Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

La démesure des listes du Conseil des Indes au xviie siècle

Le Nouveau Monde vu depuis les bureaux madrilènes
La desmesura de las listas del Consejo de Indias en el siglo xvii. El Nuevo Mundo visto desde los despachos madrileños
The overblown lists of the Council of the Indies in the 17th century. The New World as viewed by bureaucrats in Madrid
Guillaume Gaudin
p. 83-103

Résumés

Depuis le début du xvie siècle, le Conseil des Indes est chargé par le monarque du gouvernement des territoires hispano-américains. Au xviie siècle, la volonté de mieux maîtriser les vastes espaces lointains des Indes occidentales amène au recensement et à la compilation de l’ensemble des charges civiles et des bénéfices ecclésiastiques pourvus par Philippe IV. Pour cette tâche, la liste est l’outil par excellence issu du labeur quotidien — le « manejo de papeles » — des gratte-papier madrilènes. De 1630 à 1660, un commis du secrétariat de Nouvelle Espagne, Juan Díez de la Calle, un relator, Antonio de León Pinelo et le chroniqueur des Indes, Gil González Dávila travaillent sur plusieurs listes qui donnent à voir le Léviathan hispanique. La démesure des listes a le pouvoir de glorifier l’entreprise hispanique en Amérique : en les consultant, le lecteur appréhende globalement l’espace américain et apprécie l’étendue du pouvoir royal et l’ardeur évangélisatrice de la Couronne.

Haut de page

Dédicace

Si avrà en el Orbe Príncipes que abracen más dilatadas Regiones con su Corona; pero Monarca a quien Dios le diesse tanto que dar, como a nuestro Filipo, no se si le han conocido los Anales. […] No quiero que deba nada esta verdad a los colores de la elocuencia, y assí me ha parecido formar índice, para que cansándose la vista, aun de su multitud reduzida a números, se den por vencidos los ojos de la inmensidad de sus beneficios.

Alonso Núñez de Castro, Soló Madrid es Corte, 16581.

Texte intégral

  • 2 Voir Díez de la Calle, Memorial y Noticias Sacras y Reales, fo 4ro : « Y movido de esto, y del gran (...)
  • 3 Cité par Paz, 1992, pp. 107-108.
  • 4 Voir Dedieu, 2010, p. 27.

1Vers 1660, Juan Díez de la Calle (1598-1662), premier commis du secrétariat de Nouvelle Espagne du Conseil des Indes, achève le manuscrit de ses Noticias Sacras y Reales de los dos Imperios de las Indias Occidentales. Il est fier d’offrir au monarque une liste complète des charges civiles et ecclésiastiques pourvues par le Souverain et ses représentants au Nouveau Monde2. Cette énumération reprend la division politico-administrative des Indes de Castille en deux vice-royautés (les deux tomes des Noticias Sacras) et onze audiences (soit onze titres) et se déploie sur 825 folios3. Pour le commis, la liste joue d’une part un rôle d’outil administratif en englobant dans un même objet l’ensemble des nominations, épargnant ainsi de longues recherches dans les archives. Elle incline d’autre part à légitimer la souveraineté du Roi catholique sur ses possessions américaines en réponse aux propagateurs de la légende noire (le massacre des Indiens et l’avidité espagnole en Amérique). D’après Díez de la Calle, les moyens et les efforts fournis par la Couronne pour le bon gouvernement et l’évangélisation du Nouveau Monde sont démontrés par l’importance du personnel royal aux Indes. Aussi, les Noticias Sacras y Reales sont-elles l’expression de la « convention royale » reposant sur la grâce royale qui récompense le mérite de ses sujets obéissants et constitue le liant entre les membres de la monarchie et sa tête4.

  • 5 « Apenas hemos comenzado a suponer la cantidad total de papel utilizado por la Monarquía española p (...)

2L’étude de cet ouvrage et la manière dont il a été composé par Díez de la Calle répondent à une question cruciale pour l’histoire politique de la monarchie hispanique à l’époque moderne : comment exercer son autorité sur de vastes territoires séparés du monarque par une distance-temps de plusieurs mois (voire de plusieurs années pour les Philippines) ? Dès les années 1510, mais surtout à partir du règne du rey papelero Philippe II (1556-1598), la formule politico-administrative fut mise en place et développée : une autorité « de papier » allait s’exercer sur les Indes occidentales. L’historien J. H. Elliott reste subjugué par le phénomène : « Nous commençons à peine à deviner la quantité totale de papier utilisé par la Monarchie espagnole pour le gouvernement aux xvie et xviie siècles5 ».

  • 6 Ibid.

3Or l’une des manifestations quantitativement et qualitativement importantes de cet univers de papiers est la liste. Les archives de la monarchie conservées à Séville, Simancas ou Madrid regorgent de listes. Elles présentaient pour le pouvoir le triple avantage d’être synthétiques, pratiques et souvent hyperboliques. Les ministres du Conseil des Indes en faisaient un usage immodéré comme les Noticias Sacras y Reales viennent le prouver à côté d’autres listes dont nous souhaitons ici analyser les principaux usages et fonctions au xviie siècle. Avec la carte, l’itinéraire, la description ou l’archivage, la liste nous semble former un des moyens de se représenter l’espace dont disposaient les hommes chargés d’administrer un empire planétaire — puisqu’il s’étend de l’Europe à l’Asie avec les Philippines — acteurs d’une « bureaucratie globale6 ». En outre, l’étude de ce mode de représentation et de ses conséquences politiques et culturelles permet de poursuivre le débat sur la modernité des pratiques gouvernementales d’Ancien Régime.

  • 7 De même pour l’auteur du Codigo Peruano (1635), Gaspar de Escalona y Agüero. Voir Manzano Manzano, (...)
  • 8 Berthe et Calvo (éd.), 2011, p. 51.

4La frénésie de listes qui frappe le Conseil des Indes dans la première moitié du xviie siècle est également liée à un contexte politique et culturel. Le discours sur la décadence diffusé par le courant arbitriste entraîne la réaction des élites intellectuelles : le développement de l’idée de défense et de conservation de l’empire. Dès lors apparaît une série de comparaisons avec l’Empire romain : avec la Recopilación de las Leyes de Indias, Antonio de León Pinelo se mesure au compilateur Tribonien (vie siècle), auteur du Corpus juris civilis justinien7 ; Díez de la Calle affirme s’inspirer de la Notitia Dignitatum, un registre des offices civils et militaires du Bas-Empire plusieurs fois réédité à la Renaissance. Après l’étonnement des Grandes Découvertes et l’épopée victorieuse des conquistadors du xvie siècle vient ainsi le temps des bilans et de la gestion des acquis. L’esprit baroque s’acharne à compiler, synthétiser, réduire et lister les savoirs impériaux8. C’est aussi une réponse aux circonstances difficiles qui s’instaurent à partir de 1635 : avec les défaites militaires et les pertes territoriales, le pouvoir espagnol compte ses forces en insistant sur sa grandeur. Le domaine américain où règne une relative pax hispanica constitue un sujet de prédilection pour l’impérialisme et le providentialisme hispanique. Près de 150 ans après le début de la conquête du Nouveau Monde, le désir de pouvoir appréhender et montrer le vaste ensemble américain en un coup d’œil est vif.

  • 9 Schäfer, 2003.
  • 10 Escudero, 1969 ; García Marín, 1992. Pour un point plus complet sur l’historiographie des agents de (...)
  • 11 Muro Orejón et Muro Romero, 1976.
  • 12 León Pinelo, El Gran Canciller de Indias ; García Hernán, 2007 ; Millares Carlo, 1961.
  • 13 Pélorson, 1980, p. 79 ; Martínez Robles, 1987 ; concernant Díez de la Calle, voir Bernal Gómez, 198 (...)
  • 14 Dedieu, 2001, p. 61 ; Schaub, 1997 ; Bertrand, 1999 ; Gómez Gómez, 2008.
  • 15 Berthe et Calvo, 2011. Dans notre thèse, nous avons étudié le labeur quotidien de Juan Díez de la C (...)
  • 16 Brendecke, 2012.

5L’histoire du gouvernement de la monarchie hispanique a longtemps été dominée par l’histoire des institutions et l’histoire du droit. La monographie d’Ernest Schäfer sur le Conseil des Indes est ancienne et consiste en une histoire de l’institution et de son personnel. La question des savoirs et de leurs formulations est abordée dans les chapitres sur les chroniqueurs, mais reste descriptive9. Le constat est assez similaire pour l’histoire des autres conseils madrilènes avec, par exemple, le travail monumental sur les secrétaires d’État de José Antonio de Escudero ou sur le Conseil d’Italie de José María García Marín10. Concernant l’administration indiana (c’est-à-dire hispano-américaine), l’histoire du droit (derecho indiano) a longtemps dominé le champ, et les travaux sur le manejo de papeles ou les analyses du travail concret des officiers des conseils madrilènes restent balbutiants11. Plusieurs biographies de membres éminents du Conseil des Indes apportent un éclairage intéressant sur les acteurs de l’administration madrilène si friands de listes comme l’étaient Antonio de León Pinelo, Juan de Solórzano Pereira ou Gil González Dávila12. Les commis, gratte-papier ou officiers subalternes — désignés par Jean-Marc Pélorson comme infra-letrados — ont peu retenu l’attention13 : les sources sont plus éparses que pour les letrados puisque les commis n’apparaissent qu’incidemment dans les expedientes, ces dossiers contenant l’ensemble des pièces réunies par les conseils et conduisant le monarque à prendre une décision. Pourtant, depuis une quinzaine d’années, plusieurs historiens se sont penchés sur la manière dont ces petites mains de l’administration hispanique opéraient au quotidien. Nous disposons ainsi d’un début d’analyse historique des équipes techniques des institutions royales à l’époque moderne : le maniement des papiers est issu d’une pratique, sans doute héritée du gouvernement des communes italiennes et des chancelleries médiévales, dont on trouve des traits communs dans les différentes parties de l’empire14. Sur les listes proprement dites, un ouvrage récent a ouvert la réflexion : l’édition critique des listes d’offices et de charges pourvus par le roi en Amérique de León Pinelo (1631) et de Díez de la Calle (1645) publiée par Thomas Calvo et Jean-Pierre Berthe donne enfin à voir ces produits du terroir des officines madrilènes15. Enfin, les récents travaux d’Arndt Brendecke viennent éclairer les processus d’acquisition du savoir dans l’empire de Philippe II16.

  • 17 BNE, mss 1447, 2939, 3000, 3025, 3026, 3046, 3047, 3048, 3178.

6Les sources que nous nous proposons d’étudier portent sur le travail administratif du Conseil des Indes, mais également sur l’effet de pouvoir des listes. La frontière est vague, voire artificielle, entre utilité et propagande. Les 291 documents (2 195 folios) réunis par Díez de la Calle et conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne, largement inédits, fourmillent de listes17. Au cours des trente-huit années de sa carrière, le commis a sollicité, réuni et conservé des informations sur le gouvernement et le personnel royal en Amérique : ce corpus devait lui permettre de publier ses Noticias Sacras y Reales. Essentiellement manuscrits, ces documents sont des rapports, des listes de charges, des réponses à des questionnaires envoyés en 1635 et 1648 pour rédiger une histoire de l’Église américaine. Les œuvres imprimées des membres du Conseil des Indes contiennent des listes ou sont précisément des listes. Antonio de León Pinelo (1596-1660), relator du Conseil des Indes, co-auteur de la Recopilación de Leyes de Indias et auteur d’une liste de l’ensemble des charges civiles (et militaires) en Amérique, est plus connu pour son Epítome de la biblioteca occidental y oriental náutica y geográfica (Madrid, 1629), la première bibliographie concernant les Nouveaux Mondes. Gil González Dávila (1570-1658), chroniqueur des Indes, est l’auteur des Teatros eclesiásticos de Nouvelle Espagne (1649) et du Pérou (1655), une liste biographique des évêques américains. Comment ces listes produites au Conseil des Indes sont-elles élaborées ? Dans quel but ? Quelle représentation de l’espace américain livrent-elles ? Les listes sont d’abord des outils pratiques répondant aux besoins de la gestion politique et administrative des territoires et du personnel royal aux Indes. Ces listes sont, de plus, performatives : elles donnent à voir un ensemble politique maîtrisé depuis Madrid, des territoires mesurés et des Indiens évangélisés et encadrés par des villes où s’active un personnel pléthorique entretenu par le Souverain.

Des listes pour administrer à distance : Relación universal et Memorial informatorio

7Le Conseil des Indes était chargé du suprême contrôle administratif, judiciaire et ecclésiastique des Indes occidentales. À la fois cour de justice, organisme consultatif et exécutif des décisions royales, notamment dans le domaine du Patronage de l’église, le Conseil des Indes était l’institution par laquelle la Couronne exerçait son pouvoir sur ses possessions américaines. Pour maintenir cette autorité à plusieurs milliers de kilomètres de distance et à plusieurs mois de voyage, il générait, expédiait et recevait une formidable quantité de papiers. Une des tâches cruciales du Conseil des Indes consistait à proposer trois noms au roi lors des nominations du haut clergé indiano et des hautes charges civiles (principalement les audiences). Ce pouvoir éminemment politique dit de grâce, garant du fonctionnement de la Monarchie espagnole, comprenait une partie administrative. Une sorte de gestion des ressources humaines d’Ancien Régime suscitait d’innombrables cédules, minutes, relations de mérites et pétitions : dès lors, il fallait connaître les bénéfices, les charges civiles, leur nombre, leur éventuelle vacance, leur prix, leur salaire. L’idée de dresser une liste vient donc de ce besoin concret de savoir et d’organiser.

8En 1631, le relator du Conseil des Indes Antonio de León Pinelo fut chargé de recenser et d’énumérer tous les officiers de la Couronne nommés par le roi aux Indes pour la mise en place de la media anata, un droit à acquitter lors de leur prise de fonction. Pour le recouvrement, il fallait en effet savoir qui allait payer cette nouvelle taxe. Le résultat est une liste de soixante folios énumérant tous les offices que pourvoyait le Conseil des Indes soit 4 619 places en plus des 178 charges des institutions métropolitaines. Il s’agit, d’après Thomas Calvo et Jean-Pierre Berthe, de la première tentative de pesée globale de l’administration indiana. Ce répertoire, resté manuscrit et conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne dans les papiers de Juan Díez de la Calle, est annoté par au moins deux écritures, dont celle de notre commis : il s’agit bien d’un document de travail complété et actualisé au fil du temps. Le titre soigneusement écrit par León Pinelo est déjà une liste du contenu de la liste. On comprend le souci d’exhaustivité du relator, réputé pour son esprit méticuleux :

  • 18 Relación de los Oficios i cargos de gobierno, justicia, hacienda, guerra y más, perpetuos i tempora (...)

Relation des Offices et charges de gouvernement, justice, finances, guerre et autres, perpétuels et temporaires, que par grâce ou faveur, vente ou renonciation, sa Majesté le Roi notre Seigneur pourvoit, par son Conseil Royal des Indes et ses vice-rois, Présidents, Audiences, Cours des Comptes, Gouverneurs, Corregidors, Grands Alcaldes, Municipalités, Offices Royaux et autres ministres, et ce dans le Conseil Royal et à la Casa de la Contratación de Séville et ses annexes, comme dans toutes les Indes, ainsi que les îles et la Terre Ferme de la Mer Océane, dans leurs Cités, Villes, bourgs, peuplements, présides, armées et armadas ; avec les salaires et les soldes qu’ils reçoivent et la valeur des offices vénaux18.

  • 19 León Pinelo, El Gran Canciller de Indias, pp. 47 et 131.
  • 20 Ibid., pp. 47-68.

9Ce titre est une véritable démonstration de force de l’implantation politique et militaire hispanique en Amérique : les dimensions géographique et hiérarchique sont très présentes. Plusieurs indices tendent à prouver que l’auteur voyait cette liste comme une annexe de la Recopilación de las Leyes de Indias, comme synthèse du gouvernement des Indes occidentales. León Pinelo souhaitait également inclure cette liste dans un opus personnel intitulé Estado de las Indias, prueba de lo que deben ser estimados los Reinos [de Indias] en que hay tanto que dar, référence à la magnanimité du roi dans ses faveurs19. En ce sens, León Pinelo donne un aperçu de la grâce royale dans son Gran Canciller de Indias en énumérant les mercedes octroyées en Amérique depuis que les Rois Catholiques donnèrent le titre d’amiral à Christophe Colomb20.

  • 21 La Cámara de Indias avait été une première fois instituée en 1600 jusqu’à sa suppression en 1609. E (...)

10Alors que León Pinelo se limite aux offices civils et militaires, Díez de la Calle élargit le spectre de la liste aux bénéfices ecclésiastiques. En 1645, la liste de León Pinelo est revue et étendue dans un premier ouvrage intitulé Memorial informatorio des 7 436 charges, offices et prébendes supérieurs (et beaucoup de militaires et de marins de la Carrera de Indias) directement pourvus par le roi et son Conseil. Le contexte est favorable à la publication d’un tel ouvrage avec la recréation de la Cámara de Indias, institution spécifiquement chargée des nominations rétablie par Philippe IV contre l’avis du Conseil21. Voici un extrait du corps du Memorial de Díez de la Calle qui devait si bien répondre aux tâches de la Cámara :

Gouvernement et corregimiento du district de cette audience [de Lima].

Gouvernement de Chuchito, avec 3 000 pesos de salaire.

Corregimiento de la Cité de Cuzco, avec 3 000 pesos vérifiés.

  • 22 « Gobiernos y Corregimientos del distrito de esta audiencia [de Lima]. Gobierno de Chucuito, con 3. (...)

Corregimiento de Los Andes del Cuzco, avec 2 000 pesos vérifiés22.

11Le plan et la forme de l’ouvrage dénotent un certain bricolage à l’image de la foliation et d’une table des matières très imparfaites. Le découpage suit tout de même une logique hiérarchique et géographique : on commence par la liste des charges du Conseil des Indes, de la Casa de Contratación, de la Carrera des Indes (fos v-vii), puis la liste nominative du personnel du Conseil en 1645 (fos viii-xi). Puis viennent toutes les charges pourvues par les secrétariats du Conseil des Indes : d’une part, ce que pourvoit le secrétariat de Nouvelle Espagne (fos 2-16) ; d’autre part, ce que pourvoit le secrétariat du Pérou (fos 17-26). Les postes sont classés par catégories : officiers civils et militaires, finances, ecclésiastiques, liste des présides. Pour chacune d’elles, le Memorial énumère les postes par audience. Enfin, des folios 26v° à 32v°, l’auteur a placé une série d’informations ou d’annexes : la liste nominative des vice-rois de 1529 à 1645, la liste des généraux de l’armada de Nouvelle Espagne et de Terre Ferme, trois exemples du temps de parcours de « voyages des flottes » de la Nouvelle Espagne, les caractéristiques générales et particulières des onze audiences, un résumé des places et offices pourvus par la Cámara.

  • 23 « … fieles de pesos y medidas, mojonería, pregonería » (Id., Memorial y Noticias Sacras y Reales, f(...)

12Ce projet du commis s’étoffe encore en 1646, avec le Memorial y Noticias Sacras y Reales del Imperio de las Indias occidentales. Il traite uniquement de la vice-royauté de la Nouvelle Espagne mais l’énumération descend très bas dans la hiérarchie des charges et des prébendes : les plus petits offices municipaux sont relevés comme les « vérificateurs des poids et mesures, tastevins, crieurs publics23 » de la ville de Mexico. Au cours des années 1650, Díez de la Calle prolonge cet effort et rédige le manuscrit des Noticias Sacras y Reales, version augmentée et définitive de la présence royale dans les deux vice-royautés américaines.

Outils de bon gouvernement : la liste au service du manejo de papeles

13Juan Díez de la Calle présente ses ouvrages comme des outils pratiques au service du roi, de ses conseillers et des commis de secrétariats. Les listes imprimées des charges doivent faciliter la préparation des nominations :

  • 24 « Para dar con mas acierto y noticia satisfacción a los decretos del, y para que con mas propiedad (...)

Pour appliquer avec plus de sûreté et de précision les décrets et pour que, avec plus d’à propos, on puisse faire les propositions aux offices et places qui sont pourvus par [ces secrétaires] et leurs dossiers, sans qu’il soit nécessaire (comme jusqu’à maintenant) de chercher (au prix de tant d’efforts et de temps) dans tant de livres et de liasses de papiers, où sont réparties toutes les informations. Et aussi avec l’intention de soulager et d’aider ceux qui voudraient s’en servir24

  • 25 « Con que en volumen pequeño tendrá V. Magestad, y sus Reales y Supremos Consejos y Junta de Guerra (...)

[…] Ainsi, Votre Majesté et ses Royaux et Suprêmes Conseils et Junte de Guerre des Indes disposeront d’un petit volume, pour une connaissance simple et entière de ce qui est le plus pertinent et important pour ces deux Empires25.

14Les Noticias Sacras sont des outils de bon gouvernement, des répertoires concis et organisés d’un usage facile. À côté des registres et des index des cedularios, Juan Díez de la Calle enrichit la panoplie du secrétaire pour trouver rapidement les informations nécessaires au quotidien. Ainsi, son œuvre rejoint clairement son activité de commis : le manejo de papeles. Les termes utilisés pour évoquer ses écrits dans les dédicaces correspondent à ceux de son jargon. Il évoque son entreprise éditoriale comme l’extraction (« sacar ») d’informations de nombreux livres et papiers, puis la classification de celles-ci (« ajustar ») et enfin, leur synthèse dans un corpus. Ses objectifs sont de faciliter (« facilitar », « para más fácil manejo ») et d’accélérer (« brevedad ») la prise de décision en évitant des recherches dans les nombreux livres, mais également de rendre plus claires (« claridad », « inteligencia ») et plus justes (« acierto ») les décisions. La pratique professionnelle modèle les représentations du commis : le territoire et ses hommes passent par le filtre de la liste et du papier pour créer une image assimilable par les ministres madrilènes.

Des listes pour n’en faire qu’une : s’informer et penser en liste

15Díez de la Calle est, comme ses contemporains, très sensible à la liste comme forme de représentation de l’espace et du temps. Ses papiers conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne, ses références bibliographiques montrent son obsession pour lister et demander des listes.

  • 26 La revue des notes marginales des Noticias Sacras y Reales nous a permis de reconstituer la bibliog (...)
  • 27 BNE, ms. 2930, fo 1vo.

16Nous savons qu’il dispose de plusieurs atlas et cartes26 : l’Atlas novus de Jan Jansson, le Novus Orbis seu descriptio Indiae Occidentalis de Joanes de Laet et les cartes éditées dans l’Historia General du chroniqueur Antonio de Herrera y Tordesillas. Néanmoins, Díez de la Calle retranscrit les lieux des atlas sous forme de listes comme pour le « District de Quito selon Jan Jansson » dont on trouve un exemplaire dans ses papiers et un autre dans les Noticias Sacras y Reales27 : ce sont dix-huit lignes numérotées divisées en trois provinces (Quito, Quijos, Bracamoros), indiquant parfois la distance avec Quito, qui tiennent sur une page. On assiste en quelque sorte à une « déterritorialisation » de l’espace cartographique au profit de l’énumération dont les enjeux sont les suivants : le caractère cumulatif et l’ajout d’information (salaires, agents présents dans les lieux énumérés) impossible à faire figurer sur une carte. En somme, pour l’administrateur du xviie siècle, la carte (souvent présentée comme un outil « moderne ») est moins pertinente, voire performante, que la liste écrite.

  • 28 BNE, ms. 3023, fos 133vo- 137ro (México) ; ms. 3010, fos 27-32 (Puebla).
  • 29 BNE, ms. 3024, fos 135vo-136vo.
  • 30 BNE, ms. 3047, fos 99-102.
  • 31 Díez de la Calle, Memorial y Noticias Sacras y Reales, fos 65 v°-66 r°.

17Le commis est davantage habitué à ce genre de documents : il possède une liste des lieux de la Nouvelle Espagne qu’il souhaite publier dans ses Noticias Sacras28. Dans la catégorie des curiosités historiques qui agrémentent l’œuvre du commis, on trouve également la liste des Espagnols présents le 17 juin 1533 à Cajamarca29. Néanmoins, pour l’administrateur, la présence d’agents du roi prime. Dans ce domaine, Díez accumule les listes comme celle des 204 alcaldías mayores, corregimientos et tenientazgos de la Nouvelle Espagne rédigée dans les années 1630 par l’alférez Juan de Villanueva Altamarino30. à l’énumération des 116 cures du diocèse de Puebla31 s’ajoute une liste des 72 cures du diocèse de Mexico, reproduite dans les Noticias Sacras y Reales :

1. — Le bénéfice pour la cure de Yztapalapan à deux lieues de Mexico a pour salaire annuel, valable sur la Maison de la monnaie de cette ville, 150 pesos d’or de mine, qui font 248 pesos, un tomín et trois grains d’or, payés par sa Majesté.

  • 32 « 1. — El beneficio curato de Yztapalapan dos leguas de México, tiene de salario en cada un año en (...)

2. — Le bénéfice pour la cure d’Atlapulco, à sept lieues de Mexico est rétribué par son encomendero32

18Ajoutons une autre liste très intéressante rapportant les alcaldías mayores et corregimientos pourvus par le vice-roi de Nouvelle Espagne et rédigée par l’officier de finances Don Martín de San Martín. Elle était clairement destinée aux sujets désireux de se procurer un office en Nouvelle Espagne : elle est divisée en classes qui définissent le niveau de salaire et de prestige de la charge. On comprend les préoccupations des prétendants à l’émigration : la rémunération, un climat supportable et la possibilité de se rendre à la Cour vice-royale sans trop de difficultés. La liste permet de comparer, de se familiariser avec la toponymie (pour obtenir des informations complémentaires), de hiérarchiser :

Offices de première classe =

1. — La cité de Puebla de Los Angeles, chef-lieu de son évêché, vingt-deux lieues de la cité de Mexico ; bon climat ;

2. — Mines de San Luís Potosí, évêché du Michoacán ; bon climat : distante de 50 lieues de Mexico. […]

Entre deuxième et troisième classe =

1. — Xochimilco : Archevêché de Mexico : tempéré : distant de quatre lieues ;

2. — Mestitla : Archevêché de Mexico : chaud : distant de vingt-sept lieues ;

  • 33 « Oficios de primera clase = 1. — La ciudad de la Puebla de Los Ángeles, cabeza de su Obispado de l (...)

3. — Mines Chichipaca : évêché de Oaxaca : plus proche du chaud que du froid : distante de 85 lieues de Mexico, et dispose de beaucoup de terres froides33

  • 34  « La he comunicado a ministros y otras personas noticiossas de la Nueva España, que asseguran es p (...)

19Au sujet de cette liste, Juan Díez de la Calle procède avec prudence et professionnalisme puisqu’il affirme : « je l’ai communiquée à des ministres et à d’autres personnes bien informées sur la Nouvelle Espagne, lesquels assurent qu’elle est exacte et conforme à la réalité34 ». Les savoirs impériaux se construisent dans un va-et-vient entre les deux rives de l’Atlantique.

  • 35 « Razón de los ministros, y sirvientes que la S[an]ta Iglesia metropolitana de México tiene… » (cit (...)
  • 36 Voir Berthe, 1994.

20Des listes, Juan Díez de la Calle en fait la demande à ses correspondants aux Indes occidentales. Nous avons recensé quatorze lettres reçues par Díez de la Calle de collègues américains entre 1637 et 1655 : elles contiennent presque toutes des listes. Le « relevé des ministres et serviteurs de la Sainte église métropolitaine de Mexico » a été réalisé à la demande de Díez de la Calle par le demi-prébendier Cristóbal Millán de Poblete en 164735. Il s’agit d’une liste détaillée du personnel de la cathédrale de Mexico qui permet au passage à son auteur de se plaindre de ses faibles revenus et de demander au commis madrilène de favoriser sa candidature à un canonicat. Díez de la Calle obtient également une liste des missions jésuites des provinces de Nouvelle Biscaye et de Sinaloa (vers 1645) du père Pérez de Ribas, une description du clergé du diocèse de Porto Rico (1651) de l’évêque Fernando Lobo de Castrillo, un « Index de toutes les îles comprises sous le nom des Philippines » (1650) du fiscal Francisco de Samaniego36.

21C’est donc principalement par la liste que Díez de la Calle accède aux réalités américaines car contrairement à Antonio de León Pinelo, il n’a jamais foulé le sol américain. Son regard papelero prend des accents géographiques, sans aboutir à une vision en deux dimensions. Ainsi, la carte ne figure pas dans ses modes de représentation de l’espace. C’est dans et par la pratique bureaucratique que le commis parvient à une représentation — de ce point de vue — ordonnée de l’espace indiano. Sur la forme, les Noticias Sacras y Reales et ses avatars de 1645 et 1646, forment un patchwork de listes élaborées par le commis lui-même à partir des archives du Conseil des Indes et des copier-coller de listes recueillies au fil du temps ou sollicitées auprès de correspondants américains. Sur le fond, la primauté est accordée à l’organisation politique conçue depuis Madrid : les villes sont le siège du pouvoir et les foyers de populations hispaniques n’existent que s’ils accueillent un officier de la Couronne. Il s’agit d’une occupation de l’espace américain, une territorialisation hiérarchique du corregidor au roi en passant par l’audience et l’évêché. Le pouvoir monarchique étend son autorité sur l’ensemble d’un territoire découpé, recensé, listé. C’est ce que donnent à voir plusieurs autres ouvrages publiés par le Conseil des Indes au milieu du xviie siècle où s’expriment pleinement l’impérialisme et le providentialisme castillan.

Des listes pour faire l’histoire panégyrique de la monarchie hispanique en Amérique : Teatros ecleciásticos et Hierachía eclesiástica

  • 37 Kagan, 2010, p. 262.

22Une fois l’histoire des Castillans au Nouveau Monde d’Antonio de Herrera y Tordesillas achevée, Philippe IV souhaitait donner aux Indes occidentales une histoire de son Église depuis 149237. Il s’agissait d’inclure les Indes dans l’histoire du christianisme et de la Monarchie catholique en construisant un passé. L’objectif était de rédiger le panégyrique et l’apologie du Patronage royal et du labeur d’évangélisation de la Castille au Nouveau Monde. Chacune des provinces de l’empire devrait ainsi disposer de son Teatro eclesiástico.

Le goût de la liste de l’érudit Gil González Dávila, chroniqueur de Castille et des Indes

  • 38 González Dávila cité dans Millares Carlo, 1961, p. 130 : « manejo de tan grande historia como la qu (...)
  • 39 « Y son tantos los Oficios que el Rey da por este y otros Consejos, que pasan de sesenta mil, sin l (...)

23Philippe IV confia logiquement cette tâche au chroniqueur des Indes dans les années 1630. La mise en œuvre se révéla particulièrement lente et fastidieuse : le chroniqueur Tamayo de Vargas décéda en 1641 sans que le projet soit beaucoup avancé. Le monarque fit alors appel à l’expert en la matière, le chroniqueur de Castille Gil González Dávila (1570-1658) reconnu capable de « la conduite d’une si grande histoire comme celle qui doit être écrite, des fruits que la Foi catholique a donnés et des bénéfices qu’elle a apportés dans l’Empire et les Couronnes des Indes38 ». Dès 1604, l’érudit s’était attelé à l’écriture d’un Teatro de las Iglesias de España et, en 1623, il avait imprimé son Teatro de las grandezas de la villa de Madrid. Ce dernier ouvrage est particulièrement représentatif du style et de la forme de l’œuvre de González Dávila : l’énumération exhaustive des paroisses, couvents, hôpitaux ainsi que des officiers de la Maison royale et de la polysynodie donne à voir « les grandeurs » de la capitale de l’empire. En détaillant l’histoire des conseils madrilènes, le chroniqueur passe en revue tous les territoires de la Monarchie dont le pouvoir suprême se situe à Madrid au palais royal. Le pouvoir de nomination est une fois de plus mis en valeur : « Il y a tant d’officiers nommés par le Roi dans ses Conseils, que leur nombre dépasse les soixante-dix mille, sans les grâces qui forment une autre mer infinie39 ». González Dávila énumère ensuite les évêques nommés par le roi de Castille « comme Patron des églises d’Espagne ». Le même procédé est employé pour le Conseil des Indes : les Indes occidentales « se divisent en une multitude de royaumes et de provinces, où ont été édifiées 70 000 églises, 500 couvents… ». La liste se poursuit :

  • 40 « [Las Indias Occidentales] se dividen en multitud de Reinos y Provincias, donde se han edificado 7 (...)

Pour l’évangélisation et le bon gouvernement [des Indes occidentales], ont été érigés un patriarcat, six archevêchés, 32 évêchés, trois tribunaux de l’Inquisition, deux universités, deux vice-royautés, onze audiences, de nombreux gouvernements, corregimientos et présides pour la défense des côtes ; et ont été fondées plus de 200 cités, et de nombreuses villes, colonies de notre Espagne40

  • 41 Voir la citation mise en exergue de cet article, p. 83. Nuñez de Castro, Soló Madrid es Corte, f° 2 (...)

24Ces données chiffrées, approximatives et exagérées, spécialement les 70 000 églises, sont réemployées par Díez de la Calle. Alonso Nuñez de Castro, dans le chapitre huit du livre premier de son Soló Madrid es Corte intitulé « Magnificence de notre Prince, et provisions des offices, dans et hors d’Espagne », copie les listes d’évêques et d’oidores américains de González Dávila et de Díez de la Calle. Dans le passage mis en exergue de cet article, il reconnaît l’effet hyperbolique que produit la liste : supérieure à l’éloquence, elle fatigue l’œil par sa vastitude41. De là, Nuñez de Castro énumère pendant près de quarante pages les charges et les bénéfices « que se proveen en Madrid » : une bonne partie est extraite du Teatro eclesiástico de la Iglesia de las Indias occidentales.

  • 42 Millares Carlo, 1961, pp. 139-145.

25En 1643, au moment de sa nomination au poste de chroniqueur des Indes, l’expérimenté González Dávila est encore occupé par la rédaction du Teatro eclesiástico de Castille (dont le dernier tome ne parut qu’en 1700). Dans le même temps, il achève la publication en deux tomes du Teatro eclesiástico de la primitiva Iglesia de las Indias Occidentales, vidas de sus arzobispos y obispos y cosas memorables de sus sedes, en 1649 pour la Nouvelle Espagne et en 1655 pour le Pérou. Malgré tous les défauts et les erreurs de l’ouvrage42, Philippe IV pouvait être satisfait, car il disposait d’une histoire ecclésiastique complète de la Castille et de son pendant américain, les Indes de Castille, comme l’indique l’incipit :

  • 43 « Contiene este primer tomo las hazañas de la Fe católica, la memoria inmortal de sus verdaderos tr (...)

Ce premier tome contient les exploits de la Foi catholique, la mémoire immortelle de ses véritables triomphes, et la gloire de ses divines victoires remportées grâce au puissant bras des Armées du Seigneur dans le Nouveau Monde des Indes43.

26En réalité, le Teatro parcourt l’espace américain de diocèse en diocèse et suit le même plan : une brève description géographique et historique de l’ensemble, une liste chronologique des biographies d’évêques, et une liste de noms des hommes illustres qui vécurent dans la région. On retrouve également, dans la dédicace à Philippe IV, le goût du chroniqueur pour les énumérations aux chiffres hyperboliques :

  • 44 « Se han fundado, para el aumento de la Fe Católica, ochocientos y cuarenta conventos; y para defen (...)

Pour l’augmentation de la Foi catholique, huit cent quarante couvents ont été fondés, et pour sa défense, trois tribunaux de l’Inquisition… Au Pérou, cent dix cités et soixante dix-sept villes ont été fondées. Et en Nouvelle Espagne, soixante dix-sept cités et trente-et-une villes, sans compter les nombreux villages […]. Tout ce grand corps compte quatre mille sept cent quatre-vingt-seize ministres44

27Ce dernier chiffre est emprunté à la Relación universal de León Pinelo, ensuite reprise par Díez de la Calle. L’information circule naturellement entre les membres du Conseil des Indes. González Dávila a également bénéficié d’un important dispositif et de l’aide du commis du secrétariat de Nouvelle Espagne pour accomplir ce travail historique et apologétique.

Les Relaciones geográficas de 1635 et 1648 : des listes de questions

28Deux questionnaires furent envoyés aux autorités américaines, en 1635 et 1648, pour permettre aux chroniqueurs de disposer d’informations de première main sur l’Église indiana. Les fameuses Relations Géographiques de 1577 s’intéressaient déjà à l’Église, mais cette fois-ci il s’agissait de recueillir des informations actualisées et plus précises dans le domaine ecclésiastique. La liste de questions de la cédule de 1648 appelle la formulation d’une liste de réponses de la part des responsables religieux américains :

Les très révérends archevêques et évêques du Pérou et de la Nouvelle Espagne doivent répondre à ce qui suit, afin de terminer l’Histoire de ses Saintes Églises et [de ses prélats] :

à leur sujet

Noms de la patrie et des parents.

Dans quelle paroisse ils furent baptisés.

Dans quelle université ils firent leurs études supérieures et dans quelle faculté et dans quelle université ils reçurent leur grade universitaire.

S’ils ont été collégiens et dans quel collège. […]

Au sujet de leur église

à quel mystère ou saint elle est dédiée, quel jour la dédicace est commémorée, et quel évêque mit la première pierre.

Quelles chapelles elle a, à quels saints elle est dévouée et, si elles sont dotées, par qui.

Si elle possède des reliques, de quel saint.

L’archidiocèse et le diocèse

Sa description avec tous les lieux qu’il contient.

Combien de doctrinas. Combien de clercs séculiers et combien d’ordres religieux.

Combien il compte de chrétiens.

Combien de couvents et de quels ordres religieux.

Quels séminaires pour l’enseignement des Indiens.

Quelles images votives et cas de miracles qui ont eu lieu.

Quels fleuves, sources, lagunes, volcans et choses notables.

  • 45 « Los reverendísimos arzobispos y obispos del Pirú y de la Nueva España han de remitir, para poner (...)

Quels sont les fruits les plus courants et les herbes médicinales45.

  • 46 Vilar, 1970, p. 266.

29Ces listes de questions sont une technique bien rodée par l’administration madrilène : pour Sylvie Vilar, « le questionnaire a pour but véritable de rendre plus efficaces les décisions du Conseil des Indes et présente de fait un caractère éminemment pratique46 ». Ces listes satisfont le désir de Madrid de tout savoir. Certes, cet appétit s’est amoindri au xviie siècle, précisément parce que les efforts pour mieux connaître le Nouveau Monde ont abouti à la publication de plusieurs sommes : celles du cosmographe Andrés Garcia de Céspedes, du chroniqueur Herrera ou encore du cartographe Ortelius.

  • 47 Millares Carlo, 1961, pp137-138.
  • 48 Gaudin, 2013, pp. 157-168.

30Cela expliquerait en partie le peu de réponses connues aux questionnaires de 1635 et 164847. Beaucoup de réponses inédites se trouvent conservées dans les papiers de Juan Díez de la Calle réunis dans une dizaine de tomes à la Bibliothèque nationale de Madrid48. À n’en pas douter, le commis du secrétariat du Conseil des Indes assista et apporta de nombreuses informations au chroniqueur. Juan Díez de la Calle, en poste depuis 1624, s’était lui-même lancé dans la rédaction d’une Hierarchia eclesiástica jamais publiée. Il s’agit d’une liste des prélats américains classés par ordre alphabétique.

  • 49 « El descubrimiento de infinitos climas y naciones de los dos Imperios del nuevo mundo de las India (...)
  • 50 « Fueron tantos los que llegaron a coger y gozar de los divinos frutos de la Cruz de Cristo que se (...)
  • 51 « [Los] santísimos Pontífices Padres amorosos de esta familia evangélica […] enviaron muchos obrero (...)
  • 52 Ibid., fos 10 ou 11.
  • 53 « En esta breve noticia que humildisimamente ofrezco a los Pies de Vuestra Santidad para que en bre (...)

31Les dédicaces de 1646 et 1648 précisent les motivations de cette Hiérarchie. Le commis madrilène rappelle d’abord au pape « la découverte d’infinis climats et nations des deux Empires du Nouveau Monde des Indes Occidentales, qui n’ont pour fin et limites que le ciel49 », ainsi que l’incroyable labeur missionnaire : « Ils furent si nombreux ceux qui réussirent à cueillir et à jouir des divins fruits de la Croix du Christ qu’on les compte par millions, ne baptisant que quelques clercs et religieux50 ». Il note aussi le rôle du Saint-Siège dans cette entreprise et les liens entretenus avec la Monarchie Catholique : les « très saints-pères épris de cette famille évangélique […] envoyèrent de nombreux ouvriers51 ». Le commis comptabilise l’effort fourni par l’Église romaine et la Couronne en nombre de prélats nommés aux Indes occidentales de 1511 à 1647. En effet, sur deux pages de brouillon placées entre la page de titre et la dédicace, il a dressé des additions : 51 prélats dont le nom commence par la lettre A, 7 par la lettre B, etc. Il en recense au total 354 dans une première version et 365 dans une autre ; il a soin de distinguer les 131 réguliers des 236 séculiers. Il ne dresse pas la comptabilité des évêques créoles et péninsulaires, mais dans chaque notice biographique il rappelle, quand il le peut, l’origine du prélat en donnant sa patria voire la mention « nació en las Indias » ou bien « nació en España »52. Ainsi, dans la dédicace au Pape, il donne le chiffre de 348 prélats plus 6 patriarches et ajoute 346 dignités et prébendes « sans compter le grand nombre de curés bénéficiaires et d’autres ministères ». Ces chiffres amènent au sujet de l’ouvrage : « Dans cette courte notice, que nous déposons très humblement aux pieds de Votre Sainteté, elle sera rapidement informée [des bénéfices ecclésiastiques]53 ». La question de l’exécution matérielle des tâches du commis de secrétariat est au cœur des préoccupations, y compris lorsqu’il s’adresse au Souverain Pontife.

Les Tablas cronológicas : les Indes occidentales en un coup d’œil

  • 54 Clemente, Tablas cronológicas.
  • 55 Dans ses Noticias Sacras y Reales, Díez de la Calle cite plus de soixante fois les Tablas de C. Cle (...)
  • 56 Steiner, 2011.

32Un dernier type de document très utilisé par les membres du Conseil des Indes retiendra notre attention : les Tablas cronológicas du jésuite Claudio Clemente (v. 1596-1642), professeur d’Érudition aux Reales Estudios du Collège Impérial de Madrid et surtout connu pour ses traités politiques anti-machiavéliens54. Les Tablas cronológicas nous intéressent tout particulièrement car nous savons qu’elles étaient utilisées par les commis des secrétariats du Conseil des Indes pour se repérer au quotidien dans les territoires à administrer55. Il s’agit d’une série de pages recto de soixante-treize centimètres de long et cinquante-quatre de large, divisées en six colonnes. Chaque table traite d’un thème ou d’un territoire de façon chronologique. La forme tabulaire et chronologique, héritée de la Rome antique, est alors répandue en Europe pour dresser des listes de monarques et de prélats comme dans le Theatrum historicum de Christoph Helwig (1581-1617) et pour garder en mémoire la succession générale des événements depuis la Création56. La table fut présentée par les pédagogues de la Renaissance comme un outil de mémorisation et d’organisation des connaissances : elle permettait de saisir en un coup d’œil la division du temps et les dynasties. Ainsi, la Tabla de Claudio Clemente « des découvertes, conquêtes et autres illustres mémoires… » énumère en seize decadas la geste castillane en Amérique depuis 1492 jusqu’en 1640.

33La Tabla cronológica del gobierno secular, y eclesiástico de las Indias Occidentales remplissait un rôle didactique différent dans les secrétariats du Conseil des Indes. Il ne s’agit pas d’une chronologie mais bien d’un organigramme des principaux postes de l’administration et de l’Église en Amérique. Tous ces bénéfices et ces charges pourvus par le Conseil des Indes sont organisés et énumérés dans des colonnes sous des titres comme les Audiencias y Chancillerías Reales, según el orden que están puestas en el Sumario de las Leyes de Indias. On trouve également des listes des vice-rois et une liste des flottes de la Carrera de Indias entre 1580 et 1641. Une moitié de la table est réservée à une « Hiérarchie ecclésiastique des Indes » énumérant les évêchés et les provinces des Ordres Religieux. Les tablas par leur format et leur impression au recto étaient destinées à être affichées ; il est facile d’imaginer leur présence au-dessus du bureau des commis du secrétariat. Cette vision quotidienne permettait la mémorisation de l’organisation administrative hispano-américaine. Elle conduisit également à la mise en place d’une représentation de l’espace en liste : il était possible avec cette Tabla cronológica de parcourir l’Amérique espagnole sans discontinuité en suivant les sous-titres qui apparaissent en gros caractères italiques : Arzobispado de S. Domingo, Arzobispado del Nuevo Reino, etc. Claudio Clemente, l’auteur du Machiavelismo degollado por la christiana sabiduría de España y de Austria, n’oublie pas de conclure en expliquant la finalité recherchée :

  • 57 « … esta breve Tabla Cronológica para que sea Dios alabado, que por medio de los Reyes Católicos de (...)

… Cette brève Table chronologique pour Dieu soit loué, car par l’intermédiaire des Rois Catholiques d’Espagne notre Foi et l’Église se trouvent si pures, majestueuses, riches et armées au Nouveau Monde57

Conclusion

34Noticias Sacras y Reales, Teatros, Relación universal, Tablas et Hierarchia témoignent de l’usage récurrent de listes dans l’administration des savoirs impériaux à Madrid au xviie siècle. Les listes réunissaient les qualités que recherchaient les « hommes de papiers » de la polysynodie à l’heure pré-statistique : outil de gestion des nominations et de transmission de données (questionnaires et réponses des relations géographiques) autant que présentation apologétique de la Monarchie catholique, la liste permettait de contrôler les territoires et de donner à voir cette maîtrise dans diverses publications.

  • 58 Nicolet, 1988.
  • 59 Delivré, 2011.
  • 60 Eco, 2009.

35Comme pour les listes d’officiers civils, l’énumération des diocèses remonte à une tradition ancienne : sans revenir à la Rome impériale étudiée par Claude Nicolet58, Fabrice Delivré a montré comment au xiie siècle les scribes de la curie pontificale promouvaient l’universalisme romain dans une liste officielle des évêchés de la Chrétienté latine, le Provinciale Romanum59. Les « vertiges de la liste » nous conduiraient rapidement à une longue quête des origines à la manière d’Umberto Eco60 : de la Théogonie d’Hésiode à la Divine Comédie de Dante en passant par le Notitia Galliarum (v. 400)… Avec Jack Goody, nous pouvons affirmer que la liste

  • 61 Goody, 1979, p. 150.

suppose un certain agencement matériel, une certaine disposition spatiale ; elle peut être lue en différents sens, latéralement et verticalement, de haut en bas comme de gauche à droite, ou inversement ; elle a un commencement et une fin bien marqués, une limite, un bord, tout comme une pièce d’étoffe. Elle facilite, c’est le plus important, la mise en ordre des articles par leur numérotation, par leur son initial ou par catégories. Et ces limites, tant externes qu’internes, rendent les catégories plus visibles et en même temps plus abstraites61.

36Les Noticias Sacras y Reales ne sont donc pas un pur itinéraire et le lecteur ne suit pas nécessairement le fil du « récit » page par page. Grâce au découpage du livre en chapitres et en paragraphes, et à la table des matières, il peut accéder directement au lieu (et au poste) qui l’intéresse suivant le schéma évoqué plus haut. Il s’agit d’une représentation de l’espace proche de la ligne et de l’emboîtement et non du plan ou de l’étendue. Toutefois, cette représentation ne se limite pas à une série de lignes point à point mais davantage à une arborescence qui tend à imposer une vision hiérarchisée et organisée, nimbée de la grâce royale.

  • 62 Olmi, 1996, p. 274.

37Retenons simplement l’essentiel : la force de la liste réside dans sa forme paradoxale, celle d’une miniaturisation/réduction hyperbolique. En ce sens, on peut comparer l’œuvre des membres du Conseil des Indes aux cabinets de curiosités. Ceux-ci visaient pareillement à « recréer autour de soi un “petit monde”, un “microcosme” qui, à la différence du grand monde, du monde extérieur, pouvait être contrôlé, mesuré, dominé62 ». Ainsi, le prince et ses conseillers pouvaient embrasser d’un seul regard l’univers. Cette opération, dans son principe, n’est pas si éloignée des diverses entreprises des membres du Conseil des Indes au xviie siècle de « reducir y ajustar » en listes l’ensemble de la machine impériale ibérique aux Indes Occidentales.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Clemente, Claudio, Tablas cronológicas, en qve se contienen los svcessos eclesiásticos, y seculares de España, África, Indias Orientales, y Occidentales, desde su principio, hasta el año 1642. de la reparación humana. Con los catálogos de los pontífices, emperadores, reyes, y príncipes del vniverso; virreyes de Indias; generales de flotas, y armadas; varones ilustres en letras, y armas: observaciones curiosas de historia antigua, y moderna, Madrid, 1643.

Díez de la Calle, Juan, Memorial informatorio al Rey Nuestro Señor, en su Real y Supremo consejo de las Indias…, Madrid, 1645.

Díez de la Calle, Juan, Memorial y Noticias Sacras y Reales del Imperio de las Indias Occidentales…, Madrid, 1646.

González Dávila, Gil, Teatro de las Grandezas de la villa de Madrid corte de los Reyes, Madrid, 2003 (1e éd. Madrid, 1623).

González Dávila, Gil, Teatro Eclesiástico de la primitiva Iglesia de las Indias Occidentales, vidas de sus Arzobispos, Obispos, y otras cosas memorables de sus Sedes, León, 2004 (1e éd. Madrid, 1649).

León Pinelo, Antonio de, El gran canciller de las Indias, Séville, 1953 (1e éd. s.d.).

Núñez de Castro, Alonso, Libro histórico político. Soló Madrid es Corte y el Cortesano en Madrid, Madrid, 1658 [cité Núñez de Castro, Soló Madrid es Corte].

Bibliographie

Bernal Gómez, Beatriz (1985), « Descripción administrativa y territorial de las islas del Caribe y las costas de Tierra Firme según el “Memorial” de Juan Díez de la Calle », Revista Chilena de Historia del Derecho, 11, pp. 109-133.

Berthe, Jean-Pierre (1994), « Las Islas Filipinas, “Tercer mundo”, según don francisco de Samaniego (1650) », dans Id., Estudios de Historia de la Nueva España: de Sevilla a Manila, Guadalajara (Mexique), pp. 297-318.

Berthe, Jean-Pierre, Calvo, Thomas (éd.) [2011], Administración e imperio: El peso de la monarquía hispana en sus Indias 1631-1648, Zamora.

Bertrand, Michel (1999), Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, xviie-xviiie siècles, Paris.

Brendecke, Arndt (2012), Imperio e información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid.

Dedieu, Jean-Pierre (2001), « Les agents du roi en Espagne (milieu du xvie-début du xviiie siècle) », dans Les monarchies française et espagnole. Milieu du xvie siècle-début du xviiie siècle, Paris, pp. 49-91.

Dedieu, Jean-Pierre (2010), Après le roi. Essai sur l’effondrement de la Monarchie espagnole, Madrid.

Delivré, Fabrice (2011), « Les diocèses méridionaux d’après le Provinciale Romanum (xiie-xve siècle) », dans Lieux sacrés et espace ecclésial (ixe-xve siècle), Toulouse, pp. 395-419.

Eco, Umberto (2009), Vertigine della lista, Milan.

Elliott, John H. (2007), España y su mundo (1500-1700), Madrid.

Escudero, José Antonio (1969), Los Secretarios de Estado y del Despacho (1474-1724) [4 vol.], Madrid.

Escudero, José Antonio (2002), « La creación del Consejo de Cámara de Indias », dans Feliciano Barrios Pintado (coord.), Derecho y Administración pública en las Indias hispanícas, Cuenca, t. I, pp. 621-667.

Gaudin, Guillaume (2013), Penser et gouverner le Nouveau Monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan Diez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris.

Gaudin, Guillaume (2011), « Carta de don Cristóbal Millán de Poblete a Juan Díez de la Calle, con una relación de los ministros de la catedral de México (20 de mayo de 1647) », Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, 126 (32), pp. 121-136.

García Hernán, Enrique (2007), Consejero de ambos mundos. Vida y obra de Juan de Solórzano Pereira (1575-1655), Madrid.

García Marín, José María (1992), Monarquía católica en Italia. Burocracia imperial y privilegios constitucionales, Madrid.

Gómez Gómez, Margarita (2008), « El expediente administrativo: orígen y desarrollo constitucional », Cuadernos el Derecho Judicial, 7, pp. 371-403.

Goody, Jack (1979), La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris.

Jiménez de la Espada, Marcos (1965), Relaciones geográficas de Indias. Perú, Madrid, t. II.

Kagan, Richard L. (2010), Los cronistas y la Corona. La Política de la historia en España en las Edades Media y Moderna, Madrid.

Manzano Manzano, Juan (1991), Historia de la Recopilación de Indias (2 vol.), Madrid.

Martínez Robles, Miguel (1987), Los oficiales de las Secretarías de la Corte bajo los Austrias y los Borbones, 1517-1812, Madrid.

Millares Carlo, Agustín (1961), Tres estudios biobibliográficos, Maracaibo.

Muro Orejón, Antonio, Muro Romero, Fernando (1976), « Los libros impresos y manuscritos del Consejo de Indias », Anuario de Estudios Americanos, 33, pp. 713-854.

Nicolet, Claude (1988), L’Inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Olmi, Giuseppe (1996), « Théâtres du monde, les collections européennes des xvie et xviie siècles », dans Roland Schaer (dir.), Tous les savoirs du monde. Encyclopédies et bibliothèques, de Sumer au xxie siècle, Paris, pp. 272-319.

Paz, Julián (1992), Catálogo de manuscritos de América existentes en la Biblioteca Nacional, Madrid (2e éd.).

Pélorson, Jean-Marc (1980), Les Letrados juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’État, Poitiers.

Schäfer, Ernest (2003), El Consejo Real y Supremo de las Indias (2 vol.), Madrid.

Schaub, Jean-Frédéric (1997), « Francisco Leitão, commissaire à tout faire », dans Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, 16e-19e siècle, Paris, pp. 59-74.

Steiner, Benjamin (2011), « Christoph Helwigs “Theatrum historicum”. Kommentar und Repertorium », Welt und Wissen auf der Bühne. Die Theatrum-Literatur der Frühen Neuzeit, <http://www.theatra.de/repertorium/ed000089.pdf>.

Vilar, Sylvie (1970), « La trajectoire des curiosités espagnoles sur les Indes. Trois siècles d’“interrogatorios” et “relaciones” », Mélanges de la Casa de Velázquez, 6, pp. 247-308.

Haut de page

Notes

2 Voir Díez de la Calle, Memorial y Noticias Sacras y Reales, fo 4ro : « Y movido de esto, y del gran desseo que he tenido siempre en emplearme en cossas del servicio de su Magestad, como lo he hecho mas de 30 anos continuos de official entretenido, segundo, y mayor de la secretaria de la Nueva España del Supremo Consejo de las Indias, Cámara y Junta de guerra, con la satisfación que he procurado merecer y atendiendo a lo mucho que importaba que su Magestad y sus Ministros esten enterados de todo, y […] confirmada la Justissima reducción, y adquisición de estos Imperios » (Biblioteca Nacional de España [BNE], ms. 3023).

3 Cité par Paz, 1992, pp. 107-108.

4 Voir Dedieu, 2010, p. 27.

5 « Apenas hemos comenzado a suponer la cantidad total de papel utilizado por la Monarquía española para el gobierno de los siglos xvi y xvii » (Elliott, 2007, p. 36).

6 Ibid.

7 De même pour l’auteur du Codigo Peruano (1635), Gaspar de Escalona y Agüero. Voir Manzano Manzano, 1991, t. II, p. 189.

8 Berthe et Calvo (éd.), 2011, p. 51.

9 Schäfer, 2003.

10 Escudero, 1969 ; García Marín, 1992. Pour un point plus complet sur l’historiographie des agents de la Couronne, voir Dedieu, 2001.

11 Muro Orejón et Muro Romero, 1976.

12 León Pinelo, El Gran Canciller de Indias ; García Hernán, 2007 ; Millares Carlo, 1961.

13 Pélorson, 1980, p. 79 ; Martínez Robles, 1987 ; concernant Díez de la Calle, voir Bernal Gómez, 1985.

14 Dedieu, 2001, p. 61 ; Schaub, 1997 ; Bertrand, 1999 ; Gómez Gómez, 2008.

15 Berthe et Calvo, 2011. Dans notre thèse, nous avons étudié le labeur quotidien de Juan Díez de la Calle ainsi que sa représentation de l’espace américain subordonnée aux listes, voir Gaudin, 2013.

16 Brendecke, 2012.

17 BNE, mss 1447, 2939, 3000, 3025, 3026, 3046, 3047, 3048, 3178.

18 Relación de los Oficios i cargos de gobierno, justicia, hacienda, guerra y más, perpetuos i temporales, que por gracia y merced, venta o renunciación provee su Majestad del Rey nuestro Señor, por su Real Consejo de las Indias y sus virreyes, Presidentes, Audiencias, Tribunales de Cuentas, Gobernadores, Corregidores, Alcaldes mayores, Ayuntamientos, Oficiales Reales y demás ministros, así en el mismo Real Consejo y en la Casa de Contratación de Sevilla y sus adyacentes, como en todas las Indias, Islas y Tierra Firme del Mar Océano en sus Ciudades, Villas, lugares, Asientos, presidios, fuerzas y armadas; con los salarios y sueldos que tienen y de valor de los vendibles (BNE, ms. 3048, fos 101-162).

19 León Pinelo, El Gran Canciller de Indias, pp. 47 et 131.

20 Ibid., pp. 47-68.

21 La Cámara de Indias avait été une première fois instituée en 1600 jusqu’à sa suppression en 1609. Escudero, 2002.

22 « Gobiernos y Corregimientos del distrito de esta audiencia [de Lima]. Gobierno de Chucuito, con 3.000 pesos de salario ensayados. Corregimiento de la Ciudad del Cuzco, con 3U. pesos ensayados. Corregimiento de los Andes del Cuzco, con 2U. pesos ensayados… » (Díez de la Calle, Memorial informatorio, fo 17v°).

23 « … fieles de pesos y medidas, mojonería, pregonería » (Id., Memorial y Noticias Sacras y Reales, fo 51v°).

24 « Para dar con mas acierto y noticia satisfacción a los decretos del, y para que con mas propiedad se puedan hacer las proposiciones de los oficios, y plazas que en ellas se proveen, y sus despachos, sin que sea necesario (como hasta aquí lo ha sido) andar reconociendo (con tanto trabajo, y desperdicio de tiempo) tantos libros y legajos de papeles, donde están repartidas estas noticias. Y también con animo de aliviar y ayudar los que del se quisieren valer » (Id., Memorial informatorio, fo iv).

25 « Con que en volumen pequeño tendrá V. Magestad, y sus Reales y Supremos Consejos y Junta de Guerra de Indias individual y entera noticia de lo mas selecto, y importante de aquellos dos Imperios » (Id., Memorial y Noticias Sacras y Reales, fo n. n.).

26 La revue des notes marginales des Noticias Sacras y Reales nous a permis de reconstituer la bibliographie de Juan Díez de la Calle. Gaudin, 2013, pp. 188-215.

27 BNE, ms. 2930, fo 1vo.

28 BNE, ms. 3023, fos 133vo- 137ro (México) ; ms. 3010, fos 27-32 (Puebla).

29 BNE, ms. 3024, fos 135vo-136vo.

30 BNE, ms. 3047, fos 99-102.

31 Díez de la Calle, Memorial y Noticias Sacras y Reales, fos 65 v°-66 r°.

32 « 1. — El beneficio curato de Yztapalapan dos leguas de México, tiene de salario en cada un año en la caja de aquella ciudad 150 pesos de oro de minas qua hacen 248 pesos, un tomín y tres granos de oro, pagados por su Majestad. 2. — El beneficio curato de Atlapulco siete leguas de México le paga el estipendio su encomendero… » (BNE, ms. 3023, fos 133v°-137r°).

33 « Oficios de primera clase = 1. — La ciudad de la Puebla de Los Ángeles, cabeza de su Obispado de la ciudad de México, veinte y dos leguas: buen temple; 2. — Minas de San Luís Potosí, Obispado de Michoacán; buen temple: dista de México 50 leguas. […] Entre Segunda y tercera clase = 1. — Xochimilco: Arzobispado de México: templado: dista cuatro leguas; 2.— Mestitla : Arzobispado de México: caliente: dista de veinte y siete leguas; 3.— Minas de Chichipaca: Obispado de Oaxaca: toca más en caliente que en frió: dista de México 85 leguas, y tiene mucha tierra fría… » (liste originale : BNE, ms. 3046, fos 81-90, aussi incluse dans Díez de la Calle, Memorial y noticias Sacras y Reales, BNE, ms. 3023, fos 165-170).

34  « La he comunicado a ministros y otras personas noticiossas de la Nueva España, que asseguran es punctual y verdadera » (BNE, ms. 3023, fº 177rº).

35 « Razón de los ministros, y sirvientes que la S[an]ta Iglesia metropolitana de México tiene… » (cité par Gaudin, 2011, pp. 127-136).

36 Voir Berthe, 1994.

37 Kagan, 2010, p. 262.

38 González Dávila cité dans Millares Carlo, 1961, p. 130 : « manejo de tan grande historia como la que se a de escribir, de los frutos que ha dado y efectos que ha producido en el Imperio y Coronas de las Indias la Fe Católica ».

39 « Y son tantos los Oficios que el Rey da por este y otros Consejos, que pasan de sesenta mil, sin las mercedes que es otro mar sin suelo » (González Dávila, Teatro de las Grandezas, p. 407).

40 « [Las Indias Occidentales] se dividen en multitud de Reinos y Provincias, donde se han edificado 70 000 Iglesias, 500 conventos de Religiones […]. Se han erigido para la enseñanza de ellas y buen gobierno muchas doctrinas, un Patriarcado, seis Arzobispados, 32 Obispados, tres Inquisiciones, dos Universidades, dos Virreinatos, once Audiencias, muchos Gobiernos, Corregimientos, y Presidios para defensa de aquellas costas ; y se han fundado más de 200 ciudades, y muchas villas, colonias de nuestra España… » (ibid., p. 472).

41 Voir la citation mise en exergue de cet article, p. 83. Nuñez de Castro, Soló Madrid es Corte, f° 24r°.

42 Millares Carlo, 1961, pp. 139-145.

43 « Contiene este primer tomo las hazañas de la Fe católica, la memoria inmortal de sus verdaderos triunfos, y lo glorioso de sus victorias divinas y ganadas con el poderoso brazo del Señor de los Ejércitos, en el Nuevo Mundo de las Indias » (cité dans Kagan, 2010, p. 262).

44 « Se han fundado, para el aumento de la Fe Católica, ochocientos y cuarenta conventos; y para defensa de ella, tres Inquisiciones… Se han fundado en el Pirú ciento y diez ciudades, y sesenta y siete villas. Y en la Nueva España sesenta y siete ciudades, y treinta y unas villas, sin muchas poblaciones […]. Todo este gran cuerpo consta de cuatro mil setecientos y noventa y seis ministros… » (González Dávila, Teatro Eclesiástico, pp. 60-62).

45 « Los reverendísimos arzobispos y obispos del Pirú y de la Nueva España han de remitir, para poner la última mano, en la Historia de sus Santas Iglesias y a sí mismos lo siguiente: De sí mismos Nombres de la patria y padres. En qué parroquia fueron bautizados. En qué Universidad formaron sus estudios mayores y en qué facultad y en qué Universidad le graduaron. Si han sido colegiales y en qué colegios. […] De su Iglesia. A qué misterio o santo está dedicada, y en qué día se reza su dedicación, y qué obispo puso la primera piedra. Qué capillas tiene, a qué santos están dedicadas, y si están dotadas, por quién. Si tiene alguna reliquia notable, de qué santo. […] El Arzobispado y Obispado Su descripción con todos los lugares que tiene. Qué número de doctrinas. Cuántas de clérigos y cuántas de religiosos. Qué número de cristianos hay en él. Qué número de conventos y de qué órdenes. Qué seminarios para la enseñanza de los indios. Qué imágenes de devoción y casos milagrosos que hayan sucedido. Qué ríos, fuentes, lagunas, volcanes y cosas notables. Qué frutos más señalados y yerbas medicinales tiene » (Jiménez de la Espada, 1965, t. II, pp. 1-15).

46 Vilar, 1970, p. 266.

47 Millares Carlo, 1961, pp137-138.

48 Gaudin, 2013, pp. 157-168.

49 « El descubrimiento de infinitos climas y naciones de los dos Imperios del nuevo mundo de las Indias Occidentales que tienen por fin y márgenes de los cielos » (Hierarchia eclesiástica, Biblioteca del Palacio Real [BPR], II/206, f° 6).

50 « Fueron tantos los que llegaron a coger y gozar de los divinos frutos de la Cruz de Cristo que se cuentan por Millones bautizando pocos clérigos y religiosos » (ibid.).

51 « [Los] santísimos Pontífices Padres amorosos de esta familia evangélica […] enviaron muchos obreros » (ibid.).

52 Ibid., fos 10 ou 11.

53 « En esta breve noticia que humildisimamente ofrezco a los Pies de Vuestra Santidad para que en breve rato sea informado de los [beneficios] » (ibid., fº 6vº).

54 Clemente, Tablas cronológicas.

55 Dans ses Noticias Sacras y Reales, Díez de la Calle cite plus de soixante fois les Tablas de C. Clemente.

56 Steiner, 2011.

57 « … esta breve Tabla Cronológica para que sea Dios alabado, que por medio de los Reyes Católicos de España este nuestra Santa Fe, y la Iglesia con tanta pureza, majestad, riquezas, y pertrechos en el Nuevo Mundo » (Clemente, Tablas cronológicas, s. p.).

58 Nicolet, 1988.

59 Delivré, 2011.

60 Eco, 2009.

61 Goody, 1979, p. 150.

62 Olmi, 1996, p. 274.

1 « Certes, il existe dans le monde des Princes dont la Couronne embrasse de plus grandes régions ; mais un Monarque auquel Dieu a donné tant à distribuer, comme à notre Philippe, je ne sais pas si les Annales en ont connu. […] Je ne veux pas que cette vérité soit due aux couleurs de l’éloquence, et ainsi il m’est venu l’idée de dresser un index, pour qu’en se fatigant la vue, y compris avec la multitude réduite en chiffres, les yeux s’avouent vaincus devant l’immensité de ses bénéfices » (Núñez de Castro, Soló Madrid es Corte, f° 24r°).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « La démesure des listes du Conseil des Indes au xviie siècle »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 83-103.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « La démesure des listes du Conseil des Indes au xviie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5766

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

UMR 5136 (Framespa, Toulouse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals