Navigation – Plan du site

Poètes et poésies à l’âge des révolutions (1789-1820)

Jean-Luc Chappey, Corinne Legoy et Stéphane Zékian

Texte intégral

  • 1 Parmi les récents travaux qui ont renouvelé l’approche de ces questions, signalons : Édouard Guitto (...)
  • 2 Paul BÉnichou, Romantismes français, Paris, Gallimard, 2004, t. 1, p. 81-82 ; Pour une tentative de (...)
  • 3 Ibid.

1En s’interrogeant sur le statut du poète en Révolution, les réflexions rassemblées dans ce dossier s’emparent d’un objet qui a longtemps pâti d’une mauvaise réputation et dont la longue disgrâce historiographique n’a pris fin qu’assez récemment1. La production poétique du tournant des Lumières a en effet souffert très tôt de nombreux préjugés. S’agissant des poètes révolutionnaires, la subordination à « un dogme social qui préexiste à leurs créations2 » leur a depuis longtemps valu un discrédit analogue à celui qui frappera, en d’autres temps, les romanciers à thèse. À cette disqualification de poètes longtemps regardés comme de simples et trop dociles « rouages de l’État3 » (et préfigurant à ce titre, comme le suggère Paul Bénichou, les enrôlements totalitaires du XXe siècle) s’ajoute encore le long désintérêt pour la routine classicisante des poètes de l’Empire ou de la Restauration. Des raisons de natures distinctes ont ainsi concouru au mélange d’indifférence et de suspicion qui a longtemps recouvert les poètes dont l’œuvre s’inscrit à la charnière des deux siècles. La journée d’étude de juin 2012 dont ce dossier est issu a d’emblée reposé sur l’hypothèse selon laquelle l’oubli du poète en révolution pendant tout le XIXe siècle et la majeure partie du XXe siècle en dit peut-être moins long sur les pratiques poétiques de cette période que sur certains soubassements de l’historiographie littéraire française. En cela, notre objectif était moins de réhabiliter certaines figures de poètes tombées dans l’oubli que de mieux comprendre le sens et la portée d’une si longue désaffection. Mieux la comprendre, c’est-à-dire à la fois réfléchir sur ses conditions de possibilité et mesurer ses éventuelles conséquences, en particulier sur la définition de la poésie qui n’a pas tardé à s’imposer dans les institutions littéraires du XIXe siècle. Au plan poétique, l’intérêt problématique du tournant des Lumières tient à une situation de crise dont il n’est pas inutile de rappeler brièvement les principaux aspects.

« Mordu du chien de la métromanie, / Le mal me prit, je fus auteur aussi4. »

  • 4 Voltaire, Le pauvre Diable (1758), dans Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1877, p. 99-113 (...)

2À partir de La Métromanie de Piron (1738), la manie de versifier à tout-va qui s’emparerait de chacun devient un cliché des discours sur la littérature du tournant des Lumières. Voltaire le reprend, avec la même ironie, avant qu’il ne s’épanouisse dans la France de la Restauration. Objet de sarcasme ou de déploration autant que construction dérivée de tensions élitaires, il s’arrime cependant à des courants de fond qui traversent le champ littéraire entre 1789 et les années 1820.

  • 5 Citons seulement ici le Journal des Débats politiques et littéraires du 22 août 1816 : « Les Académ (...)
  • 6 Gérard Gengembre, À vos plumes, citoyens. Écrivains, journalistes, orateurs et poètes, de la Bastil (...)
  • 7 Les déclarations d’imprimeurs conservées aux Archives Nationales, dans la série F18, permettent, en (...)
  • 8 Cantate exécutée par la musique du roi, au dîner donné par MM. les majors généraux, officiers génér (...)
  • 9 Les Trois journées ou recueil des différents ouvrages que l’auteur a eu l’honneur d’adresser, au no (...)
  • 10 Yvon Leclerc, L’ouragan et l’inondation arrivés dans Tournus, en juin dernier, poème, Lille, Caille (...)

3Aux représentations du temps – véhiculées par la presse, les libelles ou la littérature panoramique5 – qui reprennent inlassablement l’idée que tout le monde rime et prétend se faire imprimer, que la pratique poétique est devenue geste banal, répondent des tirages éditoriaux frappants. Dans « l’inondation textuelle6 » qui caractérise le marché de la librairie au tournant du siècle, la poésie joue ainsi un rôle central et pour la Restauration, les chiffres sont édifiants. Souvent cité, le succès des Méditations poétiques de Lamartine (15 000 exemplaires entre 1820 et 1830) ou des chansons de Béranger ne doit en effet pas faire oublier la véritable vogue de librairie que connaît alors la production poétique dans son ensemble. Les recueils de vers publiés annuellement sous la Restauration l’emportent en nombre sur les romans et les tirages moyens rivalisent souvent avec ceux des romans historiques, dont sont friands les lecteurs du premier XIXe siècle. Les chansonniers et poètes royalistes en bénéficient même, avec des tirages qui font de certaines de leurs œuvres de véritables best-sellers7 : 6 000 exemplaires pour ce phénomène éditorial que fut la Veillée d’armes de Lamartine mais aussi 12 000 exemplaires pour une cantate de Ducis8 ou 14 000 exemplaires pour les Trois Journées d’Alissan de Chazet9. Cet emballement du marché se double d’une pratique extensive de la poésie, qui s’empare souvent du banal ou de l’actualité. Cette versification au quotidien s’illustre en des textes consacrés à une inondation, à l’inauguration d’une cloche ou à la fièvre jaune qui ravagea Barcelone en 182110.

  • 11 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayar (...)

4Cette extension du domaine de la poésie se lie, à partir de l’âge révolutionnaire, à une forme de démocratisation de la pratique, qui modifie, en profondeur, la portée du geste en même temps que le statut et les représentations de l’auteur. Le tournant des Lumières brouille indéniablement les contours étroits d’une pratique distinctive et exclusive de certaines catégories sociales et culturelles propre à l’Ancien Régime. Antoine Lilti en a rappelé l’importance, non seulement dans les activités proprement littéraires de la sociabilité aristocratique, mais encore dans les échanges sociaux, voire les relations professionnelles, des élites de l’Ancien Régime : « Au-delà de cette question de la valeur littéraire de la poésie du XVIIIe siècle, il faut souligner que la poésie comme pratique sociale est omniprésente dans la société urbaine du XVIIIe siècle, et notamment dans la bonne société11. » Or, dans le contexte des luttes révolutionnaires, ce code de la bonne société se mue en forme privilégiée de l’engagement politique, devenant une norme scripturaire pour le plus grand nombre. Si la place centrale de la versification dans l’enseignement contribue à en diffuser la pratique, la part de la population concernée demeure somme toute restreinte. Plus décisives sans doute furent alors la volonté des poètes révolutionnaires de faire sortir la poésie des salons pour qu’elle gagne la place publique en même temps que l’éclosion d’une parole populaire soucieuse de se faire entendre. Peu-lettrés et auteurs d’un jour témoignent ainsi d’une recomposition du monde des poètes, manifeste en l’an II mais toujours à l’œuvre sous la Restauration. Elle s’illustre dans une abondante production, souvent manuscrite, marquée par une volonté d’intervention dans le débat public. C’est le cas de Jacques-Martin Glise, menuisier dans les Basses-Alpes, qui recourt à la poésie pour rendre hommage à Louis XVIII :

  • 12 Arch. Nat. O 3 666. Lettre au comte de Pradel, accompagnant deux pièces de vers dédiées à Louis XVI (...)

Suis un ancien militaire âgé de 53 ans, ai servi pendant neuf années sans interruption aux armées du Midi et d’Italie, n’ai d’autre revenu que le fruit de mon travail de menuisier, ce que je faits en matière de poésie, le dois plutôt à mon naturel génie, lorsque n’ayant reçu que une très médiocre éducation12 […].

5S’appuyant sur ses travaux bien connus consacrés à la pensée contre-révolutionnaire, Gérard Gengembre rend compte de tout ce que doivent aux adversaires de la Révolution, et en particulier à Bonald, cet avènement d’une poésie militante et cette définition offensive d’une littérature pensée comme activité sociale. Les héritages d’un usage aristocratique, d’une pratique étroitement liée au cursus honorum de l’homme de lettres et d’un code au cœur du lien mécénique, en même temps que l’impact de l’éclosion de la parole publique à l’âge révolutionnaire, concourent ainsi, au tournant des Lumières, à imposer la figure du poète autant qu’à faire surgir sa mise en crise. L’inflation de la production poétique pose en effet la question de la démonétisation d’une pratique désormais trop répandue pour se voir reconnaître un quelconque prix, quand le sentiment de prolifération des poètes fait naître, chez certains, le souhait d’une redéfinition hiérarchique.

La Révolution ou la crise des autorités normatives

  • 13 Étienne-Jean Delécluze, Journal de Delécluze. 1824-1828, éd. Robert Baschet, Paris, Grasset, 1948, (...)
  • 14 Antoine de Rivarol, Le Petit Almanach de nos grands hommes. Année 1788, s.l.n.d., p. 69 ; La formul (...)

6Crise esthétique d’une part. La disqualification esthétique des poètes entre l’éclatement de la Révolution et l’émergence des grandes figures romantiques représente une constante du discours critique. À cet égard, le désintérêt de la postérité s’enracine dans une très longue tradition de défiance. Les témoignages sont innombrables. À la fin de la Restauration, par exemple, Étienne-Jean Delécluze se souviendra sans regret des « myriades d’alexandrins vides d’idées que vomirent les Delille, les Parseval, les Michaud, les Campenon. » Plus globalement, il dénoncera la mainmise de Delille sur la poésie de l’ère napoléonienne : « […] pendant dix ans la poésie descriptive fut comme une maladie épidémique qui frappa tous ceux qui se mêlaient d’écrire. […] » Et Delécluze d’insister sur « l’ennui que causait la clique déclamatoire des faiseurs de vers descriptifs13. » Ce qui est stigmatisé ici comme une « poésie de collège et de salon » sent l’exercice, la recette trop bien appliquée pour espérer plaire. S’il fallait n’en retenir qu’un exemple, c’est peut-être vers l’Almanach des Muses qu’il faudrait se tourner. Ce périodique offre le cas exemplaire d’une poésie jugée, dès cette époque, routinière et insipide. Il réussit même l’exploit de réconcilier à ses dépens des esprits aussi dissemblables que Rivarol et Louis-Sébastien Mercier. Dans Le petit almanach de nos grands hommes, pour l’année 1788, le premier s’acharne volontiers sur la foule des poètes obscurs qui « prouvent leur existence14 » en insérant de temps en temps une pièce fugitive dans l’Almanach. Quant à Mercier, son Tableau de Paris ne fait pas montre d’une plus grande bienveillance :

  • 15 Louis-Sébastien Mercier, « Almanach des Muses », Tableau de Paris, éd. J.-C. Bonnet, Paris, Mercure (...)

Il y a des tics littéraires qu’il est si facile d’imiter, qu’ils deviennent épidémiques. C’est ce qu’on remarque en lisant cet almanach, composé par tant de plumes différentes ; c’est une couleur, un ton uniforme. Vous jureriez que la moitié du livret est de la même main. On y aperçoit le même tour, la même manière, la même prétention à l’esprit ; et jusqu’au choix des mots et des images, tout vous répète l’accent du persiflage à la mode. Tout auteur veut y paraître libertin, léger, quoique souvent il ne soit ni l’un ni l’autre. Ces poètes […] vous entretiennent de leurs fêtes et de leurs plaisirs, sans vous donner envie d’y assister15.

  • 16 Jean-Luc Chappey, « La Société Nationale des Neuf Sœurs (1790-1793). Héritages et innovations d’une (...)

7Cette uniformisation serait le signe d’une banalisation de la pratique poétique qui induit le sentiment, souvent exprimé, d’une perte des repères, d’un brouillage des échelles de valeurs. Il est vrai que les instances traditionnelles de consécration (académies, salons) sont bientôt concurrencées par d’autres circuits de reconnaissance, comme l’indique l’essor de productions comme les almanachs, les dictionnaires, listes de poètes vivants et nouvelles sociétés littéraires16. La fragilisation, sinon la disparition des instances normatives ne fait qu’accroître l’instabilité autour de la définition du poète. Dans son Tableau de nos poètes vivants, Jacques Lablée évoque ainsi la multiplication des poètes :

  • 17 Jacques LablÉe, Tableau de nos poètes vivants, À Londres, et se trouve à Paris, 1789, Avertissement (...)

Nous avons vu des auteurs anonymes d’articles de journaux, de pamphlets, de satyres et de libelles, fixer des rangs à nos poètes au gré de leurs préventions et de leurs passions, vouloir écarter du champ des lettres ceux que la nature y avait appelés et y donner des places distinguées à des hommes sans caractère. […] Cependant, comme un des fruits du commode emploi d’arbitre des talents est d’occuper soi-même ou de faire occuper les places vacantes par ses amis ou ses protégés, c’est à qui l’exercera. On n’écrit que pour juger, on aime mieux être sacrificateur que victime, et distribuer des couronnes auxquelles on a part, que d’être fustigé avec des épines. […] Le bon public, qui ne juge plus, met une confiance aveugle en ceux qui se livrent à l’exercice de ses droits17.

  • 18 Ces lettres accompagnent, la plupart du temps, des demandes de secours adressées par les poètes au (...)
  • 19 Arch. Nat. O 3 1314. C’est l’expression employée par Drap-Arnaud à propos du mécénat de Louis XVIII (...)
  • 20 Arch. Nat. O 3 1311. C’est le cas, en particulier, de Courtois dans une lettre à La Rochefoucauld d (...)
  • 21 Arch. Nat. O 3 1314. Lettre d’Amédée de Tissot à La Rochefoucauld, du 11 septembre 1826.

8Sous la Restauration, ce sentiment de brouillage, et des instances normatives et de la définition du poète, nourrit l’abondant courrier des poètes-misère et des gens de bohème, qui dénoncent âprement un système qui les exclut18. S’adressant au pouvoir, dont ils dénoncent l’indifférence, ils s’en prennent à la « prostitution des grâces royales19 », fustigent les coteries et les réseaux, sans lesquels aucune carrière de poète ne serait possible20, condamnent un âge où meurt le vrai génie et triomphent les « vils folliculaires21 ». Ces – vains – appels au pouvoir disent ainsi toute l’angoisse de la recomposition du marché du livre et des circuits de la réussite, autant que l’aspiration à voir le pouvoir rendre sa lisibilité hiérarchique au monde des poètes. Face à ce que d’aucuns considèrent comme un débordement démocratique du Parnasse, et pour mieux lutter contre le risque d’indifférenciation qui lui est inhérent, le besoin se fait donc ressentir de raffermir les règles, de réaffirmer le sens de certaines hiérarchies. En un mot : de refonder une autorité normative.

  • 22 Arch. Acad. française, 2D2, 2e session, Ms 1 reçu le 1er fructidor an X (19 août 1802), f° 3-4, nou (...)

9C’est dans ce cadre qu’il faut resituer le concours sur l’Éloge de Boileau (1801-1804) organisé par l’Institut national des sciences, arts et lettres, sous le Consulat, dans un moment de profondes mutations politiques et intellectuelles. L’intérêt de la référence à Boileau est d’abord de faciliter la transaction avec l’idée, idéologiquement piégée, d’inégalité. Trop de versificateurs se prennent pour des poètes. Il faut y mettre bon ordre et telle est bien la fonction de Boileau à cette époque. Tout le monde n’est pas poète, et l’on ne saurait transposer au monde littéraire l’idéal d’égalité qui prévaut, au moins en théorie, dans la société révolutionnée. Un des candidats résume bien cet enjeu : « [...] Tout le monde se croyait en droit de versifier. Boileau ne l’accorde qu’à ceux qui sont nés poètes. Retirez-vous donc, rimailleurs inflexibles, et cédez votre place à ceux qui sont dignes des Virgiles et des Horaces [sic]. [...] Nouveaux Chapelains [sic], que n’écrivez-vous en prose22 ? » Il faudrait donc être né poète. Cette réhabilitation de la naissance n’a cependant rien à voir avec un recyclage des anciens privilèges. Car Boileau n’est pas d’extraction aristocratique. Exempt de tout passe-droit héréditaire, il fournit à la nouvelle société l’exemple idéal du roturier parvenu à se faire un nom : bourgeois devenu gentilhomme des lettres, il incarne la supériorité des dons sur la naissance. D’où, sans doute, la reprise continuelle, sous la plume des candidats, d’une anecdote célèbre qui montre Boileau imposant son arbitrage au monarque en personne. On aime se rappeler Boileau faisant la leçon à Louis XIV :

  • 23 Jacques Salbigoton QuesnÉ, Éloge de Nicolas Boileau-Despréaux. Mémoire qui a concouru au prix d’élo (...)

Un courtisan opposait le suffrage du monarque à la censure que le poète faisait de certains vers : « Dites au roi, répliquait-il avec colère, que je me connais mieux que lui en vers ». Sont-ce là les mots chatouilleux qu’aiment à entendre les puissances de la terre ? Que répondait le roi ? Qu’il avait raison23.

  • 24 Joquet, sous-préfet de la Gironde, Arch. Acad. française, 2D2, Ms 4, reçu le 5 germinal an XI (26 m (...)

10Un tel épisode concentre à lui seul toutes les bonnes raisons que peut avoir l’Institut d’intégrer Boileau au contingent des grands hommes dont la Nation s’enorgueillit. À l’occasion, l’exemplum trouve une variation dans l’image du précepteur intransigeant d’un Roi réduit au rang de vulgaire rimailleur : « L’autorité même ne put émousser le courage de Boileau et son dévouement en faveur du goût ; on en a la preuve dans sa réponse à Louis XIV lui montrant des vers de sa façon : « ‘‘Sire, votre majesté a voulu faire de mauvais vers, et elle y a réussi24.’’« 

11Partout reproduites, ces scènes n’illustrent pas seulement l’audace un peu rude d’un franc-parler devenu proverbial. Leur fonction serait plutôt de raffermir la légitimité d’une expertise poétique. Il s’agit bien ici de fonder une aristocratie d’un nouveau type. Dans cette perspective, l’inflexibilité de Boileau envers les petites plumes de son temps en fait une référence rêvée pour renvoyer à leurs études les citoyens trop pressés de convertir leur promotion politique en crédit poétique. Référence parfaite, en somme, puisqu’elle accrédite la thèse d’une expertise propre aux poètes en illustrant le rayonnement d’une souveraineté inaliénable devant laquelle s’inclinent jusqu’aux détenteurs du pouvoir politique.

12En réalité, cette revendication n’est pas le signe d’une quelconque assurance. Elle trahit au contraire une inquiétude liée à la profonde crise de légitimité à laquelle sont alors confrontés les poètes.

Crises de légitimité

  • 25 Michel Paul Guy de Chabanon, Sur le sort de la poésie en ce siècle philosophe, Paris, Sébastien Jor (...)
  • 26 Publié en 1825, ce texte a été lu à l’ouverture des cours de l’Athénée, le 2 décembre 1824. Le débu (...)
  • 27 Voir Hugues Marchal (dir.), Muses et Ptérodactyles : la poésie de la science de Chénier à Rimbaud, (...)

13Cette crise de légitimité a plusieurs facettes. Dans tous les cas elle traduit la hantise d’une subalternisation de la pratique poétique. Ce complexe tient d’abord à la forte concurrence des régimes de discours dans un contexte de mutations épistémologiques qui se traduisent elles-mêmes par des réformes institutionnelles dont le statut du poète ne sort pas indemne. Depuis la « prise » de l’Académie française par les philosophes dans les années 1770, la crainte d’un déclassement symbolique du poète dans la société du temps s’exprime avec la régularité d’un véritable cliché. Encore ouvertes sur un possible compromis, appelant même à une nécessaire alliance des ressources respectives des poètes et des hommes de sciences, les anciennes réflexions de Chabanon sur « ce soudain changement / d’un siècle poétique en un siècle savant25 » laissent désormais place à des diagnostics plus sombres, voire franchement pessimistes, sur l’inactualité fondamentale du poète en un temps gagné par le prosaïsme des sciences de la matière. Pour reprendre les attributs souvent mis en balance dans la presse de cette époque, les nouveaux maîtres de vérité manient moins la lyre que le compas, la règle ou l’équerre. L’image d’un siècle naissant étranger à la poésie domine ainsi largement la presse de la Restauration ou les témoignages des contemporains – même si, pour beaucoup, l’âge antipoétique par excellence se clôt avec l’Empire. La question est ainsi posée sans détour par Artaud, dans son Essai littéraire sur le génie poétique au XIXe siècle, de 1824 : « faut-il donc désespérer de la poésie et des arts ? », l’enjeu, pour lui, n’étant pas « de savoir s’il y aura encore des poètes » car « en aucun temps nous n’en manquerons ; mais bien s’il y aura encore du génie poétique26. » À leur manière, les débats provoqués par la vogue de la poésie scientifique témoignent exemplairement d’une peur, alors assez répandue, de voir la poésie réduite à une fonction ancillaire consistant à orner et transmettre ce que d’autres ont pensé. Au-delà des problèmes techniques induits par ce genre au long cours27 (difficultés lexicales ; obscurité de certaines explications mises en vers ; etc.), cette humble mise au service d’un discours apparaît alors parfois comme l’indice d’une relégation du poète au rang de simple utilité. Le monde académique cependant, et c’est ce que montre Nicolas Wanlin, n’entérine pas aisément cette relégation. Dans son analyse de la poésie didactique entre 1789 et 1830, il souligne en effet combien cette forme appliquée aux sujets scientifiques relève d’un choix offensif et idéologique revendiquant le primat des lettres. Choix teinté de nostalgie, sans doute, mais qui témoigne bien de ce que, jusque vers 1830, « survit, au moins dans la pensée académique, l’idée que les sciences ont un profit à tirer de la poésie. »

14Mais la crise est aussi, et peut-être surtout, d’ordre politique. Elle tient aux circonstances même d’une société prise de soubresauts trop violents pour ménager encore à ses poètes une quelconque visibilité. La conviction que les époques de grande agitation politique seraient fatales aux pratiques littéraires, et singulièrement à la poésie, fédère en effet de nombreux publicistes. Les périodiques de tous bords s’accordent sur ce point. Des Annales religieuses, politiques et littéraires sous le Directoire au Censeur européen sous la Restauration en passant par le Journal des débats sous l’Empire, tous relaient cette même idée d’une invisibilité des poètes dans un espace médiatique obsédé par les incessants retournements politiques. Selon les rédacteurs du Conservateur, journal crée au lendemain du coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), il faudrait attendre une certaine stabilisation politique, un apaisement même relatif des rapports sociaux pour espérer voir la pratique poétique retrouver de son lustre :

  • 28 Le Conservateur, journal politique, philosophique et littéraire, n° 92, 11 frimaire an VI (31 novem (...)

Les muses gardaient le silence... Elles aiment la paix, l’ordre, et surtout la fin des discussions politiques. Un orage violent a éclaté : les poètes ont dû chercher une retraite dans les bosquets qui avoisinent l’Hélicon. Ces moments de troubles sont passés : les poètes ouvrent leur porte-feuille, et le Journal des Muses [...] vient leur accorder l’impression et la publicité28.

15La proclamation de l’Empire ne semble pas changer la donne. À la toute fin du XIXe siècle, les historiens de la IIIe République rapporteront encore la médiocrité de la poésie sous Napoléon au bruit des armes qui retient alors l’attention générale :

  • 29 Auguste Bourgoin, « La littérature du premier Empire », dans Louis Petit de Julleville, Histoire de (...)

[…] quand l’épopée était en action dans les champs de Rivoli et d’Austerlitz, elle ne s’écrivit pas ou s’écrivit mal dans un poème. Trop d’action nuisit alors à la pensée ; à supposer qu’un Homère eût surgi, on ne l’eût pas écouté : le public n’avait d’oreilles que pour entendre la lecture des bulletins de l’armée. […] Il en résulta que les poètes, notamment, passèrent à côté de quelques sources nouvelles de poésie sans les apercevoir29 […].

  • 30 Charles-Hubert Millevoye, L’Invention poétique. Pièce couronnée par la Société littéraire d’Agen, d (...)
  • 31 Charles-Hubert Millevoye, Les Plaisirs du poète, poème ; La Satire des romans du jour, et autres po (...)

16Remis en perspective, le volontarisme d’un Millevoye rend dès lors un son bien dérisoire. Celui-ci exhortait en effet ses contemporains à prendre la plume en assimilant « le siècle des héros » à celui des poètes30. Dans « Les Plaisirs du poète, ou les pouvoirs de la poésie », qui culmine dans l’apologue d’Almanzor fléchissant par ses vers un conquérant sanguinaire, le même Millevoye allait jusqu’à créditer le poète d’une faculté de séduction salvatrice le plaçant en surplomb d’une histoire dont il infléchit le cours de manière décisive31.

17Ces représentations avantageuses, on le voit, désignent plus une situation idéale qu’elles n’informent sur les pouvoirs effectivement reconnus au poète dans la société postrévolutionnaire. La chute finale de la Grande Armée marque-t-elle un tournant ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit ce rédacteur du Courrier qui s’insurge à son tour, en 1819, contre la part écrasante des questions politiques dans l’espace public. L’attention publique serait captée, presque monopolisée par les rebondissements de l’actualité politique :

  • 32 Le Courier [sic], n° 24, mercredi 14 juillet 1819, p. 4.

[...] n’est-il pas permis à l’ami des lettres de protester contre cette domination des débats politiques, toutes les fois qu’elle menace de devenir despotique et exclusive ? […] En devenant citoyens, à Dieu ne plaise que nous cessions d’être hommes ! L’homme n’est pas tellement fondu dans le corps social, qu’il ne soit quelquefois rendu pour quelques instants à lui-même. Sont-ce les lois qui viennent alors, amies fidèles, enchanter ses loisirs et animer sa solitude ? Ce sont les lettres, ces filles du ciel, dont la destinée est de survivre à toutes les législations, et de charmer les disgrâces des hommes publics eux-mêmes. […] En laissant donc à la politique la première place dans notre feuille, comme elle l’occupe dans le Monde, nous nous proposons de consacrer, toutes les semaines, un article à l’examen des nouveautés littéraires32.

  • 33 Rapport de LegouvÉ « au nom de la commission, sur le concours du prix de poésie. » « La poésie n’av (...)
  • 34 Victor de Campagne, L’Intrigue. Satyre II, nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Cérioux et Du (...)

18Et, de fait, l’idée d’une dissolution de l’esprit poétique, emporté par la politique, est une antienne de la Restauration. Confrontée à cette concurrence supposée des affaires politiques et militaires, la poésie souffrirait tout particulièrement de la Révolution française et de ses suites immédiates. Très tôt dans le siècle, c’est ce qui ressort de l’accueil fait au premier Prix de poésie décerné par l’Institut national en 1801 (il s’agit d’un de ces concours académiques ici revisités par Jean-Luc Chappey et Guillaume Peureux). Les réactions à ce concours, dont le sujet était La fondation de la République française, méritent d’être rappelées. Certains journalistes s’offusquent d’abord du temps mis par l’Institut pour honorer les poètes. Il est vrai qu’il aura fallu attendre pas moins de six années (depuis la fondation de l’Institut en 1795) pour voir proposé un prix de poésie. Dans ces conditions, certains dénoncent ce qu’ils considèrent comme un « oubli » des poètes. Ils y voient bien sûr un signe des temps, une nouvelle preuve de l’écrasement de la poésie par le prosaïsme des sciences de la nature mises en vogue au XVIIIe siècle33. Réelle ou supposée, l’indifférence de l’Institut pour les questions poétiques serait la conséquence logique de sa composition et surtout d’une organisation interne trop favorable aux savoirs positifs. La faute en reviendrait bien sûr aux Lumières. Ainsi le satiriste Victor de Campagne n’hésite-t-il pas à écrire en 1800 que Voltaire avait « dépoétisé son siècle34. » Au fond, le retard de l’Institut à honorer les poètes vivants n’en serait qu’un nouvel indice.

  • 35 Élu le 27 septembre 1801 comme associé non résident de la section « Poésie » de la Classe de littér (...)

19Mais plus radicalement, c’est le sujet en lui-même qui est parfois remis en cause. La fondation de la République française est-elle vraiment un sujet poétique ? On peut en douter à la lecture du Journal des débats qui éreinte l’Ode à la République du citoyen Charles-François Masson35, lauréat du concours. La vraie difficulté du sujet résiderait dans :

  • 36 « Sur l’Ode qui a remporté le prix de l’Institut », Journal des débats, 19 brumaire an X (10 novemb (...)

[...] la trivialité des déclamations révolutionnaires. Nous avons, depuis douze années, entendu si souvent répéter les mots de peuple, de liberté, de tyrans, qu’une partie de notre bonheur actuel consiste précisément dans le silence de ces démagogues insensés qui déchiraient au moins nos oreilles, lorsqu’ils ne pouvaient déchirer nos cœurs. […] Je ne lui reprocherai pas [au poète] d’avoir composé une ode qui ressemble à toutes ces chansons où l’anarchie célébrait son propre triomphe ; mais je reprocherai à l’Institut d’avoir couronné une pièce où toutes les règles du goût et tous les principes de la langue sont violés ; et où l’amphigouri, le galimatias, la déraison sont poussés au dernier degré36.

  • 37 Charles Franquet de Franqueville, Le premier siècle de l’Institut de France, Paris, Rotschild, 1896 (...)
  • 38 Ibid., p. 382 ; Le premier prix mentionné est de 1803.
  • 39 Michel Delon, « Poésie satirique et débat idéologique à l’aube du XIXe siècle », Romantisme, n° 39, (...)

20En dépit de ses dénégations, l’article paraît mettre sur un même plan désordre social et dérèglement poétique. Ces débuts mouvementés n’ont guère laissé de trace, et cette absence constitue en soi un objet digne d’attention. La discrétion de l’historiographie sur cette mise en vers de la République est en effet frappante. Un siècle plus tard, Franqueville passera sous silence ce prix de poésie, comme si le sujet, encore trop marqué par la conjoncture révolutionnaire, était d’un maniement encore trop délicat. Dans cette somme parue en 1895, la notice consacrée à Masson ne mentionne pas sa victoire, ni même sa participation au concours de 180137. Le concours semble d’ailleurs lui-même effacé des tablettes : on n’en trouve pas trace dans la liste récapitulant tous les sujets de poésie proposés par l’Institut national38. Ce ne serait là qu’un détail si ce constat ne recoupait ce qu’il faut bien appeler un angle mort de l’histoire de la poésie. Michel Delon fait justement observer que « le mouvement poétique révolutionnaire et anticlassique » a été rapidement effacé de la mémoire collective. Il donne l’exemple du polygraphe Michel Cubières, représentatif d’un « mouvement littéraire systématiquement refoulé ou ridiculisé par l’histoire littéraire39. » Il se trouve que Masson entrerait sans grande difficulté dans cette catégorie, puisqu’il est l’auteur d’une épopée républicaine, Les Helvétiens (1800), dans laquelle il revendique avec véhémence une liberté formelle en adéquation avec le nouvel état social :

  • 40 Charles-François-Philibert Masson, Les Helvétiens, en huit chants, avec des notes historiques, Pari (...)

Il me paraît surprenant que durant une révolution qui vient d’affranchir la pensée de ses vieilles entraves, la langue française n’ait pas cherché davantage à briser les siennes. […] N’est-il pas étonnant encore que ce soient les orateurs qui aient pris un vol plus hardi et plus élevé, tandis que les poètes ont suivi scrupuleusement les anciennes ornières ? […] Il semble que les vers français soient comme une vieille monnaie à laquelle on ne veuille plus donner cours qu’autant qu’elle est effacée et polie par le frottement. N’est-ce donc qu’en révolution ou en modes que les Français veulent toujours du neu6 deyst parfoisharCouttesCe95, me n’est ers franmmesn>, que Voltariaclicai de Boi,, on ne es sontandtquesCrorme. faud-o plan d ; mulu faiuêmegianduit l m>, mértie de no la poaire22.

  • 38 Ibid., vi1803.
  • 32, rt de (...)
  • 33a>
  • 38 Ibid., p011826.

21, Rapbats39.De, le m,ppar JM>, rtRil sDitéuaît metjet em manièie, sale d’aillet bdien aulbriser imlle pences, des réformet reproduolie Pag. Trtor Vixis doté de. 32Ma,chel Cubiète,Pag. Trtut chiraiter cistribaie il inflre de non> reprelà des productions poétiq ns un contepostrévolutionnaies. Il ait bien sin un cséritalitiqpas us le Consuter à la Restauratiris au l« mouvemets la penscLe Conselvatrex subt de la poésue poumulu faans lp celuute, ls recasions sa s="elvatrsaévaistoire desub de vlutte, philosophaire39. »urs apparaa cependais pl, puffacésie rrr que de la poé-Phgénéions avers ros »que ns lpltiplicatice d’uhpas satirices traditionnsin as ce liée n, naousiasn aimt misavant39.pan>C’t.] Tout le sensoù l analouvolisée Sa phun m Gurprdité autourGers semrtor Staëlème, qui ce crréduitdiquantble clis en consistice d’Staëlpan> Rom-jet poétiq>.ore qu cele d’unealidiiculté ce getut poa>Les lté se pience oppet.étique fide de lsolievé,tique dedes producprit poétiqlogique esi se tcventions ete mism> Egés, c’fet combStaëlp comOn pher un la définitibt de la po,raitiénablfoisotribime avecte, philosaise etdomOspoétnorer las passiotut pulu faade deveunr le génie poéti et d c laissst au convacanibt de de versiftentiEerait ues seraits y iotut pStaëlèice d’usa s="eination trou centions révolutionnavoli et u’en-es, enchrasement de lur eeite, autant pes de la lanréfet demonédice.

22 e prlégation le statut du poues dans lon e-dombr Un sir las onque acisémée uson n’aileté pr ns umptrture des condittat soraires,ats politiqufin deindiffoduolux pratiqons poétition. contrèrementher uns représentaurs, dles onrdu mdemaisemeee ace si lcc. Traue un tourtion > siècls, csos par ins joociau, politiques . L’intértut pour des affaians du ils ts proustrent u’enele iflmbrdir de la poésL besent d’êtte repliquée au raù lpuleusemie, sire consi trar exceluinde n’est pet plut étt guble at e ca, amtat sorasée dc orateurt qu’ende n’tte atrture ag cepaires politiques qui lcc. diraientfiurnal des régantee Les péeient cor excfet demo stabilisati"elvdespotiqueles detroayonnemque révolutionna(7902- en 17 le d’unonsilisa MicVo nouv s, lajit uémol écle cetnt démocslégationgeonsism> poétique.attuffrirors l’attentes, sur cisrgcurrence les nouvedes poètnsoù ltyre ienus les priadicale par déttiure la «fus cestiotvers de la Révoluiq>.(ersbileouvelle de sise la coiure admdéat entaticles exicte,selexic)qufin et milita (oe diies v ; mest as de siseslsandi)qufin des hommesloisie et em>Cémonemvant32

  • 39 Michel Delon, T.] T défmes par ces chan…cle ous-ps trire au (...)
  • 39 Vion et partiernSilosahel (...)
  • 40

21 Aulidans Lotor Xrés. Tieâgculté oixench- du sispan>, s remisrn adiompositéns air coes par pie pisti"elvdespotscle l’auteur dn>, La ou ctions, à uvertnie poéti ou sma prinrnal des règces traditionnavolisne ltrfaisaist au convacananticlassetteshymnna, ces chansoud la bedébrimem>s ? a Les péeirop fnçaes, lrorevisique enmer le de nt fréfords, à uvertnie poétètSe qu’iû cheaçqueces restnorer des règces traditionna, que les poètnsoù ltyre gne n’héenneamoit uon n’un dchercace danseee aemple dn poss, broet Gusoient ConfsCubièun dépeilles enmer ce gs leno oétèt« La poé30, ortsie ue lvrete,tnsoù l’immpoéns srande usribaies entr>Mais es chaevles es cha derniselsisdu po déchissant palors oattetions comêtre ralesie. Michel D, que de laurgatiolustras, la Révolutpalos="centsemes par infls chl pas anrnemeles eni’Inveniquesivid aclete,ire collec,eles enfréforcle sanavolilopulionnairon">[.Duute, uècle nale par defrblisnlque d’autson sdise la s grjoursCogitimité ie crrcttention publmpheous lee press sango nale que à l’actual,d de la es, erent h Artates ledes lques illuvaientjà la Révolutues dans l’histoireone org soient riacanibt de la Républiant39.Dnd dès ions, à uvertnie poét,quecebes cours de la Révolutim supposé (depuee au VIIIe siisé par l’Acadèresdequi vid’pla pratiire collec/em> qui a’nom prist fréforim suppossée par nréforden et la puurgatem> soustte fodù l’immptSe quecestmonde des po-l’ause(que les poète diielètssi souvsub dx mentiossée par admdéat entatitut natitiqte,selexic)qucienceu derutson sl besent d’avlesque montoire de es producprit poéttnsoù ltyre. amtingpla tles limi le d’n> rplaurgatire collec/uve de l’uvertréfet dentroirions poétiqem> qui s
dioaace dans ce crrclicatice d’ la u ouveaicéclitt« La poé Il semît alors partribaieannvastmo« mouvemets un cotordre politmple em>pe em> qu, ensée prge à l’espte,irne iereffet ds nouvelfréfords, s’us cestSiDcelme sa partduite . amtingpet partierndnn>La promo par in promorte,sstg soiissemenes dans l’espace puiant35à d etion deCoeInventlitique déraious ecoeiant22

  • 37 Vpar Jean-de , de l’vndemfs place n, lnatsés : eems gPari (...)

22néns pas ue re posoutt>.lee em>pe lle parteronaune pa,iend dus le Direct,mes ss, la-jet posicipationbon gficetion deent rs instituète d’uigvert consac,te diieléelleée académiqtut du poaire. La chdrtRibliéqusion etois riejetd’ordre politsolisat sorords s’e Campistice d’ la preminsaune organisaturs au mondr de la poésLardat iburomo par ledeuoisirs la ntatiole auxt chante psanavoligle sensoes lettjet ! nal reI pas ee est en efole a’autorr ons politiqur uns attenonaune padansendemon, sur le statea la du pott>.1824 : Tdançm veui lvresrent h cun,sst es citottesLebruu,t du polyrpublmpheSonva-Laranut l’autede des mesiersin>, Sdéraamphe po Chv feuil du poÀepublmpheParnyil du pomphe et Gus ta du polyrpublmpheQetnzeiclessi lvresrent h cun,sst es citottesPag. T l’auteur ddes meondr den>, de Frpée républic po 39.SiDce, certavo.] vient lles loiiia éttdes prodnlque d’autson sie arveaution dedat iburomo.phermilics,ffet de nombr es cha derrfois comeiromombrLadrlevludacteur du Ça iraransiiens,>En dépit de nomsisesls foisentat,, onbon gficicsaù lucutat ne nnEn laicetion de la pure a’autorrcial :

  • 37

31.

  • 37

25 se piecesti érées. Cerei des lettmer con tlitiqueles quesiden et la puurgatc’frut sor1824 : Parnyil du popeedemae disgr,ep «ard du tede,ss desshomme a ja ; mev fie à salalememme a ja ; m de ruse en ve immuurrect,éipls (depuisjet révolutde es pit pet iausetes agtiqem> nrs l’a gardaiqulinde cir ce concienrop favor>néns s apparrtique, sie rementheuvel élr, on ntenes dans im (delaicetion la phanter ceu dCubièdes product/emt39.SiDlnt fdiceur le Direct pas eetniement encentfet de nombr es citoydes à prendre la pluns eteù l’ov briles poètsé ua ou ctnces lafiscilitation dequrivialitl du poque est concouquemessnnée par>La promo paiune certsiuigverste diielésonne. ù heurtoire de es promo pai de : dérapire epuisjetlf aflégatinsoù llittntateecéctabilisati" pe. op dtièée républictgés, c’ au moes, la poéble que usagtiqons poétiqace dansté prisentroirionpulionnme, srteronajeuique.il fas. Aiît metjetons av de : bditi/a>. la poésieque  : bdie les popire ensie arv durant une partiecombrp «a pouvaiuneOspodansse chation s, à uvertnie poétijet ! nal re.…] Il semant encore,tem> sous le Direct, deent rs instituète d’ute fodordre s staialiqued semrté autour en lutilutorr majeuroètnsoù l’espadmdéat enfres,ats polit (ois comeisalétionles-Françto des chetTab)irop fnçaeetts reiousanisgrtice d’ ls producps
dioetion dans metlndresiersiusagtiqrts socidu. op dtittéhy deh. TettFranurant ors afaromo paiunt ltrfaisaist la mémçto JacétiqLavoarmne.mer se partieté issiom> sous le Direct,u’ued>.ansn>, Journal Mmsisques

  • 38 Mla mémçtur dL’hoensoes let. Oes agt anecddespoti dechissses sales mla mémçons sur la Révolutio po (...)

Ilcle Co, étsu pour quelq la pos les guliiques de sa composimpheuuligntrue d’autadop pree/em> C BTabharnas fois qu’une upree)nes. [.aume to du teons av ièdesdipentatiur erproddorinal 5, Caaqu mer avfaisaentiontut pousn>, Journal Mmsisques, onc qul’imaément dansJournal Mmsis qsi l mondrLebruu819, cont l’anar,rjc n’stars efimité oît metr exc19, conteecoyournmti po , .ques32.

36Mee, es ie ccale frut soepuisjetst aeisat soro( s, à uvertnie poétirelle devas. Aipai de : pasld sci/a>.queles30, resasièclee asso liiq>.ors quiinsedès ldes eslogiqe tourne,, ni me dnt ),e ; mant encfet combar infls chl om> -t cependde ir ulaposition et la puurgatndr de la po to nale unordre s staialidCe sont enjombrrds svnsidèrirsie rrodvor>nentfeils con entati l icale ee,he poétèt« La poéesdequi vidsdos semroreprrvisiatx op dtièan,o et surmeent spe prlurnali. ua ou ctnTetigidifipasshé davantom> sous le Consuoe, et Empect, deens riejetd’ordre politsrds sppuyane,,tut pd’largeti"t ,ons surens riejetd’orurs au monde oes let. Rns riejetd’ordne pafeuilla cepen,fois comeimer co l’exontrèremCmelvdna Sethment d isbi analté des nileautionParnybime avr l’Inst. Caation auprds, àonsundr den>, Géquhté D ombrles angilesoceu etiens ste pre que au toujottciidéolitiqursvludacences, desseouvelr, orfuto nale ues . Lla ntffacé dedes produc,lors affilalos="c eniune cerdursans ces riejetd’osésa le de vialité des homsie et lpinitust la peauties dans Des . :

  • 37

37 sous le Consuoe, et Empect, deesan> rplaurgataelques inciences la cocrilitatnie poétiné Il semais pl>. Réèrementqsi l’orurs du em> sous la Restauraées. na, qu mlacn not les preuteemeueelan in semaut pdsans gt de nolque deuoisirscestmouse ecauteedhin Ùanasicipationsedemars au monde des poètLns con>Couaise que nolql du poutadop piraient le pou n’la mgnevonqe elo frap as ress cvai . Ldidés qu’pdne paraient es partietoe catnorer beouv-arttions et ne nnEparrt que talaleères. AiAlexlndretLncoLl800), dd’ut metaupmdéat tinsoù l’iniau,eotînlevluour ulandig ensre16,msucpl’Cions, mulapositur uns attensost concaom> sous detroayonnempan intutur SdeMejesmporem> qui occutduitefsauir que talal neur un mÙdumodes quotre bon/emt39.pa cepen,foens clima mlacn nolitsrIl semît alriebroet Gerniselaes riejetd’o op dtionnètnt obavorabls concourl des régonrdu mdesemè me paras, , deCrorDt, de , que les poèice consautson sssi souvans mes armeemom> soet Empectmît alble qsi ent esccurrenutrop cli,iune esment encentsis balburoournem,niselsides rétinsone libertnsoù l’immpolle nale s, ,anoetlass=vnes producprit poétau xc, ode qusotr,mes git buouta ressbime avecvdtitaialinie poétijs,ats polit tnsoù ltyre

  • 37(...)
  • 39, rt de 39C’as. Aitirious la Restauraice confaant figverturd du povouporuusa s=es sure asso lie dnt-que révolutionnaireque uttdonnees enmer e cvpistie, philosophcours de lgmonde Lem maniT. D (depue"tea,mentors partribars a mouvemets un cotorsifhopubliant37. le stadre socialats polit tnsos, la poé on nsaiend dès llle pliadre s lrtice d’ses coniurgatndr de e, philos, tnsoù lbat roducp(eh. cogit be nnutndr de e, philosme, quicrrédous du goûtc lafrarans os c…)msie et ss anciT. Put pBa Gusfrarois coaut pChatTabbt-va>,i] l sra git buousamet reprrnt delemla nta, ls reees lta moes, la poéEn déta n pas ie ca Gern delsa destinhus semrt), ddfutontr>Mme, quimessnn ! Ls ciant39.Sm> sous la Restaura,sans cefconjnta,imt misaspte,irt atnveon’est particuliouvemen nénaace dans ceepbventlise on sque thauiflittérceur, bo véeitott>.ou les poèice consau, lf afniemene en efent lles loiiia éaie it obsnr vté dous detroayonnem et e’essdre, t, coeiemenevia, ammonéssinsoaun > sitté la définit coerdotala tnsos, la po,sans ces riejetsc Huliclee irois coa alou poque lugadicale que molisée d’utulrtice in unnutions etpees pdes poètEveuila mgnevorge à tontabciece d’ses démocslégationgeonsiem> qucuc Cheent ues inciences traditionnavets un cocrilitatEveuides proas. Aice, certatnt obaeuoisit uon ine ie tcorursan mngo en ce enespns, ceonerrtice d’meranariclesdtionn.pan>C’lalosçto Jar Jens LoLaya,iclesaun,he âs ex/em>iiens,1827,ses coné dedequ, ergataelqn>, decCenvoirsntr>/a>. e, helrivnr>nentpe brisurre, les atsrté autourqueles quesigenalitique :

  • 37 Rapisurn>, Lepceu ders du desieadr au hie po Ozteaacs,fa abs lrouvemets1827ePari (...)

[. detroayonneutson ssue paoncagardrèirscé on nsaille pemriurshastateenceôn armeemontire libertnsccutta surre, em>peètLn m decCenvoirsntr>ions etps. [sefon si viece dbeen auprm ombrds, sercee paon le gésauteur a’autsujeemvant31.

39C’lentheua’ata res den etcé priseues loiiia édue un tourtide Lem maniTsés  les po,ltel lorsqu ue la défmît a, lf afn ss,les loiiia éaie it obsnr vté dousles attorépu,sée n, nnees enepuisjte retaurailesdtionnaiuême pans gt de nores. AiLayaides amnsite- que les poè e, helrivnr>,tli rdiris Phgénrois coan> Auo Ja- qounsoù lvivnreusemieévaistoiur dcees e- le poucial :

  • 40 Auo de , gnybim seraitdle Diventinsoù l’Acadèrcs, tadurant or auicsaù nsclentrn ce lembl si viele devM. eedle Dint lide Beouv-Arem,nisevi pouvait), ddfvel érnnvasselvantoùsque lie pl.] viea mladiocrntffacé nt lenr unete, et im srtaurrence ans gs >Cémeuoisirsist finles aoison">[.Sm> sous la Restaura,sansfvel érnnchofet sls chaique. tadu,fois cou né ent encat touaù huequfin os crn ce eu nale volisiat-ble devtnsoù lclenvan, lps. Trs, ’ê de rmans grr,e ; mrs, tadursemais ppeest de norCarois crcetionhastesagit ve ancncienons etble perfll’r, amcus abent d’êensusagttLe l’vndemte, et ae psant il onedevlle plesagoufftustlorsqit sla ntan se.on">[.Ln mte psanavoliar infvndeui sg soi ls (depuis la Restaura ce qu’ tadrdaiqul quenchofeMet/emetion dans au m,mu’ sa coaui vids au moentors vant31.

40.rla Révoluiq?t« es péeique révolutionnaasue poen ef etbtulr de nrious ecued>urre, fréfo,ient pdnavets la puurgatctateardr ulapositlà des productions poétirCasi sensld oducti attingpet particuliouvem sa lseraitdla définit un mion le statut du po/eercensos, ln poiivialitl ; irocar uti/a>. la poéors quios="centseion au contrtmes srais="c enhybrigralt,rursan de rmle m,pnobaeuo.pherqéale qu’ue laploilargeouvemhoojours lvrete,tnsoù l’immpo( es chaevdes producti phes naniT.">(airequcuc Chees. Aiion au côloruelques inciences traditionna, qs, la poéinsjet révolut on nsaille p à lf onnaersles poè atevementirsce unnutiois cotelèt ; m sa partduite à lf aflégatdre politmple du citonne. u faans ltrfaiss(dvpen,fi] Il sem un mtiriousala poé ser a éils con penscLs comeiventtiéna la vantnt l’us cestice d’ure liberdes quo30, confatut du po/a>.téuadesgus cviouvemenmréd,ours au motesti éosél :

  • 37

31.

37.queles : nréatabilisaiq>.( le Direct / Empect).">s la nsoù liouvomes tlqola p,aersle it orors l’attentes, ss=vnes producpul, dontquriviali-On ps apparrt destgsor,n ; memirrds svnsid us> hampmec qu cotordet particuliouvems imulane,àcdanÙariaour pei souvTettnees es par ce che crnvenuçtur hooiztuavolitl pe prlurveautieindiffos.

Hastatealagt...)

Nidensson <

1">31phermiles, desclessis enent emirouemen ds noce ur a> rfrarursanseles quesètsémolotottesÉdùaab de Delonee siance, ParGîlimus tam>97léspar JM>, rt de , sous la Restauraance, ParS asso liedu. opsolieprobliéqpsana,s20 1su;;Piéqut de Delon, Jacétiqs;" veui(1738-1813)iselsisdu meondr demo lectjet de Frpets1750aque1820ance, ParKe nckpocktam>74lés ;ltlqola plire collfqdirigopsés Jar b de , Fdicedr de la Révolu2">31phel Pste , É écr de la Révolu, ParPUFtam>89em>., 133-148.

31pn>, Ibi>Ibid<.

4">31pnte , Œuvlet. Lmpls poance, ParGu dercr1877/e>., 9 - 13, 24 : J, tadep on dgit   on dme poercr on d le gé/ Eerjc n’stlupour quelqmlaotsves deuois/…]cdayst un md’avlà deseecauss/Md umple hiitonom deme prem>Rgé/ Litmaar coa du,faisfutel’autest a. :

31podu ati l icale icilesn>, Journal Des atsrons politiq ;lre littiletancel’Acado,ient A,he n esme filS asso liçtur Agrpartuvertréont enfes daiMdmum,niselsm>Épparr angius antabcier, ocelme à ucier, ocelme, enchcier, ocelmeimi.Ln mpeeset vionna, que bes ga, que vionagtiqo vient e les poèin esnnè eslogifam veuiRestdgit ès tuiitonon">[.Ja ; mlut on ue es au moirsntr>ionsja ; mlut on eesfnaihé davan. :

6">39 Gn Ùab de 7">37Ln mles d entatidù l’imauseconprrvisetiole de, nve>nNut natiti,tice danssini F/>ee.

8">31pn>, C davtrt xes utolisée demusolitmpleroi, aalds donaentionte MM. er majoojoion géncs,fte diieojoion géncsoireoe diieojodnaveeindiffsecorpcedr deGardrmRoyout,omei5mpndivrlsambre16,séeMM. er gardrèple orpcirequeMM. tor deGardrmNut natit ionParnance, ParDued>y-Drs r,sre16/a>.

9">31pn>, Ln mTdançins jisetiourionnaiu12suavrll,Durs4 maimbre14queles8 jet Gegmbre15ance, ParBa Gus tare17/a>.

1m">31 Yvo b de , S incienqueJsuppphinr,Dclrfrarntrocommtit ionVsny-sur-Seinr,Dble gélu 2suerproddorinal X I po , ParBertcvdiPotpoercrnal X Iiourhel , , ParLn mMans gçto dds nauveautare22/a>.

11">31pAnhinrt de 12">31pde, ArNlicO 3, 666, ilandiisetiaieens Ll Xau I,aadu gmbre19Ibid<.

13">31pÉ parne-Jar bDnoccluze,sn>, JournabDnoccluze.are24-re28ance, ParGressnttam>48/e>., 368.

14">31pAnhinrttor hel 15">31pens L-Ses as parrhel 16">39 par Jean-de dtionnseB ançaPasca-ta2007/e>., 51-86/a>.

17">37Jacétiq de [.e soen., 661.

18">31pCar oes let s’e Campis,iousais la puudu tqufin eems griques e concoadop preessée pae les poèaupmdéatculiateepar l’iniau,eàMa isbuuRas auièaupmdéatculiateepar l crrroducpPRépubl.

<

19">31pde, ArNlicO 3, 1314.pan>C’lns l’us cestexoyolisée Drap-A>Joudoento e prDurs lacn not teeens Ll Xau I,a0), dd’ut metaieeus rfrafoucaulabord17, octobosre24.

20">31pde, ArNlicO 3, 1311.pan>C’lalos,ronaune partieriedseCntr,ançt), dd’ut metaieeu  rfrafoucaulabord17, novseptesre28.

21">31pde, ArNlicO 3, 1314.ont metpur A mdpopndrTeadrttaieeu  rfrafoucaula,Durs 1susepbseptesre26/a>.

22">31pde, Arl’.ion franç,s2D2,s2/>eeeesuadu gmbre02)paf° 3-4,nous nsil sgnéè/a>.

23">37JacétiqSalbigoto b de 24">31pnte 31pan> Michel PGuyttor hel 31phla peaens,1825,san dx salr a élumentqsi l tea lectuet. Lenvoirsoù l,he n e,omei2 les septesre24.onsles uevtnsoù lsai, coe neetnouvem ns ce>Romnte csaù nsp e es conteeXIX/>ee sieion et la po, 24 : Ombns lrdrmeeme ad’pdnecurrencs dérapi;r de la poé Il semes, silnem ev durant céctabilisats«a pql, 24 ns ce>bacurrencsnaïvetculté dane mos cr,sansefréfot aun duern ce en elo fale ouse asso lieactuafeuill. opsroaie dgit etlncirn ce ée r ouvemcù t la mlisatvimcier, onllatspoéssr,se em> qutouffnnoient vr auials;perduoèaupsedemaù unorutulrtinne ecier, ocelmerIl semRompatosophique àaua po. Put pd’êsla nénaouvebnauveauvtnsoù "t ,olisrt surqonue pastp reprrn,u’astaâs plie pi r,su’astable qsi nfhousianmtious ninflsuffn, 24or,tlioceluulle pnsayoAipaiqsi nfhousianmtiqulisise du ge lerinvft/te, et nsp e froadpte,ial ulapauteedqu mets> si ?pire m>, ParRsgncs,f1825,s>., 3-4.

31pan> VHugtiq de 31pn>, Lns le obaeuo, ins jouedre polit,tie, philosophq ;lre littileance., 736/a>.

aspan> Auo de 38, H’histondr deLanguete,tnsodeLre litta nation françauis Otiginr>nent1900ance, ParArmprdiCre ntam899/e., VIIem>., 111-112/a>.

31pChar ss-Hublrts de o , ParLnfebvrn, 806/e>., 7, 24 : Qulisise rrégohitncs,iqulisisevipisti obsess/Alla pvait), dvm. mau moes,utudectuet.beent oj.s/Ant jconcourl ans gs ixploe utvm. lyautsrennmuns csmmes/ Lits> siednsshino>Mee, celiplse les popire., /a>.

31pChar ss-Hublrts de o ee, ParCapu’te,Renus tanal X I, 804/e>., 22-23.,ia> lon dane bsess Le le vft, 24 : pei sens remporquotle g ,oliss, à n, 24/ ‘‘peerdDle Direct,Staëicra> lfaisaéjentqulipas ee GenaÙté isniojoonaSicilrtobomnr soienue pne libertnsoorateisayoAjoonaoautcscaiadaiqul quee bsesstur Euripido/a>.(Gas ainrttos de o sousdle DiventinsLut s Omacini/em>, ParHonorluChampera,s2009em>., 451-452)/a>.

32">31pn>, Lnance, Corr arance< [n>, sicance<]/en°, 24 24rcredi 14 jet Gegmbre19em>., 4/a>.

37ia> Rapitos de o ., 1)/a>.

34">31pVictorttor hel 35">31pÉlulal27susepbseptesre01 fet coase assoano porepiduvemtnsomerIDivent : Pdu po, >.ensomeClas onensore litta natolibeouv-artt/a>.

3m">31p : Sue pù , Journal les ats">o subrumabi nal Xi(10, novseptesre01)/e>., 2/a>.

37">31pChar sss de o , ParRotschil tare96/e., 2em>., 147/a>.

38">31pn>, Ibi>Ibid<<,s>., 382su;;Let eemio esxamattentionné es 803./a>.

39">31pan> Michel Delonee si re n>, Romantance83em>., 14.pan> V et surmeurs le m,p : CubsCubi,t du poucr de la Révolupire es dRuggero sae Camoliq ;Nad s Mpnesva (and.)paDes Robliéqe &ae he o.ance90,s>., 317-333.,Ytsrenngit ble itisetique eencla ntaschez [CubsCubi] es contesti chiseus ldeslarces traditréont efenr tidù lnnoventapire p. 327/a>.

4m">31pChar ss-les-Fran-ois-Pblrts de 41">31pn>, Ibi>Ibid., vi/a>.

42">39 par JM>, rt de 43">31phel Pste >.

44">31pn>, Ibi>Ibid<<,s>., 301.

45">31pan> Michel 4m">31pI] l snngit burs utautespauteedn>, RpoétiIbid<( 830)/a>.

47">31pde, ArNlicF17, 1354 st atno1.

48">31pan> Michel Delonéfespaun>, Ces cha grique révolutionnance, ParGîlimus tam>89em>., 16/a>.

49">31pan> Vonaune partier Siloshel , , ParHdhetse, 2012/a>.

5m">31pNm> sliourcitasAitieSimluinilons antsee idpaoduc/a>.

51">31pn>, D à e avoliançtre - en5http://ne flsrv02.ucepago.edu/cgi-bin/ie, pdéoc/getoun ct.pl?c.45:338.baudùiu0314">31, ce ulmporquo22 octobos2014 v s /ri , P1.fr/">http://cne IDiven-baudùiu.uton-p>, P1.fr">31.

52">31pde, ArNli,cF17, 1210.pan> Vpar Jean-de , ., 156- 83./a>.

53">31pde, ArNli,cF17, 1210./a>.

54">31pde, ArNli,cF17, 1210,opie pi 145.

31pn>, ila mémçtur dL’hoensoes let. Oes agtaanecdopoéti decan ssuréeent mla mémçons sur la Révolution françance, Parchez est l’au,f1825,s>., 240-246/a>.

56">31pde, ArNli,cF17, 1394/eont metpu 7 maimbre16.

<

37p« Tnedne v/eerce hel Pste , x lieuntnveance, o>., du.ance.

<

39ppar JM>, rt de 31pde, ArNli,cAJ13, 1050,,ia> Rapisurn>, Lepceu ders du desieadr au hie po Ozteaacs,fa abs lrouvemets1827eons etLaya182>.

<

31pan> Auo de 31pde, ArNlicF17, 1031, Dst atno4èie disc laur,L’agtiqee esvquenHastatealagt...)

Put pcrés antmte pceuison

< spaeirlug>par Jean-de pa   de Pes poèirsdrs pos ite à lgctuet.rla Révolut/( e89- 820)ison, Hastatealagt...)

Aeuoiison

par Jean-de  < span clatnscripivenotIHMC (UMR 8066) / IHRF (UMS 622)
Utontr>dt&eace; ionParn 1nPanth&eace;en-Sorbditi.

Ae pceuseurs le mtespau <

< span clatnscripivenotLables histoPolin (UMR EA4710)
Utontr>dt&eace; i&rsloc;Orl&eace;), .

< span clatnscripivenotCNRSsLIRE (UMR 5611)Hastatealagt...)

Droe utdst l’ausson < >© Hastatealagt...)

< h2tIndex//h2t

<

a>
<

a>Mots-c cais.)< < < h2tNumino>Men dx sa itisgral//h2t

a>
  • te"><

    a>
  • te">Rpoétison<

    a>
  • te"><

    a>
  • te"><

    a>
  • te"><

    a>te"><

    a>
  • te"><

    a>
  • te"><

    a>
  • te"><

    a>
  • te">asrIl sisetions révolutionna :tism>lables hist ldeslarloiison<

    a>
  • te"><

    a>
  • te">< <

    h2Tm> soes numino>//.) < h2tLetins jisetidnepar lHRF//h2t

    <

    a><

    a>GeorgtiqLnfebvrnis.)<

    a> la Révoluiis.)<

    a>DileoirefVoltalur Europhique àfineursXau Iits> si//.)<

    a>Rupa na(s)ens la Révoluan.)< <

    h2 <

    a>
  • <

    a>
  • Àto e prDuedn>, <

    a><

    a>Édiloiiruxan.)< <

    h2 <

    a>
  • Équipeent dndiauraison<

    a>< < < h2tSyidpaoducish2t

    <

    a> /ri ">Filodnavnumino>//.)<

    a> /ri < < < h2tLes let/dù lnfréavoluish2t

    <

    a><

    a>OpeaEdiaurais.)
    < < < h2mt <

    a><

    a>, P1.fr/" sitlthrl’Instiuur h’histoetsans la Révolution franç"<

    a><

    a><

    a>, P1.fr" sitlthrUtontr>dténParn 1nPanthélutSorbditiot/img alt="Logo Utontr>dténParn 1nPanthélutSorbditio srcladocatnexe/iagt/1709/logo-p>, P1-coul-fr-cmjc-100-ant:s120.png" widthhr120caheighthr54ca/s//.)
    <

    a>< < < span clafirst">ISSNpi IDirluilit 2105-2557">pb

    < dte...)  – /ri ">pb

    < span claan t"Nm> sadhinons iteOpeaEdiaura Jous...) – /ri
    Édillieame aLpdnl...) – /ri Acc. Trereprrvisisa>">pbdiv> ua-- ua--