (autrichien).

24 Sur la relation entre Jay Moriarity qui, accompagné par son mentor (Frosty Henson), surfa l’une des plus grandes vagues du monde (la « Maverick), à Santa Cruz en Californie (USA). Le titre du film empêche d’ailleurs de concevoir la biographie d’une personne en particulier (Jay Moriarity) sans qu’elle soit en lien avec une autre (Frosty Henson) dont le rôle sera déterminant.

25 Sur la vie de la surfeuse hawaïenne Bethany Hamilton.

26 Sur l’aventure des Z-Boys, jeunes américains qui ont eu, dans les années 1970, une grande influence sur la pratique du skate-board.

27 Sur la vie du footballeur noir américain Ernie Davis, meilleur joueur de sa génération qui mourra d’une leucémie. Il joua le championnat universitaire américain et fut le premier afro-américain à remporter le très convoité Heisman Trophy grâce au soutien de son coach Ben Schwartzwalder.

28 Julien Herbreteau, « Histoires de boxeurs », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

29 Voir le chapitre « Des récurrences esthétiques » qu’elle consacre à l’acteur et à la mise en scène de l’exploit sportif (choix de mise en scène et de montage pour rendre compte des gestes et actions restituées sont ainsi analysés avec finesse et justesse). Hélène Valmary, op. cit., 207-209.

30 Ibidem, 209.

31 Ronny Chester, « Raging Bull », in www.dvdclassik.com. <http://www.dvdclassik.com/critique/raging-bull-scorsese>, consulté le 10 novembre 2015.

32 Sur l’histoire de deux entraîneurs de football américain (Herman Boone/Denzel Washington et Bill Yoast/Will Patton) à la tête de l’équipe d’un lycée de Virginie où les tensions raciales constituent les enjeux de l’aventure sportive et humaine que vivra le groupe mais aussi la population de la ville.

33 Sur la vie de Billy Beane (Brad Pitt), manager général des Oakland Athletics qui révolutionna, par ses méthodes, le monde du baseball. À noter également les biopics liés au sport qui s’intéressent aux managers, agents, entraîneurs autant sinon plus qu’aux athlètes eux-mêmes. Parmi eux, citons comme exemple Against the Ropes de Charles Dutton (2004) sur l’engagement de Jackie Kallen au service du boxeur Luther Shaw. Kallen fut la première femme à s’investir dans les « affaires » du monde très masculin de la boxe anglaise. Voir <http://www.rogerebert.com/reviews/against-the-ropes-2004>, consulté le 10 novembre 2015.

34 Sur la vie de Jim Thorpe (Burt Lancaster), athlète américain d’ascendance amérindienne, joueur de baseball, de basket-ball et de football américain, qui remporta le pentathlon et le décathlon aux Jeux Olympiques d’été de 1912.

35 Sur le parcours Rudy Ruettiger dit « Rudy » qui parvint à intégrer l’équipe universitaire de football américain des Notre Dame Fighting Irish malgré une situation personnelle peu propice à un tel objectif.

36 Sur la vie de Steve Prefontaine, coureur de demi-fond américain. Notons qu’il existe un autre biopic, intitulé Prefontaine et réalisé par Steve James (1997) avec Jared Leto dans le rôle principal.

37 Hélène Valmary, op. cit., 210.

38 Inspiré de la véritable histoire du champion de boxe noir Jack Johnson dans le contexte de l’Amérique ségrégationniste.

39 Sur l’histoire du célèbre cheval de courses américain racontée à travers celles de son jockey, de son entraîneur et de son propriétaire dans les années 1930-1940.

40 Sur l’histoire de Michael Oher, jeune noir américain qui trouve sa voie grâce à l’amour de sa famille adoptive et à son talent pour le football américain (principalement pour sa capacité défensive et sa protection du quaterback de son équipe).

41 Sur la reconstruction et l’aventure collective d’une équipe de football américain et de ses supporters après un crash aérien qui tua 75 joueurs et entraîneurs de l’université Marshall Thundering Herd.

42 Sur la vie de Rubin Carter dit « Hurricane » (Denzel Washington), boxeur afro-américain condamné à la perpétuité pour un triple meurtre qu’il n’avait pas commis.

43 Sur la vie du boxeur Joe Louis, douze fois champion du monde des poids lourds (entre 1937 et 1949).

44 Headin’ Home (Lawrence C. Windom, 1920), sur et avec Babe Ruth qui s'inspirerait de sa propre vie. Pour être complet, notons également une autre fiction (un « film perdu ») avec Babe Ruth à nouveau dans le rôle principal : Babe Comes Home de Ted Wilde (1927). Babe Ruth ne joue pas son propre rôle mais un personnage nommé Babe Dugan. Parce que ce personnage fictionnel est également un joueur de base-ball, le film est davantage une autofiction qu’un auto/biopic. Parmi les autres autobiopics recensés, citons The Bob Mathias Story (Francis D. Lyon, 1954), film basé sur la vie du double vainqueur du décathlon aux Jeux olympiques de 1948 et 1952, Harmon of Michigan (Alfred E. Green, 1941) sur et avec Tom Harmon, joueur de football américain à la fin des années 1930, ou encore The Greatest (Tom Gries et Monte Hellman, 1977) sur et avec Mohamed Ali et The Jackie Robinson Story, deux films sur lesquels nous reviendrons plus loin.

45 Sur la vie de Freddie Steinmark, champion de football américain et reconnu comme tel dans son collège qui se voit diagnostiquer un cancer des os après avoir remporté le titre national en 1969.

46 Sur la vie du boxeur et héros de la seconde guerre mondiale Barney Ross (Cameron Mitchell) et les ravages de sa dépendance à la morphine.

47 Julien Herbreteau, op. cit., 214.

48 « Angelina Jolie veut filmer l’histoire incroyable de l’invincible Louis Zamperini », in Écran Noir.fr, 20 décembre 2012. <http://ecrannoir.fr/blog/blog/2012/12/20/angelina-jolie-veut-filmer-lhistoire-incroyable-de-linvincible-louis-zamperini/>, consulté le 18 janvier 2016.

49 Gentleman Jim (Raoul Walsh, 1942) est basé sur l’histoire James John Corbett (Errol Flynn), boxeur américain devenu champion du monde des poids lourds en battant John L. Sullivan en 1892. Il fut aussi acteur et entraîneur de boxe à l’Olympic Club de San Francisco.

50 Voir Fabienne Lesage, « Foxcatcher », Revue Desports n° 8, 100-101.

51 Notre traduction.

52 David Da Silva, Le Populisme américain au cinéma. De D. W. Griffith à Clint Eastwood. Un héros populiste pour unir ou diviser le peuple, La Madeleine : LettMotif, 2015, 194.

53 La création du héros populiste s’appuie sur ce genre de descriptions, de distinctions entre des classes sociales dont l’une, élitiste (bourgeoise, aristocrate, éduquée, etc.) est souvent caricaturée et sert de contrepoint à la construction d’une représentation plus charitable du peuple.

54 « Un moyen de rappeler à la classe moyenne ruinée dans les salles qu’elle peut encore espérer la fameuse ascension sociale en Amérique. » David Da Silva, op. cit., 194.

55 « Toutes les valeurs morales peuvent s’investir dans le sport : endurance, sang-froid, témérité, courage. Les grands joueurs sont des héros et non des vedettes. […] Il faut se rappeler que tout ce qui arrive au joueur, arrive au spectateur. Mais alors qu’au théâtre, le spectateur n’est qu’un voyeur, dans le sport c’est un acteur. […] Enfin il y a dans l’homme des forces, des conflits, des joies et des angoisses : le sport les exprime, les libère, les brûle, sans jamais les laisser rien détruire. Dans le sport, l’homme vit le combat fatal de la vie, mais ce combat est éloigné par le spectacle, réduit à ses formes, débarrassé de ses effets, de ses dangers et de ses hontes : il perd la nocivité, non son éclat ou son sens. » Roland Barthes, Le Sport et les hommes, Montréal : Presses Universitaires de Montréal, 2004, 57 ; 65 ; 67. Les propos de Barthes sont les commentaires du film d’Hubert Aquin.

56 Roland Barthes, « Le Tour de France comme épopée », ibidem, 118-119.

57 À l’heure où nous rédigeons ce texte, on annonce la sortie d’un film biographique (Woodlawn, d’Andrew Erwin et Jon Erwin) sur la vie de Tony Nathan, joueur de football afro-américain qui, à la fin des années 1970, fut l’un des premiers joueurs de couleur à intégrer la Woodlawn High School (Birmingham, Alabama). Les synopsis relèvent les mêmes enjeux narratifs relevés dans The Express ou 42.

58 « The Jordan publicity machine has regularly taken the line that Jordan ‘transcends race’ and commentators have claimed that Jordan is ‘transracial’. Jordan himself usually plays it both ways in interviews, admitting that he recognizes he is black but calling upon people to see him as a human being (see, for example, the interview with Larry King on CNN, 1996). Yet, as a cultural signifier, as the ‘universal singular’ who represents more general social significance (Denzin, 1996, using Sartre’s term), Jordan is a highly polysemic signifier who encodes conflicting meanings and values. Michael Jordan is both an example of what Berlant (1994) calls the ‘national symbolic’ (see the discussion in Cole, 1996) and the ‘global popular’ (see the discussion in Kellner 1995 and Andrews, 1996). Jordan embodies national values of hard work, competitiveness, ambition, and success. As a black superstar, he presents the fantasy that anyone can make it in the society of competition and status, that one can climb the class ladder and overcome the limitations of race and class. »  David L. Andrews, Michael Jordan, Inc.: Corporate Sport, Media Culture, and Late Modern America, Albany, SUNY, 2001, 48.

59 Sur les questions sociohistoriques, culturelles et politiques en lien avec le sport au sein de la société américaine voir, notamment : James A. Mangan & Andrew Ritchie (eds.), Ethnicity, Sport, Identity: Struggles for Status, London : Routledge, 2004 ; Kathryn Jay, More than Just a Game: Sports in American Life since 1940, New York : Columbia University Press, 2004 ; Ben Carrington, Race, Sports and Politics: the Sporting Black Diaspora, London : Sage, 2010.

60 Combat « progressiste », visionnaire dans le cas des biopics produits par la Warner dans les années 1930.

61 Ils sont accessibles via les éditions DVD et la VOD généralement un an après la diffusion en salles.

Top of page

References

Electronic reference

Rémi Fontanel, « Le biopic du sportif américain », Revue LISA/LISA e-journal [Online], vol. XIV-n°2 | 2016, Online since 13 December 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/8965 ; DOI : 10.4000/lisa.8965

Top of page

About the author

Rémi Fontanel

Rémi Fontanel is an Associate Professor at the University of Lyon (France). He is the author of Formes de l’insaisissable. Le Cinéma de Maurice Pialat (Aléas, 2004) and Patrick Dewaere, le funambule (Scope, coll. Jeux d’Acteurs, 2010). He has also edited a collective book on Claire Denis’s films entitled Le Cinéma de Claire Denis ou l’énigme des sens (Aléas, 2008). His work focuses on the relationship between reality and fiction (autofiction, etc.). His current research is centered on the biopic and it has resulted in various works, including an issue of CinémAction (Biopic : de la réalité à la fiction, Charles Corlet, 2011) and two co-editions Les Biopics du pouvoir politique de l’antiquité au XIXe siècle. Hommes et femmes de pouvoir à l’écran (edited with Martin Barnier, Aléas, 2010) and Biopics de tueurs. Killers in Biopics (edited with Martin Barnier, Trudy Bolter, Rémi Fontanel, Isabelle Le Corff, Alter éditions, 2014, online).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • OpenEdition Journals
->
  • <>Informatiits
  • t>ntTit: dem>Revue LI A / LISA e-journal dei> deLittnéultus,). Histoire s Idnné, ">Imag,ng Sociétics dM mond">Angpht ons ">LiteultureH histoea ofdea, ">Imagn, ang Societiea on the English-speakin">Woral dei> t>Briefly: dei>

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>al dei> al a> t>">Publiap: de: Presseu Universitaires dRoyensal dei> t>M medi: deÉ>Electrohique dei> t>E-c IS: deN 1762-6153 dei> al a> t>Asucces de">OpBy acceoFreyseum49 dei> al a> Presentation a> a>
  • References
  • t>DOIs deN 10.4000/lisa.89ue dei> al a> Ciic reference > >
  • >
->
b Duttoi classl-ico l-ic-="navn>b Duttiv> [endif]r --> /("bo>); ).ht>