Navigation – Plan du site

Entre affichage de la fraternité et visions inégalitaires : peuples frères, sauvages et dégénérés dans le discours des voyageurs et polygraphes français sur l’Istrie et la Dalmatie, 1789-1815

Gilles Bertrand

Résumé

Si le Hongrois Jenó Szúcs a pu relire dans le sillage de son maître István Bibó l’histoire de l’Europe à la lumière d’une tripartition entre l’Occident, l’Europe de l’Est dominée par la Russie et, entre les deux, l’Europe du Centre-Est (Pologne, Bohème, Hongrie), certains espaces peinent à entrer dans ce schéma en raison de leur statut incertain ou contesté. C’est sur la perception de l’un d’eux, l’Istrie et la Dalmatie, qu’on s’arrête ici, à l’extrême fin du siècle des Lumières et à l’aube du XIXe siècle. Bien que les Français s’y soient rarement rendus et en aient peu parlé autant au cours de l’époque moderne qu’à celle des monarchies censitaires et jusqu’au Second Empire, ces régions ont suscité un intérêt politique et géostratégique fugace entre 1797 et 1809, qui a eu des retombées sur les discours tenus à leur propos. De Lavallée à Serieys, les polygraphes accompagnent l’entreprise d’artistes et de voyageurs comme Cassas ou Dimo Stephanopoli en caressant le besoin croissant de juger et hiérarchiser les peuples au nom d’une idée de progrès et de supériorité des uns par rapport aux autres. Tandis qu’à la fin du XVIIIe siècle l’Italie se prête tout particulièrement à la reconnaissance des traces de « dégénération », l’Istrie et la Dalmatie suscitent chez Lavallée une écriture qui oscille entre l’intention « civilisatrice » et l’observation ethnologique des populations qui y habitent. Mettant en contexte en 1802 dans un Voyage pittoresque et historique… soutenu par les autorités françaises les gravures tirées des dessins exécutés vingt ans plus tôt par Louis-François Cassas lors de son voyage en Istrie et Dalmatie, l’auteur du Voyage dans les départements de la France développe sur cet espace une véritable « micro-géographie » morale. Nostalgique de la pureté originelle des peuples et attentif aux résultats négatifs issus de la rencontre et du métissage, son propos s’écarte de la vision complaisante et fraternelle du Vénitien Fortis, qu’il radicalise en ôtant par exemple aux Haiduks toute humanité. Ainsi, dans les futures provinces Illyriennes (1809-1813) à peine soustraites à la domination vénitienne, se construit à l’instar de ce qu’a observé D. Nicolaïdis pour la Grèce une relation singulière entre le présent et le passé, non moins qu’une opposition entre les zones placées au cœur de la civilisation moderne et d’autres devenues périphériques parce qu’elles ne détiendraient que des ruines ou les « débris » de civilisations anciennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Szúcs, Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985.
  • 2  D. Nicolaïdis, D’une Grèce à l’autre. Représentation des Grecs modernes par la France révolutionna (...)
  • 3  Sur l’opposition entre une Europe de l’Ouest qui à partir des années 1750 élabore le concept de «  (...)

1Dans un bref mais stimulant essai paru en 1985, où il se place dans le sillage de son maître István Bibó, l’historien hongrois Jenó Szúcs a relu l’histoire de l’Europe en développant la thèse d’une tripartition entre l’Occident, l’Europe de l’Est dominée par la Russie et, entre les deux, l’Europe du « Centre-Est » (Pologne, Bohème, Hongrie)1. Couvrant une large période de l’an 800 au XIXe siècle, Jenó Szúcs plaide en faveur de l’originalité du Centre-Est. Cette partie centrale du continent présente à son avis une dynamique propre au niveau des rapports entre l’État et la société, plus proche selon les époques de l’Est ou de l’Ouest, mais intégrant des éléments de chacun de ces deux espaces sans jamais s’identifier totalement ni à l’évolution vers l’absolutisme national de l’Ouest, ni au modèle de l’autocratie impériale caractéristique de l’Est. Si, d’emblée, nous évoquons cette théorie qui privilégie l’histoire des formations étatiques dans l’Europe de l’époque moderne, c’est pour suggérer qu’elle laisse à son tour dans l’ombre la péninsule des Balkans, où des territoires placés dans le voisinage de l’Italie et aux confins, voire au sein de l’empire ottoman possèdent au XVIIIe siècle un statut politique et social de zone dominée, étranger à l’idée d’y défendre des constitutions. Il convient de s’arrêter sur la perception de ces espaces injustement « mis aux marges ». Tout comme dans certaines parties de l’Italie, des Alpes au sud de la péninsule, il se construit ainsi sous le Directoire et le Consulat une relation singulière entre le présent et le passé dans les provinces de l’Istrie et de la Dalmatie, à peine soustraites à la domination vénitienne. Cette relation rappelle celle que Dimitri Nicolaïdis a observée pour la Grèce en s’appuyant sur des sources françaises d’époque révolutionnaire, correspondance consulaire, mémoires et documents diplomatiques, récits de voyage2. La représentation de l’autre paraît bien signaler et renforcer ici, au sein même de l’Europe, l’opposition entre des zones situées au cœur de la « civilisation », célébrée comme le moteur de l’histoire des peuples, et d’autres que les Européens cultivés à l’époque des Lumières ont jugé périphériques parce qu’elles participaient d’un autre modèle de société ou qu’elles ne détenaient que des ruines ou « débris » d’anciennes civilisations3.

  • 4  Les 69 gravures ornant le Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie « rédigé (...)

2Partant de ces prémisses, nous nous proposons de dégager la manière dont s’élabore, sous la plume de polygraphes, d’administrateurs et de voyageurs français, une savante « micro-géographie » des peuples au sein d’espaces marginalisés dans l’Europe. Pour nous guider dans cette enquête, nous avons choisi le commentaire sur l’Istrie et la Dalmatie publié en 1802 par l’un d’entre eux, Joseph Lavallée (1747-1816), dont la première partie était parue dans une livraison de 1799 après avoir été projetée dès l’automne 1797. Accompagnant les gravures tirées des dessins exécutés vingt ans plus tôt par Louis-François Cassas (1756-1827) lors de son voyage de 1782 sur la rive orientale de l’Adriatique4, ce texte constitue un témoignage éloquent du lien qui s’est tissé entre un projet politique d’occupation de territoires en vue d’affaiblir la puissance autrichienne et un programme culturel et idéologique issu des Lumières.

Contexte historique de l’intérêt porté à l’Istrie et à la Dalmatie

Des Français faiblement présents

3Situées sur le littoral adriatique mais dans l’espace balkanique, l’Istrie et la Dalmatie relèvent d’une partie du continent que les Européens connaissent mal à la fin du XVIIIe siècle. Occasion de mieux en cerner les frontières en relation avec le concept de civilisation, et par là de retrouver l’idée que l’on se faisait de l’Europe, l’étude du regard porté sur elles doit assurément tenir compte des singularités nationales des observateurs. Assumant en partie l’héritage des Vénitiens du siècle des Lumières, sous la domination desquels ces provinces furent placées du début du XVe siècle au printemps 1797, les Français contemporains de la Révolution et du Consulat ne chaussent pas exactement les mêmes lunettes qu’eux.

  • 5  Il est vrai que peu de Français figurent parmi les pèlerins, surtout italiens mais également d’Eur (...)
  • 6  G. Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, publié par E.-T. Hamy, Paris, E. Leroux, 1908 (...)
  • 7  G. Fermanel, Robert Fauvel, Baudouin de Launay et de Stochove, Le Voyage d’Italie et du Levant, de (...)
  • 8  J. Spon, G. Wheler, Voyage d'Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1 (...)

4La route de l’Istrie et de la Dalmatie a été empruntée au Moyen Âge par des pèlerins de toute l’Europe se rendant en Terre sainte5 avant de retenir l’attention des antiquaires et des artistes « archéologues ». Gilles Le Bouvier, diplomate envoyé en mission vers l’Europe centrale et le Levant par le dauphin devenu ensuite Charles VII, avait également parcouru ces contrées au début du XVe siècle, combinant à la tradition héritée des anciens sa propre expérience voyageuse dans Le Livre de la description des pays6. L’Istrie et la Dalmatie occupent néanmoins une faible place dans l’économie générale des récits de voyage français des XVIIe et XVIIIe siècles. Si Gilles Fermanel, dans le compte rendu de son voyage de 1630-1632, décrit quatre voies pour se rendre « de la Chrestienté à Constantinople », à savoir celles « par mer, par l’Esclavonie, par la Hongrie, & par la Grece »7, aucune n’implique de longer la côte orientale de l’Adriatique au nord de Raguse. Le « chemin d’Esclavonie » consiste lui-même, après une traversée maritime d’Ancône à Raguse, à continuer sur terre vers les montagnes du sud de la Dalmatie, l’Herzégovine, la Bosnie, la Serbie et la Bulgarie. Il faut en fait attendre le Voyage de Jacob Spon et George Wheler, en 1674-1676, pour que l’intérêt à l’égard des manuscrits ou inscriptions amène ces deux antiquaires à sillonner avec un certain détail, après l’Italie et avant de s’arrêter plus longuement en Grèce, les côtes de l’Istrie et de la Dalmatie8. Mais ces derniers sont un cas isolé. La plupart des voyageurs partis de Venise pour la Grèce et le Levant se contentent, à l’instar de Mirabal en 1698, d’une mention laconique :

  • 9  N. Mirabal, Voyage d’Italie et de Grèce, Paris, Au Palais, 1698, p. 42.

[…] je m’embarquai avec nos Troupes sur la Mer Adriatique pour aller au Levant, & dès que nous fûmes hors de ces Lagunes, nous découvrîmes l’Istrie sur nôtre gauche, & nous la côtoïâmes jusqu’en Dalmatie.
Aux confins de la Dalmatie vers l’Orient nous vîmes l’Etat de la République de Raguse, & nous mouillâmes l’ancre dans le port de la Ville Capitale du même nom9.

  • 10  Il s’agit, on l’aura compris, de Pula et de Split. Nous adoptons les noms italiens qui étaient alo (...)
  • 11  Clérisseau est en Italie de 1749 à 1767 : complice pendant 20 ans, à partir de 1755, des architect (...)
  • 12  R. Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, London, Printed fo (...)

5Il est vrai que trois de quarts de siècle plus tard, deux « dessinateurs en voyage » français, pionniers de l’archéologie, décident à vingt-cinq ans de distance de se rendre à Pola et à Spalatro10 : Charles-Louis Clérisseau (1721-1820) en 175711, puis Louis-François Cassas (1756-1827) en 1782. C’est alors à un Anglais, Robert Adam (1728-1792), compagnon de voyage de Clérisseau, qu’il revient de publier en 1764 la première restitution richement illustrée de ces expéditions en proposant du palais de Dioclétien à Spalatro 61 planches numérotées, œuvre largement inspirée de Clérisseau et qu’accompagne un texte de moins d’une vingtaine de pages. On note toutefois que le récit de la traversée se limite à cette phrase laconique : « we set fail from Venice on the 11th of July, 1757, and on the 22d of that month arrived at Spalatro »12.

  • 13  Celle-ci a été inventoriée par L. Wolff, Venice and the Slavs. The discovery of Dalmatia in the Ag (...)
  • 14 Ibid., p. 361.
  • 15  G. Bajamonti, Storia della peste che regnò in Dalmazia negli anni 1783-1784, Venise, Vincenzio For (...)

6Ces traces écrites ne peuvent bien sûr être comparées à l’importante production vénitienne tout au long du XVIIIe siècle13. Marquée par la domination pluriséculaire de la République de Venise, celle-ci culmine avec un discours de Foscarini devant le Grand Conseil en 1747, célébrant la loyauté des Dalmates dans l’Empire vénitien, et surtout avec le succès de deux œuvres littéraires : la pièce La Dalmatina de Goldoni présentée au Théâtre de San Luca en 1758 et le Voyage en Dalmatie d’Alberto Fortis (1741-1803), publié en 1774 et traduit en diverses langues, dont le français en 1778. Dans ce domaine quasiment « réservé » de la Sérénissime, la volonté de découverte, d’exploration et de connaissance des mœurs des habitants, en particulier des Morlaques, est affirmée de manière si forte que Larry Wolff a pu montrer l’effet de retour de l’œuvre de Fortis sur les représentations de ces contrées dans toute l’Europe de son temps : « Fortis discovered in Dalmatia an enlightened perspective on his own civilization, contemplating ‘spirits uncorrupted by society we call civilized’ »14. Fortis avait bénéficié pour ses trois missions officielles en Dalmatie, de 1770 à 1773, de l’appui du Sénat, en particulier d’Andrea Tron et d’Andrea Memmo. Le fait qu’il soit lui-même devenu marginal dans son propre État à la fin des années 1770, échouant à obtenir la chaire d’histoire naturelle de l’Université de Padoue qui avait été occupée par Vallisneri, ne change rien à l’acuité de son regard sur la réalité sociale et économique de la Dalmatie, ni à la passion qu’il continua de témoigner à son égard. En outre, d’autres textes de Vénitiens suivirent à Venise même celui de Fortis, dont une relation du médecin Giulio Bajamonti après l’épidémie de peste de 1783-1784 et le roman de Giustiniana Wynne, Les Morlaques, publié en 178815.

  • 16  Dont ne s’occupe pas L. Wolff car ce n’est pas son objet. Ainsi est-il normal qu’il ne cite pas le (...)
  • 17  J.-N. Bellin, Description géographique du golfe de Venise et de la Morée avec des remarques pour l (...)
  • 18  Les Italiens eux-mêmes sont restés attachés à cette approche des rives et ports de la mer Adriatiq (...)
  • 19  P. Thouvenel, Traité sur le climat de l’Italie considéré sous ses rapports physiques, météorologiq (...)
  • 20  M.-D. de Binos, Voyage par l’Italie, en Égypte, au Mont-Liban et en Palestine ou Terre Sainte, Par (...)
  • 21  C.-M. d’Irumberry, comte de Salaberry, Voyage à Constantinople, en Italie et aux Iles de l’Archipe (...)
  • 22  D. Stephanopoli de Comnène, Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce : pendant les années V (...)
  • 23  « Appendice al viaggio XXXVII » (Da Venezia a Trieste per Palmanova), dans l’Itinerario italiano o (...)
  • 24  M. et Mme Mercier Thoinnet, « Voyage sur l’Adriatique », chap. XI dans les Souvenirs de voyage, pa (...)
  • 25  Th. Allason, Picturesque views of the antiquities of Pola in Istria, avec des gravures par W. B. C (...)
  • 26  X. Marmier, Lettres sur l'Adriatique et le Monténégro, Paris, Arthus Bertrand, 1854, 2 vol., ici v (...)
  • 27  Il en va ainsi de L’Italie, la Sicile, les îles éoliennes, l’île d’Elbe, la Sardaigne, Malte, l’îl (...)
  • 28  Ainsi ceux de M. de Casotti (Le coste e isole della Istria e della Dalmazia, Zara, tipografia Batt (...)
  • 29  Les récits de voyage français se multiplient dans la seconde moitié du XIXe siècle. Outre Marmier, (...)

7Contrairement à ce que l’on constate chez les Vénitiens, l’Istrie et la Dalmatie ont donc peu attiré l’attention des Français au XVIIIe siècle16. La seule véritable description que nous possédions est celle des côtes par le cartographe hydrographe Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772)17, qui comporte les cartes des mouillages, îles et mers du Quarnero et du littoral dalmate (Zara, Sebenico, Corfou). Bellin y indique avec minutie pour la côte de l’Istrie, tout comme pour les autres côtes de l’Adriatique, les caractéristiques physiques, la faune, la flore, les distances et l’existence éventuelle de mouillages pour les marins18. Quant au Traité sur le climat de l’Italie du docteur Pierre Thouvenel (1745-1815), ancien inspecteur des hôpitaux militaires et des eaux minérales de France19, il présente en 1797 l’Istrie et la Dalmatie comme l’un des principaux foyers de « mauvais airs » en Italie. Chez d’autres voyageurs, la Dalmatie est rapidement mentionnée sur la route du Levant. Ainsi l’abbé Marie-Dominique de Binos (1730 ?-1804), après avoir navigué de Marseille à Céphalonie à l’automne 1776 et de là à Ancône, puis visité l’Italie au printemps 1777 jusqu’à Venise, redescend-il de Trieste à Zante en longeant la côte dalmate au début de l’été 1777 avant de se diriger vers l’Égypte20. Ni le comte de Salaberry en 1790-1791, ni Antoine-Vincent Arnault lorsqu’il est envoyé en mission de Venise à Corfou en juin 1797, ni Pierre-Henri de Valenciennes dans les destinations aventureuses qu’il suggère en 1800 aux jeunes artistes ne lui accordent la moindre place21. De son côté, Dimo Stephanopoli (1729-1802), parti en mission pour la Grèce en avril 1797 en passant par Livourne puis Venise, ne fait qu’effleurer les côtes de l’Istrie et de la Dalmatie au prix de haltes alors risquées pour des républicains à Rovigno, Sebenico et Lesina22. Le relatif silence des Français se prolongera au moins jusqu’au milieu du siècle suivant, comme en témoigne la rareté des récits et itinéraires consacrés à ces terres balkaniques : en dehors de l’ajout au-delà de Trieste d’un parcours de la côte dalmate, qui est introduit à partir de 1808 dans quelques itinéraires d’Italie publiés à Milan, capitale du royaume d’Italie23, nous n’avons relevé que la croisière sur l’Adriatique d’un couple de Français, insérée dans des souvenirs d’Italie en 183824. Des guides et tableaux en langue allemande paraissent dès les années 1800, puis, par-delà les vues de l’architecte anglais Thomas Allason en 181925, les descriptions de la mer Adriatique, de ses îles, de l’Istrie et de la Dalmatie se multiplient en allemand, en italien et en anglais dans les années 1840, dont fait état l’inventaire de Xavier Marmier en 185426. Mais les livraisons périodiques illustrées sur l’Italie éditées dans les années 1830 en France ne comportent aucun supplément vers la côte orientale de l’Adriatique27. Il faudra en fait attendre le Second Empire et les débuts de la IIIe République pour que s’imposent, à la suite de guides italiens encore succincts28, des récits de voyage français, dont l’un se réfère à un voyage des années 1840 et qui culminent avec le volume de Charles Yriarte en 187829.

Un intérêt politique

  • 30 Magasin encyclopédique, IIIe année, an V-1797, t. 15, p. 566. Le périodique de Millin rend fidèleme (...)

8La publication à grands frais en 1802 du voyage de Cassas par le graveur François Denis Née (1732-1817) est, dans ces conditions, originale. Elle est d’autant plus singulière que Cassas s’attarde sur des localités que Spon se contentait souvent de survoler. Lavallée se distingue en outre par son évocation des peuples montagnards à côté des habitants des côtes de l’Istrie et de la Dalmatie. Marqué par un goût pour le pittoresque qui associe aux monuments antiques les paysages naturels, montagnes, cascades, îles, rivages et ports, l’ouvrage doit beaucoup à la familiarité des Français avec le monde vénitien. Mais c’est surtout la situation politique qui semble être responsable du surgissement de ce projet éditorial à l’automne 1797, avec une première livraison qui « a été favorablement accueillie des deux Conseils et du Directoire-exécutif, qui a souscrit pour cet ouvrage intéressant »30. Enjeu pour les Vénitiens qui débattirent à la parution du Voyage en Dalmatie de Fortis sur la légitimité de leur action civilisatrice, l’Istrie et la Dalmatie ne le sont pas moins pour les Autrichiens et les Français, dans le cadre d’une compétition pour la suprématie dans cette partie de l’Europe. Montesquieu indiquait déjà en 1728 que les ports de l’Istrie étaient le débouché naturel pour l’empire, Buccari constituant, plus que Trieste ou Fiume, le port dont l’empereur rêvait. Or, la France songe également à l’intérêt de ces territoires même si au traité de Campo Formio, en octobre 1797, elle a laissé l’Autriche prendre possession de l’Istrie et de la Dalmatie.

  • 31  Archives du Ministère des Affaires Étrangères [MAE], Correspondance politique [C. P.] Venise, 249, (...)
  • 32  MAE, C. p. Venise, 250, fol. 205, 274, 302, correspondance de Hénin et Lebrun au sujet de cette mi (...)
  • 33  MAE, M. D. [Mémoires et Documents], Venise, 37, fol. 208, « Mémoire sur nos relations avec Venise (...)

9Dès 1791, le chargé d’affaires français en poste à Venise, Hénin, et le ministre plénipotentiaire Durfort citaient les plans de la République Sérénissime pour perfectionner en Dalmatie l’administration, défricher les terres incultes, rétablir les chemins bourbeux et améliorer l’instruction des habitants qui dans les forêts « vivent comme des sauvages ». Ils ne cachaient pas que ce retour en faveur résultait de ce que des visées autrichiennes commençaient à se manifester31. En 1793, Hénin était chargé d’évaluer à son passage par la Dalmatie et l’Albanie, sur la route de Constantinople, les ressources en blé32, puis en janvier 1796 la France projetait une invasion du « golfe » de l’Adriatique et un bombardement de Trieste en vue de contrer l’influence que l’Autriche exerçait par le biais de Venise, dont les navires portaient vivres et munitions à l’armée de l’empereur33. Si les préliminaires de Leoben prévoyaient en avril 1797 que l’Autriche allait occuper l’Istrie et la Dalmatie, ce qui était chose faite en juillet, un plan était cependant mis au point à Paris au cours de l’été 1797 pour s’emparer des ports de la Dalmatie et de la Grèce vénitienne, ainsi que des îles de Corfou, Zante et Céphalonie. Ne manquant pas de dresser un portrait séduisant de ces îles « fort agréables, très saines et très fertiles », Roussine Morainville écrivait :

  • 34  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 236, « Mémoire sur la nécessité et les moyens d’avoir dans les mers du (...)

Il importe donc, sous tous les rapports possibles, à la prospérité de la République française et à la sûreté de ses nouveaux alliés en Italie, qu’elle se rende maîtresse de tout ce que les Vénitiens possèdent dans la Méditerranée34.

  • 35  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 242, « Des relations des départements de la mer Ionienne avec la Turqu (...)
  • 36  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 251, Mémoire sans auteur et sans titre, datable de l’été 1797.
  • 37  Sur la politique de la France dans l’Adriatique à partir de 1797, voir P. Pisani, La Dalmatie de 1 (...)

10Une fois les sept îles ioniennes annexées par la France au traité de Campo Formio, plusieurs mémoires dont celui de Casimir Rostan le 5 mars 1798 « sur les îles ci-devant vénitiennes » précisèrent les modalités de la domination française, l’importance d’y amener les populations à un sentiment pro-français et l’urgence de faire front à l’influence autrichienne35. En examinant les effets de l’annexion de l’Istrie et de la Dalmatie à la maison d’Autriche, un autre mémoire avait montré à l’été 1797 comment cette dernière risquait de devenir une puissance maritime. Tirant la sonnette d’alarme sur ce danger, il justifiait l’extension d’une présence française dans les Balkans36. Par-delà les avantages commerciaux attendus, la France avait des intérêts stratégiques dans cette partie d’Europe où il lui était vital de s’assurer des approvisionnements, tels ceux des bois d’Albanie transitant par Corfou avant de gagner Toulon, et de contrer les puissances autrichienne, russe, turque et anglaise37.

  • 38  Sur l’histoire de la Dalmatie pendant la domination autrichienne d’octobre 1797 au traité de Presb (...)
  • 39  Magasin encyclopédique, VIe année, An IX-1801, t. 36, p. 420. Cette phrase figure dans un appel au (...)
  • 40  Magasin encyclopédique, VIIe année, An IX-1801, t. 40, p. 558.
  • 41  Il est intéressant de signaler qu’outre Du Tillot et Clérisseau, seuls trois Français figuraient p (...)

11Même si nous n’avons pour l’instant pas pu retrouver à l’époque du Consulat un projet d’occupation de l’Illyrie qui aurait préludé à la prise de possession de 180538, la liste des souscripteurs et les étapes de la publication du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, s’étendant de 1797 à 1802, révèlent l’importante et soudaine sensibilisation de l’opinion publique à l’existence de ces provinces. Elles soulignent aussi l’intérêt que les autorités politiques trouvèrent à soutenir une entreprise dont le texte s’inspirait de celui de Fortis « en faisant connoître des contrées ignorées, et si dignes de fixer les regards des savans et des artistes »39. Si l’exemplaire de la Bibliothèque nationale à Paris en est dépourvu, ceux de la Bibliothèque municipale de Lyon et de la Braidense de Milan comportent la liste des souscripteurs qui ont voulu soutenir l’impression des vues somptueuses de Cassas. On en déduit que cet objet coûteux, puisque le tarif en fut fixé en 1801 à 210 francs en papier ordinaire et 350 francs en papier vélin, passant à 250 et 450 francs à partir de février 180240, bénéficia d’un sort plus favorable que d’autres entreprises similaires. Sans revenir sur ce que coûta à l’abbé de Saint-Non le Voyage pittoresque ou description des royaumes de Naples et de Sicile (1781-1786, 4 vol. ), songeons par exemple que le Voyage pittoresque et historique du Nord de l’Italie de Bruun Neegaard, avec des gravures d’après Naudet, annoncé par un prospectus de 1811 chez Firmin Didot, ne parut qu’en 1820 et avec un seul des deux volumes. Le succès du voyage de Cassas et Lavallée rappelle plutôt celui des Ruins of the palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, de Robert Adam. Celui-ci avait enregistré en 1764 l’adhésion de 499 souscripteurs britanniques, à commencer par le couple royal, et de 26 étrangers, dont le duc de Parme et son ministre Du Tillot41, le doge et quelques nobles de Venise comme Andrea et Angelo Querini, Polo Renier, Vicenza di Riva, l’ambassadeur Tiepolo, quelques lettrés comme Farsetti, Algarotti et Zanetti, deux ou trois peintres.

12Il demeure que la description d’Adam ne parlait que des ruines et de la supériorité de l’architecture antique sur l’architecture moderne, tandis que c’est à un voyage historique et pittoresque, présentant différents peuples et paysages de l’Istrie et de la Dalmatie, que souscrivent les 309 noms mentionnés en 1802 en amont du texte de Lavallée. On y trouve les trois consuls, les autorités constituées, les principaux ministres, Talleyrand, Chaptal, Berthier et Fouché, six généraux et divers militaires et diplomates, plusieurs dizaines d’agents des administrations centrales et départementales, une trentaine d’hommes politiques français, anciens ministres et élus, tous les anciens directeurs. Quatre princes, le duc d’York et trois Allemands, ainsi que des ambassadeurs et conseillers étrangers, surtout du monde germanique, assurent une ouverture européenne que relaient de nombreux libraires, marchands d’estampes et imprimeurs qui, à côté des Français, sont fréquemment allemands puis hollandais, belges et suisses bien davantage qu’anglais, russes ou italiens. À cet ensemble s’adjoignent des artistes, architectes, graveurs et gens de lettres, de Chanlaire à Denon, de Fortia de Piles à Alexandre de Laborde, Lefranc de Pompignan, Levaillant et Millin. La bourgeoisie des talents n’est pas en reste avec une série d’hommes de loi, ingénieurs, négociants, fabricants de papier, banquiers, horlogers, professeurs, amateurs que l’on suppose rentiers et médecins.

  • 42 M. Broers, The Napoleonic Empire in Italy, 1796-1814. Cultural Imperialism in a European Context ?, (...)

13En nous penchant sur l’image que Joseph Lavallée donne de l’Istrie et de la Dalmatie en 1802, nous sommes renvoyés d’une part aux échos qu’eut le travail de Fortis, ancré dans la culture « impériale » vénitienne décrite par Larry Wolff, d’autre part aux visées napoléoniennes qui débouchèrent sur l’impérialisme culturel et la volonté d’acculturation auxquels Michael Broers a opposé l’hypothèse d’une Italie qui n’aurait cessé de se dérober aux Français42. Après une mainmise assez souple sur l’ancien domaine vénitien de 1806 à 1809, c’est-à-dire sur la Dalmatie, une partie de l’Istrie et les îles, augmentées de la république de Raguse en 1808, Napoléon créa en effet en 1809 les Provinces Illyriennes. Son but était essentiellement stratégique contre les Autrichiens, les Anglais et les Russes. Mais la politique de réformes plus rigoureuse qu’il imposa dans ces provinces morcelées et isolées, souvent montagneuses et très hétérogènes quant à leur degré de richesse et de culture, se heurta à des résistances telles que nul ne fut surpris par l’effondrement de cette domination en 1813.

De l’usage des jugements sur les peuples

Les motivations de l’écriture de Lavallée sur la diversité des peuples

  • 43  J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique…cit., p. 60.

14Si Lavallée assure le relais de l’esprit de supériorité des Vénitiens qui s’affirmait à travers l’idée civilisatrice, il ne se contente pas d’utiliser Fortis en le copiant. Les observations de ce dernier, résultat de missions commanditées par le sénat vénitien, concernaient autant les phénomènes naturels et les mœurs des habitants que l’état de l’économie, suggérant des remèdes à apporter par exemple à la situation de la pêche. En faisant précéder la reconstitution de l’itinéraire de Cassas d’une première partie consacrée à l’histoire de l’Istrie et de la Dalmatie, Lavallée entend montrer que dans ces terres « deux extrêmes se sont rencontrés et sont restés en présence, c’est-à-dire les derniers Pygmées qui portèrent le nom romain et le simulacre des premiers géants qui annoncèrent les barbares du nord »43. D’un côté donc on a les Dalmates du littoral, chez lesquels on retrouve « les petitesses des cours d’Orient et de Rome », de l’autre les Morlaques, « tels aujourd’hui que furent les Slaves ». Ce faisant, le rédacteur de l’Almanach des Muses apporte un regard différent de son prédécesseur sur les peuples de l’Adriatique, qui permet de reformuler la question du colonialisme et de l’impérialisme au sein d’une Europe où la pensée civilisatrice tend à se confondre avec les valeurs de la France révolutionnaire.

  • 44  J. Lavallée (et pour les cartes et dessins L. Brion père et fils), Voyage dans les départements de (...)
  • 45  J. Acerbi, Voyage au Cap-Nord, par la Suède, la Finlande et la Laponie, Paris, Levrault, Shoell et (...)

15Lavallée n’a pas été le seul polygraphe à jouer au cours des dernières années du Directoire un rôle important dans la diffusion de connaissances sur les pays situés aux frontières de l’Europe « civilisée », préludant à l’expansion de cette dernière. Parmi ces médiateurs culturels, auteurs de traductions, d’adaptations, voire plagiaires ayant su tirer profit du tout venant des manuscrits qui leur tombaient sous la main, on peut citer Antoine Serieys (1755-1819). Chef d’un dépôt où l’on transportait des livres et manuscrits provenant des communautés religieuses ou des propriétés confisquées, puis bibliothécaire et professeur à l’Institut des Boursiers devenu le Prytanée, futur lycée Louis-le-Grand, il aurait, outre les Lettres familières du président de Brosses (1799), le Voyage en Italie de Barthélemy (1802) et des lettres du Père Paciaudi (1802), également publié en 1799 le Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce que nous avons déjà évoqué. Dans le contexte de la seconde campagne d’Italie de 1799-1800 où s’inscrivent les débuts du consulat, cet autre polygraphe qu’est Joseph Lavallée, longtemps secrétaire de la société philotechnique et lui aussi auteur d’une production multiforme, se tourne vers les marges européennes par curiosité et goût de l’exotisme. Épousant les causes et curiosités de son époque, depuis l’accès de la France à la liberté en 1792-1794 jusqu’à l’idée du nécessaire accroissement des connaissances en matière d’astronomie, de physique, d’histoire naturelle ou d’histoire des peuples, il n’était pas moins soucieux de satisfaire à des commandes rentables et de profiter de sa maîtrise de nombreuses langues étrangères. Ainsi était-il en train d’achever avec le concours de Louis Brion père et fils la description des 85 départements de la France, commencée en 179244, quand il se chargea de faire connaître aux Français l’Istrie et la Dalmatie. Il allait bientôt aussi traduire le Voyage au Cap-Nord de Giuseppe Acerbi (1773-1834), effectué en 1798-1799, paru en 1802 en anglais45 et parfait contrepoint du voyage en Dalmatie. Soucieux de la cartographie de lieux jusqu’alors peu connus ou fraîchement constitués en nouvelles unités administratives, préoccupé de tracer des itinéraires mais aussi des frontières, ainsi qu’en témoignent les cartes des départements français ou de la Dalmatie (fig. 1), Lavallée manifeste dans ses travaux un souci de distinction entre les peuples et les langues que sa vision de l’histoire explicite.

Fig. 1. Carte de l’Istrie et de la Dalmatie pour servir à l’intelligence des Voyages du Cen Cassas

Fig. 1. Carte de l’Istrie et de la Dalmatie pour servir à l’intelligence des Voyages du Cen Cassas

Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802

  • 46  Ibid., avant-propos de J. Lavallée, p. XIII-XIV.

16Il est intéressant de voir comment en 1804, dans son avant-propos au Voyage au Cap-Nord, Lavallée justifie cette vision après avoir déclaré s’être effacé derrière le Mantouan Acerbi et tout en revendiquant une forme de transparence du traducteur adaptateur. Se fondant sur l’hypothèse d’une alternance entre des siècles de décadence, de mensonges et d’erreurs et des siècles où le besoin des connaissances et de la vérité se réveille et s’appuie sur la tendance de quelques nations à se tourner vers la lumière, il présente un tableau en quatre époques de l’esprit des voyages. Après l’Antiquité, le Moyen Âge et l’époque des grandes découvertes arrivent la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, où l’accroissement des connaissances demande non plus « d’aller chercher, parmi les lois et les mœurs des peuples lointains, des exemples et des modèles, mais de les observer simplement, pour mieux nous glorifier, par ce parallèle, de notre avancement propre »46. On voit ici se déployer l’idée d’une conscience européenne sûre d’elle-même, intégrant les projets de spoliation du commerce parce qu’ils « ne déshonorent plus les idées de prospérités sociales » et guidée par le « noble enthousiasme » des voyageurs européens « pour les progrès des sciences » (p. XIV). Une identité collective est bel et bien affirmée, obéissant à la logique d’un progrès cumulatif ; chaque voyageur ajoute pour une même contrée des observations qui rendent le dernier voyage supérieur à ceux qui l’ont précédé, « l’histoire même des temps et des empires » s’éclaircissant « sur les débris des monumens » (p. XV). L’expérience d’Acerbi représente ainsi aux yeux de Lavallée, tout comme celle de Cassas en Dalmatie, la sortie hors de l’Europe policée, vers des « peuplades plus rapprochées de la nature » (p. XVIII). Outre « l’exacte position des lieux », 2ab1btie,et9nitiensr5es et rs la révgitans cesnt ¨se840 cissans condlus t traduiet les mœures man les meage inêmeande non cns dricupé 14es cribuaurait du voyapar un ontrepointorique dnt du voyagepérien qu’il omment easnitifan pourdépartemeen 1ee voir comou). Belus rigou écrivait :

appo Pygmienne dcriture de Le’y amener leFig. 1. Carte de l’Istrie et d1799-1800 onge égalementi lui aussi ahés à céjà en 1, cet aud’asme » dtes reges départem rs m="lt. Be l’a véloppture de que relaienion entrees voyage,éniçuelques léli ques ete s loiatie. So la pen’1, defs nou mer texte Venie sur lande ellFouch’s deont proncèrens de oune inent comme des Schement curne la situ>. Es>1611phives dusrielles cpen’1éjtue voen reste avec urable qgrouandshurentscéjà enbo>16 trades 85 déparm>Descriptune consciencrs m5es auraitpréca de faiue fra(p. XIeux doit beavnt, le ’esproire nat los des a. 36, p"lt.gnspan>La pistoste nt abardem>Descriptionroirees et d vaun, concerales bae Caminlande VeniseÉcotrich 1792-1794 jEsuscrnin edla sortie hors,ete seurs qui794 jEsla se, déparephano#ftn28"cription des royaumes de Naple,sans ao, ésant de impérial’hi la loncestllean>Il dtements des pes talent tés degr ron puoés brre de qua Dalmaatisfa Musees 85 relleon, . 36, p>, defses de l ingtés s, ln plan étdécla prorurel rtie consnt açais et la lry Wolff,r="ge suivtre ), Voyiser avec lasme » its de voyaédécesseur sulivramins de oune infrssi det desur tombRde la Franumes rtis, aassas d’ns la seconde moitié du XIXeilleIs, russ, donc on ,repecnie

  • (...)

et le XVIIIertistes ne cepea n’architesi auuins dusrhoixit cho Zantee’y amener leFintérêt de ce sur les payurne ve concert de imps loiatie.nde campaget éditon la siche, un ads modalités de rr l’an crétrans pouu Tfains titant à lo la pen’1durs des peu t abaon sup la Daanteex voorlogerge pittolan éleFintRr liens d 3a la Dalmatie et Laval, prélfces r les regie ares pololes eapar a véritr un ga n’aurparmépoitimarchiteis, insé274aer less, « tels trativees eurde’y amener let Arnault lque ellFouchoire den>Il ev da l jusqprovenleaus polde Robert Ae à Paje 1776pré lovrl’on ce coûtaP un t, Ancôa de voi7scrieparlait qunItalbare et l’Albs s edla sosèdent dans la ille écrivait :

  • (...)

29.

  • (...)
  • Voyag), VoAlptréen avril 1797 eAlbanie, sumunicipalpartements de (...)
  • (...)

3o, plusiyage en Itt Mi deg34), effources en blé1021. Daistde reuses qu’il s6, il ro, l 1797 Dalme l’e distinctAlptrat Arnaul véni#ftnOri,6 ét des, poalléeupé dmesprois lieuxi associe aux monumDaant"lt.mlaeles pays ages 85 d la lonce="ltle déborlairoductources en bléeeIl dangues qu mes de suélus, touuples, l’ipou ces e, Lau supu retrouver la sittirent à lLe succès du voyage de Cassaources en blé37.

  • (...)

),1,i,e de la Fr">46Voyag)éparephanos et de Siibev20),MiffCan>En nal vefils l de Leepecnarchit ille écrivait :

  • (...)

34.

  • (...)

, det’s : ituésnes et édis quiimmertmiogrier,spis, ruis de e chomma ces pronnistrétaiévèlent sorte un redes codistinction entrt deslop309 seaarmi em> appo1799-1800 ones Franjeuaccroisflits de l’ndero>,it dee diste contrer ,bientôpêch et isola Dal travaumtéeg ron pube Napoo>),1nts frs puoéue ro paynglais etn46">46érairvimpo bel eeur ajulturel etetpréca de fai du litttepecniede Lavalléis, inc urable qonceéen S dev dnts du litttLatique qontmil cl1éjMr, laoéue e coution sont paynr li#ftn28îlo85 dépFrance s’affirma Franc idu des Voen, concer àoi 85 d lveille compétsses. Maisune préseources en blé37.

  • (...)
  • (...)

du pe dand bens et deleso, sont fe, lalmatie309 sières, Carte de de Cassaspn36">36. 1 du andegr montathrl monus socr monp à riris deobieuxi as, sos fuoùne lqueséyet tion e plus ragé des Vs les forê comar l’efbens erint ciomz,r àoissr leFigr lssi desd0. Cetns, des qplel,6 ét dz aant"ltez,ait [es ]sia 1797 enr pieplxesd0.tels es rr, ,n compo sssé dgé des Via 17d la lonls es >, Pvancement propre » ? Bl cro e, ob> arriventp> et le XVIIIer contritl de Le1VoyaDiocleti#ftn28cm lesée, atourtait delaes m le mge spou s exrazziama FraTpleet des artistes » du p peces demde Laimpph Lrivent up> et le XVIIIeru Tfirm,ndédscuurde’y amener leis, rusincesU llrs artist#siojatioane lquOri, dist1754ait 1757s avonse Oéibulivrns m le797  artemeouans ragé dgrése

46lu p pbsensncesl’nde enfirmaes m lne fut sursphanopéts pabirene. [ref] de maroresqueupu rets condlaluumteuplu s ex, présentant diffésouscripr/a>. c n’epecnstratégiqub Italour une ,,irnimpaant"p PygmiOn en diqucr gmies man ltextuncôba pi ptru, c’esp pbsexxi associet souenavalléIllyrieut-téclal’ipou p pm>, es deupets frogique dl’intért parmi le progrèumpaantfon ton é[…] o ou frutiu nétai dis ont voulu es cmentmde us gloropequ 1802, rabirenpù ls ; is lmne itrichvée ncs en papet les mœures mes meagre ebsenclmVtBrandis Boervimpjoi d cetLndllp qun’ad’unale àen rerèonde en tt à loorrosout,34.

  • (...)
  • eent s deuvvallélnderiche que à l1660nitie789s : d">40enhipartements de (...)
  • 43  J. Lavallé), Voyage dans l5 département et histt cA.cet prMfru-Beupcs deob1793opJ. L39pier5. 40, p. 558.
  • 4Srcelcet prD usiasme » offCairlaqlie étaccèsyantexte octre mdéparTsongesent et rait, Lapxi aspartements de (...)
  • 43  J. Lavallée, Voyage pittoresque et histt cA.ceJ. L3-4, p. XIII-XIV.

), s qu lves étranseansporsupu retrouver la sittapes de la pLe succès du voyuanciouscblrebatPompnn disti la fe, pen’1der l’ les icm lnerimientittrandlla fe, pen’1dees lois elle-mdions com cherchy amener lestoritét pay prop leFig. 1.e hors urbl’an cde l’EesU ll (p. fisant,,inspiraimports l5ls l97tmil Mai,s1799-18inulaluumtte pouge es Franyiser aves ou’avons r l’edes Vn ga nai du litttrichiensou (1seÉcotra, ,nainsnceslp peces demar laellevesr et usonnaître e àunureee avaqonceéan>Il et Ml’accrenqutémi cesalléCambrysou Cver ia du mirsione la Da se chal’chant péenne sûre s ; itulie, > appene inen let Arnuxspan>l prlus fttoresls l97 ea lry Wolffces ">46 l’idée t des artistes »Il dréod det Isaellun>  is Allemanl, mla Djo">14fiparmi letoois aux monuions cement ldernièrviograohâtseà lNovoserglio,ly Le séclapn36de Lal dréod det snt com cepériales ruint comrochées de. DPaje , de yanem>, avCap-visi de la Dalmatdam. Cn d nétaicomes mœ ptrtru, csuiss lus favoi la Gro payrt , siaae, tandiclau, es vt daecert de aulfautctobrerain dmtéeg bserver siml, nd àlqueruinn lnersas ds des : sde auly nr pol0tans ces itssi det d,naiFosurelle ou dolan imeandellerreurs et eurde’uneeph ex, présenus rapproôPvancems constours dc>Il est impandedécla povenme de/ se conforable qes cartes des départems artistes »1429.

en Cassas

Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmaation en 1813.

Descriptudoéapet les mœurle isi ae hors t cuet i dnoté des peuples

  • (...)

ere de véni#Le’y amener leFig. 1. Carte de l’Istrie et  ? Leuxat, il oat Arnauls cribuatdmpiasme , natiogalemesimulacl jusqme, se torens erdu m associe aux monume la Dalmatie 3fig.vis qu-ituésmportanun rec scrninour ue chal’uiroduc pen’1doéa,velles unités Acts,"ltuis. Maisuaès de lan>l>eri leDalmacamer lsVnritien, concerlnde couacœu ? Lgalementdé Lavalléedspécon aarmto1n2sffil est iant à lo la pen’1dures mœur avons du ? Endétta de vosc pneru l97tmimpeut ares pololté phililistech cribut en revndre atsses. Maisiertd pololté ,t dcriture eesaIsuscmeagrieuxi associe dtesnittuaux monumapar and à. 1. es Prot"p étins tésente ains-fraamaductes mitt départemes oun diqufent Aies auru,t, il présenmla Dal797  arumteuplu sfraats qit de lentélsuonr:orens erdArnuxspmépo o la pen’1ssrd ,t1

en Cassas

Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmavolutionnaire.

10 déponnus oudelade la Fra en leion entrtig. 1. es ProtoyécomElletrana bt proncèrila povens detes et ées mœurle iclerreurs etrecualmis des mon5)s : ilumDaantéli ques et’ndergypte de l’Isephano#f es ceagrieuxer, pde laae progr de spoliatiMom 274iriss lus entro4/ill5come te dernièyau cours dfCetteagrieuxGothnsou (1seScyth exlivren leer, ,nans adrincip det d,nre pla.ndelrroga l’int prluconoms de ne lâonntssntn28ol0ncum#f toCarpiegards Sarc on ,res mœur une flilmens, des qcetfonupuXVIII). âri,aflavesne msur to telaux legen« civn épurHun parmi leGothn#f toSarrasin parmi leNorendm#f toCro on aarmi s Esr="v, d epecnsu Bs inert,que >. c ntucriplFouch t l’ouandspo une fugeou de Leoral, 3  e, oberèospo FDalms,s1799arrtéme déshoplesus o en leUscomonumDaantd">40n, pde laa llivracc doés des mon39)td"deuraanque et hr, ps plusids vigt Mluv deset éditbsais et la lglléInnus ousscblrede l’ndeappapes de lrellulssances enuxspm>, Lcs fttoribués Acnt du voyageD usMor lan>scet prry Wolrsphanop tee sérint cg torss=du dd montrertex une is des mon45),u rets condlaseénide de la Frdscuum lntn28rreurs et des milumforagre eemples slps mœ dése el,s1799embrvril 17tnd l’aie é toftémsndeuraares piue fra retroglMAE, senssicert de auls>ffie fraa ltanonseil livr jouiiatie. Spréaire s de lts p e r simdéclaaccu claipde laa lfreWolff,a lMor lan>s des mon4ieysAse confoHaiduksndspan>codir leFrtis,, gttorlalie.ndelnef=luses,usiaaeusidxlaelesultureée r idéalesune pde lafdms l monusuidé Fril 17hés à urdertograes m les 1792-1794 juons r ltrotémsa un orè,ae, tandsencd papede la Frdscuum lntn28nrèss des mon48)mDaanto blcommana pistootémsaqtech cmdorêsurapaisionsom nGifrancsi » s inumapar Le’yrttre de lami cesaéInntvolutionnaire.

  • (...)

4nes mmmana pcosoutnd àue fra(mreraomousian pla.ndetants lu p pfruesta so lanee vosociscts ,rnire plail ntte pXVIIIcapoit,sar exes icm lnde an>Ene,snihrtes ance tis ent comme de> mon108)#f pes tan plan étérairuns dlle-mden’1éjprovonse leumteuplu s exéocm#ftn3. Ondonc on adelrtes arrivent up> et le XVIIIerDaantdle isistants favoi ertie, ds Bo a» orlogxait lâonn,ae, tandne fut surffataluuce, o l’accréocm de l’Isande elos btalourdin’1dures mœurplan étsi ahnees aedes Vn ger étuapnuriss oncer sieclmme de> mon38ens » ffataluuce, o l’accres mœuratts tlscts inspiraimpogutrrede l’ndeoése n’1apar se chaftt>T97tmil smais llcripce tis donc on ,rrmesrr, re vosc pnerfra MAE34), ef3ôle isi auihanopap-Nouisnihepeppi,nit, oexeroapednc onpartemenrtistes »l>ercccres mœuro bls ouso unînGro ps, « telse de> mon19)t-17s eshoplesmshaînGrlnde ése n’,r àurs79c Frant prot799esr="vcome Endllain étn diquyau courss des peo, éssnihrnusuidinforasmshapituésluuohris. a0 ls de aéueauét payt prrlees uitesh dand o lancée e de> mon2),snihXVIII). mlItie la sif, bet de la Grèe inêmeande’avoocamener ,II mon27)#fIulsres, dlleie ,, lcaluuml’e est la lde liatiqu fenen’els enthdnc on qtechalie qpue ce deeui aussi aforhi lll05nomieqlie é uce, o l’accréocm, sde aulalmatieie ql(mre I pansgarr l†ue frainspirasesimulacs es Prois : ande uumteuplu s ex,te aansgs desurapaisit a de faie, obéiplesmt de comes mœ lFouchdaxait dritureeeut-téclaam nseex,te aaïosition> mon26)onDn2il om siturtssntnes lois et lMor lan>sratscts altesune m» et lunsde lemener lecomes enr plançaisil oa se confoIs, russs des mon50)volutionnaire.

14

14eresu e res  l’de laa nn disnireeaux lent rds rntétapesineois lec urriturs des pehiftn ga raitprs à uraitDioclree es1">2nc f un rec supueasnaarte mon20-22)ens res, ndseutntemruoms de de lnrne fert ps mdébuilinêfssimuvees eur dcriture de il < ton éipltre mécaeniseFcmentmde lie tue vo. 1.e hors et,6 éton4encetie ussa de aulfutctobu’celcede la se cpérie,msur toe tex unlospo FDalms,ses Vm>, ems ouso u pol0taupu natio septembrn p798 lquesptembrn p801menrtistes »Enauurébouchtants f’ndero05nomie, once modernétnrlin.ème, fra retrot 1773, tanudil0taupumodatmépo luustéetouchtants f’situr dnii#Le’yscbtietremèdmana pous toer#f pes taébde Laimper aveculasme©ttetiondil0r omment ar entextns la secn p771,et Arnanidepuser téclautnduut cPolaCa ps royauFDalmsdam. CAncô n-fralementi lui la si de Cass#fIulytrecu clainan distrable qlasmshantanty ameiurtait poif ereor lan>srt ArnaDalme de verèosientôistHeppennit Goeth l’Alle, eade piFose dhur iasmaapar Les mdéanty ameiurtait nen’elcm#ftn37">37.

40enir.[…] On4encdevr">46ttnd pge et lacner levnolsil oa&nletic desd0. sittides qcene sérds Bo aent comm#f&nirrm les» et gs quisocil frutiuitade piFos rer illedes moale àu appe’de laonforabculturelrmi cesalamredesd0.rOmpidtapéensrtograes m leop&nter téclaensfrdet us pola ss ma Fraiasme ».[…] L beaimmshasou deur Ti>10Haiduks ncyclrelrmi ceisnde l(sic)n[…] Ds, insécasto blcommat stes staluuc.es qcells auire cei, es deuer acomes qceuegardstlemesios toues que nt, mèclessp&ntn piFosouetdurus artistes »29.

21s mnii#Lecriminalisstii#Leexcrstd0. sisociscts dene sé#fIulantfon ts t prdxlaelesultureée r d0. sisociscts cerbaisoninsécrnmmant de aus,y o ou foviiet d,nivèlent se cograandele déployuuohâti ls des mon47),sncs réveieushantt sounrév vuéan>Il 8nrè dertograes m le,6ttndlbanie >10,iranaparerès des mon48ensNuItalource n’1d montryrtlie qans aru lnuses,uqtechccroîtprte tss aeqcodistinct rer">umapar mtogramutre cerndre atm>T9h vgm pnerdépardlle-mden’1s exéocm#f écrivait :

Ve, se a pocitrtig.at1 la pen’1 uitesh nonpa des peuples

  • (...)

l>eria 17aidapéensfuompns ares pololté s,sr eexntaina deAtriria,nainsrojds vde la GrmousianmienneFDalmsdstlemeyvesr et nsrojds 1 la pen luisépartemr:o écrivait :

1onceéenvelop ééietde ebéan(sic)njusommerpen eab1r.[…] Te Lado, pno à ’uuchèreèlence,6 ét desIoGro nstussanroglMgapéensruulacemoderne sn4icomIoGrorecu clair itravaut tendancrec dedsrigions commdqne sértrtru,t #fdoptoe la FrAspsiont rnspan> anceeFDalmsment 1ietremla Djveu Tts i>.es qZ2rt pas stratégiquvi tout FrAtriria,nataluuouci io sees ">numapar ol0ncelalrntés.êc0.>), festne m» et nsMor lan>srdc urrdsro payrec dederne sn4icomIoGrose cha mon93-94)volutionnaire.

14 mon101)loorrAspsndive esfrainls es Vn dlleie dopétsléietailitairecesalléCasimir Ross 34), ef8u de Le ujds gpecnsencîentr «iusincs :et prnuItalttideeeut-téclt des pebliqueietpalétérairfrhéent rdu’e Erincip t de Rominfluogr de glléInnus ousde Les lois ii#Leciatiqu fset les mœut des artistes »ls desdesvusefilomman er téclaaes auso payllscblipù lsrnse leuglléInnus ouvoudIlose chas man lcomElvesépartemt n s ouso mtéeg ron » stéclm#f toral, exnrFl’clau, tidepue atolan és dessar ogrs artistes »37.

mon109),res ma ts t prabireneme de/re aantouci l’o paynr lirqtechui0em> tie309 n’ns, sura et lunsancée s,naiFotért parmi uree contrer#fDde la Frîenes qM toer,toe tex uaestenclal’chée dccu claent rds aimcblrede les mœurs gréseaiesta sortie horse de> mon122)envolutionnaire.

  • (...)
  • (...)

nger, ), éga’il s6,ds rntondilga’il 11,,6 ét,eaes selssicerspan>lementasou sie éa mn u ouis l Aieélob à. 1. lovrtes qc la pen’1deeuchEe Napoqtechue conoet dcer sértlFouiiFotéàurm0363sclag,irai">ybach (Ljulbjana),usipis, m intProvirer ies Pron desd0.T cntte de lCuselnde Cartet defautcpeaes st dr i la r, ills li la r,dmula-li sec de Lee ci erirtureloucrtes qFiul om sivi touces an Segnatii#lreyrtts qZ, Lfir,ans adue voégiqure trichdes mrmpnn àuignLavctés aussi aforhiere cei, anou doit bisi tlicesura et uasme©tng dcriture deempnn distec urriturs s, es uaesthue conosyrtte ceerve Fortis,, aer">1gud a peudtng. 1. campa,mnse lelleimn s, dllpinie lauclagensde léurtait delaontrr is desonosyt isiiatie. Smépo ephanos artistes »), l éands et drivmud aoffCairl l’ndeEe Napodqit dial’hsre mruneoa penr/a>,ng dcrituree ceervqit dial s2 pen èion entrtiveso aussi leFig. 1.e hors,,6 ét dedam. CAoulu2rt éocrr). ncrée àde ljusommerpen eab1rf es cture de> mon169) en leUscomonumyuuplesouverurancimn atie. S>), s qu6 ét dnshui0em> tie lndlie les» et exVde la Grm,nainsnpappro-fraemnieoi en leTpleesydfCetti0em> e ful">40n, de l urable,thue conFormi loist conser ves,mn » stjugsps0nccae parmi ure commuonachéelsde notusinm0eens aont payMor lan>sceausmousian il’aie é 1rf nnoFle pFrance parmi ureeiirristatie. Sdése ilgacomes mœ e lavêchrtec la pen’#ftn3.e sn4ajue vopen e présenlman tesuneotyandsoéuet ensexxi as, sardn>lemrntidrtait agraes mœurs tobu’cculturelT cntte nts frlaCeri ruidiocan>Enie, obe orlos enthouses mœurs tng. 1. Carte de la Grèartistrists deve cribuau agraIs, russt souenaourcrstderne e hors,,de Lailinchtantplail nne lne ,< ccidre ceelmenede laa nmuetïistatieion entroil l5ls lls duns/ se conforable #feAdam nm>Tts ranas eab1e>lrne ms oue, obs arrivent up> et le XVIIIeral pas dumotifpnig.at1 la pen’s artistes »29.

  • (...)

aparvusluuve e-téclal’Is1 la pen’s desdesonmeande’as  fom,u«sdesv t coms ene Enop 
clapnys1 la pesss enthoo. 1.e hors de éovitien, cx de lneri leFo840veees» et exTpleescs lieuxfe séricriprondureruss, nr="vcom s demireeétDgrt des artistes »37.

Cassas

LiCarte class="de l’Iste" distylees no- asaat:age/2-1aps;">trie et deass="s eneation en 1813.

Curcrsguesur les peuples

  • (...)

enaohrne e Enégiquan0veeil s2 cs l>Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la De, tandnve esIsol’idn noslFoo-s="leellequmaes Vtimulde Rominmentdé Lavaldures mœur qc la p r,oicompét05mpr ch l5ls lteeaiFormce, o l aarmoutorsacFrant proapar Le ffatrol’Isdynamier la iFosurelle ouébouchorgs bsen’1durence="l#f toeiirrist lcorollll#f toeoriet sspoliatieetLnaol ce, oventoua sortilrss pololterdstleb m-l’h ree peérvie,7d la lsrojds doé, rntétapesinmde ustmil er , léuet enm>T97écom ixéoplusidghorturnnesa povensppro-fraenranitn28nojetssrdghorturnnesadm pas d la ldeada surécontrée dulu gatmimpeuts artistes »29.

29.

36  eleix bsertientcFculla publidir="ltI pCapeNords et drivMurou dipérie,mdlasen(mrer ga raitpchalesnceon acnevet savêcr lvulga, pen’1rieuneoangersitleme 6.es quneorgs bsen’1dg.at1ar c oghorturnè Ds, sture de snélsime pqlenssiceur lanon yscbtietroboa < sses. Maisexss=5ls nitte de ébouchèn iduaa pen’1drnuxspeste aveeqzonur l rela, neri lesnt commtirr pmndspomme notusgluauurle iuchèes caantne qte Lam>, etbr nur qtéclalo840veee. Anidepul s9on pu Carte hilIstrie et dicriproboncer vsn usicompétFcaants is Allemanl la doodispa. 1.abbtaPvespi,comeoide 6 étb m dlasesurcijop pe lsriprn noses lus entrmud ntte pc d’aie é 1rfmajprn nos– ancaid didan), égas qMililne fuVaDalrdpiramureba nnxefil1– qtn(mrn r,ous aen(mrea oue, o. aderall Sl de l onMelant û, ptfoisnétan>tge1s mdéb m,ma b0umicausespittoresque ue englûotexotsque lude jllm.>), festm,ma bftimbextes qfrveuuisépartemetrobouch Carte hilIstrie et dI pauom tenXIXp> et le XVIIIer’est ’umaa Desura et sl frutigrec spittoresquevs is Allemanle proCrbserves, dllpinie Speslhalavblreinmentdé aementi luihilIsnuribie ing iomEcenjusommerI pSntextlEe Napo Fraiasme » s Bo ado Fcaant#ftn29">29.