Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

François Soyer, A perseguição aos Judeus e Muçulmanos de Portugal. D. Manuel I e o fim da tolerância religiosa (1496-1497)

Bruno Feitler
p. 334
Référence(s) :

François Soyer, A perseguição aos Judeus e Muçulmanos de Portugal. D. Manuel I e o fim da tolerância religiosa (1496-1497), Lisboa, Edições 70, coll. «Lugar da História», 2013, 376 p. (éd. originale en anglais : Brill, Leiden, 2007)

Texte intégral

1Ce livre de François Soyer, résultat d’un doctorat soutenu à l’université de Cambridge en 2006, reprend des questions très importantes pour l’historiographie portugaise. Même si le contexte de la conversion forcée des juifs du Portugal en 1497 et leur situation avant la conversion ont été maintes fois étudiés, le livre se propose de revoir systématiquement les sources disponibles pour en tirer ainsi des conclusions parfois divergentes des points de vue plus traditionnels. Il ne s’intéresse toutefois pas uniquement au sort des juifs du Portugal, mais aussi à celui des musulmans (question moins abordée par les historiens), expulsés à la même époque mais, comme l’affirme l’auteur, pas exactement pour les mêmes raisons. Il s’agit ainsi d’une importante contribution au débat historiographique et à la connaissance des tragiques événements survenus au Portugal à la fin du xvie siècle.

2Un premier chapitre rend compte de l’histoire des minorités juive et musulmane dans le Portugal médiéval, analysant l’organisation des communautés, leur rôle économique, leur importance numérique et leurs rapports de coexistence et de conflit avec la majorité chrétienne. Dans le deuxième chapitre sont traitées les répercussions locales (et les chiffres) de l’arrivée de quantité de juifs et de conversos de Castille depuis les années 1480 jusqu’aux années qui suivent l’expulsion de 1492. Le chapitre suivant s’intéresse au contexte politique de l’arrivée sur le trône portugais du roi Manuel, tenue alors comme improbable et presque miraculeuse. Les projets politiques du nouveau roi, les rapports privilégiés qu’il entretenait avec les Rois Catholiques (contrairement à son prédécesseur, João II), sont en effet d’une importance capitale pour la compréhension du sort réservé aux juifs et aux musulmans du Portugal. Le quatrième chapitre étudie dans le détail tout le complexe processus qui a abouti à l’éradication légale du judaïsme au Portugal. Le cinquième et dernier chapitre traite de façon isolée du sort de la petite communauté musulmane portugaise, expulsée également en 1497.

3Méthodologiquement, Soyer est très strict dans la recherche d’informations sur ces événements. Il reprend donc une documentation souvent connue, mais qui est rarement revisitée de près, même si elle n’est pas extrêmement abondante. Chroniques royales portugaises et espagnoles, rapports de diplomates, récits de commerçants étrangers ou de juifs ayant passé par l’ordalie de l’expulsion et de la conversion forcée servent ainsi de panneau de fond. Ces textes sont mis en rapport et comparés, et les informations jaugées à la lumière de la documentation de la chancellerie royale portugaise, de différentes archives municipales et de l’Inquisition. Tout cela de façon à établir de la meilleure façon possible la chronologie de la publication de ces décrets (connus parfois uniquement de deuxième main) et de leur application.

4Il faut d’emblée remarquer qu’il y eut trois décrets d’expulsion différents. D’abord celui des conversos castillans, en novembre 1496, puis ceux, le mois d’après, qui eurent séparément comme victimes les juifs et les musulmans. En 1497, les musulmans furent effectivement expulsés et l’écrasante majorité des juifs convertie de force. La conversion forcée des juifs fut aussi une affaire qui eut lieu par étapes, avec d’abord la limitation des ports de sortie puis confiscation des biens communautaires et des livres en hébreu (en janvier 1497), ensuite le séquestre et la conversion de tous les enfants de moins de quatorze ans à la Pâque 1497 et, finalement, quelques mois plus tard, autour de mai 1497, la « conversion générale » des juifs. La chronologie concernant l’expulsion des musulmans (précédée également de la confiscation des biens communautaires) est similaire à celle (même théorique) des juifs.

5Toutefois, la grande question dont Soyer propose une nouvelle analyse est celle de la cause de ces décrets. Il montre clairement que le mariage de d. Manuel avec l’aînée des filles (qui n’est alors pas encore princesse héritière) des Rois Catholiques est l’unique raison expliquant l’expulsion des conversos castillans, ceux qui dans la correspondance castillane sont désignés comme « hérétiques ». Le décret d’expulsion des juifs fut une des conditions pour une bonne entente avec le puissant voisin (et non une des conditions du mariage), de façon à laisser le champ libre pour les projets impériaux du roi portugais. Leur conversion forcée, basée sur un courant théologique minoritaire, mais qui justifiait le baptême non consenti, serait une solution pragmatique, une façon de garder tout le capital financier, d’érudition et artisanal des juifs locaux, même si l’auteur revoit à la baisse les chiffres des juifs convertis, étant donné que seulement une petite parcelle des juifs castillans et aragonais serait restée en terres portugaises jusqu’à la date fatidique de 1497. La grande incidence de judaïsants d’origine castillane arrêtée par l’Inquisition portugaise à ses débuts, fut donc le résultat de l’arrivée au Portugal de conversos après la conversion forcée, et non de juifs espagnols convertis au Portugal même (pp. 148-149). Le décret expulsant les musulmans, dans la suite des projets d’expansion et de conquête de l’Afrique du Nord, ne serait qu’une démonstration de volonté d’un catholicisme immaculé ayant comme but impressionner Rome, lieu où se jouaient, par les bulles et brefs papaux, les justifications canoniques de ces mêmes conquêtes et de l’idée de croisade du roi portugais. Le peu de répercussion que cette expulsion aurait dans l’économie du royaume et aussi, possiblement, la peur d’une réaction des royaumes musulmans de la Méditerranée seraient les raisons pour lesquelles les musulmans ne furent pas convertis de force comme les juifs.

6C’est dans les interprétations sur les causes des expulsions que François Soyer essaye de bousculer l’historiographie, même s’il aurait été plus pratique d’avoir dès le départ une vue plus approfondie des opinions (et des fondements) de l’historiographie plus ancienne car, en effet, tous ne sont pas opposés à certains de ses propres points de vue. Comme déjà mentionné, Soyer contredit d’abord l’idée que toutes les expulsions seraient des conditions imposées par la princesse castillane pour son mariage. Il contredit aussi l’idée très répandue, selon laquelle d. Manuel avait comme projet, depuis le début de son règne, de succéder à Ferdinand et Isabelle dans le gouvernement des autres royaumes péninsulaires. Cela ne serait pas envisageable étant donné que le prince héritier espagnol était encore vivant avec, en plus, une femme enceinte. Tout en renforçant l’idée selon laquelle d. Manuel voulait donner une image de lui-même (et gouverner) en tant que champion chrétien — preuve en est la véritable offensive diplomatique menée à Rome dès le début de son règne —, Soyer contredit, cette fois-ci sans développer son argument, la théorie de Luis Filipe Thomaz selon laquelle d. Manuel a pu être vu non seulement comme un prince chrétien, mais aussi avec des convictions messianiques (p. 194). Une chose, en fait, dans ce cas, ne contredit pas nécessairement l’autre.

7Finalement, il faut remarquer que le texte est très bien écrit et se lit aisément, et le travail de traduction en portugais très bien mené malgré quelques problèmes de révision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Feitler, « François Soyer, A perseguição aos Judeus e Muçulmanos de Portugal. D. Manuel I e o fim da tolerância religiosa (1496-1497) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 334.

Référence électronique

Bruno Feitler, « François Soyer, A perseguição aos Judeus e Muçulmanos de Portugal. D. Manuel I e o fim da tolerância religiosa (1496-1497) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5898

Haut de page

Auteur

Bruno Feitler

Unifesp – CNPq

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals