Navigation – Plan du site
Miscellanées

Évergétisme et sol public en Hispanie sous l’Empire

(à propos de CIL, II2/7, 97)
Evergetismo y suelo público en Hispania bajo el Imperio (a propósito de CIL, II2/7, 97)
Evergetism and Public Land in Imperial Hispania (à propos of CIL, II2/7,97)
Bertrand Goffaux
p. 225-247

Résumés

Cet article pose la question du statut des terrains sur lesquels étaient construits les édifices publics des villes hispaniques, à partir d’un commentaire de l’inscription d’Obulco (CIL, II2/7, 97) qui présente la formule solo empto ab re publica. Selon l’interprétation proposée, cette dernière indique que l’évergète acheta le terrain à la communauté, et non qu’il fut acquis par la ville. Cette lecture souligne le pragmatisme des autorités municipales et jette une nouvelle lumière sur les relations établies entre les villes et leurs bienfaiteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été présenté le 3 mars 2003 à Paris, au séminaire « Anthropologie et économie du monde (...)
  • 2 Zanker, 1988 (repris dans Zanker, 1995, pp. 33-140). Sur le flanc est du forum, par exemple, des éd (...)
  • 3 Mar et Ruiz de Arbulo, 1993.
  • 4 Pour Corbuba, voir León Alonso, 1999 ; pour un dossier détaillé et une comparaison entre les trois (...)

1L’histoire des cités antiques est marquée par des rythmes divers qui nous obligent à percevoir les transformations du paysage urbain à travers l’apparente fixité des vestiges archéologiques1. Constructions, destructions, restaurations et aménagements scandaient l’histoire d’espaces urbains dont la fonction n’était pas nécessairement définie de manière immuable. Non seulement certaines zones demeuraient non bâties, mais d’autres voyaient leur affectation changer complètement, comme on peut s’en rendre compte dans une étude de l’image urbaine de Pompeii sur la longue durée2. La situation dans les cités de l’Hispanie romaine n’est malheureusement pas aussi bien connue que celle de l’illustre ville campanienne, mais les progrès de l’archéologie ont permis de mieux discerner l’évolution des paysages urbains, par exemple à Emporiae3 ou dans les capitales provinciales4. La lecture des vestiges archéologiques ne constitue cependant pas la seule manière d’appréhender ces mutations du paysage urbain : l’épigraphie peut aussi contribuer à les éclairer, en nous informant notamment sur le contrôle exercé par les autorités locales sur les espaces publics, ou en mentionnant le statut du terrain sur lequel étaient bâtis certains édifices. Dans cette optique, une inscription d’Obulco, en Bétique, présente une information originale qui réclame toute notre attention.

  • 5 Sur cette voie, voir Sillières, 1990, pp. 316-322 et Melchor Gil, 1995, pp. 98-104.
  • 6 Pline, HN, III, 10.
  • 7 CIL, II2/7, 93 : Mu/nicipi Pontiƒici(ensis) ; sur l’inscription de ses citoyens dans la tribu Galer (...)
  • 8 Arteaga, 1985 et 1989 ; Arteaga, Ramos et Nocete, 1988 et 1989 ; Arteaga, Ramos et Roos, 1990 a et  (...)
  • 9 Sur ces fouilles, voir surtout Arteaga, Ramos et Nocete, 1989, pp. 264-265 ; Arteaga, Ramos et Roos(...)
  • 10 On trouvera dans ce travail l’apparat critique qui soulève plusieurs problèmes de lecture, notammen (...)

2C’est à l’actuelle Porcuna, dans la province de Jaén, que correspond l’antique Obulco. Située sur la voie reliant Castulo à Corduba en passant par Iliturgi5, cette cité appartenait sous l’Empire au conuentus Cordubensis6 ; auparavant elle avait joué un grand rôle lors des guerres civiles, en choisissant le camp de César, ce qui n’est certainement pas étranger à son accession au statut de municipe peu de temps après7. La ville et son territoire ont fait l’objet de prospections archéologiques qui ont permis de mieux en percevoir l’histoire8. En milieu urbain, les fouilles se sont focalisées sur le quartier de San Benito et y ont mis au jour une organisation de l’espace en terrasses le long de rues. De riches maisons y furent construites, probablement à l’époque augustéenne, mais auraient été abandonnées dès la fin du ier siècle de notre ère9. C’est à proximité de ce quartier résidentiel de l’ancienne ville ibéro-romaine que se dresse l’église de San Benito, près de laquelle se trouvait au xvie siècle la maison qui abritait cette inscription selon plusieurs témoignages. À la fin du xixe siècle, l’éditeur du CIL pour l’Espagne, Emil Hübner, la chercha en vain, mais put consulter une copie moderne en très mauvais état, au-dessus d’une porte de l’hôpital San Juan de Dios. Ces deux exemplaires sont actuellement perdus. Nous reprenons ci-dessous le texte tel qu’il a été édité par A. U. Stylow dans la réédition des inscriptions du conuentus Cordubensis, publiée en 1995 (CIL, II2/7, 97)10 :

[Quintiu?]s • Q(uinti) • f(ilius) • Q(uinti) • n(epos) • Q(uinti) • pron(epos) • Q(uinti) • abn(epos) • Gal(eria) • Hispan[us]
[- - -]tus • aedil(is) • flamen • IIuir • pontif(ex) • municipi • P[ontif(iciensis)]
[- - -]curator • Baetis • praef(ectus) • cohortis • P+[- - -]
[- - -]rum • equitatae • comes • et adsessor • legati • ad
[- - -]s • et • adsessor • proco(n)s(ulis) • prouinciae • Galliae
[Narbon(ensis)] compluribus • immunitatibus • et • beneƒiciis INTER DIFFVSE
[- - - p]rincipib(us) • honoratus • tabernas
[- - -] et post horreum • solo • empto • ab • re publica • d(e) • s(ua) • p(ecunia) • d(ono) • d(edit)

  • 11 Pflaum, 1965, p. 112 ; Castillo García, 1992, p. 89, note 49 ; Stylow, commentaire de l’inscription (...)
  • 12 Delgado Delgado, 1998, pp. 70-72.
  • 13 Pflaum, 1965, p. 109.
  • 14 Pflaum, 1965, pp. 109-112.

3Cette inscription date probablement du iie siècle de notre ère, d’après la filiation qui remonte jusqu’au trisaïeul, la graphie du IIuir (avec un II barré d’un trait horizontal) et le type de cursus11. Ce cursus est par ailleurs certainement le point qui a le plus intéressé les divers commentateurs ; ainsi, la succession des charges au niveau local (aedilis-flamen-duumvir-pontifex) laisse entrevoir une alternance entre fonctions politiques et religieuses — pour autant qu’une telle distinction ait un sens — et témoigne clairement de la place de choix occupée par le pontificat en Bétique, au sommet des honneurs locaux12. De même, le cursus équestre est assez remarquable, le titre de [- - -] curator Baetis renvoyant probablement non pas à la fonction de procurateur ad ripam Baeticae, mais à une curatelle ou procuratelle de nature extraordinaire revêtue avant la préfecture d’une cohorte auxiliaire13. La mention de l’appartenance aux cohortes amicorum qui se trouvaient au service des proconsuls est quant à elle assez rare dans les inscriptions14.

  • 15 CIL, II, 2129 ; CILA, III, 299.
  • 16 Thesaurus Linguae Latinae, s. v. post, col. 162, l. 54-56. L’interprétation proposée par Curchin, 1 (...)
  • 17 Rickman, 1971, p. 1 ; Vitruve, VI, 5, 2 et VI, 6, 5.
  • 18 Ainsi, les horrea de Cuicul ont été bâtis par la communauté (AE, 1911, 106 : resp(ublica) Cuiculita (...)
  • 19 Vitruve, V, 1, 2.
  • 20 Vitruve, VI, 5, 2.
  • 21 Ainsi, le témoignage tardif de Libanius, à Antioche, laisse entendre qu’à la fin du ive siècle Flor (...)

4Il convient tout d’abord de revenir sur la nature de l’activité commémorée, à savoir le don (d(ono) d(edit)] de tabernas / [- - -] et post horreum. À juste titre, la leçon posthorreum, qui avait été reprise dans la première édition du CIL et dans le CILA15 mais constituait un hapax, a été rejetée au profit d’une séparation des deux termes, le post devant probablement être compris dans le sens de l’adverbe postea, que celui-ci renvoie à une succession dans l’espace ou dans le temps16. Quoi qu’il en soit, la nature des édifices mentionnés n’est pas clairement définie : le terme d’horreum peut aussi bien désigner les grands entrepôts publics, bien connus à Rome ou à Ostie par exemple, que des greniers privés17 ; et les entrepôts urbains éventuellement mis en location pouvaient aussi bien appartenir à la communauté qu’à des personnes privées18. La même constatation s’impose pour les tabernae : ainsi, chez Vitruve, le terme s’applique autant aux tabernae argentariae du forum, qui constituent une source de revenus pour la communauté19, qu’à des boutiques privées installées dans la cour des maisons et destinées à la vente des produits des terres du propriétaire20. Néanmoins, il faut prendre note de la formule finale d(e) s(ua) p(ecunia) d(ono) d(edit), qui semble laisser peu de doutes sur le caractère évergétique de cette commémoration, ce qui va dans le même sens que le détail du cursus qui est censé glorifier Hispanus et le replacer dans une lignée prestigieuse : en ce sens, il semble plus probable que les édifices aient été destinés au public et offerts à la communauté, même si, comme dans toute activité évergétique et a fortiori dans le cas d’édifices à vocation commerciale, la distinction entre la part du public et celle du privé ne peut être définitivement établie21.

  • 22 Il faut cependant signaler qu’en latin classique, seul le complément d’agent animé est introduit pa (...)
  • 23 Voir par exemple CIL, X, 5853 et Supplementa Italica, I, 1981, pp. 33-34 ; Pasqualini, 1992 : (…) H (...)
  • 24 Thouvenot, 1973, p. 213 ; Castillo García, 1965, p. 148, no 286 ; Chic García, 1990, p. 39 ; CILA, (...)

5Il reste à considérer désormais l’incise mentionnant le terrain sur lequel furent élevés ces édifices : solo empto ab re publica. D’un point de vue syntaxique, deux interprétations sont possibles : soit ab introduit l’agent dans une construction passive, et il faut donc traduire « le terrain ayant été acheté par la cité22 » ; soit ab marque l’origine et indique le vendeur, comme il est tout à fait courant avec le verbe emere, et il faut comprendre « le terrain ayant été acheté à la cité23 ». Jusqu’à présent et de manière unanime, tous les commentateurs ont retenu la première solution, sans prendre conscience de l’ambiguïté qui planait sur cette formulation24. Dans une certaine mesure, un tel choix est compréhensible car il va dans le sens d’une collaboration entre l’évergète, qui finance la construction des édifices, et la communauté, qui acquiert le terrain. Néanmoins, une telle interprétation repose davantage sur un parti pris que sur une véritable enquête, une recherche que nous souhaitons ébaucher dans ces lignes.

  • 25 Par exemple, CIL, VI, 40882 : Id quod intra / cippos ad campum / uersus soli est / Caesar Augustus (...)
  • 26 Res Gestae, 21, 1 : Theatrum ad aed(em) Apollinis in solo magna ex parte a priuatis / empto feci. À (...)

6Il existe en effet de nombreux parallèles épigraphiques où le verbe emere ou son dérivé redimere s’appliquent à l’achat d’un terrain et sont construits au participe parfait avec un complément en a(b) introduisant le vendeur, sans qu’il y ait la moindre ambiguïté. C’est notamment le cas sur plusieurs cippes de bornage délimitant les terrains publics et privés à Rome25. Dans le même ordre d’idées, on peut également invoquer le témoignage des Res Gestae, au chapitre 21, dans lequel Auguste signale qu’il a construit le théâtre attaché au temple d’Apollon sur un terrain acheté en grande partie à des personnes privées26.

  • 27 AE, 1998, 435 : D(is) M(anibus). / Ambitu locus sepulti [sic] // Geminiae Gauianae et suis / Chresi (...)
  • 28 Gascou et Euzennat, 1982, no 7 : (…) redempto a cohere/dibus suis solo et aediƒicio me/moria optimi (...)

7En dehors de Rome et dans un contexte funéraire, on trouve également des parallèles intéressants. À Luna, une inscription distingue clairement, malgré la tournure passive et les nombreux vulgarismes, les vendeurs de l’emplacement funéraire et l’acheteur27. Il en va de même à Tingi, où un affranchi rachète un terrain et un édifice à ses cohéritiers pour élever un monument à la mémoire de son patron28.

  • 29 CIL, V, 3635 = AE, 1993, 800 : (…) ut lucar Libitinae / redemptum a re p(ublica) sua uniuersis / ci (...)
  • 30 Bodel, 1994, pp. 18-20.

8Enfin, il faut mentionner une inscription de Bergomum qui commémore la générosité d’un chevalier, P. Marius Lupercianus, qui avait « racheté » à la res publica le lucar Libitinae et en avait dispensé ses concitoyens in perpetuum29. La question qui nous intéresse ici n’est pas de déterminer ce que recouvrait exactement le lucar Libitinae, que J. Bodel a interprété comme le revenu dérivé d’un lucus Libitinae local où les équipements funéraires étaient mis en location et les enterrements organisés30, mais bien de remarquer que la formule redemptum a re p(ublica) sua indique bien un achat à la communauté.

  • 31 Solin et Tuomisto, 1996, no 146 : Locum emptum a Silu/anione qui est Felic/issimi et Ianuaries ; CI (...)
  • 32 AE, 1972, 14 : (…) locus emptus / de Q(uinto) Modio (…) ; CIL, VI, 17952 : (…) locum (…) emptum de (...)

9En fait, les seuls cas d’achat de terrain que nous avons pu trouver où la formulation de l’inscription ne recèle aucune ambiguïté laissent voir une construction où a(b) introduit le vendeur et non l’agent. Dans d’autres cas, où un léger doute est permis, cette interprétation, sans être certaine, semble la plus probable31, et il faut les rapprocher d’inscriptions funéraires qui présentent l’achat de terrains où le vendeur est introduit par un de qui recouvre le même sens que a(b)32.

  • 33 Il existe en effet un cas problématique, qui provient de la cité africaine de Vazi Sarra, mais qui (...)

10Sans qu’il soit permis de dégager une règle générale à partir de ces quelques exemples33, il semble bien que le complément du verbe emere introduit par a(b), même dans une construction passive, introduise très souvent le vendeur, et donc qu’à Obulco, la communauté ait pu vendre le terrain à Hispanus. Pour mieux comprendre toutes les implications soulevées par une telle interprétation, il est nécessaire d’examiner les rapports qui s’établissaient entre les cités hispaniques et leurs évergètes à propos du terrain sur lequel s’élevaient les édifices offerts.

  • 34 CIL, II2/5, 840 : Iouem Pantheum Aug(ustum) / cum aede et tetrastylo solo [p]ub(lico) / L(ucius) Ca (...)
  • 35 IRPC, 75 (= CIL, II, 1939) : Sex(tus) Fuluius Lepidus et Fuluia Sex(ti) [ƒil(ia) Honorata ?] / [uo] (...)
  • 36 Comme le fait remarquer Antico Gallina, 1997, p. 205, il s’agit d’une « formula di chiusura, enfati (...)

11Il n’existe qu’une seule occurrence d’un monument offert sur un terrain désigné explicitement comme public : à Nescania, dans le conuentus Astigitanus, le 1er juillet 153 ap. J.-C., L. Calpurnius Gallio et C. Marius Clemens, curatores iuuenum Laurensium, offrent un Jupiter Pantheus Augustus avec le temple tétrastyle qui l’abrite, et ce sur le sol public, si nous acceptons la lecture solo [p]ub(lico) qui est cependant loin d’être assurée34. Néanmoins, la concession d’un terrain public peut se marquer d’une autre manière : ainsi, à Barbesula, dans le conuentus Gaditanus, c’est par la formule finale [l(oco)] d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) — ou [l(ocus)] d(atus) d(ecreto) d(ecurionum) — que l’ordo indique qu’il alloue l’emplacement pour la construction d’une aedicula par un couple d’évergètes35. Il faut constater que par l’emploi de cette formule, les différents intervenants, communauté et évergètes, sont bien séparés, la sphère d’intervention de chacun étant clairement définie36.

  • 37 CILA, II, 223 (= CIL, II, 1066) : M(arcus) Egnatius / Sciti lib(ertus) Venus/tus IIIIIIuir / huic o (...)
  • 38 CILA, II, 2 (= AE, 1987, 495 ; HEp., t. iii, 353) : Libero Pat[ri] / [scapha]ri Romulae con[sist(en (...)
  • 39 CIL, II2/5, 93 : M(arcus) Val(erius) M(arci) f(ilius) Quir(ina) Marc[ellus ?- - - II ?]uir munic(ip (...)
  • 40 Carthago Noua, 28 (= CIL, II, 3432 et EE, IX, 347) : [- - - loco accepto ?] a re p(ublica) d(ecreto (...)
  • 41 Sur cette formule bien attestée en Hispanie, voir également CILA, III, 84 (Castulo) et RIT, 363 (Ta (...)
  • 42 Festus, p. 332, lignes 33-34 Lindsay : Nam antiquitus emere pro accipere ponebatur ; p. 4, lignes 3 (...)

12Il n’en va pas nécessairement de même dans d’autres inscriptions mentionnant une participation de la cité : ainsi, à Arua, dans le conuentus Hispalensis, la syntaxe de l’inscription souligne la relation d’échange entre l’évergète et l’ordo. Ce dernier décrète une statue et les ornements du décurionat au seuir M. Egnatius Venustus, lequel offre en contrepartie, sur l’emplacement décidé par les décurions, la statue et ses supports en marbre ainsi que la décoration d’un pilier qui les accompagnait37. Mais il arrive aussi que la mention de la concession de l’emplacement soit insérée au milieu de la description de l’évergésie, ce qui semble reléguer le rôle de l’ordo au second plan, tout en insistant sur la générosité des bienfaiteurs. C’est peut-être le cas du temple offert en plein centre monumental d’Hispalis par les membres d’un collège, probablement à l’époque antonine38 ; et c’est certainement le cas à Tucci, une colonie du conuentus Astigitanus, où M. Valerius Marcellus (?), duumvir du municipe voisin d’Aurgi, offre un horologium en célébrant des jeux du cirque et des représentations théâtrales39. Dans ces deux exemples, dont il faut peut-être rapprocher une inscription très lacunaire de Carthago Noua40, l’intervention de la communauté est simplement indiquée par une formule à l’ablatif absolu, du type accepto loco a re publica41. Outre que celle-ci apparaît au beau milieu de la description des évergésies du bienfaiteur, il faut surtout constater que la communauté n’est pas présentée comme spécifiquement active, puisque la tournure employée indique juste la provenance du terrain. En fait, la parenté entre ce type de formule et l’incise présente dans l’inscription d’Obulco, à savoir solo empto ab re publica, est flagrante : non seulement leur position dans les textes est assez semblable, mais les verbes emere et accipere présentent une proximité de sens qui n’a pas échappé, dans l’Antiquité, à Festus42.

  • 43 ILMM, 6 (= CIL, II, 1956 ; ILS, 5512) : (…) solum / balinei dedit (…).
  • 44 CILA, III, 91 (= CIL, II, 3270 ; ILS, 5513) : (…) solum / ad balineum aediƒicandum / dedit (…).
  • 45 Une autre interprétation est peut-être possible : par l’emploi de telles formules, les évergètes si (...)
  • 46 CILA, II, 234 (= CIL, II, 1074) : L(ucius) Attius Quir(ina) Vetto Flamen / IIuir M(unicipum) M(unic (...)
  • 47 ILMM, 6 (= CIL, II, 1956 ; ILS, 5512) : (…) porticus ad balineu[m] / solo suo cum piscina et signo (...)
  • 48 ILMM, 7 (= CIL, II, 5488) : Valeria C(aii) f(ilia) Situllina / sacerdos perpetua d(ecreto) d(ecurio (...)
  • 49 IRCat., IV, 30 (= CIL, II, 6145 et CIL, II, 4509) : (…) balineum c[um port]icibus solo suo et / du[ (...)
  • 50 Sur ces thermes, voir Pallarés Salvador, 1969 et 1975, pp. 42-44 ; Granados García, 1991, pp. 192-1 (...)
  • 51 CIL, II2/5, 276 (= CIL, II, 1649) : L(ucius) Porcius Quir(ina) Quietus / II uir pontifex solo suo / (...)
  • 52 Dans le municipe voisin d’Iliturgicola (Fuente Tojar), des fouilles ont mis au jour une place porti (...)

13Quand les inscriptions magnifient la générosité du bienfaiteur en indiquant qu’il offre le terrain sur lequel les édifices sont élévés, elles témoignent évidemment de cette même tendance à ne pas séparer cette mention du reste des évergésies. Parfois, c’est le vocabulaire du don qui s’applique directement au sol : ainsi, à Cartima43, municipe flavien du conuentus Gaditanus, ou à Castulo, dans le conuentus Carthaginiensis44, les évergètes offrent les parcelles sur lesquelles d’autres intervenants (particuliers ou communauté ?) doivent se charger de la construction des thermes45. Mais le plus souvent, les bienfaiteurs mentionnent simplement que c’est sur leur propre terrain qu’ils font construire des édifices publics. À Canania, dans le conuentus Hispalensis, ce sont des portiques recouverts de marbre que le duumvir et flamine L. Attius Vetto offre sur un sol lui appartenant46 ; à Cartima, Iunia Rustica, sacerdos perpetua et prima in municipio, fait également don, sur son terrain, des portiques menant aux thermes (pour lesquels, rappelons-le, elle fournit également le terrain)47, tandis qu’une autre évergète, Valeria Situllina, elle aussi sacerdos perpetua, finance la construction d’un édifice inconnu solo suo48. Même chose pour le balineum c[um port]icibus des Minicii Natales, à Barcino49 : le plus souvent identifié (malheureusement sans réel fondement) avec les thermes de la plaza de San Miguel, cet édifice occuperait donc un emplacement situé en plein centre de la colonie, à environ 120 mètres au sud du temple de la calle Paradís50. Enfin, c’est peut-être dans le petit municipe flavien d’Ipolcobulcola, dans le conuentus Astigitanus, que ce type d’évergésie prend le caractère le plus spectaculaire : c’est en effet le forum et le temple de la cité, accompagné d’une statue, que le duumvir et pontife L. Porcius Quietus offre à la communauté sur son propre terrain51. L’absence de fouilles sur le site de la ville empêche de connaître l’aspect de ce centre civique, peut-être assez modeste52 ; mais il a fallu qu’un des notables se dépouille d’un de ses terrains pour que celui-ci puisse être construit, ce qui montre bien le caractère profondément organique du développement urbain dans ces municipes flaviens de Bétique, où il ne faut pas nécessairement rechercher de planification globale distribuant les espaces publics et privés de manière bien distincte dès la fondation de la cité.

  • 53 CIL, II2/14, 33 ; Corell, 1997, p. 122, no 42 : [- - -I]uliu[s- - -] / [- - -] empto loco [- - -] / (...)
  • 54 Sur cette localisation, voir ibid. Des fouilles ont mis au jour un tronçon de la muraille dans la m (...)
  • 55 Signalons qu’à la ligne 5 de la même inscription, le participe parfait emptum revient, associé à la (...)
  • 56 Carthago Noua, 24 (= CIL, II, 3428 ; ILS, 5558) : [C(aius) P]lotius Cis[si l(ibertus) Princeps] / [ (...)
  • 57 Par analogie avec les inscriptions de Pompeii (CIL, X, 833-834) et d’Interamna en Ombrie (CIL, XI, (...)
  • 58 Voir par exemple Domergue, 1985, p. 212, note 46 et Abascal Palazón, 1995, pp. 141-142. C’est égale (...)
  • 59 Wallace-Hadrill, 1991, pp. 264-265.
  • 60 Une telle interprétation a déjà été proposée par Liebenam, 1900, p. 162, note 2 et Navarro Caballer (...)

14C’est un même constat que suggèrent deux inscriptions hispaniques très proches de celle d’Obulco, en ce sens qu’elles font également référence à l’achat d’un terrain, préalable à la réalisation d’une évergésie monumentale. La première provient de Valentia et son texte est malheureusement très lacunaire, ce qui n’en facilite pas la lecture53 : il est ainsi impossible d’affirmer avec certitude qu’elle commémore une évergésie, en raison de l’absence de formule indiquant l’origine du financement. Néanmoins, elle semble faire référence à la construction d’un tronçon d’aqueduc à proximité de la porta Sucronensis54, et signale que l’emplacement a été acheté (empto loco)55. La seconde inscription provient de Carthago Noua ; elle n’est pas conservée dans son intégralité, mais le témoignage d’humanistes permet d’en connaître le texte complet56. Elle fait état de la générosité de l’affranchi C. Plotius Princeps, qui a financé la construction d’une crypta et d’un portique57, après avoir acheté des insulae. Ce dernier terme a parfois été interprété comme se rapportant à des immeubles que le donateur aurait achetés et fait raser avant d’offrir sa construction, ce qui laisserait supposer une évergésie très coûteuse58. Cependant, comme l’a signalé A. Wallace-Hadrill, le terme insula renvoie avant tout à une unité de propriété59, et il semble donc plus avisé d’y reconnaître des parcelles de terrain, bâties ou non60.

15En résumé, quand notre documentation fait référence au terrain sur lequel étaient construits les édifices publics, deux grands types de situations apparaissent : soit les inscriptions font état d’une intervention conjointe de la communauté, qui octroie une partie du sol public, et des bienfaiteurs, qui y élèvent un édifice ; soit les évergètes sont les seuls acteurs apparaissant sur les inscriptions, du moins en ce qui concerne le terrain et la construction. Dans le premier cas, qui est celui qui nous intéresse au premier chef, la séparation entre les intervenants peut être nette ; mais souvent, comme le veulent les règles même de la commémoration évergétique, ce sont les bienfaiteurs qui occupent le premier plan, reléguant la cité à un rôle secondaire. Il faut en tout cas constater que l’intervention de la cité est toujours limitée et que celle-ci n’achète jamais le terrain : quand elle participe, elle ne fait qu’attribuer un emplacement, au contraire des bienfaiteurs, qui n’hésitaient pas à acquérir le terrain sur lequel les constructions prendraient place.

  • 61 En ce sens, le terme res publica présente ici clairement une connotation renvoyant à la caisse muni (...)
  • 62 Lex. Irnit., LXXIX-LXXX. Les résolutions d’abréviations proposées par les éditeurs peuvent parfois (...)
  • 63 En ne prenant en compte que les inscriptions non mutilées, il s’agit en général de piédestaux assez (...)
  • 64 Voir par exemple l’impressionnante série d’inscriptions de Tucci : CIL, II2/5, 74-80. Voir aussi CI (...)
  • 65 CIL, II2/5, 493 ; CIL, II2/7, 976 ; CILA, II, 378 ; CIL, II, 1330 et 1936.

16C’est dans le même sens d’une exaltation de l’évergète que semble aller l’inscription d’Obulco, et la position de l’incise solo empto ab re publica, au beau milieu de la description de l’évergésie, se comprend d’autant mieux si elle vient ajouter quelque éclat à l’action d’Hispanus, en spécifiant qu’il a également acheté le terrain, alors qu’elle pourrait introduire une certaine confusion dans l’esprit du lecteur s’il s’agissait d’une mention de la participation, active et financière, de la communauté. Par ailleurs, dans le cas d’une telle décision engageant financièrement la communauté61, on s’attendrait également à trouver une trace de la délibération des décurions62. En effet, en Bétique, la res publica en tant que sujet apparaît assez rarement comme agissant seule sur les inscriptions63, qui conservent le plus souvent la trace du décret des décurions64, ou de l’action des duumvirs ou de curateurs responsables65. Évidemment, il n’est pas permis d’accorder valeur de preuve à cet argument du silence, mais il faut constater le laconisme de l’inscription, qui pourrait s’expliquer par le point de vue adopté, qui est clairement celui de l’émetteur et donc de l’évergète.

  • 66 Lex Urson., LXXXII : qui agri quaeque siluae quaeq(ue) aediƒicia c(olonis) c(oloniae) G(enetiuae) I (...)
  • 67 Dig., XVIII, 1, 6 (Pomponius) : (…) ut sacra et religiosa loca aut quorum commercium non sit, ut pu (...)
  • 68 C’est ce que laissent entrevoir deux passages d’Agennius Urbicus (Th. 46, 16-25 = 42, 27-34 Campbel (...)
  • 69 Thomas, 2002, pp. 1434-1437 et 1441.

17Par conséquent, tout porte à penser que l’incise solo empto ab re publica renvoie plus probablement à un achat du terrain à la communauté qu’à un achat par la communauté. Cette lecture pose cependant la difficile question de l’aliénabilité des biens municipaux, notamment en référence — dans le contexte hispanique — au chapitre de la lex Ursonensis indiquant que « les terrains [agri], forêts [siluae] et édifices [aediƒicia] qui ont été donnés et attribués aux colons de la colonie et dont la destination est un usage public, ne peuvent être vendus ni loués pour un bail de plus de cinq ans »66. Le texte de la loi insiste bien sur l’usage public de ces terres (quibus publice utantur), ce qui renvoie in ƒine vers la grande distinction qu’opère le droit romain parmi les biens publics : certains sont considérés in publico usu et font partie des res extra commercium, mais d’autres se trouvent in pecunia populi et sont quant à eux aliénables67. Cette subtile distinction trouve un écho dans les écrits des agrimensores, qui différencient les siluae et pascua publica dont la cité, en tant que personne juridique, était propriétaire et qui ne pouvaient donc être aliénés, et ceux qui étaient concédés à l’ordo de la colonie et pouvaient être vendus68. Qu’il s’agisse du témoignage de la lex Ursonensis ou de celui des agrimensores, ces prescriptions s’appliquent avant tout aux territoires ruraux des colonies, ce qui ne correspond pas exactement à la situation étudiée à Obulco, où il est question d’un terrain urbain dans un municipe ; mais cette distinction reste secondaire, l’important étant de considérer avant tout la différence entre les lieux strictement désignés comme publics lors d’une procédure de publicatio, sanctuarisés à la manière des espaces sacrés, et les terrains appartenant simplement à la communauté, qui pouvait en disposer comme bon lui semblait69.

  • 70 Manganaro, 1959, p. 153, note 23, cite deux inscriptions grecques d’époque impériale qui feraient r (...)
  • 71 C’est la conclusion à laquelle il arrive pour les saltus cultivés par Sulpicia Priscilla et Afraniu (...)
  • 72 AE, 1989, 341d. Pour un commentaire, voir Manganaro, 1988, pp. 23-24 et Molé Ventura, 1996, pp. 202 (...)
  • 73 Aux lignes 10-11 : IIuiri consensu paucorum decurionum / [censuere agri facere man]cipium ; lignes (...)
  • 74 CIL, XIV, 375 : (…) [propt]erea quod cum res publica / [p]raedia sua uenderet ob pol/[l]icitationem (...)

18Pour revenir aux cas de vente de terrains municipaux ruraux, mentionnés dans les écrits des agrimensores, il faut constater qu’ils ne sont pas très nombreux dans la documentation épigraphique70. À Veleia, F. G. De Pachtere a cru trouver des traces d’aliénation de biens publics dans la fameuse table alimentaire, mais il reste délicat de passer, comme il le fait, de la constatation des droits très étendus que détenaient les occupants d’agri vectigales — qui pouvaient engager ces terrains dans le cadre des prêts hypothécaires — à l’hypothèse d’une aliénation pure et simple des terres publiques71. De même, à Catane, en Sicile, une lettre de Iulius Paternus, curator operis, à au moins deux empereurs portant le titre d’[Arme]niacis — probablement Marc Aurèle et Lucius Verus — semble faire référence à la vente de terres de la colonie72. Malheureusement, l’inscription est très mutilée et les passages mentionnant cette aliénation73 sont le résultat d’audacieuses restitutions de G. Manganaro ; même si sa reconstruction peut sembler dans l’ensemble plausible, rien ne permet d’affirmer avec certitude que cette inscription informe de la vente de terres appartenant à la cité. Par contre, un tel projet est attesté à Ostie, au ier siècle av. J.-C. et donc à une époque plus ou moins contemporaine de la lex Ursonensis : la cité, qui se trouvait dans une situation financière délicate, envisageait d’aliéner certains praedia publica pour honorer une promesse qu’elle avait faite à l’occasion d’un bellum nauale d’interprétation problématique ; ce n’est que grâce à un don de P. Licinius Gamala qu’elle put éviter cette extrémité (et que nous en avons connaissance74).

  • 75 Jacques, 1984, p. 290.
  • 76 Pline, Ep., VII, 18. On peut rapprocher cet avis de celui d’Ulpien qui rappelle (et condamne) l’hab (...)
  • 77 Burton, 2000.
  • 78 Piganiol, 1962.
  • 79 Lex Irnit., LXXVI. Voir aussi les remarques et corrections de Lebek, 1993.
  • 80 Ferrary et Rousset, 1998, pp. 336-342.
  • 81 C’est le cas dans l’inscription d’Ostie sus-mentionnée ; c’est également ainsi que nous pouvons com (...)

19Il existe donc peu de témoignages décisifs relatifs à l’aliénation de terrains municipaux, qui paraît toutefois parfaitement envisageable. Le système même de gouvernement des cités, concentrant tous les pouvoirs aux mains de notables qui pouvaient confondre l’intérêt général et la somme de leurs intérêts propres, favorise sans doute une telle situation75, sans qu’il faille en exagérer la portée : même si, dans une de ses lettres, Pline critique la gestion des terres publiques par les cités76, la sauvegarde du patrimoine foncier semble aller de soi dans une société où la terre reste la vraie source de richesse. Cet intérêt se reflète non seulement dans les nombreux litiges relatifs aux territoires des cités77, mais encore plus dans les documents cadastraux d’Orange, qui témoignent d’une gestion minutieuse des propriétés de la colonie78, que celles-ci soient rurales ou urbaines, ou dans la lex Irnitana, qui prévoit l’inspection du domaine municipal par les duumvirs79. De plus, on trouve aussi sous l’Empire des initiatives visant à encourager la mise en culture de terrains inexploités du domaine public, en en concédant la possession pour un loyer modeste ou même sans exiger de redevance, mais sans pour autant les aliéner80. C’est sans doute avant tout dans le cas de graves difficultés financières nécessitant une rentrée d’argent importante et immédiate que la vente de biens municipaux pouvait être envisagée81.

  • 82 Le droit romain reconnaît d’ailleurs bien cette distinction entre terrains ruraux et urbains ; voir (...)
  • 83 CIL, XI, 3614 ; voir le commentaire qu’en donne Jacques, 1990, pp. 169-171, no 94. Il faut signaler (...)
  • 84 CIL, XI, 3614, l. 17 : secundum dignitat(em) municipi ; l. 19-20 : gratulari debeo siqui rem p(ubli (...)
  • 85 Comme le fait remarquer Jacques, 1984, p. 275 : « Le patrimoine de la commune est certes concerné, (...)
  • 86 CIL, X, 1783. Pour un commentaire et la mise en relation avec une nouvelle inscription de Puteoli r (...)

20Nous sommes cependant sans doute très éloignés d’une telle situation dans le cas de l’inscription d’Obulco qui a attiré notre attention au début de ce travail, tout d’abord parce que le contexte y est urbain et non rural. Même si les terrains situés dans la cité pouvaient eux aussi constituer une source de revenus pour les communautés, leur insertion dans le tissu urbain et leur influence sur l’image de la ville posaient des problèmes spécifiques bien distincts de ceux soulevés par les terres cultivables82. Qui plus est, l’administration du sol public dans un contexte évergétique répond à sa propre logique, qui peut être assez éloignée des prescriptions imposées par le droit ou par la simple gestion des biens municipaux. Dans la relation d’échange et de négociations entre un évergète et la cité, les rapports sont nécessairement faussés. Ainsi, à Caere, en 113-114 ap. J.-C., l’ordo décide de mettre gratuitement à la disposition de l’affranchi impérial Ulpius Vesbinus un espace public inoccupé dont la cité ne tire aucun revenu, à l’angle du portique de la basilica Sulpiciana, contre la promesse expresse de son aménagement en phetrium pour les augustales83. Cette opération est par ailleurs approuvée par Curatius Cosanus, qui fait office de curator rei publicae et surveille donc les comptes de la communauté, preuve que l’on échappe dans ce cas à une gestion strictement rationnelle du domaine public : il semble plus important d’accroître la monumentalité de la cité84 que de tirer un revenu de la concession d’une partie du sol public85. De même, à Puteoli, l’ordo accepte de dispenser M. Laelius Atimetus du solarium qu’il devait payer pour avoir construit un édifice sur le sol public ; en échange, celui-ci promet de léguer le bâtiment à la cité à sa mort86.

  • 87 Pour l’édition la plus complète, voir Geagan, 1989. Les commentaires de Louis Robert à propos de ce (...)
  • 88 Le programme de construction mentionné s’est probablement déroulé dans la seconde moitié du iie siè (...)

21C’est dans un contexte similaire qu’il faut comprendre à nos yeux la « vente » de terrains municipaux urbains dans le cadre d’une activité évergétique, une vente qui n’apparaît plus nécessairement comme une véritable aliénation pour la communauté, car aucun préjudice sérieux ne vient l’entacher. C’est ce qu’illustrent deux inscriptions de Corinthe87, datées du iie siècle de notre ère88. Il s’agit de deux stèles dont l’une reprend un catalogue des évergésies de P. Licinius Priscus, ainsi que l’enregistrement de sa promesse (qui n’est qu’en partie conservée), et l’autre un rescrit du proconsul, qui devait être précédé de la décision prise par les Corinthiens.

  • 89 Robert, 1940, p. 48.
  • 90 Stèle B, lignes 23-25 : πιτρπω τν προ/δηλοµενον τπον τατ τ αρσει ατ πρα/θναι.
  • 91 Stèle A, lignes 28-30 : πσχεσις Π(οπλου) Λικινου Πρεσκου / ἐὰν µο πωλσητε τς λεγ[οµ]νηςηγ (...)
  • 92 Stèle B, lignes 18-20 : πρ τς τειµς / το προδηλουµνου τπου δοναι τος πολεταις / κστ δη (...)

22Parmi les constructions offertes par Priscus se trouve un portique (στο) comprenant 50 pièces (οκοι), qu’il s’agit de comprendre comme des boutiques89. Cet édifice fut élevé à la place des ruines du portique de Regulus, sur un emplacement que la cité avait vendu à Priscus90. Cet acte de vente faisait très probablement partie d’une des conditions que l’évergète avait posées pour sa pollicitation91 et il a été ratifié par le proconsul, qui félicite l’évergète pour sa générosité et pose certaines conditions supplémentaires, à savoir que les pièces sous le portique devraient être disponibles gratuitement pour les athlètes lors des jeux. Le rescrit mentionne également le prix que Priscus débourse pour l’achat de ce terrain : une distribution d’un denier à tous les citoyens92.

23Il est intéressant de noter qu’il s’agit là d’un terrain urbain que le catalogue des évergésies de Priscus situe à côté du stade, et que le portique qui s’y élevait était en ruines, suite à un des tremblements de terre qui ont frappé Corinthe : il était inutilisable et la cité ne pouvait donc en tirer aucun revenu. D’autre part, et malgré les différences entre les deux cités, le parallèle avec l’inscription d’Obulco est frappant : dans les deux cas l’édifice offert par l’évergète comprend des boutiques, mais il est difficile de savoir qui en percevait les loyers. Ainsi, à Corinthe (comme à Obulco), la stèle reprenant le catalogue des dons de Priscus utilise le vocabulaire de l’évergétisme, tout comme le rescrit du proconsul qui décrit l’attitude du bienfaiteur comme φιλοτµως ; en même temps, les conditions posées par le gouverneur, à savoir que les οκοι devaient être mises gratuitement à la disposition des athlètes lors des jeux — et donc servir à un usage éminemment public —, pourraient contraster avec leur utilisation courante qui bénéficiait à leur propriétaire, que celui-ci fût la communauté ou Priscus.

  • 93 Les formules utilisées dans l’inscription de Caere sont éloquentes à ce sujet ; les ornements d’une (...)

24La situation à Corinthe, tout comme celle décrite à Caere un peu plus haut, montre que des terrains urbains, qui appartenaient à la communauté mais se trouvaient inutilisés et ne rapportaient par conséquent aucun revenu, pouvaient soit être vendus, soit être concédés gratuitement en échange d’un aménagement ou d’une construction dont le propriétaire n’était pas nécessairement la cité. Ces actions étaient manifestement présentées comme des évergésies, et pouvaient prétendre à ce titre en ce sens qu’elles accroissaient le patrimoine monumental de la cité et par conséquent rehaussaient son prestige93. Si le domaine public se voyait par là même aliéné d’une de ses composantes, sur le plan symbolique l’effet était tout autre, puisque les nouvelles constructions enrichissaient les ornamenta de la cité. L’évergétisme, néologisme tiré du verbe grec εεργετεν signifiant « faire du bien », joue de cette tension entre les différentes significations du « bien public », comme il apparaît à Corinthe où un terrain appartenant au domaine public est vendu non pas contre un versement au trésor de la cité, mais contre une distribution d’un denier à tous les citoyens. C’est sur un plan symbolique que ce type d’évergésies contribue au bien de la cité, et non sur un strict plan rationnel et comptable.

25C’est dans ce même sens que nous suggérons d’interpréter l’inscription d’Obulco, dans laquelle la formule solo empto ab re publica témoignerait du pragmatisme des autorités municipales dans la relation d’échange et de négociations qu’elles entretenaient avec les évergètes. Si notre lecture est la bonne, on trouverait donc d’un côté la cité, à qui la vente d’un terrain public urbain ne rapportant aucun revenu procurait une rentrée d’argent, de surcroît accompagnée de l’érection d’édifices qui rehaussaient son patrimoine monumental tout en restant ouverts au public ; et de l’autre, un évergète qui trouvait là un moyen de se replacer dans une prestigieuse lignée d’ancêtres et d’insister sur sa réussite personnelle, mais aussi de magnifier son action en ajoutant au financement des constructions un plus, un « pourboire », l’achat du terrain. Entre ces deux parties prennent place les édifices « offerts » à la cité, qui étaient certainement destinés à être loués sans que nous puissions déterminer avec certitude qui percevrait ces loyers : à la jonction des intérêts publics et privés, ils sont peut-être l’incarnation même des ambiguïtés de l’évergétisme.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AE : L’année épigraphique.
Carthago Noua : Abascal Palazón, Juan Manuel et Ramallo Asensio, Sebastián F. (1997), La ciudad romana de Carthago Nova : la documentación epigráfica (2 vol.), Murcie.
CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum.
CILA : González Fernández, Julián, González Román, Cristobal et Mangas Manjarrés, Julio (1989-1996), Corpus de inscripciones latinas de Andalucia, Séville.
ERBC : Canto, Alicia María (1997), Epigrafía romana de la Beturia Céltica, Madrid.
ILMM : Serrano Ramos, Encarnación et Atencia Páez, Rafael (1981), Inscripciones latinas del museo de Málaga, Madrid.
IRCat. : Fabre, Georges, Mayer, Marc et Rodá, Isabel (1984-1997), Inscriptions romaines de Catalogne (4 vol.), Paris.
IRPC : González Fernández, Julián (1982), Inscripciones romanas de la provincia de Cádiz, Cadix.

Abascal Palazón, Juan Manuel (1995), « La temprana epigrafía de Carthago Nova », dans Francisco Beltrán Lloris (éd.), Roma y el nacimiento de la cultura epigráƒica en Occidente. Actas del Coloquio Roma y las Primeras culturas epigráƒicas del Occidente mediterráneo (siglos ii a.C.-i d.C), Saragosse, pp. 139-149.

Abbott, Frank Frost et Johnson, Allan Chester (1926), Municipal Administration in the Roman Empire, Princeton.

Antico Gallina, Maria Vittoria (1997), « Locus datus decreto decurionum. Riflessioni topografiche e giuridiche sul suburbium attraverso i tituli funerari », Epigraphica, 59, pp. 205-224.

Arteaga, Oswaldo (1985), « Excavaciones arqueológicas sistemáticas en el Cerro de los Alcores (Porcuna, Jaén). Informe preliminar sobre la campaña de 1985 », Anuario Arqueológico de Andalucía, 2, pp. 279-288.

Arteaga, Oswaldo (1986-1989), « El municipio pontificiense de Obulco. Nuevos datos arqueológicos para su estudio », Ampurias, 48-50, pp. 36-45.

Arteaga, Oswaldo, Ramos, José et Nocete, Francisco (1988), « La ciudad ibero-romana de Obulco. Aproximación al estudio comparado de los contextos arqueológicos de su territorio », Anuario Arqueológico de Andalucía, 2, pp. 238-243.

Arteaga, Oswaldo, Ramos, José et Nocete, Francisco (1989), « Reconstrucción del proceso histórico en el territorio de la ciudad ibero-romana de Obulco (Porcuna, Jaén) », Anuario Arqueológico de Andalucía, 2, pp. 260-268.

Arteaga, Oswaldo, Ramos, José et Roos, Anna Maria (1990 a), « Acerca del trazado urbano y la ordenación catastral del territorio de la “civitas” obulconense (Porcuna, Jaén). Campaña de 1989 », Anuario Arqueológico de Andalucía, 2, pp. 225-229.

Arteaga, Oswaldo, Ramos, José et Roos, Anna Maria (1990 b), « El abandono de un sector urbano de Obulco en época flavia », Anuario Arqueológico de Andalucía, 2, pp. 310-317.

Bodel, John (1994), « Graveyards and Groves. A Study of the Lex Lucerina », American Journal of Ancient History, 11, (numéro monographique).

Bonfante, Pietro et Crifò, Giuliano (1966), Corso di diritto romano, t. ii : La proprietà, Milan.

Burton, Graham P. (2000), « The Resolution of Territorial Disputes in the Provinces of the Roman Empire », Chiron, 30, pp. 195-215.

Camodeca, Giuseppe (1999), « Un nuovo decreto decurionale puteolano con concessione di superƒicies agli Augustali e le entrate cittadine da solarium », dans Il capitolo delle entrate nelle ƒinanze municipali in occidente ed in oriente. Actes de la xe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (Rome, 27-29 mai, 1996), Rome, pp. 1-23.

Castillo García, Carmen (1965), Prosopographia Baetica, Pampelune.

Castillo García, Carmen (1992), « Los pontifices de la Bética », dans Marc Mayer et Joan Gómez Pallarès (éd.), Religio Deorum. Actes del col.loqui international d’Epigraƒia Culte i Societat a Occident, Sabadell, pp. 83-93.

Castillo Pascual, María José (1996), Espacio en orden : el modelo gromático-romano de ordenación del territorio, Logroño.

Cébeillac-Gervasoni, Mireille (1994), « I magistrati della colonia di Ostia in età repubblicana », dans Mario Pani (éd.), Epigraƒia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane III, Bari, pp. 7-16.

Chic García, Genaro (1990), La navegación por el Guadalquivir entre Córdoba y Sevilla en época romana, Écija.

Corell, Josep (1997), Inscripcions romanes de Valentia i el seu territori, Valence.

Criniti, Nicola (1991), La tabula alimentaria di Veleia, Parme.

Curchin, Leonard A. (1990), The Local Magistrates of Roman Spain, Toronto.

Dardaine, Sylvie (1993), « Une image des cités de Bétique aux iie et iiie siècles après J.-C. : l’emploi du terme res publica dans les inscriptions de la province », dans Javier Arce, Claude Lepelley et Patrick Le Roux (coord.), Ciudad y comunidad cívica en Hispania (Siglos ii y iii d.C.). Actes du colloque organisé par la Casa de Velázquez et le Consejo superior de investigaciones cientíƒicas (Madrid, 25-27 janvier 1990), Madrid, pp. 47-58.

Delgado Delgado, José A. (1998), Elites y organización de la religión en las provincias romanas de la Bética y las Mauritanias : sacerdotes y sacerdocios, Oxford.

Domergue, Claude (1985), « L’exploitation des mines d’argent de Carthago Noua : son impact sur la structure sociale de la cité et sur les dépenses locales à la fin de la République et au début du Haut-Empire », dans Philippe Leveau (éd.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence, 11-12 mai 1984), Aix-en-Provence, pp. 195-217.

Eck, Werner (1997), « Der Euergetismus im Funktionszussamenhang der Kaiserzeitlichen Städte », dans Michel Christol et Olivier Masson (éd.), Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (Nîmes, 4-9 octobre 1992), Paris, pp. 305-331.

Euzennat, Maurice, Gascou, Jacques et Marion, Jean (1982), Inscriptions antiques du Maroc, 2 : Inscriptions latines, Paris.

Ferrary, Jean-Louis et Rousset, Denis (1998), « Un lotissement de terres à Delphes au iie siècle ap. J.-C. », Bulletin de correspondance hellénique, 122, pp. 277-342.

Gascou, Jacques (1993), « Compte rendu de Curchin, 1990 », Latomus, 52, pp. 924-925.

Geagan, Daniel J. (1989), « The Isthmian Dossier of P. Licinius Priscus Juventianus », Hesperia, 58, pp. 349-360.

Granados García, Oriol (1991), « Estructura urbana de la ciutat romana », dans Jaume Sobrequés Callicó (dir.), Història de Barcelona, vol. 1 : La ciutat antiga, Barcelone, pp. 139-201.

Granados García, Oriol (1992), « La casa dels Minicis Natals », dans Marc Mayer (dir.), Roma a Catalunya (Exposició, Tarragona i Barcelona, 1992-1993), Barcelone, pp. 143-145.

Grelle, Francesco (1964), « “Adsignatio” e “publica persona” nella terminologia dei Gromatici », dans Antonio Guarino et Luigi Labruna (éd.), Synteleia : Vincenzo Arangio-Ruiz (2 vol.), Naples, t. ii, pp. 1136-1141.

Gsell, Stéphane (1894), Essai sur le règne de l’empereur Domitien, Paris.

Hauschild, Theodor (1986), « Munigua. Ausgrabungen an der Stützmauer des Forums – 1985 », Madrider Mitteilugen, 27, pp. 325-343.

Hauschild, Theodor (1992), « Los templos romanos de Munigua (Sevilla) », dans Templos romanos de Hispania, Murcie, pp. 107-117.

Jacques, François (1984), Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome.

Jacques, François (1990), Les cités de l’Occident romain : du ier siècle avant J.-C. au vie siècle après J.-C., Paris.

Khanoussi, Mustapha et Maurin, Louis (2000), Dougga, fragments d’histoire : choix d’inscriptions latines éditée et commentée, ier-ive siècles, Bordeaux-Tunis.

Lavency, Marius (1985), Usus, grammaire latine : description du latin classique en vue de la lecture des auteurs, Paris-Gembloux.

Leal Linares, Pilar (1995), Obulco, Écija.

Lebek, Wolfgang Dieter (1993), « Eine antike Technik der Textkorrektur und die Kontrolle municipalen Eigentums nach Tab.Irn. VIII C (cap. 76) 10-20 », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 97, pp. 179-186.

León Alonso, Pilar (1999), « Itinerario de monumentalización y cambio de imagen en Colonia Patricia (Córdoba) », Archivo Español de Arqueología, 72, pp. 39-56.

Le Roux, Patrick (1994), « La questione municipale nel i secolo d.C. : l’esempio spagnolo », dans Epigraƒia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane III, Bari, pp. 159-173.

Le Roux, Patrick (2002), « Compte rendu du CIL, II2/5 », Gnomon, 74, pp. 424-428.

Liebenam, Willy (1900), Städteverwaltung im römischen Kaiserreiche, Leipzig.

Liebeschuetz, John Hugo Wolfgang Gideon (1972), Antioch : City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford.

Manganaro, Giacomo (1959), « Epigrafi frammentarie di Catania », Kokalos, 5, pp. 145-158.

Manganaro, Giacomo (1988), « La Sicilia da Sesto Pompeio a Diocleziano », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II (11.1), pp. 3-89.

Mar, Ricardo (1993), Ampurias romana. Historia, arquitectura y arqueología, Sabadell.

Meiggs, Russell (1960), Roman Ostia, Oxford.

Melchor Gil, Enrique (1994), El mecenazgo cívico en la Bética. La contribución de los evergetas al desarrollo de la vida municipal, Cordoue.

Melchor Gil, Enrique (1995), Vias romanas de la provincia de Córdoba, Cordoue.

Mentxaka, Rosa (1986), « Praedia rustica-Praedia urbana. Consideraciones sobre los criterios distintivos en el derecho romano clásico », RIDA, 33, pp. 149-178.

Molé Ventura, Concetta (1996), « Catania in età imperiale », dans Bruno Gentili (éd.), Catania Antica. Atti del convegno della Società italiana per lo studio dell’antichità classica (Catania, 23-24 maggio 1992), Pise-Rome, pp. 175-222.

Murillo Redondo, Juan Francisco, Quesada Sanz, Fernando et Vaquerizo Gil, Desiderio (1994), Fuente Tójar (Córdoba) : arqueología cordobesa, Cordoue.

Murillo Redondo, Juan Francisco, Quesada Sanz, Fernando et Vaquerizo Gil, Desiderio (2001), Protohistoria y romanización en la Subbética cordobesa. Una aproximación a la cultura ibérica en el sur de la actual provincia de Córdoba, Séville.

Navarro Caballero, Milagros (1997), « Les dépenses publiques des notables des cités en Hispania Citerior sous le Haut-Empire », Revue des Études Anciennes, 99, pp. 109-140.

Oliver, James Henry (1989), Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri, Philadelphia.

Ortiz de Urbina, Estíbaliz (1999), « La res publica en las comunidades hispanas a partir de la formula epigráfica omnibus honoribus functus », dans Julián González (éd.), Ciudades privilegiadas en el Occidente romano, Séville, pp. 127-146.

Pachtere, Félix-Georges de (1920), La table hypothécaire de Veleia. Étude sur la propriété foncière dans l’Apennin de Plaisance, Paris.

Pallarés Salvador, Francisca (1969), « Las excavaciones de la Plaza de San Miguel y la topografía romana de Barcino », Cuadernos de arqueología e historia de la ciudad, 13, pp. 5-42.

Pallarés Salvador, Francisca (1975), « La topografia i els origens de la Barcelona romana », Cuadernos de arqueología e historia de la ciudad, 16, pp. 5-48.

Panzram, Sabine (2002), Stadtbild und Elite : Tarraco, Corduba und Augusta Emerita zwischen Republik und Spätantike, Stuttgart.

Pasqualini, Anna (1992), « Sul testo dell’iscrizione rupestre di Ferentino (CIL, X, 5853) », dans Lidio Gasperini (éd.), Rupes Loquentes. Atti del convegno internazionale di studio sulle “Iscrizioni rupestri di Età romana in Italia” (Roma-Bomarzo, 13-15 ottubre 1989), Rome, pp. 385-405.

Pflaum, Hans-Georg (1965), « La part prise par les chevaliers romains originaires d’Espagne à l’administration impériale », dans André Piganiol et Henri Terrasse (éd.), Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international du CNRS (Madrid, 31 mars-6 avril 1964), Paris, pp. 87-121.

Piganiol, André (1962), Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, Paris.

Puech, Bernadette (1983), « Grands-prêtres et helladarques d’Achaïe », Revue des Études Anciennes, 85, pp. 15-43.

Ribera, Albert (1995), « El recinto urbano de “Valentia” en la etapa romano-republicana (siglo ii-i a.C.) », Extremadura Arqueológica, 5, pp. 235-245.

Rickman, Geoffrey (1971), Roman Granaries and Store Buildings, Cambridge.

Robert, Louis (1940), « Un édifice du sanctuaire de l’Isthme dans une inscription de Corinthe », Hellenica, 1, pp. 43-53.

Robert, Louis (1966), « Inscriptions de l’Antiquité et du Bas Empire à Corinthe », Revue des Études Grecques, 79, pp. 733-770.

Sáez, Pedro (1997), « Las tierras públicas en la Lex Ursonensis », Studia Historica, Histora Antigua. Symposio Internacional sobre la Lex Ursonenis (Madrid, 3-5 de mayo de 1995), 15, pp. 137-152.

Sillières, Pierre (1990), Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Paris.

Solin, Heikki et Tuomisto, Pekka (éd.) (1996), Le iscrizioni urbane ad Anagni, Rome.

Thomas, Yan (1998), « Les ornements, la cité, le patrimoine », dans Clara Auvray-Assayas et Florence Dupont (éd.), Images romaines. Actes de la table ronde organisée à l’École normale supérieure (24-26 octobre 1996), Paris, pp. 263-284.

Thomas, Yan (2002), « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales. Histoire, Sciences sociales, 57 (6), pp. 1431-1462.

Thouvenot, Raymond (1973), Essai sur la province romaine de Bétique, 2eéd., Paris.

Trisciuoglio, Andrea (1999), « Le concessioni di beni pubblici nell’esperienza romana », Labeo, 45, pp. 283-295.

Wallace-Hadrill, Andrew (1991), « Elites and Trade in the Roman Town », dans John Rich et Andrew Wallace-Hadrill (éd.), City and Country in the Ancient World, Londres - New York, pp. 241-272.

Zanker, Paul (1988), Pompeji. Stadtbilder als Spiegel von Gesellschaft und Herrschaftsform, Mayence.

Zanker, Paul (1995), Pompeji. Stadtbild und Wohngeschmack, Mayence.

Zevi, Fausto (1973), « P. Lucilio Gamala Senior e i “quattri tempietti” di Ostia », MEFRA, 85, pp. 555-581.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été présenté le 3 mars 2003 à Paris, au séminaire « Anthropologie et économie du monde romain ». Je tiens à remercier tous les participants pour leurs remarques et suggestions, et en particulier Patrick Le Roux, qui avait relu une première version de cette étude et avait permis d’en améliorer la présentation. Je suis évidemment seul responsable des opinions et erreurs éventuelles présentes dans les lignes qui suivent.

2 Zanker, 1988 (repris dans Zanker, 1995, pp. 33-140). Sur le flanc est du forum, par exemple, des édifices furent construits à l’époque augustéenne, remplaçant une série de tabernae ; l’inscription de dédicace du temple dédié Geni[o Aug(usti)] ou Geni[o coloniae] (CIL, X, 816 = AE, 1992, 271 ; AE, 1995, 298) nous apprend que la prêtresse Mamia le fit construire [s]olo et pec[unia sua] : il faut donc en déduire que certaines zones situées aux abords du forum ne relevaient pas, jusqu’au début de l’Empire, du domaine public. La même constatation s’impose pour le temple de la Fortune Auguste, situé en face des thermes du forum (CIL, X, 820).

3 Mar et Ruiz de Arbulo, 1993.

4 Pour Corbuba, voir León Alonso, 1999 ; pour un dossier détaillé et une comparaison entre les trois capitales, voir désormais Panzram, 2002.

5 Sur cette voie, voir Sillières, 1990, pp. 316-322 et Melchor Gil, 1995, pp. 98-104.

6 Pline, HN, III, 10.

7 CIL, II2/7, 93 : Mu/nicipi Pontiƒici(ensis) ; sur l’inscription de ses citoyens dans la tribu Galeria, voir également CIL, II2/7, 97-98, 100, 103, 114 et 125-126. Sur son implication dans les guerres civiles, on pourra consulter Leal Linares, 1995, pp. 68-72.

8 Arteaga, 1985 et 1989 ; Arteaga, Ramos et Nocete, 1988 et 1989 ; Arteaga, Ramos et Roos, 1990 a et b.

9 Sur ces fouilles, voir surtout Arteaga, Ramos et Nocete, 1989, pp. 264-265 ; Arteaga, Ramos et Roos, 1990 a et b.

10 On trouvera dans ce travail l’apparat critique qui soulève plusieurs problèmes de lecture, notamment pour la fin de la ligne 6 où les différents témoignages ne correspondent pas et où il semble impossible de proposer une correction acceptable.

11 Pflaum, 1965, p. 112 ; Castillo García, 1992, p. 89, note 49 ; Stylow, commentaire de l’inscription CIL, II2/7, 97.

12 Delgado Delgado, 1998, pp. 70-72.

13 Pflaum, 1965, p. 109.

14 Pflaum, 1965, pp. 109-112.

15 CIL, II, 2129 ; CILA, III, 299.

16 Thesaurus Linguae Latinae, s. v. post, col. 162, l. 54-56. L’interprétation proposée par Curchin, 1990, p. 159, no 218  and shops, even behind the granary ») est beaucoup moins satisfaisante. Voir Gascou, 1993, p. 925.

17 Rickman, 1971, p. 1 ; Vitruve, VI, 5, 2 et VI, 6, 5.

18 Ainsi, les horrea de Cuicul ont été bâtis par la communauté (AE, 1911, 106 : resp(ublica) Cuiculitanorum horrea / extruxit), mais des entrepôts urbains privés pouvaient être loués par des particuliers, comme Q. Tineius Sacerdos (CIL, VI, 33860 = ILS, 5913). À ce sujet, voir Rickman, 1971, p. 194-209.

19 Vitruve, V, 1, 2.

20 Vitruve, VI, 5, 2.

21 Ainsi, le témoignage tardif de Libanius, à Antioche, laisse entendre qu’à la fin du ive siècle Florentius, qui avait offert un portique et agrandi une route, se verrait remboursé de sa dépense par les loyers qu’il obtiendrait pour les boutiques situées sous son portique (Libanius, Or., XLVI, 44). Pour un commentaire, voir Liebeschuetz, 1972, p. 134. D’une manière générale, sur ces ambiguïtés, voir Eck, 1997, pp. 327-330.

22 Il faut cependant signaler qu’en latin classique, seul le complément d’agent animé est introduit par a(b) (Lavency, 1985, pp. 171-172, no 261) ; dans une inscription provinciale, une telle licence syntaxique n’est guère choquante, d’autant plus qu’une personnification de la res publica est envisageable. Pour comparaison, voir par exemple Khanoussi et Maurin, 2000, no 37 (= AE, 1966, 512) : loco a rep(ublica) d(ato) ; AE, 1978, 736 : solo ab re p(ublica) dato (Dyrrachium).

23 Voir par exemple CIL, X, 5853 et Supplementa Italica, I, 1981, pp. 33-34 ; Pasqualini, 1992 : (…) Hic ex s(enatus) c(onsulto) fundos Ceponian(um) / et Roianum et Mamian(um) et pratum Exosco ab r(e) p(ublica) redem(it) / HS LXX m(ilibus) n(ummum) et in auit(um) r(ei) p(ublicae) reddid(it), ex quorum reditu (…). Nous développerons ci-dessous plusieurs autres exemples où le verbe emere est conjugué à la voix passive et au participe parfait, comme dans l’inscription d’Obulco, et où ab introduit le vendeur.

24 Thouvenot, 1973, p. 213 ; Castillo García, 1965, p. 148, no 286 ; Chic García, 1990, p. 39 ; CILA, III, 299 ; Melchor Gil, 1994, p. 155 ; Leal Linares, 1995, pp. 88, 100, 104 et 138 ; Delgado Delgado, 1998, p. 21.

25 Par exemple, CIL, VI, 40882 : Id quod intra / cippos ad campum / uersus soli est / Caesar Augustus / redemptum a priuato / publicauit (et CIL, VI, 874 : inscription jumelle) ; CIL, VI, 40884 : (…) aream ex s(enatus) c(onsulto) a priuatis / publica pecunia / re[d]emptam (et CIL, VI, 1265 : inscription jumelle).

26 Res Gestae, 21, 1 : Theatrum ad aed(em) Apollinis in solo magna ex parte a priuatis / empto feci. À noter que la version grecque du texte ne comprend pas d’équivalent direct au « a priuatis ».

27 AE, 1998, 435 : D(is) M(anibus). / Ambitu locus sepulti [sic] // Geminiae Gauianae et suis / Chresimus colonorum / Lune(n)sium et Geminia par(en)t(es ?) / b(ene) m(erentes) posuerunt / locus sepulti emptus / a Claudio Saturnino / et a Claudio Fermino / quem emit Chresimus / colonorum Lune(n)sium.

28 Gascou et Euzennat, 1982, no 7 : (…) redempto a cohere/dibus suis solo et aediƒicio me/moria optimi patr(oni) praestitit.

29 CIL, V, 3635 = AE, 1993, 800 : (…) ut lucar Libitinae / redemptum a re p(ublica) sua uniuersis / ciuibus suis in perpetuum / remitteret (…). Ce « rachat » doit peut-être ici être interprété comme une location perpétuelle.

30 Bodel, 1994, pp. 18-20.

31 Solin et Tuomisto, 1996, no 146 : Locum emptum a Silu/anione qui est Felic/issimi et Ianuaries ; CIL, XII, 1210 : (…) locum s(e)pu/ltur(a)e a Iulio Ac(a)/t(h)emero em(p)tum (…).

32 AE, 1972, 14 : (…) locus emptus / de Q(uinto) Modio (…) ; CIL, VI, 17952 : (…) locum (…) emptum de / P(ublio) Didio Spendonte ; CIL, VI, 18875 : Olla (…) empta de C(aio) Pompeio Bargath[e] ; CIL, X, 2614 : (…) loc(o) emp(to) de P(ublio) Apuleio Her/men(e ?) (…).

33 Il existe en effet un cas problématique, qui provient de la cité africaine de Vazi Sarra, mais qui repose sur une lecture em(p)ta qui est loin d’être assurée (CIL, VIII, 11999) : Signum dei cum equo ex aere [- - -] / ex aede uetere in hanc aedem muniƒicentia / [P(ublii) Ops]tori Saturnini fl(aminis) perp(etui) factam res publ(ica) Vaz/[ita]norum permittente Valerio Pudente proc(onsule) / c(larissimo) u(iro) transtulit et in bassil(ica) [sic] ab eodem Opstorio em(p)ta / imposuit. Le sens recouvert par la clause « in bassil(ica) ab eodem Opstorio em(p)ta » reste mystérieux : que peut signifier un tel « acte de vente » pour un édifice éminemment public comme une basilique ? Une formule un peu maladroite pour désigner une évergésie ? Mais, peu de temps auparavant, le même Opstorius avait offert, à l’occasion de son undecemprimat, le temple d’Esculape qui était attenant à la basilique (CIL, VIII, 12006 : (…) aedem Aesculapio deo promissam bassil(icae) coherent(em) multiplicata pec(unia) fecit), ce qui laisserait penser que la basilique existait avant que l’évergète ne déployât sa générosité.

34 CIL, II2/5, 840 : Iouem Pantheum Aug(ustum) / cum aede et tetrastylo solo [p]ub(lico) / L(ucius) Calpurnius Gallio et C(aius) Marius / Clemens Nescanienses cu/ratores iuuenum Laurensium / d(ederunt) d(edicauerunt) k(alendis) Iulis P(ublio) Septumio Apro /M(arco) Sedatio (vac. 6 ?) Seueriano co(n)s(ulibus).

35 IRPC, 75 (= CIL, II, 1939) : Sex(tus) Fuluius Lepidus et Fuluia Sex(ti) [ƒil(ia) Honorata ?] / [uo]uerant [ob honorem] / [fl]amoni aediculam de sua pecunia [ƒilius ? fac(iendam)] /curauit / [l(oco)] d(ato) d(ecreto) d(ecurionum).

36 Comme le fait remarquer Antico Gallina, 1997, p. 205, il s’agit d’une « formula di chiusura, enfatizzata dalla stessa dimensione dei caratteri o dai criteri di impaginazione ».

37 CILA, II, 223 (= CIL, II, 1066) : M(arcus) Egnatius / Sciti lib(ertus) Venus/tus IIIIIIuir / huic ordo M(unicipum) M(unicipii) F(lauii) / Aruensis statu/am et ornamen/ta decurionatus decreuit / M(arcus) Egnatius Venustus in / locum quem ordo de/creuit statuam et scam/na marmorea et an/tam marmorauit de / sua pecunia dedit.

38 CILA, II, 2 (= AE, 1987, 495 ; HEp., t. iii, 353) : Libero Pat[ri] / [scapha]ri Romulae con[sist(entes)] / [ex d(ecreto) d(ecurionum)] Rom(ulensium) accepto so[lo d(onum) d(edicauerunt)].

39 CIL, II2/5, 93 : M(arcus) Val(erius) M(arci) f(ilius) Quir(ina) Marc[ellus ?- - - II ?]uir munic(ipii) Aurgi(tani) (vac.) / accepto loco a republic(a) horologium omni [- - -] circensibus et ludis scaenicis [- - -].

40 Carthago Noua, 28 (= CIL, II, 3432 et EE, IX, 347) : [- - - loco accepto ?] a re p(ublica) d(ecreto) d(ecurionum) / [- - -]S s(ua) p(ecunia) d(edit).

41 Sur cette formule bien attestée en Hispanie, voir également CILA, III, 84 (Castulo) et RIT, 363 (Tarraco). Des formules très proches sont également à signaler dans une position similaire : voir par exemple AE, 1979, 348 (Manzanilla) ; CILA, II, 948 (Siarum) ; IRPC, 78 (Barbesula) ; CIL, II2/5, 3 (Mentesa Bastitanorum) ; CIL, II2/7, 36 (Iliturgi) ; CILA, II, 1054-1055 (Munigua) ; etc.

42 Festus, p. 332, lignes 33-34 Lindsay : Nam antiquitus emere pro accipere ponebatur ; p. 4, lignes 30-31 Lindsay : emere enim antiqui dicebant pro accipere.

43 ILMM, 6 (= CIL, II, 1956 ; ILS, 5512) : (…) solum / balinei dedit (…).

44 CILA, III, 91 (= CIL, II, 3270 ; ILS, 5513) : (…) solum / ad balineum aediƒicandum / dedit (…).

45 Une autre interprétation est peut-être possible : par l’emploi de telles formules, les évergètes signifieraient qu’ils offrent à la fois le sol et les thermes. Mais le choix d’une formulation aussi peu explicite ne laisse pas d’étonner chez des évergètes tentant avant tout de se mettre en valeur, d’autant plus qu’à Cartima, Iunia Rustica indique clairement, un peu plus loin dans l’inscription, qu’elle a réalisé les porticus ad balineu[m] / solo suo.

46 CILA, II, 234 (= CIL, II, 1074) : L(ucius) Attius Quir(ina) Vetto Flamen / IIuir M(unicipum) M(unicipii) Flaui Cana[n](iensis) / suo et L(uci) Atti Vindicis F(ilii) et / Attiae Autumninae f(iliae) et / Antoniae Proculae neptis nomine / porticus lapideas marmoratas solo / suo ludis sc<a>enicis impensa sua factis epulo / dato d(edit).

47 ILMM, 6 (= CIL, II, 1956 ; ILS, 5512) : (…) porticus ad balineu[m] / solo suo cum piscina et signo Cupidinis epulo dato / [e]t spectaculis editis d(e) p(ecunia) s(ua) d(edit) d(edicauit) (…).

48 ILMM, 7 (= CIL, II, 5488) : Valeria C(aii) f(ilia) Situllina / sacerdos perpetua d(ecreto) d(ecurionum) m(unicipii) C(artimitani) f(acta) / de sua pecunia solo suo f[ecit] / et epulo dato dedicauit.

49 IRCat., IV, 30 (= CIL, II, 6145 et CIL, II, 4509) : (…) balineum c[um port]icibus solo suo et / du[ctus aquae ?] fecerunt.

50 Sur ces thermes, voir Pallarés Salvador, 1969 et 1975, pp. 42-44 ; Granados García, 1991, pp. 192-193. Il faut signaler qu’à proximité de ces thermes ont été mis au jour les vestiges

d’une domus urbaine attribuée aux mêmes Minicii Natales, même si rien ne permet de confirmer cette hypothèse hardie (Granados García, 1992).

51 CIL, II2/5, 276 (= CIL, II, 1649) : L(ucius) Porcius Quir(ina) Quietus / II uir pontifex solo suo / templum et signum et / forum suo et T(iti) Porci / Quir(ina) Quieti f(ilii) sui nomi/ne de sua pecunia f(acienda) c(urauit). Il est difficile de déterminer avec certitude le sens exact recouvert par le terme forum dans cette inscription : peut-être ne fait-il référence qu’à une esplanade accompagnant le temple, sans renvoyer à l’espace civique de la communauté. Cependant, la situation très similaire décrite dans le municipe voisin de Cisimbrium (CIL, II2/5, 294 = CIL, II, 2098), où un évergète offre le forum, cinq temples et cinq statues, et surtout à Munigua, où l’archéologie témoigne de la réalité du forum, certes modeste, offert par Valerius Firmus en même temps que le temple, le portique, une exèdre et le tabularium (CILA, II, 1076-1077 = AE, 1972, 268-269 ; Hauschild, 1986 et 1992), laisse penser qu’il est sans doute plus probable qu’il s’agisse bien du forum de la cité.

52 Dans le municipe voisin d’Iliturgicola (Fuente Tojar), des fouilles ont mis au jour une place portiquée creusée directement dans la roche, partiellement pavée et probablement construite vers l’époque flavienne. Murillo Redondo, Quesada Sanz et Vaquerizo Gil, 1994, pp. 85-87, 113-115 et 2001, pp. 41-47 et 80-81. S’il s’agit d’un aménagement à caractère public, ce que confirmeraient des fouilles plus étendues, il faut constater la modestie de cette réalisation, bien éloignée de la monumentalité des grands forums impériaux. La situation à Ipolcobulcola ne devait pas être très différente.

53 CIL, II2/14, 33 ; Corell, 1997, p. 122, no 42 : [- - -I]uliu[s- - -] / [- - -] empto loco [- - -] / [- - -]um qui aquam trahi / [- - -]m a porta Sucronens(i) / [- - -] emptum V Kal(endas) Maias.

54 Sur cette localisation, voir ibid. Des fouilles ont mis au jour un tronçon de la muraille dans la même zone. Ribera, 1995, pp. 236-237.

55 Signalons qu’à la ligne 5 de la même inscription, le participe parfait emptum revient, associé à la mention de la date (V Kal(endas) Maias).

56 Carthago Noua, 24 (= CIL, II, 3428 ; ILS, 5558) : [C(aius) P]lotius Cis[si l(ibertus) Princeps] / [insulis empti]s cryptam / [et porticum] d(e) s(ua) p(ecunia) fecit.

57 Par analogie avec les inscriptions de Pompeii (CIL, X, 833-834) et d’Interamna en Ombrie (CIL, XI, 4206), les derniers éditeurs de l’inscription (Carthago Noua, 24, pp. 134-135) suggèrent notamment qu’il puisse s’agir de l’aménagement d’un couloir voûté au-dessus de la summa cauea du théâtre (voir Zanker, 1988, p. 33). Néanmoins, les deux inscriptions italiennes renvoient clairement au théâtre, qui est mentionné dans leur texte même, ce qui n’est pas le cas à Carthago Noua. Les éditeurs proposent alternativement d’y reconnaître certaines structures du forum, ce qui est plus probable bien que rien ne permette de les identifier avec certains édifices mis au jour récemment dans la cité.

58 Voir par exemple Domergue, 1985, p. 212, note 46 et Abascal Palazón, 1995, pp. 141-142. C’est également l’interprétation adoptée par les derniers éditeurs de l’inscription (Carthago Noua, 24, p. 135).

59 Wallace-Hadrill, 1991, pp. 264-265.

60 Une telle interprétation a déjà été proposée par Liebenam, 1900, p. 162, note 2 et Navarro Caballero, 1997, p. 114.

61 En ce sens, le terme res publica présente ici clairement une connotation renvoyant à la caisse municipale, que l’inscription renvoie à un achat par ou à la communauté. Sur cette connotation, voir Dardaine, 1993, pp. 50-55 ; Le Roux, 1994 et Ortiz de Urbina, 1999, pp. 130-131.

62 Lex. Irnit., LXXIX-LXXX. Les résolutions d’abréviations proposées par les éditeurs peuvent parfois occulter ce processus décisionnel, quand ils préfèrent comprendre d(onum) d(edit) à la place de d(ecreto) d(ecurionum). Voir par exemple AE, 1972, 250 ; CIL, II, 1969-1970. Le débat reste ouvert, comme on peut le constater dans Le Roux, 2002, p. 426.

63 En ne prenant en compte que les inscriptions non mutilées, il s’agit en général de piédestaux assez tardifs dédiés aux empereurs, présentant souvent une formule finale du type deuota numini maiestatique eius (par exemple CILA, II, 13 et 372 ; CIL, II2/7, 260 et 980).

64 Voir par exemple l’impressionnante série d’inscriptions de Tucci : CIL, II2/5, 74-80. Voir aussi CIL, II2/5, 721, 731 ; CIL, II2/7, 31, 60, 143 ; CILA, II, 379, 1066, 1219 ; IRPC, 121b ; 529-530 ; CIL, II, 1946 (et p. 875) ; AE, 1987, 499 ; ERBC, 141 ; etc.

65 CIL, II2/5, 493 ; CIL, II2/7, 976 ; CILA, II, 378 ; CIL, II, 1330 et 1936.

66 Lex Urson., LXXXII : qui agri quaeque siluae quaeq(ue) aediƒicia c(olonis) c(oloniae) G(enetiuae) I(uliae), / quibus publice utantur, data adtributa e/runt, ne quis eos agros neue eas siluas uen/dito neue locato longius quam in quinquen/nium (…). Il est très probable que l’omission des aediƒicia dans la clause d’interdiction s’explique par un oubli du rédacteur ou du lapicide. À noter que la signification exacte du passage peut prêter à discussion : en effet, le verbe uendere, ainsi rapproché de locare, pourrait aussi renvoyer à la « vente » d’une concession, comme c’est peut-être aussi le cas dans la lex Irnitana (chap. J). À ce sujet, voir Sáez, 1997, pp. 143-144. Un passage d’Hygin (Th. 79, 12-16 = 82-84, 35-36 et 1-2 Campbell = phrase 58 de l’édition de Besançon) relatif aux agri uectigales rapproche ces verbes dans un contexte de location sans qu’il y ait aliénation : qui superfuerant agri, uectigalibus subiecti sunt, alii per annos <quinos>, alii uero mancipibus ementibus, id est conducentibus in annos centenos, plures uero ƒinito illo tempore iterum ueneunt locanturque ita ut uectigalibus est consuetudo. Le manceps n’acquiert pas en fait le dominium, mais un droit, le ius uectigalis : un autre passage d’Hygin (Th. 79, 22 = 84, 7 Campbell = phrase 61 de l’édition de Besançon) éclaire cet usage des termes manceps et emere dans le cadre d’une location : Mancipes autem qui emerunt lege dicta ius uectigalis. Voir aussi l’utilisation du terme manceps dans le document dit « des merides ». Piganiol, 1962, pp. 329-336.

67 Dig., XVIII, 1, 6 (Pomponius) : (…) ut sacra et religiosa loca aut quorum commercium non sit, ut publica, quae non in pecunia populi, sed in publico usu habeantur, ut est campus Martius ; Dig., XVIII, 1, 22 (Ulpien) : ceterum si omne religiosum uel sacrum uel publicum uenierit, nullam esse emptionem ; mais comparer avec Dig., XVIII, 1, 72, 1 (Papinien) : si res non in usu publico, sed in patrimonio ƒisci erit, uenditio eius ualebit. À ce sujet, voir Bonfante, 1966, pp. 13-16 et 78-105 ; Trisciuoglio, 1999, pp. 284-285 et surtout Thomas, 2002, pp. 1434-1447.

68 C’est ce que laissent entrevoir deux passages d’Agennius Urbicus (Th. 46, 16-25 = 42, 27-34 Campbell) et d’Hygin l’Arpenteur (Th. 160-161, 22 et 1-7 = 154-156, 34 et 1-5 Campbell = 124-126 de l’édition de Besançon). Pour un commentaire approfondi de ces thèmes, voir Castillo Pascual, 1996, pp. 134-139 ; sur la référence à la communauté comme entité distincte de la collectivité de ses membres, voir Grelle, 1964.

69 Thomas, 2002, pp. 1434-1437 et 1441.

70 Manganaro, 1959, p. 153, note 23, cite deux inscriptions grecques d’époque impériale qui feraient référence à une vente des terrains municipaux, mais un examen des textes ne permet pas d’aboutir à cette conclusion. Le premier (IG, V.1, 21 = Abbott et Johnson, 1926, no 121 = Oliver, 1989, no 91) vient de Sparte et date du règne d’Hadrien, mais la première partie du document, qui comporte la mention d’une vente ou location de terrains, est beaucoup trop mutilée pour que ceux-ci soient interprétés comme publics. Quant au second (IG, VII, 2227 = SIG3, 884 = Abbott et Johnson, 1926, no 129), il s’agit d’une inscription d’époque sévérienne en provenance de Thisbé, qui contient les conditions d’une location de terrains publics (désignés à plusieurs reprises comme χωρ›ον δηµfiσιον). La cité garde à tout moment son droit de propriété sur la terre, même si, sous certaines conditions, le possesseur peut transmettre le domaine à un héritier. Il est permis de la rapprocher d’une inscription de Delphes récemment éditée (Ferrary et Rousset, 1998), qui contient des dispositions assez similaires (les terrains demeurentdans le domaine public), bien que la cité ne perçoive aucune redevance en échange des terres qu’elle concède à ses citoyens.

71 C’est la conclusion à laquelle il arrive pour les saltus cultivés par Sulpicia Priscilla et Afranius Apthorus, une hypothèse possible qu’on pourrait rapprocher de la vente des subseciua attestée à Falerium (CIL, IX, 5420, l. 24-25 ; voir Gsell, 1894, pp. 131-134). Voir Pachtere, 1920, p. 95. Criniti, 1991, p. 227, semble aller dans le même sens quand elle signale que les saltus étaient à l’origine communautaires, mais qu’ils apparaissent souvent aux mains de privés dans la table de Veleia.

72 AE, 1989, 341d. Pour un commentaire, voir Manganaro, 1988, pp. 23-24 et Molé Ventura, 1996, pp. 202-207.

73 Aux lignes 10-11 : IIuiri consensu paucorum decurionum / [censuere agri facere man]cipium ; lignes 15-17 : [- - - Catinienses] / [mihi concesserunt ut praedia recip]erata, uluis c[ongesta et saxis] / [in territorio Hyblense (?) mancipi]o darem.

74 CIL, XIV, 375 : (…) [propt]erea quod cum res publica / [p]raedia sua uenderet ob pol/[l]icitationem belli naualis / HS XV CC rei publicae donauit (…). Sur cette inscription et les problèmes que soulève son interprétation, voir Meiggs, 1960, pp. 493-502 ; Zevi, 1973 ; Cébeillac-Gervasoni, 1994.

75 Jacques, 1984, p. 290.

76 Pline, Ep., VII, 18. On peut rapprocher cet avis de celui d’Ulpien qui rappelle (et condamne) l’habitude qu’avaient les curies de concéder à un particulier certains praedia publics sur un simple décret (Dig., L, 9, 4, 1), ou de celui de Papirius Iustus qui fait référence à un rescrit de Marc Aurèle et Lucius Verus relatif à la nullité de la vente des terres des cités (agros rei publicae) (Dig., L, 8, 11, 2).

77 Burton, 2000.

78 Piganiol, 1962.

79 Lex Irnit., LXXVI. Voir aussi les remarques et corrections de Lebek, 1993.

80 Ferrary et Rousset, 1998, pp. 336-342.

81 C’est le cas dans l’inscription d’Ostie sus-mentionnée ; c’est également ainsi que nous pouvons comprendre l’inscription de Catane dont il a été question, si nous acceptons la reconstruction de Manganaro (AE, 1989, 341d : les duumvirs auraient décidé de vendre des terrains municipaux pour s’acquitter de leurs dettes dans le financement de travaux publics et empêcher que les domaines de la cité passent sous le contrôle du procurateur, une attitude ressentie comme injurieuse envers ce dernier. La suite de l’inscription est très lacunaire : il est possible que Iulius Paternus, le curator operis, ait vendu certaines terres de la cité avec son consentement, en finançant ainsi en partie l’achèvement des travaux.

82 Le droit romain reconnaît d’ailleurs bien cette distinction entre terrains ruraux et urbains ; voir Mentxaka, 1986.

83 CIL, XI, 3614 ; voir le commentaire qu’en donne Jacques, 1990, pp. 169-171, no 94. Il faut signaler que l’inscription mentionne bien que le terrain n’est pas utilisé publiquement (qui locus rei p(ublicae) in usu non est nec ullo reditu esse potest), ce qui l’exclut de la catégorie des res publicae in publico usu, qui étaient théoriquement frappées d’inaliénabilité.

84 CIL, XI, 3614, l. 17 : secundum dignitat(em) municipi ; l. 19-20 : gratulari debeo siqui rem p(ublicam) n(ostram) exsornat.

85 Comme le fait remarquer Jacques, 1984, p. 275 : « Le patrimoine de la commune est certes concerné, mais non (dans les faits) sa richesse ni ses revenus. »

86 CIL, X, 1783. Pour un commentaire et la mise en relation avec une nouvelle inscription de Puteoli relative à la concession d’un droit de superƒicies aux augustales, voir Camodeca, 1999.

87 Pour l’édition la plus complète, voir Geagan, 1989. Les commentaires de Louis Robert à propos de ces inscriptions restent fondamentaux : Robert, 1940 et 1966, pp. 754-755.

88 Le programme de construction mentionné s’est probablement déroulé dans la seconde moitié du iie siècle ; Geagan, 1989, pp. 358-360. Puech, 1983, pp. 35-41 a, quant à elle, défendu une date de peu antérieure.

89 Robert, 1940, p. 48.

90 Stèle B, lignes 23-25 : πιτρπω τν προ/δηλοµενον τπον τατ τ αρσει ατ πρα/θναι.

91 Stèle A, lignes 28-30 : πσχεσις Π(οπλου) Λικινου Πρεσκου / ἐὰν µο πωλσητε τς λεγ[οµ]νηςηγλια/[νςστος τ-]πο[- - - - - - - - - - -]. Il faut également remarquer (lignes 24-27) que la construction de la στο est faite πρ γορανοµας : c’est probablement pour obtenir cette charge que la pollicitation a été effectuée. Robert, 1940, p. 49.

92 Stèle B, lignes 18-20 : πρ τς τειµς / το προδηλουµνου τπου δοναι τος πολεταις / κστ δηνριον ν.

93 Les formules utilisées dans l’inscription de Caere sont éloquentes à ce sujet ; les ornements d’une ville étaient considérés par le droit comme un patrimoine qui ne pouvait en aucun cas être attaqué ; au contraire, il n’avait vocation qu’à s’enrichir. Thomas, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Goffaux, « Évergétisme et sol public en Hispanie sous l’Empire », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 225-247.

Référence électronique

Bertrand Goffaux, « Évergétisme et sol public en Hispanie sous l’Empire », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 02 décembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/211

Haut de page

Auteur

Bertrand Goffaux

Université Catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals