Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Luis Caballero, Pedro Mateos y Manuel Retuerce (eds.), Cerámicas tardorromanas y altomedievales en la Península Ibérica. Ruptura y continuidad

André Bazzana
p. 305-308
Référence(s) :

Luis Caballero, Pedro Mateos y Manuel Retuerce (eds.), Cerámicas tardorromanas y altomedievales en la Península Ibérica. Ruptura y continuidad, Madrid, CSIC, 2003, 557 pp.

Texte intégral

1Quand un livre est bon, il ne faut pas hésiter à le dire ; quand il s’avère utile et digne de servir de base à de futurs travaux, c’est encore mieux. Voilà les deux qualités principales du gros ouvrage (557 pages) qui réunit les communications présentées lors du 2e « Simposio de arqueología » tenu à Mérida en 2001. Les buts de cette réunion étaient simples mais ambitieux : faire le point sur les recherches de ces dernières années consacrées aux productions céramiques – ce fósil director por excelencia de la arqueología –, depuis las últimas romanas, mediterráneas y peninsulares, hasta las primeras califales (« Presentación », p. 9), de part et d’autre, donc, des années qui ouvrent le viiie siècle ; dans cette approche, il s’agissait de faire fond sur les données stratigraphiques, aptes à fournir des chronologies relativement bien assurées, sans céder à la tentation toujours présente – surtout chez les médiévistes – de bâtir des typologies souvent trop éloignées de l’histoire.

2Le but proposé est atteint et les résultats de ce copieux « Simposio » bien mis en valeur grâce à une mise en page soignée et aérée. Bien sûr, il s’agissait d’un colloque et, donc, l’essentiel de l’ouvrage est consacré à la publication des seize communications présentées à Mérida ; c’est dire que nous ne disposons pas encore de la synthèse, tant espérée depuis une vingtaine d’années, sur ce difficile sujet de la « transition » entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge ; nous touchons là, bien sûr, à la difficulté du propos : les études de cas, s’appuyant sur un ou plusieurs sites sont indispensables, avec leur cortège de descriptions et de classements à valeur typologique, mais elles ne constituent que le matériau de base de la réflexion, en vue de l’établissement de la synthèse… On saura gré à Eduardo Manzano d’avoir tenté, sous le titre « La cerámica de los siglos oscuros » (pp. 541-557), de reprendre l’essentiel des communications pour montrer comment les résultats obtenus enrichissent, modifient et précisent les problématiques de la recherche. Il ne paraît pas utile de reproduire les titres des seize communications publiées, tant ceux-ci sont souvent répétitifs dans leur libellé : les termes de cerámica tardorromana, tardoantigua, hispanovisigoda, ou altomedieval… reviennent le plus souvent, tandis que certains auteurs préfèrent, à juste titre, placer les contextos cerámicos qu’ils analysent dans un cadre chronologique bien défini : du vie au xe siècle, par exemple ; cela démontre que subsiste un délicat problème de vocabulaire auquel il faudra bien s’atteler, car on ne peut à la fois rejeter la « césure » de 711-713 – date « élevée à la catégorie de fétiche » (p. 385) – et conserver les qualificatifs qui placent obstinément de part et d’autre de celle-ci les mobiliers étudiés. La lecture du sommaire suffit à montrer la diversité des terrains couverts ; un large bilan est ainsi dressé à travers des articles dont certains atteignent une cinquantaine de pages, ce qui atteste l’importance du travail réalisé. La taille de quelques articles d’importance majeure (J. Pascual Pacheco et al., pp. 67-117, S. Gutiérrez et al., pp. 119-168, A. J. Murcia et al., pp. 169-223, L. Caballero Zoreda et al., pp. 225-271, M. Acién Almansa et al., pp. 411-454) s’explique et se justifie par la place laissée à une illustration de qualité. Depuis le Pays basque (A. Azkarate et al., pp. 321-370), on se déplace ainsi vers la Catalogne (A. López Mullor et al., pp. 41-65), la Cuenca del Duero (H. Larrén et al., pp. 273-306) ou la vallée de l’Èbre avec Saragosse et Tudela (J. A. Hernández et J. J. Bienes, pp. 307-319), puis les terres du Centre et de l’Ouest (L. Caballero Zoreda et al., pp. 225-271, pour Tolède, avec Santa María de Melque, M. Alba et S. Feijoo, pp. 483-504, pour Mérida, et A. Gaspar, p. 455-481, au Portugal, pour Braga et Dume) ; assez logiquement, si l’on se souvient des premières enquêtes qui y furent conduites, il y a maintenant une trentaine d’années, le Sud-Est péninsulaire est bien représenté avec la céramique si riche et si variée de Valence, Tolmo de Minateda et sa région, ou encore Carthagène (J. Pascual Pacheco et al., pp. 67-117, S. Gutiérrez et al., pp. 119-168, A. J. Murcia et M. Guillermo, pp. 169-223) ; enfin, l’Andalousie occupe la place importante qui lui revient avec Cordoue (Ma d. C. Fuertes et R. Hidalgo, pp. 505-540), Jaén (S. Pérez Alvarado et al., pp. 389-410, pour le site de Marroquíes Bajos), Malaga, Ronda, Morón… (M. Acién Almansa et al., pp. 411-454). Quelques absents cependant : le Sud-Ouest souvent oublié (Mértola, Huelva, Séville…) et la zone du détroit de Gibraltar. Soulignons aussi que, à l’exception de deux communications qui restent uniquement consacrées à l’Antiquité tardive (J. Ma Macías Solé, pp. 21-39, sur les céramiques romaines tardives de Tarragone aux iiie-vie siècles, et X. Aquilué Abadías, pp. 11-20, sur la sigillata africana dans la péninsule Ibérique aux vie-viie siècles), toutes les contributions tentent de couvrir un large espace-temps allant du ve siècle, parfois (plus fréquemment) des vie-viie au xe siècle, voire aux débuts du xie siècle.

3Le point de départ des enquêtes (la céramique du vie siècle) est désormais bien connu : il est marqué par une étonnante homogénéité et l’importance – malgré une régression déjà bien engagée – des importations, que reflètent, par exemple, les amphores du type Keay LXI et LXII. Pour autant, cette période n’est pas, loin s’en faut, la simple prolongation de la précédente et l’on constate une diminution des poteries de tradición tardorromana, tandis que les milieux ruraux (et quelque peu éloignés des rivages méditerranéens) voient apparaître des caractères « pré-médiévaux », comme une moindre dépendance des espaces urbains. Sur ces bases, qui concernent d’ailleurs une bonne partie de l’aire méditerranéenne, le viie siècle semble celui d’une première transformation (ou de quelques réajustements) : réduction des importations de céramiques, échec de la tentative de développement économique que pensait impulser l’implantation byzantine dans le Sud-Est péninsulaire, isolement de plus en plus marqué des zones de l’intérieur, qui ne jouent pas le rôle de relais des activités côtières ; mais, parallèlement, on devra se garder de voir dans cette situation le symptôme d’un « déclin » ou d’une sclérose économique et culturelle : la disparition des importations s’accompagne de progrès locaux des techniques (tournage, engobes, cuissons oxydantes…). Si « crise » il y a, ce n’est pas à Cordoue, à Mérida ou au Tolmo de Minateda qu’il faut la chercher, car ces villes s’adaptèrent relativement bien aux difficultés du siècle ; ce sont plutôt des villes côtières comme Malaga, Carthagène et, bien sûr, Valence, qui – à l’exception de Tarragone – souffrent le plus. Enfin, vient l’incontournable viiie siècle…, dont « l’horizon culturel » reste, qu’on le veuille ou non, peu reconnaissable. Je ne suis pas certain qu’il était nécessaire de recourir aux mannes d’Henri Pirenne (pp. 551 sqq.) pour en préciser les composantes : disparition du royaume wisigothique, apports de populations (arabes et, surtout, berbères), émergence de nouvelles formes de peuplement, innovations techniques (irrigations, céramique)… Faut-il d’ailleurs rappeler que la vision de Pirenne d’une rupture de l’unité méditerranéenne sous les coups de l’Islam ne tient plus ? C’est une nouvelle unité qui se crée – mais il est vrai qu’Aix-la-Chapelle est désormais bien loin… – sur les bases de celle qui existait auparavant, mais davantage marquée dorénavant par les contacts avec la Syrie-Palestine, les confins mésopotamiens, le Nil et la Haute Égypte puis la péninsule arabique, par les voies des échanges et du Pèlerinage.

4Finalement, le propos des auteurs est tout entier contenu dans le sous-titre de la rencontre, « Ruptura y continuidad », qui nous invite à ne plus s’affronter sur ces deux concepts pris séparément, mais à réfléchir sur le « et » qui les relie : le viiie siècle reste fondamental et, s’il ne représente plus la « rupture » trop bru-tale qu’on a voulu y voir, il nous montre, dans le cadre d’une mutation morphologique et technologique engagée bien avant (dès le viie siècle), de larges survivances qui atteignent facilement la fin du xe siècle et, dans le temps, un lent processus d’islamisation – je préférerais parler « d’orientalisation » – marqué par l’essor de formes nouvelles (ataifores, cazuelas, ou alhabias) et la généralisation de techniques hispano-maghrébines.

5Avec ce livre, une piste est tracée, celle que nous appelions de nos vœux il y a bien longtemps, lorsque le nombre de sites fouillés était très insuffisant ; certes, les études doivent encore se développer mais, désormais, les jalons de la réflexion sont posés. Autrement dit, et pour reprendre le propos de l’un des auteurs : « Por lo tanto, la investigación deberá continuar » (p. 408).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Bazzana, « Luis Caballero, Pedro Mateos y Manuel Retuerce (eds.), Cerámicas tardorromanas y altomedievales en la Península Ibérica. Ruptura y continuidad », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 305-308.

Référence électronique

André Bazzana, « Luis Caballero, Pedro Mateos y Manuel Retuerce (eds.), Cerámicas tardorromanas y altomedievales en la Península Ibérica. Ruptura y continuidad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/2430

Haut de page

Auteur

André Bazzana

CNRS, UMR 5648 (Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals