Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Susan, Hayward. Simone Signoret: the Star as Cultural Sign

Raphaëlle Moine
Référence(s) :

Susan, Hayward, Simone Signoret: the Star as Cultural Sign, Continuum International Publishing Group Ltd., 256 pages.

Texte intégral

1Dans la lignée des star studies, développées depuis 30 ans dans le monde académique anglophone à la suite de l’ouvrage fondateur de Richard Dyer, Stars (1979), Susan Hayward propose une passionnante étude de la star Signoret qui décortique de manière extrêmement fine la persona de l’actrice, définie par l’articulation de ses rôles, de ses performances (son jeu et son apparence) et de son image médiatique, construite par les discours tenus sur et par Signoret dans l’espace public. Grâce à une connaissance très approfondie du contexte socio-culturel et cinématographique, Hayward situe notamment les types de féminité ambivalents qu’incarne Simone Signoret et sa trajectoire d’actrice (de ses premiers rôles à sa reconnaissance comme star populaire à l’orée des années 1960) dans le paysage français de l’après-guerre aux années 1980.

2Le premier chapitre (« Signoret, a life ») a pour vocation de tracer les grandes lignes de la vie et de la carrière de l’actrice. Il permet ainsi au lecteur/ à la lectrice de découvrir ou de redécouvrir les principales données biographiques et filmographiques, de mesurer l’impact national et international de Simone Signoret, et surtout de proposer une scansion originale de sa carrière. C’est par cette dernière caractéristique que ce chapitre introductif se dégage du genre biographique. En effet, Hayward emprunte à Bakhtine la notion de « chronotope », qu’elle applique à la vie et la carrière de Signoret de façon à faire émerger six espaces/temps (les chronotopes) qui caractérisent et organisent les identités successives de Signoret, ainsi que les strates de signification qui composent sa persona, à partir du moment où elle devient une actrice et un personnage public. L’utilisation de ce concept de « chronotope » permet par ailleurs de saisir, pour chaque période, les différents niveaux d’identité (personnelle, professionnelle, genrée, nationale/internationale, politique) qui se mêlent pour construire la persona de Signoret, une construction rendue particulièrement complexe par la longue carrière cinématographique de Signoret (45 films dont 32 dans un premier rôle), par son engagement politique, par l’intrication de sa célébrité personnelle et de celle de son couple avec Yves Montand, par sa double carrière – nationale et internationale (de 1950 à 1960, où elle remporte l’Oscar de la meilleure actrice pour Room at the Top) –, par son activité théâtrale, puis télévisuelle et littéraire à la fin de sa carrière, etc.

3Le deuxième chapitre prolonge cette introduction en se centrant plus exclusivement sur le corps de l’actrice, entendu comme « apparence », mais aussi comme « corps jouant », et envisagé également dans la perspective d’une « politique des corps », au sens de Michel Foucault. Hayward montre ainsi que, tout au long de sa carrière, Signoret exprime certes, dans ses performances, des normes et des valeurs politiques et historiques propres à l’époque, mais qu’elle impose surtout une image complexe de féminité moderne, très en avance sur son temps dans les années 1950 – ce qui, pour Susan Hayward, explique que, malgré son succès, elle ne soit pas à proprement parler une « star populaire » en France dans cette décennie. Ce qui caractérise les rôles de Signoret et la distingue des autres vedettes féminines des années 1950 et 1960 par exemple (Martine Carol, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau), c’est essentiellement qu’elle s’affirme comme « sujet » dans les films – et dans sa vie publique –, et non comme objet fétichisé : cette position particulière, qui fait sa modernité et la dote d’une autonomie, d’une agency généralement déniée aux personnages féminins, ne se limite pas à ses rôles de jeune femme, mais se prolonge tout au long de sa carrière. Elle est perceptible à la fois dans la construction, la mise en scène du personnage et le jeu de l’actrice. Ce dernier est extrêmement concentré dans des expressions et des mouvements de la bouche ou des yeux qui lui permettent de développer un jeu minimaliste et d’échapper aux modes conventionnels d’érotisation des personnages féminins. Hayward souligne aussi l’authenticité qui caractérise l’actrice, sa capacité à proposer des personnages féminins plus ou moins en décalage par rapport au type casting du cinéma français, et à restituer, dans la deuxième partie de sa carrière notamment, la complexité de personnages « ordinaires ». Enfin, en s’appuyant notamment sur Bakhtine et sur un appareil psychanalytique (ici comme dans les chapitres suivants), l’auteure insiste sur la déconnexion glamour/érotisme, qui est visible non seulement dans ses rôles de femme mûre, mais dès Casque d’Or, ainsi que sur les ambivalences de son identité sexuée et des plaisirs hétérosexuels et/ou lesbiens qu’elle suscite chez le/la spectatrice.

4Quatre des chapitres suivants sont consacrés aux différentes étapes de la carrière cinématographique de Signoret, et permettent donc, après le second chapitre qui met l’accent sur la continuité de la persona de Signoret, d’envisager de manière détaillée ses métamorphoses successives, de la beauté irradiante de Casque d’or au corps alourdi de Mama Rosa dans La Vie devant soi (« Postwar Films : 1946-1951 », « Trajectory to International Stardom : 1952-1959 », « Working the International Scene : 1960-1968 », and « The monstre sacré Returns to the French Screen : 1969-1982 »). A chacune de ces étapes, Hayward associe une dimension différente de la persona de Signoret, respectivement : « the beautiful star body-text », the « political star body-text », the « international star body-text », and the « aging star body-text ». Ces quatre chapitres sont également l’occasion d’étudier les films dans lesquels joue Signoret de manière extrêmement détaillée, sur un plan contextuel et sur un plan textuel, ainsi que leur réception. Le lecteur/la lectrice trouvera donc ici des analyses passionnantes de films, connus (Dédée d’Anvers, Casque d’Or, Les Diaboliques, L’Armée des Ombres, etc.) ou moins connus, mais qui déplacent tous le paradigme de l’analyse auteuriste et esthétique en adoptant la perspective des star studies : d’une part l’actrice, dans ses différentes dimensions, sert de fil rouge à l’analyse ; d’autre part ses performances et ses personnages sont toujours mis en relation avec le contexte social, culturel et politique (à ce titre par exemple, la lecture des Diaboliques à la lumière de l’Occupation et de la Libération, et de la guerre d’Algérie, est tout à fait novatrice et stimulante).

5Deux chapitres enfin sont consacrés aux performances de Signoret dans d’autres domaines d’expression : le théâtre et la télévision, à laquelle Signoret, star de cinéma, s’intéressa bien avant ses consœurs et confrères, avec notamment la série Madame le juge. Si le chapitre sur la télévision est tout à fait convaincant, d’autant qu’il est assez étroitement connecté à l’engagement politique et citoyen de Signoret, le bref chapitre sur le théâtre est plus anecdotique. D’une part parce que Signoret ne vient pas du théâtre, ce qui la distingue de nombreuses autres actrices françaises de sa génération, mais aussi faute de captations et de sources concernant les trois pièces dans lesquelles elle a joué au théâtre.

6On le voit, le livre de Susan Hayward n’est nullement une biographie de Signoret, mais un ouvrage scientifique, extrêmement informé, qui permet de saisir la singularité de Simone Signoret et de comprendre son statut d’icône culturelle. Il intéressera donc bien au-delà de la sphère des fans de Signoret, et me paraît une lecture importante pour quiconque travaille sur le cinéma français de 1945 à 1985 ou s’intéresse à la question de l’acteur. Sur ce dernier point, l’ouvrage de Hayward constitue un exemple très réussi des potentialités critiques, historiques, culturelles qu’offrent les star studies, utile pour tou-te-s les chercheurs/-cheuses désireux/-ses de travailler sur un acteur/une actrice. Enfin, il ouvrira de nombreuses pistes de réflexion à toutes celles et ceux qui travaillent sur le corps, l’apparence ou le vieillissement – toutes questions que posent la carrière et la persona de Signoret et qui sont au cœur de nombreuses recherches actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaëlle Moine, « Susan, Hayward. Simone Signoret: the Star as Cultural Sign », Mise au point [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/map/1456

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page