Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

José Ignacio Fortea Pérez, Juan E. Gelabert y Tomás Antonio Mantecón Movellán (eds.), Furor et rabies

José Manuel Prieto Bernabé
p. 328-330
Référence(s) :

José Ignacio Fortea Pérez, Juan E. Gelabert y Tomás Antonio Mantecón Movellán (eds.), Furor et rabies. Violencia, conflicto y marginación en la Edad Moderna, Santander, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, 2002, 501 pp.

Texte intégral

1Il s’agit ici d’un livre au parcours ambitieux, riche d’enjeux méthodologiques et d’implications historiographiques, qui introduit le spécialiste comme l’amateur dans une histoire de la violence, de la marginalisation, de la criminalité et de la sexualité dans l’Europe de l’époque moderne. Ce genre de recherches a derrière lui une longue tradition prenant en général pour cadre l’espace européen et s’appuyant sur d’importantes ressources conceptuelles et empiriques. Dans le panorama historiographique espagnol, en revanche, de tels travaux commencent seulement à voir le jour. Il est vrai cependant, surtout depuis les années 1980 et grâce aux approches cliométriques, qu’on voit apparaître en Espagne une situation marquée par une nouvelle collaboration scientifique et par le dialogue historiographique avec d’autres écoles internationales. Il est vrai aussi que, d’un point de vue méthodologique, les analyses reposant sur la quantification sont, aujourd’hui, dépassées par des perspectives plus culturalistes.

2Dans cette inflexion de la recherche, de nouvelles approches et de nouvelles conceptions de l’histoire du crime et de la violence ont exercé une influence décisive. Elles sont l’œuvre de jeunes chercheurs qui, pour la plupart, se sont inspirés des travaux pionniers et des modèles d’interprétation de Foucault et d’Elias, ainsi que des travaux réalisés par des historiens de l’envergure de Bruce Lenman, John Bossy et Geoffrey Parker.

3Témoignant de l’importance de ce genre historiographique, ce livre s’efforce de présenter une synthèse des recherches effectuées jusqu’ici et de signaler celles qui restent encore à accomplir. Des études similaires sont actuellement menées dans d’autres pays, en Italie, en Hollande ou en Allemagne, comme par exemple les travaux du professeur Spierenburg, qui prépare l’édition d’un grand travail de synthèse dans la perspective méthodologique d’une histoire comparée du contrôle social en Europe du xve siècle à nos jours.

4Ainsi, l’objectif de cet ouvrage intitulé Furor et rabies. Violencia, conflicto y marginación en la Edad Moderna, édité par trois modernistes, les professeurs Fortea, Gelabert et Mantecón, répond à une double intention : d’un côté, réexaminer la possibilité d’une approche comparative, dans ses fondements comme dans ses méthodes d’enquête, du contrôle, de la régulation et de l’assujettissement social à l’époque moderne, et d’un autre côté, étudier les particularités, les différences et/ou les inégalités sociales dérivées des manifestations de la violence.

5L’ouvrage est constitué de dix-sept contributions ordonnées en quatre grands blocs thématiques. La première partie, consacrée au Disciplinamiento social, la violencia y los usos de la justicia, comprend cinq articles rédigés par Heinz Schilling, Martin Dinges, Tomás A. Mantecón, Pieter Spirenburg et Xavier Rousseaux. Ils traitent de la justice en tant que forme de contrôle social, soit d’un point de vue général, soit à partir de cas concrets tels que celui de la Castille au xviie siècle ou d’Amsterdam et Nevilles à l’époque moderne.

6La partie suivante, Orden y conflicto dentro de la comunidad, est constituée de quatre contributions fort intéressantes prenant pour cadre la Castille moderne. Dans la première, Francisco J. Lorenzo étudie le phénomène de la violence domestique, en particulier les comportements coercitifs dans la formation et la dissolution des liens conjugaux : un monde de silences sociaux et d’intérêts économiques qui viennent s’ajouter à la violence sexuelle dont les cas extrêmes ne sont à l’évidence que trop liés à la marginalisation des femmes. Toujours dans ce même ensemble, les travaux de José I.Fortea et Juan E. Gelabert portent respectivement sur l’abus de pouvoir au xvie siècle et sur la violence politique en Castille au xviie siècle. Le professeur Fortea examine les conflits qui opposèrent dans les villes, depuis le bas Moyen Âge, l’échevinage, qui tentait de contrôler tous les ressorts du pouvoir, au commun. Ce dernier, beaucoup plus ouvert politiquement que son adversaire, défendit bec et ongles les procédures traditionnelles d’élection aux charges municipales et les prérogatives anciennement obtenues au sein des gouvernements des villes. Une situation qui, au cours du xvie siècle, a été constamment menacée par les convoitises oligarchiques et la volonté de pouvoir des échevins même si, dans certaines régions de Castille, les Communautés ont vainement essayé d’entreprendre une réforme. De son côté, Juan E. Gelabert propose une fine histoire comparée de la violence politique. Traitant des conflits généralisés dont a souffert l’Europe au cours du xviie siècle, il montre que, dans le cas particulier de la Castille, ils ont été moins importants que dans d’autres pays comme l’Angleterre ou la France, ou même dans les autres royaumes de la monarchie hispanique. Des événements qui, sans doute, ont pu être mieux supportés grâce à l’absence de conflit religieux entre le roi et ses sujets, et en raison de la solidité et de l’intégrité des institutions judiciaires. En raison aussi de l’absence de troubles dans la capitale, Madrid, une ville suffisamment contrôlée d’un point de vue politique et qui n’a jamais été le foyer d’agitations notables, cette particularité ayant certainement évité le déclenchement de conflits. L’article de Tamar Herzog a également pour cadre la Castille, et traite du monde rural au xviiie siècle et de la grande marginalisation des ouvriers agricoles, non pas, comme on aurait pu s’y attendre, par les classes dirigeantes mais par les paysans eux-mêmes. Ces salariés, en effet, étaient perçus comme une main-d’œuvre itinérante, encline à émigrer, et en cas de difficultés, à contrevenir aux normes et à sombrer dans la misère et le vagabondage. Plus que d’un rejet strictement économique ou directement lié à l’honneur, l’exclusion des travailleurs salariés visait à écarter de la communauté des individus dont la relation à la terre, à la société et aux personnes apparaissait différente et, à ce titre, potentiellement dangereuse. Ce sentiment de ne pas être acceptés, d’être étrangers, a empêché ces derniers de s’intégrer pleinement à la collectivité et, en majorité, ils ont refusé d’acquérir le droit de cité.

7Ce dernier article introduit, de fait, la troisième partie consacrée aux Manifestaciones de la marginación y la pobreza. Elle comprend quatre intéressantes contributions rédigées par des experts de l’exclusion sociale comme Rocío Sánchez et Isabel Testón, qui analysent la fuite, dénominateur commun des effets de la violence collective et individuelle. Le Nouveau Monde est apparu comme la meilleure destination pour se cacher, se faire oublier et commencer une nouvelle vie. Le travail de Vicente Graullera présente une typologie complète de la marginalité sociale dans la Couronne d’Aragon, des bandits aux prostituées, en passant par les ruffians, les esclaves, les voleurs, les violeurs, pour terminer par les fous, les vagabonds, les joueurs et les blasphémateurs. David Nirenberg, quant à lui, traite des problèmes apparus après les conversions massives de juifs espagnols à la fin du xive siècle (1391) : discrimination sexuelle, intolérance, ségrégation sociale parmi les convertis, à quoi s’ajoute l’antisémitisme avéré des vieux-chrétiens. Le dernier article de cette partie revient à Bernard Vincent, un spécialiste qui, d’un point de vue presque plus anthropologique qu’historique, s’interroge sur les raisons de l’acceptation de certaines créations des cultures marginales, comme celles des Noirs dans la péninsule Ibérique, des Gitans ou du monde interlope des villes. Il s’agit, en l’occurrence, de mécanismes d’adaptation qui ont permis de reproduire les formes, les signes, les contenus, voire les valeurs et les modèles de la culture dominante.

8Comme son titre l’indique —El sexo, el poder y la marginación—, la quatrième et dernière partie met en rapport les mécanismes de pouvoir, les conséquences sociales des actes des marginaux et le délit sexuel. Pablo Pérez et María L.Candau s’interrogent sur certaines conséquences de l’équation « péché égale délit » : une identification présentant de nombreux points faibles qui ont pesé et pèsent encore sur la recherche en matière de criminalité et d’atteinte à l’ordre public sous l’Ancien Régime. Jean-Pierre Dedieu et Roberto López proposent ensuite une analyse renouvelée des jugements du Saint-Office sur le thème de la sexualité. Les inquisiteurs visaient-ils la répression sexuelle ou, au contraire, avaient-ils en vue des délits d’une autre nature ? Selon J.-P. Dedieu, la sexualité semble être davantage un accident que l’essence du processus. Néanmoins, comme le précise Roberto López, lorsque l’abus était particulièrement « osé » (cas de l’inquisiteur de Grenade, don Diego Ozores de Sotomayor), c’est-à-dire, lorsque le fait était purement et simplement scandaleux, la vie privée de l’inquisiteur ne pouvait plus être protégée et les instances dirigeantes du Saint-Office intervenaient avec fermeté.

9En définitive, il s’agit d’un livre splendide et d’une synthèse dont l’intérêt dépasse largement les parcours individuels. Ces travaux, d’une grande portée théorique, traitent également de questions historiographiques majeures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Manuel Prieto Bernabé, « José Ignacio Fortea Pérez, Juan E. Gelabert y Tomás Antonio Mantecón Movellán (eds.), Furor et rabies », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 328-330.

Référence électronique

José Manuel Prieto Bernabé, « José Ignacio Fortea Pérez, Juan E. Gelabert y Tomás Antonio Mantecón Movellán (eds.), Furor et rabies », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/1382

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals