Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Recherches sur les mines et la métallurgie du plomb-argent de Carthagène à l’époque romaine

Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Juan Antonio Antolinos Marín
p. 291-310

Texte intégral

  • 1 On trouvera une vue d’ensemble sur l’industrie minière à Carthagène aux xixe et xxe siècles dans Ma (...)
  • 2 Strabon, 3, 2, 10.
  • 3 Antolinos Marín, 2002 et Antolinos Marín et Soler Huertas, 2007.

1Haut lieu de l’industrie minière et métallurgique espagnole à la fin du xixe siècle et pendant une partie du xxe, la Sierra de Carthagène n’est plus aujourd’hui qu’une gigantesque friche, éventrée par de grandes carrières à ciel ouvert, jalonnée d’imposantes haldes de déblais résultant de l’extraction, d’épais dépôts de stériles provenant du lavage du minerai, de vestiges d’installations minières et métallurgiques – puits et chevalets, fours de grillage –, et de bien d’autres bâtiments – laveries, trémies, ateliers. En parcourant les lieux, le visiteur imaginera sans peine l’intense activité qui régnait alors pour arracher des profondeurs de la terre le précieux minerai qu’elles recelaient : la galène argentifère, recherchée pour l’argent, surtout, mais aussi le plomb qu’elle contenait1. Ce même visiteur aura plus de mal à imaginer que, vingt siècles plus tôt, cette petite chaîne côtière, large de 5 km et bordant la Méditerranée d’ouest en est sur quelque 25 km, fut l’un des plus importants districts métallifères du monde antique, dont les Romains tirèrent, dès le début du iie siècle av. n. è., l’argent nécessaire à leur économie et du plomb en grandes quantités. L’historien grec Polybe, qui visita les lieux vers 150 av. n. è., décrivait la région comme une véritable ruche où s’affairaient pas moins de 40 000 ouvriers, dont le travail fournissait quotidiennement au Trésor romain un revenu de 25 000 drachmes2 tout en assurant l’enrichissement de la cité de Carthago Nova et de ses élites – ce dont témoignent de la plus belle des manières les vestiges de l’équipement monumental de la cité antique mis au jour au cœur de la ville moderne depuis près d’une vingtaine d’années. Malheureusement, la reprise de l’exploitation minière au milieu du xixe siècle a entraîné la destruction quasi systématique des vestiges antiques, aussi bien les crassiers, dont les millions de tonnes de scories plombeuses renfermaient du métal qu’il fallait récupérer, que les travaux d’extraction, et dont on ne conserve plus le souvenir qu’au travers des rapports des ingénieurs des mines modernes ; d’une certaine façon, en consignant par écrit leurs observations, ceux-ci ont acquis le statut premiers « archéologues » miniers de Carthagène3.

  • 4 Fouilles confiées à J. A. Antolinos Marín et Federico Fuente Miralles.
  • 5 Ramallo Asensio et Berrocal Caparrós, 1994.
  • 6 Antolinos Marín et Peñas Castejón, 2007.
  • 7 Domergue, 1987, vol. 2, pp. 358-405 et Domergue, 1990.

2Paradoxalement, la recherche dans la Sierra minera de Carthagène n’a jamais été à la hauteur des enjeux historiques et scientifiques qu’elle offrait. L’essor dans les années 1990 de l’archéologie urbaine à Carthagène explique sans doute en partie ce désintérêt pour la Sierra, où les traces de l’activité minière et métallurgique antique, bien qu’éparses et souvent d’accès difficile, sont pourtant encore nombreuses. Les interventions sont restées ponctuelles, le plus souvent réalisées dans un contexte préventif ou de sauvetage, et, de ce fait, elles ont été généralement limitées. La dernière en date a porté, en 2007, sur un important site romain menacé par l’extension de la décharge municipale de Carthagène dans la vallée d’Escombreras, au lieu-dit El Gorguel, dernier vestige d’une fonderie disparue à la suite de la réexploitation d’un ancien crassier au xixe siècle4. Une première carte archéologique de la Sierra minera a été établie en 1994, mais elle n’a été suivie d’aucune recherche d’envergure5. Corrigée et réactualisée en 2006, elle compte 32 nouveaux sites inédits6. Dans ces conditions, la synthèse élaborée par Claude Domergue à partir des archives des compagnies minières et de ses propres observations sur le terrain – celles-ci réalisées dans des conditions difficiles à une époque, les années 60/70, où l’industrie minière battait son plein7 –, reste la référence incontournable que les travaux postérieurs ne complètent que sur des points de détails. Elle est, du même coup, le point de départ de toute future recherche d’envergure.

  • 8 Cette recherche n’aurait pu démarrer sans le soutien financier de la Casa de Velázquez, de la Direc (...)

3Longtemps souhaité, en particulier par Cl. Domergue lui-même, un tel projet a pu voir le jour grâce à l’aboutissement, en 2007, de la procédure de classement de certains secteurs de la sierra en zones BIC – Bien de Interés Cultural – par la Dirección General de Bellas Artes y Cultura de la Diputación de Murcia. Ce classement protège désormais un patrimoine archéologique et industriel exceptionnel, en même temps qu’il permet, pour la première fois, la programmation de travaux archéologiques sur le long terme. Les travaux que nous avons démarrés en 2008 répondent à ce besoin de progresser dans la connaissance d’une activité économique névralgique pour Rome alors que, dans les deux dernières siècles av. n. è., elle établissait sa domination sur la péninsule Ibérique, et dont on sait finalement bien peu de choses. Les résultats que nous présentons ici, bien qu’encore partiels, illustrent à quel point cette recherche est prometteuse8.

Les objectifs du programme

4Les objectifs du programme ont été définis dès 2007, au terme de deux missions effectuées en mai et septembre qui nous ont permis de prendre contact avec le terrain et de nous rendre compte par nous-mêmes du potentiel existant. Des opérations ponctuelles de prospections restent envisageables mais, pour l’heure, l’inventaire des sites liés à l’activité minière et métallurgique antique n’a pas besoin de faire l’objet de travaux complémentaires à ceux de 2006. Au contraire, il est apparu nécessaire de passer à d’autres étapes de la recherche : l’exploration des réseaux miniers souterrains encore accessibles d’un côté, et la fouille, en souterrain et en surface, de l’autre. Il s’agit de pallier le manque particulièrement grand aujourd’hui de données sur chacune des phases de la chaîne opératoire de la galène argentifère, de l’extraction à la métallurgie en passant par le traitement du minerai – lavage, concentration et enrichissement (minéralurgie) –, étapes plus ou moins bien représentées dans le paysage archéologique de la Sierra minera.

  • 9 Voir, par exemple, ce qu’écrivait l’ingénieur J. González Lasala à propos des gisements du Cabezo d (...)
  • 10 Domergue, 1987, vol. 2, pp. 366-367.

5Les mines. Les travaux miniers antiques nous sont essentiellement connus par les rapports des ingénieurs des mines des xixe et xxe siècles, dont les témoignages souvent admiratifs permettent une reconstitution très partielle de l’organisation de l’activité extractive. Les Modernes semblent bien souvent être partis des « vieux travaux » pour accéder aux réseaux profonds : là où existaient des mines « romaines », la probabilité était grande de déboucher sur des filons encore productifs9. Les descriptions des ingénieurs des mines permettent de restituer dans son ensemble la géographie de l’activité d’extraction. On se rend compte qu’aucun secteur de la sierra n’a été véritablement épargné par les Anciens. Mais les comptes rendus sont moins précis sur les travaux eux-mêmes, leur architecture, la logique de l’extraction. On mentionne plus qu’on ne décrit des galeries, des puits qui descendent à grande profondeur, on s’émerveille devant ces vastes excavations souterraines appelées anchurones et pratiquées dans les mantos, ces grandes masses minéralisées caractéristiques de la géologie de la sierra de Carthagène10. On signale, parfois dessins à l’appui, les objets découverts dans les travaux qui attestent que les Anciens avaient précédé les mineurs modernes. L’intérêt de ces comptes rendus est d’autant plus grand aujourd’hui que nombre des « vieux travaux » ont disparu, dans l’indifférence générale, avec l’exploitation en carrière de la deuxième moitié du xxe siècle.

6La destruction n’a cependant pas été totale et des réseaux souterrains plus ou moins profonds sont toujours accessibles depuis la surface. Les explorations menées en 2007 ont montré tout l’intérêt qu’il y avait à entreprendre une étude spécifique des réseaux profonds mais elles en ont aussi révélé toute la complexité. Pour l’heure il n’y a aucune mine qui puisse être attribuée à l’époque antique avec certitude. À première vue, les mines paraissent modernes mais on ne peut exclure qu’elles aient repris et partiellement modifié des travaux plus anciens. Ce sera à un travail de spéléo-archéologie de le déterminer. Il passe par une exploration approfondie des réseaux, complétée d’une topographie, fut-elle sommaire, de ceux-ci, et de fouilles ciblées pour obtenir des fossiles directeurs (céramique principalement).

  • 11 Une ordonnance royale de Philippe II (1584) concéda en effet le droit aux mineurs « de beneficiar l (...)
  • 12 Ezquerra del Bayo, 1850, pp. 503-505.

7Les installations de surface. Une fois extraite, la galène argentifère, principal minerai exploité dans la région, faisait l’objet d’une série de traitements qui permettaient, au final, d’obtenir l’argent qu’elle contenait, ainsi que du plomb en grandes quantités. Cette dernière étape de la chaîne opératoire a laissé de très importants crassiers formés par l’amoncellement des scories, déchets principaux de la réduction du minerai dans les bas fourneaux. En raison de leur teneur en plomb, ces dépôts ont été systématiquement refondus au xixe siècle, quand ils ne l’avaient pas été aux siècles précédents11. Des fours de réduction ont été découverts à cette occasion mais aussitôt détruits12, en même temps que les crassiers disparaissaient.

  • 13 Strabon, Géographie, 3, 2, 10.
  • 14 Botella y Hornos, 1868, p. 70, fig. 32.
  • 15 Domergue, 2008, pp. 153-154.
  • 16 Domergue, 1998, pp. 39-40 et 2008, pp. 152-153.
  • 17 Berrocal Caparrós, 1989, p. 144, interprétait les structures comme appartenant à une installation d (...)

8Avant d’être fondue, la galène argentifère subissait plusieurs opérations destinées à fournir aux métallurgistes un produit condensé et enrichi. Cette phase, appelée minéralurgie, utilisait l’eau courante et permettait, par des lavages successifs, d’évacuer les particules les plus légères du minerai préalablement broyé et de récupérer les minéraux lourds. Polybe décrit, pour la région de Carthagène, la technique du passage au crible du minerai dans des réservoirs d’eau pour séparer le minerai de sa gangue13. C’est la technique du jigging, décrite dans la région de Carthagène dans la deuxième moitié du xixe siècle14 et qui était encore utilisée dans la Sierra Morena au xxe siècle (technique du cajón)15. Le procédé est artisanal mais il n’était pas le seul employé. Le lavage et l’enrichissement du minerai se déroulaient dans des installations spécifiques, les laveries, installées à proximité des lieux d’extraction et qui, parce qu’elles ont moins intéressé les Modernes, ont laissé davantage de traces que les fonderies. Outre les accumulations de résidus de lavage, parfois réutilisées jusqu’au xixe siècle, elles sont d’abord reconnaissables par les restes de cuves maçonnées enduites d’opus signinum (mortier hydraulique, étanche) mis à découvert par les activités modernes ou l’érosion. Un seul atelier a été dégagé sur une grande superficie, au Coto Fortuna, à Mazarrón, à la fin du xixe siècle. Il disposait d’une dizaine de cuves en enfilade, de formes particulières : longues de 1,20 à 1,30 m, les cuves se divisaient deux parties, une partie postérieure de forme circulaire et une partie antérieure de forme rectangulaire, dont Cl. Domergue a tenté récemment de restituer le fonctionnement16. Quelques sites sont connus dans la Sierra de Carthagène, mais aucun n’a fait l’objet de véritables fouilles ; tout au plus les restes affleurants de bassins ont-ils été dégagés et nettoyés, comme à la Rambla de la Boltada, au nord de Portman17. Des interventions limitées qui ne se traduisent par aucun bénéfice réel pour la connaissance de la minéralurgie du minerai argentifère.

9Du point de vue technique, la connaissance de la chaîne opératoire du plomb-argent à l’époque romaine comporte beaucoup d’inconnues, qui concernent tant l’organisation des chantiers d’extraction, les techniques et les stratégies d’exploitation que les procédés minéralurgiques et métallurgiques utilisés pour le traitement du minerai argentifère. Malgré l’ampleur des destructions occasionnées par l’activité minière à partir des années 1840, la Sierra minera de Carthagène offre un important potentiel archéologique sur toutes ces questions. Le secteur du Cabezo del Pino, dans la partie centrale de la Sierra, zone la plus richement dotée en minéralisations et, par conséquent, celle où se trouvent concentrés les travaux miniers, tant antiques que modernes, s’est imposé pour y démarrer nos recherches (fig. 1, p. 296).

Fig. 1. – Carte archéologique du secteur du Cabezo del Pino

Fig. 1. – Carte archéologique du secteur du Cabezo del Pino

 J. A. Antolinos Marín et J. M. Peñas Castejón.

10La particularité de ce petit massif culminant à 268,53 m, dominant la baie de Portman, dans le término municipal de La Unión, est que, à l’inverse de ses voisins, il ne fut pas éventré par une carrière. Intacte dans un paysage de grands cratères bordés de gigantesques haldes (corta San José, carrière Emilia, carrière San Valentín…), la zone ne garde pas moins les stigmates de l’activité minière et métallurgique moderne : entrées de mines, puits, haldes épaisses formant de longs cônes de déjection, ruines d’ateliers et autres installations de surface, parsèment les pentes du Cabezo. De la végétation rase de spart émergent quelques palmiers nains et bosquets d’épineux (Nerprun faux olivier, Rhamnus lycioides) qui masquent bien souvent, en même temps qu’ils les signalent, des entrées de mines modernes. Le versant sud-est est parcouru de failles plus ou moins longues et profondes, résultat de l’exploitation en dépilage depuis la surface de filons affleurants. Au pied, dans la Rambla de la Crisoleja, se trouvent plusieurs entrées de mines, dont un grand travers banc d’exhaure, sans doute moderne mais qui donne accès à des travaux profonds. De la même manière, sur le versant opposé, dans la Rambla del Abenque qui court le long du massif, plusieurs entrées de mines sont visibles ; certaines sont obstruées. Une entrée se distingue des autres par l’aménagement monumental en pierres sèches qui la précède, un long corridor de 7 m de long, formé par deux puissants murs de 1,20 m de large qui supportaient, au niveau même de l’entrée, une voûte en berceau, partiellement conservée. Elle donne accès à un vaste réseau minier qui a fait l’objet d’une première, rapide et forcément incomplète exploration en 2007.

  • 18 Antolinos Marín et Peñas Castejón, 2007, tableau pp. 330-332, sites 63, 129 et 74.

11En surface, les vestiges antiques ne sont pas moins nombreux. Toujours dans la Rambla del Abenque, en dépit de la présence dans sa partie haute de haldes provenant des carrières voisines et d’importants dépôts de stériles de lavage, des épandages de céramique antique s’observent régulièrement, aux côtés d’enclumes en pierre ayant servi au broyage du minerai. Plusieurs restes de bassins revêtus de leur enduit d’opus signinum ont été également aperçus, trahissant une activité de lavage du minerai, un indice important sur l’exploitation antique des gîtes des environs. Sur les pentes du Cabezo, dans les secteurs que n’ont pas recouvert les déblais modernes, la céramique antique est omniprésente en surface, et, régulièrement, des restes de structures (murs, revêtements d’opus signinum)sont visibles, à peine masqués par le spart. C’est notamment le cas du versant est, à l’emplacement de plusieurs anciennes concessions minières contiguës – « Eloisa », « Presentación Legal » et « Feliz Anuncio » – dont les vestiges antiques n’étaient pas connus avant les prospections de 200618. La richesse de toute cette zone, aussi bien en mines accessibles qu’en vestiges de surface, appartenant notamment à des laveries, invitait à centrer les recherches sur elle.

12Deux campagnes de terrain ont été organisées en juin-juillet et à la fin du mois de septembre 2008. Les travaux ont pris, dès le départ, deux directions : d’une part, l’exploration systématique des mines accessibles pour tenter d’identifier des travaux anciens repris ou recoupés par les Modernes et y prévoir des actions ciblées ultérieures (topographie, fouilles) – c’est dans ce cadre qu’on a commencé l’étude du réseau de « Braguelone », la grande mine de la Rambla del Abenque (à laquelle a été consacrée la mission de la fin de l’été) –, et, d’autre part, l’ouverture de plusieurs secteurs de fouille sur le flanc nord-est du Cabezo del Pino, à l’emplacement de l’ancienne concession de « Presentación Legal » – elles ont révélé des installations d’époque républicaine (iie-ier siècle av. n. è.), liées à la préparation minéralurgique du minerai argentifère extrait dans le secteur.

Les mines romaines de Carthagène, ces grandes inconnues

13Comme on l’a vu, les mineurs qui, à partir de 1842, ont repris l’extraction de la galène argentifère dans la Sierra de Carthagène, se sont souvent servis des travaux anciens comme guides. Ils augmentaient ainsi leurs chances de tomber sur des filons délaissés, non atteints ou pas complètement épuisés par les Anciens. L’ingénieur des mines Pernolet, en visite dans la région au début des années 1840, témoigne de cette pratique :

  • 19 Pernolet, 1846, pp. 36-37.

À Carthagène, on admet que les Carthaginois et les Romains, dont on retrouve des restes de tous genres dans les mines reprises, étaient nos maîtres en fait d’exploitation. Cette opinion fondée sur la verticalité de quelques puits, sur la rectitude de quelques galeries, sur l’existence de quelques muraillements réguliers, sur la conservation de quelques boisages qui n’ont peut-être dû leur conservation qu’à leur inutilité, cette opinion n’est vraie que relativement à la plus grande partie des travaux analogues entrepris dans le pays, depuis quelques années ; mais c’en est assez pour qu’elle soit ancrée dans la tête de plusieurs exploitants, éclairés d’ailleurs, au point qu’ils refusent d’accorder que les anciens aient pu, comme les Carthaginois de nos jours, entreprendre, sans raisons suffisantes, et poursuivre sans succès, des puits profonds ou de longues galeries19.

14Pourtant, aujourd’hui, dans ces secteurs qui n’ont pas été entièrement détruits par l’extraction en carrière, bien malin celui qui pourrait distinguer, en se basant sur le seul témoignage d’un Pernolet ou de quelque autre ingénieur des mines, des travaux anciens des mines ou reprises modernes. Ce problème, c’est celui auquel est confronté aujourd’hui l’archéologue minier ; la seule observation des traces laissées par les mineurs sur les parois ou, plus globalement, l’aspect des ouvrages, ne permettent pas de décider ce qui appartient à l’époque antique et ce qui relève d’une exploitation plus récente. Il y a, bien sûr, des indices qui ne trompent pas : trous de foret qui supposent l’utilisation de la poudre, galeries larges, hautes et rectilignes qui signalent l’époque moderne. Mais, à l’inverse, des galeries étroites et taillées entièrement au pic ne sont pas nécessairement caractéristiques de l’époque antique. C’est ce qu’a montré cette année l’exploration d’un petit réseau sur le versant nord-est du Cabezo del Pino, dont l’aménagement extérieur et le puits d’accès ont détruit des structures de la fin de l’époque républicaine (secteur 1, fouillé à l’été 2008). Les ouvrages souterrains sont plutôt exigus et réalisés au pic, mais la mine n’en reste pas moins moderne (deuxième moitié du xixe siècle ?). De la même manière, les murs de blocs de stériles savamment agencés (les « muraillements » de Pernolet) sont une pratique utilisée de tout temps par les mineurs car il était plus économique de les stocker à l’intérieur de la mine que de les sortir au jour au prix de grands efforts. La difficulté est donc là : établir une chronologie au moins relative des différents types de travaux rencontrés dans une même mine, déterminer si elle a, en tout ou partie, une origine antique, évaluer l’importance des reprises plus récentes, toute choses préalables à l’étude archéologique proprement dite qui doit viser à la compréhension des stratégies d’exploitation qui furent celles de l’Antiquité. Cette difficulté est d’autant plus grande à Carthagène que l’on ne dispose d’aucun ouvrage qui soit daté de l’époque romaine par du matériel archéologique à l’exception d’un petit tronçon de galerie de recherche d’à peine 5 m de longueur, à Mina Balsa, sectionné par des travaux modernes et passé inaperçu pendant longtemps. Dégagée en octobre 2007 des remblais modernes qui la comblaient, cette galerie est large de 0,80 à 1,10 m. Elle présente une hauteur irrégulière, variant entre 1,30 et 1,70 m, et un toit au profil arrondi. Une encoche à 1,30 m du sol pourrait avoir servi de niche à lampe. Enfin, la couche de terre au contact de la sole, scellée par les déblais modernes, renfermait quelques fragments d’amphores vinaires républicaines. Une galerie romaine donc, la première sûrement datée, mais qui ne saurait servir d’exemple de référence pour dater, par comparaison, d’autres travaux souterrains qui y ressembleraient.

15Les entrées de mines du secteur du Cabezo del Pino ont été systématiquement visitées au cours des deux campagnes effectuées en 2008. Certaines ne donnent accès qu’à de courtes galeries de prospection qui se terminent sur un front de taille au bout de quelques mètres – quand elles ne sont pas obstruées avant. Elles sont, sans aucun doute, de chronologie récente. D’autres entrées ouvrent sur des travaux qui se développent dans plusieurs directions – dépilages, chambres d’exploitation et galeries de jonction ou de recherche – mais dont l’exploration ne peut généralement pas être poursuivie sans un travail préalable de désobstruction des remblais qui entravent tôt ou tard la progression. L’aspect général des ouvrages visités ne fournit aucun indice chronologique précis mais l’observation de trous de foret indique qu’on a souvent affaire à des travaux modernes. On ne peut pas exclure, cependant, que certains de ces travaux aient une origine plus ancienne. Comme on le verra plus loin, la présence d’installations liées au lavage du minerai conduit à penser que celui-ci provenait de chantiers d’extraction situés dans les environs. Sur le versant sud-est du Cabezo, les dépilages foncés depuis la surface, certains longs de plusieurs dizaines de mètres, pourraient très bien correspondre à ces chantiers. On ne peut en entreprendre l’étude sans un important travail de dégagement des remblais qui les colmatent. Il deviendrait ainsi possible de vérifier l’existence, plus en profondeur, de départs de galeries donnant accès à d’autres travaux souterrains non visibles depuis la surface.

Fig. 2. – Relevé topographique de la mine « Braguelone », Rambla del Abenque

Fig. 2. – Relevé topographique de la mine « Braguelone », Rambla del Abenque

 J.-M. Fabre et Ch. Rico.

  • 20 Le premier est un ensemble de petites galeries d’exploitation orientées nord-est / sud-ouest, qui s (...)
  • 21 On perd 25 m d’altitude sur un parcours d’un peu plus de 100 m de longueur.

16La mine « Braguelone » au pied du versant opposé du Cabezo del Pino et accessible depuis la Rambla del Abenque présente une configuration différente. Une rapide visite effectuée en 2007 avait révélé un vaste réseau souterrain que nous avons commencé à topographier en 2008 tout en en continuant l’exploration. Les travaux explorés à ce jour représentent un développement de plus de 1,5 km, dont 933 m ont été topographiés, avec un dénivelé de 65 m. Ils s’organisent en quatre ensembles, dont deux retiennent plus particulièrement notre attention20 (fig. 2). Le principal est un long dépilage d’orientation 165° N qui se développe vers le bas21 (fig. 3, p. 302). Il donne accès successivement à trois salles d’exploitation représentant un volume extrait significatif.

Fig. 3. – Mine « Braguelone ». Vue du dépilage du réseau ouest

Fig. 3. – Mine « Braguelone ». Vue du dépilage du réseau ouest
  • 22 On compte plus de 2 000 puits dans la Sierra de Carthagène, beaucoup creusés à partir du milieu du (...)

17Dans leur prolongement, se situe une descenderie repérée jusqu’à -50 m. Elle permettait peut-être d’accéder à un étage inférieur, mais les murets de soutènement qui en jalonnent le tracé, particulièrement fragiles, rendent la progression périlleuse. À une dizaine de mètres du départ du dépilage principal, s’ouvre un deuxième réseau de longues galeries, globalement horizontal et parallèle à lui, par lequel on accède à une vaste salle d’exploitation desservie par deux grands puits (P1 et P2) qui sortent au jour plusieurs dizaines de mètres plus haut. L’aspect général de cette chambre, ses grandes dimensions, celles de certaines galeries – notamment la galerie qui rejoint un des deux puits –, la présence d’importants murs de soutènements, signalent un ouvrage d’époque moderne. Le doute est permis en revanche pour le dépilage principal et, en tout cas, pour quelques galeries rencontrées à différents endroits des réseaux est et ouest, de sections généralement irrégulières, rectangulaire pour l’une, arrondie pour les autres, assez étroites et toujours soigneusement taillées au pic (fig. 4, p. 302). La galerie située à l’extrémité du dépilage principal, de section circulaire et large de 1 m, a pu être suivie sur une trentaine de mètres. À proximité se trouve une petite chambre où débouche un puits qui sortait sans doute à l’origine au jour mais aujourd’hui aveugle (P3). De section circulaire, il est d’un diamètre inférieur à celui des deux puits localisés dans le réseau est. On ne conclura pas qu’il est antique mais la question de sa datation reste ouverte22.

Fig. 4. – Mine « Braguelone ». Galerie taillée au pic (antique ?)

Fig. 4. – Mine « Braguelone ». Galerie taillée au pic (antique ?)
  • 23 La différence d’altitude entre l’entrée de la mine et celle de la galerie d’exhaure est de moins de (...)

18L’exploration et le relevé topographique de la mine « Braguelone » ne sont pas achevés et, étant donné la grande extension du réseau, devraient prendre encore quelque temps. On a pu constater qu’il débouche à -35 m sur un deuxième réseau, plus récent, celui de la mine « Depositaria », au sud-est. Il n’est pas exclu qu’il rejoigne d’autres travaux accessibles notamment depuis la Rambla de la Crisoleja, au pied du versant est du Cabezo del Pino. Il faudra tenter en particulier de faire la jonction, si elle existe, avec un grand travers-banc d’exhaure, en partie noyé, mais dont nous avons pu constater, au cours de la rapide exploration que nous y avons menée à l’été 2008, qu’il desservait des chantiers en dépilage23. Explorations et topographie des travaux souterrains sont donc nécessaires pour appréhender leur organisation et en évaluer l’importance, un travail qui devra associer dans l’avenir des géologues et des minéralogistes. Mais il s’agit aussi de collecter les indices qui permettent d’envisager une exploitation à l’époque romaine. Ceux-ci, on l’a dit, sont ténus. Ils devront nécessairement être confirmés par des opérations de fouilles qui pourront être envisagées sur les secteurs jugés intéressants et susceptibles de fournir les fossiles directeurs (céramique principalement), voire des charbons de bois pour des analyses 14C, indispensables pour passer d’une chronologie relative à une chronologie absolue.

Une première à Carthagène. La fouille d’une laverie pour la préparation du minerai de plomb-argent

19Cette laverie est située sur le versant nord-est du Cabezo del Pino, où deux secteurs de fouille ont été ouverts pendant l’été 2008. C’est dans le secteur 2 que l’atelier de lavage a été mis au jour, à moins d’une dizaine de mètres du bord de la falaise de calcaires marmoréens qui domine la Rambla de la Crisoleja. À une cinquantaine de mètres au sud, la fouille (secteur 1) a fait apparaître, sous plus de deux mètres de remblais modernes, un bassin hydraulique dont l’extrémité sud a été détruite au moment de la construction du puits d’accès de la mine moderne explorée et partiellement topographiée cette année. La fouille n’a pu être achevée ni dans l’un ni dans l’autre secteur et devra être poursuivie en 2009.

20De la laverie n’a été fouillée que la partie orientale du bâtiment (fig. 5), parvenu dans un état de conservation très inégal : en raison de sa situation en bas de pente, il a particulièrement souffert des effets du ravinement qui ont emporté une partie du mur de fermeture est, reconnu sur 12,30 m de longueur.

Fig. 5. – Concession « Presentación Legal » (secteur 2)

Fig. 5. – Concession « Presentación Legal » (secteur 2)

Relevé des vestiges de la laverie.

J. A. Antolinos et J. M. Peñas Castejón.

21On perd sa trace au nord, à l’endroit où la roche a été mise à nu par l’érosion. Le retour sud-est de l’édifice est mieux conservé mais n’a été suivi cette année que sur une longueur d’un peu moins de deux mètres. Ces murs contenaient le substrat en place, un remblai naturel de matériaux détritiques au-dessus de la roche, très vraisemblablement aplani et peut-être complété par des apports de terre pour constituer une sorte de plateforme intérieure surélevée. Cette plateforme était par endroits recouverte d’un sol en opus signinum (US 2006), par endroits d’un mélange très compact de terre et de chaux (US 2010). Ce sol a disparu dans la partie est du bâtiment, en même temps qu’une partie des remblais qui le supportaient. L’atelier comportait un certain nombre de cuves de lavage du minerai. Six ont été fouillées ou simplement dégagées en surface. La disparition d’une partie du sol et du remblai de la plateforme a permis d’observer la technique de construction qui ne varie pas d’une cuve à l’autre. Aménagée dans le remblai, leur élévation consiste en un assemblage de blocs de pierres liés à la terre ; les parois intérieures sont revêtues d’un enduit d’opus signinum épais de 5 cm en moyenne. Leurs plans, en revanche, diffèrent.

  • 24 Elle rejoint peut-être la canalisation visible dans la coupe du terrain un peu plus au sud, sous le (...)

22Quatre cuves (C1-3 et C6) sont de plan circulaire (diamètre 0,90-1 m) ou proche du cercle (C6 : 0,90 x 1 m) et de forme cylindrique (profondeur moyenne : 0,90 m). La cuve 3, parvenue complète, montre le départ d’une canalisation dans la paroi sud (US 2035) à 20 cm sous le niveau de sol de circulation (fig. 6). Large de 0,10 m de diamètre, elle était remplie d’une couche très compacte de sédiment gris qui a pu être enlevée sur une quarantaine de centimètres24. Il faut restituer une canalisation du même type dans la cuve 2, voisine à l’est de la précédente, et dont la partie supérieure est arasée, ainsi que dans la cuve 1, au sud, presque entièrement détruite.

Fig. 6. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C2 et C3

Fig. 6. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C2 et C3
  • 25 La profondeur des réservoirs principaux n’est pas connue, la fouille n’ayant pu être achevée cette (...)

23Les cuves 4 et 5, accolées l’une à l’autre et situées dans la partie nord de l’atelier (fig. 7), sont constituées, à l’inverse des premières, de deux réservoirs placés à des hauteurs différentes : un réservoir principal orienté est-ouest, de 1,20 x 0,90 m (C4), 1,30 x 0,90 m (C5), et un réservoir secondaire peu profond (une quinzaine de centimètres)25, en hauteur par rapport au premier et disposé perpendiculairement à lui. Il est aussi de dimensions plus petites, 0,70 x 0,60 m (C4) et 0,66 x 0,62 m (C5). Dans chacune des cuves, les deux réservoirs communiquent par un petit canal d’une vingtaine de centimètres de longueur (qui est aussi la largueur du rebord sud du réservoir secondaire) et d’une dizaine de centimètres de largeur. Les deux ensembles de cuves se distinguent sensiblement par la forme des réservoirs, plutôt arrondie dans C4, rectangulaire dans C5, mais il est vraisemblable que cela n’a pas de rapport avec l’utilisation qui en était faite. Leur organisation est, en effet, la même, ce qui suppose que les deux servaient à des opérations identiques.

Fig. 7. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C4 et C5

Fig. 7. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C4 et C5
  • 26 En dernier lieu, Domergue, 2008, pp. 152-153.
  • 27 Domergue, 1998, pp. 33-40et2008, pp. 148-152.
  • 28 Des prélèvements ont été effectués sur l’ensemble du remplissage des cuves 2 et 3, entièrement comb (...)

24En revanche, la présence de deux types de cuves dans la laverie implique deux usages différents qui devaient correspondre à des étapes précises du protocole utilisé pour le lavage, la concentration et l’enrichissement du minerai. Pour l’heure, faute de disposer d’un plan complet de l’atelier, nous sommes réduits à faire des hypothèses. La première étape se serait déroulée dans les cuves à double réservoir (nos 4 et 5). Un premier lavage du minerai, préalablement broyé, on l’a vu, aurait permis le classement par gravimétrie des minéraux, les plus lourds restant piégés dans le réservoir supérieur alors que les particules les plus légères se seraient déversées dans le réservoir principal par le petit canal qui met en communication les deux parties de la cuve. Dans un second temps, ce premier concentré aurait été jeté dans les cuves simples (nos 1-3 et 6) remplies d’eau et le mélange remué – à l’aide de gaffes par exemple –, de manière à favoriser le processus de décantation. La canalisation conservée dans la partie supérieure de la cuve 2 pourrait avoir eu pour fonction d’évacuer le trop plein. Au terme de l’opération, une fois les cuves vidées de leur eau, il aurait été possible de recueillir le concentré enrichi. Nous serions donc amenés à distinguer deux types de cuves, les unes pour le classement, les autres pour l’enrichissement, toutes fonctionnant sur le même principe, celui de la décantation. Mais, faute de disposer d’éléments de comparaison, il est difficile d’aller plus loin. La laverie dégagée à la fin du xixe siècle au Coto Fortuna, à Mazarrón, présente un plan et, du même coup, un fonctionnement très différent, avec des cuves de même forme disposées en file26. De leur côté, les laveries les mieux connues du monde antique, celles du Laurion à Athènes, plus anciennes (ve et ive siècles), ne reproduisent ni le plan ni l’organisation de notre atelier27. Notre découverte n’en prend que plus de relief. Mais il faudra attendre la poursuite de la fouille et les résultats des analyses chimiques des résidus de lavage que renferment les cuves pour en savoir plus sur les processus mis en œuvre28.

  • 29 Il est trop tôt pour tenter une évaluation des quantités d’eau nécessaire pour traiter le minerai. (...)

25La préparation du minerai avant son traitement métallurgique (non attesté sur le site) nécessitait, on l’aura compris, un apport constant d’eau29, ce qui pose la question de l’approvisionnement et de la gestion de l’eau dans une région sèche comme celle de Carthagène. L’eau était-elle recyclée comme dans les laveries du Laurion, conçues de façon à permettre sa circulation en circuit fermé ? Il est encore trop tôt pour répondre à cette question. Le bassin B7, situé dans la partie nord-est du bâtiment et parvenu dans un très mauvais état de conservation, pourrait, certes, avoir servi au recyclage de l’eau. Mais pour étayer cette hypothèse, il faudrait restituer un système de canalisations aujourd’hui disparu, permettant à l’eau de s’écouler des cuves de décantation jusqu’à lui.

Fig. 8. – Secteur 1. Le grand bassin

Fig. 8. – Secteur 1. Le grand bassin

Au second plan, le puits d’accès de la mine moderne et les restes de la voûte qui le protégeait.

  • 30 Les murs est et ouest ont été dégagés respectivement sur 1,45 m et 1,40 m.
  • 31 À ces niveaux, mal datés faute de fossiles directeurs précis, il faut ajouter une structure circula (...)

26La fonction du bassin (US 1007) que l’on a commencé à fouiller à cinquante mètres au sud de la laverie (secteur 1, fig. 8, p. 308) pose moins de problème. Certes, l’installation à laquelle il appartient n’a pas été entièrement dégagée, ses dimensions restent inconnues et l’ouverture du puits d’accès de la mine moderne en a détruit la partie sud : il ne reste qu’un petit muret courbe et son enduit de mortier hydraulique (US 1015) difficilement interprétable. Néanmoins, il s’agit de toute évidence d’un grand réservoir, d’au moins 1,70 m de côtés – soit la longueur complète du côté sud30 –, profond de 0,88 m et présentant un mur oriental puissant de 0,55 m de largeur. Les parois étaient revêtues d’un épais enduit d’opus signinum de 4 à 5 cm. De telles dimensions nous font penser que ce bassin n’avait pas été conçu pour le lavage du minerai et, de fait, aucun des niveaux de résidus de lavage identifiés lors de la fouille correspond à la phase d’utilisation de celui-ci : ils sont soit antérieurs à sa construction (US 1020-1021, 1026 et 1029)31, soit postérieurs à son utilisation, après qu’il ait été transformé en dépotoir et entièrement comblé par des fines de lavage (US 1008). D’autre part, le rebord sud du bassin présente, dans sa partie médiane, une gorge formant déversoir vers l’intérieur. Le bassin ne faisait donc pas seulement office de réservoir mais vraisemblablement aussi de bassin collecteur. Il devait recueillir les eaux de pluie et de ruissellement, ce qui explique qu’il ait été aménagé à flanc de colline. On peut se demander s’il ne collectait pas aussi les eaux provenant de l’exhaure des mines voisines. On ne pourra le vérifier qu’en fouillant l’ensemble de l’installation à laquelle il appartient et dont, pour l’heure, nous ignorons tout.

27En dépit de ces inconnues, on peut penser que le réservoir du secteur 1 et la laverie du secteur 2 fonctionnaient au sein d’une même structure. Les deux sont en effet complémentaires : le premier contenait l’eau nécessaire à l’activité de la seconde. Certes les deux installations sont éloignées d’une cinquantaine de mètres mais entre les deux secteurs, les pentes du Cabezo sont jonchées de matériel en surface, et de structures, certaines présentant un revêtement d’opus signinum, qui affleurent du sol. Par ailleurs, le matériel archéologique trouvé en stratigraphie, bien que peu abondant, confirme que le bassin et la laverie sont contemporains, au moins pour ce qui concerne leur utilisation que l’on peut situer aux iie-ier siècles av. n. è., au moment de la plus grande activité du district minier de Carthagène. Le mobilier est dominé par les importations italiques – céramiques campaniennes A et B, céramique de cuisine italique, amphores vinaires de type gréco-italique, Dressel 1A et B et Lamboglia 2 (amphores d’Apulie) – qui, globalement, ne se signale pas par sa très grande précision chronologique. On relèvera toutefois un fragment de fond de campanienne A de forme Lamboglia 28 (Morel 2654), dans le niveau d’utilisation du réservoir du secteur 1, qui permet de situer sa construction au iie siècle, cette forme disparaissant pratiquement à la fin de ce siècle.

  • 32 Domergue, 1990, pp. 210-211.

28La fin de l’utilisation du bassin et de la laverie se situe aussi dans la même période, vraisemblablement autour du changement d’ère, comme l’indiquent plusieurs tessons de céramique sigillée italique et d’amphores de Bétique Haltern 70 trouvés dans les niveaux qui scellent les vestiges de la fin de l’époque républicaine. Il n’y a rien là qui doive nous surprendre : à cette époque, l’activité minière et métallurgique de Carthagène brille de ses derniers feux32.

Conclusions et perspectives

29Au terme de cette première année de recherches, les conclusions ne peuvent être que provisoires ; les perspectives pour la suite des opérations, quant à elles, sont extrêmement intéressantes.

30Avec les fouilles du Cabezo del Pino, c’est une première qui a été réalisée dans la région de Carthagène en 2008, mais aussi dans le contexte, plus général, de la recherche sur la production d’argent et de plomb dans la péninsule Ibérique à l’époque romaine. On a ainsi commencé à étudier un ensemble d’installations de la fin de l’époque républicaine (iie-ier s. av. n. è.) liées à la minéralurgie, deuxième phase incontournable de la chaîne opératoire de la galène argentifère : une partie d’une laverie équipée de plusieurs cuves qui semblent, de par leurs formes, avoir été conçues pour différents usages correspondant aux étapes du protocole mis en œuvre pour le lavage et l’enrichissement du minerai, et les restes d’un bassin collecteur vraisemblablement lié au fonctionnement de la laverie et sans doute à celui d’autres ateliers dans le même secteur. Certes, les données sont encore incomplètes et les incertitudes nombreuses. Mais les résultats obtenus sont suffisamment significatifs pour laisser croire que la poursuite et l’intensification des recherches permettront non seulement de mieux comprendre l’organisation de cette zone que d’éclairer d’un jour nouveau les processus mis en œuvre par les Romains dans la préparation du minerai avant sa transformation en métal.

31Pour la première fois aussi dans la région de Carthagène, des travaux ont été menés à la recherche des réseaux antiques d’extraction minière qui auraient pu, et ont nécessairement échappé à la destruction. Les identifier ne va pas sans difficultés. Si le petit réseau exploré et topographié dans la concession « Presentación Legal » est sans nul doute moderne, les dépilages situés dans la concession voisine « Feliz Anuncio » ont peut-être une origine antique. De la même manière, les quelques observations effectuées au cours de l’exploration de la mine « Braguelone », sur le versant opposé du Cabezo del Pino, sur l’architecture de certains secteurs et le soin apporté dans l’exécution de ces travaux, s’ils restent des indices aléatoires, permettent d’envisager une exploitation dès l’époque romaine de ce gros gisement riche en argent de la partie centrale de la Sierra minera.

32C’est dire le chemin qu’il reste à faire, dans les boyaux tortueux qui parcourent le Cabezo del Pino comme sur ses pentes abruptes, pour recueillir les données qui, à n’en pas douter, permettront de renouveler considérablement notre connaissance tant de l’histoire d’un des plus importants districts miniers et métallurgiques du monde antique que de l’art de la mine et de la métallurgie de la galène argentifère au temps des Romains. Un travail de longue haleine sans aucun doute mais que ces perspectives rendent d’autant plus motivant.

Haut de page

Bibliographie

Antolinos Marín, Juan Antonio (2002), « La minería y la metalurgia romana en la Sierra de Cartagena a través de los ingenieros de minas de los siglos xix y xx », dans Josep M. Mata Perelló et Ramon González (éd.), Actas del 1er Simposio Internacional sobre la minería y la metlurgia antigua en el sudoeste europeo, Serós (Lérida, mayo de 2000] (2 vol.), Lérida, vol. 2, pp. 351-362.

Antolinos Marín, Juan Antonio et Peñas Castejón, José Matías (2007), « Catalogación del patrimonio cultural en la Sierra Minera de Cartagena-La Unión », dans XVIII Jornadas de Patrimonio Cultural. Intervenciones en el patrimonio arquitectónico, arqueológico y etnográfico de la Región de Murcia (2 vol.), Murcie, vol. 1, pp. 327-351.

Antolinos Marín, Juan Antonio et Soler Huertas, Begoña (2007), « Los orígenes de la arqueominería en la Región de Murcia (I) : los hallazgos en la Sierra Minera de Cartagena-La Unión », Mastia, 6, pp. 123-142.

Berrocal Caparrós, Mari Carmen (1989), « Piletas excavadas en la desembocadura de la Rambla de La Boltada. Portman, La Unión », Memorias de Arqueología, 4, pp. 140-147.

Botella y Hornos, Francisco de (1868), Descripción geológica-minera de las provincias de Murcia y Albacete, Madrid.

Conophagos, Constantin (1980), Le Laurium antique et la technique grecque de la production d’argent, Athènes.

Domergue, Claude (1987), Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsule Ibérique (2 vol.), Madrid.

Domergue, Claude (1990), Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, 127, Rome.

Domergue, Claude (1998), « Remarques sur le fonctionnement des laveries planes du Laurion », dans Argyritis. Mélanges en l’honneur de Constantin Conophagos, Athènes, pp. 33-42.

Domergue, Claude (2008), Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris.

Ezquerra del Bayo, Joaquín (1850), « Sobre los escoriales de fundiciones antiguas de España », Boletín Oficial del Ministerio de Comercio, Instrucción y Obras Públicas, 9, pp. 489-511.

González Lasala, Joaquín (1852), « Reseña de los trabajos emprendidos en la parte de la sierra que media entre Portman y Cabo de Palos », Revista Minera, 3, pp. 33-39.

Manteca Martínez, José Ignacio, Pérez de Perceval Verde, Miguel Ángel et López Morell, Miguel Ángel (2005 a), « La minería española en los siglos xix y xx », dans Juan Antonio Antolinos Marín et José Ignacio Manteca Martínez (éd.), Bocamina. Patrimonio minero de la Región de Murcia, Murcie, pp. 111-121.

Manteca Martínez, José Ignacio, Pérez de Perceval Verde, Miguel Ángel et López Morell, Miguel Ángel (2005 b), « La industria minera en Murcia durante la época contemporánea », dans Juan Antonio Antolinos Marín et José Ignacio Manteca Martínez (éd.), Bocamina. Patrimonio minero de la Región de Murcia, Murcie, pp. 123-134.

Pernolet, Charles (1846), « Sur les mines et fonderies du midi de l’Espagne », Annales des Mines, 9, pp. 35-104.

Ramallo Asensio, Sebastián et Berrocal Caparrós, Mari Carmen (1994), « Minería púnica y romana en el sureste peninsular : el foco de Carthago Nova »,dans Desiderio Vaquerizo Gil (coord.), Minería y metalurgia en la España prerromana y romana, Cordoue, pp. 79-146.

Haut de page

Notes

1 On trouvera une vue d’ensemble sur l’industrie minière à Carthagène aux xixe et xxe siècles dans Manteca Martínez, Pérez de Perceval Verde et López Morell,2005 a et b.

2 Strabon, 3, 2, 10.

3 Antolinos Marín, 2002 et Antolinos Marín et Soler Huertas, 2007.

4 Fouilles confiées à J. A. Antolinos Marín et Federico Fuente Miralles.

5 Ramallo Asensio et Berrocal Caparrós, 1994.

6 Antolinos Marín et Peñas Castejón, 2007.

7 Domergue, 1987, vol. 2, pp. 358-405 et Domergue, 1990.

8 Cette recherche n’aurait pu démarrer sans le soutien financier de la Casa de Velázquez, de la Dirección General de Bellas Artes y Cultura de la Diputación de Murcia et du laboratoire TRACES (UMR 5608, université de Toulouse), institutions auxquelles nous renouvelons nos remerciements.

9 Voir, par exemple, ce qu’écrivait l’ingénieur J. González Lasala à propos des gisements du Cabezo de la Escucha, entre Cabo de Palos et Portman : « Hay en este terreno y en la parte alta del Cabezo diferentes labores antiguas, muy irregulares, donde indudablemente se han esplotado minerales ricos, empotrados en los filones más o menos gruesos de hidróxidos de hierro ; el haber seguido estos trabajos tan irregulares y dispendiosos no nos pareció muy oportuno, y convencidos por la esperiencia de que donde hay trabajos antiguos se han esplotado minerales ricos, aconsejamos a los concesionarios despues de demarcarles las pertenencias, invadir el terreno por mas bajo de a donde presumimos hubieran podido llegar estos trabajos » (González Lasala, 1852, p. 34).

10 Domergue, 1987, vol. 2, pp. 366-367.

11 Une ordonnance royale de Philippe II (1584) concéda en effet le droit aux mineurs « de beneficiar los escoriales y terreros procedentes de minas viejas » (Ezquerra del Bayo, 1850, p. 499).

12 Ezquerra del Bayo, 1850, pp. 503-505.

13 Strabon, Géographie, 3, 2, 10.

14 Botella y Hornos, 1868, p. 70, fig. 32.

15 Domergue, 2008, pp. 153-154.

16 Domergue, 1998, pp. 39-40 et 2008, pp. 152-153.

17 Berrocal Caparrós, 1989, p. 144, interprétait les structures comme appartenant à une installation de préparation du spart.

18 Antolinos Marín et Peñas Castejón, 2007, tableau pp. 330-332, sites 63, 129 et 74.

19 Pernolet, 1846, pp. 36-37.

20 Le premier est un ensemble de petites galeries d’exploitation orientées nord-est / sud-ouest, qui s’étendent sur une cinquantaine de mètres au maximum de part et d’autre de la galerie d’entrée. Les travaux se répartissent sur trois niveaux et présentent quelques traces de foret qui attestent d’une exploitation, ou d’une reprise d’exploitation, à une époque relativement récente. Il n’a pas encore été topographié et des opérations ponctuelles de fouilles peuvent y être envisagées. Le deuxième, qui se trouve aussi le plus loin de l’entrée, est un réseau plus récent (« Mina Depositaria »), avec des galeries et des salles d’exploitation d’assez grandes dimensions, qui se développent vers l’est. Il n’a été que partiellement exploré en 2008.

21 On perd 25 m d’altitude sur un parcours d’un peu plus de 100 m de longueur.

22 On compte plus de 2 000 puits dans la Sierra de Carthagène, beaucoup creusés à partir du milieu du xixe siècle quand on n’a pas réutilisé des puits existants, donc antiques. Distinguer les uns des autres ne pourra éventuellement se faire que par l’exploration souterraine.

23 La différence d’altitude entre l’entrée de la mine et celle de la galerie d’exhaure est de moins de 50 m. La distance entre les deux est d’un kilomètre en ligne droite, ce qui rend tout à fait envisageable un réseau en continu traversant le massif d’ouest en est.

24 Elle rejoint peut-être la canalisation visible dans la coupe du terrain un peu plus au sud, sous le sol d’opus signinum ; mais son orientation est légèrement différente, ce qui a conduit à lui donner un numéro différent (US 2060).

25 La profondeur des réservoirs principaux n’est pas connue, la fouille n’ayant pu être achevée cette année.

26 En dernier lieu, Domergue, 2008, pp. 152-153.

27 Domergue, 1998, pp. 33-40et2008, pp. 148-152.

28 Des prélèvements ont été effectués sur l’ensemble du remplissage des cuves 2 et 3, entièrement comblées de sédiments de granulométrie, consistance et composition diverses. Elles sont en cours d’analyse à l’université polytechnique de Carthagène. D’autres prélèvements seront effectués sur les autres cuves non fouillées, en particulier les cuves 4 et 5.

29 Il est trop tôt pour tenter une évaluation des quantités d’eau nécessaire pour traiter le minerai. On ne pourra le faire qu’une fois que le plan de la laverie sera complet. Mais, à titre d’exemple, au Laurion, il a été calculé qu’il fallait 10 m3 d’eau pour traiter un 1 t de minerai (voir Conophagos, 1980, p. 248).

30 Les murs est et ouest ont été dégagés respectivement sur 1,45 m et 1,40 m.

31 À ces niveaux, mal datés faute de fossiles directeurs précis, il faut ajouter une structure circulaire d’au moins un mètre de diamètre, bâtie en pierres liés à la terre (US 1027), et dont on n’a pu fouiller qu’une moitié, l’autre moitié se trouvant sous la berme. Elle entoure une fosse de 0,30 m de profondeur (US 1024). On ignore tout de sa fonction, le remplissage (US 1028) n’ayant fourni aucun indice sur celle-ci.

32 Domergue, 1990, pp. 210-211.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Carte archéologique du secteur du Cabezo del Pino
Crédits  J. A. Antolinos Marín et J. M. Peñas Castejón.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 2. – Relevé topographique de la mine « Braguelone », Rambla del Abenque
Crédits  J.-M. Fabre et Ch. Rico.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3. – Mine « Braguelone ». Vue du dépilage du réseau ouest
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 4. – Mine « Braguelone ». Galerie taillée au pic (antique ?)
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 5. – Concession « Presentación Legal » (secteur 2)
Légende Relevé des vestiges de la laverie.
Crédits J. A. Antolinos et J. M. Peñas Castejón.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C2 et C3
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7. – Secteur 2. Cuves de lavage du minerai C4 et C5
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 8. – Secteur 1. Le grand bassin
Légende Au second plan, le puits d’accès de la mine moderne et les restes de la voûte qui le protégeait.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/343/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Juan Antonio Antolinos Marín, « Recherches sur les mines et la métallurgie du plomb-argent de Carthagène à l’époque romaine », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 291-310.

Référence électronique

Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Juan Antonio Antolinos Marín, « Recherches sur les mines et la métallurgie du plomb-argent de Carthagène à l’époque romaine », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/343

Haut de page

Auteurs

Christian Rico

TRACES-UMR 5608 CNRS, Université de Toulouse

Articles du même auteur

Jean-Marc Fabre

TRACES-UMR 5608 CNRS, Université de Toulouse

Articles du même auteur

Juan Antonio Antolinos Marín

Museo Minero de la Unión, Murcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals