Navigation – Plan du site

2018-2 Sports & nationalismes

Rédacteurs invités

  • Nuno Domingos, Instituto de Ciências Sociais

  • Victor Pereira, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Parmi les nombreuses ressources à leur disposition pour diffuser un sentiment national au sein de la population, les élites politiques et intellectuelles de nombreux pays (ou de groupes aspirant à le devenir) ont utilisé les sports modernes, nés à la fin du XIXe siècle, à l’époque de l’industrialisation.

Plusieurs sports ainsi que plusieurs événements internationaux (comme les Jeux Olympiques dont la première manifestation moderne date de 1896) ont servi de support à des discours – souvent antagonistes – autour de la nation. Les sports pratiqués ou les styles de jeu déployés étaient censés exprimer le caractère dit national, les qualités ou les défauts de la nation. Ces discours articulant sport et nation ont, à la différence de propos intellectuels et politiques, eu l’avantage d’atteindre une grande partie de la population grâce aux médias et à l’appropriation des compétitions sportives par divers acteurs économiques. L’historien britannique Eric Hobsbawm, qui travailla notamment sur le nationalisme, résuma ainsi l’importance du sport dans le développement du sentiment national : « Ce qui donna au sport une efficacité unique comme moyen d’inculquer un sentiment national, du moins pour les hommes, c’est la facilité avec laquelle les individus les moins politisés et les moins insérés dans la sphère publique peuvent s’identifier à la nation symbolisée par des jeunes qui excellent dans un domaine où presque tous les hommes veulent réussir ou l’ont voulu à une époque de leur vie. La communauté imaginée de millions de gens semble plus réelle quand elle se trouve réduite à onze joueurs dont on connaît les noms » (Hobsbawm 1990 : 143). Le sport, à travers les compétitions sportives qui mobilisent mascottes, symboles, drapeaux hymnes nationaux – symboles et représentations projetés ensuite à une large échelle – s’inscrit dans le « nationalisme banal » mis en avant par Michael Billig (1995) : il banalise les différents supports conçus pour rendre l’identification à la nation naturelle.

En même temps, l’établissement de rapports entre les récits nationaux et les pratiques sportives obscurcit les fonctions et les usages du sport en tant que moyen d’identification dans la vie quotidienne et en tant que mécanisme de sociabilité. Le manque d’études sur la condition du supporter et l’hégémonie de l’usage de sources officielles, principalement les archives étatiques, et de la presse contribuent à ce que l’expérience du supporter, bien plus polyvalente que ce que l’on prétend souvent, soit le plus souvent soumise à la propre logique des discours nationalistes. L’adhésion des supporters aux logiques nationales est le plus souvent pensée comme évidente, occultant d’autres identifications et d’autres manières de voir les compétitions sportives.

Ce dossier a l’ambition de prolonger les travaux qui, ces dernières années, ont mis en avant les rapports entre sports et nations, dans l’espace de la Lusotopie, principalement au Brésil (Leite Lopes & Faguer 1994, Drumond 2014), au Cap-Vert (Melo 2011), en Guinée Bissau (Melo 2015), à São Tomé e Principe (Nascimento 2013 ), en Angola (Bittencourt 2010), au Mozambique (Domingos 2012, 2015, Cleveland 2013), à Goa (Mills 2001 & 2002) et au Portugal (Coelho 2001, Neves 2004, Domingos & Kumar 2011, Pereira 2016, Kumar 2017). Ces études donnent à voir des processus que l’on retrouve dans d’autres territoires (Singaravélou &, Sorez 2010, Archambault, Beaud, Gasparini 2016) et mettent le plus souvent en exergue le football, sport le plus populaire dans ces pays.

L’analyse des pratiques et des consommations sportives est également féconde afin d’interroger l’espace de la Lusotopie qui, au vingtième siècle, a été marquée par la domination de régimes autoritaires (l’Estado Novo portugais et impérial de 1933 à 1974 et l’Estado Novo brésilien de 1937 à 1945 puis une dictature militaire de 1964 à 1985).

L’analyse du football contient d’ailleurs une des ambiguïtés que nous voulons approfondir dans ce dossier : comment ce sport qui s’est largement diffusé à travers de nombreuses sociétés, représentant pour certains auteurs un exemple de la mondialisation à travers la circulation d’images, de joueurs et l’organisation de compétitions internationales, a-t-il pu servir à la diffusion de discours sur la nation, voire à des idéologies nationalistes. La création d’un marché du sport impérial interconnecté par l’associativisme et par la presse a favorisé la circulation de représentations et de liens identitaires qui dans certains cas s’articulaient avec les intérêts des Etats mais, qui dans d’autres cas, révélaient une autonomie propre.

Associés au développement d’une configuration sociale moderne, les sports, comme l’a démontré Norbert Elias, sont des phénomènes sociaux qui permettent de saisir des dynamiques structurelles, comme le processus de construction de l’Etat moderne, l’évolution de la division sociale du travail, la croissance de l’associativisme comme moyen d’occupation des loisirs dans le cadre des sociétés urbaines.

Dans cette perspective, trois lignes de recherche sont privilégiées :

  • Usages nationalistes et résistants : De quelles façons et dans quels contextes le nationalisme sportif est-il devenu un instrument de mobilisation politique ? De quelle manière s’est-il institué comme un moyen de gestion politique du quotidien, inscrit dans des lois et dans l’action d’institutions ? A l’inverse, comment le nationalisme sportif, comme champ conflictuel de conversion politique, a-t-il été approprié par des mouvements d’opposition au pouvoir ? Comment les sports ont-ils pu être mobilisés par les différents mouvements prônant l’indépendance de leur territoire ? Pour les territoires devenus indépendants, comment le sport est-il employé dans la pédagogie de la nation ? Et quels sont les sports privilégiés pour révéler l’ « identité nationale » ?

  • Constructions identitaires et circulations : Les sports ayant favorisé la circulation de représentations, de joueurs, d’entraîneurs et de techniques, comment participent-ils aux constructions identitaires (« eux » versus « nous ») qui se trouvent à la racine de nombreux nationalismes ? Ou, de manière différente, de quelle façon ont-ils suggéré un imaginaire international ? Dans le cadre des luttes pour l’indépendance, dans quelle mesure le sport devient-il un des outils de l’insertion au sein du champ international ? De quelle manière ce nationalisme a renforcé ou a défié des conceptions de nationalité et d’appartenance ethnique mais aussi de genre – de masculinité et de féminité ?

  • Grands événements sportifs : Enfin, les sports modernes ont impliqué l’organisation de grands événements internationaux, comme les Jeux Olympiques. Reprenant le programme d’analyse proposé par Pierre Bourdieu (1994), il s’agirait de saisir le « processus de transmutation symbolique » en cours lors de ces événements où la compétition « s’accomplit sous le signe d’idéaux universalistes » alors qu’elle est marquée par « un rituel, à forte coloration nationale, sinon nationaliste ».

Dans ce dossier, les travaux qui s’appuieront essentiellement sur une pluralité de méthodes, sur du travail de terrain, sur des entretiens ou des sources d’archives seront privilégiés.

Les auteurs souhaitant proposer un article sont invités à envoyer un résumé de 3000 signes maximum avant le 15 décembre 2017 à lusotopie@gmail.com

Si le résumé est retenu, les articles complets sont attendus pour le 15 avril 2018.

La revue Lusotopie publie des articles en français, portugais et anglais.

Archambault, F. Beaud S. & Gasparini W. eds. 2016, Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, Paris, Publications de la Sorbonne : 51-74.
Billig, M. 1995, Banal Nationalism, Londres, Sage.
Bittencourt, M. 2010, « Jogando no campo do inimigo : futebol e luta política em Angola » in V. A. Melo, M. Bittencourt & A. Nascimento eds,
Mais do que um jogo : o esporte e o continente africano, Rio de Janeiro, Apicuri : 101-132.
Cleveland, T. 2013, « Following the Ball: African Soccer Players, Labor Strategies, and Emigration across the Portuguese Colonial Empire, 1949–1975 » Cadernos de estudos africanos, 26 : 1–19.
Coelho, J. N. 2001, Portugal a equipa de todos nós. Nacionalismo, futebol e media, Porto, Afrontamento.
Domingos, N. 2012,
Futebol e colonialismo : corpos e cultura popular em Moçambique, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais.
Domingos, N. 2015,
As linguagens do futebol em Moçambique. Colonialismo e cultura popular, Rio de Janeiro, 7 letras.
Domingos, N. & Kumar, R. 2011, « A grande narrativa desportiva: o desporto nos média em Portugal », in J. Neves & N. Domingos eds.,
Uma história do desporto em Portugal, t. I, Corpo, espaços e média, Vila do Conde, Quidnovi : 207-310.
Drumond, M. 2014,
Estado Novo e desporte : a política e o desporto em Getúlio Vargas e Oliveira Salazar (1930-1945), Rio de Janeiro, 7 Letras.
Hobsbawm, E. 1990, Nations and nationalism since 1780. Programme, myth, reality, Cambridge, Cambridge University Press.
Kumar, R. 2017, A pureza perdida do desporto. Futebol no Estado Novo, Lisboa, Paquiderme.
Leite Lopes, J. S. & Faguer, J.-P. 1994, « L’invention du style brésilien. Sport, journalisme et politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 103 : 27-35.
Melo, V. A. 2011, Jogos de identidade. O desporte em Cabo Verde, Rio de Janeiro, Apicuri.
Melo, V. A. 2015,
A Nação em Jogo: Esporte e Guerra Colonial na Guiné Portuguesa (1961-1974), Rio de Janeiro, PPGHC/UFRJ.
Mills, J. 2001, « Football in Goa: Sport, Politics and the Portuguese in India », Soccer & Society, 2 (2) : 75-88.
Mills, J. 2002, « 
Colonialism, Christians and Sport: The Catholic Church and Football in Goa, 1883-1951 », Football Studies, 5 (2) : 11-26.
Nascimento, A. 2013, Desporto em vez de política no São Tomé e Príncipe colonial, Rio de Janeiro, 7 Letras.
Neves, J. 2004, « O eterno fado dos últimos trinta metros. Futebol, nacionalismo e corpo », in J. Neves & N. Domingos eds., A época do futebol. O jogo visto pelas ciências sociais, Lisboa, Assírio & Alvim : 102-141.
Pereira, V. 2016, « La
Selecção portugaise, entre dictature, propagande coloniale et horizon européen », in F. Archambault, S. Beaud & W. Gasparini eds, Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, Paris, Publications de la Sorbonne : 51-74.
Singaravélou, P. & Sorez, J. eds. 2010, L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin.

  • Logo Idemec
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo MMSH
  • OpenEdition Journals