Navigation – Plan du site
Miscellanées

Cabezas cortadas y otros espectáculos: violencia, patetismo y truculencia en el teatro de Calderón

Têtes coupées et autres spectacles : violence, pathos et truculence dans le théâtre de Calderón
Severed heads and other spectacles: violence, pathos and gruesomeness in Calderón’s dramas
Ignacio Arellano
p. 199-213

Résumés

Cet article propose une analyse de la mise en scène de la violence dans le théâtre de Calderón, en portant une attention spéciale au recours aux têtes coupées et à ses différentes fonctions selon les genres dramatiques. En partant de considérations générales sur la violence dans les différents niveaux dramatiques (action, personnages, langage, mise en scène), il analyse l’élément pathétique, surtout dans les tragédies, ainsi que les dérivations comiques et grotesques dans certains cas. Parmi les exhibitions truculentes et macabres (cadavres, exécutions, assassinats…), le recours aux têtes coupées est particulièrement remarquable, présent non seulement au niveau verbal, à travers des références dans le texte, mais surtout comme élément scénique dans plusieurs usages et techniques (têtes en cuir et carton, tables dotées d’orifices, plateaux dissimulés, utilisation de trappes, etc.). Il en ressort que Calderón utilise des éléments d’une cruauté truculente, comme les têtes coupées et autres mutilations, dans plusieurs genres et contextes, pour l’exploitation multiple du pathos tragique et du comique grotesque, parfois avec des intentions de pédagogie moralisante, ou encore comme mécanisme pour le rire et l’humour noir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

En un análisis de la violencia en el teatro de Calderón se advertía con claridad la omnipresencia de este componente, considerado por algunos antropólogos como elemento básico de la cultura humana:

La guerra, los conflictos, la violencia en suma, en la que antropólogos y críticos como Girard han visto el fundamento y la matriz de todas las significaciones míticas y rituales de la cultura humana, prolifera extraordinariamente en los dramas calderonianos y contagia a numerosos personajes, desde los tiranos patológicos hasta los héroes capaces de vencerla por la superación y el control, obedientes a imperativos éticos de índole religiosa o a criterios del heroísmo aristocrático y filosofías neoestoicas.

Esta violencia que se expande por todos los territorios del teatro calderoniano adquiere muchas formas y presenta muchas caras. Violencia en la acción —trama y episodios—, en la conducta y gestos de los personajes, en el lenguaje y en la escenificación.

Bastaría recordar casos como el de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ignacio Arellano, « Cabezas cortadas y otros espectáculos: violencia, patetismo y truculencia en el teatro de Calderón », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-1 | 2014, 199-213.

Référence électronique

Ignacio Arellano, « Cabezas cortadas y otros espectáculos: violencia, patetismo y truculencia en el teatro de Calderón », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5580

Haut de page

Auteur

Ignacio Arellano

Universidad de Navarra (Griso)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals