Navigation – Plan du site

Pierre Vilar

1906-2003
Gérard Chastagnaret
p. 7-8

Avec Pierre Vilar, récemment décédé à l’âge de 97 ans, disparaît l’un des plus éminents hispanistes français et l’une des dernières grandes figures de ce qui fut l’École des Annales. C’est pourtant en géographe que ce fils d’instituteurs de l’Hérault, alors élève de l’École normale supérieure, effectue son premier séjour en Catalogne, en 1927. Il y revient au début des années trente, comme membre de la Casa de Velázquez, puis comme professeur au lycée et à l’Institut français de Barcelone. Il glisse alors de la géographie à l’histoire pour entreprendre La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales, thèse monumentale publiée et soutenue en 1962 seulement : Pierre Vilar a été longtemps coupé de son « terrain » par la guerre civile, le conflit mondial (Sa brève Histoire d’Espagne, écrite dans un camp de prisonniers et de multiples fois rééditée, est un modèle de réflexion historique), et enfin son expulsion d’Espagne en 1947.

Son œuvre porte trois empreintes. La première est celle de sa formation : une attention à l’espace héritée de la grande école de géographie française et notamment d’Albert Demangeon, une méthodologie marquée par l’influence d’Ernest Labrousse (L’Esquisse est de 1933), pionnier d’une histoire quantitative attentive au mouvement des prix et recourant largement à la méthode sérielle. La seconde est une passion pour la Catalogne, dont il a entrepris de mettre en lumière les étapes de l’émergence d’une identité nationale. La troisième est celle du marxisme, auquel Vilar restera toujours fidèle sans que cela se traduise par un engagement politique. Selon Braudel, « pour Vilar, le marxisme, outil de connaissance, joue le rôle d’une explication structurelle en profondeur », et contribue aussi à détourner l’historien du temps long au profit d’une attention privilégiée aux crises. Cette posture marxiste traverse l’ensemble de l’œuvre de Vilar, depuis sa thèse jusqu’à son analyse de la guerre civile et ses articles à caractère théorique, publiés dans la Nouvelle critique ou les Annales, où il fait paraître, en 1973 : « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser. »

Le rayonnement international de Pierre Vilar, exceptionnel en Catalogne, mais très important aussi pour plusieurs générations d’intellectuels espagnols et latino-américains, doit encore aux postes qu’il a occupés : dès 1950, il est directeur d’études à la VIe section de l’EPHE (la future EHESS) et, en 1965, il succède à Labrousse comme titulaire de la chaire d’histoire économique et sociale de la Sorbonne, où son enseignement débouche sur un ouvrage exceptionnel, publié d’abord en espagnol, objet de multiples éditions dans de nombreuses langues, Or et monnaie dans l’histoire. S’appuyant surtout sur la révolution des prix du xvie siècle, il y prend le contre-pied des thèses monétaristes pour insister sur la primauté des structures productives.

Pierre Vilar avait reçu les plus hautes distinctions catalanes, de la municipalité de Barcelone comme de la Generalitat, mais sa passion pour la Catalogne n’avait pas empêché sa reconnaissance espagnole, marquée notamment par une décoration dans l’ordre d’Alphonse X le Sage ainsi que par l’attribution du prix Nebrija.

La Casa de Velázquez gardera de Pierre Vilar d’abord le souvenir d’une personnalité dont la présence a fortement contribué à nourrir l’esprit fraternel de notre institution : pour lui et pour son épouse Gabrielle, elle aussi membre de la Casa, les liens personnels devaient transgresser les barrières idéologiques, comme l’illustrent les liens d’amitié noués avec Maurice Legendre, parrain de leur fils Jean. La Casa de Velázquez gardera aussi l’image d’un chercheur exceptionnel, par son œuvre, par la rigueur de sa pensée, et par son influence sur plusieurs générations de chercheurs des deux côtés des Pyrénées. Nous savons aussi l’influence qu’il a eue pour attirer de jeunes chercheurs vers le monde hispanique, une influence qui reposait non seulement sur un magistère intellectuel mais aussi sur une bienveillance tout à la fois attentive, exigeante et chaleureuse. À toute sa famille, et en particulier à Jean et à Sylvia qui furent aussi de cette maison, la Casa de Velázquez tient à dire sa sympathie et sa reconnaissance pour tout ce que Pierre Vilar a donné à l’institution, au prestige de la recherche française et l’avancée du savoir historique.

  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals