Navigation – Plan du site
Miscellanées

« Ayudemos a Francia » : les volontaires espagnols dans la guerre franco-allemande de 1870-1871

«Ayudemos a Francia»: los voluntarios españoles en la guerra franco-prusiana de 1870-1871
«Ayudemos a Francia»: Spanish volunteers in the Franco-German war of 1870-1871
Alexandre Dupont
p. 199-219

Résumés

La guerre franco-allemande de 1870-1871 est un moment de volontariat international trop peu étudié. Des hommes de toutes nationalités se sont pourtant engagé côté français. Parmi ces engagés, les républicains espagnols ne sont pas en reste. En septembre 1870, le républicain fédéral José María Orense lance un appel à ses coreligionnaires politiques sous le titre « Ayudemos a Francia ». Puis, il part rapidement pour la France pour organiser sa « légion espagnole ». De fin septembre à fin octobre, il ne ménage pas sa peine. Pouvant compter sur le soutien des républicains français qu’il croise, il parvient à créer une véritable structure transnationale qui assure l’organisation des volontaires. Les Espagnols combattent dans quatre corps francs de l’armée des Vosges d’octobre 1870 à mars 1871. Si les archives militaires ne permettent pas de mieux connaître ces volontaires individuellement, elles permettent de dresser un tableau d’ensemble de ce volontariat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tombs, 1992.
  • 2 Howard, 1962.
  • 3 Roth, 1990.
  • 4 Audoin-Rouzeau, 1989.
  • 5 Levillain et Riemenschneider (éd.), 1990.
  • 6 Quelques exemples : Taithe, 2001 ; Varley, 2008.

1Il y a une vingtaine d’années, dans son article de synthèse historiographique1, l’historien britannique Robert Tombs pointait le déficit d’attention dont avait longtemps souffert dans l’historiographie la guerre franco-allemande de 1870-1871. Les deux dernières décennies n’ont guère changé ce constat ; après un certain regain d’intérêt dans les années 1980, cette guerre est retombée dans les limbes. L’historien dispose donc à ce jour des mêmes grandes synthèses qui font l’objet de l’analyse de Tombs : celle, pionnière, du Britannique Michael Howard2, qui annonçait dès le début des années soixante un tropisme des historiens anglo-saxons pour cette guerre, celle très complète mais parfois incorrecte de François Roth3, l’ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau4, centré sur la notion d’opinion publique, et enfin les actes du colloque organisé en 1985 par Philippe Levillain et Rainer Riemenschneider5. Si les historiens anglo-saxons poursuivent leurs recherches sur divers aspects de cette guerre6, les historiens français n’ont, quant à eux, pas produit d’ouvrage majeur sur la question depuis les années 1980. Ce n’est pas ici le lieu d’en discuter les raisons, prenons seulement acte de ces manques historiographiques.

  • 7 On se rapproche en fait peu à peu d’une armée de conscription. Voir Crépin, 2009.
  • 8 Howard, 1962, pp. 252-253.
  • 9 Sur les Garibaldi en Bourgogne, on renverra à Scirocco, 2001 et à l’ouvrage moins scientifique de M (...)

2Ces ouvrages sont bien entendu amenés à largement aborder la question du volontariat puisque dès le mois de septembre, la République à peine née est confrontée à la perte d’environ cent mille hommes après Sedan, cependant que cent quatre-vingt mille autres sont enfermés depuis le 20 août dans Metz. Tout en essayant d’organiser de nouveaux corps d’armée — comme l’armée de la Loire —, le gouvernement de Léon Gambetta recourt massivement au volontariat, à travers les corps de gardes mobiles et de francs-tireurs7. Le volontariat étranger s’inscrit dans de telles structures, mais il est beaucoup moins étudié. Howard n’y consacre ainsi que deux pages8. Le cas d’engagés volontaires étrangers le mieux connu est, bien entendu, celui de Giuseppe Garibaldi et de ses fils Menotti et Ricciotti, suivis d’un certain nombre de leurs compagnons d’armes. Garibaldi devient « Commandant supérieur des corps francs de la zone des Vosges », signe de la décision de Gambetta de ne pas confondre cette armée de volontaires avec l’armée de l’Est, armée régulière. L’armée des Vosges, qui regroupe les corps francs éparpillés dans l’est du pays, s’illustre entre autres à Dijon9. C’est au sein de cette armée des Vosges que combattent les Espagnols qui s’engagent dans la guerre franco-allemande aux côtés de la France.

  • 10 Orobon, 2012.
  • 11 López Cordón, 1975, pp. 382-385 notamment.
  • 12 Rubio, 1989.
  • 13 Ibid., pp. 567-575.

3Ce volontariat armé espagnol n’a pas fait l’objet de recherches approfondies. L’Espagne n’est abordée dans le traitement historique de la guerre franco-allemande que sous l’angle de la succession au trône. Les seuls ouvrages qui dépassent cette dimension et élargissent les perspectives concernant la place de l’Espagne dans ce conflit sont un article de Marie-Angèle Orobon10, quelques pages de l’ouvrage classique de María Victoria López Cordón11 et le livre tout à fait essentiel de Javier Rubio12. Pour autant, ce dernier est là encore centré sur la question dynastique. La question de la participation de combattants espagnols au conflit est abordée en une dizaine de pages13. Rubio la considère minime tant du fait des réticences du gouvernement français que du manque de volontaires côté espagnol. Selon lui, le projet de légion espagnole a complètement échoué et la participation espagnole se limite à quelques centaines d’individus.

  • 14 Pécout, 2008 et Id., 2009.
  • 15 Par exemple, Ignace, 2009.
  • 16 Sarlin, 2013.

4L’évacuation en quelques pages de ce volontariat armé n’est pas satisfaisante pour l’historien, qui a vu la réflexion épistémologique autour de cette catégorie profondément renouvelée, que ce soit par les travaux de Gilles Pécout14 ou de jeunes historiens comme Anne-Claire Ignace15 ou Simon Sarlin16. Les récents développements sur cette question font en effet apparaître le peu d’intérêt que revêt l’aspect quantitatif d’un volontariat international toujours limité à cet égard. Les historiens pionniers sur ces questions nous invitent à nous pencher sur ces combattants qui traversent les frontières pour se battre pour leurs idées, quand bien même ils ne seraient que quelques dizaines. C’est ce travail que nous souhaiterions réaliser ici pour les Espagnols partis se battre en France contre les armées allemandes au deuxième semestre de l’année 1870.

Le projet de « légion espagnole » du républicain fédéral José María Orense

  • 17 Salom, 1967, pp. 47-48.

5Le déclenchement du conflit franco-allemand à la suite de la candidature du fils de Guillaume de Prusse au trône d’Espagne prend les autorités espagnoles de court, comme le rappelle Julio Salom dans son ouvrage majeur sur l’Espagne dans les relations européennes des années 187017. Dès le 26 juillet, Serrano, alors régent du royaume, et Sagasta, ministre des Affaires Étrangères, prennent donc un décret de neutralité qui vise à éviter toute tension avec l’un ou l’autre des belligérants. L’article 1 prévient d’ailleurs :

  • 18 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE) 37, CP 876, 26 juillet 1870.

Les Espagnols qui s’engageraient dans les armées belligérantes […] perdront leurs droits à la protection du Gouvernement Espagnol et seront soumis aux conséquences des mesures adoptées par les belligérants18

  • 19 Voir Code civil des Français, 1804, p. 6.

6Le volontariat armé est clairement la cible de cet article qui affirme que l’engagé volontaire part se battre à ses risques et périls, et qu’il ne pourra compter sur la protection de son ambassade en cas d’arrestation par l’un des belligérants. Cette précaution du gouvernement espagnol n’a d’ailleurs rien d’original puisque la France la prend également dès 1804, au titre de l’article 21 du Code Civil19.

  • 20 Voir Monlleó Peris, 2001 et Fuente Monge, 2001 pour l’Espagne, et Aprile, 2010a, pp. 469 sqq. pour (...)

7Quoi qu’il en soit, la question du volontariat ne se pose pas jusqu’en septembre, pour deux raisons. D’une part militairement, malgré des revers dès le début du mois d’août, l’armée française n’a pas encore subi la saignée évoquée plus haut. D’autre part, et surtout, la structuration du champ politique dans les deux pays autour des oppositions républicaine et légitimiste au pouvoir explique que le volontariat international ne puisse se mettre en place avant l’avènement de la République20.

8Il importe de bien saisir la concomitance du retour au pouvoir des républicains et de l’effondrement de l’armée française qui laisse entrevoir à toute l’Europe l’invasion à court terme de la France. L’Espagne ne fait pas exception, et dans les jours qui suivent, des initiatives favorables à la France républicaine se mettent en place de la part des républicains espagnols. Ceux-ci ont en effet salué abondamment le retour de la République en France et vu dans ce changement de régime la garantie d’un tournant dans l’évolution de la guerre.

Un projet inspiré par le Printemps des Peuples

  • 21 Rubio, 1989, p. 575.
  • 22 La Época, 23 septembre 1870.
  • 23 Sur ce parti, voir Pérez Roldán, 2001.
  • 24 Il est reproduit notamment dans La Época, journal libéral, du 23 septembre 1870 qui espère, dans l’ (...)

9Javier Rubio évoque, dès le début du mois de septembre, une proposition faite par les républicains espagnols aux nouveaux dirigeants républicains de France d’envoyer cent mille hommes en France pour combattre les armées allemandes à condition que la France aide en retour à l’établissement de la république en Espagne. Jules Favre, alors ministre des Affaires Étrangères, oppose à cette proposition une fin de non-recevoir21. Quelques jours plus tard, l’ancien député républicain aux Cortès Constituantes de 1869, Fernando Garrido, invite les républicains français à appeler à l’aide les républicains espagnols22. Mais c’est l’appel à la formation d’une « légion espagnole », lancé par le républicain fédéral José María Orense, membre du directoire du parti républicain fédéral23, le 22 septembre, sous le titre « Ayudemos a Francia24 », qui lance véritablement le mouvement de mobilisation des républicains espagnols en faveur de la France.

  • 25 Darriulat, 2001 ; Baquiast, 2007 ; Quillet, 2008.
  • 26 Peyrou, 2012 ; Orobon, 2012.
  • 27 La Época, 23 septembre 1870.
  • 28 La prégnance de cette division de l’Europe entre une Europe germanique et une Europe latine dont l’ (...)

10Ce texte montre bien les ressorts de l’internationalisme républicain de la seconde moitié du xixe siècle, tel qu’il a pu être étudié pour la France25 et pour l’Espagne26 par nombre d’historiens. Deux ressorts argumentatifs sont utilisés pour justifier l’appel à la mobilisation qui renvoient à deux conceptions différentes des relations entre républicains des différents pays. On qualifiera la première ligne argumentative d’internationaliste en ce sens qu’elle appelle à aller se battre en France pour le bien de l’Espagne, c’est-à-dire d’une part pour éviter de voir monter sur le trône un prince allemand dont la nation ne veut pas, et d’autre part pour établir une république en Espagne dont l’alliance avec la république française, voire avec une hypothétique république italienne à venir dans le sillage de Garibaldi, permettrait de renforcer les liens de la « race latine27 » face aux ambitions de l’Allemagne et plus largement de l’Europe germanique28.

  • 29 Ibid.
  • 30 Il faut notamment rappeler ici les liens anciens entre Espagnols et Italiens, qui ne sont pas sans (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Auquel participait Fernando Garrido. Peyrou, 2012, p. 112.
  • 33 Pour plus de détails, voir Gossez, 1951.

11La seconde série d’arguments se rattache quant à elle à une ligne plus transnationale ou, pour le dire autrement et en revenir à la culture politique d’Orense, à une ligne fédéraliste, qui vise à unir l’Europe dans une fédération, dans des « Etats-Unis d’Europe29 ». On peut s’arrêter sur la référence historique que mobilise Orense pour appuyer son propos : le Printemps des Peuples. Orense rappelle notamment qu’en 1848, il avait tenté, avec d’autres, de reproduire le 24 février dans plusieurs villes d’Espagne dont Madrid et Séville. L’exil consécutif à l’échec de ces mouvements lui a permis ainsi qu’à ses compagnons d’entrer en contact avec les principaux responsables républicains européens30. Cette amitié politique internationale permise par l’exil est d’ailleurs rappelée très concrètement par Orense lorsqu’il évoque le projet fédéraliste européen élaboré à Londres par « mes amis Ledru-Rollin, Mazzini et Kossuth31 ». Il fait ici référence à l’action en exil des trois leaders français, italien et hongrois qui, à travers le journal LHomme et le Comité International Permanent ou Comité européen32, se donnaient pour objectif d’assurer la démocratie universelle par l’union de tous les républicains33.

  • 34 Les informations biographiques sont tirées de Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle (...)
  • 35 Il avait alors combattu l’expédition des Cent Mille Fils de Saint-Louis mandatée par la Sainte-Alli (...)
  • 36 La Época, 23 septembre 1870.
  • 37 Ibid.

12La rémanence d’expériences passées souligne tout le poids de l’histoire qui pèse sur les républicains tant français qu’espagnols, soucieux de ne pas répéter leurs erreurs, tandis qu’au même moment, à Paris, on brocarde le retour au pouvoir des « vieilles barbes de 48 ». Orense est lui-même âgé de soixante-huit ans et se bat depuis longtemps pour le républicanisme34. Il annonce d’ailleurs : « je ne pourrai pas faire ce que j’ai fait en 182335 et en 184836 », à savoir combattre. Après le mouvement manqué de 1848, il avait en effet de nouveau été contraint de s’exiler en France puis en Belgique en 1852, où il était entré en contact avec des républicains français comme Quinet ou Hugo. Très actif durant le Bienio Progresista (1854-1856), il est renvoyé en exil à la fin de cette période et ne rentre qu’après la Révolution de Septembre. Enfin en 1869, il organise un soulèvement républicain dans l’est de l’Espagne, soulèvement dont il affirme dans sa proclamation qu’il a rassemblé quarante mille hommes, ce qui prouverait que le républicanisme fédéral a des réserves en hommes en Espagne, même s’il a bien conscience que tous ne pourront pas aller combattre, « la majorité étant des artisans37 ».

Divisions républicaines sur l’internationalisme

  • 38 Cette question est en partie la cause de la progressive division du républicanisme espagnol entre u (...)

13Pour autant, ce projet est loin de faire l’unanimité. On ne s’étonnera pas que les journaux monarchistes se déclarent défavorables au projet. Plus intéressant, ce projet de José María Orense suscite aussi des oppositions au sein même du camp républicain, et porte un nouvel éclairage sur les dissensions qui le traversent sur la question de la souveraineté nationale et sur l’internationalisme38.

14Les critiques sont pour une part portées par une association républicaine appelée le Tiro Nacional, fondée à Barcelone. En octobre 1870, dans une adresse aux dirigeants républicains fédéraux qui appellent à porter secours à la France par les armes, et signée par trois responsables, Joaquín Viralta, Miguel Martorell et Juan Estivill, elle expose deux reproches :

151°. Le contingent que peut fournir clandestinement le parti républicain serait si faible que […] il ne serait même pas un grain de moutarde mis sur la rive du Rhin.

  • 39 La Esperanza, 14 octobre 1870.

162°. Que les hommes qui partiraient ainsi seraient les plus résolus et les plus enthousiastes, et par conséquent les plus solides pour empêcher l’intronisation de la tyrannie en Espagne39.

17Au-delà de l’argument portant sur l’inutilité d’un contingent espagnol forcément limité numériquement, le reproche principal de cette association est que l’envoi d’hommes pour combattre en France affaiblit le républicanisme espagnol et sa mission au sein même de l’Espagne, à savoir se battre pour l’établissement de la république dans ce pays. Les signataires du texte se montrent opposés à une solidarité internationale qui soit plus que de principe, partant du postulat que la lutte politique doit se concentrer à l’intérieur de chaque pays. On remarquera la caractérisation du volontariat armé à l’étranger comme étant le fait des individus les plus résolus au sein d’un groupe politique.

  • 40 Sur Cuba, voir Piqueras Arenas, 2001.

18Par ailleurs, le journal El Moro Muza mène une vive campagne contre le projet d’Orense. Hebdomadaire satirique imprimé à La Havane, il est dirigé et en partie rédigé par Juan Martínez Villergas (1817-1894), qui l’oriente sur des positions républicaines conservatrices. Ce poète et satiriste républicain, connu pour ses nombreux exils, est alors engagé dans un violent combat contre les séparatistes cubains qui tentent d’obtenir l’indépendance de l’île des Caraïbes40. À la lecture des articles du Moro Muza, on constate que cette question clive également le camp républicain.

19Les attaques contre le projet d’Orense sont publiées dans deux numéros successifs du Moro Muza, ceux du 6 et du 13 novembre 1870, à un moment où la Légion espagnole est déjà constituée. Elles se présentent sous la forme d’une « Correspondance de l’autre monde ». Les figures convoquées pour assumer l’auctorialité des articles nous indiquent la première ligne argumentative du Moro Muza puisqu’il s’agit, pour le premier article, de Luis Daoíz et Pedro Velarde, et pour le second, de Francisco Espoz y Mina. L. Daoíz et P. Velarde sont des figures populaires du soulèvement madrilène du 2 mai 1808 contre les troupes françaises et Fr. Espoz y Mina (1781-1836) un général libéral qui fait ses armes lors de la Guerre d’indépendance espagnole.

  • 41 El Moro Muza, 13 novembre 1870.

20Le premier reproche fait au projet d’Orense, c’est qu’il consiste à aller aider la France, alors que la France, dans les colonnes du El Moro Muza, reste l’ennemie de la guerre de 1808-1814. Il n’est pas question d’aller à la rescousse d’un pays qui a fait tant de mal à l’Espagne, et la lettre de Daoíz et Velarde de rappeler les innombrables exactions de l’armée française. Espoz y Mina abonde en ce sens signalant qu’il est « scandalisé […] de savoir que sur [s]a terre, il s’est trouvé dix ou douze individus capables d’aller combattre en faveur des Français41 ». La France reste une ennemie et il n’est pas question de lui porter secours, d’autant, relève Espoz y Mina, qu’eût-elle été vainqueur dans le combat, elle se serait précipitée pour envahir le nord de l’Espagne.

21La seconde ligne argumentative est également riche d’enseignements. Dès le début de leur lettre fictive, Daoiz et Velarde s’étonnent :

  • 42 El Moro Muza, 6 novembre 1870.

Est-il possible, citoyen, qu’alors que vous êtes espagnol, et qu’il y a à Cuba des gens qui font la guerre à l’Espagne, vous alliez former une légion espagnole, non pas pour en finir avec les renégats du Nouveau Monde qui crient : Mort à lEspagne, mais pour attaquer les Prussiens, qui n’ont jamais lutté contre les Espagnols, et pour secourir les Français, qui nous ont fait tant de mal42 ?

  • 43 Et ce d’autant plus qu’Orense, comme un certain nombre de républicains, était soup-çonné de s’être (...)

22Le conflit entre Martínez Villergas et Orense porte également sur la finalité de l’engagement. Républicain conservateur installé à Cuba et engagé dans le débat sur l’indépendance de l’île, Martínez Villergas n’accepte pas qu’Orense puisse préférer aller secourir un pays étranger plutôt que de venir à Cuba avec des volontaires assurer l’intégrité du territoire espagnol43. Là encore, le camp républicain est clivé sur la question de l’internationalisme en lien avec le problème colonial.

23Toutes ces contestations qui se font jour contre le projet de José María Orense semblent sinon tuer dans l’œuf, du moins sérieusement remettre en cause le projet. Pour autant, Orense part en France et travaille à sa réalisation.

La formation du corps de volontaires

24Il convient désormais de suivre le fil des événements pour comprendre comment, en quelques semaines, Orense parvient à mettre sur pied son projet, mais aussi comment le contexte de guerre conduit à des remaniements réguliers dans les plans prévus.

Premiers contacts franco-espagnols : de Bayonne à Bordeaux

  • 44 La Esperanza, 24 septembre 1870.
  • 45 La Época, 23 septembre 1870.

25Dès la publication de son appel, Orense part pour la France pour organiser la légion future. Pour ce départ, il se fait accompagner de son fils Antonio qui compte se rendre directement à Paris pour s’enrôler dans le 70e de ligne, cependant que son père s’arrête quelques jours à Bayonne44. En effet, comme il l’avait expliqué dans son appel, « notre gouvernement ne nous permettra pas de nous organiser ici ; mais sans violer la Constitution, cela ne nous empêche pas d’aller individuellement en France, sans nous arrêter à la frontière45… ».

  • 46 Amae, 37, CP 876, 26 juillet 1870.

26Orense a donc conscience de l’illégalité de son projet à l’égard de la loi espagnole et tente de la contourner en prévoyant que la formation de la légion aura lieu sur le territoire français, chaque volontaire devant faire le voyage de son côté, même si Orense compte sur la solidarité des républicains fédéraux pour financer le voyage des plus modestes. L’article 2 du décret de neutralité précise en effet : « Est prohibé [sic] sur tout le territoire espagnol les recrutements de soldats pour l’une ou l’autre des armées belligérantes et sera puni […] tout agent espagnol ou étranger qui s’en rendrait coupable ou qui les provoquerait46 ».

  • 47 Rapport cité dans La Correspondencia de España, 27 septembre 1870.
  • 48 Ibid.
  • 49 Bien sûr Agulhon, 1970 mais voir aussi Id., 1977.
  • 50 D’excellentes remarques à ce sujet dans McPhee, 1995. Sur les rapports transfrontaliers, on consult (...)

27Dès son arrivée dans la ville, le 26 septembre, les mécanismes traditionnels de la solidarité politique transnationale se mettent en place. D’après un rapport du consul d’Espagne à Bayonne à son ministre, une réunion républicaine est organisée par le Comité de Bayonne le soir même. Au cours de cette réunion, plus d’un millier de personnes, selon le consul, viennent remercier Orense pour son initiative et on prononce des discours à la gloire de l’Espagne et de la République47. Enfin, il est convenu d’organiser une souscription pour procurer des armes à la légion espagnole48. On retrouve ici l’un des lieux de sociabilité politiques chers à Maurice Agulhon49, mais aussi un certain nombre de pratiques politiques classiques. C’est donc clairement une construction transnationale qui se met en place autour du projet d’Orense qui recueille apparemment un franc succès auprès d’une population frontalière dont on sait par ailleurs que la proximité géographique avec le voisin pyrénéen la rend plus encline à développer également des liens de type politique50.

  • 51 La Iberia, 1er octobre 1870.

28Une seconde réunion républicaine a lieu quelques jours plus tard dans le théâtre de Bayonne. Les Orense père et fils ont alors été rejoints par Fernando Garrido. Tandis que son fils appelle à la résistance à outrance et tance les Français pour leur manque de patriotisme, Orense père explique au cours de cette réunion que l’Espagne, de prussienne qu’elle était au début de la guerre par haine de Napoléon iii, est devenue totalement pro-française et qu’on peut compter sur la venue d’au moins vingt mille hommes51 — prévision fort optimiste.

  • 52 Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, t. V, p. 2.
  • 53 On ne sait pas trop ce qu’entend Orense par cette junte ; peut-être s’agit-il d’une structure desti (...)
  • 54 La Discusión, 1er octobre 1870.

29Une lettre, envoyée par Orense au journal républicain La Discusión et publiée dans l’édition du 1er octobre, apporte des précisions quant à la réception du projet à Bayonne. On apprend notamment que le républicain espagnol a pu compter sur l’appui des autorités locales du fait de leur républicanisme avancé. Le sous-préfet, Jean-Baptiste Plantié, est un ancien proscrit du Deux-Décembre, nommé à ce poste après le 4 septembre52. Par ailleurs, le maire, le conseil municipal et la junte de défense53, républicains, se montrent eux aussi enthousiastes. La mobilisation en faveur du projet s’étend même au-delà des Basses-Pyrénées puisque des souscriptions se mettent en place partout dans le sud de la France. Orense semble y discerner les premiers effets concrets du fédéralisme politique qu’il appelle de ses vœux puisqu’il ajoute cette phrase sibylline : « La fédération se fera aujourd’hui pour la guerre, et ensuite pour le gouvernement54 ».

Les conditions de formation de la légion espagnole

30Dans cette même lettre, Orense affirme sa volonté de se rendre à Tours, auprès du gouvernement de la Défense Nationale pour régler les détails concernant la formation de son corps ; il précise qu’il s’y rend accompagné de son fils qui doit s’y enrôler dans l’armée. On se souvient que le 24 septembre, les journaux annonçaient le départ immédiat d’Antonio pour Paris et son enrôlement dans le 70e de ligne. On peut raisonnablement supposer que, le siège de Paris ayant débuté le 18, Antonio Orense n’avait pas encore reçu la nouvelle, et qu’en l’apprenant, il a décidé de modifier ses plans.

  • 55 Le fait est attesté pour Castelar par Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, t. XVI (...)
  • 56 La Iberia, 13 octobre 1870.
  • 57 Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1874, t. XI, p. 1436.

31On trouve peu d’indices dans la presse de la présence d’Orense à Tours à la mi-octobre si ce n’est un entrefilet de La Iberia qui indique qu’il s’y trouve avec Castelar et d’autres chefs républicains55 et qu’ils y prononcent des « discours belliqueux56 ». Il n’y a ainsi aucune trace du « remarquable discours » qu’aurait prononcé Orense à Tours le 18 octobre selon Pierre Larousse, « dans lequel il préconisa l’idée de la fédération des peuples de race latine et l’établissement de la république universelle57 ». Reste donc à formuler l’hypothèse que ce séjour a bien eu lieu mais qu’il a été de courte durée et que Orense est rapidement reparti pour Bordeaux. L’Annuaire Encyclopédique pour 1869-1871 le confirme et va même plus loin :

  • 58 Annuaire Encyclopédique, p. 1578.

Ce même jour encore [le 7 octobre], était arrivée à Tours une délégation espagnole, composée de MM. Orense, Emilio Castelar, Paul y Angulo et Tutau […]. La délégation espagnole qui avait pu à peine voir Gambetta, partit le cœur attristé de la tiédeur des hommes chargés de représenter à Tours et de faire accepter à la France le principe vivifiant de la république58.

  • 59 El Imparcial, 3 octobre 1870.
  • 60 Maitron, 1968, t. V, p. 230.

32C’est dès lors de Bordeaux que s’organise réellement la mobilisation. Dès le 29 septembre, dans une lettre à la República Ibérica, Orense signale qu’il est en contact avec M. Dargance, directeur du journal La Tribune publié dans cette ville59. Jean-Jeanty Dargance, membre de l’Internationale, est un ancien déserteur que ses tribulations ont conduit quelques années en Espagne60, ce qui lui a peut-être permis d’entrer en contact avec des républicains espagnols. Sa participation à l’Internationale et son engagement postérieur à Bordeaux dans le soutien à la Commune de Paris montrent qu’à cette date tous les liens ne sont pas rompus entre socialistes et républicains et que les liens d’amitié politique transnationaux jouent un rôle central dans la réalisation du projet de légion espagnole.

  • 61 Diario oficial de avisos de Madrid, 17 octobre 1870.
  • 62 On trouvera sa biographie dans Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des parlementaires françai (...)
  • 63 Peu d’éléments sont disponibles dans l’historiographie concernant cet exil. On renverra à Aprile, 2 (...)
  • 64 El Imparcial, 3 octobre 1870.

33En effet, Dargance ne ménage pas sa peine pour aider les républicains espagnols à mettre en place leur légion. Tout d’abord, il se fait le relais pour sa ville de la souscription décidée à Bayonne. Deux semaines plus tard, la municipalité elle-même, républicaine depuis quelques mois, décide d’un versement de 100 000 francs pour aider la légion espagnole61. L’amitié entre Dargance et le maire de Bordeaux, Émile Fourcand62, se révèle d’ailleurs décisive dans la mise à flot d’un Comité central des enrôlés volontaires espagnols, puisque Fourcand fournit à Dargance des locaux municipaux pour installer les bureaux du Comité et que la municipalité pourvoit à ses premiers besoins. Ce comité est principalement composé d’anciens proscrits de 1851 qui s’étaient réfugiés en Espagne63 et ont créé des liens de solidarité avec leurs frères d’outre-Pyrénées, ce qui explique sans doute leur décision de nommer présidents d’honneur du comité Orense et Garrido. Enfin, Dargance est parvenu à convaincre ses coreligionnaires politiques bordelais de se proposer pour loger les volontaires espagnols à leur arrivée64.

  • 65 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».
  • 66 La Discusión, 4 octobre 1870.

34Ceux-ci ne tardent pas à traverser la frontière. Dès le 2 octobre, Miguel Aizcorbe, futur lieutenant de la légion espagnole65, envoie depuis Bayonne à La Discusión une première chronique de son expérience de volontaire. Il semble qu’à cette date le gouvernement français soit déjà au courant du projet puisqu’il délègue le président du Comité républicain de Bordeaux pour arrêter avec Orense et Garrido les modalités de mobilisation et d’armement des Espagnols. Aizcorbe décrit les volontaires qui se trouvent à Bayonne avec lui comme « excellent[s] et plein[s] d’enthousiasme66 ». Le 13, ce sont deux cents hommes qui arrivent à Bordeaux. Le correspondant de La Discusión décrit leur arrivée en ces termes :

  • 67 La Discusión, 18 octobre 1870.

Deux cents Espagnols, élégants dans leur allure, martiaux dans leur apparence et en ordre de marche ont traversé les rues étroites de cette riche cité. Précédés de deux commandants de l’armée espagnole en uniforme et commandés par le citoyen capitaine Juan Carlos Gascón, [elles] apporteront des jours de gloire67.

  • 68 La Discusión, 26 octobre 1870.

35L’accueil est apparemment enthousiaste de la part de la population bordelaise et on assiste une fois de plus à des échanges typiques de la fraternité politique au xixe siècle : vœux, discours, acclamations, etc. Le correspondant précise par ailleurs qu’on attend encore deux cents volontaires de Málaga et quatre cents de Saragosse, Huelva et Pampelune. Julián Ayerdi, correspondant du journal à Bordeaux, propose lui aussi une longue description de cette arrivée dans l’édition du 26 octobre68.

Des attaques classiques contre le volontariat international

  • 69 La Iberia, 29 octobre 1870.
  • 70 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.

36Pourtant, à la fin du mois d’octobre, les journaux libéraux, particulièrement El Imparcial et La Iberia, les deux journaux du parti progressiste au pouvoir, se lancent dans une campagne de dénigrement de la légion espagnole. Leurs critiques se concentrent sur trois points principaux. Tout d’abord, ils contestent les chiffres avancés par les républicains et leurs journaux, puisque selon eux, Orense n’a jusqu’alors réussi à mobiliser que soixante-dix hommes69. Le journal libéral modéré La Correspondencia de España affirme même qu’après douze jours de présence à Bordeaux, Orense ne pouvait compter que sur cinq légionnaires70.

  • 71 El Imparcial, 26 octobre 1870.
  • 72 La Iberia, 29 octobre 1870.
  • 73 Ibid.
  • 74 Voir par exemple Canal, 2007.

37La seconde série de critiques porte sur le traitement réservé aux Espagnols arrivés en France. Voici le récit qu’en donne El Imparcial : « on les loge à l’Hôtel des Archives et on leur fournit à chacun une couverture et deux bottes de paille pour dormir ; on les nourrit de deux rations de popote, et au bout de quatre jours ils se soulèvent, en disant qu’ils ne veulent pas de l’ordinaire, de la paille et de chefs militaires71 ». Singulier contraste avec la description faite un peu plus haut de l’arrivée d’un corps de combattants fiers et résolus, ce qui ne manque pas de provoquer une nouvelle polémique avec La Discusión. La misère et la coercition imposées aux volontaires sont accompagnées, d’après une lettre de témoignage publiée dans la Iberia, de la « réception indifférente du Comité72 » et de la « répulsion des habitants de la ville en général73 ». L’enthousiasme généralisé et la mise en place d’une solidarité républicaine transnationale ne seraient donc que de pures vues de l’esprit, et les Espagnols seraient en réalité bien mal accueillis par ceux qu’ils viennent aider. Difficile là encore de trancher face à l’extrême polarisation de la presse espagnole ; tout au plus peut-on supposer que, comme dans bien des cas d’exil ou d’expatriation, si une partie de la population fait preuve de solidarité, une autre partie se montre méfiante envers les allochtones74.

  • 75 SHAT, Lx 123, dossier « Légion espagnole ».
  • 76 Voir Orobon, 2012, p. 170.
  • 77 El Imparcial, 24 novembre 1870.
  • 78 El Imparcial, 26 octobre 1870.
  • 79 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.
  • 80 L’exemple du brigantaggio italien est ici classique, le terme de « brigandage » réduisant une révol (...)
  • 81 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.

38Le dernier reproche est aussi tout à fait classique dans le cadre d’un volontariat armé politique : ce sont les attaques visant l’identité des volontaires. Un exemple en est donné avec Felipe Cancelo, futur chef du premier bataillon de la légion espagnole75. Arrivé aux alentours du 7 octobre à Bordeaux avec le célèbre écrivain socialiste Ceferino Tresserra — qui devait suivre la légion comme correspondant des journaux républicains La Igualdad76 et La República Ibérica77 —, Cancelo est, à la fin octobre, la cible des attaques des progressistes. El Imparcial78 et La Correspondencia de España79 l’accusent d’être un ancien sergent du régiment de Castille ayant déserté l’armée de Cuba, et dont le procès était en préparation en Espagne. En somme, cet engagement, loin d’être politique, ne serait qu’un intérêt bien compris de la part de ce volontaire. La dépolitisation de l’engagement par l’adversaire est un phénomène historique bien connu80. Dans le même ordre d’idées, La Correspondencia de España précise dans son article qu’il s’est mis à la tête de « 70 hommes, pour la plus grande partie des émigrés carlistes81 », dans un rapprochement des extrêmes qui devait fort inquiéter les élites des années suivantes, et dont la réalité n’est peut-être pas totalement à exclure.

39Il reste difficile pour l’historien de démêler le vrai du faux, les sources administratives étant peu nombreuses dans le contexte troublé de la guerre. Pourtant, l’analyse des informations disponibles dans les dossiers militaires des différentes compagnies espagnoles apporte quelques pistes.

Les Espagnols au combat à la fin de 1870 : certitudes et hypothèses

Les volontaires espagnols dans le dispositif militaire français

  • 82 Pour plus de précisions, voir Roth, 1990, pp. 217-220.
  • 83 Ibid., pp. 224-226.

40Après Sedan, la désorganisation de l’armée française oblige le gouvernement de la Défense nationale à recourir à deux types d’expédients. La formation de corps de gardes mobiles, décidée par décrets en septembre et octobre 1870, permet de faire reposer sur les communes la mise en place et l’équipement de ces corps82. Les corps francs, composés de francs-tireurs et qui nous intéressent ici, sont un résultat de la loi Niel de 1868 qui réorganisait l’armée. Cette loi autorisait la formation de tels corps, à condition qu’ils s’arment et s’équipent eux-mêmes. Précisons pour en finir avec ce préalable que les Allemands refusent le statut de belligérant aux francs-tireurs83.

  • 84 Ibid., pp. 288-289 et Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1872, t. VIII, p. 1039

41C’est dans l’armée des Vosges, sous la direction de Giuseppe Garibaldi, que servent les Espagnols. Le héros du Risorgimento s’était en effet décidé à quitter l’île de Caprera, où il avait sa résidence, pour aller proposer son aide et celle de ses fils, Ricciotti et Menotti, au gouvernement de la Défense nationale. Arrivé à Tours le 8 octobre 1870, le 13 il se voit confier le commandement d’une armée des Vosges formée de bric et de broc par une multitude de corps francs et de corps de mobiles, parmi lesquels les volontaires de la légion espagnole. Le quartier général est alors fixé à Dôle, dans le Jura84.

  • 85 La Discusión, 26 octobre 1870.
  • 86 La Discusión, 1er novembre 1870.
  • 87 El Combate, 6 novembre 1870.

42Le 20 octobre, les volontaires espagnols partent de Bordeaux sous la direction d’Orense père pour se rendre dans cette ville où les attendent Garibaldi et Orense fils qui s’est déjà mis à son service, sans doute lors de leur séjour commun à Tours85. Ils arrivent quelques jours plus tard et Aizcorbe écrit le 26 à la Discusión pour faire part de ses premières impressions et des premières confrontations avec les armées allemandes86. C’est un peu le même type de récit que propose, quelques jours plus tard, Pedro Yarza aux lecteurs du Combate, journal républicain. Parti de Bordeaux le 25, il arrive à Besançon le 27, et dès le 28, il reçoit son baptême du feu ; tout en se montrant aussi optimiste que Aizcorbe, il n’hésite pas à souligner l’extrême dureté des combats et le fait qu’après une journée, cent vingt Espagnols des deux compagnies sont déjà hors de combat. Même si, bien sûr, ces pertes ne représentent pas « autant que celles de l’ennemi87 ».

  • 88 SHAT, Lx 123.

43Parmi les très nombreux corps étrangers qui finissent par former l’armée des Vosges, on trouve quatre corps désignés comme espagnols : la Légion espagnole, la Légion garibaldienne espagnole, la Guérilla franco-espagnole et la Compagnie espagnole88. Parmi ces quatre corps, seuls les deux premiers correspondent à la légion espagnole mise en place par Orense.

Quatre corps constitués : description générale

  • 89 Peut-être a-t-elle accueilli les derniers volontaires espagnols arrivés en France comme ceux signal (...)
  • 90 On notera cependant l’absence de toute indication concernant la mortalité.
  • 91 Pour plus de détails voir Scirocco, 2001, pp. 350 sqq.
  • 92 Pour tout ce qui précède, SHAT, Lx 123, dossier « Compagnie espagnole ».

44La Compagnie espagnole ne combat qu’à partir du 16 décembre 187089. Elle compte alors 10 officiers et 71 soldats puis 12 officiers et 101 soldats dix jours plus tard. Au moment du licenciement de la compagnie, le 5 mars, l’effectif a curieusement augmenté puisqu’il comprend une cinquantaine d’officiers et sous-officiers et 320 soldats selon le décompte des autorités françaises. L’appel effectué par Pedro Obano, capitaine de la compagnie, le même jour, donne des chiffres bien différents. Il ne resterait alors plus que 14 sous-officiers et 90 soldats présents à l’appel ou blessés et à l’hôpital. Le relevé scrupuleux des blessés dans cet appel nous permet d’ailleurs d’observer la dureté des derniers mois de guerre90. Sur les 90 soldats, 31 ne sont pas présents et sont hospitalisés, soit pour blessure soit pour maladie. Les blessés l’ont été principalement à Lyon, Autun ou Dijon, où a eu lieu un haut fait d’armes de l’armée garibaldienne qui a repoussé les Allemands fin janvier 187191. Difficile d’être plus précis, malgré la présence d’un état nominatif dans le cas de ce corps, car nous ne possédons pas plus de détails sur les individus qui le composent. Il s’agit d’ailleurs de la principale limite de ces sources militaires92.

  • 93 Tous ces détails sur la vie de Louis Blairet se trouvent sur sa fiche informatique sur le catalogue (...)
  • 94 Blairet, Larmée des Vosges et les Garibaldiens, pp. 49-51.
  • 95 Ibid., p. 51.
  • 96 SHAT, Lx 138.

45La Guérilla franco-espagnole pose des problèmes différents. Recensée comme unité combattante dans l’armée des Vosges à la même date que la Compagnie espagnole, elle a pour capitaine un Français, Louis Blairet (1843-1897), nommé à ce grade dès le 28 novembre. Le destin de ce corps est en grande partie lié à cet homme. Journaliste au Figaro en 1866, il traite des affaires d’Espagne et devient à cette occasion l’homme de confiance de Juan Prim. En 1869, il fonde à Paris la Correspondance générale dEspagne avant de partir en 1870 pour Montevideo en Uruguay93. La guerre franco-prussienne le convainc de rentrer en France pour servir son pays d’origine. Après avoir recruté des compatriotes expatriés comme lui en Amérique du Sud et avoir organisé des souscriptions, la jeune légion franco-montévidéenne qu’il commande s’embarque le 31 octobre 1870 sur l’Amazone en direction de la France. Mi-novembre, les trois cents volontaires débarquent à Bordeaux94. Mais dans ses souvenirs, Blairet ajoute un peu plus loin : « À la date du 14 décembre, je fus nommé chef d’un corps-franc espagnol réuni à Lyon à destination d’Autun95 ». Pourtant, la légion franco-montévidéenne est bien attestée dans les corps-francs étrangers, à côté des francs-tireurs français de Montevideo, du corps franc de Rio de Janeiro et de la Légion franco-argentine, le total faisant environ trois cents hommes96, soit le chiffre avancé par Blairet. Pourquoi celui-ci prend-il alors la tête d’un autre corps ?

  • 97 SHAT, Lx 123, dossier « Guérilla franco-espagnole ».
  • 98 Reproduite dans Blairet, Larmée des Vosges et les Garibaldiens, p. 55.
  • 99 SHAT, Lx 123, dossier « Guérilla franco-espagnole ».

46Le dossier de la Guérilla franco-espagnole nous apporte le fin mot de l’histoire97. Une lettre de Pierre Poignant, ancien préfet du Tarn-et-Garonne, à Charles de Freycinet, délégué à la Guerre dans le gouvernement de la Défense Nationale, nous apprend le désir de Blairet de dissoudre le corps qu’il avait constitué en Amérique du Sud en raison de son insubordination. Charles de Freycinet le recommande personnellement au général comte de Loverdo, ce qui lui permet de recevoir une réponse positive98 à sa demande du début du mois de décembre de pouvoir se mettre à la tête de volontaires espagnols stationnés à Lyon à qui il manque un chef. C’est ainsi qu’à la même date que la Compagnie espagnole, ce qui laisse à penser qu’un même contingent d’Espagnols a été divisé en deux corps, Blairet se retrouve, avec un Espagnol du nom d’Artigala, à la tête d’une compagnie composée de 4 sous-officiers et de 44 volontaires espagnols99. On n’en sait guère plus sur ce corps, si ce n’est le récit que fait Blairet des opérations militaires auxquelles il a participé.

  • 100 Voir par exemple la déclaration de quittance de cette légion dans SHAT, Lx 123, dossier « Légion ga (...)
  • 101 Pour sa biographie, voir Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1877, t. XVI, p. 39 (...)
  • 102 Des éléments biographiques et des détails sur son rôle dans l’armée des Vosges dans La Presse du 26 (...)
  • 103 Bordone, Garibaldi et larmée des Vosges, pp. 218 et 446. On y apprend également qu’Antonio Orense, (...)
  • 104 Pourtant Pedro Yarza, qui raconte son baptême du feu à El Combate, affirme appartenir à la troisièm (...)

47Pour en revenir à présent à la légion espagnole promue par Orense, elle est divisée en deux bataillons : la Légion garibaldienne espagnole et la Légion espagnole. Néanmoins, les documents officiels désignent indifféremment la Légion garibaldienne espagnole sous ce nom ou sous le nom de Légion espagnole100, ce qui ne facilite pas l’identification des corps dans les autres documents. C’est ainsi que dans son récit de la campagne de l’armée des Vosges, le général Bordone, chef d’état-major de Garibaldi101, reproduit la répartition des corps francs en brigades. Dans la première brigade, commandée par le Polonais Jozef Bossak-Hauké102 — qui meurt pendant la bataille de Dijon —, on trouve la Compagnie espagnole, la Guérilla franco-espagnole et la Légion espagnole103. Nulle trace en revanche, dans aucune des brigades, de la Légion garibaldienne espagnole. Faut-il en conclure que les deux corps étaient désignés sous un seul nom au sein de l’armée des Vosges104 ?

  • 105 SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».
  • 106 SHAT, Lx 123, dossier « Légion espagnole ».

48La légion garibaldienne espagnole est commandée par Federico Elola, chef de bataillon, assisté de deux capitaines et de trois sergents, parmi lesquels Miguel Aizcorbe. Le lieutenant Manuel Obano est, quant à lui, sans doute, lié au capitaine Pedro Obano de la Compagnie espagnole. La légion compte 125 soldats et 12 sous-officiers, soit un total général d’environ 140 personnes105. Quant à la Légion espagnole, elle est dirigée par Felipe Cancelo, le déserteur de l’armée de Cuba vilipendé par les journaux libéraux. Cette légion compte, en plus de Cancelo, 2 officiers, 4 sous-officiers et 74 soldats. On dispose de deux listes qui nous fournissent presque soixante-dix noms pour cette légion. Mais encore une fois, aucune information particulière n’en ressort, si ce n’est la présence de deux Français — Hippolyte Bulot et Achille Parent — et d’un Piémontais, comme il est désigné, — Bernard Alémandi106.

Regard d’ensemble sur une expérience de volontariat international

  • 107 On trouve notamment dans le matricule des Volontaires de l’Ouest, c’est-à-dire des anciens Zouaves (...)

49Il est particulièrement regrettable que nous ne disposions pas de plus d’informations sur ces volontaires, notamment pour savoir si nous sommes face à un groupe politique homogène. L’accusation des journaux progressistes selon lesquels la majorité des volontaires sont des carlistes — information que donne également Rubio de façon plus nuancée — peut-elle être vérifiée ? Les implications en termes d’histoire de l’engagement et d’histoire des pratiques politiques seraient particulièrement intéressantes, d’autant que d’autres sources nous indiquent, sporadiquement, la présence de carlistes en 1870-1871 pour défendre la France107.

  • 108 SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».
  • 109 Surtout si l’on ajoute les morts putatifs. En appliquant un taux de mortalité de 15%, soit le taux (...)

50Numériquement, en revanche, nous pouvons tirer un certain nombre de conclusions. La légion espagnole d’Orense compte, à la fin de la guerre, puisque les chiffres donnés sont ceux disponibles au moment de la démobilisation, 220 personnes. Elola et plusieurs télégrammes parlent quant à eux de 256 démobilisés en partance pour Irun108. Si l’on ajoute la cinquantaine de volontaires de la Guérilla franco-espagnole et les 115 hommes que compte le capitaine Pedro Obano dans sa Compagnie espagnole, on arrive à un total de près de 400 volontaires, sans compter les morts et en ne prenant en compte que les compagnies explicitement désignées comme espagnoles. Ce chiffre est très loin d’être négligeable, et nous ne pouvons être d’accord avec Rubio lorsqu’il y voit un échec pour Orense et son projet. Certes, Orense n’a pas fait venir les milliers de volontaires auxquels il s’attendait, mais la mobilisation de 400 volontaires reste remarquable109 si l’on se souvient, encore une fois, que le volontariat transnational est toujours numériquement faible.

  • 110 Pour ce qui va suivre, voir SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole », sauf mention (...)
  • 111 Voir le décret dans SHAT, Lx 138.
  • 112 Pour plus de détails, voir Molis, 1995.
  • 113 C’est le cas pour la Compagnie espagnole et la Guérilla franco-espagnole.

51Une dernière preuve, s’il en fallait encore, de l’engagement résolument idéologique de ces volontaires, se trouve dans les circonstances de démobilisation de la Légion espagnole110. Les corps francs sont licenciés juste après l’armistice du 28 janvier 1871111, l’armée des Vosges restant curieusement la seule à devoir combattre après l’armistice112, ce qui renvoie le licenciement à début mars113. Or, dès la mi-février, Federico Elola signifie au ministère de la Guerre le désir de tous les volontaires de la Légion espagnole de ne plus se battre pour la France « après ce qui vient d’arriver à notre cher Garibaldi ». L’allusion est limpide et renvoie à l’accueil déplorable réservé à Garibaldi à l’Assemblée Nationale, où il venait d’être élu, par la majorité monarchiste issue des élections du 8 février. Le gouvernement ne peut qu’accepter cette démobilisation, et quelques jours plus tard, les Espagnols de la Légion traversent dans l’autre sens la frontière qu’ils avaient passée quelques mois plus tôt.

  • 114 Voir par exemple Moisand, à paraître.

52On peut bien sûr considérer, et cela est en partie vrai, que cette expérience d’un volontariat armé républicain porté par un idéal de fraternité universelle s’achève sur un échec — la victoire des monarchistes en France et leur morgue face à Garibaldi, symbole des républicains étrangers venus au secours du pays, en est un signe. Pour autant, nous nous trouvons une fois de plus ici face à un cas de solidarité politique transnationale qui plonge ses racines dans un vieil idéal issu, du moins pour Orense, de l’époque du Printemps des Peuples, et qui devait avoir des répliques par la suite dans le mouvement communard et cantonaliste114. Ce volontariat, tout comme celui des autres nationalités, devrait appeler d’autres études qui éclairciraient tant une guerre toujours méconnue que les formes d’internationalisation de la politique aux alentours de 1870.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Annuaire encyclopédique : politique, économie sociale, statistique, administration, sciences, littérature, beaux-arts, agriculture, commerce, industrie, Paris, 1869-1871.

Code civil des Français, Paris, 1804.

Blairet, Louis, L’Armée des Vosges et les Garibaldiens, Fécamp, 1891.

Bordone, Philippe Toussaint Joseph, Garibaldi et l’armée des Vosges. Récit officiel de la campagne, avec documents et quatre cartes à l’appui, Paris, 1871.

Larousse, Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle (17 vol.), Paris, 1866-1878.

Robert, Adolphe, Bourloton, Edgar, Cougny, Gaston (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (5 vol.), Paris, 1891.

Bibliographie

Agulhon, Maurice (1970), La République au village : les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris.

Agulhon, Maurice (1977), Le Cercle dans la France bourgeoise. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris.

Audoin-Rouzeau, Stéphane (1989), 1870 : la France dans la guerre, Paris.

Aprile, Sylvie (2010a), La Révolution inachevée : 1815-1870, Paris.

Aprile, Sylvie (2010b), Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris.

Basquiast, Paul (2007), « L’autre internationale : l’internationalisme républicain (xviiie-xixe siècle) », dans Paul Basquiast et Emmanuel Dupuy (dir.), La République universelle, Paris, t. I, pp. 21-38.

Canal, Jordi (éd.) [2007], Exilios. Los éxodos políticos en España, siglos xv-xx, Madrid.

Crépin, Annie (2009), Histoire de la conscription, Paris.

Darriulat, Philippe (2001), Les Patriotes. La gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris.

Delaunay, Jean-Marc (2002), « L’Espagne, une terre d’accueil pour les Français de l’exil (fin xviiie-début xxe siècle) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 67, pp. 36-40.

Duárte, Ángel (2011), « Republicanismo unitario y republicanismo federal hasta 1873. Algunas consideraciones », dans Javier Moreno Luzón (éd.), Izquierdas y nacionalismos en la España contemporánea, Madrid, pp. 41-66.

Duárte, Ángel (2013), El republicanismo: Una pasión política, Madrid.

Fuente Monge, Gregorio de la (2001), « El enfrentamiento entre clericales y revolucionarios entorno a 1869 », Ayer, 44, pp. 127-150.

Gossez, Rémi (1951), « Le “Comité international permanent” », 1848 – Revue des révolutions contemporaines, 189, pp. 97-115.

Howard, Michael (1962), The Franco-Prussian war, the German invasion of France, 1870-1871, Londres.

Ignace, Anne-Claire (2009), « French volunteers in Italy, 1848-49: a collective incarnation of the fraternity of the peoples and of the tradition of French military engagement in Italy and Europe », Journal of Modern Italian Studies, 14 (4), pp. 445-460.

Levillain, Philippe, Riemenschneider, Rainer (éd.) [1990], La guerre de 1870/71 et ses conséquences, Bonn.

López-Cordón, María Victoria (1975), El pensamiento político-internacional del federalismo español, Barcelone.

Maitron, Jean (dir.) [1968], Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, t. V.

Manchon, Pierre-Yves (2010), « Des “brigands” aux “partisans”. Entre oblitération et exaltation récente, le parcours mouvementé de la mémoire du “Grand Brigandage” en Italie des années 1860 à nos jours », dans Valérie Toureille et François Pernot (dir.), Lendemains de guerre, Peterlang, pp. 99-110.

McPhee, Peter (1995), Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852 : classes sociales, culture et politique, Perpignan.

Moisand, Jeanne (2015), « Les exilés de la République universelle. Français et Espagnols en révolution (1868-1878) », dans Delphine Diaz et alii (dir.). Exils entre les deux mondes. Migrations et espaces politiques atlantiques au xixe siècle, Mordelles, pp. 161-187.

Molis, Robert (1995), Les Francs-Tireurs et les Garibaldi. Soldats de la République (1870-1871 en Bourgogne), Paris.

Monlleó Peris, Rosa (2004), « Republicanos contra monárquicos. Del enfrentamiento electoral y parlamentario a la insurrección federal de 1869 », Ayer, 44, pp. 55-82.

Orobon, Marie-Angèle (2012), « États-Unis d’Europe, République universelle et fraternité latine : la guerre franco-allemande de 1870 et la renaissance des utopies républicaines en Espagne », dans Luis P. Martin, Jean-Paul Pellegrinetti et Jérémy Guedj (coord.), La République en Méditerranée.
Diffusions, espaces et cultures républicaines 
en France, Italie et Espagne (xviiie-xxe siècle), Paris, pp. 162-177.

Pascual Sastre, Isabel María (2001), La Italia del Risorgimento y la España del Sexenio Democrático (1868-1874), Madrid.

Pécout, Gilles (2008), « Le rotte internazionali del volontariato », dans Mario Isnenghi (dir.), Gli italiani in guerra. Conflitti, identità, memorie dal Risorgimento ai giorni nostri, Turin, t. I, pp. 188-196.

Pécout, Gilles, (2009), « The international armed volunteers: pilgrims of a Transnational Risorgimento », Journal of Modern Italian Studies, 14 (4), pp. 413-426.

Pérez Roldán, Carmen (2001), El partido republicano federal, 1868-1874, Madrid.

Peyrou, Florencia (2008), « José María Orense: un aristócrata entre republicanos », dans Manuel Pérez Ledesma et Isabel Burdiel (coord.), Liberales eminentes, Madrid, pp. 179-212.

Peyrou, Florencia (2012), « L’émancipation de la famille humaine. Les relations internationales du républicanisme espagnol (1840-1868) », dans Luis P. Martin, Jean-Paul Pellegrinetti et Jérémy Guedj (coord.), La République en Méditerranée.
Diffusions, espaces et cultures républicaines 
en France, Italie et Espagne (xviiie-xxe siècle), Paris, pp. 98-118.

Piqueras Arenas, José Antonio (2001), « La cuestión cubana, de la Revolución Gloriosa a la Restauración », dans Rafael Serrano García (éd.), España, 1868-1874 : nuevos enfoques sobre el Sexenio Democrático, Madrid, pp. 159-180.

Quillet, Renaud (2008), « L’internationalisme républicain (1852-1870) », Parlement[s], Revue dhistoire politique, 3 (HS n° 4), pp. 131-144.

Roth, François (1990), La guerre de 1870, Paris.

Rubio, Javier (1989), España y la guerra de 1870, Madrid.

Sahlins, Peter (1988), « The Nation in the Village: State Building and Communal Struggles in the Catalan Borderland during the 18th and 19h centuries », Journal of Modern History, 60, pp. 234-263.

Salom, Julio (1967), España en la Europa de Bismarck. La política exterior de Cánovas 1871-1881, Madrid.

Sarlin, Simon (2013), Le légitimisme en armes : histoire dune mobilisation internationale contre lunité italienne, Rome.

Scirocco, Alfonso (2001), Garibaldi: battaglie, amori, ideali di un cittadino del mondo, Rome.

Taithe, Bertrand (2001), Citizenship and wars: France in the turmoil 1870-1871, Londres.

Tombs, Robert (1992), « L’Année Terrible, 1870-71 », The Historical Journal, 35 (3), pp. 713-724.

Varley, Karine (2008), Under the shadow of defeat: the war of 1870-71 in French memory, Basingstoke.

Haut de page

Notes

1 Tombs, 1992.

2 Howard, 1962.

3 Roth, 1990.

4 Audoin-Rouzeau, 1989.

5 Levillain et Riemenschneider (éd.), 1990.

6 Quelques exemples : Taithe, 2001 ; Varley, 2008.

7 On se rapproche en fait peu à peu d’une armée de conscription. Voir Crépin, 2009.

8 Howard, 1962, pp. 252-253.

9 Sur les Garibaldi en Bourgogne, on renverra à Scirocco, 2001 et à l’ouvrage moins scientifique de Molis, 1995.

10 Orobon, 2012.

11 López Cordón, 1975, pp. 382-385 notamment.

12 Rubio, 1989.

13 Ibid., pp. 567-575.

14 Pécout, 2008 et Id., 2009.

15 Par exemple, Ignace, 2009.

16 Sarlin, 2013.

17 Salom, 1967, pp. 47-48.

18 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE) 37, CP 876, 26 juillet 1870.

19 Voir Code civil des Français, 1804, p. 6.

20 Voir Monlleó Peris, 2001 et Fuente Monge, 2001 pour l’Espagne, et Aprile, 2010a, pp. 469 sqq. pour la France.

21 Rubio, 1989, p. 575.

22 La Época, 23 septembre 1870.

23 Sur ce parti, voir Pérez Roldán, 2001.

24 Il est reproduit notamment dans La Época, journal libéral, du 23 septembre 1870 qui espère, dans l’entrefilet qui introduit l’appel, voir partir en France « le parti [républicain fédéral] tout entier si nécessaire ».

25 Darriulat, 2001 ; Baquiast, 2007 ; Quillet, 2008.

26 Peyrou, 2012 ; Orobon, 2012.

27 La Época, 23 septembre 1870.

28 La prégnance de cette division de l’Europe entre une Europe germanique et une Europe latine dont l’affrontement semble inéluctable devrait inviter à s’interroger sur le sens de ce motif argumentatif.

29 Ibid.

30 Il faut notamment rappeler ici les liens anciens entre Espagnols et Italiens, qui ne sont pas sans expliquer que les Espagnols se mettent sous les ordres de Garibaldi. Voir Pascual Sastre, 2001.

31 Ibid.

32 Auquel participait Fernando Garrido. Peyrou, 2012, p. 112.

33 Pour plus de détails, voir Gossez, 1951.

34 Les informations biographiques sont tirées de Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1874, t. XI, p. 1436. Voir aussi Peyrou, 2008.

35 Il avait alors combattu l’expédition des Cent Mille Fils de Saint-Louis mandatée par la Sainte-Alliance pour rétablir le roi Ferdinand VII dans ses prérogatives de souverain absolu.

36 La Época, 23 septembre 1870.

37 Ibid.

38 Cette question est en partie la cause de la progressive division du républicanisme espagnol entre une branche unitaire et une branche fédérale favorable à l’internationalisme. Pour une présentation générale, Duárte, 2011 et Id., 2013.

39 La Esperanza, 14 octobre 1870.

40 Sur Cuba, voir Piqueras Arenas, 2001.

41 El Moro Muza, 13 novembre 1870.

42 El Moro Muza, 6 novembre 1870.

43 Et ce d’autant plus qu’Orense, comme un certain nombre de républicains, était soup-çonné de s’être montré favorable, dans les années 1850, à la cession de Cuba aux États-Unis en échange d’argent pour mener la révolution en Espagne. Peyrou, 2012, pp. 112-113.

44 La Esperanza, 24 septembre 1870.

45 La Época, 23 septembre 1870.

46 Amae, 37, CP 876, 26 juillet 1870.

47 Rapport cité dans La Correspondencia de España, 27 septembre 1870.

48 Ibid.

49 Bien sûr Agulhon, 1970 mais voir aussi Id., 1977.

50 D’excellentes remarques à ce sujet dans McPhee, 1995. Sur les rapports transfrontaliers, on consultera aussi Sahlins, 1988.

51 La Iberia, 1er octobre 1870.

52 Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, t. V, p. 2.

53 On ne sait pas trop ce qu’entend Orense par cette junte ; peut-être s’agit-il d’une structure destinée à organiser la mobilisation pour la guerre dans la ville.

54 La Discusión, 1er octobre 1870.

55 Le fait est attesté pour Castelar par Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, t. XVI, p. 473.

56 La Iberia, 13 octobre 1870.

57 Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1874, t. XI, p. 1436.

58 Annuaire Encyclopédique, p. 1578.

59 El Imparcial, 3 octobre 1870.

60 Maitron, 1968, t. V, p. 230.

61 Diario oficial de avisos de Madrid, 17 octobre 1870.

62 On trouvera sa biographie dans Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, t. III, pp. 42-43.

63 Peu d’éléments sont disponibles dans l’historiographie concernant cet exil. On renverra à Aprile, 2010b, pp. 125-126 et à Delaunay, 2002.

64 El Imparcial, 3 octobre 1870.

65 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».

66 La Discusión, 4 octobre 1870.

67 La Discusión, 18 octobre 1870.

68 La Discusión, 26 octobre 1870.

69 La Iberia, 29 octobre 1870.

70 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.

71 El Imparcial, 26 octobre 1870.

72 La Iberia, 29 octobre 1870.

73 Ibid.

74 Voir par exemple Canal, 2007.

75 SHAT, Lx 123, dossier « Légion espagnole ».

76 Voir Orobon, 2012, p. 170.

77 El Imparcial, 24 novembre 1870.

78 El Imparcial, 26 octobre 1870.

79 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.

80 L’exemple du brigantaggio italien est ici classique, le terme de « brigandage » réduisant une révolte politique à un simple délit de droit commun. Voir Manchon, 2010.

81 La Correspondencia de España, 30 octobre 1870.

82 Pour plus de précisions, voir Roth, 1990, pp. 217-220.

83 Ibid., pp. 224-226.

84 Ibid., pp. 288-289 et Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1872, t. VIII, p. 1039.

85 La Discusión, 26 octobre 1870.

86 La Discusión, 1er novembre 1870.

87 El Combate, 6 novembre 1870.

88 SHAT, Lx 123.

89 Peut-être a-t-elle accueilli les derniers volontaires espagnols arrivés en France comme ceux signalés par le Diario oficial de avisos de Madrid du 30 novembre qui partent de Marseille pour se diriger vers Lyon avant d’aller se mettre aux ordres de Garibaldi.

90 On notera cependant l’absence de toute indication concernant la mortalité.

91 Pour plus de détails voir Scirocco, 2001, pp. 350 sqq.

92 Pour tout ce qui précède, SHAT, Lx 123, dossier « Compagnie espagnole ».

93 Tous ces détails sur la vie de Louis Blairet se trouvent sur sa fiche informatique sur le catalogue de la BNF : <http://catalogue.bnf.fr/servlet/autorite?ID=12337580&idNoeud=1.1&host=catalogue> (consultée le 21/03/2013).

94 Blairet, Larmée des Vosges et les Garibaldiens, pp. 49-51.

95 Ibid., p. 51.

96 SHAT, Lx 138.

97 SHAT, Lx 123, dossier « Guérilla franco-espagnole ».

98 Reproduite dans Blairet, Larmée des Vosges et les Garibaldiens, p. 55.

99 SHAT, Lx 123, dossier « Guérilla franco-espagnole ».

100 Voir par exemple la déclaration de quittance de cette légion dans SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».

101 Pour sa biographie, voir Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1877, t. XVI, p. 395.

102 Des éléments biographiques et des détails sur son rôle dans l’armée des Vosges dans La Presse du 26 janvier 1892.

103 Bordone, Garibaldi et larmée des Vosges, pp. 218 et 446. On y apprend également qu’Antonio Orense, au service de Garibaldi depuis octobre, s’est vu confier le commandement d’un corps composé d’Italiens, la Légion italienne, dite de Marsala, faisant lui aussi partie de la première brigade.

104 Pourtant Pedro Yarza, qui raconte son baptême du feu à El Combate, affirme appartenir à la troisième brigade, dirigée par Menotti.

105 SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».

106 SHAT, Lx 123, dossier « Légion espagnole ».

107 On trouve notamment dans le matricule des Volontaires de l’Ouest, c’est-à-dire des anciens Zouaves Pontificaux ayant décidé de continuer à combattre en France, deux Espagnols.

108 SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole ».

109 Surtout si l’on ajoute les morts putatifs. En appliquant un taux de mortalité de 15%, soit le taux moyen pendant cette guerre, on obtient 460 volontaires.

110 Pour ce qui va suivre, voir SHAT, Lx 123, dossier « Légion garibaldienne espagnole », sauf mention contraire.

111 Voir le décret dans SHAT, Lx 138.

112 Pour plus de détails, voir Molis, 1995.

113 C’est le cas pour la Compagnie espagnole et la Guérilla franco-espagnole.

114 Voir par exemple Moisand, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Dupont, « « Ayudemos a Francia » : les volontaires espagnols dans la guerre franco-allemande de 1870-1871 »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 199-219.

Référence électronique

Alexandre Dupont, « « Ayudemos a Francia » : les volontaires espagnols dans la guerre franco-allemande de 1870-1871 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6217

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

EHEHI – Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals