Navigation – Plan du site
Miscellanées

Les mesones à Tolède au bas Moyen Âge

Los mesones en Toledo en la baja Edad Media
The Mesones in Late Mediaeval Toledo
Jean Passini
p. 157-177

Résumés

L’aire commerciale de Tolède entre le Zocodover et la cathédrale conserve jusqu’au xve siècle des mesones hérités de l’époque islamique, les uns à vocation commerciale, les autres hébergeant des activités artisanales qui transforment la matière brute. Ces derniers, proches des fondouks des villes musulmanes, assument une double fonction : accueil des hommes et des bêtes, et stockage des marchandises. L’exposé des traits principaux des mesones à la fin du xve siècle précède une présentation approfondie de deux mesones : Mesón de las Muelas et Mesón del Hierro y del Carbón. L’analyse de documents médiévaux et du bâti actuel montre qu’ils s’élevaient en vis-à-vis sur la rue commerçante reliant l’église de San Nicolás à la place de la Ropería. Ils marquent, au Moyen Âge, la limite inférieure de la livraison de matières encombrantes sur la rue fortement en pente venant des portes de Bāb al-Mardūm et Sol. Leur fonction commerciale se modifie ou disparaît au milieu du xve siècle, tandis que persiste, bien que modifiée, leur fonction d’accueil des marchands ou des étrangers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme l’attestent les documents notariés publiés par González Palencia (1926-1930).
  • 2 Chalmeta Gendrón, 1973, pp. 152-154.
  • 3 Ibid.
  • 4 González Palencia, 1926-1930, vol. 2, doc. 522, 563. Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castel (...)

1Bien que la ville de Tolède ait été reprise dès 1085 aux musulmans qui l’occupaient depuis cinq siècles et que la grande mosquée ait été consacrée au culte chrétien un an plus tard, la langue arabe continuera d’y être parlée et écrite1 jusque dans la seconde moitié du xive siècle. Pendant cette période, l’activité commerciale se déroulera dans l’espace urbain hérité des musulmans, qui comprend, entre autres, « un souk d’origine rurale2 », le Zocodover ou marché aux chevaux, remplacé au xiie siècle par un marché hebdomadaire, de nombreuses boutiques réservées à la vente de produits alimentaires3 et des mesones, établissements destinés à l’accueil des marchands et au stockage de produits tels que la farine, le bois ou le charbon de bois4. L’espace urbain (fig. 1, p. 158) se transforme très lentement au cours du xiie siècle et du premier quart du xiiie siècle. La mise en route des travaux d’agrandissement de la cathédrale de Tolède, entre 1222 et 1226, et le déséquilibre créé par la guerre entre Pierre Ier le Cruel et Henri de Trastamare provoqueront un changement de rythme dans cette évolution.

  • 5 Sur les alcaicerías, voir Delgado Valero, 1987, pp. 71-87 ; Ladero Quesada, 1998, pp. 181-219 et Pa (...)
  • 6 Passini, 2004, pp. 8-9.
  • 7 Voir ibid., pp. 14-18 et Molénat, 1981.

2À partir de la seconde moitié du xive siècle, le Zocodover, devenu à la fois le lieu de courses de taureaux et une importante étape des nombreuses processions religieuses, subit de profondes transformations. Les anciennes alcaicerías5, aires fermées et surveillées, sont modifiées, tandis que de nouvelles sont construites conformément au modèle préexistant. La plus connue d’entre elles, celle de los Paños6, sera consacréee à la vente des draps. La maison à casa puerta se développe, amorçant un rapprochement entre lieux de résidence et de travail, jusqu’ici séparés7.

  • 8 AOF 356 et Passini, 2004, pp. 19-23, 124-135, 203-243 et 271-276.
  • 9 González Palencia, 1926-1930, vol. 2, doc. 522, 563 sqq et Porres Martín-Cleto, 1988, t. i, p. 295, (...)

3Dans la dernière décennie du xve siècle, le chapitre de la cathédrale fait réaliser un inventaire des biens immobiliers dont il dispose à l’intérieur de Tolède8. On y relève la mention de nombreux mesones dans divers secteurs de la ville et, particulièrement, dans l’aire commerciale du Zocodover (fig. 2, p. 160) ainsi que dans les quartiers de Rey, San Nicolás, Santa Justa, Estantales, la cal de Francos et la rue de la Chapinería. Leur étude nous paraît indispensable afin de cerner le concept de mesón et de préciser la répartition de ces établissements dans la zone commerciale qui s’étend, à la fin du Moyen Âge, entre le Zocodover et la cathédrale. Elle sera complétée par l’examen détaillé de deux importants mesones du quartier de l’église San Nicolás : le Mesón del Hierro y del Carbón, mentionné dès le xiie siècle dans plusieurs documents médiévaux9, mais dont l’implantation et la structure restaient floues, et le Mesón de las Muelas, méconnu en raison de la rareté des archives. Cette étude a été rendue possible d’un côté par la mise au jour du « Livre des mesures » des biens du couvent de Santo Domingo el Real, relevés en 1460, et par l’examen de la documentation du monastère de San Clemente.

Les traits principaux des mesones à la fin du xve siècle

4Nous distinguerons deux types de mesones selon l’absence ou la présence d’une cour (patio).

5Les mesones sans cour occupent des superficies au sol comprises entre 14 et 35 m2, et possèdent au rez-de-chaussée entre une et trois pièces du type portal ou casa puerta. On trouve souvent à l’étage un niveau de chambres ou de « soberados ». Mention est faite, dans la seconde moitié du xive siècle, de deux mesones de ce type à proximité de la cathédrale, dans la rue des Francs (cal de Francos) ; de deux autres dans la rue de la Chapinería ; d’un dans le Barrio de Rey, et d’un autre encore dans le quartier de los Estantales, connu sous le nom de Mesón de las dos Puertas.

6Les mesones à cour sont plus variés et peuvent être répartis en trois sous-types, selon leur taille :

  • 10 Passini, 2004, p. 134.

7Les petits mesones à cour ouvrent directement sur la rue par une casa puerta ou un portal. Le rez-de-chaussée, sur lequel un ou deux niveaux seront ajoutés à la fin de la première moitié du xve siècle, comprend un portal d’entrée, une petite cour et un palacio. Le Mesón del Loriguero10, sur la rue des Francs, appartient à cette catégorie, ainsi qu’un ancien mesón de la rue de la Chapinería, propriété du chapitre de la cathédrale dès 1372 et répertorié comme mesón jusqu’en 1441. Il perd cette appellation à partir de l’édification d’une première chambre et d’un soberado, respectivement au-dessus du portal et du palacio.

  • 11 Passini, 2004, p. 126.

8Les mesones de taille moyenne ouvrent aussi sur la rue par une casa puerta ou un portal mais, à la différence de ceux du groupe précédent, ils comptent aussi une étable. Leur rez-de-chaussée, qui comprend un portal, un patio, un palacio et une étable, est surmonté d’un ou deux niveaux de soberados. Des mesones de ce type, dont il est dit en 1370 qu’on y fabriquait des chandelles (« do fasen candelas11 »), ouvraient sur la cal de Francos ; mal entretenus, ils seront restaurés et transformés en maisons à la fin du xve siècle.

9Les grands mesones à cour, enfin, sont nombreux dans l’aire du Zocodover. Ils occupent une parcelle d’une superficie supérieure à 100 m2 et comptent une ou plusieurs étables. L’entrée depuis la rue ou la place se fait au niveau d’un portal, d’une casa puerta ou d’un étroit adarve privatisé. À l’intérieur du mesón, les pièces se distribuent autour d’une cour. La surface des étables est comprise entre 20 et 78 m2 ; on en trouve une (Mesón de la Sillería), deux (Mesón de la Cadena) et jusqu’à trois (Mesón de los Paños), situées au sous-sol (Mesón de la Sillería), ou au rez-de-chaussée (mesones de la Madera, de la Cadena et de los Paños). Le premier étage possède entre une et cinq chambres ou pièces sans fonction précise, dites soberados, ouvrant ou non sur une galerie. Il pouvait exister un deuxième étage, et plus rarement un troisième, ne comportant pas plus de deux pièces. Sur les huit mesones du Zocodover, deux seulement comptent une cuisine. Quelques mesones incluent, encore à la fin du xve siècle, un corral qui ouvre sur une rue secondaire. Parfois, les boutiques sont rattachées aux grands mesones, comme on peut le noter au Mesón del Lino ou au Mesón del Carbón y del Hierro. Ajoutons que les deux grands mesones del Lino et de los Paños possédaient une boutique intérieure (botica) et un four en périphérie.

  • 12 Torres Balbás, 1982, vol. 3, pp. 220-252.

10Le Mesón Pintado conservait, encore en 1492, un pilier en avant de la porte principale et le Mesón de los Paños, édifié dans la seconde moitié du xive siècle, en présentait deux. Ces piliers devaient appartenir à une entrée monumentale en saillie sur la rue, comme celle que conserve encore le Corral del Carbón construit à Grenade dans la première moitié du xive siècle12.

  • 13 Passini, 2004, p. 21.

11Du point de vue fonctionnel, on peut différencier les mesones selon les activités qui s’y déroulaient : élaboration et vente de produits ou double fonction d’hôtellerie et de stockage des marchandises. Ainsi, parmi les nombreux mesones proches de la cathédrale, dont beaucoup disparaissent avant la fin de la seconde moitié du xve siècle, certains paraissent abriter des ateliers où l’on fabrique un produit à partir de matières premières : par exemple des cierges dans les mesones de la Candelaria, dont quatre nous sont connus dès 1370 ; des objets en argent dans un petit mesón de la plaza cuatro Calles mentionné en 1372 comme un « mesonsillo pequeño do labran los plateros judíos13 ».

12Les mesones à cour proches du Zocodover et de San Nicolás (fig. 2, p. 160) portent des noms qui évoquent la matière première qu’ils reçoivent et stockent : le bois (Mesón de la Madera : 7, fig. 2), les herbes (Mesón de las Yerbas : non identifié, fig. 2), les cordes (Mesón de las Sogas : 11, fig. 2), le fer et le charbon (Mesón del Hierro y del Carbón), la toile, la soie, le lin, les chaises, la poix… Ces mesones reçoivent les gens venus de l’extérieur avec leurs montures et leur marchandise, leur offrant à la fois l’hébergement et un lieu de stockage sûr.

13Si nous considérons les possibilités d’accueil des personnes, de leurs bêtes et de leurs marchandises au Zocodover, seul le Mesón de la Cadena (6, fig. 2) offre un ample espace pour les animaux constitué par deux étables de 22 et 78 m2, soit un espace total de 100 m2. L’étable du Mesón de las Sogas (11, fig. 2) existait encore à la fin du xive siècle sous la forme d’un corral d’une surface de 102 m2, inclus en 1492 dans l’un des trois lots résultant de la division de ce mesón dont le chapitre de la cathédrale était propriétaire. À ce moment, les étables des mesones présentent le plus souvent des surfaces réduites de moitié ; elles ne logent sans doute que les mules ou les ânes des marchands ou des visiteurs, alors que l’étable du Mesón de la Cadena avait pu loger un grand nombre de bêtes et le corral du Mesón de las Sogas un ou plusieurs troupeaux d’animaux à vendre (chèvres ou moutons). L’espace réservé aux commerçants et à leurs marchandises était important, au-dessus du rez-de-chaussée, sous forme de soberados ou de chambres. Le Mesón de los Paños, construit à la fin du xive siècle, disposait au premier étage d’une superficie de 102 m2.

  • 14 Nous avons identifié sur le terrain l’ensemble des quatre mesones de la Candela et retrouvé le pala (...)

14Entre la seconde moitié du xive siècle et la fin du xve siècle, les mesones de la cal de Francos14, de la plaza cuatro Calles, des rues de la Pellejería et de la Correría, dont la fonction artisanale l’emportait sur la fonction d’accueil, ont été remplacés par des maisons sans changement majeur de structure.

15Les grands mesones, qui remplissaient des fonctions proches de celles des fondouks d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, voient leur nombre et leur taille diminuer au cours du xve siècle. Comme d’autres dans le Zocodover, le Mesón del Lino est démantelé avant la fin du xve siècle. Présentant vers 1480 un état de délabrement avancé, il fut partagé en quatre lots qui furent loués séparément en 1482. Le Mesón de la Madera et le Mesón de las Sogas furent quant à eux divisés en trois parties, et d’autres en un nombre de lots encore plus grand. Fréquemment, les boutiques jointes au mesón et la casa puerta furent individualisées.

16En résumé, on constate que, dans l’aire de la cathédrale, le nombre des mesones petits et moyens, avec ou sans cour, diminue dès le milieu du xive siècle ; ils portent alors le nom de tienda, casa ou casa mesón. Ils comprennent au rez-de-chaussée une casa puerta à une ou deux portes sur rue et/ou sur un adarve, que surmontent un niveau de soberados et, éventuellement, une terrasse. Les grands mesones ne perdent de leur importance que plus tard, au cours du xve siècle. Leur évolution, très différente, est rarement linéaire. Ainsi voit-on par exemple une étable située au rez-de-chaussée perdre sa fonction, alors qu’ailleurs, au contraire, un palacio est transformé en étable. Tout comme au xxe siècle, ce sont des nécessités locales, conjoncturelles, qui régissent les transformations et les changements d’utilisation des pièces. Les établissements résultant de la division des anciens grands mesones prendront successivement le nom de posada, puis d’hôtel.

Le Mesón del Hierro y del Carbón

Données textuelles

  • 15 González Palencia, 1926-1930, vol. 3, doc. no 946, año 1204.
  • 16 Don Melendo b. Abdelaziz b. Lampader, alcaide de Tolède pour les Mozarabes, marié en 1152 à une fil (...)
  • 17 González Palencia, 1926-1930, doc. 483, año 1226 : « quatro tiendas, en la colación de San Nicolas, (...)
  • 18 Doña Soli, fille de l’alguacilalcaide don Juan b. Ayub possédait une boutique dans le souk des tail (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., doc. nos 619, 629 et 633.

17Le Mesón del Hierro y del Carbón (fig. 3, p. 164) est mentionné dans un document notarié de 120415 rendant compte d’un accord passé entre don Alfonso, fils de l’alcaide don Melendo b. Abdelaziz b. Lampader16, et sa mère, doña María Peláez, au sujet de quatre boutiques où l’on vend la farine dans la paroisse de San Nicolás. Les quatre boutiques, contiguës, se situent entre la rue de la Ferrería à l’ouest, la boutique de don Álvaro Álvarez au sud, le Mesón del Hierro y del Carbón et la maison de don Gonzalvo Juanes à l’est, et les boutiques de Gonzalvo Juanes et de l’alguacil don Juan au nord. En 122617, don Alfonso Meléndez, devenu chanoine, vend les quatre boutiques à sa sœur doña Orabona, abbesse du monastère de San Clemente, qui achète par ailleurs à leur sœur doña Soli une boutique dans le souk des tailleurs de la paroisse de San Nicolás18. Cette dernière boutique est attenante à la porte et au passage « que va al corral donde se vende el hierro y el carbón19 ». Quelques années plus tard, en 1264, Alfonso Meléndez achète par parts successives une grande boutique où l’on vend la farine, ainsi qu’une petite boutique qui jouxte « el horno de pan cocer20 ».

  • 21 « Au prix de 10000 maravedis de la monnaie blanche » (AHS, O-25, fo 19 v, dans Molénat, 1997, p. 16 (...)
  • 22 AHPT, H-1119, N-1, état des biens du monastère de San Clemente où se trouvent résumés, à propos de (...)

18En 1341, le fils de don Fernando Gómez de Toledo et de Teresa Vázquez (Gouvernante de l’Infant don Pedro) achète à cette dernière sa part du Mesón del Hierro y del Carbón, situé à Tolède près de l’église de San Nicolás21. La même année, il échange ses parts avec l’abbesse de San Clemente qui possédait déjà le reste du mesón22.

  • 23 ASC, carp. 44/3 : en 1461, « Venta de unas casas y casa tienda […] de hija legitima del bachiller a (...)

19Dans la seconde moitié du xve siècle, la petite fille du jurado Johan González de Toledo vend une casa y casa tienda qui s’élève d’un côté contre le Mesón del Carbón, de l’autre contre la maison du regidor García Franco. Cette maison possède deux portes, la principale qui donne sur l’adarve « donde estan las casas de Ferrando de Ribadeneyra regidor », l’autre qui « sale a la calle publica […] que va desde la iglesia (de san Nicolas) hacia el dicho meson del carbon23 ».

  • 24 AHPT, H-1119, no 1 : Catalina González ne peut plus payer, en raison de sa pauvreté et de son grand (...)

20En 1474, Catalina González renonce en faveur du monastère de San Clemente à un bail annuel de 3 200 maravédis et 6 poules sur la « casa meson que dicen del carbon » et sur trois autres maisons « que solian ser establos del mismo meson24 ». À la même date, le monastère cède à Miguel Sánchez de Jaén et à Catalina Díaz :

  • 25 Ibid.

El citado meson del carbon que lindaba con casas del jurado Fernando de la Fuente, otras de los dichos Miguel Sanchez y Catarina Diaz, y la Calle Real, y tres casas tiendas que solian ser establos del Meson, y estas lindaban de una parte con casas del enunciado Fernando de la Fuente, y de la otra parte tiendas de Mohamed Faxas, moro25 »,

  • 26 Ibid. : en 1507, la maison de Mohamed Faxas jouxte le Mesón del Carbón, la boutique d’un chapelain (...)

21à charge pour eux de payer un cens de 40 maravédis et 8 poules. La boutique de Mohamed Faxas26, cise contre les anciennes étables du mesón, figure ainsi à la fin du xve siècle parmi les maisons proches du Mesón del Carbón.

  • 27 Le Mesón del Carbón ainsi que les quatre boutiques achetés avant 1550, par Juan Dorador, jouxtent d (...)
  • 28 En 1602, un occupant du Mesón de la Fruta Vieja reconnaît un cens de 3700 maravédis et 9 poules à p (...)

22Les reconnaissances du tribut dont les occupants successifs de ce mesón sont redevables au monastère de San Clemente permettent de suivre son évolution au cours des xvie et xviie siècles27. En 1595, il est appelé Mesón de la Fruta Vieja28. Au milieu du xvie siècle, l’ensemble des casas y mesón de la fruta vieja ouvre sur la calle Real et jouxte, d’un côté la maison-taverne du chapitre de la cathédrale, de l’autre la pâtisserie de don Fernando Enriques, à l’arrière de la maison de Paulo Tamayo.

  • 29 AHPT, H-1119, no 9 : le tribut est reconnu en 1501 par Fernando de Madrid et sa femme, qui ont ache (...)

23En 1501, à l’angle du Mesón del Carbón — entre la maison de Sancho Sánchez, la boutique d’Alfonso Contreras et les calles públicas —, sur la plazuela de la Cuchillería (antérieurement Zoco de los Sastres), s’élève une maison tributaire du monastère de San Clemente29 que les documents de reconnaissance de tribut permettent de suivre jusqu’au milieu du xviiie siècle. Les indications permettant de la localiser sont les suivantes : en 1548, à l’angle de la rue « qui va à San Nicolás » ; en 1572, à l’angle de la place de la Ropería, avec une porte principale donnant sur la place et une petite porte sur la calle de las Tiendas de l’église de San Nicolás ; au début du xviie siècle, sur la plazuela de la Ropería et la calle de las tendillas de San Nicolás, contre une « casa-tienda de la Memoria y capellana que fundo… », une maison-taverne du jurado Andrés Díaz ; enfin, dans le premier quart du xviiie siècle, à l’angle de la place de la Ropería, jouxtant à droite, quand on va à San Nicolás, une boutique appartenant à la chapelle de Santo Tomé, et à gauche la taverne administrée par le chapitre de la cathédrale.

  • 30 AHPT, H-1119, no 6 : le monastère de San Clemente perçoit un tribut de 495 maravédis rapporté pour (...)
  • 31 Elle passe en 1505 au couvent de Santo Domingo el Real auquel elle est redevable d’un tribut annuel (...)
  • 32 En 1746, l’ensemble, composé des deux maisons contiguës, s’élève sur la calle Ancha jouxtant d’un c (...)

24D’autre part, on connaît, à partir de 149230, « a las espaldas el mesón del carbón », une maison de la paroisse de San Nicolás, proche de la Calahorra, entre la maison d’un vannier, la boutique de Fernando López, et la calle Real. Cette maison se situe, dans le premier tiers du xviiie siècle, à l’entrée de la calle Ancha (actuelle rue du Commerce), à gauche « como se va, a ella, desde la plazuela de la Ropería ». Face à la Calahorra, dans la « calle de la Zapatería a Zocodover », une autre maison de la paroisse de San Nicolás31, qui comprend par ailleurs une boutique, est divisée en deux unités : l’une, attenante à la maison de Pedro de Toledo, sera occupée en 1544 par le jurado Alfonso Álvarez Usillo ; l’autre, attenante à celle de Fernando Gómez de Acre, le sera par Pedro López Usillo. Ce dernier déclare, en mai 1560, qu’une partie de sa maison ayant été prise par la ville pour faire « la calle nueva que va a San Nicolás », il ne lui reste que « la puerta principal e dos puertas a dicha calle nueva con lo alto, y una azotea y camara32 ».

25L’analyse de ces divers documents d’archive conduit à souligner les points suivants :

  • 33 Si l’on attribue aux boutiques une largeur moyenne d’une vara et demie, soit 1,20 m.
  • 34 Chalmeta Gendrón, 1973, p. 169.

26En 1204, il existe, non loin de l’église de San Nicolás, un « corral donde se vende el hierro y el carbón », auquel on accède depuis le souk des tailleurs par un passage fermé par une porte (adarve). Attenantes au flanc ouest de ce corral se trouvent quatre boutiques contiguës où l’on vend de la farine. Ces boutiques, qui donnent sur la rue, s’étendent sur au moins cinq mètres33. Il existe trois autres boutiques à proximité de la porte du corral. Ces deux groupes de boutiques appartiennent au monastère de San Clemente dès le second quart du xiiie siècle. Ce lieu où l’on vend le fer et le charbon de bois34 est indifféremment désigné sous le nom de corral ou de mesón.

27Au cours de la première moitié du xive siècle, le monastère de San Clemente réunit toutes les parties de l’héritage du dernier propriétaire du Mesón del Hierro y del Carbón. Ensuite, durant un siècle environ, on ne trouve plus mention de la gestion de cet établissement.

28À partir de 1461, la mention du fer (hierro) disparaît définitivement du nom du mesón. À partir de 1474, le monastère de San Clemente perçoit un tribut tantôt sur le Mesón del Carbón et sur trois ou quatre boutiques, tantôt sur le mesón seul ou sur les boutiques seules.

29Au xvie siècle, l’ancien Mesón del Carbón prend successivement les noms de Mesón de las Frutas (1566) et de Mesón de las Frutas Viejas (1595). Il restera redevable d’un tribut au monastère de San Clemente jusqu’à la seconde moitié du xviiie siècle.

30L’ouverture de la calle nueva au niveau de l’ancien Mesón de los Paños, peu avant 1560, modifie l’accès au Mesón del Carbón et aux boutiques de la rue de las Tiendas de San Nicolás.

Interprétation

31L’évolution de ce mesón est connue jusque dans la première moitié du xviiie siècle. Les documents postérieurs au xve siècle facilitent l’identification de la parcelle qu’il occupait. Il est aisé, en effet, de fixer sa limite arrière contre la parcelle sur laquelle s’élève la maison qui faisait face au Mesón de la Calahorra. Comme, de plus, le cadastre fait apparaître que la Posada de las Cadenas occupe au xixe siècle l’emplacement du Mesón de las Frutas Viejas, l’identification de ce dernier ne présente aucune ambiguïté.

  • 35 Cette rue était antérieurement désignée comme calle de las Tendillas de San Nicolás.
  • 36 AHPT, AC-3379, « Calle de Garzilaso de la Vega ».

32L’auteur de l’état des biens de San Clemente, dressé au xviiie siècle, n’ayant pas jugé utile de recopier les mesures de certains immeubles dont il signale l’existence, la restitution du plan de ce mesón n’a été possible qu’en utilisant d’autres sources, au nombre desquelles figurent le cadastre du xixe siècle et les plans du xxe siècle. La restitution du plan au sol de la Posada de las Cadenas a été facilitée par la description métrique des maisons occupant les deux côtés de la rue Garcilaso de la Vega35 qui sont visibles sur le cadastre de la fin du xixe siècle36.

  • 37 AHPT, AC-3371, « Plano del solar de la casa no 32 de la calle de Belén (antes Ropería, 7), Toledo, (...)

33D’autre part, le plan, relevé en 191337, de la maison qui occupait l’angle rentrant des rues de Belén (ancienne rue allant de la Ropería à la calle Ancha) et de Garcilaso de la Vega (ancienne rue de las Tendillas de San Nicolás, actuellement de las Cadenas), a permis de caler l’angle sud-ouest de la Posada de las Cadenas, et donc du Mesón de la Frutas Viejas. Ces restitutions successives rendent possible une localisation et une restitution du Mesón del Hierro y del Carbón dans la première moitié du xve siècle (fig. 3, p. 164).

  • 38 ASC, leg. 44/3.

34On sait donc qu’en 1204, un mesón, lieu de vente du fer et du charbon végétal jouxtait le souk des tailleurs (Zoco de los Sastres) dans le quartier commerçant de la paroisse de San Nicolás. Dans certaines boutiques adjacentes à ce mesón, on vendait de la farine. Le terme de mesón se substitue définitivement à celui de corral au début du xiiie siècle. Dans la première moitié du même siècle, et vraisemblablement dès le xiie siècle, les marchands qui apportaient à Tolède le fer et le charbon pouvaient y entrer avec leurs bêtes en empruntant un passage fermé par une porte. On y trouvait des étables, comme en témoigne les trois maisons résultant de sa division dont il est dit, en 1474, « que solian ser establos del dicho meson ». La façon dont fut divisé l’établissement initial n’est pas claire. Les documents de San Clemente mentionnent en effet l’existence, au nord, d’une maison sur laquelle le monastère percevait un tribut38. D’où l’hypothèse d’un premier mesón plus vaste que celui qu’on connaît au xve siècle.

35Dans la seconde moitié du xive siècle, le fer n’est plus mentionné dans le nom du mesón et les étables qui en avaient été l’une des composantes ont aussi disparu dans la seconde moitié du xive siècle, peut-être même avant. Au cours des xiiie et xive siècles, le mesón et les boutiques voisines passent au monastère de San Clemente. Il perd l’une de ses fonctions initiales de lieu de vente du fer, ne conservant à partir du milieu du xive siècle que celle du charbon végétal. Au milieu du xvie siècle, la vente du charbon est abandonnée à son tour et remplacée par celle des fruits. Dans la seconde moitié du xixe siècle, le mesón devient une posada dite de las Cadenas, qui comprenait un four qui fut détruit dans la dernière décennie du xxe siècle. L’ouverture de la calle Nueva, dans la seconde moitié du xvie siècle, prolongea l’adarve situé face à l’église de San Nicolás et acheva la partition en deux de l’îlot commerçant où se situait anciennement le Mesón del Hierro y del Carbón.

Le Mesón de las Muelas

Données textuelles

  • 39 AOF, Toledo, lib. 1069, fo 2, dans Porres Martín-Cleto, 1988, t. iii, p. 842 et p. 1626, doc. iii.
  • 40 AOF, 356, « Medidas de casas que pertenecen al cabildo de la catedral de Toledo, 1491-1492, San Nic (...)

36Mention est faite du Mesón de las Muelas (fig. 4, p. 170) en 1381, dans le contrat de location39 d’une boutique du chapitre de la cathédrale. En 1385-1393, le même chapitre loue à perpétuité, à maître Hamete, forgeron, une boutique « cerca del meson de las muelas, a la ferreria ». Un siècle plus tard40, il est précisé que cette boutique se situe entre deux autres appartenant, l’une au monastère de Santo Domingo el Real, l’autre à Juan Gaytán.

  • 41 ASDR, no 1180, « Carta de venta del meson de las Muelas a soror Teresa Garcia de Fuensalida ».
  • 42 AHN, Sección Clero, leg. 7273: « Julio 1458 […]Rodrigo Niño, regidor, vende […] a vos don fraile Pe (...)

37Le 6 juin 1405, ce mesón est vendu « con sus entradas y salidas y pertenencias41 » par le fils de Martín et María Alonso à Teresa García de Fuensalida, religieuse du monastère de Santo Domingo el Real, pour 18 000 maravédis. En 145842, le Mesón de las Muelasest attenant à une « casa con un horno » de la rue de San Nicolás.

  • 43 AHN, Sección Clero, lib. 15118, « Medidas de casas de Santo Domingo el Real de Toledo, 1460 », fo 3 (...)
  • 44 Ibid. : « Yten dos tyendas a la ferreria en la dicha collación de Sant Nicolas que tiene perpetuas (...)

38En 1460, il est écrit que ce mesón jouxte d’un côté la maison de Johan González Lebrón, d’un autre les boutiques (casas tiendas) du juge Diego de la Fuente, d’un autre encore le four de San Nicolás qui appartient au monastère de San Pedro Mártir43. L’inventaire de 1460 mentionne aussi l’existence de deux boutiques voisines de la forge, lesquelles « alindan con el dicho mesón de las muelas44 ».

  • 45 ASDR, lib. 3, C. 60, 204 : « Las casas en esta ciudad a la Colacion de San Nicolas que titulaban el (...)
  • 46 ASDR, « Libro Becerro de Santo Domingo el Real, 1746 »: « Tiene este convento dos tributes, uno de (...)
  • 47 La Hospedería de Clérigos Menores est citée au début du xviie siècle (ASDR, lib. 23).

39Une reconnaissance de tribut, en date de 150745, précise que le Mesón de las Muelas, composé d’une habitation principale et de dépendances, ouvrant sur « la calle que decian el Alhania » (actuelle rue de la Plata), jouxte, outre des maisons particulières, « el Horno de San Nicolas » et la « Calle Real ». D’autres documents de reconnaissance de tribut, conservés dans les archives du couvent de Santo Domingo el Real46, précisent qu’en 1746 celui-ci percevait un tribut sur cette maison devenue47 : « el hospederia de los Clerigos menores donde tenian iglesia ».

Interprétation

  • 48 Document transcrit à notre demande par J.-P. Molénat que nous tenons à remercier.
  • 49 Porres Martín-Cleto, 1988, t. ii, p. 842, qui dit du Mesón de las Muelas qu’il se trouvait « a la f (...)
  • 50 Actuellement un commissariat de police s’élève sur la place de la Ropería.

40La mise au jour de l’inventaire des biens de Santo Domingo el Real48 a permis de lever l’incertitude planant sur la situation du Mesón de las Muelas à l’intérieur du quartier de la forge (ferrería)49. On y trouve, en effet, une description de sa structure et la mention des boutiques qui l’entouraient. Ces données permettent de le situer dans l’îlot qui s’étend de l’actuelle place de la Ropería au Corral de San Nicolás. Cet îlot présente en périphérie, encore aujourd’hui, une série de boutiques de petites dimensions, accolées les unes aux autres et, à l’intérieur, une grande maison complètement refaite dans les années 197050. Le croquis de l’état de la maison avant démolition (en 1975) a facilité la restitution du Mesón de las Muelasau xve siècle (fig. 4).

  • 51 AHN, Sección Clero, lib. 15118, « Medidas de casas de Santo Domingo el Real de Toledo, 1460 », fo 3 (...)

41Le rez-de-chaussée s’étendait, en 1460 (annexe, pp. 173-174), sur une superficie d’environ 278 m2. Il comprenait, à l’avant, des pièces d’habitation distribuées autour d’une cour de 6,75 x 5,67 m (1) ; à l’arrière, des étables liées à un trascorral (2) de 7,5 x 6 m, qui s’étendait jusqu’à la rue de la Ferrería. Côté rue, on note un portal [9,92 x 2,43 m] (3) et une casa [5,67 x 2,43 m] (4) qui ouvrait sur la rue ; à l’ouest de la cour un palacio [5,94 x 3,10 m] (5), à l’est un portal [7,90 x 2,02 m] (6) et, à l’arrière, deux étables : la première étable de 6,48 x 4,59 m (7) donne accès à la seconde qui mesure 5,53 x 4,59 m. Au nord de la cour, une troisième étable de 30,07 m2 ouvrait sur le trascorral. Le portal-étable nord s’accrochait au mur du four de San Nicolás (12). Un unique niveau de chambres s’élevait au-dessus du rez-de-chaussée de la maison principale, « salvo los portales de dentro del corral que no son doblados51 ». Un puits est signalé dans l’angle sud-ouest de la cour.

42Le plan restitué du Mesón de las Muelas laisse apparaître clairement que le four à pain et la maison contiguë [12] (dont l’un des murs est commun au trascorral et à une étable), vendus en 1458, faisaient initialement partie du mesón. Son démantèlement, avant la première moitié du xve siècle, conduisit à la séparation des boutiques (13) situées à sa périphérie d’une part, et du four et de la maison adjacente d’autre part.

  • 52 Passini, 2004, pp. 8-9.

43Le Mesón de las Muelas apparaît plus tardivement dans l’histoire du quartier de San Nicolás que celui du fer et du charbon. Le vaste ensemble restitué (fig. 4, p. 170) porte témoignage en 1460 d’une structure proche de celle d’un funduq, d’une superficie voisine de 300 m2. Ce mesón appartient à la catégorie des grands mesones de Tolède, comme ceux de la Sillería, de la Calahorra, de la Odrería et de los Paños déjà décrits au sud du Zocodover52, ou du Lino situé non loin de l’alcana. Tous offraient une grande capacité d’hébergement pour les marchands, leurs produits et leurs bêtes. La partie réservée à l’accueil et au séjour des personnes comprenait une entrée, une cour et un palacio au rez-de-chaussée, et des chambres au niveau supérieur ; tandis que plusieurs étables, une cour et une entrée secondaire facilitaient la circulation et le logement des animaux. À l’extérieur, des boutiques adossées au mesón, individualisées à la fin du Moyen Âge, en faisaient probablement partie à l’origine.

  • 53 Cette rue allait de l’ancienne place de la Ropería à la calle Ancha.

44Si l’on considère que certains mesones portent le nom du produit qui y est vendu (ou fabriqué et vendu), par exemple les cordes dans le Mesón de las Sogas, la toile au Mesón de los Paños, etc., on est conduit à suggérer qu’on vendait des meules (muelas) dans ce mesón. La présence d’un espace réservé de préférence aux marchands de meules, non loin de la rue des couteliers (calle de la Cuchillería53)et dans le voisinage de la forge (ferrería), semble persister à Tolède jusqu’au milieu du xve siècle. Notons que l’existence d’un mesón réservé au commerce des meules n’a été signalée, à ce jour, dans aucune autre ville de l’Espagne musulmane.

Conclusion

  • 54 Chalmeta Gendrón, 1973, pp. 152-154.
  • 55 Delgado Valero, 1987, pp. 154-156.

45Le mot mesón désigne soit des locaux d’une superficie au sol inférieure à une cinquantaine de mètres carrés, dotés ou non d’une cour, soit des édifices à cour et à structure complexe. À l’intérieur de la première catégorie, certains mesones ressemblent à une petite maison dont le rez-de-chaussée est occupé par une boutique où l’on vend des produits divers ; ils correspondent aux maysin mentionnés dans les documents notariés du xiie siècle54. D’autres abritent des artisans qui y travaillent un produit brut, tel que la cire, l’argent, etc. Les grands mesones, destinés à la fois à la vente d’un produit déterminé et au logement des marchands, de leurs bêtes et de leurs marchandises, remplissent la fonction des ensembles commerciaux dénommés fondouks, caractéristiques des villes du monde musulman. Ils ne se rencontrent pas, comme les mesones de type maysin, dans le voisinage de la cathédrale, mais au-delà des souks fermés et des alcaicerías, non loin de la limite extérieure de la ville. Parmi ces grands mesones, celui de las Muelas et celui del Hierro y del Carbón constituent, jusqu’à la première partie du xive siècle, les points les plus avancés de l’acheminement de matières premières dans la ville médiévale de Tolède, depuis les portes Bāb al-Mardūm et Sol55.

  • 56 Passini, 2003.
  • 57 Passini, 2002 et 2004, pp. 245-254.

46Ces deux mesones s’élevaient de part et d’autre de la future rue de San Nicolás, dans le prolongement de la rue médiévale fermée des Alatares56. Ces deux rues marquent, comme nous l’avons montré par ailleurs57, les limites d’une aire fermée située sur la colline de los Usillos, aire qui fut occupée successivement par les Romains, les Wisigoths et les Musulmans. Le plan restitué du Mesón de las Muelas conduit à modifier légèrement le tracé de la muraille wisigothique dont les restes ont été retrouvés sur le flanc sud de cette colline : il s’infléchit à l’ouest en direction de la tour-clocher de l’église de San Nicolás, dont l’origine exacte reste à découvrir.

  • 58 Cette rue sera appelée successivement Real et de la Ferrería au xve siècle, de las Tendillas de San (...)

47L’étude de ces deux mesones complète notre connaissance de l’espace commerçant dans l’aire du Zocodover et à l’intérieur du quartier de San Nicolás (fig. 5, p. 175). Dans un premier temps, ils connurent une évolution parallèle. Propriétés au xie siècle de personnages mozarabes ayant joué un rôle de premier plan lors de la conquête de Tolède par Alphonse VI, ils seront vendus et démembrés, puis acquis par des couvents à la fin du xiiie ou au cours du xive siècle, pour être finalement démantelés au xve siècle. Les boutiques qui les jouxtaient persistent sur les deux côtés d’une rue qui va de la place de l’église de San Nicolás à la rue de la Ropería58, et dont le caractère commerçant, déjà marqué au xiie siècle, se conserve encore au début du xxie siècle.

Haut de page

Bibliographie

  

Glossaire

Adarve, Impasse, parfois fermée par une porte au xve siècle.

Alcaicería, Marché fermé dont les portes n’étaient ouvertes qu’aux heures commerciales59.

Alcaide, De l’arabe al-qā’id ; désigne un chef militaire (capitaine d’une forteresse, ou gouverneur militaire d’une ville).

Alcana, À Tolède, quartier fermé de boutiques, situé près de la cathédrale.

Calahorra, Nom donné à un bâtiment de la ville de Tolède, où l’« on a coutume de vendre le pain amené cuit des villages » voisins60 encore dans la première moitié du xve siècle.

Casa puerta, Maison à plusieurs niveaux sans cour.

Corral, Désigne soit une cour à l’intérieur d’un bâtiment ; soit un espace, partiellement bâti ou non, fermé par un muret.

Odrería, Boutique où l’on vend des outres.

Palacio, Pièce principale de la maison tolédane aux xive-xve siècles : rectangulaire, elle ouvre sur le patio par une large porte.

Portal, Dans les documents du Moyen Âge, ce mot désigne, soit la première pièce de la maison, l’entrée, soit un espace situé au rez-de-chaussée, ou aux niveaux supérieurs, ouvert sur une face seulement vers le patio.

Portal-étable, Indique un portal utilisé comme étable.

Trascorral, Espace non couvert, situé au-delà du corral, à l’intérieur d’un ensemble bâti.

Abréviations

AHN, Archivo Histórico Nacional, Madrid

AHPT, Archivo Histórico Provincial de Toledo, Tolède

AHS , Academia de la Historia, Madrid

AOF , Archivos Obras y Fábrica, Tolède

ASC , Archivo del Convento de San Clemente, Tolède

ASDR , Archivo de Santo Domingo el Real, Tolède

Biographie

Chalmeta Gendrón, Pedro (1973), El “señor del Zoco” en España : edades media y moderna. Contribución al estudio de la historia del mercado, Madrid.

Covarrubias Orozco, Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana, o española, Madrid, 1611.

Delgado Valero, Clara (1987), Toledo islámico : ciudad, arte e historia, Tolède.

González Palencia, Ángel (1926-1930), Los mozárabes de Toledo en los siglos xii y xiii (3 vol.), Madrid.

Ladero Quesada, Miguel Ángel (1998), « Toledo y Córdoba en la Baja Edad Media : Aspectos urbanísticos », Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, 30, pp. 181-219.

Molénat, Jean-Pierre (1981), « Deux éléments du paysage urbain : adarves et alcaicerías de Tolède à la fin du Moyen Âge », dans Le paysage urbain au Moyen Âge. Actes du 11e Congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Lyon, 1980), Lyon, pp. 213-224.

Molénat, Jean-Pierre (1985), « L’approvisionnement de Tolède au xve siècle, d’après les ordonnances municipales », dans L’approvisionnement des villes de l’Europe occidentale : au Moyen Âge et aux temps modernes. Actes des Cinquièmes journées internationales d’histoire (Centre culturel de l’abbay de Flaran, 16-18 septembre 1983), Auch, pp. 215-219.

Molénat, Jean-Pierre (1997), Campagnes et Monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid.

Passini, Jean (2002), « La ville de Tolède au Moyen Âge : apport du parcellaire, du texte et du bâti à l’étude du quartier de San Ginés », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxá, 33, pp. 61-66.

Passini, Jean (2003), « Les boutiques de Los Alatares : l’Alcaná de Tolède », dans Dominique Barthélemy et Jean-Marie Martin (éd.), « Liber largitorius » : études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Genève, pp. 579-594.

Passini, Jean (2004), Casas y casas principales urbanas. El espacio doméstico de Toledo a fines de la Edad media, Tolède.

Porres Martín-Cleto, Julio (1988), Historia de las calles de Toledo (3 vol.), Tolède.

Torres Balbás, Leopoldo (1982), Obra dispersa. I : Al-Andalus: crónica de la España musulmana (9 vol.), Madrid.

Haut de page

Annexe

« Medidas de casas de Santo Domingo el Real de Toledo, 1460 » (AHN, Clero, lib. 15118)

Primeramente unas casas meson que disen el meson de las muelas que es en la collaçion de la eglesia de Sant Nicolas, las quales tyene perpetuas Martin Gonçales espeçiero por dos mill e çient mrs. e tres pares de gallinas cada anno, que han por linderos de la una parte casas de Johan Gonçales Lebron e de la otra parte casas tyendas del jurado Diego de la Fuente e de la otra parte el forrno de Sant Nicolas que es del monesterio de Sant Pedro Martyr e la calle real, en el qual dicho meson ay a la entrada de la puerta con un portal que es a la mano ysquierda que ay / fo 31 r/ en luengo dose varas e una quarta e en ancho tres varas. Yten como entran en el dicho meson a la mano derecha una casa que tiene otra puerta a la calle en par de la puerta del dicho meson, en la qual ay en luengo siete varas e en ancho tres varas. Yten ay mas un palaçio como entran en las dichas casas a la mano ysquierda en que ay en luengo siete varas e terçia e en ancho tres varas e çinco seysmas. Yten ay mas un portal como entran en las dichas casas a la mano derecha a par del poso en que ay en luengo nueve varas e tres quartas e en ancho dos varas e media. Yten dentro en este portal esta un establo en que ay en luengo ocho varas fasta el otro establo que esta frontero e en ancho çinco varas e dos terçias todo con sus pesebreras de amas partes, e dentro deste establo esta otro establo que ay en luengo seys varas e terçia e quatro varas en ancho. Yten frontero como entran en las dichas casas esta otro establo por do entran al trascorral en el qual ay de luengo catorse varas e una terçia e de ancho tres varas e media. Yten dentro en este establo esta un corral con dos portales establias e el un portal primero como entran ay en luengo catorse varas e tres quartas e en ancho tres varas e el otro portal frontero que esta arrimado a las ferrerias ay en luengo ocho varas e en ancho tres varas. Yten ay mas entre estos dos portales establias un corralejo que llega en linde de la pared del forrno de Sant Nicolas, el qual dicho corralejo esta esconcado [?]. Yten en el patyn desta casa desde el palaçio fasta el portal frontero ay de luengo ocho varas e terçia e en lo ancho siete varas e toda esta casa esta doblada de sus camaras ençima asy del palaçio como de los portales e establo e de la casa que esta a la mano derecha que tiene la puerta a la calle de la anchura e largura que es todo lo de baxo, salvo los portales de dentro del corral que non son doblados, pero todo tyene su altura fasta el çielo. Yten dos tyendas a la ferreria en la dicha collaçion de [bas de page: emendado en esta plana o dis doseé] / fo 31 v / Sant Nicolas que tiene perpetuas la muger de Alvar Rodrigues ferrero por mill mrs. cada anno que se tyenen la una con la otra e alindan con el dicho meson de las muelas e de la otra parte con casas de Johan Gonçales de Faro boticario e de la otra parte con tyenda de maestre Aly Pullaty e ayen luengo en amas a dos seys varas e una ochava e en ancho seys varas e tres quartas e estan dobladas de sus camaras ensomo con una salida sobre sus canes a la calle, en la qualay en la delantera de las puertas ocho varas e en ancho seys varas. i V.

Transcription : J.-P. Molénat.

Haut de page

Notes

1 Comme l’attestent les documents notariés publiés par González Palencia (1926-1930).

2 Chalmeta Gendrón, 1973, pp. 152-154.

3 Ibid.

4 González Palencia, 1926-1930, vol. 2, doc. 522, 563. Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castellana définit ainsi le mesón : « En lengua castellana significa el diversorio o casa pública y posada, adonde concurren forasteros de diversas partes, y se les da albergue para sí y para sus cavalgaduras. El vocablo es francés, y vale lo mesmo que casa do habitamos, maison, del nombre latino mansio ». Pedro Alcalá le traduit en arabe par fundaq [sic], dans Torres Balbás, 1982, vol. 3, pp. 220-266.

5 Sur les alcaicerías, voir Delgado Valero, 1987, pp. 71-87 ; Ladero Quesada, 1998, pp. 181-219 et Passini, 2003. Voir aussi le glossaire, p. 174.

6 Passini, 2004, pp. 8-9.

7 Voir ibid., pp. 14-18 et Molénat, 1981.

8 AOF 356 et Passini, 2004, pp. 19-23, 124-135, 203-243 et 271-276.

9 González Palencia, 1926-1930, vol. 2, doc. 522, 563 sqq et Porres Martín-Cleto, 1988, t. i, p. 295, t. ii, p. 842 et t. iii, pp. 1203 et 1626.

10 Passini, 2004, p. 134.

11 Passini, 2004, p. 126.

12 Torres Balbás, 1982, vol. 3, pp. 220-252.

13 Passini, 2004, p. 21.

14 Nous avons identifié sur le terrain l’ensemble des quatre mesones de la Candela et retrouvé le palacio (3,24 m x 10,12 m) du mesón AC-4 (cal de Francos [fig. 1] ; pour plus de détails, voir Passini, 2004, pp. 126-127). Les travaux réalisés dans la maison voisine du no 4 de la calle de la Granada ont permis l’observation du mur du palacio principal sur sa face extérieure. Il présente un appareillage de pierres et de briques de type islamique, ce qui montre que cet édifice, identifié par ses mesures relevées au xve siècle, existait déjà au haut Moyen Âge et faisait partie de l’Alcana vieja (marché fermé).

15 González Palencia, 1926-1930, vol. 3, doc. no 946, año 1204.

16 Don Melendo b. Abdelaziz b. Lampader, alcaide de Tolède pour les Mozarabes, marié en 1152 à une fille de l’alguacil Illán Péres, puis une seconde fois à María Peláez, meurt en 1181 (Molénat, 1997, p. 96 et p. 156, note 205).

17 González Palencia, 1926-1930, doc. 483, año 1226 : « quatro tiendas, en la colación de San Nicolas, para vender harina […] Se indican los limites de las tiendas : por el Este el meson del hierro y del carbon y casa de Gonzalvo Juanes, por el Oeste la calle, a donde dan las puertas de las tiendas, por el Sur la tienda de don Alvaro Alvarez y por el Norte tiendas de don Gonzalvo Juarez y de don Juan el Alguacil ».

18 Doña Soli, fille de l’alguacilalcaide don Juan b. Ayub possédait une boutique dans le souk des tailleurs (Zoco de los Sastres), qu’elle vend à sa sœur doña Orabona, abbesse de San Clemente et à son autre sœur doña Urraca Micael. De cette vente il est rendu compte trois ans plus tard dans un document notarié de 1229 (González Palencia, 1926-1930, doc. 496).

19 Ibid.

20 Ibid., doc. nos 619, 629 et 633.

21 « Au prix de 10000 maravedis de la monnaie blanche » (AHS, O-25, fo 19 v, dans Molénat, 1997, p. 164, note 276).

22 AHPT, H-1119, N-1, état des biens du monastère de San Clemente où se trouvent résumés, à propos de chacun des biens immobiliers, les documents rendant compte des reconnaissances de tributs entre les monastères et les occupants successifs du xive au xviiie siècle.

23 ASC, carp. 44/3 : en 1461, « Venta de unas casas y casa tienda […] de hija legitima del bachiller alfon gonzalez de Toledo […] unas casas que fueron de john Gonzalez de Toledo jurado que dios aya my abuelo padre del dicho Bachiller alfon gonzalez […] en la col de la iglesia de san Nicolas que yo tiene […] alinda de la una parte con casas de garcia franco regidor de esta ciudad y de la otra parte con el meson que dicen del carbon tiene esta dicha casa dos puertas a las calles real la una puerta principal que sale a la calle publica al adarue donde estan las casas de Ferrando de Ribadeneyra regidor de esta ciudad y la otra puerta sale a la calle publica que esta delante de la puerta de arriba de la dicha iglesia de san Nicolas la qual calle va desde la dicha iglesia hacia el dicho mesón del carbon » (transcription : Amalia Yuste).

24 AHPT, H-1119, no 1 : Catalina González ne peut plus payer, en raison de sa pauvreté et de son grand âge, ce bail auquel s’ajoute l’obligation de réparer les maisons suscitées.

25 Ibid.

26 Ibid. : en 1507, la maison de Mohamed Faxas jouxte le Mesón del Carbón, la boutique d’un chapelain de chœur et la calle Real. Le tribut, de 550 maravédis et 2 poules, dû au monastère de San Clemente, sera reconnu par les occupants successifs en 1483, 1507, 1728 et 1736. La même maison abrite en 1728 une pâtisserie située contre le Mesón de la Fruta Vieja, face aux Cadenas de San Nicolás.

27 Le Mesón del Carbón ainsi que les quatre boutiques achetés avant 1550, par Juan Dorador, jouxtent d’un côté l’ancienne boutique de Mohamed Faxas vendue à Catalina de Ayala par les héritiers de Juan Arias ferretero, de l’autre celle de Sancho Sánchez, devant la calle Real, derrière la boutique de Martín. En 1553, le Mesón del Carbón, donné en dot à la femme du licenciado Martín de Rojas, jouxte la boutique des héritiers de Fernando Gayán et, « por las espaldas, con casas de Martin Polo ».

28 En 1602, un occupant du Mesón de la Fruta Vieja reconnaît un cens de 3700 maravédis et 9 poules à payer au monastère de San Clemente.

29 AHPT, H-1119, no 9 : le tribut est reconnu en 1501 par Fernando de Madrid et sa femme, qui ont acheté la maison à Cristóbal de Gómez et sa femme Maxima Ordóñez ; en 1548 par Juan Ruiz, marchand de confections, qui l’a achetée aux « curas y beneficiados » ; en 1572 par Pedro Hernández de Cuenca, qui a acheté la maison à la mort de Juan Ruiz ; en 1606 par le racionero de la cathédrale, Gerónimo Pexoxa ; et, entre 1716 et 1724, par Melchor de Oncada et deux religieuses de Santo Domingo el Real.

30 AHPT, H-1119, no 6 : le monastère de San Clemente perçoit un tribut de 495 maravédis rapporté pour la première fois en 1492, puis en 1493, 1503, 1507, 1566 et en 1733, sur le tiers de cette maison. Les deux tiers restant versaient un tribut de 330 maravédis aux « curas y beneficiados ».

31 Elle passe en 1505 au couvent de Santo Domingo el Real auquel elle est redevable d’un tribut annuel de 1500 maravédis (ASDR, lib. 3, C. 85. 15). La maison possède : « una tienda junto con ellas con sus camaras encima de las otras casas y de la citada tienda con un sotano debajo, y en el largo de las otras casas y tienda con el gordo de las pilares hacia cinco varas y media y en el ancho cuatro varas y dos tercias y la camara de encima e la otra medida, y el sotano cuatro varas de ancho y de largo de las otras casas ».

32 En 1746, l’ensemble, composé des deux maisons contiguës, s’élève sur la calle Ancha jouxtant d’un côté les maisons du chapitre de la cathédrale, et plus haut « dentro de la calle nueva con casas de la Capellania ».

33 Si l’on attribue aux boutiques une largeur moyenne d’une vara et demie, soit 1,20 m.

34 Chalmeta Gendrón, 1973, p. 169.

35 Cette rue était antérieurement désignée comme calle de las Tendillas de San Nicolás.

36 AHPT, AC-3379, « Calle de Garzilaso de la Vega ».

37 AHPT, AC-3371, « Plano del solar de la casa no 32 de la calle de Belén (antes Ropería, 7), Toledo, 28 de marzo de 1913 ».

38 ASC, leg. 44/3.

39 AOF, Toledo, lib. 1069, fo 2, dans Porres Martín-Cleto, 1988, t. iii, p. 842 et p. 1626, doc. iii.

40 AOF, 356, « Medidas de casas que pertenecen al cabildo de la catedral de Toledo, 1491-1492, San Nicolás », fo 165 v. Cette boutique est tenue par le charpentier Juan Ruyz pour 2000 maravédis et 4 paires de poules.

41 ASDR, no 1180, « Carta de venta del meson de las Muelas a soror Teresa Garcia de Fuensalida ».

42 AHN, Sección Clero, leg. 7273: « Julio 1458 […]Rodrigo Niño, regidor, vende […] a vos don fraile Pedro de Silva obispo de Orense como testamentario de la señora doña Guiomar de Meneses y a vos don Johan de Silva conde de Cifuentes una casa con horno que pose a la calle de San Nicolas, linda la claustra de San Nicolas y de la otra parte con meson que dicen de las muelas. » Le four, acheté pour une somme de 42000 maravédis, sera affecté d’un tribut de 2500 maravédis en faveur du monastère de San Pedro Mártir.

43 AHN, Sección Clero, lib. 15118, « Medidas de casas de Santo Domingo el Real de Toledo, 1460 », fo 31 r y v.

44 Ibid. : « Yten dos tyendas a la ferreria en la dicha collación de Sant Nicolas que tiene perpetuas la mujer de alvar Rodrigues ferrero por mil mrs. cada anno que se tyenen la una con la otra e alindan con el dicho mesón de las muelas e de la otra parte con casas de Johan Gonçales de Faro boticario e de la otra parte con tienda de maestre Aly Pullaty e ay en luengo en amas a dos syes varas e una ochava e en ancho seys varas e tres quartas e estan dobladas de sus camaras ensomo con una sallida sobre sus canes a la calle, en la qual ay en la delantera de las puertas ocho varas e en ancho seys varas. »

45 ASDR, lib. 3, C. 60, 204 : « Las casas en esta ciudad a la Colacion de San Nicolas que titulaban el Meson de las Muelas y se componaban de casas principales y acesoria a la entrada de la calle que decian el Alhania, y lindaban de la una parte con casas de Joan Gonzalez Lebron que recayeront en Alvaro de Usillo, de la otra parte con casas de Diego Garcia Mujena y a las espaldas con el Horno de San Nicolas y con la Calle Real ».

46 ASDR, « Libro Becerro de Santo Domingo el Real, 1746 »: « Tiene este convento dos tributes, uno de 50 mrs y diez gallinas sobre casas ».

47 La Hospedería de Clérigos Menores est citée au début du xviie siècle (ASDR, lib. 23).

48 Document transcrit à notre demande par J.-P. Molénat que nous tenons à remercier.

49 Porres Martín-Cleto, 1988, t. ii, p. 842, qui dit du Mesón de las Muelas qu’il se trouvait « a la ferreria » et que « sólo sabemos de él que en 1388 lo arrendaba la Catedral al herrador maestre Hamete, hijo del maestre Eza » (AOF, lib. 1.069, fo 2, publié dans ibid., t. iii, p. 1626).

50 Actuellement un commissariat de police s’élève sur la place de la Ropería.

51 AHN, Sección Clero, lib. 15118, « Medidas de casas de Santo Domingo el Real de Toledo, 1460 », fo 31 r.

52 Passini, 2004, pp. 8-9.

53 Cette rue allait de l’ancienne place de la Ropería à la calle Ancha.

54 Chalmeta Gendrón, 1973, pp. 152-154.

55 Delgado Valero, 1987, pp. 154-156.

56 Passini, 2003.

57 Passini, 2002 et 2004, pp. 245-254.

58 Cette rue sera appelée successivement Real et de la Ferrería au xve siècle, de las Tendillas de San Nicolás aux xvie et xviie siècles et, aujourd’hui, calle de Garcilaso de la Vega.

59 Molénat, 1981, p. 217.

60 Molénat, 1985, p. 218.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Passini, « Les mesones à Tolède au bas Moyen Âge », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 157-177.

Référence électronique

Jean Passini, « Les mesones à Tolède au bas Moyen Âge », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/3049

Haut de page

Auteur

Jean Passini

CNRS, UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals