Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

Les listes de proscriptions au temps de la Ligue

Un enjeu politique contemporain et un enjeu historiographique
Las listas de proscripciones en la época de la Liga. Un desafío político contemporáneo y un desafío historiográfico
Lists of proscriptions in the times of the League. A contemporary political stratagem and a historiographic challenge
Marco Penzi
p. 105-118

Résumés

L’histoire de la Ligue catholique se caractérise par la construction de listes telle que la liste des proscrits créée en mars 1594 après l’entrée d’Henri IV dans Paris ; ou bien le papier rouge, liste des Politiques dont les Seize parisiens voulaient épurer de la ville en 1591, après l’assassinat du président Brisson. Si la politique d’Henri IV était portée à la modération envers les anciens ligueurs, mais aussi envers les expulsés, on verra néanmoins comment les Politiques qui ont gagné la guerre ont utilisé cette liste de 1594 pour marquer à jamais d’infamie les ligueurs exilés.

Haut de page

Texte intégral

La Ligue : un enjeu historiographique

  • 1 Voir Michelet, 1982 ; pour une analyse de la conception de la Renaissance de Michelet, voir Febvre, (...)
  • 2 Voir Koenigsberger, 1955, pp. 335-351. Mousnier, 1969, pp. 53-56 ; Barnavi, 1980, pp. 55-58 ; Const (...)
  • 3 Barnavi, 1979.
  • 4 Crouzet, 1990 ; Id., 1983, pp. 297-388.
  • 5 Brunet (éd.), sous presse.

1La Ligue catholique française (1584-1595) fut un mouvement politico-religieux qui, depuis toujours, a fasciné les commentateurs et les historiens. Union d’ecclésiastiques, de nobles, de villes et de bourgeois, elle a été étudiée sous tous ses aspects, parfois avec des résultats et des analyses contradictoires entre eux, sinon diamétralement opposés. La Ligue a été non seulement « le dernier coup de queue du Moyen Âge1 », une révolution sociale — selon une lecture qui trouve ses sources dans une analyse marxiste appliquée à une société catholique imaginaire du xvie siècle, conception aujourd’hui un peu démodée2 —, mais aussi un parti totalitaire3, une association d’hommes qui, terrorisés par les événements difficiles qu’ils étaient en train de vivre, se seraient réfugiés dans une vision eschatologico-millénariste, dans une atemporalité des derniers jours4. La Ligue, parfois une, parfois multiple, s’est prêtée à un grand nombre des définitions, d’analogies et de comparaisons, qui ont même parfois été hasardeuses5.

2Pour qui, comme moi, s’est intéressé à son histoire, la Ligue catholique française est un phénomène politico-social, mais aussi une question historiographique ouverte. La Ligue se développa entre les années 1584-1594/95. D’habitude, ces deux dates sont considérées comme les limites au-delà desquelles l’histoire subit un tournant décisif. Selon l’historiographie, à la fin des guerres de Religion, la politique du légitime souverain des Français, Henri IV, fut, à partir de 1594, marquée par la tolérance et l’oubli du passé. Bien avant l’Édit de Nantes, la paix religieuse s’était installée au sein des catholiques. Les anciens Ligueurs, convaincus ou non de la sincérité de la conversion du Béarnais, devinrent ses fidèles, voire ses plus fidèles sujets.

3Mais qu’en est-il des idées ? Les hommes, en se changeant eux-mêmes, peuvent faire évoluer leurs idées ; celles-ci peuvent être niées ou bien tout simplement oubliées : oubliées parce qu’elles seraient devenues anachroniques ou parce qu’on leur ferait porter une marque d’infamie. Telle fut, en effet, la destinée de la pensée de la Ligue. Même un observateur distrait qui lirait les travaux des historiens rédigés pendant la période des troubles, les histoires officielles des historiographes royaux ou produites par le parti des Politiques, serait naturellement porté à éprouver un certain mépris pour les raisons ou idées qui animèrent les Ligueurs.

4À ce sujet, Mario Turchetti s’est demandé :

  • 6 Turchetti, 2002, p. 359. Il est intéressant de signaler que, dans son historiographie, la Ligue a é (...)

… combien d’entre nous seraient prêts à prendre la défense des Ligueurs, à cautionner leur cause, et par conséquent à dénigrer les réformés ? Par je ne sais quel phénomène de suggestion collective, nous partageons les préoccupations des protestants de France, comme braqués contre les catholiques romains. Nous avons de la sympathie pour les calvinistes des guerres de Religion, et une sorte d’antipathie pour les catholiques de la Ligue. Poussé à l’extrême, ce phénomène a conduit certains historiens à qualifier les réformés de « gens de gauche », et les Ligueurs de « gens de droite » ; progressistes les premiers, conservateurs les seconds ; je laisse de côté ce type d’aberration6.

  • 7  Satyre Ménippée, « Harangue de Monseur d’Aubray pour le Tiers-Estat », pp. 106-107.

5En réalité, ce mépris ne concernerait pas les idées de la Ligue, telles qu’elles ont été décrites par l’historien qui en fait le récit, et souvent ce n’est pas le cas, mais plutôt la déformation de celles-ci par la propagande des vainqueurs. Le mot propagande peut choquer tous ceux qui, formés aux histoires de la Ligue écrites à partir de la fin des troubles jusqu’au xxe siècle, n’ont vu dans les Ligueurs que des hommes conquis par l’argent de l’Espagne, et donc, des traîtres à leur patrie. Cette vision de la Ligue née à la fin du xvie a eu une longue fortune, grâce aux histoires successives et à l’énorme succès de la Satyre Ménippée qui, il faut le rappeler, était une Satyre et non l’expression fidèle des événements qui se sont déroulés lors des états de 1593. Trop souvent, on a lu la Satyre comme un témoignage de son temps avec, par exemple, une Sorbonne envahie par le bétail et dans laquelle l’ignorance et le fanatisme avaient pris la place des cours… bien que Bellarmino et le prêcheur Panigarola y aient séjourné7.

  • 8 Voir Penzi, 2009 ; Daubresse et Haan (éd.), 2012 ; Descimon, 2009.

6Comme il arrive souvent, c’est le vainqueur qui écrit l’histoire. Dans le cas de la Ligue, on enregistre non seulement une histoire écrite ad usum et ad gloriam Henrici IV, mais aussi un silence étonnant des Ligueurs après leur défaite. Les recherches des écrits ligueurs, les registres parlementaires biffés au retour de la cour à Paris, les exemples de Claude de Sainctes et des jésuites condamnés à mort pour la possession (à prouver par ailleurs) de pamphlets ligueurs, mais aussi une politique royale de pardon généralisé ont définitivement empêché les anciens Ligueurs de prendre la défense de leur propre action8.

  • 9 Penzi, 2005.

7Silenti collegati, ce furent les royalistes qui prirent le devant de la scène historiographique. Cette attitude de complaisance envers le nouveau roi allait s’accompagner d’une Damnatio Memoriae de la Ligue9. Non seulement les royalistes recevaient tous les honneurs, mais toute activité ligueuse était caractérisée comme un fard et une imposture. Si les Ligueurs étaient animés de l’exigence de défendre la religion catholique apostolique et romaine, qui semblait en péril en France, étant donnée la religion du roi de Navarre, candidat à la succession royale, si leurs protestations écrites, à travers de pamphlets, mémoires pour les États généraux et registres de ces assemblées sont claires sur cet argument, l’histoire officielle du mouvement ne rapporte que les courants pro espagnols, reléguant tout le reste à une simple ruse des chefs du mouvement pour masquer leurs réelles intentions, toujours classées comme vénales.

  • 10 Id., 2007.

8De cette manière, les Politiques purent reprendre et écrire leur histoire : une histoire rodée, celle qu’ils avaient produite dans leurs pamphlets de propagande ou de combat, dont une partie venait des écrits protestants du début des années 1580. Une autre histoire avait été forgée pour justifier les assassinats des frères Guise en 1588 ou toute décision politique prise par les royalistes10.

9L’histoire de la Ligue, comme toute histoire politique, contient des listes. Il est en effet très difficile d’imaginer un parti politique, de quelque forme ou opinion qu’il soit, qui n’ait pas rédigé de listes : liste des changements à apporter à l’État, liste des futurs gouverneurs, liste des ennemis à abattre, liste des lieux ou des postes clés à occuper, liste des forces, etc.

  • 11 Charles de Bourbon, frère d’Antoine, le père du futur Henri Roi de Navarre, et donc oncle de ce der (...)
  • 12 Ibid., pp. 8-9.

10En ce sens, pour ce qui concerne les listes, l’histoire de la Ligue n’est pas forcément différente de celle des autres organisations ou partis politiques. Elle a bien eu ses listes. À commencer par La Déclaration des causes qui ont meu Monseigneur le cardinal de Bourbon et les pairs, princes, prélatz, seigneurs, villes et communautez de ce royaume de France de s’armer contre ceux qui veulent subvertir la religion et l’Estat, faite à Peronne le 31 mars 158511. La déclaration faite au nom de « Charles de Bourbon, Premier Prince de sang, Cardinal et de plusieurs princes du sang, cardinaux, princes, pairs, prélats, officiers de la couronne, gouverneurs, de provinces, principaux seigneurs, gentilshommes, de plusieurs bonne villes & communautez & d’un grand nombre de bons & fideles subiects faisans la meilleure & plus saine partie de ce Royaume » demandait : la conservation de la religion catholique apostolique et romaine selon le décret et la résolution des États de 1576, la réduction des impôts mis sur les sujets du roi, la limitation des levées sur le clergé aux décimes ordinaires, le maintien de la noblesse en sa franchise et des gens de bien dans leurs charges, ainsi que le rétablissement de la police et des lois anciennes du royaume12. Cette première liste de requêtes politiques de la Ligue sera suivie de beaucoup d’autres pendant toute la durée du mouvement.

  • 13 Boucher, De Justa Henrici Tercii. Les livres deux et trois de l’œuvre sont des longues listes des c (...)

11Peut-on parler d’une valeur politique des listes ? La réponse est absolument positive. Mais les listes politiques peuvent avoir aussi d’autres valeurs, diffamatoires et accusatoires par exemple. Elles sont destinées à montrer l’infâme, le monstre, le traître et à marquer à jamais son nom du crime qui lui est imputé en le couchant sur une feuille. Un exemple de liste diffamatoire, mais aussi politique pour l’histoire de la Ligue, nous est fourni par la double liste des crimes et des péchés commis par Henri III, que le curé Jean Boucher a consciencieusement pris le soin d’annoter dans son livre De justa Henrici Tertii abdicatione13.

Des listes à valeur politique

12Deux listes sont particulièrement significatives dans l’histoire de la Ligue. Il s’agit de listes humaines, listes de personnes ou de noms : d’une part, noms des Politiques que les Ligueurs voulaient punir ; et, d’autre part, noms des membres de la Sainte Union proscrits de la ville de Paris après l’entrée d’Henri IV dans la ville en mars 1594.

  • 14 Belknap, 2004, p. 15.

13Pour Robert E. Belknap, une liste est un bloc organisé d’informations, constitué d’un ensemble de membres ou unités. La liste se compose de la somme de toutes ses parties, mais aussi de chacune de ses mentions individuelles. Pris dans leur ensemble, les éléments de la liste contribuent à définir une fonction spécifique de celle-ci. Mais dans le même temps, chaque unité maintient sa spécificité et ses attributs particuliers, comme dans le cas d’un objet ou d’une personne14. Dans ces lignes, Belknap rappelle la particularité d’une liste composée d’individus, et comment l’ensemble est caractérisé par l’union d’individualités, chacune avec sa spécificité.

  • 15 « L’exemple typique de liste pratique, c’est la liste des courses, des invités d’une fête, le catal (...)

14Dans son livre Vertige de la Liste, Umberto Eco donne une définition des « listes pratiques ». Il s’agit de listes qui présentent des caractéristiques déterminées15. En m’inspirant de la définition d’Eco et en gardant en mémoire la spécificité des listes humaines soulignée par Belknap, on peut définir les listes de la manière suivante : les listes ici analysées ont une fonction référentielle ; elles sont finies, car elles entendent recenser des noms ou des hommes auxquelles elles se réfèrent, et aucun autre personnage. Elles sont aussi données comme définitives dans l’énoncé ou l’écrit qui les mentionne, car expressément couchées sur papier, elles sont inaltérables, au moins dans l’intention du compilateur. En réalité, dans les cas examinés ici, il existe différentes versions de la même liste. Aucune d’entre elles n’est à considérer comme liste originale. De plus, les variables proprement historiographiques ou liées à la recherche, montrent que ces listes peuvent exister en diverses versions et que chacune peut s’avérer incomplète et avoir aussi des exceptions.

La liste de proscription des Ligueurs

  • 16 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 389-390. Le 28 mars, un (...)

15Le jour même de l’entrée d’Henri IV dans Paris, le 22 mars 1594, une déclaration du roi fut distribuée au peuple parisien : on y proclamait un pardon général avec défense « à tous ses procureurs généraux et leurs substituts et autres officiers d’en faire aucune recherche », même à l’encontre des Seize. Le roi promettait aussi de vivre et de mourir dans la religion catholique apostolique et romaine et de conserver les biens, privilèges, dignités et bénéfices des bourgeois de Paris16.

  • 17 Estoile, Registre journal de Henri III et Henri IV, pp. 229-230 ; Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoi (...)
  • 18 Noms de ceux qui sortiront de la ville de Paris suivant la volonté du Roy (fos 224rº-vº). Ce texte (...)

16Mais, dès le 24 mars, une liste de proscription circula en cachette17. Le 28, une information fut diffusée aux quarteniers, à charge pour eux d’en avertir les intéressés, à travers un billet leur signifiant qu’ils devaient abandonner Paris18. La liste contient 119 noms ; elle se caractérise par une certaine modération, concernant les sanctions annoncées à l’encontre des personnages cités :

  • 19 Noms de ceux qui sortiront de la ville de Paris, f° 224vº.

Lesdits quarteniers advertiront les dessus nommez de l’intention du Roy ; qui est, qui s’abstenteront pour un temps de cette ville ; & que si aucuns d’eux se veulent retirer pardevers le Duc de Mayne, leur sera baillé passeport ; & ceux qui voudront faire le serment, avec les submissions, seront conservez en leurs biens & offices, & pourront eux retirer és maisons particulières dehors la ville, ou en quelque ville où il n’y ait garnison entretenue par sa Maiesté : & leur seront délivrez passeports & sauvegardes nécessaires. Et à cette fin feront les quarteniers procez verbal de la déclaration des dessus nommez. Fait le 30 mars 159419.

  • 20 Barnavi, 1980, p. 244.
  • 21 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, p. 405. Le mémorialiste ajou (...)

17Il ne s’agit pas de mesures drastiques : les receveurs des billets sont invités à sortir de la ville pour un temps. Il ne s’agit pas d’un exil définitif, aucune autre mesure dramatique n’est prise à l’encontre des exilés ou de leurs familles. Par contre, comme acte de clémence, le roi offre à ceux qui voudront faire le serment et acte de soumission de maintenir leurs offices. Barnavi a pu commenter la modération royale de la sorte : « L’ostracisme est présenté comme une sorte de congé nécessaire au rafraîchissement des esprits, peine temporaire et non infâmante. En effet, il semble bien que seule la sécurité du prince exige le départ des éléments les plus extrémistes20 ». Ce texte semble bien modéré, mais il reste « [qu’il] n’y eut de tous ceux-là que le prieur des Carmes et un autre qui profitèrent de la clémence, bonté et grâces toutes singulières de notre bon roi21 ». Il faut donc en conclure que les expulsés n’acceptèrent pas la clémence royale ; mieux, ils la refusèrent pour la presque totalité d’entre eux.

  • 22 Le 25 mars, « [b]eaucoup de ligueurs sortirent de Paris ce jour : les uns par billets, et les autre (...)
  • 23 « Ce jour fut fait commandement à Rainsant de vider la ville de Paris, nonobstant les remontrances (...)

18À ceux ayant reçu des billets, il faut ajouter ceux qui étaient partis auparavant. Le curé de Saint-Jacques-la-Boucherie avait reçu un billet dès le 24 mars. Le 25 mars, le curé de Saint-André-des-Arts fut averti de s’en aller, il sortit de la ville le 28 avec son vicaire et quelques autres zélés. Le procureur de la ville, Morin, reçut un billet le 27 mars. Jean Boucher sortit directement avec les Espagnols le 22 après-midi, accompagné d’un petit groupe. D’autres zélés, « ayant crainte de pis », fuirent la capitale sans attendre les billets ou bien reçurent leurs billets plus tardivement : ce fut le cas d’Alvequin, de Cromé, de J. de Bordeaux, de Sanguin, Commolet, Garin et Pigenat, de Durideau et de G. Morin22. On peut y ajouter Gilbert Génébrard et Percin de Montgaillard (le petit-feuillant) qui étaient absents de Paris au moment de l’entrée d’Henri IV et qui n’y revinrent pas. Enfin, on peut citer aussi l’avocat Oudart Rainssant, exilé par Mayenne le 22 janvier 159323. Comment analyser ces listes du point de vue politique ?

  • 24  Ibid., pp. 403 et 406.
  • 25 Ibid.

19Contrairement à ce que dit Barnavi dans son livre, il s’agit bien de listes d’infamies (les noms couchés sur ces listes sont des « infâmes ») ; elles sont données publiquement et la nouvelle des billets (qui est la conditio sine qua non pour être présent sur la liste) est publique. Ainsi, Pierre de l’Estoile rappelle-t-il avec précision le nom de celui qui a reçu le billet, la date, qui lui a consigné l’ordre, ainsi que la cause pour laquelle la sanction est décrétée. C’est dans la publicité qu’on dévoile les noms des infâmes. Pierre de l’Estoile ne manque pas d’indiquer ceux des expulsés qu’il connaît personnellement, ou avec qui il a eu quelque relation, tel Rolland ou encore « nôtre bon curé de Saint-André l’un des plus fous et emportés24 ». Pour l’Estoile, au-delà de ceux mentionnés dans la liste, les autres étaient déjà sortis «… avec les étrangers, plusieurs de ces scélérats, qui par cette raison ne s’y trouvent point compris [dans la liste]25 ».

  • 26 Satyre Ménippée, t. II, pp. 518-522 ; Les Mémoires de Monsieur le duc de Nevers, t. II, pp. 708-709

20L’Estoile et ses contemporains, historiens et politiques (comme les auteurs plus tardifs des Mémoires de Nevers ou des éditions de la Satyre Ménippée), fournissent donc une nouvelle qu’ils prennent soin de vérifier, d’annoter, de préciser, en donnant des noms et différentes informations26. Pierre de l’Estoile relate plusieurs anecdotes, enregistre les noms, les professions et les crimes reprochés à chacun.

  • 27 Greffe et Lothe, 2004, p. 149.

21Le récit de l’Estoile est écrit en forme de mémoire ; en réalité, il s’agit d’un texte enrichi d’informations ultérieures non disponibles au moment des faits27. Dans la relation du moment précis de l’expulsion des Ligueurs, l’Estoile accomplit peut-être une vengeance personnelle. Mais en donnant les noms des Ligueurs, il rend immortelle leur marque d’infamie. L’auteur veut marquer à jamais les coupables, et qu’ils ne puissent pas, à l’avenir, essayer de dire qu’ils étaient innocents ou qu’il s’agissait d’une erreur. L’Estoile indique donc au lecteur les noms des coupables et des ennemis pour que la marque d’infamie qu’ils ont méritée pour leurs crimes, assassinats, traîtrise et comportements ne leur soit jamais enlevée.

  • 28 Ruiz Ibañez et Descimon, 2005, p. 93.

22Comme l’ont écrit José Javier Ruiz Ibañez et Robert Descimon, l’exil était le résultat d’une menace potentielle matérialisée après coup28. Les exécutions en effigie et les bannissements ont une importance capitale dans la construction de la fin de l’histoire de la Ligue. Leur efficacité est peut-être supérieure à la répression elle-même. En incluant les noms des infâmes, des exilés ou des bannis, on dessine formellement les cadres de l’exclusion, les contours du groupe de ceux qu’il fallait couper du corps de la ville et de la Nation. L’alliance entre le peuple parisien et son nouveau roi Henri IV sort grandement renforcée de cette expulsion et de la dénonciation des noms des coupables. Peu importe que l’exil dure des mois ou des années ; le fait de prendre soin de marquer les noms, de les transmettre aux générations futures, de continuer à les réimprimer bien après la Ligue permet de perpétuer l’infamie à jamais.

Le papier rouge

23Dans l’histoire de la Ligue, il y a des listes des proscriptions qui concernent les infâmes, on l’a vu, mais il y en a aussi qui confèrent ses titres de noblesse à la résistance politique :

Le lundi 25e novembre me fut communiquée la liste des politiques de notre quartier, qu’on appelait le papier rouge, à laquelle j’avais intérêt, pour y être couché bien avant et tout du long. Cette liste ou papier rouge, comme on le voudra appeler, était un rôle que les Seize avaient dressé en tous les seize quartiers de la ville (où ils présidaient et commandaient), de tous les politiques de Paris qu’ils appelaient, c’est-à-dire de tous ceux qu’ils tenaient pour serviteurs du roi en leur cœur, fauteurs et adhérant de son parti, et qui ne trouvaient bonnes la volerie, la penderie et la cruauté
qu’ils nommaient zèle de Dieu, pour la conservation de la religion catholique, apostolique et romaine, de laquelle les Seize se disaient les vrais pères, tuteurs et protecteurs. En ce rôle, ils avaient mis aussi comme politiques tous ceux (quelque grands catholiques et zélés qu’ils fussent) lesquels, comme vrais et naturels Français, refusaient de se soumettre à la domination espagnole. Or de tous ces politiques (qu’ils appelaient) qui étaient les plus honnêtes hommes et gens de bien de Paris, ils avaient résolu en leur conseil, d’en pendre et daguer une partie et chasser les autres, et pour ce, en leurs rôles, ils les distinguaient par ces trois lettres P.D.C., qui était à dire pendu, dagué, chassé. Je m’y vis sous la lettre de D., qui était à dire que je devais être dagué ; M. Cotton mon beau-père, sous celle de P., pendu : M. le président Le Maître, sous la même ; maître Jean de Saint-Germain l’apothicaire, sous celle de D., c’est-à-dire dagué ; M. Désiré mon voisin, sous la lettre de C., c’est-à-dire chassé, et ainsi les autres. Et c’était le commissaire Basin qui l’avait faite, avec le curé Saint-André, son vicaire, et maître Pierre Senault, les Seize de ce quartier. Et n’y avait de toute la rue de ma mère que la maison des Montholon exempte. Mais Dieu ne permit que ces conseils sanguinaires eussent lieu, car Dieu rompit leur cruel dessein par ceux mêmes qu’ils voulaient établir à Paris par tels massacres, à savoir les Espagnols et les Napolitains, lesquels ne voulurent jamais leur prêter main-forte, quelques remontrances et grandes promesses qu’ils leur fissent. Ains, abhorrant leur entreprise comme cruelle et dénaturée, et rejetant ces conseils de sang comme très pernicieux, leur dirent qu’ils ne pouvaient mettre la main sur gens qui n’étaient condamnés par la justice, ni tuer des hommes dans leurs lits qui ne se défendaient point, pource que cela était contraire à leur profession ; et aussi que pour telle exécution, qui était de grande conséquence, il eût fallu avoir mandement verbal ou écrit des chefs et supérieurs qui leur commandaient : dont il ne leur apparaissait point. Et pourtant ne pouvaient, sans encourir blâme et reproche, voire punition très grande, prêter la main contre les traîtres et politiques de leur ville, attendu qu’ils étaient sans armes et dénués de pouvoir de leur mal faire, et que c’était au duc de Mayenne auquel appartenait la connaissance de tels crimes, et aux juges qu’il plairait ordonner, et non à eux, qui ne se mêlaient de faire la guerre, non à la ville de Paris comme ils voulaient qu’ils fissent, et aux bourgeois d’icelle, mais aux ennemis qui prétendraient l’assaillir par les armes au dedans ou au dehors.

  • 29 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 141-142.

Don Alexandre, colonel des Napolitains, dit au curé de Saint-Jacques qu’il eût voulu que tous les politiques et hérétiques eussent été en Espagne à l’inquisition, tous les traîtres de Paris dans la rivière, et tous les larrons qui étaient dedans, pendus, mais, pour prendre les armes contre eux sans autre connaissance de cause ni commandement, attendu même qu’on faisait aujourd’hui servir ces noms à tout ce qu’on voulait entreprendre, et que ce nom de politique allait bien loin ; que de leur courir sus, étant désarmés comme ils étaient et hors de pouvoir de nuire, eût été chose aussi ridicule et indigne de sa profession, comme il était à la sienne de quitter sa robe et son bréviaire pour prendre le coutelas et la hallebarde29.

  • 30 Le 15 novembre 1591, le premier président du Parlement de Paris, Barnabé Brisson, et Claude Larcher (...)

24Le 25 novembre 1591, quelques jours après l’assassinat de Brisson, Pierre de l’Estoile reçut donc la liste des Politiques de son quartier, dans laquelle il apparaît30. Dans ce rôle, ou liste rouge, les Seize avaient mis les noms des Politiques qui refusaient de se soumettre à la domination espagnole. Les Seize avaient résolu d’en pendre ou d’en daguer une partie et de chasser ceux qui resteraient. Ils les distinguaient dans ce rôle avec les lettres P de pendu, D de Dagué et C de chassé.

25Le texte de l’Estoile regorge de l’horreur qu’il a éprouvée à voir son nom inscrit là, mais aussi d’allusions à ses voisins et aux lieux qui constituaient son cadre de vie à Paris. Heureusement pour le mémorialiste, et pour tous les autres, la Saint-Barthélemy imaginée des Politiques n’eut pas lieu : les soldats espagnols et napolitains de la garnison de Paris se refusèrent à prêter main-forte aux Seize qui, par cet acte, voulaient épurer la ville des Politiques. Il s’agit d’une autre liste politique, égale, et dans le même temps contraire à celle de 1594.

26La liste, qui ne nous est pas parvenue, n’est connue que par ce texte de l’Estoile. Quant aux lettres P.D.C. et aux différentes formes de mise à mort, il est difficile de les interpréter dans un sens ou dans un autre : les raisons pour dépêcher l’un avec une épée ou pendre l’autre en place publique demeurent un mystère qu’on ne saura sans doute jamais élucider. Certes, l’exécution par pendaison, forcément publique, devait présenter plus d’intérêt éducatif ou monitoire aux yeux des rédacteurs du papier rouge. L’assassinat par la dague ne peut pas être considéré comme une arme apte à accomplir la justice. Il s’agit seulement d’une solution expéditive, et moins dangereuse pour liquider nuitamment un homme dans son lit ou bien dans une ruelle étroite, tout en évitant d’alarmer la population de la ville.

27Certes ces considérations sont aléatoires… car si la liste était devenue publique au point que l’Estoile pouvait y lire non seulement sa condamnation mais aussi la façon dont il devait être occis, l’entreprise des Seize était vouée à la faillite. L’effet de surprise perdu, les Politiques, effrayés mais armés jusqu’aux dents, auraient pu s’unir pour faire face à leurs ennemis.

28Mais la liste rouge a bien une autre valeur. Dans la longue description qu’en donne l’Estoile, elle sert à montrer la valeur de l’engagement politique. Elle nous montre comment la société parisienne était divisée en deux partis : les assassins qui projettent des massacres dans presque toutes les maisons du quartier et les futurs massacrés. Ces derniers, les vrais et naturels Français, refusaient la domination espagnole : des patriotes, mais aussi des honnêtes gens, voire des gens de bien. Ce faisant, Pierre de l’Estoile nous présente sa mémoire de l’histoire de la Ligue. En élucidant ce moment, l’existence de ce plan, l’Estoile se confère les lettres de noblesse du patriote, de l’homme honnête, et s’inscrit dans la liste des gens de bien de la ville. Tout comme ses amis et connaissances ou beau-père.

29Pierre de l’Estoile configure un monde dual, « oi men kai oi de », selon le schéma classique. D’un côté, les assassins de la Ligue (seuls, isolés, car même les soldats espagnols ont refusé de les aider) ; et de l’autre, les gens de bien de la ville… les Politiques animés d’un autre zèle, celui du naturel Français, du patriote, contre la domination de l’étranger. Curieusement, le salut des patriotes vient du refus des étrangers de commettre le massacre. S’agit-il d’une simple justification, ou d’une vision quasiment positive de l’étranger qui en armes occupe la ville ?

30Peut-être pas. La justification donnée par l’Estoile du refus du commandant don Alexandre, colonel des Napolitains, est similaire à celle des Espagnols : les soldats ne peuvent pas intervenir (même s’ils en avaient l’envie et l’Estoile nous rappelle ce fait précis) car ils nécessitaient un commandement supérieur pour perpétrer un tel massacre, qui était d’ailleurs contraire à leur profession de soldats.

31Par cet exemple, Pierre de l’Estoile montre qui étaient, à ses yeux, les Seize : il n’a pas besoin de les décrire dans leurs professions, ou encore de retracer l’histoire de leurs familles. Opposés aux hommes de bien et honnêtes gens de Paris, les Seize ne peuvent qu’être des misérables, des assassins qui tuent sans procès, qui décident de dépêcher les bourgeois de Paris selon un plan incompréhensible, selon des catégories qui ont encore moins de sens, selon une justice qui est inconnue, voire qui n’existe pas.

32Les Seize n’arrivent pas à convaincre les soldats étrangers de les suivre. La réponse de ceux-ci se fonde sur deux axiomes : il leur manque l’ordre d’un supérieur ; et leur conscience leur interdit de se livrer à un massacre si effarant. Ces gens ne sont pourtant pas si innocents, car ce sont des Politiques ; mais même l’occupant étranger, et il faut souligner le fait qu’il s’agit de soldats espagnols, comme l’Estoile le remarque clairement dans son texte, se refuse de les massacrer de façon barbare, comme des vulgaires voleurs. En faisant ce récit, ce sont au fond les Ligueurs parisiens eux-mêmes dont l’Estoile nous livre un portrait moral.

33Le monde dual de Pierre de l’Estoile, très similaire à celui décrit par de Thou dans son Histoire, montre la présence de deux types d’hommes dans la ville. D’un côté les futurs ou possibles sacrifiés, gens de bien, honnêtes et qui ont à cœur la nation française ; de l’autre des traîtres, qui organisent un plan à grande échelle, mais dénué de sens et de but, avec seulement l’intention de tuer et de voler. L’Estoile ne mentionne nulle part le motif religieux, pas plus qu’il ne souligne que les Politiques suivent le Roy de Navarre, un prince encore hérétique en novembre 1591. De même, les condamnations et les exécutions qui ont lieu après le 22 mars 1594 sont exclues du récit.

34Ces derniers détails sont oubliés dans son texte, car ils pourraient fournir une justification aux Seize. L’Estoile met en avant seulement la condition sociale des uns et des autres. Le mémorialiste ne relate pas le fil des événements, il nous livre un récit élaboré à partir d’une conception du monde qui veut que le parti des vainqueurs soit celui des gens les meilleurs, le parti de ceux qui se libèrent de la présence des tueurs et des assassins sans scrupules par l’acte magnanime de l’édit d’expulsion.

  • 31 Ibid., pp. 534-538.

35Au travers du récit d’un passé recomposé qui expose leur version de l’histoire, Pierre de l’Estoile, Jacques-Auguste de Thou et les autres historiens du parti des Politiques justifient une nouvelle fois qu’ils aient gagné la guerre par leur appartenance au parti des hommes justes, ceux qui réunissent tout à la fois le statut social, la morale et le droit. Ainsi, la liste des noms des proscrits, mais aussi les livres, qui se trouvent aussi dans le texte de l’Estoile, tel que celui connu sous le nom de Bibliothèque de Madame de Montpensier, deviennent une arme politique31. Ces listes utilisées par les historiens politiques sont la démonstration de la manière dont fonctionnait le monde de la Ligue ; en sorte que le lecteur ne peut qu’approuver le rejet de tels hommes et de telles pratiques.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Boucher, Jean, De Justa Henrici Tertii abdicatione e Francorum regno, libri quatuor…, Paris, Nicolas Nivelle, 1589.

Caumont, Jehan de, De la vertu de noblesse, Paris, 1585.

Déclaration des causes qui ont meu Monseigneur le cardinal de Bourbon et les pairs, princes, prélatz, seigneurs, villes et communautez de ce royaume de France de s’armer contre ceux qui veulent subvertir la religion et l’Estat, s. l., 1585.

Édit et déclaration du Roi sur la réduction de la ville de Paris sous son obéissance, dans Simon Goulart, Mémoires de la Ligue, contenant les évenemens les plus remarquables depuis 1576, jusqu’à la paix accordée entre le roi de France & le roi d’Espagne, en 1598. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée de notes critiques & historiques, Amsterdam, chez Arkstée & Merkus, 1758, t. VI, pp. 71-82.

Estoile, Pierre de l’, Registre journal de Henri III et Henri IV, Paris, MM. Champollion-Figeac et Aimé-Champollion, 1837.

Lefèvre, Louis-Raymond (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, Paris, 1948, vol. 1.

Les Mémoires de Monsieur le duc de Nevers, Prince de Mantoue, pair de France gouverneur et lieutenant général pour les rois Charles IX Henri III et Henry IV en diverses provinces de ce royaume. Enrichis de plusieurs pièces du temps, Seconde partie, Paris, chez Louys Billaine, 1665.

Noms de ceux qui sortiront de la ville de Paris suivant la volonté du Roy (Bibliothèque nationale de France, ms. Dupuy 88, fos 224rº-vº).

Satyre Ménippée de la vertu du catholicon d’Espagne et de la tenue des États de Paris, Ratisbonne, chez les héritiers de Mathias Kerner, 1726, t. II (1e éd. 1594).

Thou, Jacques-Auguste de, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres, 1734, Liv. CIX.

Bibliographie

Barnavi, Élie (1979), « La ligue parisienne ancêtre des partis totalitaires modernes ? », French Historical Studies, 11, 1979, pp. 29-57.

Barnavi, Élie (1980), Le parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1584-1594, Bruxelles – Louvain.

Barnavi, Élie, Descimon, Robert (1985), La Sainte Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président Brisson (15 novembre 1591), Paris.

Belknap, Robert E. (2004), The list. The uses and pleasures of cataloguing, New Haven & London.

Brunet, Serge (éd.) [sous presse], Les Ligues catholiques & leurs alliés dans la France des Guerres de Religion (vers 1576-1598). Historiographie et méthodes d’analyse, Colloque International Université Paul Valéry – Montpellier III.

Capefigue, Jean-Baptiste Honoré Raymond (1843), La Ligue et Henri IV, Paris (3e éd.).

Constant, Jean-Marie (1996), La Ligue, Paris.

Crouzet, Denis (1983), « La représentation du temps à l’époque de la Ligue », Revue Historique, 270, pp. 297-388.

Crouzet, Denis (1990), Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles (vers 1525-vers 1610), Seyssel.

Daubresse, Sylvie, Haan, Bertrand (éd.) [2012], Actes du parlement de Paris et documents du temps de la Ligue (1588-1594). Le recueil de Pierre Pithou, Paris.

Descimon, Robert (1983), Qui étaient les seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris.

Descimon, Robert (2009), « Chastel’s attempted regicide (27 december 1594) and its subsequent transformation into an affair », dans Alison Forrestal et Eric Nelson (éd.), Politics and religion in early Bourbon France, Basingstoke, pp. 86-104.

Deyon, Pierre (1996), L’État face au pouvoir local, Paris.

Eco, Umberto (2009), Vertige de la liste, Paris.

Febvre, Lucien (1992), Michelet et la Renaissance, Paris.

Greffe, Florence, Lothe, José (2004), La vie, les livres et les lectures de Pierre de l’Estoile. Nouvelles recherches, Paris.

Koenigsberger, Helmut Georg (1955), « The organization of revolutionary parties in France and the Netherlands », Journal of Modern History, 27 (4), pp. 333-351.

Le Goff, Jacques (1999), « Le Moyen Âge de Michelet », dans Id., Un autre Moyen Âge, Paris, pp. 23-47.

Michelet, Jules (1982), Renaissance et Réforme, Paris.

Mousnier, Roland (1969), Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris.

Penzi, Marco (2005), « Damnatio memoriae: la Ligue Catholique française e la storiografia, tra politiques, rivoluzionari, mistici e liberali », Quaderni storici, 118, pp. 263-284.

Penzi, Marco (2007), « Les pamphlets ligueurs et la polémique anti-ligueuse : “faux textes” et “vrais faux” : les “sources” et les pamphlets attribués aux ligueurs », dans Jacques Berchtold et Marie-Madeleine Fragonard (éd.), La mémoire des Guerres de Religion. La concurrence des genres historiques xvie-xviie siècles, Actes du colloque international de Paris (15-16 novembre 2002), Genève, pp. 133-151.

Penzi, Marco (2009), « L’histoire tragique et mémorable de Claude de Sainctes, évêque d’Evreux », Cahiers du CRH, 44, pp. 9-26.

Ruiz Ibañez, José Javier, Descimon, Robert (2005), Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel.

Turchetti, Mario (2002), « Une question mal posée : l’origine et l’identité des Politiques au temps des guerres de Religion », dans Thierry Wanegffelen (éd.), De Michel de L’Hospital à l’Édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, pp. 357-390.

Haut de page

Notes

1 Voir Michelet, 1982 ; pour une analyse de la conception de la Renaissance de Michelet, voir Febvre, 1992 ; d’autre part, une lecture du Moyen Âge tel que le conçoit l’historien est fournie dans Le Goff, 1999, pp. 23-47.

2 Voir Koenigsberger, 1955, pp. 335-351. Mousnier, 1969, pp. 53-56 ; Barnavi, 1980, pp. 55-58 ; Constant, 1996, pp. 334-335. Ces théories sociales s’appuient sur une interprétation forcée du texte de Caumont, De la vertu de noblesse, en voyant dans cet écrit une sorte de programme mystico-révolutionnaire qui voudrait changer la noblesse de race en une noblesse imaginaire, qui serait obtenue selon des mérites catholiques.

3 Barnavi, 1979.

4 Crouzet, 1990 ; Id., 1983, pp. 297-388.

5 Brunet (éd.), sous presse.

6 Turchetti, 2002, p. 359. Il est intéressant de signaler que, dans son historiographie, la Ligue a été interprétée comme un parti « conservateur », voire d’extrême-droite, mais aussi identifiée à un mouvement d’« extrême-gauche », terroriste, voire jacobin. Voir Capefigue, 1843, p. 79, n. 1 : « on peut comparer cette organisation à celle de la commune et du département à la première époque de la révolution française ». Voir aussi Deyon, 1996, pour qui la Ligue catholique serait une sorte de dictature populaire instaurée par les Seize parisiens.

7  Satyre Ménippée, « Harangue de Monseur d’Aubray pour le Tiers-Estat », pp. 106-107.

8 Voir Penzi, 2009 ; Daubresse et Haan (éd.), 2012 ; Descimon, 2009.

9 Penzi, 2005.

10 Id., 2007.

11 Charles de Bourbon, frère d’Antoine, le père du futur Henri Roi de Navarre, et donc oncle de ce dernier, avait été évêque de Nevers (1540), de Saintes (1544) et enfin archevêque de Rouen (1550). En 1584, un pacte secret fut conclu par le duc de Guise avec Philippe II : il [Charles de Bourbon] devait être reconnu comme l’héritier de la couronne à la mort de Henri III. Emprisonné après l’assassinat de Henri de Guise lors des États de 1588, il fut par la suite proclamé roi sous le nom de Charles X par le duc de Mayenne (frère du défunt Guise et maintenant chef de la Ligue), reconnu par arrêt du Parlement de Paris le 3 mars 1590, mais toujours gardé prisonnier par Henri III et, après la mort de ce dernier, par Henri IV. Il mourut en mai de la même année.

12 Ibid., pp. 8-9.

13 Boucher, De Justa Henrici Tercii. Les livres deux et trois de l’œuvre sont des longues listes des crimes d’Henri III.

14 Belknap, 2004, p. 15.

15 « L’exemple typique de liste pratique, c’est la liste des courses, des invités d’une fête, le catalogue d’une bibliothèque, l’inventaire des objets dans un lieu quelconque (bureau, archives, musée), l’énumération des biens dans un testament, une facture des marchandises à payer, la carte d’un restaurant, le recensement des sites dans une guide touristique, jusqu’au dictionnaire qui enregistre toutes les données du lexique d’une langue donnée. Ces listes présentent trois caractéristiques : d’abord, elles ont une fonction purement référentielle, c’est-à-dire qu’elles renvoient à des objets du monde extérieur et ont pour but purement pratique de les nommer et de les énumérer (si ces objets n’existaient pas, la liste n’aurait aucun sens ou alors nous aurions déjà affaire, nous le verrons, a une liste poétique) ; ensuite, comme elles énumèrent des objets réellement existants et connus, elles sont finies, car elles entendent recenser les objets auxquels elles se réfèrent et aucun autre — et ces objets, s’ils sont physiquement présents en un lieu quelconque, sont évidemment d’un nombre défini ; enfin, elles ne sont pas altérables, au sens où il serait incorrect, outre qu’insensé, d’ajouter au catalogue d’un musée un tableau qui n’y est pas conservé » (Eco, 2009, p. 113).

16 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 389-390. Le 28 mars, un édit royal enregistré au Parlement confirme ces promesses : Estoile, Registre journal de Henri III et Henri IV, p. 226 ; Thou, Histoire universelle, Liv. CIX, p. 144 ; Édit et déclaration du Roi sur la réduction de la ville de Paris sous son obéissance.

17 Estoile, Registre journal de Henri III et Henri IV, pp. 229-230 ; Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 405-407.

18 Noms de ceux qui sortiront de la ville de Paris suivant la volonté du Roy (fos 224rº-vº). Ce texte est manifestement une copie, probablement rédigée à la hâte. Les proscrits de la Ligue sont répertoriés par quartier de Paris et, dans la plupart des cas, ils sont caractérisés par leur profession. On y note par contre plusieurs erreurs, et notamment les noms des quartiers de Paris sont erronés. Erreurs qui ont été par la suite reproduites dans les versions successives de ce papier, contenues dans des compilations « historiques ».

19 Noms de ceux qui sortiront de la ville de Paris, f° 224vº.

20 Barnavi, 1980, p. 244.

21 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, p. 405. Le mémorialiste ajoute avec son ironie anti-ligueuse classique : « Encore disait-on tout haut que si ce moine, prédicateur véhément et des plus emportés, eût su trouver ailleurs cuisine comme celle qu’il quittait, il aurait été prêcher ses folies en d’autres villes qui étaient encore ligueuses » (ibid.).

22 Le 25 mars, « [b]eaucoup de ligueurs sortirent de Paris ce jour : les uns par billets, et les autres sans les attendre, ayant crainte de pis » (ibid., p. 397).

23 « Ce jour fut fait commandement à Rainsant de vider la ville de Paris, nonobstant les remontrances de messieurs les Seize, et lui fut baillée sa maison pour prison. Dont les prédicateurs de Paris crièrent et se formalisèrent » (ibid., p. 211).

24  Ibid., pp. 403 et 406.

25 Ibid.

26 Satyre Ménippée, t. II, pp. 518-522 ; Les Mémoires de Monsieur le duc de Nevers, t. II, pp. 708-709.

27 Greffe et Lothe, 2004, p. 149.

28 Ruiz Ibañez et Descimon, 2005, p. 93.

29 Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 141-142.

30 Le 15 novembre 1591, le premier président du Parlement de Paris, Barnabé Brisson, et Claude Larcher, conseiller au Parlement, et Jean Tardif, conseiller au Châtelet, sont jugés par un tribunal instauré et composé de Seize (on appelait, et on appelle, Seize les extrémistes de la faction de la Ligue, par référence aux seize quartiers de la ville de Paris) et pendus par la suite. Brisson était un érudit et juriste, et comme d’autres il avait rejoint la Ligue contre Henri III. Mais comme les deux autres, il était aux yeux des Seize progressivement devenu suspect de modérantisme, voire de trahison. Voir Barnavi et Descimon, 1985. Sur les Seize, voir Descimon, 1983. Lefèvre (éd.), Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, vol. 1, pp. 141-142.

31 Ibid., pp. 534-538.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Penzi, « Les listes de proscriptions au temps de la Ligue »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 105-118.

Référence électronique

Marco Penzi, « Les listes de proscriptions au temps de la Ligue », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5772

Haut de page

Auteur

Marco Penzi

EHESS (Groupe d’études Ibériques – CRH)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals