Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Émergence et rôle de la photographie dans la littérature espagnole de 1839 au début des années 1870

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris IV-Sorbonne le 13 novembre 2004 (dirigée par Sadi Lakhdari)*
Corinne Cristini
p. 330-333

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Sadi Lakhdari, Université de Paris IV-Sorbonne ; Michel Ralle, Université de (...)

1Ces travaux de recherche ont trait aux rapports entre l’univers de la photographie et la littérature espagnole marquée par le sceau du costumbrismo, comprise dans une période qui va de l’avènement du médium photographique en 1839 jusqu’au début des années 1870. Pour mieux comprendre l’insertion de la photographie dans le domaine littéraire, il s’est avéré nécessaire d’étudier l’exploitation des instruments d’optique par la littérature dans les années qui ont précédé l’apparition de la nouvelle image.

2Lorsque ces recherches ont été entreprises, nous avons constaté que, contrairement à la France, la relation entre la littérature du xixe siècle et la photographie naissante avait été peu étudiée en Espagne, alors qu’il existe des travaux sur l’histoire de la photographie et sur son impact social. En effet, rares sont les critiques à avoir souligné la présence de la photographie sous la plume des écrivains espagnols durant cette période, qu’il s’agisse de simple référence, de métaphore ou de thématique, considérant peut-être que cette image technique était aux antipodes de la création artistique. Néanmoins, en s’intéressant de plus près aux textes de cette époque, on s’aperçoit que la photographie commence à émerger dans la littérature espagnole dès son avènement dans la société, mais de façon sous-jacente et plus difficilement perceptible au cœur de l’écriture. Deux spécialistes de la photographie espagnole du xixe siècle, Bernardo Riego et Lee Fontanella, ont pressenti, à la fin du xxe siècle, l’intérêt du rapprochement entre la photographie naissante et les textes littéraires de l’époque. Les travaux historiographiques sur la photographie sont encore récents en Espagne, les premières publications datant des années 1980. Ce n’est qu’en 1989 que paraît le guide inventaire des fonds photographiques de la Bibliothèque nationale de Madrid, qui est un outil incontournable pour tout chercheur qui se consacre à une étude sur la photographie espagnole : 150 años de fotografía en la Biblioteca Nacional : guía-inventario de los fondos fotográficos de la Biblioteca Nacional.

3Notre corpus se compose d’ouvrages qui ont partie liée plus ou moins directement avec le costumbrismo ; c’est ce rapport effectif ou plus diffus avec ce mouvement littéraire qui lui confère une certaine unité. Les études sur le costumbrismo révèlent la difficulté à répertorier et à classer ces productions, étant donné leur nombre et la diversité de leurs formes d’expression. Il faut mettre l’accent d’abord sur la forme brève des textes costumbristas liée à l’essor de la presse illustrée et à celui de la littérature feuilletonesque. L’écriture costumbrista, marquée par l’impact des « physiologies », se définit par le portrait de « types » représentatifs de l’Espagne de l’époque et la description de scènes de la vie quotidienne. On peut remarquer que ce mouvement s’inscrit aussi dans une tradition nationale : des écrivains comme Liñán y Verdugo, Juan de Zabaleta et Francisco Santos pratiquaient déjà, au xviie siècle, la satire des mœurs.

4Ces auteurs costumbristas entendent non seulement fixer l’image d’une Espagne en pleine mutation, mais répondre aussi aux écrivains et voyageurs français tels que Théophile Gautier et Alexandre Dumas et qui, selon eux, donnent de ce pays une vision caricaturale. Soulignons toutefois que, paradoxalement, ces costumbristas offrent du réel une vision transposée dans la mesure où ils sont souvent en quête du « pittoresque » et présentent personnages et scènes sous l’angle déformant de la satire.

5Dans ce panorama littéraire, nous avons retenu les ouvrages collectifs tels que Los españoles pintados por sí mismos (1843-1844), Los valencianos pintados por sí mismos (1849), Los españoles de ogaño (1872) et Madrid por dentro y por fuera (1873), les œuvres d’auteurs considérés comme proprement costumbristas tels que Ramón de Mesonero Romanos et Antonio Flores, certains articles et récits de Gustavo Adolfo Bécquer, et des œuvres moins connues de l’époque : Madrid al daguerreotipo du baron de Parla-Verdades (1849) et Retratos de cuerpo entero. Fotografías político-sociales d’Eloy Perillán y Buxó (1871). À ces écrits s’ajoutent des textes provenant des Almanachs du photographe Eusebio Juliá et des extraits de journaux et de revues. Nous étudions également deux œuvres qui ont un rapport avec le costumbrismo et accordent une large place au pittoresque : Crónica del viaje de sus Majestades y Altezas Reales a las Islas Baleares, Cataluña y Aragón en 1860 d’Antonio Flores (1861) et Diario de un testigo de la guerra de África de Pedro Antonio de Alarcón (1860). Ces dernières présentent l’intérêt d’avoir été illustrées par des gravures et des lithographies obtenues à partir de photographies. En ce qui concerne les documents iconographiques, ils se composent, d’une part, de gravures et, d’autre part, de photographies provenant de l’Album de Charles Clifford datant de 1860 et de vues d’Enrique Facio extraites d’une série sur la guerre contre le Maroc. Certaines de ces photographies sont mises en perspective avec les lithographies et les gravures réalisées à partir du document initial.

6Par ailleurs, pourquoi avoir retenu 1839 et le début des années 1870 comme dates servant de jalons à la période étudiée ? L’année 1839 correspond à la date offi-cielle de la reconnaissance du procédé du daguerréotype mis au point par Louis Jacques Mandé Daguerre, qui s’était associé aux travaux de Nicéphore Niépce depuis 1826. C’est le 19 août 1839 que François Arago révèle les détails du procédé daguerrien devant les Académies des sciences et des beaux-arts réunies. Le gouvernement français en fait l’acquisition pour le livrer au public. Rappelons que le daguerréotype se définit comme une image positive directe, non reproductible, obtenue sur une plaque de cuivre argentée.

7Si nous avons retenu la date du début des années 1870 comme terme à la pé-riode étudiée, c’est parce qu’à ce moment-là, dans le domaine des techniques photographiques comme dans le do-maine littéraire, surviennent des changements qui transformeront les rapports entre littérature et photographie, et soulèveront alors d’autres problématiques. En 1871, Richard Leach Maddox découvre les propriétés de l’émulsion au gélatino-bromure d’argent qui constitue la première étape dans la lente mise au point de l’instantané. Dans les années 1873-1874, sont jetées à Barcelone les bases de la Société héliographique qui s’établit définitivement en 1876 et qui symbolise une volonté commune d’améliorer les techniques photographiques, notamment les procédés photomécaniques de reproduction de l’image. En ce qui concerne la littérature espagnole et plus particulièrement le roman, le début des années 1870 coïncide avec les prémisses d’un nouveau courant que l’on qualifiera de « réaliste » et qu’annonce le manifeste de Benito Pérez Galdós de 1870 : « Noticias literarias. Observaciones sobre la novela contemporánea en España ».

8Ce qui retient avant tout notre attention, c’est l’entrée de la photogra- phie dans le domaine littéraire en tant que nouveau lexique, nouvelle source d’images, et le rôle qu’elle a pu jouer dans les premiers temps de son émergence, non ce qu’elle deviendra par la suite, lorsqu’elle sera considérée essentiellement comme « une figure de l’exactitude » exploitée dans les débats de l’époque sur le réalisme ou le positivisme. La question des rapports entre photographie et littérature s’inscrit dans un débat plus large concernant le rôle artistique ou utilitaire de la photographie naissante. Remarquons que ces interrogations relatives au statut de la photographie sont omniprésentes en Espagne dans les années 1850-1870, comme elles le sont en France à la même époque. Les controverses au sujet de la photographie semblent provenir du fait que, contrairement aux autres techniques propres au xixe siècle, la photographie est aussi une image, c’est-à-dire un mode de représentation du réel et, qu’à ce titre, elle se trouve confrontée aux activités artistiques traditionnelles.

9Au-delà de ce débat sur le statut de la photographie constituant comme une toile de fond, cette recherche a pour objectif de montrer comment émerge un nouveau système de représentation photographique dans cette littérature espagnole à dominante costumbrista imprégnée essentiellement du modèle pictural. C’est par la lecture d’ouvrages sur l’histoire et les procédés photographiques, la visite de musées et d’expositions, mais aussi les rencontres et les échanges avec des photographes et des spécialistes de la photographie que nous sommes allée à la découverte du monde de la photographie.

10Dans une première partie, nous nous interrogeons sur l’entrée de cette image « technique » dans un univers costumbrista marqué par d’autres images telles que le dessin, la gravure et la peinture, en montrant tout d’abord comment elle s’y est insérée rapidement, étant finalement une image parmi d’autres images. Nous voyons comment la photographie a été exploitée comme nouveau jeu de rhétorique, notamment dans l’incipit des textes costumbristas. L’accent est mis dans un second temps sur le fait que cette image photographique héritière d’aucune école, et qui s’insinue dans l’espace littéraire en dehors du cadre de l’ut pictura poesis, peut amener l’écrivain à douter et à s’interroger sur ses propres moyens de représentation du réel. Au-delà de la « mise en questionnement » de leur propre écriture, c’est leur réponse face à l’émergence de la photographie qui retient notre attention.

11Une deuxième partie est consacrée aux interférences entre l’univers de la photographie et le domaine littéraire. Il s’agit de voir comment la nouvelle image donne lieu à un espace de jeu au sein des textes étudiés et n’est plus uniquement un élément de rhétorique récupéré dans un cadre conventionnel. Notre étude porte d’abord sur les images littéraires suscitées par le médium et qui traduisent la vision ambivalente des écrivains à l’égard de la photographie considérée à la fois comme fascinante et repoussante. C’est ensuite la mise en scène ironique de la photographie qui nous intéresse, et en dernier lieu, son exploitation en tant que nouveau stratagème pour brosser un portrait critique de la société espagnole du xixe siècle. Mais dans les textes faisant partie de notre corpus, la photographie intervient aussi par le biais d’un personnage nouveau en littérature : le photographe. Dans une troisième partie, nous étudions ainsi l’entrée de la figure du photographe dans les textes des années 1860-1870. Nous constatons que l’apparition du photographe dans le panorama littéraire espagnol semble correspondre à la diminution progressive des photographes ambulants et à l’ancrage des ateliers photographiques dans le cadre urbain. L’accent est mis sur l’atelier du photographe perçu comme un espace de représentation sociale. Nous nous proposons aussi de montrer le rôle actif de la photographie en tant que ressort de l’action.

12Enfin, à travers deux œuvres, Diario de un testigo de la guerra de África de Pedro Antonio de Alarcón et Crónica del viaje de sus Majestades y Altezas Reales a las Islas Baleares, Cataluña y Aragón en 1860 d’Antonio Flores, nous confrontons le texte et l’image réelle, cette fois-ci insérée dans l’ouvrage, image qui n’est pas encore une photographie mais qui a été obtenue à partir du modèle photographique. L’interrogation porte non seulement sur le témoignage visuel et le témoignage écrit dans les œuvres d’Antonio Flores et d’Alarcón, mais aussi sur le rôle joué par la photographie en tant qu’instrument du pouvoir royal.

13Dans cette étude, nous retiendrons deux idées essentielles. D’une part, nous avons mis l’accent sur l’oscillation entre modernité et tradition que nous donne à voir l’émergence de la photographie dans la littérature espagnole des années 1840-1870 et dont l’écrivain Antonio Flores se fait l’écho. D’autre part, nous avons décelé ce qui était en germe dans les rapports entre littérature et photographie, et que les auteurs du xxe siècle exploiteront pleinement. Si, au xxe siècle, les surréalistes jouent sur la relation entre le texte et l’image photographique effective, de leur côté, des écrivains comme Juan Goytisolo, Javier Marías, Antonio Muñoz Molina ou encore Julio Llamazares se servent essentiellement de la photographie en tant que thématique pour « revisiter » l’histoire.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Sadi Lakhdari, Université de Paris IV-Sorbonne ; Michel Ralle, Université de Paris IV-Sorbonne ; Jean Tena, Université Montpellier III (Paul-Valéry) ; Jacques Terrasa, Université de Provence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Cristini, « Émergence et rôle de la photographie dans la littérature espagnole de 1839 au début des années 1870 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 330-333.

Référence électronique

Corinne Cristini, « Émergence et rôle de la photographie dans la littérature espagnole de 1839 au début des années 1870 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/1454

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals