Navigation – Plan du site

Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840) – vol. 1 – Les enjeux politiques des traductions entre Lumières et Empire

Patrice Bret et Jean-Luc Chappey

Texte intégral

  • 1 Lawrence Venturi, The Translator’s Invisibilty. A History of Translation [1995], Routledge, 2008.

1Si la traduction doit être invisible pour le lecteur1, elle l’a été aussi trop souvent pour les historiens des sciences et des idées, comme si un texte n’était pas affecté par la translation d’un écrit d’une langue vers une autre et si sa réception dans un contexte culturel différent allait de soi, comme si traduire était un acte neutre porteur d’une évidence universelle. Or une traduction est le fruit d’altérations, d’adaptations et de négociations, intellectuelles et matérielles ; elle est porteuse d’enjeux scientifiques, intellectuels et politiques. Les travaux les plus récents ont montré que la pratique de la traduction s'inscrit, participe et souvent renforce des logiques de pouvoir et de domination entre des sociétés, des États et des nations différents. Ce sont ces pratiques et ces enjeux qu’il s’agit d’étudier de la fin du xviie au milieu du xixe siècle, au cours d’une époque marquée par le développement des échanges culturels intra-européens, par le lent et inexorable déclin du latin au profit des langues vernaculaires, par l’essor du mouvement académique et des journaux savants, par l’ouverture croissante des échanges culturels bilatéraux avec le monde arabo-musulman et les grandes civilisations asiatiques, par le mouvement des Lumières et des contre-Lumières, et par la Révolution française et l’irruption du mouvement des nationalités. Durant tout le xviiie siècle, le poids des traductions dans le volume général des publications ne cesse de progresser, pour atteindre son apogée dans les décennies 1770-1790, en lien direct avec les mouvements de révoltes et de révolutions qui caractérisent l’espace atlantique. C’est la question des politiques et intellectuels de ce dynamisme qui est posé dans cette double livraison de La Révolution française.

  • 2 Bruno Jammes, « Le livre de science », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de (...)

2« Ni Dieu, ni les sciences – écrit Mersenne en 1640 – ne sont point liées aux langues, et en effet, chacune est capable d’expliquer toute chose ; mais le malheur est qu’il faudrait les entendre toutes. » La solution, pour lui, est d’organiser la traduction vers le latin, car « la maîtrise du latin apparaît en fin de compte comme un droit d’entrée tacite dans la République des Lettres. » (Fabien Simon). Deux cents ans plus tard, dans un monde plus extraverti, l’utopie de la langue universelle – latin ou français – est supplantée par la multiplication des traductions en langues vernaculaires. Outils de la fondation des langues nationales et de la construction des savoirs d’État, souvent encadrées et soutenues par les autorités, mais aussi subversives, voire clandestines, les traductions sont des armes utilisées non seulement pour alimenter les circulations d'idées entre les diverses nations, mais aussi (et surtout ?) pour affirmer des positions de pouvoir. Loin d’être une simple pratique de communication, la traduction occupe ainsi une position centrale dans les dynamiques scientifiques et politiques du xviie au début du xixe siècle, tandis qu’évolue la nature même des traductions, encore d’une grande diversité, parallèlement au statut, au rôle et aux pratiques du traducteur. La présence d’une « Préface du traducteur » dans la traduction en français par Buffon (1735) de l’ouvrage de Stephen Hales, Vegetable Staticks (Londres, 1727), marque indéniablement une étape majeure dans le processus de reconnaissance des traducteurs2. Ces derniers sont des acteurs incontournables dans la construction des rapports de force entre l’Europe et les autres continents, entre la France et l'Europe sous la Révolution, entre les diverses communautés scientifiques.

  • 3 On peut se reporter à Yves Chevrel et alii (dir.), Histoire des traductions en langue française, xv (...)
  • 4 Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisati (...)
  • 5 Hans-Jürgen Lüsebrink, « Traductions et transferts culturels au Siècle des Lumières », Annuaire de (...)
  • 6 Colloque organisé par Patrice Bret et Jean-Luc Chappey dans le cadre du programme ANR/DFG « Eurosci (...)

3La question des traductions fait, depuis quelques années, l’objet d’importants renouvellements historiographique3. S’écartant progressivement d’une approche purement littéraire ou herméneutique (comparaison entre textes…), l’étude des traductions s’inscrit désormais dans l’horizon transdisciplinaire des sciences sociales, privilégiant autant l’analyse des diverses opérations d’adaptation, voire de transformation, du texte initial par le traducteur afin de le rendre accessible à un nouvel horizon d’attente (Translation Studies), que l’analyse des modalités, des supports et des agents (éditeurs, administrations…) qui entrent en jeu dans les réseaux de circulations et d’échanges des productions et des œuvres (transferts culturels). Aujourd’hui, ces chantiers de recherche sont particulièrement dynamiques et ouvrent des perspectives de réflexion stimulantes, notamment pour les questions de concurrences, de rapports de force et de rivalités nationales4. L’histoire des traductions se situe au carrefour de l’histoire des réseaux et des sociabilités, de l’histoire littéraire, politique, économique et culturelle, et de celle de l’imprimé, etc. Si l’étude des traductions a longtemps privilégié le cadre national, plusieurs chantiers de recherches notamment sur la période révolutionnaire s’appuient aujourd’hui sur une perspective d’histoire transnationale ou croisée. C’est le cas des travaux menés par Jans-Jürgen Lüsebrink et par Rolf Reichardt sur l’étude systématique des traductions du français en allemand pendant la période 1770-1815 (Kulturtransfert im Epochenumbruch, Frankreich-Deutschland 1770-1815, 2 vol., Leipzig, 1997). Des travaux quantitatifs (comme la « Deutsch-französische Übersetzungsbibliothek », banque de données des traductions du français en allemand – entre 1770 et 1815 – réalisée par une équipe réunie autour de Lüsebrink) permettent encore de confirmer le poids important des traductions dans le dynamisme général des échanges et des circulations qui caractérise le xviiie siècle5. A travers le séminaire organisé depuis 2012, « La traduction, objet d’histoire », et l’ANR TRANSNAT, les membres de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 – CNRS, ENS, Paris 1) ont participé à ces renouvellements et continuent aujourd’hui de mettre l’histoire des traductions et des traducteurs au cœur de leurs activités. C’est dans cette dynamique que se justifie le choix des membres du Comité de rédaction de La Révolution française de publier, en deux volets, les actes du colloque international organisé en décembre 2012 sur le thème, « Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840 »)6. Le premier volume sera consacré plus particulièrement aux questions politiques, les questions scientifiques étant plus spécialement étudiées dans le second volume.

- Volume 1 -
Les enjeux politiques des traductions entre Lumières et Empire

4Dans le contexte de la réorganisation politique et intellectuelle de l’an III, la distribution des pensions par la Convention nationale constitue un moyen de confirmer la place centrale que doivent encore jouer les traducteurs. Plusieurs d’entre eux sont en effet récompensés, illustrant le rôle essentiel attribué aux œuvres traduites, tant des langues anciennes ou orientales que des langues modernes : des gratifications de 3 000 livres sont ainsi attribuées à Paul Jérémie Bitaubé (1732-1808), traducteur d’Homère ; à Jacques Delille (1738-1813) auteur de la traduction en vers des Géorgiques ; à Gabriel de La Porte Dutheil (1742-1815) traducteur d’Eschyle ; à Joseph de Guignes (1721-1800), pour ses travaux en littérature orientale ; à Pierre-Henri Larcher (1726-1812), traducteur d’Hérodote ; à Jacques Le Brigant (1720-1804), pour ses travaux en langues anciennes ; de 2 000 livres à Jean-Louis Blavet (1719-1809), traducteur de Smith ; à Jean-Baptiste Dureau de la Malle (1742-1807), traducteur de Tacite ; à Ange-François Fariau Saint-Ange (1747-1810), auteur de la traduction en vers des Métamorphoses ; de 1 500 livres à Michel-Ange André Leroux Deshautesrayes (1747-1795), traducteur d’ouvrages orientaux ; à Antoine-Gilbert Griffet de Labaume (1756-1805), traducteur de plusieurs ouvrages anglais et à Théophile Mandar (1759-1823), traducteur de plusieurs ouvrages anglais. Ces quelques noms consacrés par les autorités publiques ne représentent qu’une très faible partie du nombre alors important de traducteurs, la période révolutionnaire confirmant, voire renforçant, le poids des traductions dans le volume général des productions imprimées, tant politiques qu’intellectuelles, qui caractérisent l’ensemble du xviiie siècle.

5Le marché de la traduction ne cesse de s’accroître au cours du xviiie siècle, jouant un rôle essentiel non seulement dans les transferts culturels mais encore, et peut-être surtout, dans la circulation des idées politiques. Comme le montre Feza Günergun dans ce volume (« La traduction de l’« Abrégé de la sphère » de Jacques Robbe, géographe du Roi de France par Petros Baronian, drogman à Istanbul: Cem-nümâ fi fenn el-coğrafya), traduire s’impose progressivement, de part et d’autre de l’océan Atlantique, comme une activité centrale pour tous ceux qui cherchen