Navigation – Plan du site
Thématique « Irresponsabilité de l’art ? »

S’investir dans les trajectoires artistiques : l’expression d’engagements différenciés

To Invest Oneself in Artistic Trajectories : the Expression of Differentiated Involvements
Sophie Le Coq
p. 126-140

Résumés

À partir du développement des pratiques artistiques associatives, l’auteur interroge les motivations de l’engagement dans de telles activités. Quelques exemples permettent de faire l’hypothèse que l’investissement dans ces pratiques ne se comprend plus uniquement par un régime vocationnel mais aussi comme des façons de faire l’épreuve de soi selon les axes de la mise en commun et de la maîtrise de soi. Si la prétention à une reconnaissance sociale d’artiste attire, c’est que l’image de l’artiste apparaîtrait comme une « figure sociale éthique ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nathalie Heinich, L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallima (...)
  • 2 Gisèle Sapiro, « Les vocations artistiques, entre don et don de soi », Actes de la recherche en sci (...)
  • 3 Nathalie Heinich, L’Élite artiste, op. cit.

1L’engagement dans une trajectoire artistique trouve souvent un éclairage sociologique dans le registre vocationnel 1, rapportant l’inscription de ceux qui se consacrent à ces activités à un don de soi2 frôlant, dans certains cas, le sacrifice, tant ces acteurs sont susceptibles de supporter un décalage plus ou moins long entre la nécessité de vivre leur art sans forcément pouvoir en vivre. Sous cet angle, l’engagement artistique s’appuie essentiellement sur des motivations esthétiques et sur des convictions plus ou moins explicitées ; il s’agit d’œuvrer en faveur d’une entité plus grande que celle de l’individu, l’art et son histoire. La reconnaissance sociale de ce type d’engagement artistique suppose une série d’épreuves sélectives qui, passées avec succès, font entrer leurs représentants dans un groupe social d’élus : les artistes, qualifiés par certains sociologues de véritable groupe aristocratique3.

  • 4 Fabrice Lextrait, Frédéric Kahn, Nouveaux territoires de l’art, Cahors, Jean-Michel Place, 2005, po (...)

2Pourtant, depuis plusieurs années, particulièrement le début des années 2000, une reconnaissance institutionnelle se porte ailleurs : les nouveaux territoires de l’art4. Elle jette l’éclairage sur un phénomène social en marche dans un contexte de transformation des politiques publiques de la culture, mais injecte aussi une certaine confusion et un trouble sur les repères habituels permettant l’identification précise de ces nouveaux acteurs, de leurs motivations, de leurs activités, des orientations de ces dernières, etc. Des tendances macrosociologiques, dépassant le strict cadre des mondes de l’art, ont permis d’éclairer cet attrait pour les pratiques artistiques et l’engagement de nombreux acteurs sociaux dans ces activités dont, entre autres, une certaine culturalisation de la vie sociale, une perte des valeurs associées à la sphère du monde du travail, un retour à la valorisation de l’individu et à l’accomplissement de soi.

  • 5 Sophie Le Coq, «  Le travail artistique  : effritement du modèle de l’artiste créateur ? », Sociolo (...)
  • 6 Nathalie Heinich, La Gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration, Paris, Minuit, 1991

3Ces éléments succincts de contexte forcent à reconnaître un gonflement des effectifs engagés dans des trajectoires d’artistes aujourd’hui et une pluralité de modes d’investissements dans celles-ci. Ces constats éprouvent le paradigme de l’artiste créateur dans son potentiel explicatif quant à la présence artistique aujourd’hui5. Autrement dit, si le paradigme de l’artiste créateur trouve une réalité sociale en tant que mythe collectif dans les représentations sociales attenantes à l’image de l’artiste6, il ne suffit plus pour expliquer les engagements dans des trajectoires d’artistes.

La persistance d’un paradoxe

  • 7 Nathalie Heinich, Du peintre à l’artiste. Artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, Minuit (...)

4Avec la modernité émerge la figure de l’artiste créateur qui succède à celles de l’artiste académicien et avant lui de l’artiste artisan. Ce nouveau visage se constitue dans un rapport oppositionnel avec le modèle légal d’exercice de l’activité artistique ; l’Académie, opposant le régime professionnel au régime vocationnel, où l’artiste tend à se définir comme un être inspiré, voire un génie, devenant bientôt le modèle normatif de l’exercice de l’activité artistique. En ce sens, les sociologues usent de l’expression régime vocationnel7.

5La succession de ces trois visages historiques de l’artiste traduisent la reconnaissance sociale de l’affiliation de l’activité artistique aux activités intellectuelles et un gain des artistes en prestige social. Surtout, selon Nathalie Heinich, cette nouvelle figure de l’artiste créateur signale le passage d’un paradigme à un autre de représentation de l’artiste : soit le passage de la valorisation de la production à celle de la personne de l’artiste, de sa singularité.

  • 8 Nathalie Heinich, Etre écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

6Tout le paradoxe réside dans la possibilité de vivre son art sans pour autant en vivre, paradoxe que Nathalie Heinich a traité comme celui d’une justification qui appelle une « montée en généralité » alors que l’époque moderne – relevant d’un « régime de singularité » par opposition au « régime de communauté » qui prévaut jusqu’à la Renaissance – appelle l’artiste à opérer une « montée en singularité »8.

  • 9 On pense, entre autres, aux travaux suivants : Jean-Yves Dartiguenave, Jean-François Garnier, L’Hom (...)
  • 10 Sophie Le Coq, Raisons d’artistes. Essai anthroposociologique sur la singularité artistique, Paris, (...)

7Nous avons abordé ce paradoxe au niveau de la construction identitaire à partir d’une conception de la personne, non comme entité figée, mais comme faisceau de relations, comme capacité de nouer des relations sociales. La construction identitaire s’élabore dans un rapport à l’autre, mais elle entretient aussi une réciprocité avec les contributions acquittées dans une relation à autrui, et que nous avons nommé le métier. De ce point de vue – plus anthropologique que sociologique –, le métier ne se réduit ni à la détention ni à l’exercice d’une compétence technique – rappelant la figure de l’artiste artisan – ni à l’exécution d’un travail ni à l’exercice d’une profession. Il se rapporte à la capacité implicite d’exercer un service assumé dont on ne s’acquitte que ponctuellement dans une relation à autrui faisant l’objet d’une reconnaissance sociale dans la distribution des différentes contributions à la vie sociale9. L’analyse de plusieurs configurations d’autodéfinition d’artistes et d’exercices de pratiques artistiques au regard de cette conception du métier montre que la reconnaissance de ces contributions – pourtant définitoire du processus identitaire – ne va pas de soi. L’identification de cette contribution se dérobe à chaque tentative de catégorisation et ne renvoie à aucune compétence clairement identifiée mais à la capacité de produire un univers artistique inédit et singulier, forçant ainsi leurs représentants à négocier cette reconnaissance au risque du mal-être10.

Pallier le paradoxe ?

  • 11 En février 2002, s’est tenu un colloque international intitulé « Les nouveaux territoires de l’art  (...)

8Malgré ce paradoxe, le début des années 2000, nous l’avons dit, a été marqué par l’attention des pouvoirs publics nationaux, particulièrement la DIV (Délégation Interministérielle à la Ville), envers ce qui a été qualifié de nouveaux territoires de l’art11. Ou encore les lieux intermédiaires, générant une reconnaissance institutionnelle de ces lieux et une prise de conscience de nouvelles formes sociales d’investissement dans les activités artistiques. Dans le même temps, du côté des collectivités locales, particulièrement les villes, les demandes de soutiens émanant d’associations artistiques n’ont cessé d’affluer. Elles questionnent les collectivités territoriales sur leurs capacités à satisfaire l’ensemble des demandes, sur la définition de critères d’éligibilité, sur la pertinence d’une p