Navigation – Plan du site

Introduction

Alexandra Vydrina
p. 7-25

Notes de l’auteur

■ précède les équivalents français des mots kakabé constituant l'entrée
précède les exemples illustratifs
précède la traduction des exemples illustratifs et des expressions idiomatiques
♦ précède les expression idiomatiques

Texte intégral

Je tiens à remercier Jérôme Picard, ingénieur de recherche au CEH, LLACAN et LACITO pour son aide essentielle dans la création de la carte.

1. Informations générales

1Le kakabé (yɔ̀nkúle, jɔ̀nkúle, álmaamiyakulè) est parlé dans la région du Fouta-Djalon, au centre de la République de Guinée. La zone des Kakabés est localisée entre les trois villes principales de la région : Dalaba, Mamou et Dabola (cf. carte). Il existe également une enclave kakabé dans la sous-préfecture de Kankalabé. Le kakabé se divise en trois dialectes :

  1. le kakabé central (c) est le dialecte le plus important par son étendue géographique comme par le nombre de ses locuteurs ;

  2. le kakabé de l’ouest (w) est parlé à l’ouest de la sous-préfecture de Niagara et au nord de la sous-préfecture de Mafara ;

  3. le kakabé du nord (n) est parlé dans la sous-préfecture de Kankalabé.

2Du point de vue génétique le kakabé est classé dans le groupe mokolé de la famille Mandé. Les langues les plus proches du kakabé sont le mogofin (préfectures de Boké et Boffa), le ouré-kaba (sous-préfecture de Ouré-Kaba) et le kourou-maninka (préfecture de Dalaba). Selon mes estimations, le nombre de locuteurs kakabé est d’environ 50 000. Des émissions sont diffusées en kakabé à la Radio Rurale du Dogomet, le centre administratif de la sous-préfecture du Dogomet.

3Le kakabé est fortement influencé par le poular, langue de la famille atlantique parlée par les Peuls du Fouta-Djalon. Depuis le Jihad peul au Fouta-Djalon dans le XVIIIe siècle, les Kakabés sont en contact quotidien avec les Peuls, et actuellement le bilinguisme en poular est omniprésent parmi les Kakabés. Environ vingt pourcents du lexique kakabé est d’origine poular. L’influence du poular se sent non seulement au niveau du lexique mais aussi dans la phonologie, la morphologie et même la syntaxe.

4Les informations sur le nombre de locuteurs et la distribution géographique des dialectes kakabé ont été recueillies au cours d’une enquête dans le Fouta-Djalon en décembre 2014. A partir des enquêtes faites auprès des habitants des villages appartenant aux différentes zones géographiques (dix villages au total) une base de données a été créée, qui contient une liste des villages kakabé avec le nombre approximatif de leurs habitants. Ces données ont servi à la création de la carte de distribution de la langue kakabé.

Carte de la distribution de la langue kakabé

Carte de la distribution de la langue kakabé

Localisation du Kakabé, Ouré-Kaba et Kouroumaninka en Guinée.

Réalisation de la carte : Jérôme Picard et Valentin Vydrin.

5En dehors des dialectes du kakabé, la carte montre la distribution du kourou-maninka et du ouré-kaba, sur lesquels des informations ont aussi été recueillies pendant l’enquête de 2014. Par contre, le mogofin, étant localisé dans la Guinée maritime, n’est pas présent sur cette carte, qui n’inclut que la région du Fouta-Djalon. Le kakabé de l’ouest (localisé entre le village Djinkoya au nord et le village de Sarakatiya au sud) et le kakabé central sont marqués sur la carte avec la même couleur (orange), différente de celle utilisée pour le kakabé du nord (jaune). Ceci est justifié par le fait que le kakabé de l’ouest et le kakabé central forment un continuum linguistique aussi bien que géographique, tandis que le kakabé du nord est distancié par rapport aux deux autres dialectes.

2. Transcription ; phonologie segmentale et suprasegmentale

2.1. Alphabet

6Le kakabé est une langue sans tradition d’écriture. L’alphabet utilisé dans le dictionnaire est basé sur l’alphabet de la langue maninka, avec quelques modifications :

a b ɓ c d ɗ e ɛ f g gb h i j k l m n ɲ o ɔ p r s t u v w y ƴ z

7Le coup de glotte est désigné par le symbole « ʔ », par exemple : maʔánndɛ ‘être très inquiet’. Il n’a que très rarement une valeur distinctive est n’est pas pris en compte dans l’ordre alphabétique.

Les voyelles longues sont désignées par des lettres doubles.

8Lorsqu’il est suivi d’une consonne, l’élément nasal final de la syllabe s’adapte à cette consonne. Cependant, il est représenté à l’écrit invariablement par la lettre :

gbɛ́nkɛn ‘crâne’ (prononcé /gbɛ́ŋkɛ̃́/)

jànfa ‘trahir’ (prononcé /jàmfà/)

ń bàaba ‘mon père’ (prononcé /ḿbààbà/)

2.2. L’assimilation vocalique

9Lorsqu’un mot commence par une voyelle (il s’agit surtout des pronoms personnels), cette voyelle peut assimiler la voyelle finale du mot précédent :

À sí à fɔ́ /à sáà fɔ́/ ‘Il le dira’.

Cette assimilation est marquée par un apostrophe : À s’ á fɔ́

2.3. Le système tonal

2.3.1. Notation des tons

10En kakabé il y a un ton bas ( ̀ ) et un ton haut ( ́ ), avec un ton super-haut apparaissant dans un nombre limité de mots, cf. 2.3.3.

2.3.2. Les parties du discours et le ton lexical

11Les parties du discours et le ton lexical :

  1. Les pronoms personnels, les adjectifs attributifs et la plupart des marqueurs grammaticaux n’ont pas de ton lexical, i.e. le ton de leur prononciation est conditionné uniquement par le contexte.

  2. Les noms, les verbes et les adjectifs prédicatifs ont soit un ton lexical haut, soit un ton lexical bas, par exemple, káá ‘ruisseau’ et kàà ‘serpent’. Par contre, les verbes composés de plus d’un morphème peuvent aussi avoir un schème haut-bas : kɔ́ɔ́lɔ̀ ‘retourner’ (kɔ́ɔ́ ‘dos’ + lɔ̀ ‘arrêter’).

  3. Les adverbes, les interjections, les postpositions et les conjonctions peuvent avoir des schèmes tonaux autres que haut ou bas, par exemple, òʔóyè ‘non’ (interjection), álàko ‘pour que’ (conjonction).

2.3.3. Ton super-haut

12À part le ton bas et le ton haut il existe en kakabé un ton super-haut ( ̋ ). Ce ton n’est attesté que pour certains mots appartenant aux classes grammaticales suivantes :

  • intensificateurs : tɛ̋f ‘complètement’ (intensificateur pour le verbe fá ‘être plein’), ki̋i ‘fermement, fort’ (intensificateur pour le verbe kìti ‘attacher’),

adverbes expressifs : kùda̋y ‘pour toujours’, főyi ‘pas du tout’,

déterminatifs de quantification : főo (quantificateur universel), wőo (quantificateur à valeur de libre choix), fűs (quantificateur négatif),

onomatopées : pi̋w ‘hop !’ (imite un saut), ta̋a ‘pan !’ (imite un coup de feu).

2.3.4. Les tons dans l’énoncé

13Les mots avec un ton lexical bas ont une variante bas-haut qui apparaît devant un autre mot à ton bas, par exemple : kàà + fìlà → kàá fìlà ‘deux serpents’.

14Dans les limites d’un énoncé, les tons peuvent subir un downdrift (déclinaison prosodique) : comptant à partir du début de l’énoncé, chaque ton haut précédé par un ton bas est plus bas que le ton haut précédent. L’effet ce downdrift est le plus fort sur le verbe. Il peut être interrompu par un constituent focalisé ou un mot à ton super-haut.

15La prononciation est aussi influencée par les tons qui contribuent à signaler la structure de l’information et les frontières entre les constituants syntaxiques :

  • le ton bas final apparaît à la fin d’une affirmation ou d’une question partielle ;

  • le ton haut apparaît à la fin d’un énoncé 1) pour signaler que la parole n’est pas terminée (intonation de liste) ; 2) pour indiquer le lien entre la proposition dépendante et la proposition principale ; 3) pour solliciter l’approbation de l’interlocuteur ; 4) pour signaler une question générique ;

  • Le ton bas initial est réalisé au début d’un énoncé indépendant si cet énoncé commence par un élément qui n’a pas de ton lexical, comme les pronoms personnels ou les préfixes.

16Les tons de frontière peuvent s’ajouter aux tons lexicaux ou bien les effacer complètement.

2.4. Désignation des tons dans le dictionnaire

  1. Dans une séquence de tons identiques dans un mot graphique, seul le ton sur la première syllabe est noté, par exemple : màafi mɛ́sɛɲɛ̀nu ‘condiment pour la sauce’, prononcé /mààfí mɛ́sɛ́ɲɛ̀nù/.

  2. Le ton marqué sur le lemme (la forme de base) est le ton lexical. Le lemme porte une marque tonale dans le cas où le ton du mot est spécifié au niveau lexical.

  3. Si le mot à ton lexical bas contient plus de deux syllabes, un ton haut est noté sur la syllabe où il apparaît devant un autre ton haut, selon la règle 2.3.4., par exemple : dùgumakúlun ‘train’ (cf. la prononciation de ce mot dans le contexte où il se trouve placé avant un numéral à ton bas : dùgumakúlun fìla /dùgùmàkúlún fìlà/)

  4. La notation des tons dans les exemples et les expressions idiomatiques représentent les tons de réalisation, qui son souvent différents des tons lexicaux, cf. 2.3.4.

3. Structure des entrées lexicales

3.1. Variantes de prononciation

17Pour les mots ayant des variantes de prononciation, toutes les variantes sont représentées dans le dictionnaire, par exemple :

álahatti {álahattè}, àlháti {àlhátè}, àláti {àlátè} ‹pul. < ar.› n ■ dimanche

18Les variantes phonologiques de statut secondaire apparaissent également à leur place alphabétique comme des renvois :

àlháti {àlhátè} → álahatti ■ dimanche

19En général, la variante principale est la plus neutre, c’est-à-dire celle dont la distribution est moins restreinte par rapport à celle de la variante principale. Plus précisément, le choix de la variante principale est défini par la nature de la variation phonologique.

3.1.1. Variantes conditionnées par le contexte phonologique

20Si la distribution des variantes est expliquée à partir de l’environnement phonologique, dans ce cas la variante secondaire est celle qui peut être dérivée à partir de la variante principale en appliquant une règle phonologique. Les conditions d’utilisation de la variante secondaire sont expliquées dans le renvoi :

nin, n’ conn 1. ■ et <marque de la coordination entre nominaux>

n’ → nin ■ et <variante réduite qui apparaît facultativement devant une voyelle>

3.1.2. Variantes non conditionnées par le contexte phonologique

21Si la variation n’est pas conditionnée par l’environnement phonologique, la variante la plus fréquente dans le corpus (cf. Section 4 pour la description du contenu du corpus) est présentée comme variante principale. Par exemple, sachant que kìti est attesté considérablement plus souvent dans les textes que cìti, on aura :

kìti, cìti v 1. vt ■ attacher

cìti → kìti ■ attacher

22Si le mot n’est pas suffisamment fréquent dans le corpus pour pouvoir comparer la fréquence des ses variantes, la variante principale est la première dans l’ordre alphabétique :

málan, mɛ́lɛn vi ■ éclater

mɛ́lɛn → málan ■ éclater

23L’emploi d’une variante peut être restreint à un des dialectes ou à un groupe social :

ki → ka <marqueur du perfectif intransitif, utilisé par les jeunes dans le dialecte du nord>

24Si le mot est un emprunt, la variante qui est la plus proche de la forme d’origine est la principale (sauf si les données montrent que l’autre variante est plus fréquente). Par exemple, le verbe cíkkɛ, kíkkɛ vient du poular cikkagol ‘tomber de haut en bas’, donc c’est la première variante qui est choisi comme principale :

cíkkɛ, kíkkɛ ‹pul.› v 1. vi ■ sauter en bas, atterrir, tomber

kíkkɛ → cíkkɛ ■ tomber

3.1.3. Variante nasale des verbes causatifs

25Comme le préfixe du causatif la- change en na- après une nasale, tous les verbes causatifs ont deux variantes de prononciation. Cependant, c’est seulement la forme en la- qui est donnée dans le dictionnaire, l’autre forme étant complètement prédictible, cf. l’entrée pour le verbe lakàran avec l’exemple où ce verbe apparaît dans la forme nakàran après une nasale :

lakàran vt ■ faire étudier, envoyer étudier ✧ mà ká má là déɲɛ̀n nákàràn wó lè tɔ̀ [Krp, disc. « dans la forge »] • Nous avons pu envoyer étudier nos enfants grâce [au revenu de ce travail].

26Toutes les entrées avec les verbes causatifs dans le dictionnaire sont faciles à reconnaître par le fait qu’ils commencent par la syllabe « la » sans marque de ton. Par exemple, les verbes lakàran et lagbɛ̀lɛya sont des verbes causatifs, contrairement aux verbes láhɛ et lájɛ dont la première syllabe fait partie de la racine et possède un ton lexical :

lagbála vt ■ sécher

lagbɛ̀lɛya v 1. vt ■ s’opposer à, défier

láhɛ ‹pul.› vi ■ être à bout de souffle

lájɛ vi ■ boiter

3.2. Les marques dialectales

27Il existe trois dialectes en kakabé : le kakabé central (c), le kakabé de l’ouest (w) et le kakabé du nord (n), cf. Section 1.

28La marque dialectale a un sens exclusif : son occurrence dans l’entrée implique que cette forme ou cette signification est attestée uniquement dans le dialecte auquel la marque fait référence. Par exemple, le verbe jíga ne s’utilise que dans le dialecte du nord, et le préfixe tɔ- n’est attesté qu’avec certains verbes du dialecte de l’ouest :

jíga (n) v 1. vt ■ prendre

tɔ- (w) → ta- <variante du préfixe verbal du répétitif utilisé avec un nombre restreint de verbes dans le kakabé de l’ouest>

29Si le mot est utilisé dans deux dialectes sur trois, il est suivi par deux marques séparées par une virgule :

bólokondin {bólokondiɲɛ̀} (c), (w), bólosondin {bólosondiɲɛ̀} (n) rn ■ doigt

lɔ̀ (c), (w), sɔ̀ (n) v 1. 1) vt ■ arrêter

30Si la prononciation d’un mot varie en fonction du dialecte, c’est la variante du dialecte central qui constitue l’entrée principale à laquelle renvoie les entrées pour les autres variantes du kakabé :

-nden {-nnɛɛ̀} (c), -len {-leɲɛ̀} (n), (w) mrph 1. <suffixe du participe statif-résultatif>

-len {-leɲɛ̀} (n), (w) → -nden (c) <variante du suffixe du participe statif-résultatif utilisée dans le dialecte du nord et le kakabé de l’ouest>

31Dans le cas où un mot possède plusieurs variantes phonologiques et où la marque est utilisée après l’une de ces variantes, cette marque ne s’applique que sur la variante immédiatement devant elle. Par exemple, la variante ti du marqueur du parfait est utilisée dans les dialectes du nord et de l’ouest (et non pas dans le kakabé central), par contre la variante bá’ est utilisée dans tous les dialectes du kakabé :

báti, bá’, ti (n), (w) pm <marqueur du parfait>

32Par contre, si un mot avec toutes ses variantes n’est attesté que dans un des dialectes, la même marque est mise après chacune des variantes (pour ne pas confondre avec les cas comme celui de báti) :

àfíya {àfíyà} (w), àafíya {àafíyà} (w) ‹pul. < ar.› n ■ bonheur, prospérité ; bonne santé

3.3. Les emprunts au poular

33Depuis trois siècles, la langue poular est une des sources les plus importantes d’emprunts pour le kakabé (cf. Section 1). Les emprunts au poular sont marqués par la mention ‹pul.› qui précède la partie du discours :

fɔ̀yɔn {fɔ̀yɔ́ɲɛ̀} ‹pul.› n 1. ■ fourré ; broussailles 2. ■ compost

34La forme d’origine est indiquée s’il y a une différence importante entre le mot en kakabé et le mot en poular :

fàra {fàráà}, fàrandén {fàrannɛ́ɛ̀} ‹pul. parawoln ■ champ, parcelle (humide, utilisée pour cultiver des plantes comme le manioc)

fɔ̀ɔrɔ {fɔ̀ɔrɛ́ɛ̀} ‹pul. forooren ■ goitre

fìnton {fìntóɲɛ̀} (c), fìnto {fìntóè} (n), (w) ‹pul. fintoorin ■ cobra cracheur

35Si le mot poular qui a servi de source d’emprunt au kakabé a lui-même été emprunté à une source reconnaissable, qui peut être l’arabe (ar.), le français (fr.) ou l’anglais (angl.), celle-ci est indiquée après le signe « < » :

ndɔ̀ɔku {ndɔ̀ɔkúè} ‹pul. < angl.› n ■ canard

mìsíidi {mìsíidè} ‹pul. < ar.›, mìsíri {mìsírè} n ■ place (publique)

dìmáasi {dìmáasè} ‹pul. < fr.› n ■ dimanche

mìjɛ ‹pul. < ar.› v 1. vt ■ penser, croire, supposer

fɛ́ɛru {fɛ́ɛruè} ‹pul. < fr.› n ■ fer à repasser syn. kùtapasɛfɛ́n

36Certains mots kakabé ont une variation de prononciation, où une forme est un emprunt direct au français et l’autre forme est empruntée au français avec la médiation du poular :

dòftóru {dòftórè} ‹pul. < fr.›, dòkter {dòktérè}, dòktóru {dòktórè} n ■ médecin, docteur

lɛ̀kkɔl {lɛ̀kkɔ́lɛ̀}, lɛ̀kkɔ́lu ‹pul. < fr.›, ɛ̀kɔl n 1. ■ école

3.4. Parties du discours

37Chaque lexème est doté d’une désignation indiquant la partie du discours, dont voici la liste :

adj

adjectif

adv

adverbe

conj

conjonction

conn

connecteur

cop

copule

dtm

déterminatif

itj

interjection

mp

marqueur prédicatif

n

nom

n.loc

nom locatif

num

numéral

pp

postposition

prep

préposition

pron

pronom personnel

quot

quotatif

v

verbe

38Les morphèmes non-autonomes, mrph, sont pris en considération au même titre que les parties du discours.

39Certains mots appartiennent à deux parties du discours, en d’autres termes ils peuvent être employés dans des contextes grammaticaux qui sont typiques de plus d’une partie du discours. Ces mots sont dotés d’une double marque de partie du discours, par exemple :

wo, o pron/dtm 1. ■ ce, celui…

conj/prep ■ de, à partir de

3.4.1. Verbes

3.4.1.1. Comportement tonal et longueur vocalique

40Si le verbe est précédé d’un groupe nominal possédant l’article référentiel ou bien par un objet direct pronominal dans une proposition finie (qui contient un sujet), il est prononcé le plus souvent avec un ton bas, quel que soit son ton lexical.

41Les verbes monosyllabiques (sans suffixe) sont prononcés avec une voyelle brève. La voyelle devient longue si le suffixe du participe statif-résultatif -nden (-len dans le kakabé du nord et le kakabé de l’ouest) s’attache à la racine verbale, par exemple : nàanden < nà ‘venir’ + -nden. Les deux autres formes suffixales des verbes monosyllabiques, le perfectif intransitif à suffixe -ta et le gérondif à suffixe -la, sont le plus souvent prononcées avec une voyelle brève, mais l’allongement de la voyelle (moins important que dans le cas de la forme résultative) peut apparaître facultativement.

3.4.1.2. Valences du verbe

42Pour chaque sens du verbe, le schème de valence est indiqué. Il s’agit principalement de transitivité :

vi – verbe intransitif (sans complément d’objet direct) ;

vt – verbe transitif (avec un complément d’objet direct) ;

vr – verbe réfléchi (le complément d’objet direct est représenté par un pronom co-référent au sujet, donc un pronom de la 1ère ou de la 2ème personne, si le sujet est lui aussi le pronom de la 1ère ou de la 2ème personne, ou, dans les autres cas, par un pronom réfléchi i).

43Le verbe peut avoir, pour chaque sens, deux ou trois sous-sens qui ne se distinguent que par leurs valences, par exemple :

bán v 1. 1) vi ■ se terminer 2) vt ■ finir, achever (qch – là) 3) vt ■ terminer

44Les autres valences verbales sont également indiquées de la façon la plus claire possible. La postposition kakabé figure entre parenthèses, accompagnée de la préposition française correspondante :

dí, dín v 1. vt ■ donner (à qn – mà, fɛ̀, bòlo)

díya vi ■ être agréable ; plaire (à qn – yèn)

45Si l’équivalent français est construit avec une préposition face à laquelle aucune postposition kakabé n’est indiquée, cela veut dire que le complément d’objet indirect français correspond au complément d’objet direct en kakabé. Si, par contre, un complément d’objet direct français correspond à un complément d’objet indirect en kakabé, celui-là est désigné par « qn » (pour les animés) ou par « qch » (pour les inanimés) :

bɛ̀n v 1. vi ■ rencontrer (qn/qch – là)

3.4.1.3. Les formes préfixales

46Les formes préfixales des verbes dont le sens n’est pas complètement prédictible sont présentées dans le dictionnaire comme des entrées à part. Le ton du préfixe n’est pas indiqué dans le lemme, car il n’est pas spécifié lexicalement et change en fonction du contexte :

labɛ̀n v 1. vt ■ venir à la rencontre de

mafára v 1) vi ■ se déchirer partout

47La règle de notation des verbes causatifs dans le dictionnaire est expliquée à la Section 3.1.3.

3.4.2. Noms

3.4.2.1. La forme avec l’article référentiel

48La forme avec l’article référentiel est signalée entre accolades :

káalisi {káalisè} n ■ argent, monnaie

49Un nom peut avoir des variantes phonologiques auxquelles correspond une seule forme avec article. Dans ce cas, cette forme est donnée dans le dictionnaire après la dernière variante :

kàyi, kày {kàyéè} n ■ homme ; garçon ; mari

làspɛ́rɛ, làspɛr {làspɛ́rɛ̀} n ■ lance-pierre

50Un nom peut aussi avoir plus d’une forme avec l’article référentiel qui corresponde à une seule forme sans article :

kàran {kàráɲɛ̀}, {kàraɲɛ́ɛ̀} n 1. ■ étude

nɔ́gɔ {nɔ́gɛ̀}, {nɔ́gɔɛ̀} n ■ saleté, boue

3.4.2.2. Noms relationnels et non-relationnels

51Les noms qui peuvent se combiner avec un autre nom en fonction du possesseur par simple juxtaposition, sans marqueur la, sont dotés d’une marque rn. (nom relationnel). En fonction de leur signification, les noms relationnels en kakabé peuvent se combiner avec le possesseur soit par simple juxtaposition, soit avec le marqueur de possession, ou sans aucun possesseur. Par contre, les noms non-relationnels nécessitent toujours l’emploi du marqueur de possession, s’ils sont employés dans une construction possessive.

3.4.3. Noms locatifs

52Les noms locatifs sont ceux qui peuvent apparaître dans la position postverbale sans aucune postposition, mais qui, contrairement aux adverbes, peuvent aussi être utilisés dans la position du sujet et de l’objet direct.

3.4.4. Adjectifs

53Les adjectifs sont dotés d’une marque signant les fonctions syntaxiques qui lui sont accessibles :

adjM

adjectif utilisé uniquement comme modificateur d’un nom,

adjP

adjectif utilisé uniquement comme prédicat,

adjMP

adjectif utilisé comme prédicat et comme modificateur d’un nom.

54Les adjectifs dans la fonction de modificateur de nom n’ont pas de ton lexical : le ton du premier élément de la construction (le nom) se propage sur l’adjectif.

55Pour chaque adjectif-modificateur, la forme avec l’article référentiel est donnée entre accolades :

sutun {sútuɲɛ̀} adjM ■ court, petit

3.4.5. Marqueurs prédicatifs

56Les valeurs prédicatives, notamment l’aspect, la modalité, la polarité et (en partie) la structure de l’information, sont exprimées principalement par un marqueur prédicatif qui suit le sujet.

Tableau 1. Les marqueurs prédicatifs en kakabé

  • 1 L’accompli intransitif s’exprime par le suffixe verbal « -ta ».

Marqueurs prédicatifs affirmatifs

Marqueurs prédicatifs négatifs

bátí – parfait

máa – perfectif négatif

ka – accompli transitif1

ni – modal

káni – impératif négatif

si – futur-habituel

tée –futur-habituel négatif

mání – conditionnel

3.4.6. Copules

57Une copule est un mot auxiliaire qui apparaît comme centre prédicatif d’une proposition non-verbale :

L’accompli intransitif s’exprime par le suffixe verbal « -ta »

bi

copule existentielle et locative

béle

copule négative existentielle et locative

mu

copule d'identification

máa

copule négative d'identification

lè

copule d'identification et de caractérisation ; focalisateur

58Les copules existentielles « bi » et « béle » sont employées également dans des propositions verbales comme auxiliaires du progressif et statif-résultatif. Elles y occupent la position d’un marqueur prédicatif :

Tableau 2. Utilisation des copules ‘être’ dans les propositions verbales

affirmatif

négatif

bi + -la – progressif

béle + -la – progressif négatif

bi + -len – statif-résultatif

béle + -len – statif-résultatif négatif

3.4.7. Conjonctions

59On désigne par conjonctions les mots qui occupent la position initiale dans une proposition subordonnée ou indépendante, et dont la fonction est soit de servir comme connecteur entre propositions (par exemple fí ‘pour que’, si ‘si’), soit de définir la modalité d’une proposition indépendante (par exemple fó ‘il faut que’, kɔ̀nɔ ‘mais’).

3.5. Polysémie

60Un mot peut avoir plusieurs sens. Le cas échéant, ils sont ordonnés selon leur proximité sémantique et séparés par des chiffres arabes :

díya {díyà} n 1. ■ amitié 2. ■ plaisir, bien-être

3.6. Présentation du sens

61Chaque sens d’un mot kakabé est représenté, autant que possible, par son équivalent français. Là où l’équivalent français n’est pas exact, ce qui est souvent le cas, il est complété par un commentaire entre parenthèses précisant le sens du mot kakabé. Des commentaires servent également à désambiguïser un éventuel équivalent français polysémique :

búllɛ {búllɛ̀} ‹pul.› n ■ épine (de plante)

3.7. Indications sur l’usage

62Lorsqu’une désignation stylistique, ou une désignation précisant le champ sémantique, porte sur le mot ou l’expression en kakabé, elle se trouve devant l’équivalent ou la traduction française. Dans les cas où elle caractérise l’équivalent ou la traduction française, elle suit ce dernier :

bɛ̀li vr resp. ■ se coucher

békkɛ {békkɛ̀} rn ■ côte anat.

Liste des désignations stylistiques, ou se référant à des usages spécialisés

anat.

anatomique

arch.

archaïque

bot.

botanique

euph.

euphémique

injr.

injure

iron.

ironique

pej.

péjoratif

resp.

respectueux

salut.

salutation

3.8. Relations sémantiques

63Deux types de relations sémantiques sont indiquées dans le dictionnaire par des renvois mutuels :

qsyn.

– quasi-synonymes

syn.

– synonymes

64Si le synonymes est lui-même polysémique, un indice numérique lui est adjoint en indice. Par exemple, le verbe fɛ́wundi dans son sens numéro 1 est synonyme du verbe bɛ̀n dans son sens numéro 2 :

fɛ́wundi, fɛ́wndi ‹pul.› v 1. vi ■ se trouver ; s’avérer syn. bɛ̀n2, háwurɛ4, tàran1

bɛ̀n v 1. vi ■ rencontrer (qn/qch – là) 2vi ■ se trouver, s’avérer syn. fɛ́wundi1, háwurɛ4, tàran13. vi ■ être égal (à qch – mà)

3.9. Les tournures phraséologiques

65Les tournures phraséologiques prises au sens large, y compris les expressions plus ou moins figées, avec ou sans décalage sémantique, sont précédées de la marque ♦. Elles sont introduites à la suite de la description du sens particulier que leur usage évoque.

3.10. Les exemples illustratifs

66Les exemples illustratifs sont précédés de la marque ✧ et sont présentés immédiatement à la suite de la description du sens particulier ou de l’expression idiomatique dont ils servent à illustrer l’usage. La traduction des exemples s’aligne le plus souvent sur l’usage français, mais restent parfois délibérément proche de la syntaxe kakabé afin de clarifier l’emploi du mot illustré.

3.11. Références aux sources

67Les exemples illustratifs et les expressions idiomatiques provenant des enregistrements de textes spontanés sont suivis d’une référence au texte-source, par exemple :

✧ ì sì bɔ́ wò lúɲɛ̀, ì n’ á wà mɔ̀gɔ gbɛ́tɛ̀nu báta, álakò, ì n’ án nà kínè mètti [Nym, disc. « Ramadan »] • Ce jour-là tu vas chez d’autres gens pour partager leur repas.

68La référence au texte consiste en trois parties : 1) le nom du village abrévié, 2) l’indication du genre du texte, 3) le titre du texte. La liste détaillée des textes est donnée dans la section suivante. Plusieurs enregistrements contiennent des textes de deux genres différents ; dans ce cas, les deux indications de genre sont données l’une après l’autre : [Mns, disc., conte « poulain »].

4. Liste des textes utilisés dans le dictionnaire

  • 2 Au total, le corpus du kakabé contient huit heures et vingt minutes de textes, dont six heures et c (...)

69Dans le tableau suivant sont représentés les textes qui ont servi de sources pour les exemples utilisés dans le dictionnaire. Tous ces textes ont été enregistrés pendant des missions de terrain entre 2008 et 20152. Ci-dessous sont donnés les titres de chaque colonne du tableau :

  1. Référence utilisée dans le dictionnaire pour renvoyer au texte

  2. Nom du village d’où vient le locuteur

  3. Zone dialectale à laquelle appartient le village

  4. Nom du locuteur

  5. Année d’enregistrement du texte

  6. Genre du texte

  7. Description du contenu du texte

Tableau 3. Textes utilisés comme sources des exemples

1

2

3

4

5

6

7

Skt, conte « Duréma-

né »

Sokotoro

centre

Oumou Doumbouya

2008

conte

conte sur deux hommes et une femme qu’ils contestaient entre eux

Skt, conte « chimpanzés »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

conte

conte sur la création des chimpanzés

Skt, descr. « mariage »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

procédural

description de l’organisation et la célébration d’un mariage

Skt, conte « voleur »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

conte

conte sur un garçon qui a volé de la viande à ses amis

Skt, descr. « sadaqa »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

procédural

description du rite de sacrifice

Skt, descr. « fête »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

procédural

description d’une fête de village

Skt, descr. « enterrement »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

procédural

description du rite d’enterrement

Skt, histp. « voyage »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

histoire person­nelle

récit sur le voyage fait par le locuteur pour venir à Nzérékoré

Skt, descr. « chasse »

Sokotoro

centre

Alfa Bakar Doumbouya

2008

procédural

description de la chasse aux antilopes

Mns, conte « crocodile »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2009

conte

conte sur le crocodile et le garçon

Mns, conte « forgeron »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2009

conte

conte sur le bouc, la hyène et le forgeron

Mns, histp. « voyage »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2009

histoire person­nelle

récit sur le voyage fait par le locuteur pour venir à Nzérékoré

Mns, conte

« chats et souris »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2009

conte

conte sur les chats et les souris

Mns, conte, disc. « veillée des hommes »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta et al.

2010

contes, conversations

conversation entre les habitants du village ; contes

Mns, hist. « Bayimanu »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2010

histoire

histoire de l’arrivée de la famille Bayima dans le village

Mns, conte « le maudit »

Mansaya

nord

Mamadou Condé

2010

conte

conte sur un garçon qui ne respecte pas ses parents ni les anciens

Mns, conte « Faucon et tortue »

Mansaya

nord

Mamadou Condé

2010

conte

conte sur la tortue et le faucon

Mns, conte « femme persecutée »

Mansaya

nord

Adama Sédibé

2011

conte

conte sur une femme persécutée qui a été séparée de son enfant

Mns, disc., conte « esprit de la rivière »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta et al.

2011

conte, conversation

conversations entre les habitants du village ; conte sur une fille et l’esprit de la rivière

Mns, disc. « affaires du village »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta et al.

2011

conversation

discussion sur les affaires du village

Mns, descr. « mariage »

Mansaya

nord

Mamadou Condé

2011

procédural

description de l’organisation et de la célébration d’un mariage

Mns, conte « femme du chasseur »

Mansaya

nord

Mohammed Camara

2011

conte

conte sur un homme qui est tombé amoureux de la femme du chasseur

Mns, disc., conte « poulain »

Mansaya

nord

Maliké Sédibé et al.

2011

conversation, conte

conversations entre les habitants du village ; conte sur un roi et son poulain

Mns, conte « deux co-épouses »

Mansaya

nord

Mamadou Boyi Condé

2011

conte

conte sur la rivalité entre deux coépouses

Mns, conte « trois femmes »

Mansaya

nord

Mamadou Boyi Condé

2011

conte

conte sur trois hommes qui ont épousé des femmes de leurs propres familles

Mns, histp. « chasse »

Mansaya

nord

Mamadou Condé

2011

histoire personnelle

récit sur la chasse aux oiseaux à laquelle le locuteurs a participé

Nsr, disc. « affaires du village »

Mansaya, Nasuru­layi

nord

plusieurs habitants de Nasurulayi et de Mansaya

2011

conversation

conversation entre les habitants du village

Nym, disc. « école »

Nyama­yara

centre

plusieurs habitants de Nyamayara

2013

conversation

conversation sur l’école avec des lycéens du village

Nym, disc. « vie des femmes »

Nyama­yara

centre

plusieurs habitants de Nyamayara

2013

conversation

conversation sur la vie quotidienne des femmes

Nym, disc. « Ramadan »

Nyama­yara

centre

plusieurs habitants de Nyamayara

2013

conversation

conversation avec un jeune homme et une jeune femme sur la célébration de la fête du Ramadan

Nym, disc. « marché voisin »

Nyama­yara

centre

plusieurs habitants de Nyamayara

2013

conversation

conversation avec des adolescents du village sur le marché voisin

Nym, conte, disc. « jeux des enfants »

Nyama­yara

centre

Mamadou Camara et trois enfants

2013

conversation ; conte

conversation sur les jeux des enfants et la chasse, contes racontés par les enfants

Nym, conte

« figuier »

Nyama­yara

centre

Alpha Mamadou Bari

2013

conte

conte sur une orpheline et un figuier, raconté par un enfant

Nym, conte, prov. « maudit »

Nyama­yara

centre

Kerno Amadou Camara et Mamadou Camara

2013

contes, proverbes

des contes et des proverbes récités par un adolescent

Nym, descr.

« patate douce »

Nyama­yara

centre

Mamadou Camara

2013

procédural

description de la préparation et de la consommation de la patate douce

Krp, disc. « ménuisiers »

Kouroupampa

ouest

plusieurs habitants de Kouroupampa

2013

conversation

les menuisiers montrent leur travail et parlent de leur vie

Krp, disc. « vie des femmes »

Kouroupampa

ouest

plusieurs habitants de Kouroupampa

2013

conversation

les vielles femmes du villages parlent de leur quotidien

Krp, disc., hist. « histoires du passé »

Kouroupampa

ouest

plusieurs habitants de Kouroupampa

2013

conversation, histoire

les anciens du village racontent des histoires du passé et discutent sur les relations avec les Peuls

Krp, disc. « dans la forge »

Kouroupampa

ouest

plusieurs habitants de Kouroupampa

2013

conversation

conversation dans une forge sur le travail des forgerons

Lbk, disc. « affaires du village »

Labiko

ouest

plusieurs habitants de Labiko

2013

conversation

les anciens parlent de la vie du village et des relations avec les Peuls et racontent des histoires du passé

Lbk, disc. « dans la forge »

Labiko

ouest

plusieurs habitants de Labiko

2013

conversation

conversation dans une forge sur le travail des forgerons

Jnk, disc. « affaires du village »

Djinkoya

ouest

plusieurs habitants de Djinkoya

2013

conversation

les anciens (hommes et femmes) parlent de la vie du village et des relations avec les Peuls

Ppd, hist. « époque coloniale »

Popodara

ouest

Foula Keïta

2013

récit historique

Foula Keïta raconte les événements de l’époque coloniale liés à l’histoire de son village

Dgm, histp. « mon parcours »

Dogomet

centre

Bintou Camara

2013

histoire personnelle

Bintou Camara, animatrice à la radio de Dogomet, raconte l’histoire de ses études

Dgm, hist. « sorciers de Dogomet »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2013

histoire

histoire de sorcellerie à Dogomet

Dgm, histp. « vieille sorcière »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2013

histoire personnelle

histoire sur une vieille sorcière qui était la voisine du locuteur

Dgm, histp. « ma belle-

mère »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2013

histoire personnelle

histoire sur la belle-mère du locuteur

Krp, conte « veillée des femmes »

Kourou­pamapa

ouest

femmes de Dogomet

2013

contes

femmes du village de Kouroupampa se racontent des contes la nuit

Mns, disc. « agriculture »

Mansaya

nord

Samba Nyouma Keïta

2013

conversation

discussion sur les affaires de l’agriculture

Krp, disc. « dans la forge »

Kourou­pamapa

ouest

plusieurs habitants de Kouroupampa

2013

conversation

conversation dans une forge sur le travail des forgerons

Dgm, histp. « Mami Wata »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2015

histoire personnelle

récit d’un rêve sur l’esprit de l’eau Mami Wata

Dgm, histp. « dans la brousse »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2015

histoire personnelle

histoire sur le narrateur et son ami qui sont aller vivre dans la brousse

Dgm, histp. « travail et accident »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2015

histoire personnelle

récit sur le travail du locuteur dans une société de commerce et l’accident de voiture qui lui est arrivé pendant son travail

Dgm, histp. « enlèvement des rails »

Dogomet

centre

Ansoumane Camara

2015

histoire personnelle

récit sur l’enlèvement du chemin de fer par les jeunes et les enfants du village du narrateur

Haut de page

Notes

1 L’accompli intransitif s’exprime par le suffixe verbal « -ta ».

2 Au total, le corpus du kakabé contient huit heures et vingt minutes de textes, dont six heures et cinquante minutes sont entièrement transcrites, glosées, indexées au son et à la vidéo dans le logiciel ELAN, et une heure trente minutes sont transcrites et glosées dans le logiciel Toolbox. Le corpus est entre les mains de l’équipe technique pour la mise en ligne dans l’Archive ELAR : (http://elar.soas.ac.uk/deposit/0288).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de la distribution de la langue kakabé
Légende Localisation du Kakabé, Ouré-Kaba et Kouroumaninka en Guinée.
Crédits Réalisation de la carte : Jérôme Picard et Valentin Vydrin.
URL http://journals.openedition.org/mandenkan/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Vydrina, « Introduction », Mandenkan, 53 | 2015, 7-25.

Référence électronique

Alexandra Vydrina, « Introduction », Mandenkan [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/375 ; DOI : 10.4000/mandenkan.375

Haut de page

Auteur

Alexandra Vydrina

LLACAN, INALCO, USPC
Paris
alexandra.vydrina@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals