Skip to navigation – Site map
Chapelles et querelles des théories du cinéma

Une discussion à propos des Gender Studies

A Discussion on Gender Studies
Martine Beugnet | Maxime Cervulle | Marlène Coulomb-Gully | Geneviève Sellier | Martin Lefebvre | Laurent Jullier

Abstracts

A debate where scholars address research methodology as well as heuristic and epistemic concerns relevant to Gender Studies in as much as as they apply to film and moving image studies.

Top of page

Full text

  • 1 La discussion qui suit a eu lieu par courrier électronique entre octobre et décembre 2014.

1Martin Lefebvre et Laurent Jullier1 :

On reproche aux approches gender et queer (pas seulement elles, bien sûr) d'être interprétatives : À (sur l'écran) signifie B (dans le monde ou dans l'absolu). Or on pourrait croire que A signifie B, C, D, E... suivant les spectateurs et leurs usages.

2Geneviève Sellier :

Qu’est-ce qu’une approche qui ne serait pas interprétative ? L’approche « esthétique » propose des interprétations, via des rapprochements entre tel plan ou telle séquence et telle œuvre, tel artiste ou tel mouvement esthétique. L’approche historique propose des interprétations, via des rapprochements entre telle représentation filmique et l’écho qu’on lui donne dans la réalité sociale ou politique de la période considérée. L’approche narratologique propose des interprétations via l’utilisation de tel ou tel code narratif, donné comme pertinent ou dominant pour l’analyse de telle ou telle œuvre.

Les raisons pour lesquelles on « reproche » aux approches gender d’être interprétatives, c’est qu’elles proposent des analyses, des éclairages, des rapprochements entre les représentations filmiques et des mécanismes de domination sociale dont l’efficacité tient à ce qu’ils sont masqués : ce sont des lectures oppositionnelles (Stuart Hall), qui heurtent d’autant plus le milieu académique (masculin) qu’elles concernent un aspect tabou en France de la domination sociale, celle qui relève des rapports de sexe (ce « reproche » n’ose plus s’exprimer à ma connaissance dans les pays anglo-saxons, sauf à paraître vraiment ringard ou proche du Tea Party…)

L’analyse des représentations filmiques d’un point de vue gender consiste à mettre en évidence la façon dont le cinéma construit (ou plus rarement déconstruit) par toutes sortes de codes (narration, mise en scène, découpage, montage, éclairage, jeu de l’acteur, etc.), une vision hiérarchisée de la différence des sexes, autrement dit comment les films à la fois essentialisent les identités de sexe et les hiérarchisent. Comme l’avait déjà montré l’article inaugural de Mulvey (1975) qui sur ce point, reste pertinent, le cinéma narratif dominant n’est pas un reflet des rapports sociaux, mais il contribue à les construire et à les légitimer. Les approches gender tentent de mettre au jour cet aspect des représentations filmiques. Dans la mesure où la construction hiérarchisée des identités de sexe est au cœur de cette technologie de genre (Teresa de Lauretis) qu’est le cinéma, l’analyse genrée des films devrait être un élément constitutif des études de cinéma.

3Maxime Cervulle :

La démarche scientifique en elle-même est interprétative, d’où la nécessité d’une réflexivité de tous les instants quant au point de vue adopté. Travailler sur la réception des films ou des contenus médiatiques ne permet pas plus d’échapper au cadre interprétatif : seule la nature du discours étudié change, on passe de l’analyse du discours médiatique à un certain type de discours social (celui des enquêté-e-s). Une des spécificités des approches par le genre est sans doute leur très forte inclinaison à la réflexivité quant au point de vue qui construit l’objet ; une réflexivité qui trouve son origine dans les épistémologies féministes qui ont largement critiqué l’illusion de la science neutre et impartiale (Sandra Harding), des points de vue « transcendants » et « décorporalisés » (Donna Haraway).

L’intérêt des études de genre dans le domaine des médias tient au fait de considérer ces derniers comme un lieu de construction de la « différence des sexes ». Ce n’est pas tant que les médias donneraient une vision déformée de celle-ci, qu’ils renforceraient des stéréotypes par exemple, mais plutôt que la dimension performative du discours médiatique contribue à faire advenir le binarisme sexué. Leur enjeu réside selon moi dans la compréhension de la construction discursive d’identités de genre sans référent réel. Penser la représentation du genre, c’est penser l’arbitraire du signe, d’un signe ne renvoyant à rien d’autre qu’à d’autres signes. En d’autres termes comme le dit Teresa de Lauretis, le genre est sa représentation. À ce titre, et en partant du principe que les discours participent de la construction de la réalité, toute production discursive peut être vue comme une technologie du genre. Il s’agit dès lors d’étudier les façons par lesquelles le genre se trouve construit dans les discours selon un régime binaire, où les deux termes sont à la fois exclusifs, complémentaires, hiérarchisés et naturalisés.

4Marlène Coulomb-Gully :

Je rejoins ce qui est dit par mes collègues, sur le caractère interprétatif de toute démarche scientifique. Mais ce reproche est d’autant plus virulent qu’il s’agit des gender studies : on les accuse non seulement d’interpréter, mais de « sur-interpréter » !

Trois observations à ce propos :

1. Ce reproche est récurrent s’agissant des sciences humaines (comme des sciences sociales d’ailleurs), souvent perçues comme « interprétatives » au regard des sciences dites « dures » : la reproductibilité des méthodes en usage, la routinisation de leurs protocoles et des opérations mises en œuvre ont longtemps fonctionné comme gages de scientificité et paru mettre ces dernières à l’abri de cette accusation. On sait aujourd’hui ce qu’il en est.

2. Derrière le reproche de l’« interprétation », c’est bien sûr celui de la subjectivité qu’il faut lire : nos disciplines ne seraient pas scientifiques parce que pas objectives. Le paradigme de l’objectivité scientifique a vécu, mais par un curieux phénomène de persistance rétinienne, il continue d’obstruer la vue. À travers les contributions de Sandra Harding et Donna Haraway en particulier, les gender studies ont largement contribué à la réflexion épistémologique et à la déconstruction des impensés scientifiques. On peut même dire que le rapport entre la pensée du genre et la tradition scientifique a pris la forme d’un engagement critique qui a entraîné une contestation générale des savoirs établis comme des processus d’acquisition des connaissances : critiquant le caractère androcentrique des théories dites scientifiques et dévoilant que sous couvert de neutralité, le sujet universel de l’épistémologie classique est implicitement masculin, la méthodologie genrée récuse la neutralité et l’objectivité comme illusoires.

3. Ce reproche est fondamentalement une tentative pour discréditer le fondement scientifique des gender studies et ce faisant les résultats de nos travaux eux-mêmes (je dois dire qu’à titre personnel, je n’ai jamais été confrontée à des oppositions aussi violentes que depuis que je travaille sur le genre). Or c’est bien, comme le souligne Geneviève Sellier, parce que nos recherches déconstruisent le fondement patriarcal de notre société et de nos disciplines qu’elles dérangent aussi profondément.

Sur un plan purement tactique, j’avoue recourir chaque fois que possible à la technique du comptage, perçue comme « objective », pour asseoir mes dires, par exemple sur la représentation des femmes et des hommes dans les médias. Je compte : le nombre d’expertes sur les plateaux télé, le nombre de femmes interrogées dans les informations, le nombre de films ou de téléfilms portant le nom d’une femme, le nombre de femmes premiers rôles, etc. La technique du comptage n’a rien de très stimulant sur le plan intellectuel, mais elle est opérationnelle face à d’irréductibles opposant.e.s !

5Martine Beugnet :

En rapport avec la seconde partie de la question, celle qui a trait aux spectateurs et à leurs usages : l’une des richesses du texte fondateur de Laura Mulvey, Visual Pleasure and Narrative Cinema, est qu’il s’agit d’une proposition provisoire, qui permet de lancer le débat – le texte de Mulvey a immédiatement suscité des réponses critiques. Mulvey elle-même apporte rapidement des révisions à sa proposition initiale avec Visual and Other Pleasures. L’une des critiques qui émergent très vite concerne la notion abstraite de spectateur. Dès la fin des années 1970, Mary Ann Doane, Gaylyn Studlar, et bell hooks, entre autres, s’attachent à problématiser et à complexifier ce concept initialement figé et désincarné de spectateur. La réflexion est par la suite étayée par le travail des historiens du cinéma et par le développement des reception studies (voir notamment le travail d’Annette Kuhn) ; Depuis la fin des années 1990, elle est également infléchie par la ré-émergence des approches phénoménologiques, et par le débat sur le numérique et ses effets « dématérialisants ».

6Martin Lefebvre :

Ce qui me frappe dans cette discussion toutefois c’est la démarche « négative » au plan épistémologique qui consiste à dire : « eux aussi, les scientifiques, font de l’interprétation et leur discours est genré ». Des scientifiques répondront (avec raison sans doute) que c’est un peu réducteur : qu’entendons-nous ici par « science » ? Il n’y a pas de science unifiée (malgré toutes sortes de tentatives), mais toutes sortes de projets scientifiques et de visées épistémiques différentes (je parle ici des sciences de la nature). Mais acceptons néanmoins la prémisse, reste que la question demeure : qu’est-ce qui assure la « valeur » de nos interprétations ? Que visent-elles et, surtout, quel est le garant de leur succès face à leurs visées ? Peut-on et doit-on les contrôler ? D’ailleurs ces questions sont-elles elles-mêmes genrées d’après vous, font-elles partie du problème ? Mais si les interprétations ne doivent pas être contrôlées, à quelle forme de discours appartiennent-elles ? Est-ce une forme de poésie, de rêverie, de pur travail de l’imagination ? Et enfin, quelles sont justement les visées de ces interprétations ?

7Geneviève Sellier :

Les mécanismes de contrôle des interprétations existent et sont nécessaires, comme dans toutes les approches culturelles, par la mise en série (le repérage des représentations dominantes par exemple), par les références au contexte, par la mise en relation des discours, mais, de la même manière que les discours de classe sont subsumés derrière le sens commun de l’idéologie dominante, les discours de naturalisation des hiérarchies genrées restent invisibles au sens commun, c’est ce qui fait leur force. Le recours à la réception pour valider une interprétation concernant le caractère genré des représentations se heurte au déni du sens commun. La plupart du temps, l’analyse genrée des représentations doit aller contre le sens commun, tout en trouvant d’autres façons de valider ses hypothèses.

8Martin Lefebvre et Laurent Jullier :

Comment expliquer l'alliance des gender studies avec la psychanalyse (combinée éventuellement à un rejet de la biologie) et pas avec la psychologie ? Est-ce parce qu'une démarche scientifique rationnelle est marquée du sceau de la domination masculine et de l'hétéropouvoir ? Ou est-ce parce que la psychanalyse théorise, voire se fonde sur le désir et la différence sexuelle, ce qui n'est pas le cas de la psychologie ; et parce que Freud s'est éloigné du modèle biologique ?

9Geneviève Sellier :

L’alliance entre les gender studies et la psychanalyse est historiquement située : elle n’est ni générale ni absolue (encore faut-il préciser à quel courant de la psychanalyse on se réfère).

Elle a été favorisée dans les années 1970 et 1980 par une interprétation féministe de la psychanalyse lacanienne, qui permettait de penser l’articulation du désir et de la domination masculine chez le/la spectateur/trice, avec sa dimension en partie pré-consciente parce qu’intériorisée. Elle a permis aussi de mettre en évidence le lien entre le/la spectateur/trice de cinéma et le rêveur/se, et la dimension de fantasme collectif des films, et donc la force du cinéma comme constituant de l’imaginaire collectif et individuel (voir Christian Metz), et de sortir de la notion simpliste de propagande.

Mais l’utilisation intensive de la psychanalyse lacanienne par Laura Mulvey ou Tania Modleski (pour ne mentionner que les pionnières) a eu pour corolaire un déficit d’historicisation des approches genrées des films, et a pu déboucher sur une certaine essentialisation de la différence des sexes.

10Maxime Cervulle :

Dans les années 1960, tandis que monte la deuxième vague féministe, la psychanalyse connaît en France une seconde vie sous l’impulsion de Jacques Lacan. Il n’est dès lors pas étonnant de constater les liens étroits qui lieront certains féministes français aux approches lacaniennes. On trouve d’ailleurs représentés au sein du Mouvement de Libération des Femmes les deux principaux paradigmes de l’époque : le marxisme et la psychanalyse. Le premier a constitué le fondement de la tendance « Lutte des classes / lutte des femmes », où prend forme une perspective féministe matérialiste en sciences sociales ; le second a nourri le courant « Psychanalyse et politique » où émerge un projet féministe différentialiste. De façon intéressante, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, le clivage entre les approches matérialiste et psychanalytique est nettement moins marqué. Au Center for Contemporary Cultural Studies de Birmingham dans les années 1970, le Women’s Group dessine par exemple un projet d’étude matérialiste de la subjectivité, informé par les travaux de Lacan, de Louis Althusser et de Juliet Mitchell (voir Women Take Issue, 1978). C’est précisément les apports de la psychanalyse pour penser la constitution du sujet et de la subjectivité qui intéresse alors – ce point apparaissant comme le lieu d’achoppement d’un matérialisme parfois vu comme trop déterministe, trop mécaniste. Aujourd’hui les approches du genre se sont multipliées et le champ des gender studies est foncièrement transdisciplinaire. L’espace dévolu à la psychanalyse s’en trouve réduit ; d’autant que le contexte n’est plus vraiment à la célébration du structuralisme lacanien ni en France ni dans le contexte anglophone. Cependant le débat sur l’appréhension de la subjectivité dans une perspective féministe subsiste – mais la tension s’est déplacée : elle ne joue plus sur l’opposition matérialisme/psychanalyse, mais entre perspective matérialiste et queer.

11Martine Beugnet :

Dans le domaine des film and media studies, la branche gender studies représente l’une des plus dynamiques : elle ne s’est jamais figée dans une approche ou une école de pensée spécifique. Pour les raisons signalées plus haut, il existe en France, dans le domaine des études cinématographiques notamment, une forte résistance de principe aux gender studies (Mulvey ne sera finalement traduite intégralement en français que cette année : un délai de près de quarante ans !). Paradoxalement, les gender studies anglo-saxonnes continuent de s’inspirer de la théorie continentale et notamment française. Ainsi, alors que certains concepts psychanalytiques, de Lacan et à Kristeva, ont initialement fourni les bases d’une réflexion qui se voulait scientifique, la réflexion critique sur les à priori et les tendances universalisantes de l’approche de type psychanalytique s’est développée très rapidement, en référence, entre autres, aux écrits de Deleuze et Guattari.

L’approche psychanalytique ne représente plus aujourd’hui qu’un aspect mineur des gender studies. Elles tendent désormais à combiner les outils d’analyse que mettent à disposition les approches sociologiques, philosophiques, anthropologiques, esthétiques et historiques. Dans le domaine du cinéma, en relation avec l’évolution des contextes de production et de réception, les genres cinématographiques ainsi que les études du cinéma des premiers temps continuent de fournir un terreau fertile aux gender studies. L’analyse de film et les questions d’esthétique demeurent cependant fondamentales. Faut-il rappeler que si Visual Pleasure… s’appuie sur une approche psychanalytique, le texte n’en propose pas moins une analyse fine de la construction du regard par le biais du montage et du cadrage ?

12Martin Lefebvre et Laurent Jullier :

Quelle est la fonction des études féministes et LGBT à l’université dans des programmes comme en études cinématographiques ou études des médias ? Pour le dire autrement : la fonction est-elle principalement épistémologique ou sociale (peut-on séparer les deux ?). Il y a de ceux, comme le littéraire Stanley Fish par exemple (cf. Save the World on Your Own Time, 2008), qui croient que des disciplines comme les nôtres (en gros les Lettres), devraient éviter de faire du militantisme social ou de donner des conseils moraux ou politiques, et que les institutions d’enseignement devraient être des lieux où l’enjeu est la poursuite désintéressée de la connaissance, de la vérité, propre à chaque discipline. Les problèmes de vie civique, d’éthique, de politique devraient y être traités de manière non militante et académique. De surcroît, le militantisme en salle de classe dans nos disciplines semble n’avoir aucun impact (ou alors un impact minime, presque négligeable) sur la vie politique de nos nations, sur le sexisme, etc. La professeure qui milite dans sa salle de cours, n’aurait-elle pas plus de succès si elle militait au sein d’une formation politique et se faisait élire députée ou si elle écrivait des éditoriaux dans les journaux ? Utiliser la salle de séminaire à cet effet, est-ce détourner sa fonction épistémique ?

13Geneviève Sellier :

Nous savons tous que les savoirs académiques sont situés, en particulier en sciences sociales (mais aussi dans les sciences dures : voir les travaux de Catherine Vidal en neurologie) et qu’il n’existe pas de « poursuite désintéressée de la connaissance, de la vérité » ! L’émergence de nouveaux savoirs se fait dans un rapport de forces d’autant plus violent que ces nouveaux savoirs mettent à mal la prétention d’universalité des savoirs en place. La France est bien placée dans le maintien de cette prétention universaliste, à la fois comme héritière de la Déclaration des droits de l’Homme et comme ancienne ( ?) puissance coloniale.

Tout ce que nous devons exiger de nous-mêmes et de nos étudiant-e-s, c’est de déployer toute la rigueur nécessaire sur le plan épistémologique et analytique. Le travail conceptuel effectué depuis plus de trente ans, en particulier en France, en anthropologie, sociologie et histoire, est un atout important pour les gender studies. L’université, pas plus que l’école ou la famille, n’échappe aux rapports de domination sociale, qu’ils soient de genre, de classe ou de « race ». Les prendre en compte et les déconstruire devrait faire partie des tâches les plus élémentaires des enseignant-e-s-chercheur-e-s soucieux/ses de déontologie.

Les enquêtes sociologiques, en particulier sur l’école (Marie Durut-Bellat, Nicole Mosconi) ont montré de façon irréfutable que la méconnaissance des mécanismes de domination genrée, intériorisés dès le plus jeune âge par les deux sexes, est le meilleur instrument de reproduction des inégalités, et un obstacle objectif à la diffusion des savoirs et au progrès des connaissances.

14Maxime Cervulle :

Cette illusion fait souvent marcher de pair un mésusage de la neutralité axiologique et une défense acharnée du principe disciplinaire de segmentation de la connaissance. Isabelle Kalinowski a très bien montré la partialité de la lecture française de la neutralité axiologique weberienne, principalement employée dans les années 1970 comme une digue protégeant les sciences sociales des débordements marxistes. Loin de proscrire l’engagement, la posture weberienne prescrirait plutôt la réflexivité ; loin d’interdire le recours aux valeurs, elle inviterait plutôt à l’explicitation des valeurs manifestées dans la recherche. Pour ce qui est de la seconde dimension de cette illusion – la disciplinarité – Christine Delphy soulignait déjà en 1975, dans l’un des textes fondateurs du féminisme matérialiste français, combien le fractionnement de l’expérience humaine par les disciplines a participé de l’occultation de l’oppression des femmes en freinant sa constitution en objet. Le féminisme matérialiste s’est ainsi élevé à la fois contre le positivisme et contre l’organisation disciplinaire de la connaissance. Il a montré à quel point lorsqu’un domaine de connaissance étouffe la question des rapports de domination, c’est qu’il les a incorporés, qu’il ne fait qu’un avec eux.

S’inscrire dans une telle perspective critique implique de porter sur le rôle social de la chercheuse/du chercheur un regard très différent de celui du regard positiviste qui oscille entre le rôle de conseiller du Prince et gardien de la vérité instituée. Sans doute la posture critique porte-t-elle à développer des pédagogies tournées vers l’émancipation et, telle la Méthode Jacotot discutée par Jacques Rancière, à remettre en cause la position de surplomb de l’enseignant-e. Il ne s’agit donc pas de faire des salles de cours des lieux de formation partisane, mais des lieux où vit, s’exprime et se manifeste la conflictualité politique. Il s’agit d’appareiller conceptuellement les étudiantes et étudiants, de les accompagner dans l’éveil d’une conscience critique vis-à-vis des formes du politique.

15Marlène Coulomb-Gully :

La coupure fonction épistémologie / fonction sociale, ou « savoir désintéressé » / engagement, relève du même type d’illusion que celle dénoncée plus haut concernant la prétendue objectivité de la recherche scientifique. J’ai fait mes études supérieures à la fin des années 1970 et au début des années 1980, à une époque où la théorie marxiste était encore largement dominante à l’Université ; certains de nos enseignants étaient politiquement (et publiquement) engagés. Je n’ai pas souvenir que cela ait alors été perçu comme problématique au regard des enseignements dispensés et des enjeux de connaissances. Au contraire : c’est dans ce climat politique et existentiel (si je puis dire) et dans ce cadre épistémologique que s’élaboraient les théories les plus innovantes dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Que cette question se pose dans des termes quasi opposés s’agissant des gender studies est révélateur du statut dominé de cette discipline au regard des autres disciplines scientifiques… comme d’ailleurs des chercheur.e.s en gender studies qui sont majoritairement des femmes, dont on sait également qu’elles accèdent plus difficilement aux sommets de la hiérarchie universitaire.

À mon sens, il ne s’agit ni de faire du « militantisme social » ni de « donner des conseils moraux ou politiques ». En revanche, les gender studies révèlent de manière forte et évidente la façon dont se nouent questions épistémologiques et questions existentielles. Elles fonctionnent donc là encore comme un formidable révélateur de la démarche scientifique en général… et sont pour nous autres enseignants un atout majeur pour aborder de façon « pédagogique » la dimension épistémologique propre à toute recherche.

Par ailleurs on sait bien que par rapport à l’épigraphie romaine par exemple (que je trouve passionnante : ne nous méprenons pas), les gender studies sont dotées d’un pouvoir d’interpellation personnelle très puissant. L’attente des étudiant.e.s est forte à cet égard. Et sans rien abdiquer de la distance et de la réflexivité au cœur de toute activité d’enseignement et de recherche, on ne peut ignorer cette spécificité. Il s’agit donc de replacer ces attentes et ces questionnements dans le cadre politique qui est le leur.

En effet, loin d’être de purs jeux intellectuels, les définitions ici engagées ont des répercussions sur la vie des individus. La dimension politique, moins prégnante pour qui travaillerait sur la parenthèse chez Proust (ou sur l’épigraphie romaine précédemment citée) est un élément à part entière des gender studies et fonde leur double dimension de projet scientifique d’élaboration des connaissances et socio-politique de transformation des rapports sociaux.

16Martine Beugnet :

Dans la perspective « non utilitaire » de Stanley Fish, on peut aussi rappeler que les lectures « oppositionnelles » sont une indéniable source de plaisir, pour le spectateur, comme pour l’étudiant ou le spécialiste.

17Martin Lefebvre :

Geneviève Sellier dit « qu’il n’existe pas de ‘poursuite désintéressée de la connaissance, de la vérité’« . On ne peut qu’abonder dans le même sens, mais je crois néanmoins qu’il faudrait nuancer une fois de plus. C’est une question « d’étages » dans les projets scientifiques. Quand l’être humain s’engage à « dominer » la nature par la science, c’est certain que le projet n’est pas « neutre », qu’il relève de décisions qui sont à la fois éthiques et esthétiques : il s’agit de poursuivre ce qu’on considère (à tort ou à raison) être un idéal (il est d’ailleurs un sens particulier où « esthétique » signifie précisément la détermination d’un idéal, d’un summum bonum, et non quelque chose qui relève d’emblée du monde de l’art). Tout projet scientifique est en ce sens « orienté » et intéressé. Il ne saurait en être autrement. Ceci dit la démarche scientifique dans ses réglages, dans ses protocoles d’expérimentation ont souvent une certaine indépendance par rapport à de telles visées qui fonctionnent de manière plutôt stochastique. L’objectivité ici ne signifie pas l’absence d’un point de vue, mais le fait que certains résultats d’expérimentation sont indépendants de ce qu’on peut en penser, de ce qu’on voudrait ou aimerait croire. Or, tout désir, y compris le désir de science, est général, de sorte que sa pression sur le particulier (l’expérimentation) est indirecte. Dans la mesure où les gender studies visent, entre autres, à remettre en question le postulat de l’« objectivité » de la science, n’est-il est important de bien cerner la distinction entre les « pouvoirs » « exécutifs » (choisir un idéal de connaissance) et « judiciaires » (application de protocoles) de la science ?

18Geneviève Sellier :

Il me semble avoir répondu à cette objection : l’ambition des gender studies est de faire surgir de nouveaux questionnements qui enrichissent notre connaissance des œuvres et du monde social. Ces approches ont élaboré des méthodologies et des concepts, et continuent à le faire, dans une prise en compte des contradictions qui fait tout le dynamisme du champ.

19Martin Lefebvre et Laurent Jullier :

Aux USA, où les études sur le cinéma ont souvent été plus “sociologiques” qu’en France, les travaux sur l’identité (identity politics) ont trouvé un terreau fertile dans la foulée des succès du féminisme. On pourrait y reconnaître certains traits de la société américaine : individualisme (règne du “Moi”) et fragmentation ethnique (les USA, longtemps terre d’accueil, négocient depuis plusieurs décennies des tensions sociales liées à un "melting pot” où les groupes ethniques se fondent de moins en moins, notamment pour des raisons économiques qui promeuvent la xénophobie. Il y a donc un resserrement des groupes ethniques dans l’imaginaire et dans le discours social : African Americans, Italian Americans, Arab Americans, etc…). Les "identity politics” en études cinématographiques – un mouvement qui englobe souvent féminisme et approches queer – est-il exportable comme cadre épistémologique hors des États-Unis ?

20Geneviève Sellier :

La domination ancestrale des WASP aux États-Unis, où les groupes dominés sont organisés en communautés (ce qui n’est pas le cas en France), a provoqué des réactions en retour qui sont homologues (tenter de valoriser comme supérieure la culture dominée dont on est partie prenante).

La situation française, en tout cas dans le champ des gender studies, est complètement différente, dans la mesure où elle s’appuie sur une tradition matérialiste et non pas communautaire. Il s’agit de soumettre la culture commune à un regard critique, et non pas de tenter de substituer une culture dominée à la culture dominante. Il n’y a pas de « politique des identités » dans les milieux académiques français qui ont construit les études de genre (sociologie, anthropologie, histoire). La notion largement partagée de « rapports sociaux de sexe » indique bien qu’il s’agit de comprendre le fonctionnement de la société et de la culture et non pas de valoriser « l’identité féminine », position essentialiste qui n’existe que dans l’interprétation américaine du « French Feminism ».

Le problème est sans doute un peu différent pour les queer studies, qui se sont en partie construites en France autour des milieux homosexuels masculins et féminins, sur une logique communautaire.

21Maxime Cervulle :

Il est intéressant de constater que, dans le contexte français, lorsque l’on évoque la question de l’identité c’est presque toujours dans un mouvement de renvoi aux États-Unis, comme si cet objet était en lui-même nécessairement un objet « étranger ». Parmi les éléments évoqués, ni l’individualisme ni la partition raciste ne sont pourtant étrangers à la France. La montée historique de l’individualisme en Europe à partir de la Renaissance (Simmel, 1989), et le long « procès d’individualisation » qui a suivi (Elias, 1939), n’ont pas épargné la France. De la même façon, perdurent dans le pays les effets à la fois matériels et culturels de la colonisation, de l’esclavage, du racisme systémique : dans des phénomènes de relégation urbaine, de discrimination à l’emploi et sur le lieu de travail, de discrimination au logement, etc. Je décèle, dans la mise à l’écart presque systématique des questions d’identité dans le champ universitaire française une tendance à coller à la demande sociale, en l’occurrence à une demande institutionnelle gouvernée par l’universalisme républicain. Logiquement on ne voit pas, ce que l’on nous invite à ne pas regarder : circulez, y’a rien à voir ! L’emprise de l’universalisme républicain sur la société française, et donc sur les universités et la recherche, contribue à marginaliser des questions identitaires pourtant prégnantes dans le monde social. Dans ce contexte, où la doxa favorise un discours « anti-communautariste »/ » anti-communautaire », parler d’identité est souvent vu comme une forme d’essentialisme, une sorte de sociologie spontanée pétrie de naïveté, mais qui ferait courir le risque de porter atteinte à ce que certains appellent aujourd’hui le « vivre-ensemble ».

L’identité me paraît toutefois être un bon prisme pour penser le lieu d’articulation entre l’individuel et le collectif, entre la subjectivité et les rapports sociaux. Il ne s’agit pas, à l’évidence, de prendre les identités pour acquises, pour stables ou données d’avance, mais de considérer les processus – à la fois individuels et collectifs, endogènes et exogènes – par lesquelles elles émergent et se cristallisent. Le féminisme poststructuraliste a joué un rôle déterminant dans la réflexion sur ce point. Je pense par exemple aux travaux de Teresa de Lauretis, Gayatri Chakravorty Spivak ou Judith Butler sur le sujet politique du féminisme : le sujet « femme » peut-il, doit-il, être le mot-clé fédérateur d’une telle politique émancipatrice ? Ne constitue-t-il pas une identité exclusive, comme l’ont montré les tensions avec les féminismes décoloniaux, antiracistes, queer et trans qui ont révélé sa dimension normative et l’étroitesse de son périmètre définitionnel ? La théorie queer états-unienne ne s’inscrit pas dans le cadre d’une politique identitaire, elle en est un programme de subversion. Dans ce cadre, le projet féministe queer est celui d’une critique radicale du binarisme sexué et des identités afférentes, un binarisme qui ne peut être compris que comme le produit socio-historique et discursif des rapports de genre. Comme le dit Butler (1990), à la suite de Monique Wittig, les identités « hommes » et « femmes » ne sont rien d’autre que des « fictions régulatrices ». Pourtant, comment suivre le fil de cette hypothèse sans prendre au sérieux le fait que ces identifications/assignations perdurent dans le monde social ? Jeter l’identité avec l’eau du bain, c’est passer le contexte social par-dessus bord.

Dans le champ des études cinématographiques et dans le domaine de l’étude des médias, un tel projet peut viser à questionner la construction socio-discursive de ladite « différence des sexes » dans les représentations (voir par exemple Cervulle et Julliard, 2013). Il s’agit alors de défamiliariser les identités de genre et le binarisme qui les sous-tend, pour rendre compte des opérations par lesquelles elles se trouvent reproduites et déplacées. C’est ce que fait par exemple Jack Halberstam dans ses travaux sur le cinéma et les médias états-uniens contemporains en traquant les reconfigurations de l’identité, en particulier les transformations des identités masculines dont le caractère artificiel se trouve exposé depuis les marges (les masculinités lesbiennes, queer, trans et leurs figurations à l’écran). Je pense aussi aux travaux de Nelly Quemener (2014) sur les transformations socio-historiques de l’humour, du café-théâtre à l’humour d’actualité. Elle montre en particulier le passage d’une « bouffonnerie contestataire » à une « politique des identités » marquée par la thématisation croissante des questions de genre, de race et d’ethnicité. On voit très bien dans ses travaux la centralité de ces enjeux d’identité dans les représentations médiatiques de la France contemporaine.

22Martine Beugnet :

Tout à fait d’accord avec ces analyses. S’il n’y a pas, comme le souligne Geneviève Sellier, de « politique des identités » ou de tendance « communautariste » dans la pensée académique et les études de genre françaises, c’est pourtant bien là l’argument principal mis en exergue par ses détracteurs, et qui permet, au bout du compte, le « circulez, y’a rien à voir » dénoncé par Maxime Cervulle.

Dans la veine du « jeter l’identité avec l’eau du bain », on pensera aussi à certains aspects du débat liés à l’émergence du numérique et de l’ère de la communication électronique. Jusqu’à quel point les nouvelles technologies nous permettent-elles de forger des identités indéterminées, fluides ? Pour les sceptiques, l’ancrage dans la corpo-réalité reste la condition nécessaire à toute prise de position et de responsabilité (Vivian Sobchack).

23Martin Lefebvre :

Geneviève Sellier explique la différence entre la situation américaine et la situation française. Mais il me semble que la perspective propre aux identity politics vient aussi du fait qu’au sein même de la communauté féministe il y a des différences. On sait très bien que la condition des femmes blanches aux États-Unis est différente des celle des femmes noires, latina et d’autres communautés ethniques. C’est sans compter les problématiques de l’homosexualité, du lesbianisme et du transgenre. Par conséquent le féminisme prend aussi des formes sociales distinctes. Peut-on balayer aussi légèrement ces questions en disant « Il n’y a pas de ‘politique des identités’ dans les milieux académiques français qui ont construit les études de genre ». Ne devrait-il pas y en avoir justement comme le laisse entendre Maxime Cervulle ? Le Québec a été le lieu d’un important débat en 2012-13 sur la question du voile islamique dans l’espace public et d’un déchirement entre féministes : certaines féministes y voyaient un signe d’asservissement patriarcal. D’autres notaient que le projet de loi visant à interdire le port du voile dans la fonction publique, les écoles et les garderies (crèches d’enfants et jardins de l’enfance) allait nuire aux femmes et allait les marginaliser encore plus en les poussant au chômage ou en les forçant à faire un choix douloureux ; alors que les hommes musulmans qui portent la barbe n’allaient être aucunement touchés par ces mesures qui visaient la laïcité dans la fonction publique. Voilà bien un exemple où le féminisme « universel » et « républicain » se voit rattrapé par les questions identitaires et culturelles.

Dans une autre optique, le mouvement récent de la « trans theory » vise à mettre en question les approches gender. Cette approche critique la notion de genre – les concepts d’homme et de femme sont remplacés par celui d’individu « trans » – et vise à réconcilier les approches queer et les approches féministes autour des problèmes liés à une identité « trans » non genrée. Plusieurs féministes ont d’abord été très critiques envers le mouvement « trans ». Ce mouvement sera-t-il utile dans les études cinématographiques ?

24Geneviève Sellier :

Je voulais mettre l’accent sur le courant historique – matérialiste et constructiviste – du féminisme français, mais loin de moi l’idée de sous-estimer les contradictions actuelles du féminisme français : l’articulation entre les questions de classe, de « race » et de genre est parfaitement faite par Christine Delphy par exemple. En revanche, le courant dominant dans le milieu académique est en effet majoritairement aveugle aux questions post-coloniales, et n’échappe pas à certaines formes d’islamophobie.

Top of page

Notes

1 La discussion qui suit a eu lieu par courrier électronique entre octobre et décembre 2014.

Top of page

References

Electronic reference

Martine Beugnet | Maxime Cervulle | Marlène Coulomb-Gully | Geneviève Sellier | Martin Lefebvre | Laurent Jullier, « Une discussion à propos des Gender Studies », Mise au point [Online], 8 | 2016, Online since 25 April 2016, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/map/2123

Top of page

About the author

Martine Beugnet | Maxime Cervulle | Marlène Coulomb-Gully | Geneviève Sellier | Martin Lefebvre | Laurent Jullier

-
Martine Beugnet
est professeure en études visuelles à l’UFR d’études anglophones de l’Université Paris Diderot. Elle est également co-directrice, avec Kriss Ravetto (uc Davis) de la collection EUP Series in Film Studies Cinema and Sensation. À lire : French Film and the Art of Transgression, publié par Edinburgh University press, réédition 2012.
-
Maxime Cervulle est maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis et chercheur au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation. Il est l’auteur de Dans le blanc des yeux. Diversité, racisme et médias (Éditions Amsterdam, 2013) et directeur de publication de la revue Poli – Politique de l’image.
-
Marlène Coulomb-Gully est professeure à l’Université de Toulouse 2–Le Mirail où elle dirige le département Art&Com. Elle est chercheuse au LERASS et associée au LCP–CNRS. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Mots. Les langages du politique. Ses domaines de recherche : médias, genre et politique. Dernier ouvrage paru : Présidente : le grand défi, Paris, Payot, 2012.
-
Geneviève Sellier est Professeure en études cinématographiques à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 et membre de l'équipe de recherche MICA ; elle a publié notamment La Drôle de guerre des sexes du cinéma français, 1930-1956, avec Noël Burch (Nathan, 1996 ; réed. 2005 Armand Colin) ; La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier (CNRS éditions, 2005) ; Le cinéma au prisme des rapports de sexe, avec Noël Burch (Vrin, 2009). Elle est membre de l’Institut Universitaire de France et présidente de l'AFECCAV.
-
Martin Lefebvre est professeur d’études cinématographiques et titulaire de la Chaire de recherche en études cinématographiques de l’Université Concordia (Montréal). Il dirige ARTHEMIS (Advanced Research Team in the History and Epistemology of Moving Image Studies) et est rédacteur en chef de la revue Recherches sémiotiques/Semuiotic Inquiry. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur le cinéma et la sémiotique.
-
Laurent Jullier est Professeur d’études cinématographiques à l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de l’Université de Lorraine. Directeur de recherches à l’Institut de Recherches sur le Cinéma et l’Audiovisuel de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page