Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

Les villes de la péninsule Ibérique au iiie siècle p. C.

Thèse de doctorat soutenue le 20 novembre 2010 à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux III (dirigée par Jean-Michel Roddaz)*
Laurent Brassous
p. 301-305

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Javier Arce, Université de Lille III ; Jean-Pierre Bost, Université de Borde (...)

1À la veille du iiie siècle, l’urbanisation de la péninsule Ibérique est le résultat d’un héritage ancien, issu d’une diversité géographique et culturelle, que Rome a profondément marqué de son empreinte par la fondation de villes nouvelles et par la diffusion du droit de cité aux provinciaux. Les villes étudiées dans cette thèse sont des espaces construits, dotés de fonctions politiques, administratives, religieuses, culturelles et économiques, dont l’existence est intimement liée à leur fonction de chef-lieu de cité ainsi qu’à l’État romain.

2L’histoire de la péninsule Ibérique au iiie siècle s’est longtemps écrite à l’ombre des invasions barbares et de la « crise » qui auraient ruiné ses villes et ses cités. Le renouveau historiographique, initié dans les années 1970, a fort justement nuancé cette vision traditionnelle qui était fondée sur une lecture sans réserve des textes et une mauvaise interprétation des trésors monétaires et des découvertes archéologiques. Les travaux récents d’A. Cepas Pelanca ou de M. Kulikowski confirment que l’institution civique n’a pas disparu de la péninsule Ibérique et que de nombreuses villes prospèrent au-delà du iiie siècle. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens. Tout d’abord, comment faut-il intégrer dans cette nouvelle perspective l’histoire des villes dont l’archéologie révèle la disparition, la récession ou la dégradation au cours de ce siècle ? Par ailleurs, la « crise » que l’État romain a traversée s’est accompagnée de transformations profondes et durables de l’organisation politique et administrative de l’Empire, ainsi que du contexte économique et social. Or les villes des provinces, et partant les institutions civiques qui étaient au cœur du développement urbain, étaient intimement liées à l’État romain et bien intégrées à l’Empire. Pouvaient-elles ne pas avoir été affectées par ces évolutions ? Ce travail de recherche a voulu répondre prioritairement à ces questions.

3L’urbanisation de la péninsule Ibérique étant une réalité complexe, différents niveaux d’analyse du phénomène urbain s’imposaient pour l’étudier. Trois ont été retenus : le semis urbain, l’espace urbain et l’armature urbaine. À chacun d’entre eux, une méthode de recherche particulière s’imposait.

4Afin d’obtenir un premier tableau de l’évolution de l’urbanisation, et afin de distinguer d’éventuelles transformations régionales, l’analyse du semis urbain, qui correspond à la distribution des villes dans l’espace, s’imposait comme un préalable. Son étude est fondée sur une démarche quantitative et comparative simple, au cours de laquelle de nombreuses données textuelles, épigraphiques et archéologiques ont été croisées. Il s’agissait, à l’aide de celles-ci, de recenser les villes d’Hispanie avant le iiie siècle puis de dénombrer et d’identifier celles où l’occupation s’était poursuivie et celles où elle s’était interrompue au cours de cette période ou après. L’objectif de l’exhaustivité était nécessaire afin que l’échantillon d’étude fût suffisamment significatif pour envisager une conclusion globale. Jusqu’à présent, en effet, les études historiques sur ce point ne se sont fondées que sur des exemples de villes ou des échantillons limités. Une fois levé le problème de la datation, de la nature et de l’altérité des sources disponibles pour reconstituer le semis urbain et suivre son évolution, l’analyse de la pérennité de l’occupation a porté sur 256 villes sur 408 localités reconnues par cette étude dans la péninsule Ibérique. Elle montre que l’occupation s’est poursuivie dans 198 d’entre elles, elle s’est interrompue sur 18 sites et elle ne peut pas être connue pour les 40 restantes. Par ailleurs, sur les 18 villes abandonnées, elles ne sont finalement que 6 à l’avoir été au cours du iiie siècle, les autres l’ayant été avant cette période. En outre, les fondations urbaines ont été rares au cours du iiie siècle. Les quelques exemples qui ont pu être identifiés semblent essentiellement le résultat d’une translation du peuplement d’un site vers un autre, mieux protégé. Il y a donc eu dans l’ensemble une permanence du semis urbain. Toutefois, cela ne permet pas de parler de permanence de l’urbanisation. Il fallait aussi prendre en considération l’évolution démographique des villes. De ce point de vue, seule la superficie des villes fournissait un indice pour la suivre. Mais l’insuffisance et l’inégale documentation archéologique d’une ville à l’autre rendaient impossible toute approche exhaustive du phénomène. Si quelques villes ont globalement diminué en superficie, d’autres ont conservé et même restauré leurs limites originelles, mais aucune ville ne paraît s’être agrandie. L’ensemble de ces données permet de penser que le iiie siècle est, de ce point de vue, un moment de stagnation, voire de très légère récession du phénomène urbain en Hispanie. En revanche, à ce stade de l’analyse, il n’était pas possible de réfléchir à la nature de l’occupation urbaine et à l’évolution de l’urbanisme. Il fallait pour cela changer l’échelle d’analyse.

5Il était alors nécessaire de plonger au cœur de la ville en étudiant, dans un deuxième temps, l’évolution de l’espace urbain. L’hétérogénéité des sources ne permettait pas d’envisager un inventaire des espaces urbains de chacune des 256 villes identifiées précédemment et de les comparer les unes aux autres pour finalement livrer un bilan d’ensemble. La démarche ne pouvait pas être seulement analytique. Elle a donc été combinée avec une méthode hypothético-déductive au cours de laquelle l’étude de l’évolution du modèle de la ville classique, tel qu’il s’est formé au Haut Empire en Hispanie, a été privilégiée. Cette démarche était d’autant plus justifiée que la transition vers le modèle de la ville tardive, prélude de la ville médiévale, était souvent supposée avoir débuté au iiie siècle. Le modèle urbain classique était composé de différents édifices qui répondaient à des finalités diverses et dont l’édification ou l’entretien était suivi par la communauté ou des particuliers, ou les deux. L’étude de ceux qui reflétaient l’activité et le dynamisme de la communauté civique tels que l’enceinte, les temples ou le forum mais aussi les équipements urbains (voirie, adduction d’eau) ainsi que les édifices de spectacles et, dans une certaine mesure, les équipements balnéaires (tous n’appartenaient pas à la cité, beaucoup étaient seulement des établissements privés ouverts au public) a été privilégiée. L’étude de l’habitat s’est limitée à celui des élites dont la permanence dans les villes est une question débattue. Enfin, il paraissait nécessaire d’analyser les espaces du commerce et de la production car ils occupaient une place importante dans la ville classique et participaient également aux revenus de la ville, autre question encore débattue, le débat sur la ville de consommation n’étant pas clos. Chacun de ces éléments a fait l’objet d’une analyse fondée sur une large sélection des exemples les mieux connus permettant de confirmer, invalider ou nuancer la permanence du modèle. Seules les enceintes dites tardives, dont une partie de la production historique pensait qu’elles pouvaient dater du iiie siècle, ont fait l’objet d’un inventaire exhaustif. L’étude ainsi menée a montré que le modèle urbain classique ne paraît pas s’être transformé au cours du iiie siècle. En dehors de quelques agglomérations où les composantes de ce modèle se sont dégradées, l’espace urbain reste, dans les villes dont la vitalité ne s’est pas essoufflée, celui qu’il était aux siècles précédents. La ville conserve durant tout le iiie siècle ses temples, ses espaces publics, ses équipements de loisirs et ses activités économiques traditionnelles. Une petite évolution est à peine perceptible du côté des édifices de spectacles avec la désaffection des théâtres. La restauration du théâtre d’Emerita au ive siècle indique néanmoins qu’ils n’ont pas disparu partout. Les spectacles du cirque attirent, semble-t-il, davantage les foules. Cet urbanisme se maintient au prix de quelques restaurations dont nous avons conservé la trace ou le témoignage, comme à Mirobriga où le cirque paraît même agrandi. Les nouvelles constructions sont rares. Les seules exceptions sont les nouvelles enceintes, encore que beaucoup soient aussi des reconstructions. Celles-ci sont sans doute plus tardives que cela est aujourd’hui prétendu, et peu d’entre elles datent avec certitude du iiie siècle. Leur édification ne paraît pas avoir été motivée par un danger réel et elle ne préfigure pas la ville médiévale. En effet, de nombreuses murailles ont été construites sur l’enceinte originelle, marquant ainsi une véritable refondation urbaine. Même dans les quelques villes où la contraction de l’espace urbain a été suivie de la construction d’une nouvelle enceinte, comme à Conimbriga, l’essentiel de la parure et des lieux qui fondent la civilisation urbaine a été conservé. La vitalité des communautés civiques s’exprime à travers ces nouvelles enceintes concentrées dans l’ouest et le nord de la péninsule : elles seules, avec l’autorisation de l’empereur, pouvaient restaurer ces enceintes. L’édification des murailles tardives marque, après une période de stagnation de l’urbanisme dans le courant du iiie siècle, un certain renouveau dont témoigneraient également de nombreuses reconstructions datées de la fin du iiie siècle ou du début du ive siècle comme celle des bains de Bracara, de la basilique de Complutum ou d’un portique à Tarraco. Dans tous les cas, ces travaux ne préfigurent pas une transformation de l’urbanisme antique et la nature des monuments restaurés en témoigne. En outre, les prétendues occupations d’espaces publics se limitent le plus souvent aux portiques, ce qui est un phénomène courant dans les villes antiques, antérieur au iiie siècle. L’occupation des forums ou des monuments publics n’est apparue qu’après le iiie siècle et elle ne se produit que dans les villes où ces lieux ont été préalablement abandonnés dans le courant ou à la fin du iiie siècle. Dans ces villes, l’évolution de l’urbanisme pose une autre question, celle de la survie de l’institution civique.

6Cette ultime remarque rendait nécessaire l’étude de la ville comme centre administratif et politique. Le niveau d’analyse qui permettait ces observations était celui de l’armature urbaine. Il a été préféré à celui du réseau urbain, dont l’existence n’est pas réellement assurée dans l’Antiquité. L’armature urbaine correspond à la hiérarchisation des villes d’après leur fonction politique et administrative dont il est possible de supposer qu’elle avait une influence sur le développement urbain. Cette troisième partie est essentiellement fondée sur une démarche hypothético-déductive qui consiste à suivre l’influence des fonctions administratives présentes dans la ville, sur le développement urbain des villes dans lesquelles elles étaient installées. Plusieurs niveaux ont été distingués : les capitales de provinces qui étaient la résidence du gouverneur et de son officium, mais également le siège des assemblées de province ; les chefs-lieux de conuentus également sièges d’une assemblée de conuentus ; les villes sièges de l’administration financière ; enfin, le rang inférieur formé par celui des chefs-lieux de cité et donc toutes les villes qui étaient sièges de leurs institutions civiques. À l’échelle du chef-lieu, il n’y avait pas de doute sur l’influence de l’institution sur le développement urbain mais il était nécessaire d’aborder l’étude de l’évolution de la cité en raison de son lien consubstantiel avec la ville. Les transformations du siècle qui s’achèvent avec les grandes réformes administrative et financière de l’époque tétrarchique (création de nouvelles provinces et donc de nouvelles capitales, disparition des conuentus – une fois démontrée dans ce travail –, transformation des statuts civiques, réorganisation financière) ont profondément bouleversé l’architecture de l’armature urbaine. Les conclusions obtenues par rapport au postulat de départ sont toutefois nuancées et révèlent l’intérêt de la méthode hypothético-déductive. La fin de la tenue des assises judiciaires a vraisemblablement affecté les villes chefs-lieux de conuentus. Néanmoins, certaines d’entre elles ont probablement compensé cette disparition par une situation privilégiée sur des axes commerciaux, comme Caesaraugusta. Pour les niveaux supérieurs des capitales provinciales, la documentation épigraphique et juridique suggère que l’action des représentants de Rome sur la capitale provinciale s’est renforcée au cours du iiie siècle, alors qu’elle était sans doute faible au Haut-Empire. Cependant, certaines villes d’Hispanie considérées comme capitales des nouvelles provinces tardives du diocèse des Espagnes, selon la tradition historique, ne présentent pas le renouveau urbain que la présence de l’administration aurait dû apporter. Il faut donc supposer que,soit la présence d’un gouverneur n’a finalement pas eu d’influence réelle sur le développement de la ville dans laquelle il résidait, même à l’époque tardive, soit l’identification de certaines capitales traditionnellement admise n’est pas assurée. La question reste ouverte car cette étude n’a pas permis de préciser avec certitude l’identité des nouvelles capitales. À l’échelle des cités, la documentation juridique tardive, les actes conciliaires du ive siècle et la correspondance pontificale évoquant les magistrats des cités et l’évergétisme des notables, indiquent que l’institution civique n’a pas disparu. Il est toutefois difficile d’aller plus loin. L’abondante documentation épigraphique qui apportait tant de renseignements sur la vie municipale au Haut-Empire disparaît après l’époque sévérienne. Seules les dédicaces impériales civiques subsistent et permettent de suivre un peu l’histoire des cités au iiie siècle. Le recueil de ces inscriptions présenté dans ce travail montre la progressive disparition des statuts privilégiés et donc une harmonisation du statut des cités. La confrontation de la liste des cités dédicataires de ces hommages avec celle des sièges épiscopaux tardifs laisse penser qu’il y a pu y avoir en Hispanie au cours du iiie siècle une réduction du nombre de cités. Si le nombre de sites occupés est resté presque constant et si celui du nombre de cités a diminué, de nombreux chefs-lieux pourraient être devenus de simples agglomérations secondaires. Ce fait concorderait assez avec l’évolution contrastée de l’urbanisme indiquée précédemment et qui montre que l’occupation de nombreuses villes s’est maintenue alors que leurs monuments civiques ont été abandonnés.

7Le croisement des sources et la combinaison des méthodes de recherche permettent de proposer quelques conclusions générales. Le modèle urbain classique n’a pas disparu en Hispanie au cours du iiie siècle. La ville hispanique a conservé au-delà du iiie siècle sa parure monumentale traditionnelle et s’est maintenue sans changement significatif dans le paysage urbain. L’institution civique n’a pas globalement disparu de la péninsule au cours du iiie siècle. L’État ne pouvait pas se permettre sa disparition, car elle était un relais nécessaire à la bonne gestion des provinces. En revanche, il y a probablement eu une sélection dans l’urbanisation qui a vraisemblablement relégué au rang d’agglomérations secondaires un certain nombre de villes qui n’avaient sans doute pas les ressources suffisantes pour maintenir leur condition de chef-lieu. Par ailleurs, les transformations de l’armature urbaine ont bouleversé la hiérarchie urbaine aux dépens de l’est, constitué surtout des anciennes zones urbanisées de l’Hispanie, et au profit de l’ouest et partiellement du nord, où se situaient à la fin du iiie siècle,les villes les plus dynamiques de la péninsule. Le iiie siècle semble marquer une translation du phénomène urbain d’est en ouest dans la péninsule.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Javier Arce, Université de Lille III ; Jean-Pierre Bost, Université de Bordeaux III ; Georges Fabre, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; Rudolf Haensch, Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des Deutschen Archaeologischen Instituts ; Jésus Liz Guiral, Université de Salamanque ; Jean-Michel Roddaz, Université de Bordeaux III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Brassous, « Les villes de la péninsule Ibérique au iiie siècle p. C. », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 301-305.

Référence électronique

Laurent Brassous, « Les villes de la péninsule Ibérique au iiie siècle p. C. », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/3793

Haut de page

Auteur

Laurent Brassous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals