Navigation – Plan du site
Thématique

Archéologie d’un scandale  : RoS Indexical d’Yvonne Rainer ou Le Sacre du printemps rejoué

Archaeology of a scandal : RoS Indexical from Yvonne Rainer or The Rite of Spring re-enacted
Laurence Corbel
p. 10-20

Résumés

Parmi les nombreuses reprises du Sacre du Printemps, celle que présente Yvonne Rainer en 2007 sous le titre RoS Indexical (Rite of Spring Indexical), est un hommage iconoclaste original. La pièce de Rainer est une chorégraphie palimpseste composée de différentes strates temporelles qui sont autant des jalons de la reconstitution de la mémoire de ce spectacle que des éléments destinés à contextualiser cette pièce. La reprise de Rainer met au jour l’archéologie de ce ballet en reprenant le principe de stratification caractéristique de la mémoire collective. Cet article se propose de montrer comment Rainer, tout en perpétuant la mémoire du Sacre du printemps, tente de réactiver la dimension subversive de cette pièce que l’histoire a quelque peu effacée par le renversement progressif du scandale en mythe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il en reste un film de Babette Mangolte qui a servi de support à cette analyse. Je remercie Michèle (...)

1Le Sacre du printemps provoqua lors de sa création à Paris en 1913, il y a presque un siècle, un véritable scandale  : né d’une collaboration entre le compositeur Igor Stravinsky et le chorégraphe Vaslav Nijinsky, cette œuvre a inspiré de nombreux chorégraphes et suscité plus de cent reprises. Celle que présente Yvonne Rainer en 20071, sous le titre RoS Indexical (Rite of Spring Indexical), est un hommage iconoclaste rendu à une œuvre majeure du répertoire chorégraphique du 20e siècle. Comment qualifier cet hommage  ? S’agit-il d’une reprise, d’une adaptation, d’une interprétation ou d’une révision  ? En dépit de la proximité sémantique de ces termes et au-delà de la simple querelle de mots, il est utile de définir le statut de cette pièce chorégraphique  : si elle comprend de nombreuses références au Sacre, celles-ci relèvent autant du registre de la célébration que de celui de la parodie et de la déconstruction. Au regard des nombreuses reprises que compte ce ballet reconnu comme l’un des chefs d’œuvre de la modernité, la pièce chorégraphique de Rainer est singulière  : non seulement parce qu’elle interroge le statut de la reprise dans une perspective à la fois diachronique et synchronique mais aussi parce qu’elle articule ses différentes formes.

2Reprise atypique mais exemplaire, elle mérite d’être étudiée à plusieurs titres  :

31/ En premier lieu, RoS Indexical fait référence à d’autres reprises du Sacre du printemps. Elle intègre ainsi les différents modes de reprise d’une œuvre chorégraphique  : de la reconstitution à l’interprétation en passant par la réécriture ou l’adaptation et la révision – au sens que ce terme prend chez les historiens. La pièce de Rainer n’est donc pas simplement une reprise de plus dans la longue histoire du Sacre mais elle propose une réflexion sur ce geste artistique, ses enjeux et ses finalités, en particulier pour cet art éphémère qu’est la danse.

42/ RoS Indexical, qui décline différentes modalités de la reprise, se distingue par sa dimension polyphonique  : de la référence, voire de la révérence, à la parodie en passant par l’interprétation, cette œuvre joue de l’appropriation de certains éléments du répertoire du Sacre du printemps. Celui-ci s’est constitué au fil de l’histoire, travaillant et traversant l’épaisseur historique de cette œuvre, la suite des reprises le prolongent et le mettent en perspective.

53/ Il s’agit en outre, comme on l’expliquera, d’une reprise sans original. En effet, il ne subsiste du Sacre du printemps qu’une mémoire partielle. L’histoire de cette pièce chorégraphique invite ainsi à repenser le rapport de la reprise à son modèle  : plutôt qu’elle n’hérite d’un passé, la reprise construit ici sa propre généalogie.

  • 2 La pièce a été présentée deux fois dans ce cadre au Hudson Theater puis dans plusieurs villes europ (...)

64/ Enfin, le titre (RoS Indexical) place cette pièce sous le signe de l’indexicalité, soulignant la dimension déictique et contextuelle de cette reprise. Indexer le Sacre, c’est lui agréger du sens, des significations en fonction d’un contexte. Quel est ce contexte  ? Une commande pour l’édition 2007 de Performa, biennale organisée par l’historienne d’art, critique et commissaire RoseLee Goldberg depuis 2005 à New York autour de la performance2  ; un moment dans le parcours de Rainer qui, après avoir délaissé la danse pour le cinéma entre 1975 et 2000, a repris l’écriture chorégraphique. Le contexte est aussi celui du temps de la création de RoS Indexical, une étape dans l’histoire du Sacre et de ses nombreuses reprises. Il s’agira ainsi de confronter le geste artistique de la reprise au principe de l’indexicalité qui sous-tend le travail de Rainer. La notion d’index renvoie-t-elle à une conception spécifique de la reprise et des opérations qu’elle met en jeu  ?

Un hommage critique

  • 3 François Lesure précise que le scandale fut en partie organisé  : «  Le 29 mai, pour la première, D (...)
  • 4 Voir Shelly C. Berg,
  • 5 Millicent Hodson, «  Puzzles chorégraphiques. Reconstitutions du Sacre de Nijinsky », dans Les Carn (...)
  • 6 Le ballet fut filmé en 1989 et diffusé sur Arte dans le cadre d’une soirée thématique sur Le Sacre (...)

7Une salle debout qui applaudit, hurle ou siffle, des danseurs égarés, un chef d’orchestre qui essaie de garder la cadence malgré le tumulte, une presse déchainée… Du Sacre, on conserve d’abord le souvenir d’un scandale  : la première du ballet présentée le 29 mai 1913 à Paris, au Théâtre des Champs Elysées, se déroule dans une ambiance si chaotique que Nijinsky est obligé de scander les rythmes de la partition de la coulisse pour les danseurs qui n’entendent plus la musique3. La critique exprime presque unanimement son désaveu face à cette œuvre qui perturbe les con