Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Frontière et pouvoir en Catalogne médiévale. L’aristocratie dans l’ouest du comté de Barcelone (début du xe-milieu du xiie siècle)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Toulouse II-Le Mirail le 20 décembre 2004 (dirigée par Benoît Cursente)*
Henri Dolset
p. 317-320

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Martin Aurell (président), Université de Poitiers ; Benoît Cursente, Univers (...)

1À travers l’étude de l’aristocratie des marches, le concept de frontière s’incarne dans un groupe social dont le choix offre plusieurs avantages : ce groupe est de loin le plus richement documenté, tout en étant caractérisé par des effectifs limités, et il est par les moyens politiques et économiques dont il dispose le plus susceptible d’utiliser à plein le potentiel de développement offert par la frontière. De par ces caractéristiques, l’aristocratie devient le meilleur révélateur de l’ampleur et de la complexité du phénomène frontalier. Dans la Catalogne de cette époque, la frontière présente une double dimension : elle est un espace de séparation et de contact entre les civilisations chrétienne et musulmane, mais elle est aussi un front pionnier chrétien. Le problème présenté par le sujet est donc de nature géographique : faire l’étude d’un groupe social dans le milieu qui est le sien, c’est poser la question de l’influence et de l’action du milieu géographique sur les hommes qui y vivent et réciproquement : dans quelle mesure la frontière a-t-elle pu transformer l’aristocratie, et dans quelle mesure l’aristocratie a-t-elle pu transformer la frontière ? Cela dit, cette première question de nature géographique nécessite un traitement de type pleinement historique, puisque, pour y répondre, il faut avant tout expliquer les causes des transformations qui touchent à la fois le milieu frontalier et le groupe aristocratique. Cette évolution consiste en la fameuse mutation de l’an mil, par laquelle la Catalogne est passée d’une société préféodale à une société complètement féodale : il faut donc se demander dans quelle mesure la frontière entre chrétiens et musulmans explique la naissance et le développement de la féodalité en Catalogne. Et c’est bien cette question fondamentale qui sous-tend l’ensemble de la thèse.

2Celle-ci se fonde sur l’étude d’un corpus de plus de mille quatre centschartes. Malgré sa richesse, cette documentation diplomatique reste globalement trop homogène, ce qui explique le recours à d’autres types de sources à titre d’appoint. Il s’agit de sources chrétiennes, soit d’origine catalane, soit souvent d’origine extérieure, c’est-à-dire ibérique, française ou italienne : annales et chroniques, vies et miracles de saints, lettres et poèmes, et enfin recueils de lois. Il s’agit aussi de sources musulmanes traduites, d’origine ibérique, maghrébine voire orientale, consistant en des annales et chroniques, des traités de géographie, des dictionnaires biographiques, des recueils de poèmes, et un recueil de fatwa-s. Enfin, les sources écrites ont été complétées par des sources non écrites, celles rassemblées par les spécialistes d’archéologie et d’histoire de l’art.

3Deux grandes phases sont mises en évidence. La première est dominée par l’expansion extérieure d’une frontière où tend à se fixer le pouvoir aristocratique ; la seconde voit l’expansion intérieure du pouvoir aristocratique dans une frontière qui tend à se figer. Le changement de tendance se fait autour de l’an 1040, quand une série d’indicateurs montrent dans tous les domaines que la société passe définitivement d’un modèle préféodal à un modèle féodal.

4Les progrès du pouvoir aristocratique durant l’ensemble de la période étudiée révèlent l’existence d’une féodalisation à long terme, qui se traduit par le passage vers 950 d’une colonisation spontanée, dont les paysans sont les seuls acteurs, à une colonisation dirigée, où les paysans sont installés par des aristocrates. Cette colonisation dirigée représente une forte rupture dans l’histoire de la région car elle se traduit par l’implantation du pouvoir aristocratique sur les populations autochtones formées en majorité de paysans alleutiers. Il en résulte la construction systématique de châteaux sur les sites de hauteur de façon à contrôler un habitat semi-dispersé et à l’insérer dans des circonscriptions, les châtellenies, qui permettent l’instauration conjointe d’une juridiction et d’une fiscalité publiques. Les vicaires-châtelains font entrer dans leurs patrimoines ces castra, de même qu’ils créent au détriment des alleux paysans de grands domaines fonciers dont les tenures sont exploitées en précaire. Cette féodalisation à long terme débouche vers 1020-1060 sur une féodalisation à court terme, qui n’est autre que la mutation féodale, laquelle se traduit par la création conjointe de la seigneurie banale et du fief. Désormais, la colonisation produit de moins en moins d’alleux et de plus en plus de fiefs, dont certains types — comme les francs-fiefs et les concessions moitié en alodium et moitié en fevum — sont particulièrement représentés dans les marches. En outre, la colonisation prend un caractère intensif, qui permet un contrôle plus serré du territoire par les seigneurs châtelains, grâce à la multiplication des tours et à la subdivision du castrum en de multiples quadrae, dont certaines sont promues au rang de castra. De même, la transformation des tenures paysannes en mas permet de parachever la domination aristocratique en implantant la seigneurie banale jusque dans les habitats les plus isolés.

5Ces énormes transformations du monde frontalier ont été impulsées par l’aristocratie au prix d’une véritable métamorphose de celle-ci : la classe aristocratique se confond, avant 1040, avec le groupe des nobles que sont les vicaires-châtelains ; organisés en plusieurs cousinages, ceux-ci sont soudés par des pratiques matrimoniales endogamiques et isogamiques, et des pratiques successorales relativement égalitaires. L’enracinement des nobles dans leurs châtellenies entraîne pourtant, dès cette époque, la scission des cousinages en de multiples lignages arborescents, caractérisés par un début d’agnatisation. Après 1040, cette tendance débouche sur la formation de lignages patrilinéaires dominés par un chef qui est l’héritier principal, auquel les autres membres masculins sont assujettis par des liens féodo-vassaliques, et où le statut de la femme subit une certaine détérioration. Surtout, la classe aristocratique s’élargit aux chevaliers (castlans et cavallers) qui composent la garnison des châteaux et sont pour la plupart d’origine paysanne : les châtelains tissent avec eux des liens féodo-vassaliques ainsi que des liens matrimoniaux, ce qui donne une plus grande importance aux pratiques exogamiques et hypergamiques.

6Ce processus de domination d’un territoire et d’une population autochtones par l’aristocratie s’explique donc assez peu par les relations entre chrétiens et musulmans. Le danger musulman sans cesse invoqué dans les sources et le rôle de défense que prétend jouer l’aristocratie servent principalement à justifier la nouvelle domination aristocratique sur la paysannerie des régions frontalières. De nombreux indices montrent que les relations entre chrétiens et musulmans sont en grande partie de nature pacifique. Sur le plan politique, la domination des chrétiens par les musulmans jusqu’en 1010 cède la place à une situation inverse jusqu’en 1090, date à partir de laquelle la nouvelle idéologie de croisade, forgée par l’Église autour du projet de restauration de l’archevêché de Tarragone, provoque la dégradation des relations christiano-musulmanes. En réalité, la politique extérieure des aristocrates chrétiens vis-à-vis des musulmans est le reflet de leur politique intérieure vis-à-vis des paysans : elle consiste en une stratégie de domination tendant à une exploitation de plus en plus marquée jusqu’à atteindre un complet assujettissement. On passe en effet d’une politique de mercenariat de 1010 à 1040, à une politique tributaire de 1040 à 1090, et à de vraies tentatives de conquêtes de 1090 à 1150. Ces dernières ne sont elles-mêmes que tardivement couronnées de succès en raison de l’obstacle représenté par les ambitions du Cid, puis par la résistance almoravide.

7L’analogie entre les affaires intérieures et les affaires extérieures du pays se retrouve dans la concordance symbolique de ces deux aspects à travers le réseau fortifié très dense, qui est mis en place par l’aristocratie dans les marches. Cette profusion de fortifications montre à elle seule l’importance et les limites de l’incastellamento. L’aristocratie n’a jamais réussi à polariser complètement l’habitat, mais dans la partie sud-ouest de la frontière l’incastellamento revêt un aspect plus achevé que dans la partie nord-est, où il est très peu adapté aux conditions réelles du peuplement. Inversement, dans la partie nord-est se développe un ensagrerament qui, d’une certaine manière, compense les déficiences de l’incastellamento et que l’on ne trouve pas du tout dans le sud-ouest. Ces deux indicateurs nous conduisent à tracer la limite entre Vieille et Nouvelle Catalogne au sein même de la région étudiée, approximativement entre les vallées du Gaià et du Francolí d’une part, du Llobregós et du Sió d’autre part. La différence entre Vieille et Nouvelle Catalogne s’explique par le fait que la première a connu la mutation féo-dale, et non la seconde : la conséquence en est que la condition des paysans est globalement plus déprimée au nord-est, et plus favorable au sud-ouest.

8Toutefois, cet impressionnant réseau de châteaux et de tours traduit la féodalisation à outrance de l’ensemble de la société catalane frontalière. C’est précisément la frontière qui explique cette hypertrophie de la féodalité car, d’une manière générale, le milieu frontalier tend à accentuer fortement des phénomènes qui conservent à l’intérieur du pays un profil ordinaire. C’est justement en cela que les régions de marge constituent un excellent poste d’observation des phénomènes qui sévissent au cœur de la société. L’effet frontière se traduit donc soit par la précocité, soit par l’intensité, soit par la rapidité des changements, ce qui explique le modèle que constitue la Catalogne dans le débat sur la mutation féo-dale. Le milieu frontalier est aussi une source d’innovation, au point que l’on peut penser que c’est principalement à la frontière qu’est née la féodalité catalane. Cette féodalité a pu être très vite diffusée vers l’intérieur du pays, grâce à la puissance de l’aristocratie des marches, laquelle est souvent implantée à la fois en Nouvelle et en Vieille Catalogne, et grâce aussi à son prestige, qui a amené l’aristocratie de l’intérieur à l’imiter. En définitive, loin d’être caractérisée par son égalitarisme, la frontière est un milieu qui, à long terme, accentue les disparités sociales puisqu’elle favorise avant tout l’ascension des personnages les plus puissants.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Martin Aurell (président), Université de Poitiers ; Benoît Cursente, Université de Toulouse II-Le Mirail ; Josep M. Salrach, Universitat Pompeu Fabra ; Philippe Sénac, Université de Toulouse II-Le Mirail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Dolset, « Frontière et pouvoir en Catalogne médiévale. L’aristocratie dans l’ouest du comté de Barcelone (début du xe-milieu du xiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 317-320.

Référence électronique

Henri Dolset, « Frontière et pouvoir en Catalogne médiévale. L’aristocratie dans l’ouest du comté de Barcelone (début du xe-milieu du xiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/1448

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals