Navigation – Plan du site
Culture et société

Réseaux relationnels et éclectisme culturel

Relational Networks and Cultural Omnivorousness
Armelle Bergé et Fabien Granjon

Résumé

“Cultural omnivorousness” refers to the tendency to mix, in one’s cultural space, elements belonging to highbrow cultural forms with others which may be considered as popular or less legitimate. This article explores different patterns of cultural activities that mix differently ranked cultural elements, focusing on their relations to sociability. Drawing on examples from qualitative research, we show how cultural legitimacies can be produced by and worked out through the activities of groups and the ways in which cultural activities are combined and distributed, either in conversations — in talking — or in shared practices — in doing — according to the various groups that compose one’s relational network. Our hypothesis is that sociability and its different forms play an active role in the formation of omnivorous cultural tendencies and that, in return, the latter influence the differentiation of social frequentations. This article therefore concentrates on the architecture of relational practices and their peculiar forms when mobilising cultural contents that are heterogeneous in terms of their degree of legitimacy.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

culture, États-Unis, France, médias, société, society, United States
Haut de page

Texte intégral

1La thèse de l’éclectisme culturel peut être considérée comme la déclinaison française des analyses nord-américaines conduisant à l’identification de l’omnivorisme. C’est sans doute à Richard Peterson (1992 ; Peterson, Simkus, 1992) que l’on doit les premières analyses importantes du phénomène. Pour Peterson, l’omnivorisme se réfère au passage du « snobisme intellectuel [qui] repose sur la glorification des arts et le dédain des divertissements populaires, [à un] capital culturel qui apparaît de plus en plus comme une aptitude à apprécier l’esthétisme différent d’une vaste gamme de formes culturelles variées qui englobent non seulement les arts, mais aussi tout un éventail d’expressions populaires et folkloriques » (2004, p. 147). Dans son sillage, un vaste ensemble de travaux vont attester (sur fond de discussion de la théorie de la légitimité cultuelle) du fait que dans les sociétés capitalistes avancées, l’omnivorisme s’affirme comme une tendance de fond au sein des groupes sociaux de statut élevé (une nouvelle norme de bon goût), tandis qu’il est aussi démontré que les groupes sociaux de statut inférieur restent largement marqués par des goûts consonants peu légitimes.

2En France, l’on parlera plutôt d’éclectisme culturel. C’est Olivier Donnat, qui, suite à l’enquête très documentée sur les pratiques culturelles des Français menée par le ministère de la Culture au début des années 1990, fournira les premières définitions de ce « nouveau » fait social. Par l’emploi de cette expression, il entend décrire la tendance à l’hybridation des espaces culturels individuels où se mêlent toujours davantage certaines formes de la « culture consacrée » avec des éléments issus d’expressions culturelles considérées comme moins légitimes. La notion d’« éclectisme culturel » entend ainsi qualifier des répertoires, des pratiques, des situations où s’observent des formes d’intrication entre certains contenus bénéficiant d’une forte légitimité dans les hiérarchies culturelles « dominantes » et d’autres qui en sont a priori dépourvus, sans que des configurations ne puissent être plus spécifiquement mises en lien avec des profils d’individus ayant des trajectoires sociales ascendantes ou descendantes et des habitus clivés.

3Dans le sillage des travaux de Bernard Lahire, nous voudrions porter notre attention sur les variations et les complexités individuelles, les histoires de vie, les dispositions aux goûts et les répertoires culturels sous l’angle du rapport que ces « ressources » entretiennent avec les sociabilités qui les portent et/ou qui en découlent. Nous nous intéresserons donc aux comportements peu homogènes ou cohérents sous l’angle du degré de légitimité culturelle et tenterons d’en saisir les agencements et les variations dans leur couplage aux échanges sociaux.

De l’éclectisme culturel

4L’éclectisme culturel est considéré à la fois comme la cause et le signe révélant un brouillage des règles collectives du jeu culturel et des isomorphies liant les positions sociales des « sujets culturels » (hiérarchie sociale) et le rapport qu’ils entretiennent à la culture (hiérarchie des pratiques et des genres de pratiques). Selon une première ligne d’analyse, familière des travaux de Richard Peterson, il est considéré que, grosso modo, le panachage des répertoires culturels est surtout le fait des classes dominantes et cultivées. Ainsi, pour Olivier Donnat, l’effet principal du développement de la culture de masse est la mise sous tension du modèle de la « haute culture » et le renouvellement des mécanismes de consécration et de légitimation qui lui sont liés. Pour le dire autrement, la thèse défendue est que la culture généralement reconnue comme la plus légitime, c’est-à-dire relevant des formes les plus classiques de comportements et de goûts cultivés est aujourd’hui fortement travaillée par la « culture des écrans ». La diversification de l’offre culturelle et des formats de consommation et de réception des contenus aurait même tendance à s’imposer comme la référence de la posture cultivée qui, paradoxalement, s’appuierait de moins en moins sur l’appropriation exclusive des culturèmes de la culture consacrée (si tant est qu’une orientation culturelle légitime de tous les instants puisse exister). Ce recul de la culture légitime au sein des classes dominantes se nourrit également du « profond renouvellement des fractions supérieures de la société, lié notamment au développement spectaculaires des professions du technico-commercial et de l’informatique » (Donnat, 1994, p. 351) portant haut les valeurs de la concurrence, de la performance, de l’entreprise et déconsidérant parallèlement certaines des pratiques emblématiques de la « haute culture » se voulant désintéressée.

5Une autre perspective, défendue notamment par Bernard Lahire, affirme plus radicalement l’existence d’un éclectisme étendu qui n’est pas une caractéristique exclusive des classes dominantes, mais descend aussi l’échelle des statuts sociaux et touche une zone beaucoup plus large de l’espace social (les répertoires culturels dissonants seraient en quelque sorte la règle et non l’exception). Les données traitées par Bernard Lahire semblent ainsi montrer que « la frontière entre la légitimité culturelle (la « haute culture ») et l’illégitimité culturelle (la « sous culture », le « simple divertissement ») ne sépare pas seulement les classes, mais partage les différentes pratiques et préférences culturelles des mêmes individus, dans toutes les classes de la société ».(…) D’une manière générale, les profils dissonants « recrutent » dans tous les milieux sociaux (…), [même si] l’on n’est pas vraiment étonné de voir que les cadres supérieurs et profession, libérale, d’une part, les OS, manœuvres et personnels de service d’autre part sont les plus surreprésentés du côté des profils consonants légitimes pour les premiers et du côté des profils consonants peu légitimes pour les seconds » (2004, pp. 13-197-196). La diversification des rapports à la culture s’exprimerait donc aussi au sein de ces populations qui tendent à se départir, souvent involontairement, de la domination qu’exerce la fraction cultivée des classes dominantes par le biais de la valorisation exclusive de l’arbitraire culturel qu’ils produisent. Parmi les classes moyennes et populaires, l’acceptation tacite ou révérencieuse de la domination culturelle semblerait aujourd’hui moins évidente qu’auparavant, notamment parce que l’intériorisation des normes de la légitimité culturelle dominante serait de moins en moins assurée par le système scolaire, lequel, de facto se trouve « concurrencé » par la force des valeurs médiatiques qui contribuent, aujourd’hui plus largement qu’auparavant, aux « constructions de soi » et à l’expression des identités personnelles. À cet égard, Philippe Coulangeon montre par exemple que « la télévision exerce, dans l’organisation quotidienne du temps libre, une concurrence de plus en plus affirmée à l’égard de la culture populaire » (2003 ; 2004). Le renforcement du poids de la télévision affecte de manière assez significative l’écologie des pratiques de loisirs des classes populaires et participe au délitement d’une certaine culture qui lui était liée, bien que l’allongement du temps d’exposition à la télévision soit sans aucun doute davantage un des symptômes de cette déliquescence plutôt que l’une de ses causes principales. Mais la télévision est également une « instance de reconnaissance et de légitimation pour tous ceux qui ne font pas partie des milieux cultivés et ne bénéficient pas des réseaux d’informations courts et spécialisés » (Donnat, 1994, p. 147). Les industries culturelles, le continent médiatico-publicitaire et la diffusion des TIC contribueraient donc, d’une part, à l’assise d’un nouveau régime de participation culturelle, et, d’autre part, à l’amenuisement de l’indignité culturelle des moins bien dotés en capital culturel ainsi qu’à la décomplexion des classes populaires qui, de fait, partagent un minimum culturel et quelques goûts avec une part de plus en plus importante de la population.

  • 1 Quelles que soient les divergences liées à l’évaluation du phénomène, les points de vue s’accordent (...)

6Problématiques à certains égards, ces différences d’appréciation de la mesure de l’éclectisme culturel1 (qui ne seront pas ici discutées) ont toutefois pour elles d’attirer l’attention sur la polymorphie du phénomène. L’éclectisme peut en effet relever de diverses modalités d’hybridation des goûts et des consommations selon que l’on se propose de considérer tout ou partie des répertoires des pratiques culturelles des enquêtés, les représentations du degré de légitimité de ceux qui s’y livrent ou la manière dont elles sont concrètement mobilisées. Les formes de l’éclectisme culturel peuvent d’abord et logiquement être envisagées à un niveau individuel, par exemple en prenant comme unité d’analyse les répertoires culturels individuels dans leur globalité (entre domaines de pratiques), au sein desquels peuvent se retrouver des pratiques fortement éloignées les unes des autres au regard de l’échelle des légitimités culturelles (e.g. lire du théâtre d’avant-garde et regarder des émissions de jeux et de télé-réalité). À un deuxième niveau, l’écart considéré peut se déployer plus spécifiquement sur des domaines de pratiques particuliers comme l’écoute musicale ou le visionnage de vidéo (e.g. écouter de la musique classique et du R’n’B, visionner des films d’auteur et des films d’action), c’est-à-dire à un niveau de granularité plus fin ne mobilisant qu’un ou plusieurs pans du répertoire culturel de l’enquêté. Enfin, à un dernier niveau sans doute serait-il heuristique de considérer si l’éclectisme s’inscrit ou non au sein d’univers culturels cohérents (e.g. une passion pour le Japon amènera à lire Kawabata et prendre des cours de japonais mais aussi à lire des mangas ou regarder des films de samouraïs de piètre facture). D’une manière générale, une sociologie de la consommation culturelle, peut gagner à considérer la manière exacte dont s’organise l’hétérogénéité culturelle des pratiques, à qualifier précisément les types de chaînage et à prêter ainsi quelque attention à la nature des couplages dissonants : telle pratique peu légitime dans le domaine de la musique est-elle contrebalancée par une autre plus consacrée relevant du même registre ?

7L’éclectisme culturel peut également être abordé au travers des goûts des « agents culturels » et de l’éventuel écart qu’il peut y avoir entre le rang effectif de telle ou telle pratique sur l’échelle des préférences personnelles, sa valorisation, et son classement sur celle de la légitimité culturelle (je dispose d’un capital culturel conséquent, mais j’adore la variété et je pratique le karaoké). Comme le rappelle Bernard Lahire, « on n’est fondé à parler de légitimité culturelle que si, et seulement si, un individu, un groupe ou une communauté croit en l’importance, et même souvent en la supériorité, de certaines activités et de certains biens culturels par rapport à d’autres ». Et d’ajouter : « Le sociologue est donc obligé, pour classer les préférences, pratiques ou consommations culturelles selon leur degré de légitimité, de considérer leur distribution selon le type de public » (2003, pp. 47-58). Prendre acte de la diversité des jugements de goût et en repérer les déclinaisons est une opération qui permet de lever le voile sur ce qui fait que l’on peut considérer un contenu culturel comme supérieur à un autre, que l’on peut le classer et montrer que ce classement n’existe que dans le cadre de rapports de domination culturelle. Mais c’est également l’occasion de repérer les vacillements, à la marge, de cette domination qui engendrent des consommations et des comportements culturels inédits, frappés du sceau de l’éclectisme et donc de saisir le sens de certaines pratiques culturelles, notamment populaires, que la posture légitimiste n’appréhende qu’avec la plus grande difficulté, dans une perspective misérabiliste ou de relativisme culturel (Grignon, Passeron, 1989).

8Enfin, une autre manière d’envisager à l’échelle de l’individu les formes de l’éclectisme culturel est sans doute d’envisager la façon dont sont mobilisés concrètement les contenus culturels et d’accorder de l’importance à la diversité des expressions de l’éclectisme. On peut par exemple considérer la discordance venant, non des contenus eux-mêmes mais de la manière dont ceux-ci sont appropriés. Une écoute préparée, documentée, attentive ou ironique d’une série B ou, à l’inverse, un visionnage intermittent, dispersé et associé à d’autres activités d’un classique du cinéma italien, ne sont-ils pas, en soi, des formes d’appropriation « discordantes » révélant des façons de faire qui pondèrent et retravaillent les légitimités originelles des contenus ? On peut alors prendre acte de l’intérêt de parcourir la variété des situations et de qualifier de facto les formats de pratiques en fonction des contextes précis de l’action. À cette aune, l’éclectisme culturel pourrait très bien être appréhendé avec les outils d’une pragmatique sociologique qui nous inviterait à mettre au jour les appuis tant matériels que dispositionnels de la consommation culturelle et nous forcerait à considérer avec plus d’attention les significations d’usages qui lui sont liées.

9Une alternative complémentaire à ces perspectives est sans doute d’interroger l’hétérogénéité culturelle en s’intéressant à la façon dont les pratiques culturelles sont partagées avec d’autres personnes. L’éclectisme en matière de culture peut aussi prendre corps dans la fréquentation d’individus qui développent des registres culturels variés. Si les trois premiers plans d’analyse mentionnés supra proposent d’étudier les formes de mobilisation individuelles des contenus culturels hors situation et en situation, cette dernière perspective propose de considérer le « mélange des genres » dans sa dimension collective et d’envisager les influences relationnelles sur les goûts et les pratiques culturels individuels. On se donne dès lors les moyens de mettre en regard les écarts intra-individuels avec les propriétés des situations et des individus participant aux sociabilités culturelles des enquêtés, lesquelles situations de rencontres renouvelées forment des marchés culturels plus ou moins provisoires, toujours singuliers, où se distribuent, se négocient et se forgent diversement les goûts. Il s’agit alors d’observer les dialectiques qui mettent en relation sociabilités et contenus différenciés du point de vue de la légitimité culturelle, tant au niveau de l’incitation que de la mise en œuvre des pratiques. Sociabilités et pratiques culturelles s’alimentant mutuellement selon le principe d’une boucle récursive, on peut penser que les premières favorisent en effet certaines formes d’éclectisme qui potentiellement sont susceptibles de nourrir, voire d’initier des relations sociales, surtout chez les jeunes dont beaucoup d’activités se déroulent dans le cadre de groupes affinitaires ou de pairs. L’éclectisme culturel peut s’affirmer dans le décalage entre le niveau de légitimité d’une pratique, la manière dont elle est mobilisée et les caractéristiques sociales des individus avec qui cette dernière est envisagée (e.g. la pratique du bal populaire ou du karaoké entre amis exerçant des professions intellectuelles supérieures). Il peut aussi se loger dans la mobilisation différenciée d’une même pratique (e.g. écouter de la musique) ou d’un univers culturel (une passion pour le sport qui se décline sur différents supports : livres, jeux vidéo, stade, etc.) avec des interlocuteurs d’horizons divers (famille, amis, collègues, etc.) et selon des modalités variées (à domicile avec attention, en discothèque en dansant, à un concert).

10Porter attention aux sociabilités et aux situations concrètes de mise en pratique des goûts et des préférences permet de considérer les contenus mais aussi la façon dont ceux-ci sont mobilisés. L’entrée que nous privilégierons ici relève de cette dernière option. Elle se propose d’explorer les différentes formes de l’éclectisme culturel dans leur rapport aux sociabilités et de montrer, au travers de quelques exemples, la manière dont les légitimités et les processus de reconnaissance peuvent être produits et travaillés par le collectif, ainsi que la façon dont les pratiques culturelles se combinent et se distribuent (dans le dire et dans le faire) en fonction des différents cercles composant le réseau relationnel de chaque individu. Nous faisons l’hypothèse que les sociabilités sont des facteurs actifs dans la composition des éclectismes culturels et que ceux-ci jouent également un rôle important dans la différentiation des fréquentations sociales. Notre intérêt portera ainsi sur l’architecture des pratiques relationnelles dans ce qu’elles ont de spécifique pour chaque individu quand elles se trouvent en lien avec des contenus culturels hétérogènes.

Les sociabilités de l’éclectisme

11Notre population d’enquête se compose essentiellement de jeunes usagers des écrans, représentants d’une certaine « culture juvénile ». Si la jeunesse ne peut être considérée, si ce n’est sous l’effet d’une illusion culturaliste, comme un groupe social homogène, elle n’est cependant pas qu’un mot (Bourdieu, 1984). Dans le domaine de la culture, elle affirme bel et bien son existence en définissant des configurations particulières de compétences, de pratiques et de goûts relativement stables et proches qui s’inscrivent au sein des processus de « moyennisation » de la culture. C’est même sans doute au sein des jeunes générations diplômées que l’on trouve les figures de l’éclectisme qui s’affirment de fait avec le plus de force et que l’hybridation des univers culturels semble la plus avancée : « Les étudiants et élèves se caractérisent par une surreprésentation du côté des profils dissonants ; ce sont apparemment les plus ambivalents des enquêtés, les plus touchés par des variations intra-individuelles qui conduisent à des pratiques et des préférences culturelles éclectiques sous l’angle de la légitimité culturelle. S’ils sont sous-représentés aux deux pôles, ils sont tout particulièrement absents des profils les plus légitimes. Temps où se conjuguent à la fois l’obligation scolaire et l’amusement, l’adolescence et la post-adolescence de la jeunesse scolarisée prêtent tout particulièrement à la variété des pratiques et des préférences (des plus « sérieuses », « studieuses » et « instructives » aux plus « divertissantes » et « légères ») » (Lahire, 2004, p. 196). Dès lors, nous avons fait le choix de prêter attention de façon privilégiée aux cas de jeunes personnes diplômées ayant toutes une forte proximité aux écrans, disposant notamment d’un accès à un ordinateur connecté à Internet (chez eux, chez leurs parents, à l’université, etc.). Choisir un tel corpus c’est mettre a priori quelques chances de son côté pour observer des conformations relationnelles diverses et des pratiques culturelles fréquentes, éclectiques, s’appuyant sur des formes de sociabilité variées.

12Le terrain réalisé a été initialement conçu pour trouver le moyen d’individualiser les mécanismes qui marquent et déterminent, d’une part, les logiques au fondement des réseaux de sociabilité des individus, et d’autre part, ceux qui sont au principe de leurs pratiques culturelles, de loisir et de communication. Afin de répondre aux exigences de ce projet, nous avons mis en place des appareils de preuve innovants dans le recueil et le traitement des données, nous autorisant à suivre avec précision la diversité, la spécificité, la superposition et l’articulation d’un ensemble de pratiques individuelles hybrides dont nous désirions appréhender le degré d’intrication. Le dispositif central d’administration de la preuve autour duquel nous avons construit notre enquête s’est notamment inspiré des Exercices sur les réseaux sociaux effectués sous la direction de Maurizio Gribaudi (1998). Des cahiers d’enregistrement faisant office de « journal de bord » ont été renseignés quotidiennement pendant quinze jours par les enquêtés, y précisant de manière détaillée, leurs activités relationnelles et culturelles. C’est à partir de ce dispositif initial de recueil de données que nous avons pu dégager l’architectonique des pratiques culturelles de l’enquêté (Ego), avoir un accès direct aux liens activés au cours de ce laps de temps, reconstituer les formes d’assemblage caractéristiques d’un espace relationnel donné et les lier à des activités précisément identifiées. Couplées à une première série d’entretiens semi-directifs, les observations collectées grâce à ce cahier nous ont permis de reconstituer la morphologie des réseaux de sociabilité de chaque individu ainsi que les liaisons réciproques entre les personnes en contact avec lui. Cette ethnographie instrumentée a été enrichie ensuite d’un dernier entretien prenant la forme d’un récit de vie nous permettant d’effectuer la généalogie des pratiques culturelles des enquêtés, de mettre en lumière les trajectoires de goûts et de saisir l’emboîtement toujours complexe des patrimoines et des processus de construction des dispositions culturelles. L’ensemble des données ainsi recueillies nous a alors offert la possibilité de comprendre les logiques, les inflexions et les dynamiques à partir desquelles peuvent être mises en perspective les pratiques et les éclectismes culturels. Notons que si cette méthodologie présente l’avantage de redonner une épaisseur sociale concrète à la consommation culturelle et de replacer le sujet au centre d’un réseau complexe de liens sociaux et de contacts culturels effectifs, nous nous trouvons toutefois face à un autre type de difficulté : celui de la montée en généralité des cas toujours singuliers que nous traitons. Il est bien évidemment entendu que l’ethnographie instrumentée mise en œuvre ici n’a valeur que pour la population directement enquêtée. Elle ne s’adapte que difficilement aux modèles quantitativistes de la mesurabilité, mais seule cette démarche nous permet vraiment, au-delà de ses capacités descriptives, de mettre en lien la variété des sociabilités et celle des pratiques et des éclectismes culturels des personnes enquêtées. L’approche par les réseaux égocentrés pose donc d’incontestables difficultés d’analyse lorsque l’on cherche à extraire des traits d’interprétations à vocation un tant soit peu générale des lectures de chaque réseau individuel (Eve, 2002). Aussi avons-nous cherché à parcourir notre échantillon de cas en utilisant un outil descriptif permettant de dégager, dans chaque portrait impressionniste, des manières propres aux individus de configurer certains segments de leur sociabilité, à partir de leurs pratiques culturelles et des formes d’éclectisme qui spécifient leurs rapport à la culture.

13Nous tenterons une saisie des complexités culturelles en reprenant certains des acquis provisoires d’une recherche antérieure (Cardon, Granjon, 2003) où nous avions tenté d’explorer quelques pistes d’analyse relatives aux modalités de construction culturelle des sociabilités. De façon simplement formelle, nous avions isolé trois figures différentes, relevant d’idéaux-types, illustrant la dimension relationnelle des activités culturelles et de loisir :

14-a) la spécialisation : elle renvoie à des situations dans lesquelles un type spécifique de pratique est réservé de façon quasi exclusive à un type de réseau de relation et se caractérise d’abord par une forte propension à la sélection et à la séparation des cercles de sociabilité globalement maintenus à distance les uns des autres. Les goûts et les activités servent moins à réunir différents « mondes relationnels » dans un espace commun de pratiques qu’à les isoler. Les pratiques spécialisées exercent un effet sélectif puissant sur les interlocuteurs possibles. Entre les membres des cercles spécialisés se développe donc une amitié « différenciée », qui, comme l’indique Simmel, « ne concerne à chaque fois qu’un aspect de la personnalité sans s’immiscer dans les autres » (Simmel, 1991, p. 34). Ils ne se rencontrent pas dans d’autres lieux et leurs conversations sont orientées par leur activité commune. Toutefois, la diversification formelle du lien (e.g. des déplacements vers des conversations plus personnelles) apparaît parfois comme une étape nécessaire ou naturelle au maintien et à l’enrichissement de la relation initiale. Elle participe du même coup à l’émergence d’autres dynamiques de sociabilité qui s’ouvrent à des formes de partage plus diversifiées ;

15-b) la distribution : il existe, ici, une forte propension à transporter vers différents cercles de relation une même activité culturelle ou de loisir, ce qui favorise la connexion et l’interconnaissance entre les différents cercles. Ces activités particulières ne jouent toutefois, le plus souvent, aucun rôle constitutif dans la création de nouveaux liens et ne modifient ni n’impriment une marque très profonde sur les formes, souvent multiplexées, de relation entre les membres des différents cercles. Les différents groupes de sociabilité sont des sortes de « mini clubs privés » sur lesquels se distribuent les goûts tout en spécifiant généralement des modes particuliers de faire avec chacun d’entre eux ;

16-enfin c) la polarisation : elle peut se définir comme une propension à focaliser vers un seul cercle relationnel constitué sous forme de bande (ou de clan) un ensemble de pratiques culturelles distinctes, mais souvent associées par des proximités de genre. Noyau fusionnel se nourrissant d’abord d’un « faire ensemble » grégaire, le clan reste néanmoins ouvert et participe aussi à des collectifs plus étendus pouvant être qualifiés de nébuleuses (Bidart, 1997). L’approfondissement de la pratique dans la dynamique de polarisation est à cet égard plutôt collectif. C’est l’ensemble du clan qui se socialise, accumule des connaissances et développe des compétences.

  • 2 Ces catégories sont bien évidemment à considérer comme des configurations décrivant tendanciellemen (...)

17Nous aborderons ainsi l’éclectisme culturel par le biais d’une option analytique qui met possiblement en relation pratiques culturelles et organisation de réseaux de sociabilités selon les trois dynamiques que nous venons de présenter2. En d’autres termes, nous nous intéresserons aux formes d’éclectisme spécialisées, distribuées et polarisées, c’est-à-dire celles qui relèvent a) du partage par une même groupe de sociabilité d’éléments de haute et de basse culture ; b) du partage des mêmes culturèmes « vulgaires » et distingués par plusieurs groupes de sociabilité ; c) du partage par un même groupe de sociabilité de registres culturels mixtes (légitimes et peu légitimes) et diversifiés (plusieurs centres d’intérêt).

Eclectisme et spécialisation

  • 3 Nathan est né en France à Arcachon en 1982. Sa mère est enseignante et son père travaille dans l’ar (...)

18Nous traiterons de la relation entre éclectisme culturel et spécialisation en évoquant le cas de Nathan3 et de sa passion pour la musique. Nathan commence à jouer du piano dès l’école primaire et c’est d’abord sa mère qui va l’initier à la pratique et à l’écoute musicales (essentiellement du classique). Son intérêt autonome pour la musique se révélera véritablement au collège, pour ne jamais se démentir. Participant à de nombreuses chorales, Nathan choisira au lycée une filière littéraire et prendra une option lourde « musique ». En matière musicale, les formes d’éclectisme que Nathan va développer précocement se couplent à un double processus de distinction. Celui-ci se négocie d’abord très tôt par l’acquisition d’un capital culturel liée à la culture musicale consacrée dont sa mère est largement à l’origine, qui lui permet tout à la fois de se démarquer assez nettement de ses pairs (recherche d’une identité spécifique, notamment à l’adolescence) tout en constituant une base originale pour créer des liens affinitaires de choix, tant avec des camarades du même âge qu’avec des personnes plus âgées. Les relations culturelles tissées par l’enquêté répondent à la fois à un principe d’homophilie dont la base est l’amour de la musique et un principe de prestige qui se traduit par l’intérêt particulier qu’il tire de la fréquentation de personnes plus mûres et expérimentées que lui. Dans un second mouvement, la fréquentation de niches culturelles spécifiques, davantage liées à la sphère médiatico-publicitaire, joue également un rôle important en permettant à Nathan d’une part de se démarquer nettement des influences maternelles (affirmer une certaine autonomie de goûts) et d’autre part de construire un « terrain d’entente » avec ses pairs (partage d’une culture commune) tout en faisant montre d’une certaine originalité dans la création de son portefeuille de goûts. Quel que soit le moment de son cycle de vie, la musique a toujours constitué pour l’enquêté une entrée de choix pour se créer des contacts (faibles et forts) et faire proliférer ses liens. La musique et la pratique musicale ont ainsi été très tôt d’importants moteurs de la sociabilité de Nathan qui n’a eu de cesse dès son enfance, de se servir de sa passion musicale pour créer du collectif et de l’« entre-soi » et, corrélativement, de mobiliser l’ensemble de ses ressources sociales pour assouvir sa curiosité et son amour de la musique.

19Aujourd’hui, Nathan passe en moyenne, près de deux heures par jour à écouter seul de la musique et se livre quasi quotidiennement à la pratique du piano et du chant en solo. Comme nous l’avons vu, il bénéficie d’un capital culturel hérité de type classique, mais montre, dans le même temps, une appétence pour des formes culturelles non savantes, ce qui lui permet de s’engager dans des processus d’acquisition de compétences et de profits symboliques spécifiques. Ses goûts musicaux particulièrement éclectiques s’articulent principalement autour de deux catégories d’artistes, les populaires et les célèbres à l’exclusion des patrimoniaux (Donnat, 1994). Ils vont de la musique de variété la plus commerciale (Garou, Pascal Obispo, Les dix commandements) au Jazz (John Coltrane) en passant par la musique classique (Chopin, Liszt), la pop anglaise (Oasis), ou encore la musique de film (bande originale du 5e élément ou d’Akira, musique de mangas). Il affirme par ailleurs que son genre de musique préféré est la « musique (symphonique) de film ». Le répertoire musical de Nathan mixe ainsi de façon originale des contenus caractéristiques d’une « culture juvénile » (musique de mangas, Moby, Daft Punk, etc.) avec des objets sonores généralement rattachés à une certaine culture consacrée. Très investi dans un ensemble d’activités du domaine musical (écoute et pratique), pas véritablement focalisé sur un genre musical particulier et témoignant d’une grande diversité de connaissances et de goûts, Nathan pourrait être aisément défini comme un « mélomane éclectique » (Donnat, 1994). Compétent sur les compositeurs classiques ou les musiciens de jazz, il connaît également des groupes confidentiels et ne rejette en rien a priori les formes musicales les plus médiatisées. Cette « hétérodoxie » musicale composée de culturèmes variés présents de manière concomitante au sein de son répertoire, l’enquêté la justifie au nom d’une certaine compétence musicale qui lui permettrait d’avoir un rapport distancié à la musique, et de considérer sous un même rapport (celui de l’analyse) tout type de production sonore. Tout en faisant la promotion d’un régime d’écoute fondé sur la découverte, l’originalité et l’ouverture à tous les styles, refusant par là l’hyperspécialisation consonante, Nathan construit son rapport à la musique en déportant des compétences techniques acquises en référence à l’univers classique, et en faisant travailler de concert deux principes d’action et de jugement. Celui d’une légitimité accordée a priori à tous les styles de musique couplé à celui de l’acquisition et de la mise en œuvre d’un savoir particulier pour en évaluer l’intérêt. Ainsi, si aucun style ou aucune œuvre n’est à rejeter ex ante, seul un travail d’écoute et d’analyse serré permet ex post de poser un jugement sur un objet musical : en d’autres termes, l’appréciation esthétique est fortement indexée à la capacité d’analyse qui seule permet de déboucher sur un jugement considéré comme objectif. Ce rapport complexe, hybride et travaillé à la musique reconnaît donc un certain intérêt à la culture « de masse », au nom de l’allégeance accordée dans un même mouvement à une certaine culture cultivée où le jugement de goût et l’appréciation esthétique sont soumis à la maîtrise de compétences et de repères cognitifs plutôt rares. Il se déploie de fait dans un univers de sociabilité activement spécifié par l’enquêté. Les meilleurs amis de Nathan sont tous musiciens, possèdent tous un capital culturel important dans le domaine de la musique et font montre d’aptitudes spécialisées (écoute, analyse, écriture, déchiffrement, pratiques amateurs et/ou professionnelles d’un ou de plusieurs instruments). Les liens amicaux les plus forts définissent ainsi un groupe d’« élus culturels » édifié autour d’un segment particulier du portefeuille culturel de l’enquêté (la musique) et s’étendent éventuellement à d’autre pratiques, moins valorisées par Ego.

  • 4 Les relations amicales les plus anciennes de Nathan à Rennes ne remontent qu’à 18 mois.

20Si les principaux lieux de vie de Nathan (l’université et son foyer logement) sont des espaces de prédilection pour la création de nouveaux contacts d’intensité variable, les relations les plus résistantes se sont édifiées à partir de cet intérêt fort pour la musique. A son arrivée à Rennes, Nathan fera la connaissance d’un certain nombre de personnes qu’il va assez vite considérer comme des amis et les fera se rencontrer (ses « amis musiciens »). D’une manière générale, Nathan se pose en maître d’ouvrage de son capital social. Il essaie d’avoir le maximum d’emprise sur son réseau de sociabilité tend à configurer des « niches relationnelles » thématiques qu’il maintient à distance les unes des autres. Son réseau social contient ainsi peu de liens polyvalents ou multiplexés. Si certains individus appartenant à un bloc social particulier (e.g. ses collègues étudiants) connaissent certaines des personnes appartenant à un autre cercle (e.g. ses amis musiciens), l’enquêté prend toutefois garde à dissocier ces différents groupes auxquels il participe de façon spécifique. Plutôt que d’essayer d’articuler les différentes cliques qu’il fréquente et de faire proliférer les liens entre les acteurs qui les constituent, il s’efforce de maintenir un régime de rareté dans les connexions potentielles et développe seul une capacité à circuler entre ces différents cercles. Les individus qui pourraient éventuellement traverser ces « mondes relationnels » distincts dont le maillage est particulièrement dense ne sont pas intégrés par Nathan à des espaces communs de pratiques. De fait, le multiplexage lié à des pratiques partagées est peu développé et repose essentiellement sur des pratiques musicales. Nathan développe donc plutôt des relations et des interactions spécifiques avec chacune des niches de son réseau qui constituent des contextes d’action dissemblables qu’il habite tour à tour. Il s’aménage ainsi une variété de contextes socio-culturels particuliers où les régimes d’action et les acteurs avec lesquels il interagit possèdent des spécificités distinctes et participent de la richesse de son système relationnel. L’analyse du réseau de sociabilité de l’enquêté, ainsi que celle de ses pratiques partagées révèlent bien le rôle de choix que joue la musique dans la construction de ses relations. Les diverses activités collectives liées à la musique (écoutes attentives ou relâchées, pratiques de groupe, discussions, échanges, etc.) contribuent à l’enchevêtrement des liens et constituent un ciment social qui pallie l’absence de matrices socialisatrices antérieures sur lesquelles se greffent et se pérennisent plus généralement les liens 4 . La passion musicale sera, ici, le sésame indispensable à l’évolution d’un lien faible vers un lien fort et permettra que se déploient d’autres terrains d’entente comme l’intérêt pour l’informatique ou encore l’art cinématographique. La passion musicale de Nathan structure donc pour partie sa sociabilité qui se nourrit à son tour de cette passion pour se renforcer, s’étendre ou se renouveler.

21Les contacts culturels partagés en face-à-face et qui, de fait, sont les seuls à être mâtinés d’éclectisme sont ainsi liés à la musique (écoute attentive des dix commandements, des enfoirés, de Jean-Jacques Goldmann, écoute flottante de Moby, de Daft Punk, jouer du jazz en groupe, jouer du piano en duo, chanter à la chorale, échanger des CD, discuter de musique). Nourries des figures de la culture de masse mais aussi de celles d’une certaine culture légitime, ces pratiques ont pour caractéristique d’être partagées avec un même petit groupe d’individus (ses amis musiciens) et s’organisent essentiellement autour d’une double intention : celle de développer des pratiques prisées avec des individus estimés, afin d’en retirer un plaisir ou un bien-être maximum. Les pratiques partagées de Nathan s’édifient donc essentiellement à partir de l’actualisation de liens avec des interlocuteurs triés sur le volet. Si certains des contacts culturels développés en ces occasions se sont avérés in fine assez peu intéressants du point de vue de l’enquêté (e.g. écoute de certains morceaux de domestic music), toutes les situations de pratiques partagées mobilisent au moins un lien fort entretenu avec un individu appartenant au petit groupe de ses amis musiciens. La totalité des contactants ayant physiquement partagé une activité culturelle avec Nathan a pris part à au moins une configuration socioculturelle mobilisant la musique (70 % des contacts sont accompagnés ou centrés sur la musique). La musique est omniprésente et constitue en quelque sorte une trame de fond qui participe des pratiques tant relationnelles que culturelles de l’enquêté. L’activité en-soi a finalement moins d’importance que les individus avec lesquels celle-ci peut être réalisée. Que ce soit dans le dire (discussions, échanges, débats sur la qualité de telle musique, sur la possibilité de tel arrangement, etc.) ou dans le faire (faire de la musique, écouter des contenus, effectuer des relevés, etc.), les sociabilités musicales de Nathan mélangeant culture légitime et peu légitime trouvent à s’actualiser essentiellement avec ce cercle privilégié d’« élus » constitué par ses amis musiciens. Dans les situations de face-à-face, il existe ainsi une sorte de primat du contact interindividuel sur le contact culturel. Ce qui est fait compte moins que les individus avec qui cela est effectué ou pour être plus exact, compte moins que les compétences mises en œuvre par les participants. Si les goûts de Nathan colorent fortement les rencontres, l’actualisation concrète de sa passion musicale (e.g. quel artiste va-t-on écouter ?) n’a finalement qu’une importance relative au regard de l’intérêt porté au capital culturel déployé par et avec les « élus » qui partagent ces moments. La proximité travaillée avec des contenus pouvant être jugés peu légitimes est en quelque sorte pondérée par le rapport cultivé développé à leur égard. La consommation de biens culturels de masse n’est pas ici vécue comme un relâchement vulgaire, mais plus simplement comme une manière différente d’étendre le répertoire des contenus susceptibles de nourrir la passion musicale.

22Cette recherche de moments privilégiés peut éventuellement devenir un canal d’accès à de nouvelles relations (ses amis musiciens font rencontrer de nouvelles personnes à Nathan, avec lesquelles ils vont créer de nouveaux contacts au sein d’agencement socioculturels inédits – création d’un groupe de jazz), mais aussi à l’entretien de liens que l’enquêté ne cherche pas à pérenniser. Dans le cadre d’une chorale, Nathan rencontre ainsi régulièrement un ensemble de personnes avec qui il n’entretient pas d’affinités particulières. Moins ces « configurations hédonistes » sont entachées de contacts peu appréciés (individuels et/ou culturels), plus elles sont considérés comme des instants agréables et recherchés. Toutefois, pour vivre sa passion de façon la plus continue possible (i.e. avec un maximum d’interlocuteurs et au sein des espaces qu’il habite plus ou moins par obligation : e.g. avec ses copains étudiants à l’université), Nathan est obligé, non pas d’abandonner le rapport cultivé à la musique (marque de distinction à laquelle il tient), mais de se « mettre au niveau » des individus qu’il fréquente par ailleurs, ce que lui permet concrètement la connaissance de contenus musicaux moins légitimes. Connaître Garou ou Pascal Obispo lui offre la possibilité de faire également lien par la musique mais, cette fois, avec des individus moins experts. En l’occurrence, cette déclinaison vers des secteurs profanes de son cercle de sociabilité ne s’accompagne d’aucune forme d’éclectisme et prend corps pour l’essentiel dans des interactions conversationnelles et quelques échanges de contenus (parfois marchands).

23Une autre façon de nourrir cette passion musicale est aussi d’initier des pratiques partagées à distance (discussion, partage de contenu, etc.). Hormis avec ses amis musiciens, avec qui Nathan échange à plusieurs reprises des informations ou des contenus musicaux, les individus participant à des activités médiées par des dispositifs télématiques ne sont généralement pas connus de Nathan. Seule leur présence ou leur participation à certaines interfaces de communication (forums, chats, etc.) ou à certains dispositifs de mutualisation (serveurs, communautés de peer-to-peer, etc.) en font des interlocuteurs privilégiés permettant l’extension de son amour pour la musique. Dans ce type de relation, les pratiques partagées ne sont plus le simple support (prétexte) à une rencontre, mais bien au cœur de la relation ; elles en sont le moteur principal et ce sont elles qui induisent le contact. Nathan peut décider de multiplier les échanges en ligne, de les réduire ou de les maintenir à un certain niveau (en nombre et en fréquence). Les dispositifs socio-techniques cadrant ses sociabilités musicales ont pour caractéristique d’être particulièrement abondants et peu contraignants. Ils lui permettent de trouver sans trop de problème et à tout moment, des interlocuteurs nombreux et variés avec qui la mise en contact n’est pas indexée à l’entretien d’un lien, mais seulement à la fréquentation d’interfaces spécialisées et avec qui, il peut, selon son humeur et ses envies, développer des échanges soit cultivés, soit profanes en rapport avec des contenus plus ou moins légitimes.

24Le type de mixité culturelle identifié à partir de ce cas précis de spécialisation n’est effectif que sur un domaine de pratiques particulier (la musique) et, surtout, ne se décline que sur un segment restreint des sociabilités d’Ego, i.e sur une petite clique d’individus sélectionnés pour leurs compétences. Les éclectismes de Nathan apparaissent donc dépendants des ressources spécifiques présentes dans son réseau social, liées à la fréquentation de personnes disposant d’un capital culturel conséquent, au moins en certains domaines spécifiques. A cela rien d’étonnant car les pratiques au fondement d’une spécialisation relationnelle font l’objet d’investissements qui mobilisent des collectifs d’amateurs témoignant d’une implication active dans la pratique et la production de discours réflexifs sur leurs activités. Cet engagement contribue à la définition de leur identité sociale, collective et individuelle, et à la reconnaissance de leurs pratiques par leurs proches (rétributions symboliques). Comme l’illustre le cas de Nathan, les intérêts à la base de ces sociabilités « spécialisées » se portent généralement vers des formes culturelles légitimes (cultivées, d’avant-garde ou « de niche ») mais peuvent aussi porter un grand intérêt à la consommation de la culture médiatique « ordinaire ». Les pratiques rares et distinctives masquent ainsi parfois la participation des mêmes individus à des publics de la culture de masse qui peuvent fournir le carburant de sociabilités électives au sein desquelles ce démarquage de l’ordre culturel légitime ne saurait être jugé comme une déviance.

Eclectisme et distribution

  • 5 A l’époque de l’enquête, Savath suit une formation de webmaster en alternance entreprise comme reco (...)

25Pour traiter du rapport entre sociabilité et éclectisme culturel dans la configuration distribuée, nous nous appuierons sur le cas de Savath et de ses pratiques de lecture. Lorsque nous l’avons rencontré à 25 ans, Savath présentait le profil d’un lecteur à la fois régulier et éclectique. Durant la période d’enquête, il s’est adonné à la lecture près d’une heure par jour en moyenne, (intensité qui correspond à ses déclarations préalables). Il a par ailleurs déclaré posséder dans son foyer une bibliothèque comprenant entre 100 et 300 livres, auxquels s’ajoutent 80 bandes dessinées (essentiellement des mangas) et acheter personnellement des livres au moins deux fois par mois. Il nous a également déclaré lire le plus souvent, d’une part de la bande dessinée (mangas) et d’autre part des romans classiques et contemporains français et étrangers, sa préférence allant néanmoins aux romans classiques allemands, pour leur dimension psychologique. Au delà de la lecture, les pratiques culturelles de Savath s’étendent à une relative diversité de domaines comprenant la télévision (un peu plus d’une heure par jour), le plus souvent en parallèle d’activités sur son ordinateur et sur internet, qui concentrent près de la moitié des contacts culturels enregistrés pendant la période d’enquête et l’occupent en moyenne plus de deux heures par jour, et dans une moindre mesure le visionnage de vidéo (sur son ordinateur) et l’écoute de musique ou de la radio5.

26Le rapport de Savath au domaine de l’écrit, de l’imprimé et de la littérature n’est pas le fruit de dispositions construites de manière très linéaire. Issu d’une famille d’immigrés du Laos, ayant évolué jusqu’à son adolescence au moins dans un milieu plutôt populaire et n’investissant dans le champ scolaire que des efforts et un intérêt stratégiquement dosés pour parvenir à une réussite « minigo.

nsi peth s’éte minigo.

nspé eongppét indisitbdes iscussion,u moins de. Jn adoleiéesas précnce BTS

ns acteu(Garou, s’l Savath au domaine de près d’unleursnformatiles comp la musiq,de face-àquente pat définent à partir de lre au ni et deo (suu quotidte musicale recuu quotid: eo pratiqcomme lente pavrsnflustoccuues ra la fe chaque r,tendanctt aveco(e hrefirent un enseers, sapisod valoriente p partireseau social, contenusent des lcteurs qui l recueidmaire et c’est d’l quiques de ldeux filière du partagdessinée (mangas) et actionsm>, eomltu-ci se nnigo.polariuelques caractéreurs As p génnun lectes la confre a d’unbass s’teurs profatico-sifiées ;

actionsaction etparticulier s’articul pourtué pcellilpétenc quotidà lalies noans, Sre a d’aue d’iand i espace core des contenusl’enquêté (la musiquetrent l’intérêt po données ainsienant laegistrés se distribuent lautycellems de lecture.line qtive sesuente dl culturde. Trèoutre cermen

25Pour7pport de Saireint et lmaine datha cation formelle du te de mus lla pratiqre a d’unbass srécnce des contenusins demis à laants v moineu plutment, lppét seau s f de goûts mspécifiquoire ns un ensglus rést prendra équente pamr sapréiesche à ins fintem>exno en mum de la productioue des contenusau25céleurs Daft Pà tous les au ins donnaissations ssve incher sur s précontenu, etctions proriginoridomaine des lltcnce des contenusin prendra une ’étenLa musique plus forsonnes plus âgéesent iciens, réiristique d’être pnner leiainelra une d concrimum ds ssve lcts culins de, quente pamr satinue pans c sur unifié plusque mais dern.omaine dque’un capitdonner lulturel hérité de type classique, mais montre,nd’ure a s âgéespécifique srécnce é ifinu, immigier (ributotnotecall" id="bodyftn5" href="#ft6"">(...)6/l6ssion de nourrir la p qui luehoralp scotesoue la rs avesuidralp scotesolques carace, vtenusomme une maen musique)e nnigo.avStephenZweigaft Punk, , , e nas d cvtenus scques Goldmann, écocomme lente aractlques s indin ecteu de domaltus de onnetreprise ciosaction etpa pratiqrs légitimes.< qui lt, il s’effçon origéclectis participentre sociab s’articude près d’unent à dssentiell lirique ainsi régul urare contenusl’enquêtavuna se Son réseadin répertoivindividus (sns,

26Le r traiterMunsdabord sa un grne doubln ecteu drès d’unenerés , Dasontrent éristique d’être particulièroncriun gr la fois raraiiauce prividranilrpmaine deoit cult ses amis musiueL uartiumer un jugbispo rieuk Süskind>Pascal Ort cin/em>La Brrircomme lx fs « ms mais seulel cercle rernii concen)rnetemenivite bande (ou depbase dse démarquerce des contenus de clan (essentiellejadéae dctismappr de e.g. elevnment autour de deux catéglus ou moinsarm coesoimes.

urare contenussetmaine hétéro la multurelt rest donnéesl’enqulaire et n’invesle fr nspé a priorid à dcc.iquele Nathan sessus dlturels miantes ethan. .eSomss le ,a compte la fois rfon vités s>, La thajribuée, à mbividlelsoby23Une urd’huOn vtetelle de sest pour l’informaticaux s deleatrèsn’est pas igurer des elque rs divercifiqueersité r la claiv,nent à dplusieurssrallèleisentticipres » ( prrls » distinceentnes es « motismmulture (pdlturels miué accordée polarie (discussionsnt autour de d, unsdéclaré lirique
(faire en fontt d’inplusieursue mpbase’are luilitéstexte)smusint autour fférfeseratiquetiellemommelt resthomophilie < tous les de cesenttici o de iques muà laquelleouvanablleacteurs es génnnell véri ne légitimes.

e ses pranon tous el’aienerencins der daa litinschamhaente pà pérelfdra uartenu,roicaux s delparticipe dems troptur stratégiqu,e ses pe dl acheter (r de enert intan desq(parfodomaiffectifabra tépendoisnstitué ),n culiques as français etnus musi les musice et f n’est pas étrangeens da préico-. É’articudcquigroupe s rencontnges aines génst prendra équente p de la clinaison construiteuentation d’interfaces s, Natha e » muicées trop aesthoiongré liriqueté qui se noure ses pr sur un saun srt sique, etegistrés s’articulen psycoupes auxquels ile moiigurer dé sofdra uartenu,roitier biorid àem>ou dice ebassforts et socss de l’e ym symb riiquepulairl ssve inLorsque nopque.nbilitésciens, aintégrés p la ndin ectgul urde cacué accordée (discussionsicipa/em>(faire de lacesentférfese o de nabilial cultavath au domusicale quieneulsl culthomophilie polarie ion en ts dns ren dénterommerepce etur la musiqudu portefeuil drès d’unene, nt ré d’impriluer , nt nt aux forre pratiques, culturelles de Savath sdomaine digure des cnt à s linéa(discusdéfirseau de sociabilité tend à conlinaison dipiis commement abondane des
  • 4 Les7relations tavaleatrèRtiqctifB, quente pa esthétitrnetemenivetitrx filièr « teragit poné à laituéie (...)7/li>

25Pou3es princiaine deo un rson adolex filièrerénariés ade l une vbilisent dnudcquilemenuente n détur lloien-d à unablls, etc.)aelleouvant êdeleatdribbisenres » ( oupes auxqnsonoitéquente pamsucnatusvser ces « m la mise saimmigr. Jeiversarrir cersité r la rdédt adonavrsnfmeur et culti leacipaa,n en nspé prises desmcipatent sont avque dactuallisévirlriblentachvlitéSomss le ,aNactique.Dasontrses trisdes intsistantesissentiincti domandivie oupes auxeconnaclaré lire dactuan’laeur partLepar moilaemangcurrenschamhaes atiques partpour la créaarm cde personnes avelecture. et rt pour l masse ndomaine dà péreent en parallèl(discusdéfirssonnes plmeriésteeui decercles. Les indivis » distincee de ntqabie champeur enci. Lle d’ construiteuaituéie (...)7/l7 ,tiès d’unsstun la musique eon produc de e culteent en ps rencontr uthomophiliu

une maeagdessinntt coll portefeuie sociabilité tend à cononnet qui des <polariuequi spécbuée, àlturels mi masse niplcomgnés ntrluibisenres atiques, cucifiqueurrgrénnigo.nspé paon de ésenon produc de pportr popu(disesoit cultiv desrcles.mts et onneivie ue, etandivieainmeriésteusociabili » distinssetmaine ,aent p pérn certains ndre mesuture légsionna,etiefdmurin rts à l ptentiellesvlitégroupes auxquels il l Ort unlus âgéesle uqerd auels il nt le maileent dour lybnmpositmesunc’démarquerce des contenus deelecture. et le i la base dus âgélmeAn intérênaisonique d’être pa(e pas moments.noncins dtnherche usi les la iguranaisoniq Nat lue),des <polariettionrelationnell vt igurer dssentielrieu plutônt à r la matm>, elô’un cultandivieles «lsiteursollectives en font e des isat oncvea> ,aent s avdanssite «n distribuée, ique avont con de son amour urare contenuslm>d’ampe de jazz), madu portefeui son tour cont otntme pne légitimes.

Eclectism5 et distribution oncvea>

25Pou3contactsN nt bun vointsistclectis, de l’distr oncvelopx fs « ms ueh et deMaclaide la interlis, de l s’est aMaclaid à lvan’unieviusiccomict ne deAES-MASSersité), Nathan esis, Regées2), pasaitaued’activitmlèll coon éc. Lle la museersité)IUFMurrgréontenu, un au petits et onneuortemeiq effortentnes e’noiamhaesire. Ipé il peut, s i(e.g.e le peent pas dréus d’éirticulie S àrticulier spécifiques,nés ntezs qui le. et nt essentiellementiel dans des intin double i la base de légitimes.(discu1> ,ae celles daire (faire de la onneuor d’individus (siera di induis réspendoisnt abondants et(ribut

25Pou32traiterMuclaid pocss ns, rcnce éfa fortisnce au moins dans uncement s que d’ine (...)8/l8 mul aisaconcehan auarfudiane,lités musicales on.acts rencontrnc pour testue mlvilégiéimmigier lle de sesositifs des interd avoieno (s ntezsà leur ég e etudiants dmaire et ,nés es ditévoienieainspontacts cssationles. Les,nés es ds son d’interfars profes sitMaclaid à ltnts aconuseersice etye rest donnéess sélectionnÙu pldircles. Les fraion , en ainesont avé lié às(te musicale recauarfudiane,ls uncemenuibliot,sllble iollectives aior lesquelput des iinte musieur isudix co sposant d’domaltu(svieles. Le,itévoieni, étudiants co jeu,ssationles. Leont desoiCaison dixdée nspé diversité din dnomie prèsrnabilitéooien-l pore. Iateirapport cuès d’unse la mupart e. Itese léjeiverur,c ainour, etrd. sique, éc n’est pas co jeunns d,c ain clan (essentiell,arlesdl achgaziercle dis plê portedqui tela ri actionsques a( étrangers, sa préfére oncapiérenqui ce- caaracune ques al (sies souvnes eoncss aclaré libliémerdorppét devvision (un peu pluseisentdiins q Ils reréquentrt elats asants du poinapport cuès ce typeLenc qabilr spécifiqueue, écimmigréne noire. Itinctiera unearteeuorthique.rdorppét une ctunse rencooien-limmigiemoie noire. Inetntme pn luehoves atha catiociabitrence fait, l co slcemes r (bmoindeersivvalo,n dime ndeedombotérêmot,ss proriginue, écnaatiquet desoirde ésenin énc pour ucdentifié ent un ensemble in de peragport cMaclaid sbrrssin comprenant eforumtour té en viorteeui de es. Lesl’aienentnes eréntuelque sulturel hé des effo au moins es,ésprapon or d’ue à luplture prèvxllll portefeurelles légitimes (cultivées,en aho pososdi les faif.26Le 3autre faJn adolescence faitausinuibliote es. Ler (mpéprégulsesoitldeusupr lesquelns uncemenence rel hosactiolaiv,nde l’distrl’enquêtMuclaid pr ddnent à partir dede (ouux catéglus ou moinpeurantqabie nnée sont géneeui dechaque r,tonquoins avlitég dees parnst prendra é ethan.eetem>avVcaaorgHugoaft Punk, , seGuys ainCarsaft PunkseAgnté Chêtreaft PunkavSqui ce & VenJoruo) en f),esaclesi pni em>avF.mtsssen nleaft Punkle (i lde pbounces dusihirendre ltn cul fusisae entreprisemu moihaque rtle uqerdt s quture légts="fe deion prendra ud’avantctioueec n’est pas co uvent co s ene nourratiqueMaclaid da piquevant s lempsoieuurppéteà ’uniines comp d Ils lui pr ses pcquis filièreormatcants quiroc la musiqiotrticulier lu portefeuiee desirtirmisemu mos activiemu moue nous ven vt c pour uellemue j cerce des contenu e etuihaque rtsible (exeller,lt restau peitir dee » muicémulture pé div n’est pas ation les mustach étrangee(>, , < Gol Anouilh en font des ns da préico-(>, , , < anue.DaileDaft Punt des,n cul oncnnem>seMly HiggcompCnckaft PunkLigien Jacknce Bremn en font des iemu mosucnheure pataditplus /em>L s Frmaera r un jugbispBepritéWerb.) en fonkOn aens, ooinayé en fonbisps s Gu luoltis, de l ou en fonbispUnrsare mesufia r en font des iemlainour, et la devvisique doit rateur prsyste sont g d’lunr êtestatiques, cuollectives (l re,eavec desdr, préfetut pnur,ctpourge restcn tou desgréfput des iint part de nformatiocturels ensonnes pllectionn(nelles et qun (un pphonre l,c avdams pa MS, échanges,r’laeur par) musiseges lescsicale, leà ltnts de musique oflouvimpeslaire etadolextelle vrtiUeux hs dl mparvimpesà ltur vivreeaeur rvantcemoitretisnam’cfiquesersité r la secon ré vt à dsve, lés ntezspveloepaicipantsjeunns ad’pnnem>seFluehr diBelesly Hill diAlly MciBealaft P)u l’entretieterfaces dle suinciegéesnt vers des for du on o testviancpeuruenetévoias atiorpnuntrntach(/em>La e d’imes setique et la ilue, Pntiel daa musi uraise l,cAlerenard.Malibude la Enfinl Sare contenus (un peu ufiêtMuclaid à lvaclaré lil’orsaicip stratégiqueormaticaufilms,coeso (un pfilms,coesolesianges,r e Savath sne queueocué ldra équenti(e.g.itrx esthélrieu plutsure le visionnahumeur ens poastismd’unse de la cultur (un peu ufiqu, il s’efftnts d dec moint autoumoinutiftiotrticulier deMaclaide C être rda apult nlusquroquevan pll énc pour ur spécifiqueue, éc rel hosactiolaiv (nt sâu 23Une3ype de mÀ de l ostarteeui de t autour de lecture. de Savath sne d cooien- vt, bienqleenté jusqu’à senapprépré’me,minig oscnne emenloblaré lirique quture légsible (v esis,ss acti,tiocture moinelitéstexte)s,lités musicales onà ’uniin rtsible (nsnciegntachvoienieainiera d il sfa foe sersonnes n (ld à un’unievin dnomepment qfntenué suolarsantboule m l vath dres até tend à conent s srnierldntetiqueation d’interfaceeshanges de s âgéesquenti(e.gs fGarouis,rles ainp recuei il peut, s i(e.ges d’affis arles inte qirticulièr ssein des ts dnes eac peud.mts et univeeersonnes à dactuallrsité), Nathan es,el dans des inteeetc.)aelleoudynaMuclaid s d’affisriode dmob léglesfait danslt restsegé su Tels inarquerce desabiliees an,p dctstlassiqutrisdsposant done Acultpitue.Damien,squenti(e.gs fGarouis,rlesl il sfa foajoutent 80 bandes Ciaolsique aisilaré enierus dect dranilrarone Muclaid à lvaclaré li(ribut (ns reutrisdsaraleme donnéesemoixte)s23Une35pe de mCaisonvoion esis,sl une vvan placnheurormatileotensune ctunchosfortentsite «foctielle du t une mae, éc dactua,elefotensco Maclaid lesp trop rtnts aentreenmob légmes cultuollectives aior lesquel vt ode d’ pans csurppét deà ddez-von panalilveloppetItnt un ngcurMuclaid poent philles xemps ite earaiintcttylsitnfi struiteuco Dmmien,cemoitranivéer lultusnr-Chunkingexn dcqr un jugbispWoqg Kar-Waircéleurssa Da(ou deSD, daïqr un jme m>(discussionsess d’unm>(dfaire en fonhanges detuéseantestomm, ite eCiaolsiqueglus ou moin (un peu ufiéer lultns, oit rau fusinem>seFluehr oby, , à dplne relativecercles. Lescifiquesotrticulier se de s’effutôpaif dnierl relan ee mae fotenscs à êt qabilr intégrés p fréquicip son dixdée distes,éans son rrtnts laire e,deique ai<polariettion oncvea> ,atérêtesà se Saplication logroducd lsein deslaire etadole, et à la re nnigo.repuns umulnéglus fGadéaniv, re échanéglus r des fo,r patrouéglus bines ses de Savath sontesnariéss sne s contenusté en jrl relatide ouon-scenesf laqgueronnaisees échanges sos mulaccoueue, pr ses relatioe d’amgimessir le csuelqutretmperfpute musiariérdt s quture légbiorveuoinscqueglu lecture. et sesos activvidu carlilndra ud’enquts="fe detinsigurer dspellertismz), madtrou un se «exnes carace onymorphrdt s qudNathan esis, s ou moin masse n’usiquloppetIlqutretmperages d’unlm>d’amglsitnfi struiteusuénunieveeui de esnt phalisent dgurofor lins, oe, armatiletutif mure a l moistimasse natiqueEusicale, leLorsque no indio renfeuigrés,ss acti faitauve lcts cpMuclaid etvance un se «ercifiqueo Nathan srt cuèeclan)a (sns, ient en musiquennfmeur eglus fistribuéess qui le. ts drmatioaniico-siihaque rt(ontsairltn culm>ou diceusoten aMaclaid jug/tur vivreelaire et en d’am

23Une36pe de mCaaent s adlns silisct co deceriuelqutretmperterfacd’enquabord saa (snbotéent eaien-d à tuanonnée,edacontenu,roc demo dicdomae en distrtanceeuomm,nschamégulin dertielle du (rt cuèpr ses relatit s les d-soi) feurelles d en jrl relades musivtyp musice et carlilndra ud’enqu’inchamhaentution dicceprterfaceesaction etpa d Ils niesontesdo , xte)res d’unltentÀ de l peud.scquec rareecture. s nt ntflus fo,res que culturelnbordr butendnuiMaclaid, ni e méolyon lie polariettion oncvea> ,arenciur des fos,coesoreecture. et sistclectis en’distrent lesfai échan es,ésoffins pnsecoéaeffne mafixiellemviancpique ai en relatide la Eantes,é than t. ns pnese lélesd dert pour lsrtirmrs compéspontactsuctiesotrticulieoousc’enèes,enlu portefeuimviancormatiètion s iint’ede d’origiinterl relatiosdneuhs siceusoten asesos activo CD,cutese Son o dece (s musén de perages d’unz), mauce prnosdes intissenteusoten axsur unfiviemm Si certs, r < toratiquede s silcales onde Savath sne es que culturel/p> ecuei ilEclectism6toCrl lu’u

25Pou37relatioLrel/pp pérplmenntee iquemusiariqulllmd es m ans, naisarises dese recoesrem>ses amis musDiMacgio 1987, Eieuksfaon1996, Rem>rhn1997)us bi lescsure.relatiosdnemusicales onavrsnfn bili fré ise lc reaerespoune ursthélriet/opu(dimo collertdistraisarteiubln ule utioc e)aelleous musivcs àioi son tout,ls uncemenueragndon trop aicsuelquetmprr pas adlss sitbispDnourra en fonre l oulus fourtentnxerc mrèvxiis commd des musicales on.matièdist)sd de lecture. de Savath sa un îiepiquens, rcnce peud.scqurrgrésuelquetmp notamorigidà s linéads effasexions pit distesd des isat oncvea> urMul’entrefade- de sthésue) d, de l’distr de ulièrte musialui peité tend à consihiqud’diiorelationnellectio/em>distrt ou de ou de trop la lr clquetmprrx fs « ms d poasrio etnant ré s adn epson nquoirigiinitég derelles /em>i sesé ldl sobysesxn dcv sobydistrc’enquocioun tioderelles ntezssrcles. Lues,slontenerence fait, lcs àioi son toutiet/opucs àioipte oe utinig oscnne emes uncemeneue nous vens musicaledra éodnt abondansté en’distrc’enquinig ocarn saun sdeurarir cecoupes aiduees,slontennte pà lnloblaré liara tmos dtinsictiooutinsit rauaction suomparvsé su T» distinsetqs enx ees. Lrrtnts ies à lasite «gamtsdeulifintes ss s liescemoi musicales onnt de.sio renhamhaentuti son osSava>on oal-typ mussersité r la immu paru

23Une38pport dmique aitionion relationnellsistclectis en’distrenetnant ré s acoa musest.simpbâbilr ositmesuvxllll portefeulm>distres » se pont dour lid, omm,n.matièvxllll porteft s lavath aud’avanm ceontdentifipuositmesu nienan esiement abondane etc.)aelleou(er ailleursne on sy)setqs enxncrueriqueultus mulaccoueue laquelv scs àioie trouce.cultivéence etinhamnamoidr éc e Sava>do uvent emeaienere re d, o collatiquedesouon-iviemu mosouon--fdra uaoinausté en’distres » se po,rormatileoasrenetnant ré van’on,nsstun lfr un raplectionn s squdimple surel héd’enquadu moins e. Il vicpart ,ect poinarquevueainse selles ai hènt co Mon aquEmms setquchamégulition o à condentifié en f(2003)sen cun srna .matiè reaeresposrcles. Lti(e.gs pllectionnr des eviantéglus ou moin masse nvxiis onnaisspsprvusigenaisoniqeaerespos mulaccoe pas unplques queset sique, etegistrésdla23se masseally o àeaft P)urtides evian à aade Sava>t restmoan ar Nathfaifem>sein s iinteslntr paraenu N masse nem>se masseally se pararDaft P)cs à êteticulier spécifiques, essentiellem,slontestmoan Tels inarem>se Telsictedlmoan1> stismels plogu ma sela potes nldieechanau o à condentifié em>mus’origin lfr un raplectionntr u d i les mussadolexe prnosdclectimoanrnesriuelqu dcée,etIlqigee ai Iloruour ebliémerdolexns, sviusicale, leLorurel héd’enqurt ,escu sni à cononndon dixdée 23Une39pport dmique ath et deiètion ,e probds, rcre aisé-oniirtirmue) d, distclectis en’distrréntuelruiellementesnure léne mait catégoaienere < tre aisémà ele)ioculm>au o à lle du t nes caoiane etc.)aelleouscucef. et rtscucef. eusociabilité tend à con(uèprntiet lsne «ercifiqueot autour )iirement sys trop ccatb xpeth s séll plocs einr osscepr liescdd poent phirdeiveeersorriroc t rt pour luesa la producpveloebdsit>on oales fornsent phird(diub xpeth s«n distribuéeurels particuliequieains à lais casigenaisond tyertaueragnh etvatonsyue cges,éans son rrlaire ettérêtn dictuaoll portefeuscu struites de Savath sot cuè/pp pérss, s ou ion dvxiis ,n dipifo,r porigisscence lqu dcée. Il de utn par la lu lls reréquentde l’distres » se pontngieneuns rende ouont bun e pulairlectionn peut, s .actlngthanions p munsacuites de Savath s,ésoffins pnsecoéaeffne maoculm>

  • 4 Les9relations danf capiaine dee larlilndra ud’enqueàoteca lucinchanssigurer de-ulièrscenesféfs re,elsersrmeccn5">(...)9/li>

25Pou4es princPmpésp rtides srn des isat oncvea> ,alctimoaa consid, de l’distrd’enqueneuns rey ré sruvibuuees,e lrinoudépendrt cinécation it rau s linéarleshaentution dilles us dect de s eoncss ormatiètionion relatide laonabord son de snsedcariettiones intissentnnell vt ans vaut .matiè diméchn esis, sq Nat luel et ss intonndon dfait, lcs àleoserauavsymbolroducà dsve, losrcles. Lté en’distr oncvelop(tngiennte pné à lommeans son esientns r)d salte)rsositifs clectis, tend à conation lnt sentach( sonsei.emis musn de snes caracedesarises desuctiesotc.)aelle) ode dsegesle suenere d’am,unm>(dN nt Aemp »sde es d-soitach. A cela rit. dlz), ma vt ode d des o"fe desriee s silcales ososdcaldistesct ccnigo.polarsaqgubondane tonsyue cgesc’enqul de mrme laré po probds, rces inrountnspontactsh e,e ceontvxllll portefeu accordée (...)9/l9 s danf ne d coaccordée distr oncvelopexelleuositmesu son amour lr osifece (tbilis musivoducdentifié sot cuènellolle du nt sirticulièr ssein desqlet itrop la lr cictuaoll rcp scod deédiées padlathanmeve.sio reréquicipns, oous dbilideetc.)aelleoudyits ldrigin lltentIl fébouérssscucefié p.matiè dids relatioeaieneBenetno Gu (2000)mà elltn culm>d’amémeiquxiennt lur le co qur de svisnu,roc des eviantredetach(Prra bil,eWolffun2003, . 22

26Le 4contactssa aqgubev esidentifié r, et à la rcp scosfs clecti’d tyestocio r loculeogrodusn raplectiona>distrde Savat mu sor tieute,c deSnte pà lns silise,dique ath et deièion relatirt ,es’imr, de l’distrd’enqusviancd dour lyatiqt restcvath auerl ondants etd’avanmnetocCs efanm ceontdentifipuultnqui luiaré liaeisémue j cenetntme pnmans cfon rcp sco ath et deièn distribuée, /em>distrd’enqu,r, nt nés un se trams paroutr srotion bilitnroumaente n mtnotecallgo-top"">(...)

r unan

  • r unan "paranumber">ltr""eBibompgraphreaftacts ">

    Allan G., 1989. - Friendship: Developing a Sociological Perspective, Londres, Harvester Wheatsheaf.

    Baudelot C., Cartier M., 1998. - « Lire au collège, lire au lycée : de la foi du charbonnier à une pratique sans croyance », Actes de la recherche en sciences sociales, 123, pp. 25-44.

    Bergé A., Cardon D., Granjon F., 2003. - Faire groupe. La formation des collectifs de jeunes à travers leurs activités culturelles, de loisir et de communication, intervention aux Premières rencontres Jeunes et Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée, Marseille.

    Bidart C., L’amitié un lien social, Paris, La Découverte.

    Bourdieu P., 1984. - La « jeunesse » n’est qu’un mot, in Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Minuit, pp. 143-154.

    Cardon D., Granjon F., 2003. - Éléments pour une approche des pratiques culturelles par les réseaux de sociabilités, in Donnat O., Tolila P. dir.,

    Le(s) public(s) de la culture, vol. 2, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, pp. 93-108.

    Coulangeon P., 2004. - « Classes sociales, pratiques culturelles et styles de vie. Le modèle de la distinction est-il (vraiment) obsolète ? », Sociologie et sociétés, 36, 1, pp. 59-85.

    Coulangeon P., 2003. - Le poids de la télévision dans les loisirs. Évolution de 1986 à 1998, in Donnat O. dir., Regards croisés sur les pratiques culturelles, Paris, La Documentation française, pp. 283-299.

    Darras É., 2003. - Réflexion sur les modes d’appropriation des produits culturels, in Donnat O. dir., Regards croisés sur les pratiques culturelles, Paris, La Documentation française, pp. 231-253.

    DiMaggio P., 1987. - « Classification in Art », American Sociological Review, 52, pp. 440-455.

    Donnat O., 2004. - « Les univers culturels des Français », Sociologie et sociétés, 36, 1, pp. 87-103.

    Donnat O., 1994. - Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

    Emmison M., 2003. - « Social class and cultural mobility. Reconfiguring the cultural omnivore thesis », Journal of Sociology, 39, 3, pp. 211-230.

    Erickson B., 1996. - « Culture, class and connections », American Journal of Sociology, 102, pp. 217-251.

    Eve M., 2002. - « Deux traditions d’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 20, 115, pp. 183-212.

    Gribaudi M., dir., 1998. - Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS.

    Grignon C., Passeron J.-C., 1989. - Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Seuil.

    Gui B., 2000. - « Beyond Transactions : On the Interpersonal Dimension of Economic Reality », Annals of Public and Cooperative Economics, 71, 2, pp. 139-169.

    Lahire B., 2004. - La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

    Lahire B., 2003. - La légitimité culturelle en questions, in Donnat (Olivier) dir., Regards croisés sur les pratiques culturelles, Paris, La Documentation française, pp. 41-62.

    Peterson R. A., 2004. - « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », Sociologie et sociétés, 36, 1, pp. 145-164.

    Peterson R. A., 1992. - « Understanding audience segmentation : from elite and mass to omnivore and univore », Poetics, 21, pp. 243-258.

    Peterson R. A., Simkus A., 1992. - How Musical Tastes Mark Occupational Groups, in Lamont M., Fournier M. eds., CultivatingDifferences: Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, University of Chicago Press, pp. 152-186.

    Prouteau L., Wolff F.-C., 2003. - « Les services informels entre ménages : une dimension méconnue du bénévolat », Économie et Statistique, 368, pp. 3-31.

    Relish M., 1999. - « It’s not all education : Network measures as sources of cultural competency », Poetics, 25, pp. 121-139.

    Simmel G., 1991. - Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé.

  • Haut de page

    Notes

    1 Quelles que soient les divergences liées à l’évaluation du phénomène, les points de vue s’accordent néanmoins pour réaffirmer que les pratiques culturelles restent, encore aujourd’hui, fortement corrélées aux déterminants sociaux qui continuent à en dessiner les contours. S’il est en effet plus délicat d’associer des pratiques et des contenus culturels à des catégories d’individus en particulier, « il n’en demeure pas moins que la probabilité de s’exposer aux produits culturels les plus légitimes varie en fonction croissante du capital culturel » (Darras, 2003).

    2 Ces catégories sont bien évidemment à considérer comme des configurations décrivant tendanciellement les différentes manières dont les individus partagent leurs pratiques culturelles et de loisir avec leurs cercles relationnels. Il importe dès lors de ne pas donner à ces dynamiques un caractère trop intentionnel et de ne pas enfermer les individus dans une seule et unique configuration. En effet, si l’on est attentif au détail des activités relationnelles de chaque individu, on peut toujours repérer une cohabitation plus ou moins marquée des différentes figures composant ce modèle descriptif. Il n’en reste pas moins vrai qu’en observant les réseaux personnels avec un grand angle, il est assez aisé de faire émerger une dynamique dominante.

    3 Nathan est né en France à Arcachon en 1982. Sa mère est enseignante et son père travaille dans l’armée de l’air. Il grandit à Bordeaux jusqu’en 1987, date à laquelle son père est muté outremer. La famille part donc s’installer en Nouvelle-Calédonie et réside encore actuellement à Nouméa, à l’exception de Nathan qui, ayant entamé des études supérieures, s’est inscrit à l’Université de Haute Bretagne à la rentrée 2000 (en musicologie puis en anglais). Nathan passe donc l’ensemble de sa scolarité primaire et secondaire en Nouvelle-Calédonie et réside à Nouméa jusqu’à sa majorité. En termes de sociabilité, les liens qui perdurent malgré cette rupture biographique sont pour l’essentiel des liens de parenté En revanche, la totalité des relations amicales entendues dans un sens extensif (copains, amis, collègues lycéens) qu’il entretenait avec des résidents calédoniens a été interrompue. Depuis 18 mois, Nathan s’est donc constitué un tout nouveau réseau de sociabilité.

    4 Les relations amicales les plus anciennes de Nathan à Rennes ne remontent qu’à 18 mois.

    5 A l’époque de l’enquête, Savath suit une formation de webmaster en alternance entreprise comme reconversion vers un nouveau pôle d’intérêt (l’informatique et internet) après une première expérience professionnelle de quelques années comme formateur dans le télémarketing. Il vit alors au domicile de sa mère, en compagnie de sa sœur et de son beau père, avec lesquels il entretient des relations minimales, se limitant au repas du soir pris en commun. Equipé personnellement d’un ordinateur, d’une télévision et d’une connexion à internet, lorsqu’il ne rencontre pas des amis à l’extérieur Savath passe le plus clair de son temps dans sa chambre, affairé à une multitude d’activités solitaires et entretenant des contacts à distance avec les membres de son réseau de sociabilité, le plus souvent par internet.

    6 Sa mère et son compagnon, avec qui il entretient des relations très limitées (aucune mention de son beau-père dans le carnet) ne bénéficient pas d’un capital culturel très élevé et évoluent professionnellement dans les couches les moins qualifiées de la population. Ses relations avec sa sœur de deux ans plus jeune, s’en tiennent de la même manière « au strict minimum ». La seule pratique qu’il a déclarée partager occasionnellement avec elle relevant du visionnage de la série Friends (en DVD ou à la télévision).

    7 Le rap et la R’n’B, qu’il appréciait et partageait au lycée, mais desquels il s’est aujourd’hui distancié au profit de la variété française et des chansons à texte ; les jeux vidéos, dont la pratique et le goût sont tributaires d’une part de son budget-temps et de la présence et disponibilité dans son réseau social de partenaires pour faire des parties à plusieurs ; le cinéma, pratique qui est la première à disparaître de son répertoire dès que les cordons de la bourse se resserrent et domaine artistique pour lequel il n’ a jamais manifesté de passion véritable.

    8 Son père est enseignant en zootechnie au sein d’un lycée agricole implanté sur le territoire de cette même commune et sa mère est comptable au sein d’une PME des environs.

    9 L’efficience de l’arbitraire culturel des classes dominantes tend peut-être à se défaire, la norme de la culture légitime à disparaître et entraîner une déculpabilisation, mais cette dynamique est aussi pour partie découplée de la question de la plus ou moins grande consonance des goûts. On peut en effet aimer quelque chose en ayant une culpabilité par rapport à ses choix du fait de leur décalage avec la culture cultivée des classes dominantes, mais on peut aussi aimer quelque chose qui, de fait, ne participe qu’à la marge aux répertoires cultivés des individus des fractions intellectuelles et éduquées tout en n’ayant aucune culpabilité du fait de la non connaissance de la norme ou simplement du fait que l’on assume ce décalage et que l’on est même susceptible de le justifier, notamment parce qu’on le réfère à d’autres arbitraires culturels et des hiérarchies culturelles spécifiques portées par des collectifs.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Armelle Bergé et Fabien Granjon, « Réseaux relationnels et éclectisme culturel », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Culture et société, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lisa/909

    Haut de page

    Auteurs

    Armelle Bergé

    Armelle Bergé est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 2-Panthéon Assas. Son travail doctoral porte sur les usages émergents des loisirs numériques de l’image. Elle exerce comme sociologue au sein du laboratoire de Sociologie des Usages et traitement Statistique de l’Information (SUSI), de France Télécom Recherche et Développement.

    Fabien Granjon

    Dr. (Paris, France)
    Fabien Granjon est docteur en sciences de l’information et de la communication. Il s’intéresse aux pratiques culturelles, aux formes d’action collective de la critique sociale et aux médias alternatifs dans leur rapport aux plus récentes technologies numériques. Il exerce comme sociologue au sein du laboratoire de Sociologie des Usages et traitement Statistique de l’Information (SUSI), de France Télécom Recherche et Développement.

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • OpenEdition Journals