Navigation – Plan du site
Thématique

Medea de Pascal Quignard. La danse buto et le spectateur  : perspectives neuro-esthétiques

Medea by Pascal Quignard. Buto Dance and the Spectator  : a Neuroesthetic Perspective
Maria Concetta La Rocca
p. 80-91

Résumés

Dans notre étude, nous voulons examiner Medea de Pascal Quignard, un spectacle de buto que l’écrivain met en scène avec la danseuse Carlotta Ikeda. Il s’agit d’un solo de danse avec la présence de l’écrivain sur un côté de la scène. Le résultat est une représentation insolite qui surprend et émeut les spectateurs. Pour analyser le rôle du public et son implication émotive, nous adoptons des approches neuro-esthétiques. D’une manière plus spécifique, nous nous servirons des théories de simulation incarnée et de sémantique incarnée pour étudier le lien empathique entre auteur-danseuse-spectateur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

A corpore non possum, nec ipsum a me fugare, alligatum est mihi.
Les ténèbres de l’origine  : le Jadis et le but
L’appréciation esthétique selon Ramachandran
Les neurones miroirs  : aperçu d’ensemble
L’action  : un miroir d’émotions
La lecture et l’écoute des verbes d’action

Aperçu du début du texte

A corpore non possum, nec ipsum a me fugare, alligatum est mihi.

En 2011, Pascal Quignard écrit un texte pour que Carlotta Ikeda, célèbre danseuse et chorégraphe de danse buto, donne son corps à l’écriture et à l’histoire de la matricide la plus célèbre de la tragédie grecque. Née de la rencontre entre l’écrivain français et la danseuse japonaise, Medea est représentée pour la première fois le 27 janvier 2011 au Théâtre Paris-Villette.

Les modalités esthétiques de la mise en scène cherchent à impliquer émotivement le spectateur. Après avoir analysé les thèmes qui habitent cette œuvre et ceux qu’ils partagent avec la danse buto, nous mettrons en évidence les éléments techniques qui permettent de définir ce spectacle «  empathique ». Pour analyser l’empathie qui naît chez le spectateur, véritable protagoniste indirect de cette représentation, nous ferons appel aux nouvelles théories neuro-esthétiques.
En s’appuyant sur la découverte des neurones miroirs, les neurosciences expliqueraient...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Concetta La Rocca, « Medea de Pascal Quignard. La danse buto et le spectateur  : perspectives neuro-esthétiques  », Marges, 24 | 2017, 80-91.

Référence électronique

Maria Concetta La Rocca, « Medea de Pascal Quignard. La danse buto et le spectateur  : perspectives neuro-esthétiques  », Marges [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 20 avril 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/marges/1266 ; DOI : 10.4000/marges.1266

Haut de page

Auteur

Maria Concetta La Rocca

Maria Concetta La Rocca est professeur de langue française à la Faculté des Langues et Littératures étrangères de Raguse (Italie) et Docteur de recherche en Philologie moderne de DISUM de Catane et de l’EHESS de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals