Navigation – Plan du site
Thématique

Une critique d’art d’un «  autre genre »  : une réponse de la critique d’art chinoise à la mondialisation

«  Another kind » art criticism  : a response of Chinese art criticism to globalization
Anny Lazarus
p. 62-73

Résumés

Avec la percée des artistes dans les grandes expositions internationales au début des années 1990, la mondialisation n’a pas épargné les milieux de la critique d’art chinoise. Relativement peu nombreux, les textes consacrés à cette nouvelle situation proposent dans l’ensemble une vision optimiste, encouragent au dialogue et dénoncent l’opposition Est/Ouest. Dans un contexte où l’emprise de l’idéologie est très forte, les auteurs élaborent un vocabulaire propre à la Chine pour analyser l’art chinois et questionnent la sinéité. L’article se concentre sur la démarche emblématique de Gao Minglu.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Art chinois
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un contexte politique totalitaire défavorable à la critique
La critique d’art chinoise  : quatre décennies d’avancées et de questionnements
Mondialisation, globalisation, globalisme
Contexte de l’apparition du terme «  mondialisation »
La position de Gao Minglu, pour une critique «  propre » à la Chine
En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

Un contexte politique totalitaire défavorable à la critique

La Chine – pays où, de tout temps, l’art, la littérature et la critique ont été liés à la morale et à la politique – offre des conditions peu propices au développement de la critique d’art, en limitant la liberté d’expression, en maintenant un contrôle sur les supports de l’information et les différentes structures pédagogiques. Pris entre une immense curiosité envers les théories occidentales et l’exigence de mettre en avant les spécificités de leur propre culture, les critiques chinois sont aussi soumis à une pression idéologique  : le Parti, soucieux de son hégémonie, encourage depuis le début du nouveau siècle le retour au confucianisme et la mise en avant de la culture nationale. Et Xi Jinping, le nouvel homme fort du régime, lance à nouveau une campagne de lutte contre les valeurs occidentales, entravant d’autant le travail des critiques.

Alors que ces derniers œuvraient à fonder leur discipline, la mondialisation n’a p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anny Lazarus, « Une critique d’art d’un «  autre genre »  : une réponse de la critique d’art chinoise à la mondialisation », Marges, 23 | 2016, 62-73.

Référence électronique

Anny Lazarus, « Une critique d’art d’un «  autre genre »  : une réponse de la critique d’art chinoise à la mondialisation », Marges [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/marges/1198 ; DOI : 10.4000/marges.1198

Haut de page

Auteur

Anny Lazarus

Anny Lazarus est docteure en Sciences de l’art, langue et littérature chinoises de l’université d’Aix-Marseille et membre du Réseau Asie-Pacifique (CNRS-FMSH).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals